<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02529
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 7, 1916
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02529

Full Text



Ilm A sat J& WO


QVIlIli CIETINII


- A 1 Akuw I Ott


ft. .. a I ...


Ga6mrent-MMIWnis
Dl~JMgTUR
ANOWNNE3NTS:
PORT AU PRINCE


.. a a S
LAtPARTEMENTS


On Mois : G.
Trois Mois . .
ETRANGER
Trosa Mois. : : G

PORT-AU-PRINCE ( Haiti


1.00


5.00

2.20
6.00

8.0C


J


j


OUOTIDIEN


8 I IMANAOMM?4TRATJOL4
-Wl4I dokm.. I* rou & Am6rhosmeD

"Bs s m meseal ropes:
A e.A @m-PS-mmmNC:mm zb remz du leerad:
A PASM :ches L.MayeacceAt Cie 9, Rue6 TteW
A LOwaams: chess L. Mayeace.* CO. Sq. 81,21
Laa4gatc Hil
A tnum. chfte Ru4olt Mosse S. w ig, jerusAtw
Strasse 46-49
A lw"-Toms Universal Puablicity Comp&DY 45 Wm
14 ih Street
Lm maauacnhs insdvds au non me sent p-19 raadia'

Abommouments & insctrsons payables dsaj4


Choses

Communale:

Hier. A zo heures du maiin, I
nouvelle commission Communale
Wtt prisentee par le Capitaine Rosse
administrateur civil.au Colonel Wal
l|r, Chet des Forces Expdaitionnair
amdricaines. Le colonel a tait A I
commission l'accueil le plus bien
veillant et le plus sympathique.
A l'issue de cette reception, 1
Capitaine Rossel pour permettre au
commissaires de se rendre un compt
exact de i'*tat des travaux en coura
mit son auto A leur disposition e
pia Mr Ch. Alphee Alphonse. pr6si
ent de I'ancienne commission, d
bien vouloir les acccmpagner. A
course de cette tourn6e, on inspect
avec le plus grand interest ces utile
et importants travaux entrepris pou
I'asainissement et l'embellissemen
do la ville.
Rkpondant A l'invitation du Cap
Rossell, on se rendit, aptes I'inspec
tion, A sa villa du champ de mars oi
lon parla des choses communales e
de out ce qu'it tallait mettre en ceu
vmpwr arriver A fire aboutir iou
ce que I on ieve de beau. et d'util
ar la capital de la Rdpublique
Ch. A ph"e Alphonse promit
mit son concours A la commission
oar les renseignements et anuare
pourraient lui 6tre necessaires
a sait que les aflaires communalci
n'oat pas de secret pour .'aniew
- bomne grAce, mit A la disposition de
sIs successeurs cette connaissance-l
et sa profonde experience acquis<
apres toute une existence consacrte
aux intir6ts de la ville.
Apr6s un change de souhait:
aimables, on se separa, enchants
en se donnant rendez-vous pour cc
martin an Bureau Communal ou d:
dispositions doivent Wtre prises pou
Ia bonne maiche du service.


Pitbbs ...
Pabst...

S"The lfame.s ilwaker Beer

EN VENTE CHEZ

I. J. Big Co
En gross et an detail
Angle des rues Courbe et Cesars
La meilleure et la plus hygidni-
4m Adm brea.


New raroduiwns du GAULOISU.






d'on Consddien



I y aura aujourd'hui vingt as
Ale nous conduisions a st dernire
*meure Alexandre Dumas ls.Vinogt
as I ..L pote a dit vrai :
4 las morts vont vite 3.
Cse arait de ma pat uone marque
gratitude iman rdonnable de slas-
ppe oe doote reux annivemsire
appoes A l*ami, au mtahae ree-


Spect6. 'expression de ma fidJle ad.
miration et celle de mes sentiments
attristes.
Vp ans se sont ecouls., sans
que lamarque du temps effleure de
son ai!e la vitalitC d'une oeuvre
don't l'effort continue semble n-avoir
eu d'autre souci que celui de la pro-
tection due A la femme et du reli
vement mural de la creature de.hue.
Dans une de ses admirables pre-
faces, Dumas piend son de nous di-
re que toutes ses comedies out itt
ecrites avcc I'amour et le respect
de son art, exception taite pour la
Dame aux Ca.nelias 9, mise au
monde en huit jours sans trop savoir
comment, et en vertu des audaces
de la jeunesse, doubles d'un besoin
d'argent.
Peu de gens ont conr.u Dumas fils
sous son veritable jour. Railleur
impitoyable, ce faux sceptique. don't
les mots faisaient ball. etait au
demeurant un protond timide. Boan
jusqu'A la taiblesse, sa cha.itk, si
tort appr4ciee des uns, trop souvent
mkconnue des autres, lui faisa;t ou-
blier le service rendu la veille. pour
ne songer qu'A celui qu'il pouvait
rendre le lendemain.
Ce fut le plus brilliant collection-
neur d'ingrats q i Iai connu.
II a seme auio.,r de lui i'envie, la
haine II a mmne connu l'insulte,
a cette autre torme du triomph. ..
sans que cela putsse I'attlindre, dout
d'une apparcnte philosophic qui
n'dtait peut-etre au fond que le
masque deuiike lequel s'abritait le
le profound m6pris que lui inspi-
ralttent les attaques d'adversaires me-
diocres, fils lagitimes,et propagateurs
du baIllement.
Quand il n ecrivait pas, comme il
me le ritptait souvent, c'est qu'il
n avait rien A dire. et que dans ce
cas il lui convenait de garder le
silence.
Et puisqu'il m'est donnd la joie
de paler de lui qu'il me soit permits
de reproduire ici un tragment de la
lettre qu'il m ncrivait A moi retour
des Antilles, oiu, pour tenir la pro-
messe que )e lui en avwis faite,
j'etals all rechercher A la Guinaude
rienette ( Jir6mie ) la case de son
aieu!e :Dumas,lettre que je conserve
comme un parchensin de noblesse :


Mon cher Febvre,
a Votre gentille lettre me treuve
trks souflrant..je me demand tous
les matins si je ne dois pas rester au
lit pour en finir avec le mal, ou
avec le malade. Je ne sais comment
votre retour me trouvera, et mAme
si vous me retrouveres. le n'ai pas
besoin de. vous dire que je ne tra-
vaille pas. le serais tout A tait inca-
Spable d'ecriie quelques lignes ayant
e sens commun Gardex cela pour
vous, mon cher Febvre, rien ne
m itant plus peaible que la pitid des
indiff6rents Pour la Route de The-
bes 9. don't vous connaisses les
grandes lignes, je pref6re ne pas
vous donner encore connaissance du
manuscrit. Je redouble I impression
que pourrait vous produire uae
cauvre inachevde, dans laquelle je
vous reserve un r61e qui a besmon
de routes Its malices de lexzcution
achevte pour vous mettle dedaus.....
le travaille come on peut tra-
vailler quand on est tris souffrant.
le n'ai pas, je n'ai jamais eu as fa-
cult# de ftfaire tout on parties d'une
p.6ce pendant les repetitions. le
tiens plus que jamais A n'arraver A la
Comedie Francaise, pour laquelle je
suis tries respectueux, qu'avec unI
texe bien arreit. le n'ai pas beselin
A'argent si ruinE que je sois, paratt-
ii, ou de gloire. si ambitieux que
je puisae re. .Si. ma piee fate, le
Je la tueve m asbone, je ae la ih-


* vrerai pas ; parce que. si el!e devai
s tomber j ai pass I Age o i' on prend
sa revanche
s A bient6t, mon cher Febvre.
a Puur votr- pro.haini rdc.je fer.i
. de mon mieux ; c'cst ce que vou
r faites tmujours et c'est pour 4pi 4Ut
* vous f ites si bien.
a A vous,
A DUMAS
a A bien:6t. disiea-vous aussi A
votre illutre p6re. dans I'admirnibl-
lettre que vous lui adresicz dans
i'au-ddel IA ceite hrute ou vo-
deux Ames sont rtunics en cttel
second vie tternelle, A ceux qu,
demeurent ici-bis vous avez 1guti
le riconfort de votre souvenir.. Et
voill qu'i mon tour je vous adressc
ces lignes respectucusement .mues
et gardant m6mnoire de cette penet
qui est v6tre :
S(JQuand nous perdons ceux que
nous aimons, s' ls -ic sont plus IA ou
ou ils etairnt, c'st parce qu'ils son,
partout olu nous soinmes
FaiLt-D.Rc FE'WRE
Ex-vice- doyen de la Co, thiie-lranctise


Bi re

PABST

PAST

PAST
A vendre au prior eexceptionnel
de or 12. par baril de 10 dou-
zsines.
Chez REMIBOLD A Co


Nourllesa do prasso
(Par sans fil )


5 Fevrier 19x6 *
LONDRES --- L'activite des attaques
aerten.sescontinue A occuper Patten-
tion dans toutes les depecnes venant
des zones de la guerre. --- Les Au-
trichiens annoncent avoir commence
une atisque A Anatena.
ATHINES --- Des depaches dissent
qu'on a tait ut, second raid d& Zep-
pelins sur Salonique. Pas de doin-
mages. On n'a pas de nouvelles des
reprisesd'ho-tilti ssurl'un ct !-autre
kont.
WASHINGTON--- Le President Wit-
son est de reiour A Washington. II
fait de nouveau des projects pour
un autre voy.,ge don't l'itineraire
west pas encore connu.
LITTLE ROCK ASK. -- Une inonda-
tion dans I'Aikaisas a cause la mort
i huit personnel et des dommages
de huit cent mille dollars. Des cen-
taines de families sont sans secours
etil yen a bien plus qui en souffrent.
CHICAGO- [iso Villard a sign un
contract ici aujourd hui pour rencon-
trer Moran A Ntw-Yo k le 17 Mars
- Willard touchers quarante sept
mille cicq cents dollars et Moran
Vangt mille.- II est accordE Egale-
ment A Willard 50 o o sur les con-
cessions des cintmatographes.
New-Poar- VA Apres un tra-
vail discontinue de dix jours la dis-
cussion A propos de 1'#quipage du
bateau de ligne Appam i a pris
in cette nuit quand le dernier do
plus de quatre cents passagers pri-
sonniers anglais a debarquo sur le
sol Americain et 4tait prt W parttar
poor I'Angleterre. La decision de
les laisser tous deba uer a it& pri-
we cet apr4s--mi i Vcompagnie


t Demoter, proprietaire de I'Appam a Bora, qui avait fait rage les jour*
t eu une ceute controverseavec I'Am- precedents. le lieutenant Konyovic
bassade Anglais. La Co page r.ussit A embarquer les deux off.
desirait que i'equipage de I Appamleiers iiaufragdfsut son avion et ft
i soutint et reclamat que les Alle- depit du feu violent des batteries stt
mands avaient renoncc A sa pliie en la c6te, pr6s de Siseno, il acheva son
restant dans des eaux neutres. Mais cauvre intrkpidc en regagnant les ait
la compagnie rappeleeakt6A laregle. avec les deuxotticiers sauvesten traags
\VA, NGiroN. Lea fonctionnai- portant en meme temps lPaeropisa
res du Departement sont encore in- endommagejusteau momentot denu
decis A savoir s-'ls doivent opposer torpilleuts ennc.iis airivarrent en
a l'Angleterie la Convention de la toute hkte sur les lieux.
H ye qui veut que I'Apam soit re- Apres un voyage de 220 kilomn-
tournC A ses propiettaires anglais ou tre, tous les aeroplans et toui les of-
de rester d'accord avec I'Allemagneficiers ariv&rent sains et sauts au
qui peut. en vertu d'un vieux trait golfe de Cattare,-
de la Prusse avec l'Amerique- gar-i
der la prise dans un port des Etat- ACIIVITE DI-S AVIAT URS.--
Unis. ADVANCE EN AL'BANIE -
LONDRES. Un des zeppelins qui
ont fait le raid sur I'Angleterre lun-' Grand Quartior .4ustro-flon;roif
Ji dans la nuit a coul6 le biteau Fivrier
anglais Fratz-Fisher, tuant treise; I raid des Russss cortre nos
homnmesde I'equip.ge. 11 n'y a eu positions avancees pris de Bojan
en tout que trois hommes sauves. -choua.
L-expression a tt si soudaine que Sur le front de la Galicie O.ien-
les bWteaux de sauvetage dn ont pas tale et en Wolhvnte, vive activity
eu le temps d'accourir des aviateurs des'deux c6tes.
BIRLIN. On rapport que l'Alle- Une escadre adrienne russe lan a
mage pour re n au mnonde ne pent six bombes sur la ville de Buczaez
admettre que le coulage du Lusitania qui tuirent deux citadins et bless6-
a etc un acte illegal. rent par leurs bombes plusieurs au-
WVAIIINGTON. 11 resulte dune con- trees. '
feren.e entire I'Ambassadeur Berns- D'autres aeroplans russes bless&-
torpt et le Secr6taire Lansing, que la rent par leurs bombes, au nord-es
situation A propos du Lusitania n'est de Lusk. trois prisoners russes.
point change. IUne flotille atrienne ausuo-hon-
SHANOTHAI. Le bite.u de line j.- goise bombarda ave. sus:s a region
ponais Diym Marn a sombr6 mer- a A'ouesL de Corobkev et au nord de
rcd, dans la nuit. II a fait collision Zbaraz,
avec le Steamer Linan A quatre-vingt Sur le iront Italien, vive canona-
milles de S:vatow. Cent soixante de en plusieurs endroits,
morts. Vingt peisonnes sauv6es. Devant ia thte de pont de Tol-
,mein, les austro-hongrois elargirent
-- par des operations I la shape. la po-
A.8 sition a Santa Lusia et occuperent
A I'iI Ides tranchtes ab.anJoinnes par les
Italiens.-
LA MAISON Des avant-gardes austro-hongroises
arrivkrent dans la region de Kruja
Ed. EIst ve et Co en Albanie.-
Est transf/r#e a tangle des QU.EST CE QUI SE PASSE DANS
Rues da Qu a No 63 et. Traver-- LES CAMPS E DIS AL1.lES EIN
side No / Halle Dolinois GRECE.-
EN FACE DE LA DOUANE
ENF___ACE__DE __LA DOUANE Grand Quartier gi eral .1I/imand
4 ie,;tier 9 6
1La( G"uerre Sur le thkatie de laguerre A l-ouest
le cratire au nord-ouest de Fu!-
luch que les Allemands avaient oc-
cup4 lut aplani par une1 nouveIle
EXPLOITS \AGNIFIOUES DES A- explosion d'une mine agl.aise.-
VIArEURS AUSTRO-HON- Prks de Loos ct dans la region di
GROIS OUI BOMMARDENT Neuville. des engagements A g;ena-
DURAZZO ET VALONA. des A main continu-crent vivement
i toute la *ournee.
WVasbingon ( offsciel) j Fdvrier 1916 L'artillerie ennemic double d'acti.
vit6 sur certain points du front sur-
L'amiraut6 austro-hongrois rap- tout dans les Argonnes. -
porte ce qui suit : A louest de Marle. un atroplane
La ville de Durazzo fut attaqu6e de combat franiais tout A fait intact
dans la jouruce du 5a janvier d'a- tomba entire les mains des Alle-
bord par trois aeroplans austro-hon* mands. Le pilote s etait trompe de
grolk et un peu plus tard deux au- route.-
tres avions re, ouveltrent lattaque. Des aviateurs Allemands observ6-
Le ier fevrier, deux a6roplans aus- rent. dans la vallde de la Vardar sur
tro-hongois survolirent do nouveau les Balkans, au sud de la frontiere
Durazzo et attaqurent spicialement grecque et dans le port et sur lea
les tentes des campements ennemis Wharfs A Salonique des conflrgra-
non loin de la ville avec succbs visi- tions immense.


blement destructit.-
Tous ces aeroplans retournarent
A leur base malgre le violent feu
que les batteries sur terre et les bl-
teaux de guerre ouvrirent sur eux.-
Le a ferrier, trois a6roplans aus-
tro-hongois bombarderent la ville de
Valona. L.un des aeroplans fut at-
teint deux tois dans son moteur et
dut descendre sur mer.
Le commandant de cette fotille
adrienn ., lieutenant do marine Ko-
nyovic, descendit de son c6te avec
son appareil pour rendre assistance.
Malgre que la mer Etait eadna *gia
vyase par suite de ia tewmpa, dite


COUPS _E COURSE
Or am6ricain 480 ./. prime
D. Int. d'Haiti :9'a 60 ad val. nom
D. Int. -'Hati g1913 6o ad val nor
D. lot 1914 eA 40 ad val. noe
D. Int. 1614 *GB 40 ad val. nofa
D. Int. d'Haiti i614"C'4o ad val. noe
CMh qe sur N. Y. 114 olo plinm
QCqu e sur Paris to 010 escompes
Trmnsfert su& lAIs ) 010 esCOmpts
dIe.U a 5 gou!d S o1o escompet
Wkikel 00 loscomg


ia Mo


Troia Hol


'' "'


I "-


J






i





LE --A TIN V
kimonos=_ __ __ -- _


D ivers c'st a faile des payer
Plusieurs fonctionnaires et emplo
ys publics itant venus se plaindre
kMk~NTS A nous de n'avoir jusqu'A present
ROI.OdkQXUnA ouc ieanm appoWamotms a mom
de lavixer, soon aveois i # -da re&-
VATOIRn seignementas.
S. Nous croyoospoavoir aiarmer quo


Fails


IRENs E, tINE
MkoolkoOv
OUSiEIR
a
5KMINAIHtK COLI


Diouancbe 6 l.vrlerl9l0


BDmndlro A
1eImg.ratul


si le paiemeni t e 0re e0tm pem en-
core, le, payeam des Itireu d#
partcments ministeriels en soot seas
responsables ayant a ligi do batir
les itats du mois de saaviem.


Nous pensions que lea secrtaires
imadi 7045 d'Etat auraieat du passer As ordres
u minimum 19,8 smvres pour qne les 6tat de paie-
m aximmmaum 30.6 meats soicat prets vers le i do chi-
que mois de fa;on que let Itaction-
Mo enne diurne 23,6 naires soient pays de leuts appoin-


Ru rdo mls Avis
e e N. C G. s n- II m'a dt vo1l cette nuit dans ma
fants, les tf.in.llts Raph.el Brouard. cour, un chcvtl sout p.i alezan
Junles. ChA.rlcs & '.l CroG d np6 les lefties 1. I M 3.
Ault O. Chreoes Lebrueo. bics e ie UI. bo:ii c .conmpcnse est pro-
ond lules Gie ens. les families mise A celui qui me le fera retrouver
mond &lulcs GJlens. les families ^ OscA LECLERC
Vve A. Thoby. et Ernest Dalencourt. OscAm LECLERC
Melle LUonie Gaeijens. les families -
Auguste et Firnand Riboul. Walter LC DOeteusr
Scott. Mine Julia Thoby, Melle Flo-
-r Thoby. Ies family es Emile Maice- L 0on A udanU
lin, Lonce Laraque Charles Reiher.
Ferdinand Fatton. Mr Auguste Gae- A lhonneur de privenir sa clien-
tjens, les families 11. Deswue. Charles tele-qu'il n'y aura rien de chang6
Gaeu*ens. Raoul Gaetjens. Mine Vve dans ses heures de consultations et
S. Lox, les familles I. Gornail, E. de traitements.
Mosanto, Fleumy, W. Sobodker, Paul 11 recevra. lusqu'a la semaine pro-
Emil& Francois, Daniel MontreaU. chain. chtz le Di Ricot. et A partir
Pier Rtgnier et les demoiselles du 8 fevrier, iS avenue Lamartini6re
EJalside & Philormnne Hyppolite re- ( Route du IBois-Verna) tons les
__ .__ um rin av aii tau as r_or > *- ia _*


" t ements du ici au 5. inmercient ies amis tant ude ort-au-
CiI nuageux te lour et clair la "cPrince que de Ldogane et des autres
muit. Temperature au-dessoas de ia e_ _, -tpe edak a localities qui les ont assistisdans leur
aormale. malheur. .
S&aromnitre constant. Tel est le titre d'une petite bro-
J. SCHERER chure due A la plume de M. Andai Les families Ambroise et Deba%
F. Chevalher, le charmant sports- emercient bien sinceremnnt les nom-
Am!slie man bien conuu dans Port-au-Prin- breux amis. tint de la Capitale quec
ce. L'ouvrage est precede d'une de la province, qui leur out douni
Ainsi que nous I'annoncions sa- preface de notre contrere Henri des temoignages de sympathic A
mtdi, le Gouveriqmrnt a pris un Chauvet. Vos %instantants a dit-al a I o:casioi die la mort de leur petite
arreth accoidant amnistie pleine et Chevalier. ont eie sa le ement saiss CtLOrTLt.i t les print de Irure A
ent'itre tous ceux qiu% .e sont trou- sur le vif quails se rccommandent leur prtlon .c iccton..i.,i1ai.C.
v6s impliques dans I;.fl iredes Cayes deux-mnmes A la a election a des
ddnoncee A la d.ate du ler Dkcem-' amateurs.C'est une cuiematograpbie N*utelle A la maim
bre 1915 ; a consid&raiti. dit larret6,,de nos travers sous.au, que tous (Chiz till coilirur.
que le Gouvwrnement actuel, issu nous avons peu on psou vecue et Ul .MimsitAr entie et e'asstoit
du libre sulimage das mandataircs don: beaucoup de vos lectcurs re- sur u' tautteuiI hlbitutl des execu
autorises de la Nation, a. dis les pre- connaitront les heros typiques, mal- tIo"s c.ptll.tiies.
miers jouis, compris que sa pre-'gre leur maquilloge caracatural. Le pat*roi livre le patient aux
ini re mission est de ,'employer a maius d'illi dc s, s aides.
mettre tin au regime des coups det En remerciant I'auteur de son Celii-ci hubarb lle de savoen la
torce, Ic plus souvent provoques Far gracieux envoi, nous recommandons figure dii clieitt, ptis satsait ui ,a-
Iabsence des moderation dans es la lecture de ces pages courtesy eC oir lit'l so met ei devoir de re-
inspirations uu Pouvoir dirigeat ; vives ou sont croqus qulques passer. t ose un
traits anusants de la vie haitinaUne. -U i .,ill'taiS ;li ,i' ii se uai
et que les circonstances que traverse aits ajuron eieigiiue.
aujourd'hui la Nation, dues particu- Alloles, boll, st'iii-t il. je ime
lierement aux insurrections ininter- Sire Iheil SUles cSoul. Ioc' /f nen /fis jiuis dau-
rompucs de ces temps derniers, im- tres.
posent au Pouvoir Executif I'impe- La soiree :heatrale de rEswor A Pa- Le MonijieiIr s esvui.. it la hlte le
reuse ct patriotique obligation risiana, du 12 Fevrier courant, sera visage a%,c d servit, te et se mauve
dexhorter tous les citoyens A 'apai- place sous la residence d honneur A toutes jauIibes.
segment. A l conciliation, A Iunion. du diaunatuige Fernand Hibbert,
A la concorde et de les convier A l'ai- notre iistig collaboiateur. Mr -- -----
der dans lI cuvre commune du rele- .Henc Dorsaanville, diecteur de
venment de la patrie, en donnant lui- I'Essor, prononcera le discourse d'ou- Nomination d'un
mcme lexemple de 1-oubli des in- veriure.
.I Les organisateurs de la soiree eomint F Inau 1ier pour
,Nos illicitations au gouvernement tiennent A ce qu'elle enlkve le suf- Haiti
pcur ccacte qui 'honoreinfiniment. frage du public; aussi, ils se dte-
Spensent A tout ordonner. WA.HINGTON, Ie 14 I.nvier .--- Le
Prtrhaime sessiem erisimelle Nous recommandons aux amis du Stcr6tairc de la T 0soitile, .1 Adoo,
iMalai.n de ne pas mauquer A cette soi- l 1 .. ,,i, .\, d,,n
a .. .e% inme h-embres suivants d une C


Une ordonnance du Doyen Lion
Nau. fixe ..u lundi 13 Mars, A 10
heures du martin 1 ouverture de la
session ctiminelle.

La Cemptabililt des Grflfes

Le secretaire d'Etat de la justice a
kcrit aux Commissaire du Gouver-
nemtent au sujet de la Comptabilitt
des Gri.fles a j'ai lieu de constater
dit le M.nistre Dorn6val, quecer
taines prescriptions de la loi organi-
que ne sent pas observes. surtout
cells rlajtics a la surveillance que
vqps av z pour devoid d'exercer sur
la comptabil t des greltes ct du
mouvement de fonds qua s'y op.re.
L'aruicle 102 de la sus-dite loi, d'une
part, dispose que la comptabilist
uIt arre ie, chaque mois, par 'aIs
?oyens communal avec les comn-
missair,.s du Gouvernement ou leurs
substituis ; d-autre part, I'art. oo
rend Its grelfiers pmisonnellement
responsables des deiers qu'ils per-
goivent. Ils result de ces textes, que
le greffier qui administre pour
compete de la R4publique etdians
I'4bligation, comme tout comptable
de deniers publics, de rendre compete
de sa gestion. a
Le Ministrc conclut en demandant
des rapports qua permettent de trap-
per sans merci lea greffiers pris en
saute.


Une foule considerable 6tait ac-
eourue hier soir au Cindma-Parisia-
na assister aux pkripeties de I'infor-
tunke Reine Marie-Antoinette, dans
le magnfitique film : Le Chevalier de
Maisonl Rouge. Ce tut avec un plaisir
encore nouveau qu'on vit revivre ls*
intrigues ievolutionnaires et les bor-
reurs de la Convention, lea co0asi-
* rations savantes d'alors et la Ielle
*4gure du Chevalier de Maioa don'
dedevouement allant jusqu'A I oort
;iVt finir aux pied.t de la Keinet,'los
.a cellule. -
) am.i.t- on n~' vu u:e -epuisenta-
dloi plus iuWsise.


ree s'lls desiIeit vlvre trois heures ..-. .
d commission qUi doit fire une 4tude
de poignant emotion et se retrem- approfondiede la Repubf:que d'Haiti
per le cceur dans le fluide dun pa- en vue 'of tablir ide mI 'iheues rcla-
t*iotm v en vue d-etablir de nn.'ileuies rela-
rotme vra. ions commercials entire ce pays et
On trouvera des cartes en nos bu- les Etats-Unis :
reaux. La repetition g 6nrale se fera. Edouard Hidden, president de i'as-
devant les membies de la press, sociation des homes d'affaires de
jeudi apres madi. St Louis ; Major General Gorgas de
la U S A de Washington ; E. R.
A Pdies Ville Giaybow de la a United Fiuit Com-
pany *, de BiltimoA ; S M. Hatings


Le Secretaire d'Etat de ll'ntrieur
vient par arrete, de nommer une
commission comnposte des citoyens
Phittas Arnavd, Fernand St Surnn et
Monlouis Leonard. charge d'en-
qu6ter sur les competes de l'adminis-
tration qui a cu A'geier le s intrets
de la Commune de Petion Ville pen-
dant la pe.riode triennale du 1o
janvier 191i au to janvier 1916.

variae

Hier A 4 heures de L'apris madi,
a eu lieu dans les amlons de Madame
Vve Chrispinville Chrispin t ma-
riage civil de Mile Franceae Chrispiu
avec Mr Louis Noisette.
Les temoins talent : Mr Gtliu
Lalanne et Leonce Dufort poor I'4-
pouse, Elie Lamothe et Llio Wloc
pour 1'*poux. *-,


Les fanerailles de aM mIWO As-
pailtr Narrcisu. pharmacies dc4de
ce main a 7 heaTes A 'li de
6r ast, auront me. ct e apu**midI,
en la Basilique Notre Dame.
Maison mortuaire: Rue F6rou, No 7


tstres RdcommuU a m Somueraws
)D )t lamwier au 7 FIMrr 1916.

Mrs Lerme Bjzile, Hibert Chimpa-
gne. Eugene Etienne, Gabart Honort',
Emmanuel los, ph, DemoWsthne lois-
sin, Snati ur Lanoue. Mme Vve
Blice Lvei ht. Mrs Liio Millien,
Dieudontu Paul, Felicite St Etien,
Mine Si I'ma Pierre.


president de I'asssociatioi des ma-
mftactuiiers de i'lliunois, de Chicago
Leon C. Simon, de la Nouvelle Or-
leans.


E. SEPEL
23 ie des Frtls-Frwts
Fabricant de Cbaussures
Pour Hommes, Femmes & En-
ants.
Formes toujours de .a dernitre
mode.
Travail soigne, matriaux choisis.
Les commander de la province
sont de suite exp6dites.
- w.- 7

HOUS ACHETONS
LES

TIMBRES
(us*s ds


1 I HAITI




Docteour A. Les.oullair
Mddemine odndr-le
Maledies des enfants
22, rue Capois, 22

A4 .otte
Gran0e h *Ale :i age sitlite A la
Grai'd-Rue. d c6 L de la Pharmacie
Central c.
S'adrtMr & Mr. H. Poitevien ii,
I Petit-Fe-o


ours de 7 a 9 neures au martin et
tous les jour.; de j A A heures de
l'apr6s-midi. Ses operations se teroni
dans la matinie comme par le passe.
Pour routes questions concernant
le Departemcnt de lI'nstruction pu-
blique. il se ticndra A la disposition
du public aux cinq ministfres les
lundis, mercredis et vendradi, de i A
1 heures.


nerap tc si.SouiS a
I if;u'!e dc Fole de Morue
VI N GIRARD

V* IRR


ioicterin:quc pnospiu


a itc a ctif a Tr* ag
flLdta d z .-fsveiam :s &V qovt
.04 VF-RE A AAlLYfl AVANT -I .t e A S
OA GIARDW. 486: zz em&s. fPSR



IBO1E OCCASION
A vendre un joli terrain A Diqut-
ni en face de la propliti6 Pition
Pierre Andre, mesu.rant 6o pieds de
i' ide sur Q0 de profondeur, arbres
trutiers etc.
S'adresser tux bureaux du jour-


nal.

Uu advantage
immense
Voulez vous trouver de qeoi ve
:evoir vos au'is avec disUnction-
Allez a la
Soci6ht G danrale
DE
Kola CIhampagne
du chemin des DalMe
>u vous aurez l'embarras du chois
eliare l'e.cellent kola. les limnomales
fgazeuses, liqueurs varies, sirops as
ortis, etc.
La reputation de la Fabrique
grandit chaque jour, grAte A la per
section des prodnits.


Gampdehe
Campeche !...
On demand 5 Wtonnes de cam-
p6che an plus baa prix F. 0. B. &
Uvrer & n'importe quel port d'HalU.
S'adressuer par lettie a M. Tuo
MASSsT. H6tel dot Fiamce.
N B. Specifler quand la remiei
peut 61re faite.

UI. ImI.


Le SIS IAN VAN NASSAU **
parira ce soir pour tous les ports du
Sad. Curaao et I'Europe.
Le SIS COLOMBA eat ate.,
du vers le 8 crt au Cap. II charl.'
ra pour Curagao directememet et port
I'Europe a-ec transbordemeat A Cs-!
ragao dans le SgS ORION
SLe SS ** ORANIE NASSAU* eoj.
aa4.di Port .a-Prie viM le. eto
Iotl poirl 4"'ii via SSt Ma eiGe
tres pour ew-Yov'k. !
Port-au-Prince le 7 Fevrier 1946
Auo. AHRENDTS. Agen.


M. NVestor F4elu
Le maitre-tailleur avantagee-
ment connu de toute la Rkpublique
vient de retourner de son voyage A
lIE:ranger ou il s'est mis au courant
des dernicres modes et des nouveau-
t6s les plus rectntes.
11 oftre dis costumes tres bies
soignils et A prix moderns.
Rue de! Miracles ea face de Is
Banque Nationale.


C
I
I


Ls(L
,s'INT-MARTIAl


ristes. a
II est solide quoique ne pcsant
que 17 livres. peu encombrant, tris
pottatif, ti ne codte pas cher.
On en trouve chez
F. CHERIEZ
8o Rue Courbe
Vienmen d'arriwr asw : "
Coton noir fraonais supiiewt
dit 1l2 deuil.
Chemises cellular blanches et4
rayures couleurs. m
9 Paraplui de soic pour homr
Encas poor da
Serviettes &ponges de tosttte.
Bm et chtiimgs. h # uaW
sop#rteure.
x Calicot de toutes qualiis. w


LE PLUS PUIS SET10
Siu~bi. I ladt,.1 Wg OVUIa3.
ra'r~i t tou% dandmes d14
lis-.Co ara. les PzVia ,Vwjw&Abd8
D.1iT een tariffs t(S Pare b.ae


Inalsr.nsabl co .tr I*&ple


eamS Us Vasror m*bmims -l
mod"do wNi6 ek d


I


Prixi.-co urant des
Matrchapad1is eg

Farn.-je (Xk, lesic ) k -
a 00 a 940
Forine Rip Rap 0
a Kibits 6
Gaiza rdiant13t aitJs'se .,60
a texaco a a Manquc-,
Gazoline ICx~aco 1a caiSI 1,50-
Sav~on colibri(2jo)41 12.10
babitt 1.1.00L.
canari[ 12f2
Riz iangoon Ies too Iivres 41.25
t a 9 a 21 6.. 1,70
Rix patnalets zoo livret -.00
r 9 25 ~1,90-
Harcngs saurs 1-4 caisse 1,7 S"
iHAreng en iBardl 31)0
Morue le tier,on, ioo livsv s I loo
Tabac noirt oolivres .4600v~
Tab.Ac jaunfe a 4S ool
SManatgue Camille S liv.IaC.15~,00
1"111111 10 toliv. i" calsbe 141-75
globe sjliv. e* a tE,oo
Mnti&-ue globe to .iv.1a c.ts ,
Beurnt Oleo la ciisse 14.7 5
Poivre l~a lvre 19.4
Indigo otdinialre, le zoo, s'.ou1l
; perfume too bottes 17.
Sucie granule les too liv. ti.>o_
a COnicas& 4 a 12 00
Porter la douzaine cq i
Alium la c.bout mioir J0 g 4;.)o
bout rouge 6o gr. 6Wou
1 UiLL,.
Deaiin, NclsuioXX1j
DC0ums 2.50 4 60
IFrescoi t j 0
Otis Clh, k 3 jo
Check blLU 26 2 90
Lhc~k 02)505
Siam XX 20
SI~A111 1. 1. io
(..1icot i10oyvil 1.70
ranidu lIxgeur j6 p _-j0
Cahicot .111.11.S 2.30



Cimf.ut le Saic I,
Lirtulaigus!:sI miiicr 4 I. o
Pla.ng:hts., pi-cli.piii prey-

Sip biut v, saip pi~pari
(millier) 58.,oo
Madriers le millier 4,b 0 0
Clous tondus, ICS 100 liv, 5 5
T6lelIts 10 feualkes 12
~gg~ L~a~W-. _4).00

Rap"elSt amshlp IJi no
Le Steamer AMERICAN .,vant
laisstk Ntw-Yotk le 2 FA~rier iNt' at-
tendu A P~ort-au-Prince probablcnmeuf
le 9 courant et partira le m~mc jour
pour les ports du sud.
Le dd~cgu-.'de-I.h nmrt-oli' e
DES VERNINEi

LC Cadre toile p lant






Voici Tind~i~pernsable poui INJIJ llthdc,
WiLTle pour les convaltsciits
le \Ycessaire pour Ies voyagetiri
k oi ~t~nnode pour Iles i'W~giatu-


t
1e


00