<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02534
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 12, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02534

Full Text


*UIEII;CKSTIUI


Nami IKN so


DIRECTZURI


PORT AU PRINCE


On Mois .
Trois Mois

UO Mois
Trois Moia

Trois Mois.


0, .00
D&PA RTKMENTS

S S 0 0 36 .00
EFIIANGER
: : ; :.O:


PORT-AU-PRlNCE ( Haiti


0


j


j


OUOTIDIEN


R&DAC3 -ON ADMINSTRATIUM
Anglo des Rues F6rou *AU)610mu13

W aammemees semi rM.!--
A Pear-Al'.pMNCE:aUll .-ureauz dii o-.rize:
A PASTA: c-, .Mavencr ,Cie 9, K.- r -nc
A Lobwav, :nez L *, nCe zkCc". .21,21
LuJg~Att H I
A it LKI?. CZiiz RUJOS C S W I '. ',rUsaleW
A Naw-Yomk Lxi~q:rs, ui ,citv Coxixi~azy 45 WUt
54 1' 'gc
Les manu, :ns4!rts ou non cc soot pis readu.

Abonneme'" & itarrftow,'s Paabi,~ Jsszanwa


Le Paysan et



la Guerre


I)e noire correspondent
' Quand les journalistes,enqudteurs
at ecrivains, parent de I'&tat d esprit
des nations engagees dans la grande
guerrec'est presque toujours dans
es villes--- et surtout ;es grandes
villes-- qu'il se sont documents.
Pourtant. la torce de rKsistance, pour
la France du moins,re-ide en grande
partic dans les campagnes.Cest dans
la t6nacitk de r'immense people pay-
san qu'nn flichissement serait in-
quittant et pourrait avoir de graves
consequences. 11 est done d'un inte-
rt primordial pour bien envisaged
la situation sous toutes ses faces, et
pour connaitre le moral de la France
apris dix sept mois de guerre, d-etre
instruit de Il'tat d'esprit de sa popu-
lation rurale.
Besogne peu commode A la v&rit6,
car le paysan n'est pas volontiers
communication. Nous avons pu pour-
rant recueillir des renseignements
ars et int6tessanws sur la popular
tion du centrc-ouest. .la region des
Charentes, qui represented bien la
moyenne de la masse agricole fran-
raise, tant par sa situation g6ogra-
phique et politique que par les con-
ditions coximiques des campagnes
sont exiremement encourageantes,
aussi fermes et rksolues que celles
des villes et ne laissent aucun espoir
A ceux qui d6sesp6rant de vaincre la
France par les armes,peuvent comp-
ter la r6duire par l'impatience.
La grande press' populaire a beau-
coup tait pour 6clairer et instruire
les campagnes. Sans doute, n,y voit
on pas nettement les details de la
guerre ; on y contend peut-etre un
peu les theatres d'operations. On y a
e vagues notions de geographic.
Mais il est une chose qu'on a com-
prise et admire sans reticences ni
reserves : la nectssitt absolue de te-
nir et de vaincre. On y rcp6te A sa -
ti6'*- et c'est ainsi que finissent
toms les entretiens A propos de la
querre-que si elle seterminait main-
tenant, elle recommencerait sous peu
d'anndes et qu'alors les ennemrs s'a-
vanceraient peut-ctre jusque a chez
nous P
Au troisitme mois de la guerre,on
6tait d6jA decide d'aller jusqu'au
bout : A cette poque, un individu
ames louche parcourait le pays don't
je parle.en automobile, prechant un
pacitisme suspect.Les autorils6 n'eu-
rent mdme pa< a intervenir. Sa cam-
pagne s'arr6ta rapidement devant le
patriotisme et le bon sens paysars.
Les permissionnaires qui sont re-
venus pour quelques heures au pays,
Qot beaucoup tait pour fortifier cette
xemellente mentality. D-abord, on les
a vus gais, dispos. anergiques, pleins
de conliance et de Ic en la victone.
Puis,ils ont rapport A leurs families,
tous le excellent arguments que
I'on a au front d'esp6rer et que les
fits, aussi bien que les off tcers, in-
culquent)eurs hommes.Ils ontenfin
coate lea bonnes conditions matt-.
ieles dams lesquelles ils vivent et
ils ont fini par fire presque envie.
.ertes il y a les deuils.Leaysantran-
,ais a beaucoup fast depuis qelques
anndes dans le domaine de la sensi-
bilit6. Ce nest plus 1'6tre rude et
dur, attache seulement A ses botes,
qi*avaent torm* de longs sa6ctes de
servage. Mais ces deuila, il lea saup,
pome ae le fitaliasde e;qi qul


vit pros de la terre. C'est la ra.non le danger qui exist*rait datii' ad ces laurlers enanglanths, ai la con-
terrible de la guerre. C'cst I ivi.i- isIssoi do ced *..1 SI-".. 1.I a4 co it- q'*t.* I*t-' ct Ir- i i t.rit to e seil
ble prix de 1-independance et de lia pa aaiunt do co qima a:- piasaAtl, do triouaphl deige,' d '.,'. ,** crains pas
hIbert6. II sait que les bourgeois et p= 18 l a la artanlque et it la que je profane ton au-i.ete noin et
les riches sont frappes come lui Guadeloupe.. Lt derit, oi le patrio- te raviase cette gloire pre qui ne
ds s oD s les cam- tau e ~incarl so produsait libremuenit. coatea jasnais de laranes i 1humani-
dans leurs affections. Dins les cam- fssait presaeittr le futur represeos- tO : I'uaivers Ia publiera I...
pagneset les petites villes, la vie est taut qui devait tlst iutlier Usa jour eO toi quai es ravi is notre amour
tackle et tres !arge ; aux tables d au- ur lea espr'ts. 11 lfertmaa par ces et 110os veux. mais don't PI'Ane su
berges et d'h6tcls.on sert de copieux mot : ltaivaalsoas delforts pour: blitie ,s'est 61~vde vera cette Esseii-
menus. Nulle misere. mm:ne nulle cuonsolider le mnonumonit quoe ous ce divine don't file eniane, du sein
gene. et cette situation conomique 6rageouns a la posterity ; inutons ce de I iminortalite, daigne encote it
contribute A entretenir dans la pro- pOuple auncen qui nio trouvait ja- xer tea regards star ntous.
vince trancaise un excellent moral mnaln Ie btlnheur loin do la paLate ; C)ouvre-nous de tea ales protec-
qui nest pas press de ceder. qu & Ae iola sacrt nos couri tres- traces. Lclairt celui qu1o tu as dtsi-
Le masque de bras ne sest paslait saulest, et atssouas i aos etnfats le giae pour nous conduire. Inspire-
Sglorieux heiitaigo do aos vetus po- lhit cot amour de la patrie qui em-
ortn sentir S mns arler des refuizI6 I--s.


occupts aux travaux agricoles, tou
les jeunes gens qui constituent le
classes 1916 et 1917 ont eulargemern
le temps de pourvoir aux beso ns di
la champagne avant d entrer i la ca
serne. Des permissions agricoles on
kte accordies A leurs grands fires
ou A leurs pipas mobilis6s Les vieu.
les gars de qu atorze et quinze al.s si
sont mis A ['ouvrage, et les femme
aussi, toujours active let robustes
chez cette forte race. De t.it.j'ai par-
couru au printemps, en +te, en au
tomne, de nombreuses regions de la
province. On s y doutait a peine que
Ion Nut en guere, les cultures y
avaient leur aspect normal Les cam-
pagnes constiruent une des forces les
meilleures de la France, une de ses
supdrioritts. Eilcs lui ont deji donn<
beaucoup d'ho;iimes, beaucoup de
travail, beaucoup d'or, ci on peu
computer sur elles pour offiir mieux
et plus encore...
P. de MERRY
Paris, le 4 janvier 1916


Pabst...


Pabat...


The famous nilwaker Beer


EN VENTE CHEZ
I. J. Ifligio f CGo
En gros et au detail

Angle des rues Courbe et C.sars
La meilleure et la plus hygi6ni-
que des bitres.


lot TI01CIEIS at POUV01R


,. H6rord Dumesle

Hdrard Dumesle, home de cou-
lear. 6 tit n& a Torbeck, arrondisie-
meot des Cayes, le 16 Juin 1784. II
semble avoir fait ses tutdeo en Fran
ce et s6tre inspired des ,crits des
philosophes. Le g4ndral Vainarre,
don't ilI tait le secretaire, lit confla
I'adininistration au sigg. du M5le,
en 1807. II prenait fort A cueur de
remplir son devoir avec exactitude.
II faisait la co respondance de La
marre avec le Pr6sident P6tion. En
1810, lores de la scission du sud, il
fit parties des citoyens formant le
gouvernement departemental
Le 12 d6cembre 1816. il fit paral-
tre un @crit reinarquable inatituld :
" Reflexions politiqums ur la mission
des conmiasaires du Rot de France
pr6s ta Rdpublique d'Haiti (de Foo-
tanges et emangart). En appuyeat
lea raiasooements du Pr6sident P#-
tion, ne motifs, la justesse de sm
vues poor repouaser les propositions
des commissalres, il lea d6veloppa
dans un language ause judicieux quo
moddre. JosUflaut lef dispositions
qui excluent Ia race blanche de la
socidt6 baiUenne, Ildit : .Cesartcles
deiemnoent le boulevard do notre
ia~e-sdm-- apr- -evoir preMv


Avis important


Afin de faire cesser les nombreux
abus dont nous sommres victims A
cause de notre bienveillnce envers

certain abonnes, nous nous voyons
dans l'obligption de prendre les me-
sures suivantes :
1 o Un d lai d HUIT JOURS est
accord aux abonnes retarlataires
pour se mettre en otgle avec l'admi.
nistration du journal ;


Silques.. brasa ton ecur Fai que, come 2 o Pass6 ce dMai les comptes se-
s Quand it apprit aux GCayes la inort toi, toute sa sollicitude ne tende qu'- ront remis A lai j.Mice et les noms
s du President lPetionu & Port au-Prin an bo hleur du people, sans lequl des abonns publile A la p:enmire
t ce, le general Alarion, commandant cetsx quit le gouv rent ,.'en penvent psadonats pbi.. en pr 1ere
e de 'arroudiaseiueut. lit chapter un gouter de veritable. Fais fructiller Ppage du journal,..vec en regard le
- service fuubre a I'Eghise. A I'ssue tea vertus str cette terre chrie, nombre de mois dds.
t de la cereauonie, le representant all-t qte le voyageur qui y aborde-
, Lafargue lit leloge de Peoton. Aptes ra (iuand la gdneratiosn qui succe- 3 o 11 ne sera tenu aucun compete
Slui, le citoyen llerarJ Dutneslo prit dera A cello ci serns eonplacAe par des observations qui nous seroat fai-
I parole et exprainaa & assistance une antre) so en voyaat les heu- tes concernant de pretendues irru-
s lea soutiments qu'dl 4prouvait. Nous reux fierts do te ; exa.inples : larits dans les recus de l'adminis-
s no pouvous nous dispenser de citer dici v-ctt un bieofa'teur de I'lh ration, si la dernicre qutia.lce de
une partedc do cc discours qui faith manite; les lois qni font le bonheur l'abonn6, ne nous est prscatee.
I honneur a son esprit, & son juge. et la grandeur le eette nation. sont
-! mentt et a son codur : dles a son ruAe.
a lleureux, dt il, cu1ui qui, en *Peres et meares de fainille, vieil Nous rappelons en outre aux
: W'approcant da toiuabau d un grand lards, et votis,. itress.utie ternesse, abonns de trois mois que le paie-
ihomnne, eprouve ce sentlaent pro, liasnour et IVespoi r Je la Patrie, ,nent d avanc seul done droit au
- fond qu'inapirent Its bienfaits et la 'oubliez jausaiti.s ine votre f6licit bendlIce consent en leur faveur. Le
s glore! lieureux le panuegyriste qui, present et cello dont vous jouirez: moantre retard remet en vigneur le
s dans le r.ca tillemnent de-la douleur, as I'avelir, sont son ouvrage, quil a tarif ordinaire.
, peut adiesser ces paroles auIx ma- tout prapard pour Il rendre ater-
nes qa'il hosiore : la basse adulation net. Qe vos onfoants, das le ber- ---
Sna ja aaia sou4Ld s&as fveas ni In ceau, apprennent a beigayer son
plume dauant tLa v. et eitcen que non et qu le arecit do ses actions 0irllas de prass3
Je viellas bruler sur toil cercei! eat eoit lour catrclhisi ue, il leur incul- r 9 pQ
aussi pur quo ton aine. quera le g.erane Iprecieux de I'amour (Par sas f/ )
*Avant d'offrir A& a ndimoire du de la Patrie qui so doveloppora en
t4al4eent d'Aloti le tribute d'41oges eux avec leours organes. ----.--..-.--
e9 de regrets (que nous venons lui eVous. strangers Iarrsents i cette
a payer ac. toursons nos reglids vers angusto et tri-to ceredanonie, vous 12 Fcvrier
cet arbre sacred don't les raineaux darez, en Ireto irnant dans vGs pa
omabragent les tombeaux des de- tries, que vous avez vu la popula- SAANGHLI-- La ville de Lu:hou a
fensaurs de la Ubertd et arrdtonb tion des Cayes sulfoqube par los 3 it prise par les revoluiioinaires.
les sur cet autel ddid k la '*atrie ; larmnes et "atdantie par la douleur, p
en lea reportant dans ce sanctuaire enl rendant le dernier devoir a ce BERLIN-- II a 6t olficiellement an-
consacr6 au Dieu de I'univers, nous grand hoiotne.j nonce la praise d'une large section de
nous aentiroes, pdnttrds dune e6mo- Ces paroles prononceea dans le tranchees tranqcises au nord d'est de
tion salutaire, qui 16vlera m Inoaes sanctuaire et inspires par une ad- Viny. Au sud de la Somme les Fran-
au niveau de cello de ce mortel v6-, mniration qui ne s'est jawais d6men cais ont gagni du terrain dans lea
Oedr. I tie, exciteut encore une douce d6no tranchte, allemandes. Ua duel d'ar-
all ,'est plus, celui qui mdrita le tiou, parce qu'elles furent .vraimnent tillerie se pursuit entre francais et
titre de Pre' de Iu Pattrie celni & dignes du grand citoyen que la pa- allemands dans la region de i'Artois.
qui I"'antiluit .,*nt l,:', d.-4 anttAls, trir k v.n.it !.-, n, i.'
et auquel la post'ri.d contirnera le Le 3 Avril 1918 .' i IIsrard Du WASHINGTON-- Le ministre de la
titre de grand que ses contempo- mesle prononga so,, discours, on guerre Garrison a d6missionni.
rains lui ont donnd... Pdtion nest savait ainx Caves I'tlection de Bo- PETRTGRAD-- Oa announce olfi-
plus... et le genie d'llaiti, covert yer a la prdsidence. L^ 8. Dumesle ciellement la mirche en avant des
dun crepe fundbre, le redemande lui ecrivit pour I'en feliciter. Son Russes dins la Galicie orientale as
vainement au destlin. Le philanthro- discourse dit assez ce qu'il a d lIui noidde Buckowina o u.rapporte-t-on.
pe le hdros bientfaitour do sa patrie crire. Le 1:1. Boyer lui rdpondit en ils traversent la Smester, menaant
e 16gislateur qui consicre ses veil lui exprimant sa reconnaissance au s district dc Cern it
lea A chercher lea viaies sources de staet des felicilations qu'il lui avait ainsi tout le district dc Czernowit si
la f4licita publiquiie, Ie poliiique hu adressdes et lui dit qu'il avait jure le mouv.ment continue.
main, le mngiatrat integrt tous seon de maintenir et de fair respecter BERLIN- Le gouvernement alley
tiront cooler leurs lJrmes au rdcit lea droits et I'indcpendance du pre- mand vient d'adresser aux gouvernoe
de sea vertus et dersa gloire; its pie haitien ; qu it comptait sur 'as- ments neutres un memorandum
brigueront I'bonnour duni'er un distance de tous les vrais amis de dans lequel il declare quc d6sor-
bomme qui rduniseait toutes lea sla patrie, de ceux qui trouvent leur mais les navire marchaids armad
vertia & un i*ard a imminent ; Is bonheur particulier dans la I flcit partensnt aux purs marcesens ar
retOW teront qo .Wael leas it fait publique et qu'il serait toujours dis- appartenant aux puissancesen Iuerr
naltre loin du t ltre o& a exercait pose6 rece.oir de leur part les avec I.Allemagne seront constd6rs
son tflrrf 'finftis n rwlit Pn a"vff qifT tIfnr amitir ff, htien r1nb# et traits comn.ae navires de guerme.
part ,-iper an bontietiar d(e vivre sons le rir dictera. Cette measure est justifi'." p ir les or-
son g'mlveriueinenL ; ils pren1,dronit A suiure dres domnns par l'Amiraute a.nlaise
plaisir a associtor son ,non a ceux qui a monte des pieces de ca.iris A
des Ttiis et lt-s Vlarc Auii61e. bord de navires mirchaiJs arins
*J tie ferai pas le tabloeu de ton pour attaquer les sous-inarias qui
tes les belles actions don't sa vie B i re emergentt
fut remnplie et qui ont illustre son
gouvernemnent; j'abandonne ces WASHINGTON -- Mr Lansing a an-
grands traits au pmnceat de 'His. I once avoir envoy une note a I'Au-
toire et je me bore ici A vou- off,'ir triche pour lut demander des expli-
une re esqusse do quelques PABST cations sur 1'attaq u fte par u
circonstances que nous aimerons sous-marin autnc ien centre le na-
toujours & nous rappeler. AB vire ambrieain "Petrolite" Le Db-
aAlexandre Petion, des I'aurore 0 I apartment de la guerre a decide que
car votire qun. prsgntra e grhatd vendre au price e-ceptio'nel des troupes n'etaient plus n&essaires
destn.es; toujours cales et ra fl-t de or 12. par baril de 10 dou- pour la protecc:o. del interats ae6-
chi, il n'etait pas soumnis i 1-effer- Z'1ies. rucauns sur eC inrontieres du Mexique.
vescence des passions qui rendent Cihe RUilOLD A G II rappelle 'luntanterie de Cheyonne.
lea grands bommnes si souvent inf6 PANAMA-- Le PresiJeut Perras do
rieurs A eux meAnes, ern leur faisa t --- .--- --- Panama, a souhait aujourdhui la
payer des trib tas honteux aux fai-.
blesses hunaines. 11 se lanCa danas C(eteur A. Lesfrellflair bienvenue aux dlMkgues pros du
la carrier inlitaire. oua sa oravoure Congrls de Christiana Les princi-
et ses talents l ii ouivrirent le che- Me4* ine ,7lfndr tle pales 6glises protestantes des Etats
min des hoanieurs... ,Mal 'dies des enfants et de la Grande-isetagnc 6taient re-
*Ombre venadrd, si tu d6daignas 22, rue (Capos, 22 presentees A cette rdunioa.


- .. --- -- ~~ -rC--


I r r


r - - - -


- r -- -p -





LS MxTAlN


Failas Diver8

RENSMIGNEWE TS
M~Tk.Ik0ROILOGIQUM8
OB8S.RVATOI11E
DUI
-ftN14AIftK COLLA.GE
SAINT-MARTIA I
V'endredi i1I idvrier 1916


Barom6treo midi
T minimum
Temperature maximum


7636
21,5
31,0


Moyenne diurne 25,2


Ciel un peu nuageux l'apris-mi-
di. Baromitte constant.
J. SCHERER

Le aileh de demaim
Rappelons so public des sports
que cest demain que se joue le
match international entire les Ma-
rines vet i'equipe port-au-princienne
de 'U SS H. Les o loups de mer
de la marine des Etats-Unis mieux
priparts ofiriro t un jeu plus savant
que celui de la dernikre fois et don-
oeront rude besogne A 1'equipe hai-
tienne don't la forme est copendant
excellent. Bonne partic en perspec-
tive A 4 heures p. m., au Champ-
de-Mars.
St Cloud (RCH) jouera avant A la
place de Bourand qua replace lean
Elie. MM. Williams et Soray sont
de I'Olympique. A part ces hIgh-
-9s rectifications le coup de pied
d'envoi sera donnt A 4 heures et
demise prIcises.
Une buvette sera install au utz-
de-chaussie des tribunes.
La musique du Palais se (era en-
tendre dans ses beaux morceaux
durant la lutte pacifique des deux
learns.

Cietma-Parisiama
A la representation de demain s
soir seront offerts au public une se- c
riedefilmsque nous avonsApeine be- s
soinde recommander parcequ'ihont c
d4jA eu un sucks qu'on n'a certaine- s
meat pas encore oublie. Ce sont ::
*Max maitre d'h6tel aFerdinand
lenoceurs, comiqueshilarants.eMoi
tel amour a film d'art itatien en 3
parties. f
Entree gle 2 g. Reserve. ;g loge 4 n
Le capilaime Willian chez t
le selpteur Normil Charles p
r
Hier vers 5 heures de I'apris-midi, d
le Capitaine William, grand prdv6t, d
accompagnI du chet de la Gendar- 1'
werie, est aller visiter les ateliers de j1
M. Normil Charles, A la rue de la p
Reunion. Le capitaine est rest !.- n
merveill des oeuvres du arand t


Balletis d. Frumio Pasam6ricaise
Nous avona recu le fascicule
janvier de cette important public
lion qui parait avec des matilres an
si nombieuses qu'intressantes.No
signalerons surtout parmi lesarti4 le
Protection des architects de ia N
sure ;- La plus grande caverne d
monde;-- Construction des rout
conduisant a la civilisation. Nous
enregistrons egalement des notes tr
int6ressantes sur notre pays.
La fele IlMpilal militaire
Conmme il a tit dijA annonce,c'e
remain dimanche iS Flvrier A
heures de I'aprks-mtdi qu'aura lie
A l'H6pital militaire la b#nedictio
de la Grotte et de la Statue de Nots
Dame de Lourdes.
Madame la Sacristine de la Cha
pelle de cet itablissement, ainsi i
e R. Pire Huck aumonier de I'H
pital.se dipensentsans computer pou
donner A cette lthe religieuse un ca
chet des plus distingu6s.

Le Temps

Tel est le titre du nouveau joul
ial de notre confrAre V. Toussain
Noel journal politico-4conormiqu
organe des plus hauts intdreta d
la Nation, paraissant le mercredi
Nous faisons nos ineilleurs vou
de succts au Temps et l i souha
tons, en retour de son cordial sa
lut de la bonne et utile bosogni
Ceseils d'agrieiltre

Ces conseils privus par une loi d
I'annee 1859 peuvent tendre d'utile
et de tres grands services. Aussi h
Commission Communale de is Co
pitale,. d'accord avec les luges d
Paix et le Commissaire du Gouver
nement, a-t-elle 4 cidere de former I
Conseil d'agriculture de Port-au
Prince don't le tonctionnement in-
telligent et regulier, ne peut qu(
donner de bons idsultats.
11 doit avoir jjn conseil pour cha-
que commune et doit se composer
d'autant de membres qu'il y a de
sections. Celui de Port-au-Prance. se
composera done de a; membres. (Is
5eront choisis parmi des ciloyens
capables et proprittaire. d'eotrepri-
ses agricoles.

Les vieil forts

On continue A dimolir les vieux
orts de jadis et qui ne sont plus
maintenant daucune utilitt. Les
maitriaux provenant de ces dtmoli-
ionv sont employes A des ceuvreq
pratiques. Ainsi ceux du Fort Tou-
on ont Ith doanns au Pire Le Gui-
lec pour I'Eglise Saint loseph;et ceux
u Fort Lerebours au Paeter Lord.de
'Eglise Saint-Paul. Nous ne sarions
amais asses tiliciter ceus qui ont
)ris cette measure don't le rtsultat
ne pourra dire que satisfaisant pour
ous.


sculpteur haitien A qui il axressa
des paroles de felicitations et d'en- A Thor
couragement tres sinceres.
La propii4th vendue A I'Etat par
La ftie de I'Essr Monsieur le Docteur Tertillus Nico-
las et sise A Thor et qui devait ser-
La rCtition ginerale que nous vir A I itablissement d'une terme.
avions asaonche a eu lieuhier soir &cole ,tait camp:itement abandon.-
A Parisians. devant les membres de nee, aussi d'accordavec la Commune
la Presse et quelques invites. Elle de Port-au-Prince le Capitaine
permet d'augurcrle plus grand suc- Rossel a-t-il fait occuper cette pro..
cis pour la fete de lEssor qui se prit:t qui est d'une superficie de zj
donne ce soir. carreaux de terre 3/4.
Nous donnons avec plaisir le pro- Des equipes s'elevant, en some.
gramme de ce:tc lete A laquelle nous 4 soisante hommes y travaillent.
convions tous ccux qua se soucient
d-art et de litErature: On v cultive du tourrage pour
Rideau 8 heures lentretiendes cheaudea gendar-
iw%--gh heures at d...; .. ,.,. _r. .


ixre parties
Orchestre Cavaliera Rusticana
Allocution par H. Dorsinville, )i-
recteur de I'Essor. Quadrille de qua.
trains morowes d'Osvald Duracd par
Christian Morpeau
La Gr6ve des lorgerons, grande
mnise en scene da monologue dia-
4watique de Francois Coppee par
A. Henriquez
Entr'acte 1~ minutes
2e parties
Mlasique
Servir ser Acte
Enti'acte if minutes
Servir 2e Acte
fideau : Le Chant du Depart.


sl nourriture des malad&e des hospi-
ces et de lh6pital de la capital.

Assedialiem Mixic de
FIEmIre Car*jemer

De.nain matin.i 3 t6vrier courant.
les membres de I Association Mixie
de I (Euvre Chritienne. se r unironi
en seance solennelle, Au eourps de
cette reunion se fera la reccption des
nouveaux conseillers d honneur.
c-v-U-s
Les Membres d s I Ligue de la
je unesse Haitienne sent conroquhs
n assemble ordinasre, le i PyFvrier
,courant, a 9 beures du matiua.

Geogs N. Lier


:a-
Is-



iu
es
y




st
3u
)n
re
a-
se
6-
uir




r-
nt
le
ea


Ster~eairerie d Elal de lPlmIrieur
IA public eat inform q ie tous
ceux qui voudront obtenir des per-
mis pour voyager & Ilintrieur du
Pays. devront dasormais a'adreaser
au Bureau de Is Gendarmerie d'Hai-
U dans chaque locality.
1.e service de la ddlivrance des
passe ports our I stranger, a cause
du caract6re fiscal de ce service.
continuera d'4tre fait par le D6par-
tement do I'nltirieur.
Port-au-Prince le 12 Fdvrier 1916
Chaugememt d'adresse
Pour cause d'agrandissement Mr
Eugine Le Boss6 a transport ses
16.------- ... -_ _-- ; m Doi &


Asmwo-oosm q
&@ fluwi P4rt.nt
colt neartyu..


Vous pov a vot
vitality d'une fagon prompts d

permanent o en pr nt d


L'EHULSION SCOTT.

Elle rontient l. dlmets cre.
teurs de la sant6 et de Ia vigueu .


bureau et magasi au 95 Kue au .... .. ... -- ..
Ruai. cipline et de I arn-chio dans lea
rangs.
N ivelle la mais Par ainsi I'inA.tittion aura vrai ,B.
ment son caraclt'e iialional.
Un mot d'amie. C.ependant cotm il existed d6ja&
Mme X. a le m nheur de chaus- si d'ancieiis onlicier pourvas d'iiis
scr uri pointure asset" 6levle. ce que tiluction gl1iie'Iale et hI C,11taines A
coser uneme ponture asses peve ce que connaissance(s nmilitaires, il a t ayan
co nunement on digne par cette tabli eii vise expression marine : ies bateaux.i .econte. des instrgictt-tis |i ju breu
Cette femme-lA. disait hier geront de oIurs aptiiolsd. at de letr oflre
ramie, elle pourrait. si elle voulait, conduite pour lea f.ir' adinettire & r6s
marcher A la %oile. des emplois d'oflfciers. Le
11 n'y a pIas de doute que, (dI, cette ront
faion, la Giendarinerie |iouirra fair sant
de prolitables acqEuiiltion-; i|ji assi- L
COUPS DE BOURSE reo,,t lagraiideuta letincacit4' de
10i nut it it t.-- .so rte


LA MAISON7
Cernicchiaro & 0
38 ra IOUIX 38

vise sa nombreuse clientele
it puis* son stock de liqua
. eFle vient de recevoir de noa
Lx articles de tout choix qu'd
e toujours A des prix tres mjo
I'occasion des fetes.
es orfevres et horlogers troum
toujours les articles les inIte
A des prix tres riduits.
a maison s'occupe aussi de too
es de reparations ec orftvre6


I -l'- I H ill LlLIU1. I5 l .... -
x ien horlogerie et en argenterie.
i- Or amiricain 475 ./. prime -, Achat de diamants et vieilor.
i D. Int. d-Haiti :9'2 6o ad val. nom
e D. Int. d-Haiti 191 6o ad val norm VETE PAR CONMENTION. IltLS
D. Int 1914 A> 40 ad val. nom Le DOCtett
D. Int. 1614 eB 40 ad val. nom
D. Int. d'Haiti 16s4'C'4oad val. nowa Es vertu de la gros0e tn fotmne L son A udai
le Ch6que sur N. Y. 114 olo prime ex6cutoire d-une obligation hypo.
es Ch6que sur Paris to olo escompte thecaire passme en 1elude de Me| A I'honneur de prevenir sa clie.j
a Transfer sur Paris 5 010 escomp:e Astrel Latortst, not.ire., n d1te du tile qu'il n-y aura erien de chanA'
- Billets de 5 gourdes 010olo escompte dix huit ovembie mil ncut cent dans ses heures de consultations
e Nickel I olo escompte douze dtnient enugistgs:re et d-un de traitements.
N e Ocommandument en date du ouze 11 recevra, jusqu'a la semaine pro
....... -- .. .---- f6vriercourant demeure influctueux. chaine, chez le Di Ricot. et a pars
(dl sera procede a la vcnte au plus du 8 fvrier, iS avenue Lamartinia
L- a Guerre olfrant e: dernitr encherisseui, le'( Route du Bois-Verna ) tous le
e .:< mnercredi que Ion com ptera seize jours de 7 A 9 heures du martin
|tvrier courant A dix heures du ma- tous les jours de ) i 5 heures &
. VIOLENITES ATTAQ.UES DES tin en I'itude et par le minisiete de i'apres-midi. Ses op&ratious se terom
r RUSSES Me Astrel Lafoiest,- notaire iequis A dans la matinte comrpe par le paseL
cet eftlc des tiois quarts d'une pro- Pour routes questions concerova
ee Grand Quarlier Auslro-bongrois priede londs et bitiAses en m.a;onne- le Departeinent de l'Instruction M
s rie, sise en cette yille rue du Rtser- blique. il se tiendra i la dispositia
s o Fvruier 1916 yoirn? x 9 o, mesurant en italJit Ju public au* cinq ministires In
Les Russes renouvelkrent leur ac- cinquante qu:ttre pieds de If.,de sur lundis, mercredis et vendredi, de it
tivst6 centre les avant-poses austro-I la dite rue sur quatre vingi pieds de I heures.
hongrois en Volbynie e sur la fron- proondeur borne : savo au nord
tihe de la Galicie Orientale. Ppar Iancicnne propri t: des demnoi-
La bataille tut specialement exas- selles Coicou. au sud. par les ayints
pir.e dans le seeteur du istme r- drasts de Madame V\e Plantajn. a A (ention I
giment d'inani an et 'lEst. par la die rue du Rtservoir et
Sgiment parnanterie aursctRten et --ne
continue mnme durart route la nuit. i 'ouest par les heritiers onne On oftre de t:rs bons prix Fp
Saze et ar les aants droits de For-
Finalement r ennem y fut compl- Cae eat les ayants droits de For- des bouteilles vides bordlaises i
tement refoul# tun Mtrisge ; telle d ailleursque la res ou blanches.
Devant une position qui fut chau propr`6P se pursuit bs'tend et corn- Inutile d'apporter des bouteill
dement dispute plus de deux cents porte au appartenances et dpen. yant contend de 1'huile ou deob
Russes morts outre le grand nombre dances sans aucune exception, n kirosine.
de p:isoniers que ce regiment fit, r serve. S'adresser chez MM. I. I. BIGN
les pertes des Russes furent tres lour- .La dite vente se fera sur la anise, & C,.
des. prix de deux mille neul cent cinq dol- Angle des rues Courbe et Cisar.
Au nord-ouest de Tarnopol,la Il'rs montant de I obligation encapi-
batailie fut xcessivement farouche.! tal,indemnitts dues et honoraises de -
LVennemi ruussit 4 entrer dans les i'avocat poursuivant jusqii a ce jour
tranchies mentionnies dans notre sans nul prEjudice cy 290o or am. LinO 011an dal
rapport rtcemment, mais enlut de Aux requites poursuites et Jili- e .__
rairveau chass6 par une contre- gences de la demoiselle Regina
attaquhe.- Denis propritaire demeurant et do- Le SIS "* COLOMBIA est attes
sur la frontibre je la Bessarabie, miciliie A Port-au-Princeayaut pout du ici ce soir. L'heure de son dfput
des territoriaux creates ciasstrent les avocat constituk Me Luc Theard avec sera fixte api6s.
Russes de leur positions avanckes election de domicile en son'cabinet Le SIS ** CsMMEWYNE est a
qui itaient solidement fortifies Grand'Rue n o 174. tend A Jacmel vers 'le 7 courjqtq
avant des positions principles. Contre le sieur loseph Aubry con- Le SIS "CALYPSQ". cirgo-boqa
m==. I jointement et solidairement debi- partira de New-York poub iaiti vIN
teurs et ob'igis avec I dame Vve e x8 coprant.
Recrutement de la In-Joseph Chancy et le sieur David 4pf. A4IHRE D 4et.
Aubr tous demeurantet domicilis
(endarnwerie Ai Port-au-Prince. i -
d'Hafii Pour plus ample renseignements AP R ITAL
s*adresser A Me Astrel Laforest. no- AP RITAL
taire, d~positaire du cahier des char- Liqueur bitter
Uns maleatendu re.rettable sest Port-au-Prince le 12 ferir 1916 QUALITE SUPERIEURS
product a I'occasion desenrolerents l -
dais le Corps do la Gendarmerie.I UCL c EARI), a v. In .. w & -


Voici lea informations que nouns
avons recueillies, l.es organ isateurs
de ca corps ve-ulent que I'anstitti
tion ait uP tel prestige que ce soit
un honneur pour tous d'y apparle
air. Centre les genda i me et ceux
que feusi jprite seul aura tfat de-
venir des offuciers, I'esprit It plus
large d'6galit, et de fraternit de-
yra r4gner. 11 fant qu'on prove a
rerpjir cette onction d'bonneur
ans flaWt Aeltle que ja grandeur du
devoir copqpin de defeudre les
loai et la aci 6 niyele le les condi-
tions sociates en lea rplgvant toutes
11 y aura loin, combine on voait, apre
1'htat de chose nouveau et le re
crutemenat doe otre ancietne arm4e
oA enroleurs et eirolds *iiclinaieint
A considdrer .arifois le service corn
me une puniuoi et o Un esprit de
choquante inogaUitd anti-dimocra.,
Uqi mettaU r4ciaement de rindis-'


I~VKLJ~AUX
t~I flNf A


Dr. V. ROMZER %ViN TONAQUs
Chb ii nrgien- llau IiWe GOU I'DELIO1EtJX
PutGra'ItaV'r, (f Phi ladelphv ia )'1- PfEET3UA.NNAQfiERHqLq
Dort tom- it la Capit~ale assatoice aiA;Ei
ses amiis et A sa Ibie vtsIftuste dchs-
X41eqi tji -epirend la dir-ection de,
sont eaI~iiet A parltia de vesidi-edi I I
F#.v-ier. Dames-geannes ne-r4
'loavaux drmfairesrem Ions genres 4 .et ~gitljong

Travail soi ,11,rprix mddr Chabraques feutre


8 h.A 2 h.et 2 112A5 h.
114 Rtue du s'esti-P, pi-cls de I&
I'barstpacie Bay ard
Port-au -Pineiaclo 10dvrier, 1916.


Blpre PAST
A vendre a des prix except"
nels.
ghe G. Bo OT


-- -- r~L-3CT ~ ~r LT.. 1 1


_h


__


i


1
(
!