<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02506
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 4, 1915
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02506

Full Text

w 4 cr


nt.-.AGLOIZVE
P DIRECTKUR


1pOllf AU PRIINCE
6 0 6 *0, 2.00
S S5.00


G. 2.20
6.00


D~tPA lt'PM hINTS


vnixANGER


OUOTIDIEN


Ri.DACMkI N A9MLSTRATION
Ang~le des Rues Ferou & Amdricaine

Lagameaces soul reucs
A Pea r-Au-PrINcS:;aux bureauxz du journal:
A PARE.: achz L.Mntn-ce & Cie 9, Ruec Tronuct.
A LoNumts. :iwz L. \Iavcncc & CO. 19. aizJa
T .uIKAIC Hit
A BERLIN. CheZ Ruiolt Mosse S. w 19, Jcerusatgw

A Naw-Yous Univcrsal Publiciuty CompanY 0 Wg~t

L69USri-ansrats 1liwdS GSA D3UU C SOMI p-is rendu-.g

Abonnements & insertions pay abits 4aszancsc


Le SetnaL les companies, depuis longtemp
ont 6t formCes spontandment par
-- des particuliers et relevent de leurs
status.
I 30 NO"fveillbre conlimne II ignore arrangement fait avec
k tfw 1 bre 'occupatiou p aitle de Port-au-,
Printe.
L'rtat ne fait que servir la sub-
vention vote par les Chalmbrcs.
titJe M[, Stipben Archer Le Senateur Martineau rep.te que
les subventions doivent-ttre inscri-
prespond ince comportait en- tes en vertu d'une lot. C est unei
ag hoses des lois envoyles prescription tormenle do la constitu-
iOaibre don't lune sur les ion. Oa do prendre garde de volt
agdoil examinees et dues par remain le conscillor litiancier vous
l divers. rappeler le texte de not-e constitu-
W decide, sur la proposition tion.
lweur \1artineau qu'une com- S6nateur Lherisson expique
i des deux\ chambres sera for- Le Sateur Lhrisson expique
par radfier cs titres rservos. qu la compagnie des pompiers for-
SeatMeur Dcsrosiers dor.e lec- ,me un corps autonome qui rend
ds rapport de la commission depuis longremps de grands et ines-
iaines suLr les de:niers bud- timables services A la ville malgr-
s etsur la lo relative A les defectuosites de son org inisation.
amiondet sur lanoielle police. La loi sp&ciale invoquee par le
ison da nouvele police s6ateur est necessaire et le Ministre,
aonission a faith beaucoupde A la presentation: du budget defini-
marine sur b a decade la guerre m ti, doit la dposer, mais, en atten-
i mtarinsre sntu r la demaire de la dant il prie lI S~nat de voter la
Sd subvention accordo aux diverse
e. companies de poinpiers de la RlA
Iss ensuitc au vote du bud-i p g p pa a
*t -rieur. publique. Le Sinat a almis.
iSateur Lli.risson roduit des Au chapitre des appointments de
ons sitcur risson produ se-la police, l'assernblee entame la dis-
nations sur 1 absence d'un ser- c d la 10 s l o ll
htygicoe ct d'assistance publi- gcussion de la olo sur a nic. uvelle
wsce department. I1 parle de organisation de la police.
acerprteme nos hospices et id e Sinateur Martineau voudrait
1pgksastg & nos hospices et it voir voter dans cctte nouvcle loii
ilk de les organiser d'une fa-voir votr daus ctte nouvle lo
iufnl e. les appoin-emeats en or ; car il sup-
a r Marineauproduit ds pose une prochain rforme mon6-
mwioa- sur I'&cole darts et tatre.
Ssur ole darts Le Ministre d( ernances prie de
Ewt sa voir le nombre des en-i voter la loi telle quut., car celA con-
i'i y sont interns. tra-:er-i ses provisions ; au moment
*atsutedit qu'ils ne sont pas opportun, il prtsentera une loi qui
11 ceut actuellement et que generalisera la mesare
had'Ontretienont t6 augmen- Cette opinion est admise.
A 1'aiticle 11 portant 128 homes
alpos des fournitures pour le de police pour Port-au-Prince, le
,kleSpateurMartineiu demand Senateur Lh&rtsson declare ce chiffre
RItduction, vu que des valeurs insuffisant vu la population de
i"d-i votes pour Ilameuble- Port-au-Prince qut et d'au moins
r cet e mason national. 15o ooo aimes. Sa population flottan
maist e n'est pas de son avis. te est assez nombreuse. Cette ville
pe la valeur port6e est pour est divis6e en quatre sections. II n'y
k Pour les d6penses extraor- aura done que 32 homines peur
S Ie Senateur Lherisson dit chaque section taisant le service
i valthurs sont trop 6lev6es. nuit et jour. C'est d6rsoire.
i-re; Mayard ayant repliqu6 Le Senateur Martineau dit qu'il
Itrais de tourndes du Presi- ne croit pas le chiffre insuffisant car,
eI a.olis, et qu it n'y a pas pat example, a la lamaique il n'y a
bltdu're, le Senateur Lh6ris- que 3oo homes pour toute 1'ile.
%tiste pas sur son observation. La police est bien fate. Oi a qu'a
lStateur Martineau critique bien organiser les choses ici et on
1iOs et del&gations qui sont obtiendra des r6sultats satisfaisants.
IteuLes pour le pays. Le Senateur Lh6risson rdplique
*Iputent 6tre templies par les qu'ici ce n'est pas la mame menta.
aairfes qui sont sur lestlit6, et que la Jamaique est monms
-I propose 3.ooo au lieu de grande et beau.oup moins peupl6e
M urtces qui ont et votes. que [laiti.
mte ur D sir demand l'as- Le Ministre Mayard note les ob-
eln* des prisons. 11 dit qu'on servations du S6nateur Lherisson
in niFdecin A chaque et dit que la loi est provisoire et
Srpays. Les prisonniers qu'ony reviendra prochainement.
tentretenus. Le m6decin Le S6nateur Lherisson dit que
UPrince, pour lui, ne experience lui donnera raison de-
intkgralement son do- main.
la press. 11 attire P1at- Le Senateur Martineau maintient
Ministre sur tous ces son opinion et dit que tout reside
dans le choix des hommes et dans
p omet de tout r6gulari- l'organisation do ce corps.
iment. L'article est vot6 tel quel. de mi-
-tur Martineau, au chapi- me que les autres et I'ensemble de
tions combat les va- Ia loi.
pour les companies des La commission sp6ciale demand
1. auraient dd Wtre diri- d'accorder 75 gourdes en taveur du
.-plcialites, des hommes journal LA FRATERNITA, organ de
e on dit vulgairement, la ma.conierie haitienne.
Peur de 1'incendie. Ces Le Senateur Desir n'est pas de cet
devraient reliever direc- avis. 6
.L II est soutenu -par le S~ntaeur
Sdemande des rensei- Martineau qua dit qu'il faut une loi
ila compagnie des pour voter cete subvention.
Port-au-Prince, don't Le Snat vote cet encouragement
es sont stationnaires de mcme que I'ensemble du budget
B mpalnio et relevent de I'lotnieur.
Et la seance est suspendue vers
Yard replique que trois heures.


LETTi|E du CAP a faire, mais les garanties ndcessai- nos bandes de dsweuvrds assassins
ies les ifesiIres indispensables, lui quite D'pestre a depeints en des
-- -eul po'ivait los lortirni, los assu- traits raptdes et cinglants, its 6taient
ler. Or ce qte 10'o. convient d'ap- trop ndcessaire& 1 nos man(euvres
Lat q ueti( tlO peler p litil';c aborbait et tuait politiques pour que nous dt.sirions
tout. E, co iniiI ls revolutions per- iiuuxu Si les dernires revolutions
.-.. lt* ." .'f. i "a t, petlelio ,y.l,*.,v-4 u1d ,ia$ysr 1_I. utoLi des Ifotunes--nsaidf.
los iV itiives e.- 'ns intiel'.oT~ntes, ai lis les plains du -Nord,
E:T les pl1 is teetace-,. Iltti, decidklIent, nous savonu aussi queO ineio en
inavaiL plus qun'A se iOrarder inourir. temps de paix c est titne parties tie la
L ta Conx-veire tlon tL ~ les. i tii i ; ii' -nurenit pass, population qui travaillait pouet I'au-
Iloiti vivra s >)si-l, It protoctour dre tie ; le compare d a cote rcoltait
I-- li Clon.i tioni i li.,ilelps sohilai- do nuiit la sueur diu voisil sants que
tee et entin voice. celii-ci ait en aucun movein d'obte-
Se sotivioitil-c encore( de la )a Das notiro vie natioiale, parlni nil'* justice, car les voleurs se con-
namiithli, li-n ii) itl de Plaima, ce tt' ouLtts les rtoriils necessaires, iiaissent et tfont boil Inna' ge; du
5 Opide'nic dolit nolus menlicios id' piatre cas devaienit reclainer 'attLen- has on ti hit do 1'eJhelle its so doni
inourir il y a tuelie tLrois ailns! ion pmiire do 'observateur. niaient la main.
JournaIx et conversations ei n flai 1 = T'routver un tiloven tf'licace Avec votre bone voloiit la
saiecit la Imldec. OiIn eiihnlUOtait la des die r 'trit'0-r 1.s b6ri inidag'es retvtolu tConiventioni est la fli ill tout cela.
sus pat'ilut, car, dii. onii, avec t,-iiin.ti ts t i 0j isaient touLes les Vienit ainiintenant I 'tetvre salttai-
f'ouvrttliro dl canal le Paiia ia. for s de la nation. ro, I'orianisationi scientililiie du
o'allait otLre itne.i uetaiinde vie ouii 2 scoirir' anll ulis tot Ie nonli- trl vail iindustriel et agricolo. Une
nort poltIl.uli ; it niotis fallait n conSii'rablle des Uietrt do- aotudeo onOii uie devanit tre pLu-
pas ilotiuri, tt nous nious deinant- faii i'en le'r assurait un travail bllite ineessanmnenit par liiln tie os
dions uioi laire eln la circontan itioltidiien grands amis, signialous seuleinelit
Cce. D) tons lIs ,co ilt pays alord 3 1. Creation d'iieo police ilrbuiine la route ai suivre, peons- ntious,
naissaient l.s solo Ies; le sys et rnrale lieountLe streiie poururour arriver au rsuiltat Ie pils ra-
1tmes ileu\Vaif nit : ce q ii nous doni- gaanitit" la asdcturt, getiralo et pro- pide. II s agitd'auAtijllnternotre pro-
na I'occa ioin d conilitre les vues tger los propriltS. i duction ajtncole on crta' It lets coil-
itnint;diates die loanbconp tdo nota- i ().rg uiisaioni scietntili i e et ditio.is favorables, et e d ) i1 iit le
bilits litHtraii tvs et tpolitiques1 ,in tio liitie d travail agricole ct brlanil dans nos cain: igitei par
A Ite rt'snir, tonts soe 'abattaientr iindtstiu,. l'ititroductioni de nouvelles tiIto-
sur la itn'csite dt'avoir d.&s ports Vovo:s da is ,l'lole loiin stores la des d'agricilture et doe ou-
conventliles, tin, draguts, alial de Convenion vl a aid r s a rl oalsatioin velies ciltires e utinratri'cesdans
recevoir les grantis bateaux qui 1d ces deatllratta. S. i son cii soeblle lcl pays. 'our cla on ieini die-
nous visiteratent ; Ie Mole, St Marc ellc appoirt" toahiletnnt i e i'reiJle cra A ceteo i.uliqtif d n' sui d-il.
surtout anut.al It l t:i1e :0 o ei en ferait tl prjlillitr loiit, el voici co,m ntii : djpenll-Ain e, j elite li la ino i exis
une ville inJod, :e juli ol'irirait a'i u liai village lij i towiiVat phis exis-! tle ce d'coles d agricticilture claz
voyageur totutes les c j inidits, t'L" d,.,i'snnais. la h ptubli,'u'e de-' ti11ou'0e nos. ours, atin n n .lvs tie
tous les attrait.s d'sir'able-, avec, en lvanit tore re.>ectee, les ailitieux s'-en est dispoieise EL ein ellc t co'll
plus, dock inirii nie bassist de ra- insatitialles it nouicrto it IorctIlenIt nt tle!A fire s ins savoir, et ofti doit-
doub' etc, eIi... "a le-tur couj d"-Lal, d-aulit )lus qu- on apprendre sinon a t 'cole'o DJIc,
.\lMais ile voix ltr senso so dis-Iles brigatnds p of.s-ioniuicels, sirs Crhation immediate dt ciii, oco-
tingua dil cliic- t co'niu pot t 'C1 )' d'ee "raus Ia l premiCie reivolte ,' les not'iniles d'agricalture, et dans
crier cette v'rii. ii --~t Minyai. t mItilles it tigre los ten.,-eux ans, d'ecoles agriculture
de rever qlIe ,nos villas soient des tateit'rs : antain de t)orces r',elles ,iti 'ariroudisso.nenits ; (tablisseiieits
palais do cui'i,-i e avant d'avuir so l)eri'I ielit, qui so a.sPi!:ailent e t de lellntes d exp(Jriii iitatilons agri-
pratiquAi co lvier indisp)en Sable l vo u t n iateilinant prolt*itre dans coles ; creation d'asslraniceis agrnco-
qu'est le travail : ie11 nous tisons' l slns du siten couiiini. les et stiventitiotn a certlaines entre-
des ig loranits, r'ieni do plus et q e Qi tlaii ati secoiid ipoitI, i a t-on lprises iind strielles ; ditl'isioln d'tui
tout Ie mal so l'oWlvait ia qtit nouls pas dpej sigiald cointine 1lunte d,-l s eiseiglneiieiit agricolo ellieiintairti
devious apir'iidrie ia travailler et beautes consulaiites do I occupation ii inittant d.iiis la in-iii di j tu
nous y appluiilerr, reiourne"r la co fail ie '-pris d iln imillier d-ihoin- paysan des instruments in )deres....
bonne trrie et iii fair donner tout ilas sol1int occupies aux travaux de voi'i les ii,)yeols propre.s a ldou-
son rendemeiint; et itle, faute de ce- la vounie i a a C pitale. et des cei- bler tout do suite notre capacity pro-
la, c'est avec des longtes-vtues (que taties dans les provinces *? li au ductive, telle doit 0tre la base dl'une
tie la cote etanlt inous verrious ce s Cp. tlioiLtIe do tant dd iisres et ortganisatioi sdrieuse et intlliodi-
bateaux... pass,'r au large. Elle di- L de eolatio.is, t it proxitite de la que. Grdce d la Conl etiia, I.lntes
sait vri'i, c- tte voix ; copendanlt co- ville, 1 lo; .;1 : la route do llaut ces closes devioeneit faciles. Quo
la ne faisait tpite posr Ioe problhime, du-Cap, pij s J-do qiiitiire cents hioin chliacui se inettu a i Situur.e.
car ne travaillait pas iIqi voulait. 11 iniS, lhier tLus candldats forces au CAiDET DEISSOUltCES.
existait donc uLle questions d tra- cc1otisine, outi aujotird liui leur pain Cap laition, 19 Novembre 1915.
vail. ;assure dans lo travail et respirelnt
Cette question, siinple en appa- la joe de vivre.
rence, a tt 1'tI'iie des plus embinir Ju ,,z alors quelles activities bien- -_-- -
rassantes pour ceutx (Ulii se proc ft'aisantes reogiuer'ot dalns ce pauvre ,
cupent doe 'avenir du pays, parcel peupl si lonteps dpourvu, quel t
que sa solution rtcla.nait d'abord butii-kLro il respirerl'a iltiand l! gou D ve
une refonne prloonde do enoro svs- verneieuinet aura entrepris lesJa in-
t6ine gouverielnelital. No travaill tit inscisO travaux publics necessaires,
pas qui voulait disons-nous et concureminieniL aux lines de cte RENl SEIGNEMlENTS
c'est si vrai que coux-la qui out le liiin do fer, aux vastes plantioiis M :Ttr.,OROLOGIQ T :a
plus insistV sur la necessity du tra et altres -inJlustriesLi q,' va cr6er I
vail agricole suivaient d'autresvoies i'introduction des capitaux ,tranl- OBSERVATOiIE
pour vivre, qutiOnie possedant des gers cliez nous. La grande arine0 DU
terres : c'ktait assez pour rendta les dos inivalides mourt de faim. ces SE.LIlNAIRE COLL.,,GE
autres mtdiants. LA thitorie en toute milliers d'alfains taillables et cor- SAINT-M.AIITIAIl
chose, sans l'exemple qui lui done veables mierci, condamneus a vivre Vendredi 3 Ddeeinb e 1915
sa force contagieuse, i'a jailais et6 coiime des bAtes vout s'allrainchlir
tres convaincante De sorte que la et devenir des homnines, des horn-, Barom6tre ~ midi 76.2,
voix des quelilues apotres ne fut tlues libres, don't 1-elite aura pour Temp6rature uinoimum 2 -1
pas entendue ; et nous continuions miissioni de laonluner 1 ane ; car it y m axiimum 28,
& pratiquer nos vieilles routines, aura de la place pouIr tous dans la
sans plus nous soucier des ru grande ueuvre iicessaire. C'est ain- Moe ,ne diurne "2i.t
meurs des journaux, leurs ecrits so si qiue nous envisageoU:s les bien Ciel covert. Passage d'ule oads
r6duisa:ent A une simple litterature. faits inine -hats de la Convention, et lroide. Barometre en hausse.
Eun crivant ceci, nous nous pla- nous en rtjouissons. liter et au- n
Cons au point de vue de I'agricul- jourdliui, quel abiIne existera entree J. SCHERER
ture,- puisqu'aussi bien Hlaiti est ces deux rmots Dieu, cominne c est
un pays essentielletnent agricole,- tard venu t e plus tot fait que de Tentalive de vol
et nous nous demandons comment tiistres eussent etA cpargiees !...
travailler avec le novel ktat de: Et dire que des gens cultivts et Hier martin, e co:nptabe pay.ur
hoses. Ilier l'effort de quelques de bonne toi no le conprennent pas au Departement de l-l-iteriour ftu
particuliers d'amnliorer nos proc- ainsi ? Co que la raison lumaine surprise, coinme it allait ouvrir sont
dds de culture 6tait une perte do est chose fragile et buiteuse tout de coffre, de le troaver forteinzat enta-
temps si I'on ne s attaquait d'abord mtnme !... mn. Le cambrioleur n'a pas eu le
aux entraves nombreuses qui ren- Notre troisimei point 4galement temps d'achever le trav.i l comn-
daient impossible toute tentative est en voice d'executian. La police menc6 t.t aucune valeur heurouse-
do cet ordre. En effet, a I'examen, desirde s'organise et fonetionue de- ment ne mr.anque A ce cofhre.
on constatait avec angoisse que les ial, remplaQ tint I autre, ce niauvais On s'est entour de tous les 61-
difficultes a vaincre prenaient nais- genie infertial de note ancient regi- ments 6cessaires pour ret rover
sance a la racine momne de note ute; elle remplira a s mission qui audaceux mnalfaiteur qui deneure
affreuse politique, que tout etait su est do garantir la security gnetrale l u'd pse ma uu icors
bordonne a celle-ci, et que par con- si noeessaire, indispensable au d jnusqu A present liCOltniu. Circons-
aequent l'ouvro &a fair dependait'veloppemneit du travail. San1s la lance strange, a l examen des portes
umniquement de initiative gouverne- Conventioi, qui noas la dounerait, et fenetres et memv des murs, aucu-
mentale. Non pas que I'EItat ect tout cette police ? Nous cherisaions trop ne eftractiona a'a pu 6tre soupconao


,dA'-PRINCE ( B~uiliS


- __ _


- ___~ ;. -.~-...1. ------.~- I..---- --


ilWMrme


swig


i






vLE MATIN


Contr61e et lInspection des Douanes Ci6mia I leleviic
Le stamer hollandais Prins Fre-j Nous publions avec plais'r Le beau
derick Hendrick ayant laiss6 New- programme-- urprise.de la grande re
York le 24 octobice could, est arliv4 presentation de gala Oit se donnera
ici le 3 D6cembre courant, et a ap- demain soir au Cineiaa Bellevue.
port pour difltrent. ports d'Haiti Auto r de Paris Guerre euro-
Mille Deux Cent Soixante tones 0,7 pdenne Une miisavenlinr amoureuse de
de marchandises airsi reparties : Fr1anoisitrincontestablechiet d'oeuvre
,Savoir dramatique nttrpit6 par les artistes
Port-au-Prince 635 69 Je la comedie Francaise. Le Siege de
Cap-Ilaiiien 172 14 Calais (celeb.e episode de la guerre
lacmcl 164 46 de cent ans, figuration de plus de
Gonaives 143 87 2500ooo personnel en parties 5ooo
Port de Paix i Il 38 pieds. I
Petit Goave 32 53 Rigadin pris d son pie'ge ( scene co-
--- mique jouse par Prince.
Total 1.26o.07 Primnis souvenirs.
Ce me naire a rapport Tros Avec ce programme qui ne comn
Mile huit cent Qnarante Barils de porte que des vues nouvelles et du
marine pour les ports suivants plus hauteintr& les nombreux cli-
ne p ou r les ports ents'du Cinema Bellevue seront heu-
r ro reux de passer deux hcates de dis-
Port-au Prince s1 bails fractions agr6ables en la meilleure
Cap Haitien 87 5 compagnie.
I'etit Go.ve 190 pagnie.
ct (Goaves 0 gL'entr6e generale est A deux gour-
Gonaives 225 des; es enfants payeiont moitid prix.
Jacmel 310 Les caites sont en veite des au-
Port de Paix 30 jourd hui A l'H6tel Bellevue.

Total 3.810o barils Cinema Parisiaia
Port-au-Prince le 3 Decembre 1915 Demain soir la rcprsentation se-
Le chef de Service du contr6le des ra sensationnelle au Cinetna-Parisia-
Douanes. na. le programme de cette soiret
Ch. D1)uplessy que nous nous empresons de pu-.
I blier dira mieux que nous l'int&er
Le Tribunial de Commerce qu'il y a a aller en foule demain
Le Tribunal de Commerce de Port soir au coquet thlitre de la place du
au-Prince suspend ses travaux faute Champ-de-Mars :
d'un rcgine pour son plumitit d'au- a Boireau boithomme de pain
dience, f.ute de lumi&re et A cause d'cpices), ( Le Club des lilegants D,
de l'6tat de v6tust de son local don't scencs policiercsoni M.A.13rul. montre
presque toutes les portes sont con- son beau talent, a La lrcon du Gout-
damnrcs, fre ), drame 'ensationnel de la vie
nmoderne, interpreted par les artiste.;
Amuditwe dul 2 Dccmbre 1915 de la Comdie lFranaise, entire au-
Le Tribunal, preside pai le juge tres Robine et Alexandre (4 parties).
Emmanul l Beaumoir, avant pour as- tlleaIes IOItdelles
sesseurs les juges Rene C. Batraville Le pavement du mois a'Octobre a
et Augustc licle, prend siege A 5 hrs commence depuis hier datns tous les
du soir, prononce les jugements sui- departements ministries. D'aprs,
vants: des renseignements pr&ecis, les tmoi,'
Celui qui re-oit les sieurs EI et M. de Novenbre et Dacembie scront ser-
Peters ct LO opposants au lugement vis sans tardir aux fonctiennaires el
de dltaut rcndu contrie eux en faveur bl-
,employes pubics.
de L. 11. Reine, les decharge des Nest ce pas que ce sont de bonnes
condamnations v continues, declare nouvelles ?
que le remboursement qu'ils ont 1
fait a Ahrendts est valuable, Ies li- Iulletin de Nolre-D)ame dui
brent par consequent du montant P eripluCl Seclur'
des deux traits, condamne cepen- Le Numero de Decembre de cettL
dant les dits sieurs Peters et co A inltressante revue nous est parvenu.
payer sans d lai un compete person- 11a le sommaire qui suit :
nel s-'levant A 2000 francs, regoit Immaculee Conception ; Le Credo
Ahrendts inteirnant d'ins la cause,dit ca:holique ; Ste-Barbe ; Communion
que le Ilpsent jugement scra corn- des petits ; Les vrais educateurs
mun entire lui et Peters & co, le Protestants et la Ste-Vierge etc.
condamne en consequense A restituer Nous en recommandons la lec-
a Reine les 55o dollars 4- cts. repr6- ture.
sentant les dividends tuuchds, re- s St de Pa
jette la demande d'acte faite par
Ahrendts, rejette cornme lantaisistes, Nous ne voulons pas perdre cette
les reserves et protestations d'Ah- derni&ie occasion de rappeler au pu-
rendts, centre les alh'gations de blic que demain dimanche 5 et lun-
Reine et condamne Peters et co aux di 6 un merveilleux rLgal leur esi
d&pens en taveur de Reine; celui qui offer A l'hospice St Vincent de Paul
rejette l'cxception d'incompetence Nous ne reviendrons pas sur les
souleve par Caitinat F-ouchard con- beaut s de cette tf-e de peur de galte
tre la demanded de Heussrer Giflorn le plaisir des surprises agr.ables re
et co, le condamne A r6pondre au seivees A tous ceux qui voudront
fond et en outre aux d&pens ; aller voir.
Celui qui rejette la tin de non Tousdoncdemain et lundi a l'hos-
recevoir de Alerte Danois centre pice St Vincent de Paul-
Raoul Chain, condamne le dit Da- L'ellpraunt de daux millions de del
nois nieme par corps a payer la som- lars ost volt par" le Snai.
me de 219 dollars par des terms Le SI ds sa sa d
mensuels de 5o dollars et aux de1pLns. ele a VOta s epr nt eI deux
Atlaircs cntniilues : Givelet centre millions do dollars.
Geo ges Lyvon. Sar la demand de Le Gtrand Corps a galemnent a'r-
Me Georges L.ger,avocat de Givelet, crte I'dmission do 8 millions a 3
les conclusions prises tar Mle Ellen- millions.
ne Mathon pour Lyon ont etd corn- A l'l'i dc o0 ia
inmuiiquc's ct la continuation de l'at-
faire renvo'ce a quinzaine.- Phipts M. J. I. \V. Francis (am comme
et co centre l)uperousel, Vorbes, nous lannorcioms, avail eld relax
Setc ..la plaidoirie aprIs avoir paye une amende de
Schmidt, \iener etc.. : la plidoine ille gourdes, a ate do nouveau ap
orale est icenvoyde A l'audience de prehendd par la police, ce matin, et
quinzaine. conduit devant le Grand Prevot.
A ce moment, le Prsident du ai'ia
Tribunal, constatant que le dernier
feuillet du plumitit audience se Le jeudi 3o Dtcemb e, A 7 heures
trouve puise, lait consigner en mar- du martin, sera beni en la Basilique
ge la mention suivante : Vu les re- Notre-Dame, le marriage de Made-
presentations faites au Departement moiselle Felicie Pierre avec Mon.
de la justice et auxquelles il n'est sieur Ndlio Jean-Jacques.
point jusqu-'ici donne suite, le Tri- La Ligue de la Jeunesse Hlailienne
bunal, faute de fournitures, de lu- Les membres de la a Ligue de la
mitre et A cause de l'tat de vetust6 Jeunesse Haitienne sont conveques


de son lotal don't presque toutes les en assemble ordinaire le Dimanche
portes sont condamnees.se voit obli- 5 Decembre courant, a huit heures
ge de suspendre ses travaux jusqu'a pr6cises du matin, au local provi-
cc qu'il soit mis en measure de les soire de la society 127 rue du centre.
reprendre. Le Comit6
Le Tribunal a cepte cependant avec Novelles la main
remnercnimets l'offle gracieuse d'une CONIFRENCE- 11 y a des modes
ampoule clcctiique L.,te par le Ba pour I'ennui come pour les pauta-
tounier au nom de 1'ordre des avo-. lou1s.
cats. OBLIGE.- Alh I tu m'as infligd
Sur ce, le siege est lev6 A 1 extra- I'humiliation d'un service I Tu me
*rdinaire. ,le paieras, gredin I


La Guaio'e


Uariicres iorvello


I HS ITAIEINS VEULENT,
COUTE Q.UFl ( OUTE OBTENIR
DES SUCCt:S

Grand Qutrlier Austro-IIongris

3 Noveminbre I6i5
Les Italiens font des emlorts des
plus desespktrs pour obtenir quclque
success sur le front de 'Isoaze et, si
e'etait possible, A tout prix.
Cependant, toutes les attaques de
l'ennemni plis de Geerz centre la
i4te de pont et le plateau de Doberbo
ainsi que centre la tte de point de
I'lmein et Pla\ ', cchouerent com-
pltement.
La seule petite position de nos
tranchies pies d'Oslaviya que les
Italiens avaient occupte tut recon-
quise par les Austro-Ilongrois.
Les ltaliens attaqurenti avec une
vigeur et t6na(it, sp6ciale"le Monte
San Michele o6 le premier r,'glemest
des llonved repoussa huit charges
avec des pertes extraordinairement
sanglantes pour I enndmi.
Trois charges Italiennes furent re-
poussdes pris de San Martino par le
quatm ime regiment des Honved en
partic en des violent combats de
corps A corps.
Sur le fiont des Balkans, les Mon-
tinegrins furent retoul6s au sud
ouest de Priboj vers Plewlje-

DIMINUTION DES ATTAQUES
ITALLIENNES-
SUCCi:S SUR LES BALKANS

Grand Oitarirer .iusltro-Iiongrois


Assurez-'oas q
Ics flacons Porto
cette marque.


Prennez de I'Emulsion Scoff

pour fire le sang bon et pur

lea nerfs forts, la chair sUa4 et

salutaire. Elle est aussi un

rem&le nutritif puissant pour

cs leS enfants faiblec ou maladives.


de Plc'ivje ; t ndis qu'un troissim
group cha:.sa les MontInLgtins di.
Yabuk .
Les troupes austio-ll,.,ngroises fu-
rent paritoit acclamset avec ( inthou-
siasme par la population MahoaInc-
tane.
Les NMontiu'ngrins retrait:ient siu
le front enter, ei partic letur d tdaite
dgegnCra en deroute.
Au slud est Mitrov ki un demi-
bataillona..ustrc-hong ois lit q tatie
mille prisoners Serbes et capture
deux canons et cent che'va.x.
Les Ialietlns rcl ouivelerent iicr
leurs attaques coi tre la tec de pon.
i T'olmcin et contire nos positions
dans les montagnes ai nord. Toutes
leurs attatques s'croul .Lnt.
t'T tm 1" l "l -f1 ', c ?r ( 'r '


Ai is importaul-
Nous avoni I honneur de porter A
'a conTnaisiance du public et du
Gomnncerce que,. notre maison sist
ur cette place soW s la raison social
"A. L. Guerin el Remours Thomas'.
clant disoute dcpuis lc premier D&-
cenbre de cette annie,. Mr Nemours
Thomas cOninue sUt;L L la direction
de ses allaires.
Nous prions de vouloir enprendre
acte.
Port-au-Prince,ce 4 IDcembre I915
I,'.Mu ocu THOMAS



Gas trophile


'Sans )'iiaIt",sl~i#,-i.Qt~ls lisPression
(;,wH uaIic gi/i IIffiZI I On et-ewnbe lu/uii : oah's los affer.
3 lCc III re I 9 15 0lins Itia1;1/),! 'lul s/ tIcIrons.
Stir le tiliC Are de Ia .;u.erre,'aux Jail- bles tie laXtahnj
ka,ns, p'm ,de 40LuZe cents prison-Prx:Ca olaie
ii erNS-ibU- s Ifurent h en inms des Iii en-lnzi
ga~ec-it V-4i cux cntre des d6 P'isco lL' W(tit t jw l, ciil's el Iphar*
tacheliemern s iols Sgrbes et au stid s
OLueSt t cle NixOVAlUi )' )I ': Ci
JLL AL IIf ih!4i.or a -reA l u


ier D6cembre 1915 d5ux tnI.'Ci tet' s .,1i .i bomnbar.- lae I i ]pu',,'Ia,,e N 53
Les attaques des Italiens s'affai- darCnt \Ve'.teide sanis cftt. I 11t'c C uibeN" 7O
blircnt hier. Plusieurs attaques par- Un po avsta,.: ce us -Franais de-C u be 70
tiles lioucrent. vant Lomb.,rizvd:, p-'c, dc Nieuport ._- u
Sur le front aux Balkans, les trou- fu surpri arc a1nands qui
pes austro-hongroises avanc&ent et frt rpuis prs, La tusouU
enveloppcrent Plewlje. irent pluse." s pryso mier b r180
Une colonne austro-Hongroise *ais ut <,l.- ttlen ,r par Im leu dr f! Iera
attaqua les montagnes de Gradna. nos c i:.on 'lIs occu, i t, deux oIi- '
.u sud du Col de Metalka, une au- cier,, ruIt cts pu i s 2. ,,,,,o,'i,-. et trans
ire colonne enleva d'assaut le plateau Sur le t' a- re de 1. gserre l est r, F ,3. I' ,I Ba eeMagasin de
a dix kilometres au nord de Plcvije les uroIp ;remadcIs de arme i lagasinde
qui fut dLtcndu avec tnacit, par les Ion I e ma s e un ; l, e
Montenigrins. von Li.ns1-ii 11 taqLurK t un dcta-
L'atrmte du -gnral von Koevess ch-ment 1K iss prors deL Pocz irevieze Les clients trouveiont come par
it, durant le mois de Nove mbre sur la S'r .au nord di iihninn de fer le pass les articeLs i,angais, pour
jo. 8oo soldats Serbes, 26. 6oo Ser- de o S n honms, dames et c;Lnts.
bes conscis e capua 79 canons, lles tirt .oixawe-.,ix pr;sonniers Joucts, cadcaux de Fin d'Ann&6e
,u,.des prix de liquidation.
12 namitrailleuses.
Sur lc front est, les forces austro- _-----*,,,ii,
hongroises et allemandes sous les SYNDICAT des A(;LTS de CUANIX
ordres de gmineraux austro-hongrois ; i:hures du mating AA is
lirent durant le mois de Novembre, COU S DE BOU SE' L Maison ()llSx, .UC.AS
plisonniers : COUsS eD t COUS Co. a li(otnlutir c aviser sa nonm-
78 otficiers Russes, et capturerent -- brese clientele( lu'ellevientderece
31 mitrailleuses. Or amn:in 45 A prime o r I oermir bat eau un envoi
D. Int. d'iL.1t11912 75o0[,.d val. Bai de BILUEUII'; 11YMAN, ( beurrods-
LE BULLE 'IN RUSSE EST FAUX Int. d'ii-i 1913 70oooad val nem noi ) s qtil vendra aux prix sub
D. Int. 1914 a A A 45oioad val. nott vants:
D. In. 1914 aB 4S oload val.nom Le ferblanc de 2 livres Or 1.10
Grand Quarticr gindral Alnmand D.Int. d'llaiti 19144C'0 oIo nom 2.50
Ch-Lm Y- VT v ir f.1 n Fri, e &10 a


2 Decembre 1915
Sur le theatre de la guerre aux
Balkans nos troupes occup&rent les
villes de Plowlje YabuKa et Bol-
yennic, A l'ouest de la L.n.
Au sud ouest de Mitrovica, quatre
mille Setbes turent faits prisonniers,
et deux canons captures.
Surletheatre de la guerre A l'ouest
un biplan anglais dut atterir au
Nord-Ouest de St Quentin a cause
d'une detectuosit, de son moteur.
Les pilots, de otficiers anglais, tu-
rent faits prisonniers.
Sur le theatre de la guerre A l'Est
les avant-postes de l'armne Bethmer
repousstrent des tables attaques rus-
res.
Le rapport offticiel du quarter g6-
neral Russe du 29 novembre relati-
vement A des combats pr6s d'Illuxt
et Kanineki n'est qu'une simple in-
venmion.

QUATRE MILLE PRISONNIERS

Grand quarlier Austro-Hongroiv.

2 Decembre
Les Austro-Hongrois entrkrent a
Privlye.Apr6s des engagements tens-
ces,les d6tachements austro-hongrois
qui avanc6rent du Cel de Metalks
repous_.&ent 1'ennemi hier pres de
Bolanic.
Le group de nos troupes qui
avance'sur la route de Priboj con-
quit d'assautles montagnes au nord


UCLquec SUr I N 1 12 U ,[0 o t p
Chequesur Paris 10o oo escompte


Alisijdiciaire
Le Juge de paix de la Section Nord
done avis a MM. les Avocats, aux
wandataires militant. lris des Tri-
bunaux de Paix que l'lissier llora-
tius Jean-Louis a 6to rtvoqut6 de
05e functions pour cuuse d'incapa
itl6 et d'irregularitW.
Port-au-Pritce, 30 Novmiiilre 1915.
r- rfl r'e


l'omt au iim 1ntze, l e I Wce


mbre y91i


Avis


Mr Lherisson Parisot amnnonce as
publicc et au commerce qu'A partir
de cette date son fils, Mr Henry PAf
risot est admis con.me associt~ daf
sa lPharmncie et a ia signature pOO
toutes les affairs.
Port-au-Prince le rer D&c. 191.
,rr. .. .1--- V S ,, .. f


La secession de P6lnaline Sotlaes
A le plaisir d'aviser sa charminnte clientele qu'elle vient de recevotira
les derniers biteaux des articles de toute beauty, et a des prnx tries iio
r6s. Elle a erganis6 A I'attention de ses aimables clients, une exposition
oii figurent avantageusemcnt les articles suivants : aia
Soierie, ,oile sup6rieur, mousseline de soie couleurs, Tussor, LciOtld
couleur,Linon de soie, Pliss6, Soie lavable, cr6pon couleur, crp adech O
couleuts, taffetas, SatiL liberty couleurs, ruban de scie pour celilture, o0
gandie, bioderie pour jupon.T'unique a point d'lilandc,entre-dcux mdei0
empieceineut couleur; voile A campague, satinette gauffre, sac a m n,
dienne frangaise, nansouk, flaxon. batiste couleur soveux sati1nt
fleur, rideau mousseline, chaussettes de so:e, bas de soi, robes mni-cof'0
tionnkes en cr6pe de Chine, garniture pour bal, diadinme, pluie faitaill
aigrette pleuieuses, Empi&ement de soie, Tulle ad point d'csprit. El
cement guipure brod6, Ciepon brod6, Alpaga couleu Rbes pOur fll
Costume pour gagonnet, Dentclle Irlande,chapeaux pour Li", mes O. ibi
Fleurs; chapeau pour filleue, &harpes,robe mi .confection iee, touIa
brockh, blouse kimon, tanielle pour complete, mnoucho, corOt Dll
mare, ziphir couleur, tulle pour voile de mari&e,moustiquaide,".p
broderie anglaise, tomboule empikcement 6cru, Pel61ines aSna pe P *3
mare voile, ranteaux, fichus, cretonne tfleur.
Venez veir Hesdames! Vus sorlirez echanties !


I


~---1


*I


th


I