<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02446
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 17, 1915
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02446

Full Text

AmIok No 35g


,UVIZE CLUIVES


leadredi 17 Sep:mbre 1IS


owaent-MAGLOIBE
DIRECTED K
ADONNMUMNTS:
PORIT AU PRIINCE


DEiLAlIIEE'N'T'S


EITHiANGER


3o1 . G

poIRT-AU-PIINC.( f( aili


0


G, 2.00
* 5.UO

G. 2.20
S ti.U


J


8.CC


OUOTIDIEN


RALDACTION ADMILNISTRATIONV
AnNe des Rucs FaOiou A Am.oricaine

Lon ammemers sent rruCvs:
A P*A f-AU-P313C2:aUS bureau& du ioiurn~
A P~Aas: chca L.Mayence & Cie 9, Rue Troarhl
A Lomoies: checz L. Niayence & CO. 19. 21.31
Luiag.ktc Ifii
A BRLIaw. Che? RudOlt MOiSS S. V 19, JCMUsIdev
St.&'s~C 4()-49
A Now-YomaLz Vivvma 'Publicity COruPADY 4) 9.

Les miamuscrits ins~r.s ou g ne sont pu renduo
Abousmmenls & instrlio~s payabits d &. va-tc4


monsieur Candelon Rigaud
IUOND awm ACCUSATIONS do SINATEURI POUJET

r.5 Procidsa d'iaz ZRapporte-Lzr

|u.uOPrince, 17 Septemb.e 1914' contrition, a retranchk malicieuse-
ment, mkchamient. l'autre partic
|MoacUr le Directeur, qui a inotive celle qu'il a public.
iL4 Sptembre courant. j'ai eu Eni cfet,. loin de pl.ider coupable.
aor d'adresser au Sdnat de la at diclJart* la comminission que ccr-
gblim la letire suivante: taines d.penscs d'uine ncessit% ur-
gente avaient dJC .'tre faites sur la
,Mu.sieurs les S.,nateurs, cisse de la ration extraordinaire,
el quee 'cst poOr regulariser ces de-
reair bouncur. de vous aemettre penses qua'l a cte convenu avec mcs
mce Bnvert,un pli que j*ai adres- chets de Scivacc. d-cmployer lc cr.-
i la& Commission d'Enquote du dits ouverts pir La loi du 37 Aout
S, et vous priant de bien you- iti d cmeures libres. dans le but.
Ihks Ii fire parventr par lentre- de restituer I la c.aissc des soUkits ce
mde votre bureau. que cellc-ci tvait depcnse par ail-
Dans crtie lettre j'explique i la Icurs.- '.1i dtt que c'cst cc cis de
QOmision d Enqutre la naturedes force majeure, indcpendante de ma
lp.Msqui ont tc taMitcs pendant volonti qui a amenc les ordonnan-
m administration. sur les crk&dits rements sous cls noins de H.lsteing.
gdis au sepMpartement de la guer- jules Emile et S.aintilien Laurent. A
am ila Marine par la loi du 17 I'appui de ma d declaration, ja-i donre
At 1914. A la Cmmission lcs noins des bcni.-
*(luiremets un relevd d6tai!l de diciaires des 247.ooo Gdcs, de mnime
hIpoides 27 ooo gourdes deces que tous lcs details concernant ces
its, je lui announce. en outre, ddbours. J.ai dccljar ensuitc. que Ije
poRtesassen measure de lui sonmet- tennis A la disposition dc la LVom-
tlouta les pieces pouvant iustifier mission routes Its pieces juisifi.'ti-
haploide cctte some de Gourdes ves, tous les t;uj pouvant justifier
7.000. ccs deb>urs.
E"' bqI UP o i o o b


It ,Ftran, que votre ureau, Pour une tis enco:e, voili i.>bus
Mdra ben me rendre leservice queI -
a de lui je sousris qu Monsieur out a faith dune
eurles Sna..trs me sous re s.orrcspondanze qui ne lui apparte-
~t % erv t eur. v nait pis. Apris -. lettre atnonyme
6" mInteur. au Nouvclli ec. il a deguise le sens
( Signr ) C. RIGAUD d'une dkpeche confidentielle aJres*si
A une Commission dontl il ett le rap-
Veailkz remarquer. M: le Direc- porter. dans le but d'altirer la v rtn
UI. que la leitre A A'adresse de la it. d'augmenter la dose de calomnic
Cfission d'enqukte a passe par Ie que sa haine distille contre moi.
acarS S pt cachti .A cause de le me demand. et tous ceux qui
Scaac" confiJc.ne ont une conscience se demanderont
Sz.vous I usage que MrPougct., cs judge que le Snat m'a
eur et rapponrcus de a Con- donn6 ; si a pr sence de cct homme
4aW a ait ? 11 a abus6 de mesdans une commission ou il a un i6'e
d tde psvoirn prdater a public principal nest pas u non sens. e
p i suprvan conteu dans p sit sa passion nettement caraciariske
s m ivant contL dns sopar le multiples basses intrigues
aB ijcouroat aiusquelles il scst m6l1 dans cette
kate Monsieur Pouget : allaire nest pas une atteinit portte
A la dignity du corps pondirateur
4 biea,tandis e ue vous parlcz Je auquel al appartient.
i raveugle dans le martin du Monsieur Pouget. qui en sa qua-
M bre, Monsieur C. Rigaud. lit6 de Membie de la Commissian
glsme date du 4 Septembre, d'enqu&te, n'a pas le droit de preju-
de son c6t6 A la Commission geet declare cependant que j- serai
ceci: Ce sont ces rtgulari- envoy devant rues luges naturals.
qgmi ont donn6 lieu sax vire- Si cea ne J&pendait que de lui, j*y
Iqam vous arex eu A signaler werais dj i depuis longtemps. c'est
s, rapponrts. je m'itais trouvi evident. Mais, A c6:6 de lui sont
adu cas de force majeure d'honnites gens, et au-dessus de
a paru douteux. j'en con- son fiel il y a le Stnat qui dira son
rd --t ament parades circons- mot dans la question.
I^tpendantes de ma volontI OuQil se rappelle que le michant
a s trois ordon.ances sous s toujours puni. qu actuellement
-Pposts.b ,li. Ur Pouget. est A l'inruction
deac continue Mr Pouget por rendre compete de ce quoil a fait
a plit entree oans Ia voi des affectations des billetsde S gour-
qi plandae coupable, qua des, du Bon Aboilard etc, etc.
--qua plus que des circots- ....
pltes d c Veuilles agrier. Mr le Directeur,
dotie de ma lettre existe-t- avec mes remerclaeats antiaps. l
IItds. oui. Mais, j'ajoute nouvelle assurance de ma partaite
et, tout en la citant et considdiation.
tant sous forme d'acte de C. RIGAUD


L


. L


e ,Sdnat Le troisikme point de l'ordre du
S- t jour appelait les rapports des comi-
ts et commissions.- Pas de rapport
6 pret. Le Prisident demand s'il ny a
da 16 eprmrs "pas quelque sonateur qui voudrait
I a Weirau. m entretenir I'Assemble de questions
-sance hier au Senat. d'int'rkt general.
ft de trois procis-ver- n
k la lecture de la cor.' Le Seoateur Morbas se loee. 11
1 coaipornalt deuz dit que chaqoe lois quoe occasion
S vn"0 e d ou ede so pdsenters pour lui d-apprtcar le
e1e dm oie i -pa lea ek ra t.ajouE


' I1 a lu dans le numkro de samedi
dernier du journal PA-us" I'or-
donnance renuue par 'e Tribunal Ci
vil de Port-de-Pai xur la demand
de I-Administr.tcur des Finances de
i'endroit sur la plaidoiric du Com-
missaire du Gouvernement
C'est ave: plai'i'r qu'il enregistre
le beau ge"te des .Magistrats de ort-
de-Paix qui ist certaincinent le sen-
timen' d- la MN.igistrature entire du
pays. II y a lieu d envoyer de publi-
ques frlicit.atioins ce% grands hom-
ines qui o1t .u Lafirc leur devoir"
L'ordre du jour .tant cpuise. la
seance cst levee.


Prix-couaramt des
Marchaindises

Farina CO] Ice sic .m-nqucOr Am
a oo 0 10.40
Gaz radiant la caisse 2,15
texaco a 2.1)
Gasoline toxIcO 1a caisse 4.50
Savon colibri 250o 12.40
b.biltt a a 140
Riz langoon les too livres 6.5o
G e, 25 c I,65
Denims la piece 3).o
Bkhu -so m.I. 4.$o
Siam m.I, 2,25
Riz patna les too lives 8.
S325 a2.oo0
IHarengs saars la-Sis e ,75
flareng cn Biril 9,00
Morue ie tiern.-n, too livres a12.o
Tab.ac notr 1e live 0.40
M.antigue famdll 5 liv.la c.12.So
a famill to liv. la caisse I2,25
globe 5 liv. e 1.son
Indicne francaise 2.o08
amrnrcaine 2,25
Mantcgue globe 1o :iv.'a c.14.75
Beurre olo la caisse I o00
Allumettes la grosse 3.35
Poivre la livrc o..to
Indigo ordinaire. Ie too 8,00
parfumc la caisse
Sucre granul6 les too liv. t,00oo
4 concass6 3i,00
Porter a douzaite 1.80
Calicot moyen 1.70
Calacot asaas grande large. 2,40
Check haot
-- -- -. p-

Avis important


Le judge Colnminsaire de la failit
C. M. Aarons invite les creanciers
de la dite faillite & d4poser leoea U-
tres de creauces au greffe du Tribu-
nal de Coinmerce de ce report pour
la verillcatiomi ijui aure lieu le 30
Octobre prochain.
J4r6mie, le 4 Septermbre 1915
D. CL.IE Hisla
Juge CommssiaiNre


Nou0rl1\ do pros.
(parSam) $U)


10 September.
Lo.NDREs. A la Chambre des
communes, le premier Asquithl a
demand un credit d'un billion deux"
*cent cinquante millions ; il a annon-
c4 que lea defenses quoUdiennes
de la guerre entire le 18 iuillet et le
11 septembre out Otd do 17 mil-
lions et denii. 3 millions d'homines
out ldt enr61Oa sous lea couleurs
anglaisea depuis le commencement
dela gnerre Lord Kitchner a decds-
rd que I'avan:e des Allemands en
Ruaaie eat preaque arrldse, leur
. Mreeoe vanmt yant dAmi de
S 4Is arWjoe A 1 miAs.
i


Bea~ux. LUaallemands foot does Stabsh ft4 r %@IPauUueum
prouft or Inlivn, s a De 3oYisic La ditmission du Dr Paul Salomn6a
IU -lowonkmm'd. n rn.bblecomme Ministre des Travauz PublIcs
IANORKA.- U dne I.voind atao lecetdi: lAgriculture a iid acccptq~e par
ow!limia. Must danslora aen:iinago oIleprtsidenlt. (2st Mr Constantin'
ir~le der cl-inimns toie cr atratt~I- Miyardl. Manistire tde I'n-.Irieur. *qui
.iiues. Ilea Busses ont .'.score arroiaest charg, dtic ccportc-kcuille cat at-
b'offenaivo autinclienna etanleur w-icn- eiAnt, 1-inoinination d'un titulaire.
ffi~g.'ustit iannuotavetasirevers. LIIII81ISniI
WA-41aI.!cToNm.- Les consuls sine!-I r &"SI iM%
ricasiess dais* I'Mat de Sonora et deoI Des iiiforina~ttitviis (liii 114)11.4 font
Claibauisaasisaout **-it obfigila do so ron- parvetiuea *igivienlL a iprt-eieva"~ e
dra, miss Etat,1-IJUI, Is, cause du data 'Cacos aux Gowa~ives. L[A's th"-.srdrift
ger exaialanstimr lea fronatikies et deo ot racoaaauelice. NotlmecolaiOe 4 IsL.
b'inpoip4Mil.itc itt'sb" y a polar' lea for- ]Plume&. Publdieun~ et i-etieae ON1,bO
ce* inifitaires asexicaines do lea pro-'Anle Wit,& ~squi cuaaistaaie, iau4 ucn
WAg4r. seisgieClsePUitl.
WAKsgaNGTO.M.- Do noinbretiz td 4* VoibAseaseors leA (ACOj A Xt1n0
Wgrainnumai 1,,dittfereates Ilirtie ditI portes. tilt Ole. 106 fA1aaii1t4 '111- IuuX
I'ays *prttestaist comatro l0 patojet, lloa.114I-i' elpu'dll tat~ae it!falhae to
4reini-i'tatit [IoiniEo4) iI,.-ais4ii ~ t t~t 5e-&sc te IAltIIP),,I1C, l~a ~~' c
j:11 as a 11LilptJai IllainCilie aajjOljou'ljaii. gate dalS 14t U' Ice e psmwit-4. '1.4.4-6e
HAAN.- L~a inonhlaie amneriCall- oirin. -I%"e lllissae-e "t l04 4-111.MIAte sut
1 4 et it Iil ,. t'illEol~lvid ic aigtar. mtot3~ 1110 1.illC ttn u". *ectkaalliit plroo
SIccCJe.3ittitC'aiba, atgiuulir tin I I NotICtMISOiAIe d IVAs eeCo1SWAISa, 411i ai st
veooe alls'a liuit4,i uii itlcr..t prsacosaiblet. Nous lie $,avul, iisj ~..tviai
deto iet pi uaulgitt. aujourdlmni. A quoi lions ellta icusa. I..k' ~coll
maiiiiveuleiat ipi.ss e dt'1slacer Laa at -liltelee
Alith ca icusisfteeIcati 44Ioean-fi ot Ulm


SIADICAT des AQ.1TS de CNA.NGE
It tbaum du matin
COUPS DE BOURSE
Or americain j75 "/* prime
Dette Int.di'Haiit19a 8o ad val.nom
Dette Int.d'Haiti 191) 75 ad val nom
Dette lnt. g914 A ao ad val.nom
Dette Int. 1914 B So ad val.nom


se* IAa laaaable, ci. flit m11i:l' I 'cduo I
e Nt~uiaatwia itjs, evte l Au cile .iutdj
no dutera p'as, car Iluatald 31cnsetira
les Ya vnkees a* vi. sito1114- ajaa I us
sure eat LA *oil cowubulie, als Ies dqtkCi.
merwat pair IA Voeld IA 0us dam tCUO.
LAmiral Cap" s isife le r.isitg


a Int.d'ilaiU 1914C*So0 a nom 'illall ..
Cheque surNcw-YoiIk 112 i12010op. Hier ai dix heiures dtu iata, I'A-
Cheque sur Paris Pair 2 dlocscte miral Waillmai II. I'tIertime, accoia*
Transfert sur Paris Pair 2 010 pri. pagn! de son ltat oii ajor. a kilt .vi.
Billets de G. 5 1 0o0 escompte nile au I'rl'otslel' tit hIa l.itj is tiI;|ue
Nickels olo0 es:ompte Au cour s dtie cCltc visite little (1
courtoisue il y cut des cti.ti "ag~.-
vue a la suite desjaeltles l.A niral
J< tz D i ve r t p` t cou" .
ai Div e r --- Ordre des Aterals .'
"--- NoUs avon. aitionctc I''leltiiti d[
iMe LAonce Viard ant batUiom.at 40
RENSEIGNEMENTS I'Ordre des avocats, a L itLlnioi qui
MkTr.;OROLOGIQUE;S eut lieu avait-Ilaer pour hIc. io;'nwt sl
Oi lBl R'VAT0 E illL lemnust du Conrseil. Voici i s noli*
OBU'SiRVATOIUll des autresdignitaile doiut I, ilisind-
DU tion,a lIa oraiteet la counui*Oliteieslont
SeCMINAIRE COLI.eGE notoireieniit coimiUt'e : '*tlatui M*.
SAINT-MARTIn'nAl cI l, crdarire, Mondiat.r lhk*it.'tle%
ln. (auvis, lloiattus Volt:y, Fiant,
.... .. _jt aleois lleury Terlonye. Fvr.
Jeudi 16 &Sptembre 1915 i sd ormois a sirtaiy Teroaige.ue*
l u ud, G Orsln ul *i.uat IU is lume r-4r
Barom6trrea midi 761.2 V, .Grmville August.', ebrc.s.
t minin.nif.e2' St 4
Tem rature maximum 3 La LillU ratureep

Moyene diurne 6.9 cet ses devorlw
oelt covert, auageas sealement l. '
ves midi. La lititature est un moyen d.a-
Tonaetre. Halo solaire et lanaire. vancemcnt pour Ie jeune homiae
Baromtre constant qui sor le dIAtuelle .ic s p.arep
et qu i vient assume la respoinsAb-
J.SC1 ERER lite de scs actes. Dans une dtemocra-
VLap" -. re eI "ills tie c*cst r'instrument le plus pr.tique
-vemr su dilotd d:oit A 1-g.tihtc. LLa pic.%C, met
Severeecmen relief ls j,:unes gens sails tortiui.,
On se rappelle que les premiers et les pousse aux plus belles doi
soins de l'Occupation Americaine noes. La vie est tome de iclatios ;
avaient 4tl le d6sarmement des cito- nos idics, d&s qu'cllcs sout oinate., 4
yens et des posies ct quo les arms nous en donnenit d'utiles et d puts-
et les munitions avaient & 6 trans- santes. Encourager un jeunc iho.unse-
portes aus CasernesaDessalines. qui aspire A se lair%: connaitic pir
Nous sommes en measure dan- 1l. plume c est remplir on devoir de
noncer que ee martin les fsils ont conscience. Quel pius nobx desin-
&t& remis au Gouvernemeat. Itiressement que celui d aiidr Ie*
Le gewversemetl des Elals.Uls re- premiers pas d-un jcuic ine ss:ai.i-
cemsai le Igesersememt d'4alti re d la peaise. 11i st pucut e .c pp.-
Ce mati:i vers neuf heures, vint it A vous devancer. a prialre .J.
et un coups de canon tiiis a board u hommes de sot, tcmls ci a its miefe.,
navire de guerre e Washington a si- a sa suite. i vous resvtra 1,i 1hi%4 41-a
gnifiaicnt ia reconnaissance du gou- voir cu lccoup-dtc I p,,,^,C... J .,*,
vernement d'Haitt par le gouverne- -nouvit Uit
ment des Etats-Unis Li batterie du no "0.r ,
Fort St Clair rtpondit par la salve Nos Pmliisrs tie 1,.lut ,taa
roglementaire. IOUOUiour ts le dc 1., I. dui-,
S" idonUncnt nos ct 1rts, nj, i;ii,.i),es
la |at: nime. CB.Aucoup de li.i.Lcuiseu
Le 14 Septembre courant a eu lieu renown g.trdent un sue,,.'L q A
aux Gonaives le manage de Mada- ccux qui out o vain,1 1.ar, ,.,ylUet
me Regna Ponthieu avec Monsieur et inspire leurs pr'mi:r-s 'c vyres.
4tio D. Jacques, commerjnt. I Combica d'eatre nous ne doavcut-il


- __ __ ~_ __ _~__





S7.j


I
i
I


I


*


14


I





LE MATIN 'O

Pas lttime ginirale don't ils jouis- de 4e vous fera on nom peut4-tre moeurs exie aussi une discipline de D-m -ire heure LigQ Holloan aI -
smat A cet eloquent t4moignagne de illustre au regrettA confr6re qui nest la pensee. S i. oblige de descendre
la reconnaissance littEraire. 11 est plus. parlois dans les -gouts,"elle ne por-
beamuz, le penseur qui asu profiter Montrex ses qualitis sans crainte te pas toujours one unique propre" Le SIS Ceom e m
de occasion de faire pousscr une de diminuer votre mtrite personnel. on ne Icxacuse pas pour cela d6tre AGouvernement a pr4en. au ports du Sud ser icd Di.
pipini re d'intelligences. 11 s'en ira GrAce A vous sa famille sera connue dgoutante. Chasmore s aconvenuon haiio 1 roural et rep rir
content lorsque sa mission aura priset ce qu'il a rev6 porter sa marque. Ily"a trop ie bones choses A di-,a S lent & Oe au"lance his soir6e pour PeIGoa
fin. i En agssant ainsi A l guard de ce con- re pourqu'un une ler6 s*PP- Manii l et luminous em fut Marc Gonai Iort-c PaiaS
A ne meme epoque la liuttraure trure que vous introduisex devant le que A montrer des laiJeurs. O. ad- Mniorno, secrtaire d'el de el New Yo k.
a conscrits et ses chests. 11 y a present vous n'aures rien ravi A ceux mire les illusions de la jeunesse. Lai latons Kterieures. Port-au-Prince i4 ^._i
seas doute de grandes cpuques de qui ont etk plus heureux que lui. fusee qui monte est bAle. Qu 'im- Lee Chiminbres rdunies en Assin- 491", pl
classification ; mais i est difficilc On oubliera leur faiblesse egoiste porte qu'elle s-61Lve pour se diasiper, bide Nationale ont ensutte fort la
ctes un people qui a adopt une pour so rappeler qu*ils ont et des elle dirrige nos regards vers des doaiW see eiona de. cotem l atatu- .e U garner Fem ayao|
leh ee de montrer son en dance. sa propagateurs Ce soot les imitateurs beautis durables, les toiles dou gel. re. New-Yoik I co15 ra mr
jeasme eot son Age mar au point de qui vulgarsent les chefs d-cauvre. et, La bienveillsace on litterature at A doesaan lee d4tail. Haiti era Ici Tes le 24.
e ttlraire. On trouve des chefs- A cc compete, ils ont droit A notre on signed daventir. Elle favornse *4- MM* 2
d4*vr A laU naissance. du people attention. class. des idA.. Auxs -qoques o 0 Le leaimar vas aIXi 3
biMian. Son acte de bapteme est un Mais laposaolat littiersre ne met die rgtae, des as su eat de NwYork Mrcr
bee- morceau d'iloquence. pas seulement en relief les 4crivans touootes casgories sociales. iLes n avan tage rat pour nos porlk .
L'histoire st done en tous ordres inconnus ; il fait Iappel de routes homes de science publient lears ia enase Aur.AsIiRIND
e perpitael recommencement. La les ouvres oubliees et qui peovent observations, les resources dela a-
lirature vivrfie. Les homes d'ac- donner dans le present one orienta- lure sont consultes. La littrsture Ne voms fUgme pas pour trout Agpo
tioms. les Emaracipateurs peuvent Care tion utile. II veut trouver ti*tincelle est image. Elle eat le refot de lout v t do qM.u ree r vorwoos amie ave
des homnmes nouveau, mais ce sont cche qua attend le muffle dole s cc qu atvod le oule, .la reproduc-.on de qy S tet S aur tout ce
lars alnes A la vie laittraire qui les prit nouveau pour jaillir. tout ce qui nous impresusione. Le v" ... ft r .u tu A Ii 4
otlaspire en transmettant des noms Un jeune bomume, fi!s d-une family. language figur prend ses ornaments' SO 6M6d 6a'6ra d'o f iWue n oau
e des eoemples A la postdritA. La le rich et puissante. a voulu aussi dans les genres d occupations qua Chef 4 Art.ll.eri de I'Avi do"
tribe qui ne sait pas encore Ecrare drire, trouvant plus de grandeur A caracteriseut les poques Cette flcur J Ola .GSmpa4 ng IO ree *Nord-Alexis.2ideMs
son idsome barbare, ecoute avec ra- Ctre un publi:iste qu'A jouir des des temps parfame notre existence Drs CeAmhbed Utld cent O urdea, ayaeiiit l
viesment la chanson de la nouirice avantages de Ia fortune et du pou- A tius lcs Ages. entire lea minaima .d Monsieur-
ofl du guerrier. voir. Aus yeus des siens, son cuvre La littErature a d-intpua ab'ei dou- Bureau d William, clargA de le goIr,
Ie droit d'ainesse de la penAe ex sera une etourderie ou uone inconse- ceurs parce que chest un hymne d'a- d cIar eat 1. duplicata devaut
prime dana Part ou dana ila langue quence. On lui ditas : E:rire est I'oc- mour. Hymnie d'amour A la nature d;livr-..
safirme partout. Qu'un Christophe cupation de ceux qui cherchent leur cr'. hymne d'amoul au Criateur. ort au-Prince" *lelw
Colomb decouvre un monde. il trou- route pour arriver. Vous n'ave x rien O. remplit dignement sa mission Ais de part iel. .,LJ, t.' l .
vera, expression artistique de la pen- A ddsirer. conserve la position. ac- dans la vie lorsqu'on faGt aimer les Les depiches pour Petit-Go.lve, 1Ma reuilleso d'-.aipoll'ltemIts
mse indienne. la vie de grands an- quise. Ce jeune home brisera sa lettres. Icsque I'on comprend sur- St Marc. Gonalves. Port de Paix, i ie Novembro 1911tj et
cAm racontie par I'argile durcie au plume et gardera d scrmais ses de- tout le but des lettres. Dans le tra- Cap Ha.tien. New-York et i Europe Ile sttiece.n livau'.rl e 6 't
ieu. Que les compagnons du sublime sirs itouffes. 11 aura perdu sa voca- vail que Con fait la pensee apprendra (ViA New-York) pat le Sir : Com- o. dec. ll Ju duphca
navigateurdevienncnt tyransA Quis- tion et avcc ele routes ccs penses A graver mi le dessims que lesou-| mewiine. scront fermees domain A 6 vant io ttRo drw .
queia, I.s noms des premiers defer.- consolantes qui nous resent lorsque venir reproduira. Chacun chantera heures trks precases du soir. P rort au-rriuncit, i i solibr e
acurs de la patrie voleront glorieux la fortune capricieuse nous aban- selon sa profession. Ce chant, c'est Port-au-Prince le 17 Septembre 191 S A. LEL'*S L'rLAII
&ur les Ivres des sambas,. donne. Vous n'oublierex pas ceste I'idtalisation du travail. Nous ne
La literature propage le goOt du victim des prejug6s sociaux. Oc demandons pas que les poites, les
beau en mime tempsqu'cllc r&chauf- apprendra I lIaimer, une lEgitime moralists, les philosophies naissent .
le le courage. Un soldat de la vie fiertA brillera au front de sa famille. en haut. Quils naissent en has et-
commence-t-il A flAchir, mettez-lui La vicille noblesse anglaise qui a qu'ils monten: avec le chant vain- ,
do vin au cceur, une goutte de cc perdu sa suprematie politique a re- queur du labour quotiden Naltrc A II
via ginareux qui fail monster au trouve une noblesse plus grande en- :n b.as c'est porter sm penste dans la
cerveau le souvenir heroique des core dans le commerce des lettres. region des humbles. c'est se fire
aieux immortels. Toutes ces Ilgions: La contraternitE littraire est une petit commc eux. A measure que BRI OUAI"I
de combatants qui ne sont plus re- source de bienveillance. Elle pause instruction so repandra cette idWe
vivent dans la literature. sous les yeux du p'-sont les blessures s'elargira et eufantcra des m:-r-
La culture littiraire est le travail du passe. Nos morts revivent dans veilles. 121 GRAND liLE,
qai ofire le plus d'attraitr, c'est pour- nos gcrits. Faisant abstraction de La Presse. vraie tribur.e populaire
quoi beaucoup laconsiderent come leurs opinions diveigentes, nous les ou moment les elus de la pensee. a A vendre :
un amusement. Si elle n'Atait 4ue voyons riconcilihs dans I'amour. des accents victorieux. Elle soutient
cela elle ne serait pas une mission Nous enseignons les generations nouI- I'loquence et protege lia vritE ; elle Aroine: per s, c iiI ./p ui-,,:t'.
des la vie. Carriere des distractions velle, A jeter une fleur sur la tombe venge tous ceux qui ont souflert Mwahins Singe/t- /ils.
agreables. elle serait le refuge des du penseur le plus plus decriE de pour la justice et la liberty. Papier a jou.ul'a! et u Io lhure.
Ames lAches. Dans tout homine qui son vivant A cause de ses ides avan- Mais n'oublions pas qu'une vo-
somufre etle ne verraitque des laideurs, ckes. Dans la bataille nous tressons lonte mal Eclairee transform le ..
et les homes qui vvent presque une couronne A- la victoire, nous bien en ma:. La Presse. instrument
sans loisirs auraient raison de hair avons aussi one larme pour la difat- de progress out se prteAr A la mal-
ce s qui sy adonnent. Nous sommes te. Les admirateurs des vaincus ne veallance, A ia haine, A i'immoralit4. l s
heareux de trouver dans nos heutes' haissent point les vainqueurs. II n'y :Cest I'ivraie A c6t6 du bon grain. J
litnraires tn rafraichissenent, car a en rcalite ni vaincus na vainqueur.; Nousserionsingratsenverslapreswsi 50 Rue du Magasln de I'le ~at
soucis nous c.:hatullent assez. i: n'y a que des preferences innof- pour les tAutes de quelques uns
Mais si la literature devail nous Icnsives qui provoquent elles-mcmes nous meconnaissions les Eminents S UCRE DAlE /IX
mettre au-Jessus de rhu.:nine con- la reconciliation. services qu'elle nous a rendus Si
edition de existence, nous aimc-' Les vrais litterateurs se combattent nous avons aujourd'hui une histoire InMtile de vo dire qui l es le smelee r, sempl, ,' arel iec s.e.
rnons mieux y ienoncer. La culture en souriant. littrjire c'est grAce A la press. Lors- la plisee, dams la fabricatim dI Kwa ela t do itot sirep ou liqm.
do beau est un cultc parce qu'elle Artistes. ils ecrivent sous le Iqu'clie s'ouvrc A ccuz qui ont be- Volu trosverez au le swme resIlis, Tonique rhe i, Akctels
est morale ; nous y couvions tous charme de la beauty. Vous ne trou- soin de se justifier de ses attaques. liqueur. alcohol d bruler, Espril do vin popur mn'nsserse, Alcoo ,
pUce qu'elle Eclaire a route et qu el- verez pas sous leur plu.ne une paro-' etc gukrit les blessures quelle a rit, taria, de thabitalion Costard.
icprrvient bten das chutes dans la le orduricre A ladresse de leurs ad fates. VIN BLANC, VIN OUGE : -
vie. versaires. Le respect qu'ils ont pour )EREMIE
La literature a des devoiis envcrs le public les engage A se respecter __.
le paseo ctnvcrs lavenir. Fle exige mutuellement 11 y a toujours de la
besecoup dc sincerity. Lcrivain a gait dans ne l oute ittraisre. Cdest La guerre AnCeenne Maison Jules Laville
pur mission de fair uene place A- ainsi que le genrecritique nous Aner-
qible aax homes que urs con- vC uqucfois sans nous attrister. -- Victor MANGONES, Succe seseW
2mporai oas nt monnus sChaque Mais ila critique ne s'arrle pas I m-*e
ssr ds incuraissenu tour seulement A aormen. elle analyse Gredj quarter g al ala 93, Rue du Magasin de I'Etat
de--uelles on ne iait aucun bruit. les idcsd et interroge I'auteur qui les ( Via LMdres ) 15 Septemarf
Lasconvenances politiques ou soia met.O. ost presqu en de -- VIEN ENT D'ARR f VER *
es semblent exger qu*on leos toulte commander A ces qul dEbutent de Sur le thbAtrede la guerre A louoest, V IN E* A r V 1
eas Ile silence. L'aueur dune bro- ne pas consacrer leur alent A la tentative d'une attaque francaise ConServes aliment.ires (le tolltes SOrtC
chlre que beaucout vont coniultr re.r'ar Ice ila mmne de leur inexp contre le lartmannnswcillerkopf fut Sardi Amieux, IIuit es f[aidcl a ic.in, Seuces \
-"r- inipicu ic ne trouvema pas prieni eot de la fougue de leur tcm- prevenue par noire fcu. Sr n,,. e ,-, :' ;, A C
ru imitateur avou. O.l peil a pirament, ils peuvent se liver i des Sur le theatre de la guerre A lest. Veenne, Pad, de fo.e gras truff;, S ,anon ua ntu e',h(orid
ai d'utant lu dais dance qu'I vt Propos incomsidris, porer des cops sur le front de Iarmee du general P an le hide 'vt wa Sr/udwiV '
iconnu de la oubell mours obscure n.sbes et prefne a rudesse pour fold marechal von Hindemburg. les BISCUITS FINS ANGLAIS, ar/,e Pe," M
aol e rhcrlieia le chemi de sa I' indpendance. combats continuerent pour la posses- Carr et Co. qSualits asso, ties pFr A ranLa's Ifatrue et p tr L'"
tombe. Si un jour al vous es:t donn Si les talents du jeune home lepor sion d la tAte cu pon A I'ouest de SEL CEREBOS de table dfune G re n denir L
de decouvuia au fond d une biblio-' tent nvinciblement vers li critique, Dwinsk. POIVRE EN POUDlE E' 1OITES.
thlque jaunie ou sur le parquet d*u- il doit consulter ses iines. se choisir Pres de Soloki, la cavalerie enne- Trds avantageux
as chambrete ouverte A la pluie, surtout un consciller prudent. 11 s'c- mie tut d~faite. QUAKER OATS ( Avoine Conc~see) Bi\'s e demi-Bbi.
cette wuvre ignore.e de vos contem- mancipera peu A peu jusqu'A devenir Des contre attaques russes contre Perleu Glts, Sachets e paper, Porter Tennent. Prunes,
poraius, rendrz temnoignage A luto- maitre de son domain. nos positions au nord de la Wilija VERMOUTH NOILLY, BYHlH. AISITIiTEI
phite qui l'a crite. L'honmne na pas II y a la censure et lenvie. la cri- furent repoussies. Frm Gr ea t Ple Seas Je abee Ferris de 8 lihrw .
eI be faveurs de son tcmps. mais tique et le d6nigrcrnent. Les coniem- A lest do la ligne d Olita A Grod- Bre de @6 ftsJr demi.lJare etm e dovre 8 rl s f
aaves-le de l'oubli. porains ont leurs rancunes. 11 est des no, nos attaques progressirent. Beurr. de COpeuju. une em, lvre ed une lvre trs f
C'est one consolation pour nous hommes qui no vous pardon ent pas Au sud du Njemen les troupes a nqusde maga
d'emner uue noire pensee nous sur- vos allusions blessantes; dautres les arriverent A la rviere Suczors et y A.- -A UP,,.A I nVA .


Ivsk. Pourquoi 6critil ce jeune acceptent comme des -rovocations, rent environ neu( cents ronntieru .. J A IU UB ws -
hoMee sans nom, sans protecteur ? alors que vous navez nulle intention L'armee du Prince Leopold de Be- BA.KA AWiI M E
Cat pour avor le droit d tre cou- de parlor d-euz. Que de foss ne vent vtere pourchassa 'ennenmi au del Qualid Supqirieus
M-e as con:ourir au triomphe des on pas nous dire: Tel personnage Ae la SIexara. MR i
M6es de justice ct de libcrti. Nous croit que tel chapitre de votre livre L'armee dou eld martchalt o n TotnS S articles aunt M des pri
as realiuons pas de notre vivant nos est A son adressc. Domain. si 1 occa- ckcnsen continue toujours sa or- C T i p
veas les plus chers, mais lorsque sion s'y prtte, cette ha.ne giatuite se suite vers la direction deo Pins touPl e .O Urr6eee .
MeO mourons cVest notre personnel fera.durement sentir. 11 est rai que nombre des prisonniers qu elle 5at .S t r v lm s ami
Inlement qui disp.araut ; ns ides, dans ce cas ce nest pas '6civain qui hier d.passe ls sept cents. a @il w L PICRIese
i Men que nous south titons aux au- hait l*4crivain ; mits le ddbutant W1AL'RPIM8DERNE, si d
a tent ap qs nous. Ce que nous doit soe mettre en arde de blesser Sur le th Atre de la guerredo Su GS.IidI.t Vd
vests nc recent a une destined injustement son co.,M. .est, -des attaq- s e es s arc.- g o. IUr par la qmallW
t rora avec le concourse de La critique a us le objet. i.es" avec des per"es smiame
n--A -- ot. Une 6A- aI el le, Moe e, -