<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02530
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 8, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02530

Full Text


U ml Q ITNIZ CKT'IUIf srdi A IOW 3on


(36m&nmt.NAG LO
DIRWCTUR
ABORNIABMDTS:


On Mob
Trol, Mois

Ull.Nois :
Troui- Mois

TrjiisMois.


PORT AU PRINCE
* : 0, 2.00
. : 5.00
DEPARTMENTS
: G. .0
. 6.00
ETrANGKEt
S G 8.4 C


PORT-AU-PRINCE ( Haiti


R"IACTION ADMAINI6TIIATION
Angle des ktues iwi'u & Am iericalLi'0

Li's ammooee s sou re.-ups
A POSr A PF V; L .' I I I f rt:1. !x UU 10Qar12a.:
A PAR[. '- -:4 i on-m


A LON.I.


0L


OUOTIDIEN


A~~ ( 5N 'A I ;C~rusalcw

A Naw-YORsaL 2 i.O. 11\4$ 9Wcgt

Les muAnu,ra:sfl d.~or.ne lont pii7, e'du

.lbonnemntiIs & I ti I tII '? leS p)atsI aftco


L cttre de France



Choses et autres


IVe ,nole Cot respondantt

Une ligue vient de se former. L'i
den m'en semble charmante. Un pent
exaltde peut-etre, un peu naive.
mais L&noignant d-une amle si plei
ne d'ardeur et de courage Coela
'appelle la ligu e des Seineuses
de courage*. C est inne jetnie tille
qui en a eu I'adte. Suiur tie soldat.
ardent patriote, elle a *0lierchI par
del& les activities 'oldre mnateriel
qui pernettent aux femmpies detromn-
per leur affreuse attenate un anoyen
encore, de participer a la lutte.
D'un enthousiasane presque viril
elle a sans doute, autour d-elle, son-
ti trembler des faiblesses, naltre
des dcouragements. lhesiter des
lassitudes.. sans doute, aussi, a t-
elle senti que cela ne se devait pas.
Et c'est alors qu elle a jete son
appel, demandant a ce que toutes
les femmnes s'umnssent pour combat-
tre le pessimism partout oft elles le
rencontreront. pour reliever les cou-
rages abattus, pour faire, sans cesse,
acte de foi et d-espoir et se confor
mer, entin, au mot d'ordre de la
Ligue : ell ne faut pas gmnir, il faut
agir. C'est tout de suite I'heure de
bien fairest.
Car nous aussi. les femrnnea, nous
avons A4 lutter. Non p.a dans de
sang ants combats t'ames et de
corps, tels que ceux qt.e livrent lia
bas nos vallanats soldats, mnais
dans d obscures circonstances, con-
tre de. soucis mendiocres et, son-
vent, centre d-humbles et dechi
rantes tristesses- Et 1l nous faut
P'aide de notre enthousias e, I'6-
lan de notre ceiur galvalnisc pal
l'amour, par la douleur de la foi.
C'est pourquoi, sans honte, en
ce moment terrible et glorieux oft.
dans I effrovable tuerie, se decide
la destine des peuples, cIlles qui
sont p rservees de toute atteitnte
morale on mat#rielle, prennent
example de courage sur ces femmes
en deuil qui le coeur broyd et pour-
tant dperdu d'espoir, songent en-
core A se liguer contre le pessimis-
me possible et peuvent rdp4ter, ac-
tives et sereines *II ne faut pas gd
mir. il faut agir. C'est tout de suite
I'beure de bien faire..
LA devant on se sent a la fois ra-
nim6 et tr6s humble. II n-y a pas
de plus grande galitL que cell de
la souffrance. De quelque quality
qu'elle soit, ce qui imported, c'est
qu'elle ne reste pas inutile. 11 sem
ole mrme que cola ne puisse pas
tre. tLomme done s c panouissent
en d6vouements et en sacrifices ad
mirables les sanglantes 6preuves
des pays en guerre, que nos hum
bies peines portent aussi leurs
fruits I Rappelons-nous surtout qu iI
a'est si petit effort qui nfait son
prix.
Une lettre m'arrive. adressee par
cune maladeo. Je n en sais pas plus
mais cela ne sufflt-il pas A la rendre
inthressante ?
11 faut uine telle (lose d'tnergie
pour prendre part a la vie active
malgr6 la faiblesse physique, que
le plus petit ellort d'un etre souf-
Irant vaut beaucoup plus que celui,
multipli6, d'un bieiT portant. C'est
pourquoi je m 4tonne devant cette,
correspondante inconnue qui m' -
crit si gentiment. mais si tristement.
11 y a tant de rnalades qui, sans
qUon puisse les en blAmer, s'absor-
bent dans leurs maux II y en a
tant quio se laissent en quelque sor-
te hypnoliser par teur faiblesse,
i'aggravant d egoisune inconscient
et de laisser-aller, que l idee seule
de vouloir r6agir me semble un
rand privilege. La volonte, chez


le inalade, product une sore de mi 0ouv lleoS da SS
racle. La soulTraice et la faiblesse
out beau I enrayer, elle est conine (Par sans fi )
6purde et rendue plus efllcace par
I isolement; et la pensae, degagde,
elle aussi. du fdtras des preoccupa-
tions extdiieures, lui seirt de levier. 4; Fetviier
eQue peut-oin fire en inarge de BDERLI. Ue alte Ipla la L gre-
la vie ?. demand avec uni peu da- nade a imaiiii au said -Ie i n.lS-ime a
tmertumne, not e inalade. etd brlste. Il"s Alle-nands iont re-
Ileaucoup plusqueceitains abien pousse tine tentative anglaise d'a-
portanits, et souvent de plus belles vsncer au si.l Ide Labaise.
choses. N est ce pas souvesit en PARIS.- 4771) IlotiinileS oilt et
marge des bons auteurs que soe tus et pIlus de "00 blesses durant
troinve 1lannotation d-'oa jaillt le les der-*iires atta.lies de dix sepi
sens clair et prt'cis de I'ouvrage ? aeroplaines fraanciis sur les camps
Etre ten large de la vie. n em Bulgures dle P'etracl dais la valley
pdclie point de participer a i'activi-.Stru'nitza. L.e )bombrdelnent na
te de cette vie, ine pas siuvre les dui6t que vintil minutes.
clheinis battus naempnpche point de OTTAWA. L.e corp., de J. It. La
marcher et d'avancer vers le but granted, na emiployo en cli-f de 1,
du grand voyage., 'est plus diffici haimbre des C(ommiu es a 6td
le. voula tout 11 y faut surtout un troiuve dans les rmines de ledilice
effort de patience et utie sonmne du Parlement aujourd'hui.
d'abntgatioin tiui, a elles seules, SAI.ONIQUF -. On announce unae
pourraient bien constituer Itueuvre offensive Gerinalno-bulgare dans Ie
d'une vie. N'tsL ce pas ausasi une voisiagte del l)oian sl la frontie-
comnpensatiuon de pouvoir, sants que re grecqUe.p l.*- iros catons aniglais
cela suit au detliiment d'autre cho- domineiet I'advei-salre.
see. ktre sans cesse ak la disposition; LONDRES Le lini (eorges a
de ses amis ? De pouvoir toujours faith sa preinire alpiar'ioi pubblilie
leur oll'ir le reconfort d'un coin depuis iu'il est tomlnb tie chevdl,
trantqjnille, d une contidente sure, au nois dl'Octobre de laannee der-
prete, quoi qu-il arrive a partager nire.
leurs peines ou leurs joies ? La tur- Le lHii a ass-,iste al service de
pidation de la vie moderne rend Requiem celebrtl e l'lihoiieur des
cela tr6s diflicile aux actives aux soldats norls.
alTairees des mille et une de bienfaisance, nal necessale de Wilsoiin et Ie S'-riltaire lIansing olut
notre douloutieuse epotiue. Mais, comanence la discussion i e la der-
soyez-en sore, cos mines *santis. niare note do I'Allemag'ie au sujet
soupirent quelqnefois de nie rencon- de Lu.itania*. Uni response n'est
trer autour d'elle qu'agitation et point attended avant uInndi.
inouvement. La reposante maigea KERLIN.- Ie Z>ppelin L-IQ nest
leur eat douce come une halte. point reloureid. C est 6videmment
Elles savent y trotver sireinentune celui qu'on rapport' ttre submnerg.i
atnie patienite, Ie siege familser avan- dans la in-r *hii Nord.
ca pros de la chaise-longue, le cal-I WAsHINGToN.- Le St.nat a votte
mne oU la peanste se defend pour se le Bill (iii accord I'lildtpendance
reveiller plus forte et plus lucide. aux Pltlippiuis dians qiatre ans.
Voila pour I actvilt( morale des re- NEW YORK Oil anuinonce que 9
clauses. Elle est discrete, mais rayon- raiders allemands du type du Meo-
atante. we qui captu a I'Appani ont ete ar-
S.,.omes A Kiel.
Si les *alTaires" ont quelque peu WASHINGTON Au nomu des pro-
repris leur activity, elles sont enco- pridtaires anglais de I'~ppam, P'Ain-
re loin de leur march national. bassadeur anglais a formnellenment
La vie est chire, ['argetnt est rare... demandA aux Etats-Unis de remet-
et il y a tant de malheureux A se- tre le navire au consul anglais, sad-
courar ? Puis, Ilavenir est incertain Ion les dispositions de la Gonfdren
colnme il ne I'a jamais Lte. De cette ce de la Haye. Le D partetment d E-
grande, affreuse guerre il semble tat a fait savoir aujouid'hui son in-
que des milliers de calamnil6s se d6- tention de perinettre & I'Alleinagne
Lachent pour a'abattre dans les fo- de garder I-Appam d'apres le trait0
years. Ici, c'est una m6tier qui n'a americano-prussien comme une
pa% course, IA un soutien de fainille prise legitime.
qui manque, Iit encore une entre-I LONDRES., Les principaux dvene-
prise mort nee, avec tunt d'autres.1 ments A signaler sont un raid ad-
Jans le bouleversement mondial. j rien Austro Hongrois at Shimna, Vo-
Aussi. tout en ayant cotnliaiace Ihymta, sur lequel it fnt tired, et uwe
dans le r4sultat flial de la terrible raid aerien russe sar Erzna.
4preuve que noun subissons tous, Sur 'es nombreux fronts russes,
A des degr6s diffrents, mais. je les austro-hongrois continuent
crois, indistinctement, sent-on le avancer dans I'Algania, ayant at-
besoin impelreux doe s'arnner con- teitit la rividre Islini.
tre des difticultas chaque jour gran- Dans I- frique occidentale anglai
dissantes: Difftcult6s d'ordre p6- so, les Francais ont capture de
cuniaire pour la plupart. pas tr s nouvelles forteresses additionnelles.
romanesques & vaincre, mais mal- -
heurousemnent de toute importance.
Soit qu'll faille sufflre & ses propres
besoins, soit qu on vuilile pouvoir Br
aider les autres, il taut aujourd'hui ic
agir, et agar vite. A de rares excep
Uons press on semble, d'ailleurs, A
avoir comprise cette obligation. On
parle moms et on fait plus. L'agr.- PA T
ment et les amusettes ont tort. Le AD I
sens pratique est la vertu du mo-
ment. PraLiquons-la, c eat une mo- P B
de bieufaisa te qui mrite quon ST
s'y arrete.


S5
Paris, le eorJ

Pabs ...


uzANNic CAROUN.
Jaaavier i1910.


A vendre au price exceptionnel
de or 12.- par baril de 10 dou-
av .-t


Pabst...
The famees lilwakee ew
EN VENTE CHEZ
1. J. tigLo 4* Co
En gros et au detail
Angle des rues Courbe et CSsan
La meilieure et la plus hygi*ni-
que des bMis.


L c v rJlaire Jl'l:t de I'lntirieur in-
i.l a aJ ,rcun: aux Commandants
des Arrondfissent'nis de la Re 'ublique
comment leurs lim'tionz Itanlt einilsta-
ris. s ils dvLEient coinpret'ne fIur rJle
et eterce leur cmpini purement ci'il..
Le(, G(,,, c'rnementt 'lnt dle chbanger ctl
ordre dJih'srs It Iths c,-,ninaliidatti J ar-
riOdJi set'tenls sot rh'Yis de lelu r ciemploi.
I' mci en cit' t. lesf n zielles circ'ulairt'.
quelt i ent d adre'ser le minlitfe ,hc Fin-
t'ri'cr l.ux O)nliiitdantsil d'J-arronduise-
it',et en mitit; It'imps qu'll deinandait aux
nag lsrals tOlitiunnaxx d e corre'spoindre
Jernrm.lis are, les Co,,inissaire du (Auu-
vet nemewnt. 'lsqu.'ls outi rectu de nuil'elles
instrulctions.

Plus de Commandants
d'Arroudissements



lux Co0mn3daals dis Arroadissements i
de Id ftpdblique
Mr le Commtriataiit d'Arrondissc-
Inentii

L'article 121 de la Constitution
prevoit comine une des institutions
du Gouvernement local, le Conseil
d'Arrondissemnent. L esprit d'arbitrai-
re et de centralsation uutree, resort
essentiel du desastreux systeme mni-
litaire que nous avons aboli, avait
Loujours et volontairement nieglig6
d'dtablir ce Conseil.
En attendant que les Chambres
Legislatives viennent en fixer l'orga-
iiisation, fatsant entrer le pays dans
un regime rationnel et legal,ie Gou-
vernement vous avail place coinme
un element civil dans it tat de cho-
ses provisoires que definissent mes
precedentes Circulaires des 22 et 24
lanvier coule.
Mais de noinbreux rapports re;us
de partout par le Gouvernement, il
result que la psy..hologte sans sub-
ilitI des populations ne peut tou-
jourspas se sous.raire aux inconv&-
nients qu'a tl encontre de leur libre
a.tivitte, avalcnti ciees et maintenus
A'institution de, Commnandants d'Ai-
ioitdissements, leurs caIacteristlques
tonctionnelles et leur denomination
meme. L'ineret de ces populations,
interlt qui passe avant loute chose,
la situation precaire du tr6sor et les
conditions nouvellesqui garantissent
maintenant 1urdre public, ont deter-
mine Ie Gouvcrnement A prendre
dans la *iance du Conseil des Sc-
cretaites d'Etat en date de ce jour, la
dernitre decision de reliever, A partir
d'aujourd-hui, les Commandants
d'auiondissements de leur emplo, et
de demander aux Commissaires du
Gouversement pros les tribunaux
civils de les remplacer come Agents
du Gc uvtrnement dans les localates.
Vous dcvez rester persuade, mon
cher toncitoyen, que la measure qui
voLt,, frappe nest la consequence
d aucun manquement que vous au
licz commis. Le Gouvernement, au
contraire, ten int compete des services
que. ptisonnettement, vous lui avez
rendus, ne manquera pas. A la pre-
miere occasion,de faie appel A voire
tact, A votre intelligence et i votrc
devouement dans quelque autresitu-
ation plus en rapport avec l'interet
public.
En attendant etc.


Circulaires en date de ce jour ( i )
qui sont adress6es la premiere, aux
anciens Commandants d'Arrondisse-
I cents et I'autreauxCo.nmissaires du
:ouvernement pros les Tribunaux
Civils.
Vous verrcz que les devoirs nou-
veaux qui vous sont counties par les
circulaires du D6partement en dates
des 22 et 24 janvicr, vous aurez A les
remp ir, en correspondent d6sormais
non plus avec les Commandants
d'Arrondissement qu. sont suppri-
m6s mais avec les *commissaires du
Gouvernement.
En vous confirmant ce que j vous
ai IdejA dit que le Gouvernement
compete scr toute votre activity, votre
intelligence et votre devoueincnt
pour remplir Aux mieux des intr6&ts
des populations et du pays, Ae r61e
important qui vous est ddvolu, je
vous assure etc.
CONSTAN.TN MAYARD

Cireulaire
Aux Cominissaires du Gouierinesent
presles 7rbunaux ,ials de la W/publiqia

Monsieur le Commissaire,
Ie vous envoie sous ce couvert.
une copie de la circulairk que, con-
formement A la decision Ju Lonseil
des Secrttaires d'Etat en date du 4
fdvrier j'ai eu A adresser aux Fonc-
tionnaires qui existaient dans les pro-
vinces sous le nom de commandants
d'Arroadissement.
11 a 0t6 decide que mon DLparte-
ment vous demandera de vous subs-
tituer A eux dans les devoirs qui leur
incombaient et qui se trouvent dli-
nis dars mes prdctdentcs circulaires
des 22 et 24 jaaivier de cette annie,
circulaires auxquelles je vous rMlkre.
Votre -iction devra s'diendie A
toate I'etendue territorial que com-
prend votre circonscription judiciaire
c'cst-A-dire que vous aurz A corres-
pondre avec les Magistrats commu-
naux de tous les Arrondissements de
la juridiction, pour pouvoir adresser
a mon Dipartement des rapports
complete sui I'6tat et les besoins des
loca it6s.
II va sans dire qu'il vous sera four-
ni les moyens ncessaires pour ren-
dre efficace l'action qui vous est de-
mandte dans le regime provisoire ou
ui r61e si considerable vous est con-
fie.
Les archives et le s.e u d 1'H16-
tel de I'arrondissement vous seroea
remis avec inventiire et vous les
gardereo en votre Parquet jusquA
aouvelles instructions du Gouverne-
meet
Iteves, etc.
CoNsTArTM MAYARD
s Le Monitcur a public : J'attire votic s-
ricuse attention sur les difl4reses parties de wes
pricidetes circulaires des 22 ct 24 Janvier cot*
rat. Nous rectifioas ici sur La Jemande du Se-
ertalre d'Stat de 'iadrieur.- N.D.L.R.


)oetear A. Leseonflfir
Medicine qgenrale
Matidies des enfants
2, rue Capois, 22


COUPS


DE BOURSE


fl RA -** --U m u ^ ~"- -***--*"--*** ^w- --r. r--****^
Va i quv L/. ps1A gAmio
LeA Ulull" & Co* CONSTANTIN MAYARD D. Int. d'Haiti :9'2 60 ad val. nom
Port-au-Pirnce, le 4 tivrierig96 D. Int. J.'iaiti 1913 6o ad val nom
D. Int Z914 *As 40 ad val. nom
LA MAISON Circlaire D. Int. 1614 B3 40 ad val. noM
Ed. E tae et Co Aux Magistrats Commaunaux d la D. Int. d'Haiti i4C'40 ad val. noma
Ed,. St e t GoPipbisque. Ch6que sur N. Y.1 i4 010 plime
Est transerde d I'angle des, Mr. le Magistrat Communal, Ch6que sur Paris to O|o escompte
IRes du Qu ai No ;6i3 et Traver- rransfert sur Paris s oo escoripte
sire No Y, / iHalle Dcinos ), J'attirevotre strieuse attentionsur Eillets de 5 gouides a olo escompte
EN FACE DE LA DOUANE a Les ditlrentes parties de mes deux Nictel i o1o escompat


Or amiricain i~o /- nrume


s~ Ir ---- -- --


MMMIM


L


I r


'.! Ic \ I-, '. l'). J1.21


I


06464500





LL 1' A')I


- -- --------.-.- 1WA


Fails IDivers


Uk;T.kOF~&JLOGXQ'UM8



Sa.IIINAsa-'*.
S.N'r-M.1 RIA I
Lundi 71 t~viier;916


LHarowatre A midi
Torxap~rature maximum


31,8


Movetnne diurne 25,3
Cii I clair la matin&e. et nuageux
I'aprcs-midi et la nuit. Air t:6s-sec.
Apparition de Cirrostratus.
Bamomtere constant.
) SCHERER

Le rapilaime Ressel am Baossisal gtral


A la sure Cisit
Nous sommes en measure d'anmi
cer que Iet travauz de captation de
source Cirisit ont t6 rrepiis.
L'activit qui se ddploie.actuellem
sur les lieux pe-met d entrevoir d.
un avenir trs prochain la rtalisati
de ce dlesid4ratutn indispensa
pour que la partie Nord de la v
-oit suffiiarnment et hygi6mqi
meant approvisionee d'eau.
Uie eNmielle avesse
C'est une perspective large et i
gnifique qu'offre la no hle aven
que vient d'ouvrir '10 n" ati
communale A l'extr p e
rue de 1 Egalite. Les vois lur
raires poursont s'y ei r pour c
trer par la porte Est etiere,
voisinage de la chapelle. -
La belle avenue qui nest pas c
core bapti'le s'appellera, si nous
croyons leI informations que no
avons reques: Avenue Victor
Plaisance.


On se tappelle qu'il n'y a pas
lengtemps nous publiions un article A vis
signed du syndicate des planteurs de
cannes de la Pil.ne du Cul de Sac,Ae nuit .ans
prcpos de I irrigation de cette int6- cour1 un cheval sous pci n alas
ressantes rtgion.Etudiant les moyens cour, un cheval sous pc1 alcza
d*arriver A ce but, hier It Capitaine itamp miles lettres I. M IB.
Rossel qui Fe dkpense avec un di- Une bonne it&ompense cst pr<
vouement at une energie sans pa- mise A celui qui me le fera retrouvt
reils. s est rendu au Bassin General. OSCAR LECLERC
Le Capitline Atait accompagne de N. A*0
Iorno, Secretaire d'Etat des Travaux Mule brune 6tampee 0. P. .yajr
Publics ti de i'ing6nieur Price. une &corchure au dos vol6e dans
On attend les plus hcureux effets cour du No 58 Avenue Dessaline.
de cette visite.

i raid Iraaset d'assaiissmeat Eternele vis
Eternelle vision
LA Commune vient d'entrepren-
dre de grands travaux d'assainisse- RO 1
ment de toute la c6te limitant la n,,e Ci ROM.l.
trade de Port-au-Prince Ces travaux ., rondc tant.astique, aini qu'u. tourbillon.
oni coommenct depuis la rue Oswald, lournc et Ia MNort onduit1 nrvanxt cotiilo
Durant autra fois rue de Normandie t Xblancs vidllarjs, d'adoles:cnts. de pile fci
et s'arrctront jusqua l'Abattoir. Ce i pour.
sera la premniere.pattie du travail qui1
consistera en nettoyage gnderal, ass&- Et, d'avance esquissant le pas m'st'rieuz,
cheinent des maral- et 6tablissement Un sourire i la lvre, un tair j. ns cs veux
.Simplement, tu t'en vas, car la Nutt te reclame
d'un vaste quai sut toute l'tendue lit, toi, tu vas danser pour itonner les amesl...
de la region. La deuxi6me parties
portera rlui6t sur la region sud et Tu rcvais de pays inconnus et lointains,
s arriten i jusqu' Thor. De f{te, de mus'ique et de plassirs divins :
1J L. i sarabande passe ct ton ctre se pame !
Dans un pays oui llmpaludisme it, toi, tu vasdanscr peur tonner les imes!..r
sivit a I'eat endemnique. on ne sau-
rait trop applaudir a 1'executtion de Autour de toi I'on pleure et puis I'on ,c .ouuit
Ouvcrt, le Piano gucttc tes dolgts, en vain,
travaux aussi important ne serait cr., Iour ant au rve tterncl qui t'cntfomme.
ce qu' ce roint de VUe. 'oi,tu t'en vas danger pour dtonner les imes!...


Tribunal ie 'assaliem
AUDIENCE DU 7 FLRIER 1916
Pri'sidence du prsidLent L/ger Cauvin
Arrit rendu ; Celui qui casse et
annule le jugement du tribunal ci-
vil de Port-au-Prince. en date du 19
Novembre 1914. rendu centre les
consorts Sauvg&ere et au profit de i.
B. Desauvoir Louis et attribue la
connaissance du fonds au tribunal
civil de Petat-Goave.
Affaire entemlue ; Consorts Desval-
Ion contre Charilas Dargout. Mr le
juge Dupont Day entendu en son
rapport. Mes Fanfant et C. Bepoit
en leurs observations. le Minist6re
public a conclu au rjctt du pourvoi


Cotr61e el lispeclioa des Deames.
Le steamer hollandais e Jan Van
Nassau arrive le 5 Fevrier courant,
laissant Ntw-York le 20 Janvier 6-
coult, a apport6 pour onze ports de
la Rpublique Dtux Mille Cent Dix
Huit tonnes 6/oo de Marchandises
diverse ansi reparties:
."voir
Port-dau-Prince 889. 58
Cap Haitien a2C. 12
f Cayes 241. $9
lacmel 201. it
Gonmaives I5a. 1
Jiremie 57. 24
Petit Goave 57. 60
Saint Marc g9. o
Port-de-Paix .o
Aquin 35. 8i
Miragoane 3, $.
Total --- 118. )6
Ce m, me navire a apport6 pour
Port-au-Prince entre-autres marchan-
discs Tiois .Mille huit cent trenie
%Sept bards de Faiine, et Sept Mille
j QatrcVaiogtQuatre lmeief slMorue.
Jort-au-Prince J'7 IFTi 191 6.


Voici des flours pour couionner ton fron sercin,
Voici tlr diamants dec nos plcutrs sur tes mains,
0 Toi qui vas joycux vers Ic cortege intimne,
O Toi qui vas danser pour dtonncr les anme!..-.
L. HsNty DURAND


Il a Guerre


UN BIPLAN ANGLAIS CAPTURE
Grand Quarlier gqjaral Allemind
6 Fivrier 1916
Sur le theatre de la guerre A I'ouest
des petits d6tachements anglais qui
tentirent un 6chec A l'ouest de Mes-
sine et au sud du canal de Labass6e
furent repoussis.-
L'explosion de mines frar.cases.
pr6s de Berry-au-Bac et sur la hau-
teur de Combres ainsi que dans la
f6ret Le Pretre. n'eut aucun succes
remarquable. -
Prts de Bapaumt. un bipln an-
glais flut orc6 d'att rir, les occupants
lurent faits prisonniers -


Le Docteur
Lon Audias


La qJasil, j, G-lax I'arCohai8 -


caJllal qslit teIn iute o jputatas doo W~~ r~..f~d.OaJ
Cenl l~ ae vol ** -~t ats- priosee, plt*l I:IiuialulaJt!i
.in s to failt d o 1 Il, a ia c ls.)u l o rie A-,e q' j'r
ton vivres aathiewijaaL'es ddo acs dous i- pow OU fWWO U .SMW d 3@
ib~ ties. I es V ,e st.43 ~Boe~ajcainel.
tic.0 leesdrI t.Ii~~ ontt~ hsmerfs fast, bciar cdke
Lit, I-i.11. le'..a. i 1.s* t -, tred Ws s 4~.11 1 e
(Jue jour, aillpoilit a. (1111subit'e ltaiI.. Efli.est auzas b Un
vO1,eurrolae 'JC o soil Voisill, IdBel.m(esret
inier do I IfupaVi dt' GOIJAW. I.'iSitill- 'u de kuim
Ce Iile!itae ICw-aiLI aspetl seul de Chu- amUaS.a aPour
'Site vauanat~rodes Vase-s *iexiste: Arg e u
ria- Plus que par esouven~ir. La gifne hils fU aVfte .*les enfantI fail o ildys
ie et parloiti, sest ablie datis pies- abilo
Ion que tous les foyers Ht comine sur
It croiL do caIlaiitts, lo dernier cyclo- '
A- ieatout uni4 a hbas. P'as un bana-
iterdode dcii inetres de hauteur I o erLa Rcdm t
au- I UaltaiLtpa eau x.,atre le venltt ell 4 Lonhui i~taer'itLes families Ambrotse et Ies
lau ~r ur GCit lt adtwsolatioii. c ebuit Ga l ~l 6aet~ a emercient bien sinc~ereent les o
lit r-1iajai. Aiijotird'hiati k-S -ie Grand-Rue, A :S-c de "it Pharmacie breux amig. tani~tde la Capitale "q
p atits se soUtt'lhezia't. A j~ile, e. it- Cen tr~a! e. tie la provinlce, qui leur ont do0W
Len l Volit cilte I## secittCl-v-se iorhitt~lre. S*3i. C ~sei.A .Mr. 11. Poitevien 15, des I~mouitnmiges d ypt
)us Lej patysaii totupietotialors liuii UnPetit-Fou r. IOCI 1 elamnde eurpahe I
rin pa oblt~iie se pose .levatiit. Itin -c QsL (LI ocaio tet lia mtie delcroirelb
celui des eaitx. ------lerpofondFel ICSamn.ieurt decroi.
Au Ietlal.-:iijam de 18M4, Ies inoii- erpo drcnaisc.
PaVeaux gratids Il) tlot*( aaiti P9.V\,1 ('E (l 1AS'IU\
tous abatndoiwtt lit caainapignu polar A vcnad re un jol i,-yr lin A Dlci ut-
liler tfaire el %-tle de' latpolitil-Iaiie itenll ace de l1a1 pi ojilt :&i 11Pi1tion
ou du Mnahat al'i-: ue. hvjtii lui setil. Pierie Anld' mcsur.' nt 6b picds de Ligrie H____ al
lo~ j)ysaii sins scieaice ;igricule, I idie stir q() de prootilneur, arbres,
naSalls u 1il nyco, 1'a jaillais pu oil su!truiicrs et:.-.L i A A AS
.111 -eiedlreptitrles caiiaux d'irrigatai c desc x ucIux ujor IrtiLe Soir po1%Nur buNS SAUrt
Parer les bit~ies icdes digues oti des a.prr csorpurtu l otsd
0- IIssins tie distri b~atIoll. Aussi lat Sud, Curai. to et [Eliuropec.
:r force do leau cialevaib uune pierre q Le SIS"-COI.O\1Ill.X" est atteii
iei ou chariaaat ties alluv-ioiis qui du vers le S cit i .C a p. 1i chirp
ubdru.iuent Id. Uij bi&le de ce bra-, ra pour Cutii. ,c directernent et pown
vala sthl ipolar dtfire A anou~itit In (I u i Ife *l:Euaojw dI\L.<:rininsborderncnt .a Ca.
nt hv~iivIC do aGl oine etcine axceraicr i&4',er~~odm 1
laie 15plaiueS d.'s V~ises etL(lit 1Fucas-,b it-s aa dn c i RO
I ILeS l -ORAN1dt-I'iNASe vet s I
AXu Btioacusbiila situation etel iiiiae (itIlc il'atndu rPmI ai-llr in tMacc Genalet
core itite (1jiadiiX Vases. A Ipart Lbroas AIcz a"Ilit rl atiih: 1 tMr tn
ou quatre Hralades habitatiot's tji S ce e v im VCS POu~r Ncw-Yoik.
1betiatlcien, tdo prestitue boute 1[eau o iSM G#Puit-au-Pruaa~e le 7 I~viiicr i1W
doia rivat6,re de 'Toicelle (autretois DE Aug.. AIIREND'TS, Agent.
du Iioucassma,) la plaiuac so dehat jKola i ;Iuin tmlgie
-d~ans tillmiiiasine df~couraageail.,
Le 116emacci ies laabitatioiis I lEv~iie, dtceiadsTa
n a~l-C1L' iii4aip5 des oloii. (Julaire enr-t Si vli i~iIuioits R-aporsel st aiship line
,n ifos~tliei, vi~airquadetsi4ut lol U votas aatez I* tmarharas dsilclaujiy
lia, .'is ti jarudaaast i.t jilus tue ,les, Le Ste~imer A \I IRICAN .vant
settle livrc tde suicrLa botalittde, gd-olle.111ISVl i ~rq slaissc N, Nw-Yo k le 2 Fivrier cst at-
hurs tries ost elown di luaids. VIrs,~C. ade Ia 1I hIv ltdu :A Pmt -.:uTi a ce probablenelat
0oti a I-('- I'llt'a[cos cauidue liti-.Shi'idit it
Poij-aug ei~t ei ati, ho diiauxdcaas -b rteciidit clatu 'uaair, i*to Alaiput- e 9-ourant ct ;' at'ara le n~nie 1011
roiagdusx!-ent ledi-itdieu fitpour lis p,)rts dui sud.
toujtjuIPi~sptttie ilia i dmotiac do ci sILe ds.1Lugu.'_'de h aCornp-igie
*terres, gnisque de 17W4.)a IM9.J emsig )SVERNINEI
propi it~airvs 41&. lurs a%'aieint obtozau
d lit ic coiloqhjuts aiia distributaoll
des caUX tie la a ivzi~re du hkucas Gamptj)Ekhe
saill. AR%7
11 v, .1 0t itCli r l liitcreUsoU-i (anpscIhe of... A ~ L A
tIle Wla .ni vt atit ;x Vases. A' Ontdeiiialtdt!5W() loahs tde earn- iq 1uolLr b Ltte.
moll a%-is.ntill proinior pts et dfticiplchoal I ais I bas ihis Fii (). U; a U T FS P RE E
sir seiait fait VetS lat soliitioii do Ia liver aiia 1111 'rt"e tilal-I 11t1A dIlaitia Q AIESU E ItR
EIlliestifiat. .i lIc Dartoinletti iuinis- j aepa~. r Itail *41e M 1,110
It'-fit tjtIe [littl'aiiite reli-vPenjoi MASSET 1I lol.-lde Fiai ace. BORDEA UX
i 1iait lux geiidatines (de Lenir main 1 N. B. Spil-cilier quzatid lat ranise
fet-lae ai' 1applicatioia des rtiglemlents, POt uLt~lctr ail .e
v relatifs, si le biteur synadic au lieu1 QIN
d sctre un pay sain, ctait commfe sous, yiN TON IQUE ET DE
la Colcmije itiagrand propri~taire! GOU F DEILICLEUX
sliatruit, assez d.~s~iat~i-ess6 pour 1A A lM I ISON REETZMANN-KIGERNbLM
mettre soil uctivild. son i(nergie, saAGN
foice morale au _rvice de la CornIi.Cerimi~e~hi.arso & COAET
rnunautd et Waernployer les taxes 38 lHU ROUX 38
qu A Ilentrelien oil oux, rt parations Aues imrueein~equ
des canauxix dara aiation .Alie a erireseeon?-e u
Le gansplnielr sntbina~yift Cpuisc son stock de liquida- AIe to
Lipoes gatids'ocplaieur s mieuseen n. elle vient de recevoir de nomn- On ofire de tr~s bons p ix rout
de la question. Settlement noes de breux o'rtickvs de touit choix qu'elle fics bouicillcs v-idesbre isno
inandons que la 11.44vrgne I& Corn-i oflre toujours A des ptix itr6 modk- res, ou blanchts.
Ime partout ailleurs. que lesasbus rks.A l'occ~asion des li!es. Inutile d'appotter des boute 1l:9
i diisparaissent d~flnitiveinent. que Les orfievres et horhogers trouve ayanh conten. de l'huile ou de Is
Ileau des rivic~res soit dquitabimemne' ront toujour, his articles les liutres- k~rosine.
distribute et qtae Ia taxe A laquelle sant A des prix tr~s rteduits. IS~adresser chez IMM. 1. 1. BIGIO
nous sommes astrviints ne soit pas La miaisot s'occupe aussi de loute & Co
improdiactive Qiu on no serve plus de sores de r~partr~ions cc: orfkvrerie,? Angle des rues Courbe et Ca.-r.
groat erjeu dais leas sgaguillress. Pu-enblotecinarnei.
benus horofute e e u -ete w


E. SEPE
23 Rhe des Fre-l-Fers
Fabricant de CM&ssures
Pour Hommes, Femmes & En-
ants.
Formes tonjours de La dernikre
mode.
Travail soigm e, materiauz chboisis.


M. Nestor Feliu
Le maitre-tailleur avantageuse-
ment connu de toute la R6publique
vient de retourner de son voyage i
1'E:ranger ou il s'est mis au courant
des dernires modes et es et des nouveau-
t6s les plus recentes.
11 offre des costumes tres bien
soign t et A prix mod6r6s.
Rue der Miracles ea face do la
BDnque Natioaae.


CHAMP DE MARS

PABST
Bi re
La meilleure l. plus gaprrd
des amateurs.
Dtwos'dez la

PAST
M d M-sff


Etablissement de premier ordre, situw au centre "d#/aits.
4 proximity de la Doane et desservi par tous len trainsra la ti
L'BHO EL DEFRANGE la done rdpulalion est Eabie p
dqsiamndes de succe9 se recommande par son instafl$gio modern.
sm cuisine varie, ses pr.x moddrds t son service irrdprocabSe
Conditions sp6ciales pour fanillUe
Table d'h6te
Le adL.de A e* 2 ar~ m
Le soir de l i g2A 7 it2


A I'honneur de prevenir aa clien- Lea comuandes de la protince
tele qu'il n*y aura crien de chanos sont deuhe mepedi6es.
dans ms heumre de cosultations et
de traiWemeus. .
11 'ncera, lusqu'A I asmaie opo- '
cheim, cb. I* D Rico, et a .ir IResftaurant
do fa, i ns Laaani*re ., _', n
(Route d Bo is-Verna) tous les e "B "WCWW"$
jours de 7 A 9 heures du martin et
tous les jours de j i 5 heures de Prepriftaire: B. DENNIS
l'apris-midi. Ses operations se teront odn vous trouverez :
dans la matinte comme par le passe. Bire Pilser, gros et detail, Stout
Pour toutes questions concernant (Porter) gros et detail, Gin Henkheh,
le Dipartenent de 'lnastrucuon pu- GaK Bos$ si appreciE des amateurs,
blique,. il se tiendra i la dis-oaition Vij fins de la Maison CALVET, etc.
Idg ulc ass c .in miistai. les It .,u, z z us dvs coaom,.
us is. dM' credis et vendredt, de t a rations de premier choix qul vous
i heures. procurerout des piasirs delicieux.


Iwo