<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02447
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 18, 1915
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02447

Full Text

Ai tA P M


i..B t-MAGLOIRE
DIRECTEUR

PORT AU PRINCET :
PORT AU PRINCE


DtPAIIATEM ENTS

ICThAN*GER


40115E CI&TIUES


G, 2 00
* 500

G. 2.20
. t.00


OUOTIDIEN


IOT-AU-PRINCE ( Haiti


Samedi 18 S"embre 19 15


RXDACTION ADMINISTRATION
Anglo des Rues Fdrou A AwrndicaiuO

W o mmom e ml veoucs:
A ea r-au-msuu":oua bueama do journal
A P&Aaw chin L.Nayeace & Chis Rue TronchU
A Lowasas: chess L. Mayen" & C.O. sq. 21,21
Luedgate IN
A:aamaum. chws Rudol Masuse S. w 19. Jcru&AleVP
SWrAIMe46-49
A Now-YossUniversal Publicity COniPamy 4S *I me
14 t Strneet
Las maumwirkmaiors mu nm asmmet ptaren due
Amom moodss & iISSSSsom5 payabksd s 4rlaw4c


La SEMAINE qui FINIT

-l HgANTas. iraeent d6sobligpantes pour nos pa-
riot qui se liguent une dernikre
ole tout d'abord parter fois alin de couronner leur weuvre
lqiam *i acuelricaine; maias uon do destruction national.
--u..tout aussi a Ilordre du I Le ministere qui leur chappe.
notre attention : c eat I aJministration financi6re du pays
0e.a qni, au relte. a, avoc ol ila n'ont plus d place, I'or pur
.aM racaisne, des relations du people iue Ia carbine amlricai-
Ie" noe surveile, so:it autant d'obses-
as eia boone fortune de voir 1aons q1 a ne quittent plus leur che
pdo prs, chez lui, on action; vet..
M odme qu'il est loin d'etie e Le pauvre people don't ila so
pma vaa people pense constituent le ianterpertes et sn fa-
tely.. ,cho ,dc"epr;.ccst e,,rM veur duquel ils viennent eni rdcla
et o e lebUns u ,naon. rend grace am ciel d tre"
hmmes comm leeIo battons flit- ddbarrases de leur joug...


lt 6aralement d'arnmes, de
el d'argent. le caco par
ads inutiles manilesta-
instiactsa de sauvagerie
ailtmacroire mar I importance
do imoyens do nuire. Cha-i
lhi qa'un adversaire d6cisaf lui
tb 6 dessus, il n's jainais fat
seaier. reculer jusqu'a la frotn
rm ice et nonbrouses soont
im.il a 6t forced do rendre
lt do s avouer vaincu.
aqu presque toujours, assure
nb peaile success de cette cli
cist a complicite du delors et
Idteutrd de soai actions. No*
-mseatsl h.itiens juscqu'ici out
i-' p, a do chose qu une pro-
- de do decredlt et de fausses
ome a souvelt sufll leo
lireer: la close acconplie, on
inuvoiAst etoinne d'apprenadre que
hI1o n'y a etd pour rhen et qu'l
pIlMaiU en, Ooe tout seul jusml|ie
IN. pnrufodeursa de I Co(;uupe
fl ace d'un pouvoir aux abords
lMate, de villes biesn grdees
t" CUOn Udouverneanentwle que se
i.cupe d'orga'aiaer I'ordre so-
., d'une autonti ce-Itrale fortilieo
t deo efforts autant pour tuer
conspairatrice que pour ra-
mar ie geroi et lea ignorant,-
bwco dovonu purenent et simple
tlbgad de grand choein, per
p*m A pea s grandas airs, faute
miqtame et disparaltra un beau
smi td, cola peut 6Ute I oeuvre
OmN d ame gindration, car aouvent
0' q(i par extirpation qu'une
aueint do son mal. Lessen -
5l eI moreU en amarche ot
ees VoWe doe gorison.
'm ha~imntenant do la ques-
*c



_8tooa alsuparavant la mobility
*. dae certain sidges ministd -
b:Ild Mistre celui des Tra-
6 Pu^bie par exemple est au
Sa deux A trois jours. Ce
armaeux. II nest pas du
coMmme do la tutelle; Ia
so Acceptable non imposai
eWs Pa iuaste d'accepter
PiN lm voulour peu aprds. La
asm rickaine ele mnoe o'ex.-
M IS a tel ebangement an ai
i slP Laa sympathies et les
___ qol entouralt le dernier
"is Dr Paul Salomon, ne
poePOW atlmor ce que je dis

a i aiatsnant.
I**i



lo. comoe mao, la
A&M Charies MoraviaT Jy
^R r -trets fort"e at

de led o S
anm Opts s lbl i


iolemis 5Ia-----1


Le reste eat & I'avenant. L'auteur
syanpathise trt.s ouvertemnent avec
I'antervention americaine don't je
veux ue liter dle vous dire un mot.

I .
POLITIQUE ET CYCLONE.
II convient toutefois, avant de le
fire do lixer de certain faCon les
responsabilit6s d'une parties des ra-
vages du desastreux cyclone du 11
AoetL
Vous vouis rappelez sans doute
que. quarantle-lhut heures avant 1'6-
vunetment, loi t-au Prince fut averU
du terrible t 4au qui, venant des lies-
souis-le-Vent et s'avanscat sur Halti,
devait a abattre aur lus juste dans Ia
jornade do jeudi.
Sur cotte information du Bureau
Mest6orologique dt4Washington, I Ob-
servatoire d s eimpreassi do lancer des t6digram-
tiIes A totls s04o ports pour lesa In
vitor a preadre les precautions n4-
cassaire4 pour lea bateaux et las
embarcations etn radar. a Malhou
r'useinent. lions nous dans le Bad-
letis. Ie ltgyiem, ces tdldgrammes me
furent pAs expldita par Ie Bureau
central, completemnent ab4orbd per
Il transminasion des d4pches polii-
ues. Cette negligence a OdI la cause
de graves d6sastres dans nos ports.
particulibreinmetnt de la c6te ad:
pertes de bA eauz de chargement,
do tre* nombrouses vies bumaine..,.
Qui noe se rappelle cotte goelette dis-
parue avec cent cinquante passagers
dont un soeul fut recueilli eo mer, so
fond d'un catot de6empard.*
Or. savez vous quelle besogpe po-
litique abtorbait le Bureau dMdgra-
phique de Port-au.Priico Ha point
qu'ii no pouvait s'en distrmare an
moment pour reenplir I'1-lmentaire
actor dhuimanitd quo de bien plus
graves occupations n'avaient pas
emp6chl Washington de pratiquer
& notre endroit?
Nous 4tions sous le regime du Co
mith r6volutionnair dedo Port-aen
Prince et on avait hte plutot qu
de prevenir les Comm--ndant-
ports du prochain sinistre -do pre-
venir les Commandante miitiairar
d'avoir & organizer des manifaUts-
Uons pour assurer la proclamation
par -armde du Dr Rosiavo Bobo
come Prdaident d'HaltiU*...
N*est ce pas attritant et 'y a4 il
pa doe quom noua ddgoater doe cau
ser ceoe emaino do Is question
aNa6ricain UR
JEAN LA FURETEUR
- poor


Avis. important


C.ea Jos Cmaloelido Is feillIM
C. M.ArfainvitelosI"crdanclors
dolW djufibo f.IAM dipoMe loanU-1
tMg do cicmosm au grOM do Triba-
ame doCOEDIUWOS do ce rewsot poor
is ww4tIehuOO % l ure Jilm is 80

Idr~m6oIs d 0epb tM w


conditions, des Inteetas y afMrents, conalasent quo lea .tipulations do
NVENTI N at doe 'aortiemonent Maceaair & cot article sont n ceaire- pour
O N E N O N lle#ur complet aiemnent. prpvenir lea luttes ties faction et
ENTRE Art. 5 Toutes lea valeurs re- leo d sordres.
coavries et encaiseea par Ie Reca- Art.t11.- 1.0e (ouveriinement dllai.
La Ripublique d'Hait.i vur genAral seronlt appliquest : to li convient do ne ctder auteine par.
Kau paienent des appointemiients at tie du territoire du o la iIp;alilel.e
kT allocationsP di IRoceveur ginbdral, de d'lHaiti par ventle l >il ion autre-
Les Etats-Unis d'Amnariqueo ea auxiliaireo et employes et les d~- ment, ni do ne confllrer jiarldiction
penses du bureau de la recette coin- sur le territoire & ascal oie paiss.ance
-- prendrotat les appoiitements et let ou ouvernlmuent iWtraiiger. ni do
La Itepublique d'llaiti ot lea KIlata de|penes du Cocmeiller financier, leas igner avoc aucune pui4sa'nce sucun
Unis d'AmneOrielU. dsirialt ranTer- salaires desant it're d6termnineo sui- trailed ni contract qui duniaiserait ou
sir at relssrrer les liens d'anaiti# vanlt accord pealable: o a I interest tendrait A diaiuer I landIe|elndeAincO
qui existent entre eux par la coord- et A I'anortisseient doe la dette pu- d'llaiti.
ration la plus cordial a des iiteai- blique do I&a tpubliqiie d Haiti, 3o Art. i2.- I.e Gouverecrne'ant Isai-
res propres it leur assurer de omu- a I'entretien doe a police viase I'ar- tie rconvient de siginrra ;avtc lea
toels avalitagen' ticle 10; et le older auGouvernemnenlt Etait-Uceia 1111 protocol pi) )r l.4 rI. -
La i|tpublique dllaili desirant liieouen pour lea depenses courantes. glealoeUt. par arbitrag,. ,i anitre-
en outre, retmed.er a ila stuationi ac- Enl faitant ces application., le e-. tineit, doe toutens le4 r.'el.en.l iia,4
tuelle do sea lowacaes ciainiteni ceveur general piocedeira a paeo- |i cniaires pendants thi I. l*e co.-
I'ordre et la tranqiuelile6 sur son ter- anent des appontemients ut alloca-I rations, comnpagi ies ci. t' ,*yes o
ritoire, inettre A executionC des plains tions laietinsuels et des de)peniises tel- sujets 6traners et Ilaiti.
pour son l dveloppoenenlt tconolii- lea 111j ells ss prtseilteiit; et au pre- Art. II.- la I il1ailliylic' l41 aliti,
que et la prospeirsti du peuple hiai- iier de cla i ue cioe1s, ail mettra A un d slerant poullser all d(;vel.'ijp,o'*.iint
oen ; comipale sp*iclal Ie in oiatait des ic de se0re5o)urcetnatinrlel..s on4i0~,a.ct
Et i'- Etats-U'is, avyipatllisant coeivreineiits et recuLtes du alst d'-entrepretndre et d ex :-.-i w* to.les
avec ces vues et odlj.ts et dsirant prec.dentd ieneaires qui, dana l..>|o I' ies delS
contribuer it leti: r ielsation ; Alt. 6.- LAs d.peiises du bureau deux Hautes Parties citir'Ltalite4s.
Ount resolu di COclcluIOe Ue Con- do la rIcette, y compels lea alloca peuvent tutret n c s:eim.rs ;i11 po11int
ventioni cette lisn ; tioons et appoi ateneeant du Hecevour de vue de l'llygiin.o <.t 1l.1 d-ve)l)op.
Et olit to nounliles icet elTet coin- generall. de .ws auillaireis et emiplo- |)eienit inatLriel do l& lp Ioiliillis
me I'liiilpoteitlaire. yea et les detpencses et salaires du d flaiti sous la bUirviallaBB .' d'uai
Par Ioe Pl'rsdentL do la Htepubli- Consedller linasicier lie devrolnt pas ou do plusieurs ing-m'ii.r -.1 1i< e-
quo dtlaiti ; d6passer .5 olo (cini, pour ceint) des roust noincnsi par It Io'r.* l.,it Illai-
Monsteur i.oiis IIoRN,)o Socretai recouvreineint et recettes provenlant ti stir la proposition tia i.c.si leaInt
re d'Etat des iie.lations Eitearieur s ; des droits do dousne, a enonais d'une des E tats-Ulnis, et atiitr.0;-.4 ;a ctelt
Par le l'Prcdent des Etate Ulis conaveintion eatre lea deux Gouver- liln par le (Gouvernleinenllt 'Ill,.iti.
d'Amerique, ncments. Art. It. les deux ll.,ite'. PSar-
tlies contractantes aiairict aic'osaita
Monsieur II. II. DA) charge Art. 7.- I.e lieceveur gtneieal fera pour assurer. par toU.si l.e* ciovenal
d A.ires a. d. des* Etal-lsii. d'A un ralport ellesuel aux fonctioin- n~cosaaires I'ens'irc eac'taoPi *a die
mnerique, sLe unique leurs pleia s pouvoirs respec- partelment d'Etat des Etats U'mai aur -t hl4 Etats LCniis, I ei .lt-liteanlt
tifa trouvsa en bocine et due folrne toIns les recoeivrementt, lea recette i).tlront leur ai. ll .Ia ** ,'p iar la
ont convenu do e qui suit : et lea dtpen *ea; ces lappolrts saroniI priervation do I Iihdp.,lias.cl e Ilai
Article ler.- 1.e Gouverneinent soul"ls6i ls Iixat ciet i a a veillcs- tieieti et l)our l. iwni elsie eliiern
des Etats-Uinis aidera par se lbonsa isol des autoites coin peteleis de' ;Guv. reinennt csp. L .- i I wt,.ter
offices, le Gotverlneaentea d Ilaita i cl'acus des dits Go iveriea .eauts. i la vie. la ropUlretet la l :-iat il-
d4velopper efl caceaienit set roe. Art. 8 La ltpublique 4i laliU ne divideielle. l
sources agricoles, niia6aee4 et coin- devra pas auiuneiter sa dette. sauf Art. 15 I. o'r,-seidt tii.u*. aera
merciales et A elablir sar une base accord prealable avec Ic President approuvet et ralitil.n1 pl I.s II iatos
solid les liniances iaitiennes. des L .taLtUnis, ai conitracter aucune Parties contractant.*-s ioal .i e.n *n.it
Art. 2.- Le 'Prsaident d'llaiti ob"lgatoi ilnanliciae i a inoins qule, leur& lois respective, .*t le. r.ati-
nomminera, sur Ia proposition du lea depeiseis du Gouverneinent di- licationas sront Cclmu1 ,14 la4 s la
President des Etats Ui, ian Rece- frayeesm, les roveinu do la Itepubli- vall de Waaldngton a usiti : qul
your a6ndral et tela aides ot emplo que, dispojibles AA ceLte i l oie*ment possible.
yes qui aeroilt jugea ds cessaart a esufflisante. pour payer lea iitereats.et Art. 16 Le prt sent tlir.'' r',t.ra
pour recouvrer recevoir et appli- pourvowr a ut amnortissemeent pour en force et en vigeitir p B'- l;.lIt ll@e
quer tous lea droits de douanes, 'extiinctioicoiit)lted'uiie telle dette dure de dix a0nmecs .t partir delsa jour
tant i importationn qu'a I'exporta Art. U. La H-t.publique d HAlti, A de ie'chanige des ratiliu -ica,sr. vt aoin
tion, provenant des diverses doua- moins d'uneo eaniteoLe prealable avec outre pour une autre .Wi id..l do dix
eas et ports d'entrieo de la l4pub'i- le Pr6sident des Ltatt-Unis. lie moo- alaniea ai, suivant des raisoell prh.
quo d' Haiti. dillera pas lea droits de douane cieso forinuldes par I'Une oi laaltre
Le President d'Hlaiti nommera, d-une faonu (qui o a rduirait lea re- des Parties lea vues et objeta de la
n outre. sur la proposition du venus, et on vue quo lea revenues Conventiou no mont pa accoAumplas.
President des Etat Unis, un conseil de la Rdpublique aoieut sufiisants
ler financier, qui ora &un fonction- pour fire face la dette publique et En foi de quoi. lea PIsni ipotentiai-
naire attache au Ministere des F'i- eux d6penses duGouvernement,pour resreepectifs owt sigaj B la present
dances, auquel le Secrdtaire d Etat preserver la tranq(6illit4 et prosnou Convention oen (d)ui !c ct N out api)o-
pr6tera une aide eflicace pour la voir la prospderitu inatdrielle, le Gou- ad leurs ascaux.
rdalisation do ses travaux. Ie Con- verneonent d'Haiti cooptrera avec
seiller financier elaborera utn sayte- le Conseiller lfnancier dan a se re- It. II. DAVIS. Los i I()ItNO
me ad6quat de comptabiliti publi- cominandations relatives A I'am1lio-
quo, aidera A I'augrnentation des ration des minhodes de recouvrer ---
revenus et A leur ajusteioent aux et do dlpeasser les revenues, et aux
ddpenses. enqurtera sur la validity sources nouvelles de revoenaus qui La CIuIb
des dettes de la U publique, 6clai- font besoin.
rera lea deux Gouvernements rela Art.lO.-Le Gouverneenent lhatien .. 7 -l.bt... 1 ..
tivement & toutes dettes 6ventuelles, en vue de la preservation doe la paiix ""ce d 7 Sprmb .13
recommandera des inethodes per intdrieure, de la acurntd des droitl --
factionn.ead'encaisser etd appliquer individuals et de la conpldte obser- Pr.i.de.ce de .Me le d_ it i
les revenues et fera au Secr6ta.re vance de ce traits, s engage A creer P rtls"d."ae -" le ""1
d'Etat des Finances tellers autres re- ans d lai usne gendarmerie eflicace A*t,4ulyse .iaa,.'.
comenandations qui peuvent 6tre ju. rural et urbaine, composAe d bal-
gias n6cessaires au bien 6tre et A la ties. Cottl gendarnerne sera orga Lei Ministres D,)rn .al, .NI .- rJ.
proasprite d'Haiti. nisae par des oflnciersa ,aericaius Borno ct Elie sont au binc d.- 1-lEi-
Art. 3.- Le Gouvernement de la nomimds par le Prtsaident d'Halti sur cutif.
R6publique d'llaiU pourvoira, par la proposition du Prisident desa tala Aprks le dtpouilietnent de la cor-
une loi ou par un 44cret approprid, Unis. LA Gouvernewent haltien lee respondence et le vote des m ) Jli:l-
A ca quo le pavement de tous droits rev6Uira do I'autorit n4c aiare et tions du SInat lai lo rapw rtant
d douatne soitlt au Recoveur g- lo souboandra dans I'exercice deo c'l crtan t le service de lia SI-mret,
adral; et il accordera au bureau dea urm toctions. las seroot remplacs Mr Muinistre Bouno a la parole et
la rece te et au Conseller Ainocilr par des hl.ltiens, oraque cou ci, Pexpo se.q. -- .a .t
tout* aide et protection n .cesaaires aprs usn examen prdalae effectu epose qu uei dpb i d une gravic
SI Pxucution des pouvoire qui lour par un comnitd choisi par lofficier exceptionnelle ouvert depuis plus
soot confdrds et aux devoirs qui leur supirleur charge do l'organiaation d'un mois derant le Pays va s ouvrir
moot imrpot e par leos prdentes, et de Ia gendarmerie, en presence d-un devant le Cirps L6gislatif. C'est On
les Etats-Unis, de leur cot6, accor- dilegue nomann par le Guuverne des d(Lats des plus graves qui sa
deront la mdme aide et protection, ment haltion, seront jug6a apties & soient engages deviant ies Chambres
Art. 4.-A la nomination du Con- remplir convenablemeot louas fooc- haitiennes. Cest un dcbat supreme
miller fnancier, le Gouvernemunt thou.. La gendarmerie ici prdvue au et decisif car ci en sortcra ou la re-
de Il Bipublique d'laiL. eo coop- ra soues la direction du Gouverno- dem..ion d'H iu. i ou si sup pre.sio
ratio aves lo Conmeiller lnancier, ment halt.en., la surveallance t lec a lis. d.. Re.u,...e. deP,,
oioUlaomoerag clamera., arranrsa ut controte deos armes et munitions,. de la lste s ubl Pu es 1 lAm-
iarua Mas sw oomp!! do routes des articles militaires t du com-D rque. 11 croeral lne i un injue
to ditt les dpuDII.- de leurl seroequli en faith dans tout lo pays. sanglante non sule.cnnt aum mem-
imenals, I% i aIt Lae Hiates Parties contrectsnts r. broes de l'Assembiek, mais encore amx


- -q- MMM





LE, MATIN


choyens qui composcnt la.udimuire nc ait pas lPubligaison A lcE.cuti.
ail pouvait penser qu'il sc trouverait de consulter Ics Comit~s des Rela- Aux GonaivWes
devant Ic pIril qum menace la nation lions Extriceures des deux Chambres O
un seal haitien qui se laisscrait do- mais il lui semble qu'au point de .
miner par des convoijies secrt~es, vue pratique un tel tmstrumenth. a- LesCa mit~hpr Phal pi A mrUre
pCr les interits d'un clan politique. vant d'4tre d6pos6 doit, avoir .i par- has les arme
conviction est que chacun apporte ticipation deg Membres du Corps
id le pur amour de la P.atre, le sou- Lrgislatil alin que lorsqu'lls Ic vo-
ci de sauvcr I-honneur national, no- tent sans mnodati:ations, ils n aient xtlrewie dl G f 1l Ch lasor
tredignite d Etat lhbre. pas laird .avoir avale ui.e grenoutl-
Lorsque en Juillet dernier les for- lc. Lors de la Convention Fuller on *aec les cdheI Cfats
ces amricamnes d barqucrcnt in i. vu lc guverncmriat convo'lucr les -
Haiti, tout Ie monde %ait quellc taltt Comit.v I
alors la situation. Nous nvio.s en. '-a oventioncsl envoyct.k lexa- Cher imuiseal etre carai el
gore A Iesprit l'horreur di an.usact, met J d-ue Commission mals Ie MNi- A erifaiM
l I prison et de I'.arti.lemrent du luastre salt, bluft de c.o., qt'elle ne
cadavre du president dc 1. Republi-!scra pas moditie. 'ilc ne le sra pas ---
cue trains par Ics rues de la valle. I nlO plus en Assemble. naistbre
O tait plonge dans la plus grande Or. ,i n'y a rien de p!us d.ing- Gonaivesle 9 Sptemnbre )191
aegoisse car on se rappelle que dans reux en maitre de poltaqu getierale
kleNord des torces etaelait encore en I ued'ollttr de tendauccs A !'esprit En cc moment les cacos investis-
lutte ayant pour object dc se d11- es LgislatCurs. 11 e iiisnent vietoutesfiressont
ger sur la Capitale. Cc n*tiuit p s ineux d-'tablhr une situ.tion netted u ai
r n r paralystes, uecune provision n ren-
tout. Dans le Sud. aux Cayes, lors- pour qe denlmtn on n crime ps tre pro
qu*oc eut I'apprih-nsion que Is a surpse sau masque. LA.semblee plain est 11i6.. le. homes
cacosdevaicat encore une loss venir dst rcenir quono te Inodise ps on raqu. ob sde faire part
imposer un chef A 1 emblc N.,- ustrmanent de la nature de celusi pr- les caco armsgd'une ire pattede
sionat let Gknral Lubin justement w316PArleP g "vern"ement. bois chandelle. Les femmes son. vso-
revolt, fit appel aus populations en at 'd A cc qul". e g Ouvc eme lt d c inUes, battles si ellei ne dissent ou
lear distant qu'i. 6tait tcins que le qual .alit mal enl dlisat c.la. ;-est se trouvent leurs mari. Les vova-
and fit entenre sa voix. Et tout cela un point de vu .ue. gurs sont dhpouillt6 deS provisions.
me passait A un moment ou la m.stre Pour lui al n-a obi qqu a un sen- geuls apportent et un laisser-pasins
tensit A la gorge Ics t..muuc0s os timent bast sur le sojis de provo- leur esa dliavre aux prix de dix cen-
Eat, accult, sas resources, s qr se 1 p.rt du Mnruni e .I-Ipt van:cinquante. jusqu' i
credit. ne pouvait tendre la main ,itori complex de tA.icsnbi&. gourdes sc on la valeur deleurs char-
an fonctionnaires dans la detresse. Le JpuE rst An Cha-g s. ir e nral Ch. Zamor est
COes dans ces circonstances catiquse n dcit fare so dvor. 11 sex- arrive par le holandais et. accompa-
que le piys cut occupation amnri- pliquera apr"s dcvant I histoire. Que gna desotfcie:s am6ricain.ai eu une
caine. Mais nous nlions pas un lIs membres d. l'Assembe gs- entrevue avec les chelcacos llSn ac-
peuple vaincu qua devait tre c.ras 'sent scion leur co s. .ce et. leurcptnt pas A mettre bas le armes.
sous Ics talons du vainqueur parcel coaniprhcnsion des in.ri du pays. 'O. attend done A un choc entire
que celui-ci aurait obteau sa victor.- .Le .timire Burno dit que .e gou- amaricains et ces gins, les premniers
re aux paix de sacrifices chers. I 11al- ve ac..nent n'entend ricn laisser dans tat ccu. qui dlendent ct proagecnt
lait plut6t s*attcnd c A un coucous.. 1-ombrc ; il ne craini pas la I mirec I lville. Impossible A un citoyen dc
Les amdrncains offrircnt ce concourse, La question poaea par ledepute Lon circular duns la plane. s'il na un
mais dans des terms qu ne paru-'est en some, une question de droit ami parmi tes cacos. Nous espirons
rent pas acceptable au gouvcrne.-constituttionel. que les amrricains enverroat desren-
meat. Des discussions souvrirent, et sagit e savor si le corps L- orts car la ville a beaucoup, douver-
mm propositions trouvrecnt tout gislatil a la Iacultt d ameder unt done un plus gana
d*abord une vive resistance de la trait soumis A sa sanction 11 ne petu ombre d'hommec un plus rue quand
anrt des amdricains. M.ais peu A peu pas apporter son opinion personnel- les cacos contiaueront-ils A nous itn-
les difficulties saplaniient et I'on fitit le dans Icts Abats, mais at y a celle r Igur volont et a nous dvas-
pFr s'accordcr sur ue* co1nvenuoni des savants don't it fera 6tat. O.i ad-: '- lt
qal6tetsignAcbier. Legouvcrnemecnt met gneratem-.nt que les traistes
A Is conviction d'avoir ec.art tost cc soumi au Corps Lgista'st ne peu- D.:puis bient6t quinze ours les
ql ui paraissait inconspatible avec ve:n pas itre mol hI. ca-os assi.gent la valle des G" .iaives.
I. dignit6 national. 11 a fait tout cc Le Cthambres oat seulement la its emp6.hent i s cultivateurs d'ap-
quil a pu pour sauver I hinncur diu aculte do les rtcter ou de l:s ac.ep- ponerlears products en ville ct tien-
pays. 11 demeure pe uad. d'avoir ter. La Chambre est done lbre dc nnt des march dants lers divers
obenu uc r6sultat convenable que rejeter Ia convection qu lti est sou- campements ( a Soleil ; Daltes ; La
Ilopinion appoiciera. Sus Ic band- mase.Mais on doit se rappeller que Ie quintte ; Gramm.ont .. ) dans le
face de ces considerations Ie Ministre pays est en prtscnce d u.e situation buat d'afamer la population pour la
Borno donned lecture de la Conven-,des p'us graves qui menace son exis-, porter A se revolter contre les ameri-
tion signee entire Ia RKpublique tence ; que malgr6 sa grande d.trcs- .cais. Les families des Ganaives di-
d'Haiti et les Etats-Unis d'Amerique. se qui devait provoquer le davou- jA si 6prouv6es, sont tris alarm.es
Mr kl PriiJeult donne au Ministre menti de tous ses f tr desn p sdence de cette situation. Elles
scic du dep6t de cc document qui machinations d.- ploitiziens varcux no.ea ni vivies. na eau. comment
et defer, A l*cxamen dune commis- qut nic visent qua 'as peite. Lc u- uIIs suer i -, .e quArtier general so
soon spciale compo.4e de Mcs;ieurs vernemn.nt a la co:ivict.on que les tI.n Poteaux, deruis, erig en
les deputies St-Amand l!ot. 1.. I). I Minbresde lAssemb,+e dcpouills s commune Ie.
Narcisse. D rville Chalis Picre,. de tout sentiment dintlr&t person- its ont nomm" un miagstrat com-
Garoute, lBrdy. Dr Ri, ul. I). lir d. do -oae c de clan poitque, muala, bien entendu. uts caco; puas
re-Louis. N. Theodore, Cyrus Tho- sauront aqr dais la plkntude de de nouveau chefs de sections igale-
ma. Robillard, E. G. Lpoert. G.. con)cSeice de vras patarotes. meat des leurs. ainst que des agents
Mr Ik Jep& Leon dematnde A fire Les minustres prenni ensuneit J.octroi. Le sie ; est complete.
une ob.eivation. 11 veui aret rensci conge iet pe ap- 6 1:s branches du La vile serast en ore victine sians
a sur It limited du droit de vote Corps L&gislati se rtunswent en As- I secours actif ds americains qui
as Chamble au sujet de cete sembkc Nationale et la c!6 ure de nous ddfendent.
Convention. 11 veut savoir yi Ies la deuxiame session de la 23- 16gis-
Comitts des Relations Isxtbricures lature est proclamne. _
dsdeux 'Zhambrcs ot ir ticip a-
I4'laboration du tra;it. E po init et- L AS r LaAT E rLITc F..ETRNitrrtA
te question iI ne croit pas lure acted LC e ~Int \ HRE1UBLIUUE D HAITI
d'ipdiscretion Les explications qu-il Port-au-Princelo 17 Septemnbra 191
demande sont pour sa gouverne, car L'orJrc du jour de la seance d hier au 112. de eII idpendance.
il a vectt pas doiner un vote qus du S.nat comportatt commr Al Iordi-
mwit un pur gate. A-t-il le dioit lui naire la sanltion des procci-verbaux. A r*tE
umssi de proposer des modificatiotis ? la lecture de la correspondan:ce et
La MimUstre Borno rlpond que uulle les rapports des co.nites et commis- PUUJPW 8USI BARTI.CUuAVI
part dans la constitution iI est faith sions. Pruident de la IIdpaubife.
obligation A l*Esc6cutit de consulteri Apres I'puisement de ct ordre
au sujet d'une convention Ics Co.ni- du jour. Ic Cabinet. rcnresente par Consiorant la StUto oninormale
us des Relations Esticticures des Mrs le Secretaires dEtat Emile Elie, qu traverse e Pa* .
deus Chambres. Voil.a pour Ie point Constantint Mvard. Dorn6val et ......n.. d. r. .
devue o~gal. Mais au point dc vue LoutisBorno. psmlent sEge au bane snAeent d coendi'ione qui prer l vemnbt
pratique il n sit pas possible que le d- IEx~cutif. Au nom du GoJver- |a ou"verainet., a Jignit6 et lo. in
gouvernemcnt ait trait. sans con- nemenlt. Mr Borno, Secretaire d Etat itrts de la Nation,
salter non seulement tes membres des Relations Exttricures, aprls Conaid~rant que p)ur pourvoir le
du Corps Lcgislatil mais encore les avoir mis en lumicre Ics avantages Gouvernemuent consatiutionnel des
hommes les plus marquants du pays rciproques de la Convention hai- anoyens propres A assurer I'existen.
II ne pourrait pas s'cngager sans tiano-Amcricaine. et demand auice de I'lIat, faction lgislati-ve est
s'entou:cr de ccs lumicaes qui lui Grand Corps dela voter,deposa ledo. in"liapensable '
permettcent de machber dans Ie droet cument et demnada act de ce dopot V I .article 0. de la Constitution
chemin. Les opinions sont libres ; leI Ala questions de savor si la Con- ddlis d. Conseil des Secra"ai
pouvernemen a'*entemd pas leses- ventiondevaitltreenvoyoeau comite r *s ARRtFE
Noquer. U duaire que la nation d&ci- appell A en connaltre ou A une corn ART. ler Le Corps Lgislatif eat
dede.soi sort en pleine et entilte mission special, le S.nateur Lhl- conyvoqui suxtraordinaire pour le
libeit. risso proposal de I'envoyer a une lundi 9 Septembre courant.
La dpUL/ m er.td dire'aan d'evi- commisson special ; cette propo- ART. 2. Le present arrleW, qui


tertoute surprise A scsollgues qu'il sition fut accepted. Le President du aeraoigno de tous lea Secr4taires
croit savoir qu'A I'gard des Traites Ssnat consult uesuite l'assembles d'WtWt, ers inmprlmd, public et ex,-
Ct Conventions il y a uI procedure a savoir le mode de formation de cut4 A la diligence du Secr.taire d'E-
sapciale. UncCon.ventios cst d6posde cette Commission 11 demand si le ta d in' draiu Nati
et le Manistie de tres bJian) i tofi dd- Grand Corps voulait laisser le choix n-Prne e. ls 18Sta NmbDre915Poran
declare ia livrer A l libre discussion des membres A la diligence du bu iaSed ledo I'npendance.
de la chimbre. II veut savor dans reau, mats sur la proposition Mor- (Signd) : DARTIGUdNAVE
quelle limnite cette discussion pourra peiu. il fut dhcidd qu'i tsera procede Par I0 President
sexercer et quel sera on effTt prati- par election a la formation de la Suisaut Iw ignsI*wjr d toum lt I
. 11 sai bien que it Constitution Cowmnissiont unesea:e ultEneure.,S4MdfMirw vsdtf.L


Ainswrwsm -qi
am line~...p.r
Cott* iawueq.i


L' Emulsion

est prescite par IZs M&Iecibs COMM




la Tul rjuzZPUlmcnaire, et tv*.
falozblese n~a:d.-. 'or-~nsa


I


rP~m~


Ia ito D i v er8 l're'idrnI O.rtjippamserviynu
MIC it arAmimal Qpmj
e- Outin A to hares wdtrg
R S G U NI 1 iJcnt dc IA RaRpubtiqueauim
RENS CIG NSENTS s~I vkiie- eAu ContrcimmfnraJ f
M&;Tx;O ROLOGQULS 1 .aperton.
OIIS~rIVATO:I IL
ATu Au omcnm de mranter A boad d@
DU -IWIt ChivgLon artilcrji do boud
S~r;UYAIRE COI.TrX@fl. sa!-. I*rriiae du Prtsidenf. Aprjh
visite le chef de F'Etat fut s.-1t~
Jeudi to Septembroe 1015 ui.i sc'onde salve d'ortill~etc.
Ca5im) Cimmin
IParomitre i n l tii 7dhI L I.,I-L)Iie#e(lfsfl "cct Od la
I millillitaln G -.1iaMA a.. (SOCirlt o llMS1 *14VtE10 P4o
Temptlrature avee 800~Il,'~r. slt t: sfclicam lie
Tinemaximmn ,, lex, r'vties I ar le dermear po
biv.omite 41l :,rav 4* !I-)ActioalA de1 ..la me~riv ours,
Ciel nuageux. couvert dcpuis MiJIi. ;..olatie .*6- 1,1W16V#'ss1aua d ide Fr.
Goulesu de plule. Tonneire. Ieliorluaflell couIra
Halo lunalre a heures.'(dre.
BAromktge constant tmiv~iit eaa p *th's) 1*L
O~mialie d4 13 SI t~h('I aaua-i~' eu parita,4. 1.1wu&Ln ce-
1rsslo AP Ias' I*i IPihit. Vmw iCerlti mas
Prer..ruicerdes 8010381 qu~dll3.~i atiii~reia un moods
LeLxAnkfeha gshy44lo it piII 1d4l-li4a- A I s u G46ailbo Q14. 1
Sion les Ilosiulsfis his foctiosa I'rixi d cuts..'I T) Jo.
d muent do police eat sengorn9111MIei XsM1egir
4111'a tCL1 pr" 301 0145) *des, adauiaiuld ~Niuse avonii awpis.i aft :'.o-ro.,:ildIS4
mat(a rtjotei. .&Liepreuni.~e iC01a11,11111I. I~t soirvei:'ut Ili-.r 'r, ir A10 bemes
iggaim dos ia polictoaPIUM iiId..L' liar k r .-,., ,pimetim'rchs~ar, 460 1111
capitaine Aiagusle D~AUM *: eSt III**- -- s ~
U0C11111LO.UAI.L a lreO. sectiot, 'l e~a~ tjarp'risirie.' iu*' iille qm
liecoupajgnuesorCWliaeaai~s N a P.- tau ,tt s Ie'atI.' ido P"s;6e14-.;'*-itrase
Ville comnaprenanmt desux oUik~i#!s a a 111t V1P!wga &,t .111 Oa miii Coumeil
%a 1.tko I$- hlaeteaaiaaut Josg'ili Wl~la'- '1,A04 1* l~g~ggsj a.i4aSo PON"
chard. Danea qaaelqws 1"I' C1i k,.t voc tsntule tueiqiS
aura po~ur inaatraactouaiedo r-aise ane1.4 !cmlaaenaris lmaazsa&e~as wrJ pleedS
ire ell vigi~aetar l.rticte :PM *abet-.IIIloteP~l&l1)* par CCU% eju shave~t me
dil(oe t, Cult, eaul cumaceriaaz't h-4 c1*11 bsllaveaurc
autda e~orce~e* centre icc.4asaux "j r 0.4 jlat raj Ii -ui11114
At rcmqme.-raist lit lmIweu tlrrat'c vellslit I i *n a.uia ita 8 I.uaiell

'Notu& croyones savor a taaeat, Co ala onIs aiw)?Im%4NI ';6lY LNP9L
(jU'UI1 boll iiuugbir 1" I 'ii ( I V-.A1 i W. II) ts rt dtie 11 MAI113N6Icr,
iaau~ d- lae li~aiitt3 o w -st4"'t ij,'b t,t ol.e 'e.s layerd, D11-
regsent itlla formaation Wdme ae oca..t,-, Jac1WOr.jeam..IltgiatIMC t-.
Protectriceties 81animuueO. 0-J4 a uuts. i srtElfl 14S
A caMe occason. isoase r-op.'I.s 1%FortColin, Margrom, 3IMars, SBera"1
quo notre atni Asillar Ho~we.r avait Ljl JdAte L21#~ aeGref1 A Cwpet. W
oietM 1J, comu Iul'aeu do futmder 5l1W ie, vaevoux n~ceIL p:areiils A 4
Socjt1A tpour la protection des anli-i N(M ,nsck d cItjlalw~eslCCSit
mnaui. Donasto but do domuner .uSI fainale Pvs lruoiiqW grd emaldi a
corps & sonn Owe. i ie no n. fili te an de 0% U.c. Aeazk'lenIs
roies : euioshiso, confronces **lU clicra.
Thc&Aire Sylvaims, articles publicts k
dans I'A claalilJ slor. dirigad par no- 0.1 noes annonce Ii mwn ae
ire excel4lent iaaul et collaborateuar Ifilire Louis Lechiul d~ct
Tbcos. A. Viaelrnosf. 5166111 end d~Piscat A6huc
do sea acobles et comeragenz elfflotis, 5Oct *6 places adeI
sa tenitMOave susbabedens 1rindiIrmn ie smod euara e
ce 96adraie @1 chacauia doit so rappe mortausre, rndsc.tr.N. 6
le 0* journalist. d* lC4oq~ae, pour ae reoGe s Csiii
%tinJA~mon 6rivit dame Mime aujourthu
U4 -Ser qual fallalit dluttlt Moaijter h: k'jpnw'-radi.
prot*ger lea hointusei avant ItJs bD,--)laIpart Je M. Toureso
tea.~4! NIC .l Lit.\lsne DCSaiz e1)"
qm ella tprovoquhad4ISaM~
Lalgomtitdo police qaa 3oU4 auqejCI'es nosascnwO7
le wandulae A la CIhsAlro a u 41 a .dlj*6. .


voquet. u orure superuur. ,
bans vouloir cr(tiqiter cotton einsit- .* iclw h mob
re. nous croons cs li.ialit |iI, CONVE.sToX. ,EIo s
lorganisation d la, il)iCO tla tle it o:ulf, mais elle a ftlt loM*0
son pranielor A&go, il fanti encore sn I
peu do tenamp avant quo le i nou- I .
vesow agents. bein enuitrain et in* i SYNDICT de A4m EATIG .
truitasoient compl6teinent A la hlalu- i.Cu Ju -Ats
tour de leurs devoirs. l
Us esmr. de prtesnalm suciale. ), J r-, [1)1, ,,
Poursuivant leur oeuvre d*assai- Or amcricain j65
nissement et d'hygie. av.ait hc -
les amdricains ont rafle une trelntii- .
ne de femmes de mauv.asc vie qe' LO r U
ont etd imm6diatemeni loumniis., ;i *e' .is
un examen gynocologiqu:. Vnt I
dux d'cntre elles ont recon .s ule
cotatiUines ; les huit autresont re-
cu des instructions aux lins de se 47. M a4 W
taire examiner deux fois par semaine. m .ee a .
C'est assurument une oeuvre de e mo. e te.a. **m
preservation social Ai laquelle il faut w |mW Pu4 do 4
applaudir. m I
CIeMwn PMia m ON
La direction nous prie d'annonc r _.e t ,la
une representation cindmafographi- H'xs18e !
quepour demain, avec le pfogrammel 09 m s a mo
suivant : L'cole Normale dYe gym- Pr*mw e@w motoo
nasUque Le substitut L argent d b it pr
sade t P.-a
Trouses&a *M wO I j sri( 3J "lies)
Alles tous AParisiasa demala soir.'


~ _' '_ I_ 'r _~~_ ~--~P"~


C


-- -rl~p~ r~E,


-- 9_


p


--- j