<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02433
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 1, 1915
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02433

Full Text

A.uft xram


*hhXKh CERTIRES


Urcrndi I r Selo, rub. ef


kmoent-MAGLOIRB
DIRECTEUR


PORT AU PRINCE


0 .NT
NOW.S
wr. S 9 0


2 .220


* 8.OC


OUOTIDIEN


RiCDACTION ADMhI NISTRATION
1%, tue Amdrk~icale &

Lon sammwes sent retues
A Pea r-AU-MMM3:ft= bI --- ma l~emma
A ftaaa.:chinaL~Aymcwe aCie p. Roo Trui
A Lomu~ms: cbme L Mayinuce St CO. sq. 53.89
Ludgan Hi
A Btumai. cluesRudole Moss, S. v sq, Jer mamis
Serums46-49
A NmOW-YOmu 1UsivCMsalPublicitY CompINmY 4) WuIO
14 : th ree
Lows namoswksies ,ms 's0ou m:ae s- ,-pwr A
dboommewds & iuemluoovs payabks d seum'~e


do'un
d 'lfli


bIa|l Flo 'vill Hyppolit e fult
*n ihom ,in aveoc deo de
~ wascoup ( qualilds Cou -
dd tut, il eat de Ienvergu
ios douvent tiese aitudea do t
mbitis e de t raia0k digniti.
,d lit presque sot a setwmoat.
cui plusi tard Nord A eia, ce
S evenai laie prnveo de grad
dim ui) pjys ou le os avor
memit de plus e-i plus plhel
d ou I'on voit dsm Ilgislatu-
aumtk &peae deux anndes d'exis
uavor a ler actif trois 6ec-
de chefs d 'Ktat. Ensuite il out
mca su plus Ihait digre, pour le
Ovid bien du pays, on debors
tileOt prive ou do part do
mmmgrde citoy ens es plus re-
mmodsbieis par leurs luieares et
kms vertus cilviqueos.. Autre
mromisme im r6voltersit dans
*aps actuels.
Ikwa rappeler un souvenir in-
a due premaieres anndes do son
sJ. eJ die r,'jos intentionnello
cm qu'ebt le Ipouvoir de no.
f ce ,est un regne?
onia emnpne par I rvolution,
qSouter tout *u plus.
St qne ue nera l Hyppolite
pimmit pas d'uue boo., maal
1 set coonu" : il fut foudroy6
fapolexie uri salin quil par-
1,emi, & Ia tot do mes troa-
?Mr alter chAIaler Merieier Jean-
S ruel rtvol et, qui S6tAtt sou-
6ds ls o iciaes de Jacmel, en
One f i. encore If droils
m cowi,... Or, I mial, qui
femporter a cotte occassioa,
dle ISfrapper pour la pie-
bhi. 08 avait appell a Aon
mteete los ctdbritda taddica
Isoreau-Piaiice. Au noimbre
d0UZilie environ, ce mes.
Vhaient rounis, poor leur
L u, dans la salle du Con
i Secrttairea d'Ezat. Noes, lea
nous attendiona eur ver.
.mup6s sur le balcon ea con
d chef des quate corp de
gt e6tai le frre du Prdai-
04 se couinouiquait gu6ere
1119msasa evideeanment die b
ftoft chez tou,. Si le Pr
6mrait sulbitel ent, n'y au-
dft troubles? il. nmec- I
R0 teardak a me pleds I
Smuette, sumbaalt allen-
L...
d ccamp vint oos dire m
rendiines pres d'es, et
les bewute de hea 1 .,
compnamro s q et
L an d es o pe,
Sdeill da Is po
hoomme, qui. quelques
nrat avait eou a A con-
-Canal, alors Presi-
.mmpnIltque, nai l hiede, !
Sovoinr so delai, t a I
""Europe, s'il no voutlat
krmI_ Boiwood Canal
Kta quitta pea p avie-
e see acolle s.la t
Savait pis d espoir.
Sprenre nos pr'
r u vedmtuali
mawarelteemet 1
imMeuWirs de lour
_Cepee n t rm de a
a4snoe de lad a
et de lint6ret des i
tGmranmmder Ie secret I
ms o r le proamrent a
_mm^rvIent. Com- (
macrit entire dooum I
computer nouo.ri
sonseatoharlent? d

f std maie4e apree. I
A t
L t r


sidema, lMeamtamdmemnt .e troov
tes. 1 vowlat manger so dream
sr M amame, me forces revanre
UlHit o m ea il dealt comp"le
neata rtObNi. It dee messee
acionge de arAte dnem touted lsee g
* pot eibrer eJUe rrsurrectkio
A btmo1o-Ihlice, une grande cM
sm.awoim elitamre el religious. eut lie
Lo corpe diplomatique et consular
re, Ie comm .rc. national el atrau
ger. Ios fonetionnaires publics, a
fracas doe toasts aablrent joyemeua
anent I. champagne u Palais. L
Prtaident h I'assue de la chirdooni
recut Ie Consel dee ecr6tairasd* iA
en audience privee. II ltait ,inu 4
iumpklenmtt il nous dit Je croyai
bien, pendant cee vingot quatro hou
ree, que eo 4ealit faith. Cpendant j
ase voulaie pams mohrir. Et save
vos ce qui a ma eampch6 de amno
nr? C eat cete idle obakedante. ceU
idAe qua me poureuivait *ans cease
Dans quel p6trin je vais laisser I
pays! Jo no penasim paa s ama fa
idileo, Inoe pensai pa s A noi je m
penase qu&* cola, cola m'a forced
vivre !a
*

Le gndral Lysius Salomon qu
fit son septennet et qui voulut o6md
le renouveter,- ce que e. people n
oufflrit pee, eatimant qu'en bonm
dinrocraite l ftat liimear quelqai
clhoe au autres et no pas tou
harder poer soi,- diasit parfols, e,
nonat ee signee eitdneure d'ui
prolbed dicourajoment : e Lm Pe
tilae StaeWo na Pea Uur5 raiso d'1o.,
Ce nd*tait pas quand, en fac
dudae rclainalion iajustsW do quel-
9u puiMe'tce iran aKe. il regrwttall
i a'avor pasI st force matorielle ui
cfirt pour neutre Ipas contraini
de la subir sans discussion. Non, il
soupirait ainai devant em meaquine-
rieo de la politique Intdrieure. II e
vraiotblable qu sur mun petit ter
niMotre, mind par lee revolutions, leg
intdl rdt privd e sat on contact per-
nanent orrivet peu a peua a en
tendre, s ocoelimer centre I'intdrht
naralM. L'opinion publique ae fre-
ste facitLeent N'dlant plus ia gran-
de voiW aaonLye, at par cela A36ine
iapartae, I devient cotteo chose
horrible el~te carical re cyuen
que por lee bO de I cturla i
ros govsseaanta beplseant tour
*our. alo oo1 to vent. tan-
t1t da s oralo d n. tan-
lot do cela" d e _a aUkefmm.
QOsad es acmes ame soul6voent sea-
cane prmeelalanA, -i dissent que tlo-
pleots pbUqee ent avec eux. Au
asm enMtrarle, Ia aflrement quo c'eet
me bead de faotieos doot te au-
root rahob, qui avcte tIspeople-.Cola
a tr4isommode does We
dlos he oolomoesdu Moiser. lMaim
lam e so ameun avam l-
rieus et a empdche pa la chute.
11 y aurait prolt pour un gouver
eeat eabi d'aider opinion pu-
iqw A o former, no A*la dfor-
er, et a la corrompre. II y trouve-
ralt mans doute lea le6ents daver-
iamesnot qui foot trop souvent d6-
autet qul mettent aoe chefs d Etat
& equis soleot, pied t poimg.
la d to libre dlpoeimon de
quest ambitioux laintoimt gents
as eat Same vergogne.
La paopeidon da -aoral Salo-
moOa lsaoaes et U amvait pas rai.
q de la giedragler. On pourrait
ui repoodre, on ce qui te concern,
par 1e proverb qui assure quo com-
ne ona lit son lit on ase coochs.
Quand iU a fit rdlire Primident de
a RdpubUque poor uoe ooavole p4-
iodee d~a ns, il mae anqu pede.
irequed 'Satlopanioo p eb que qu
lui laposelt e nouoean arde sa. Or,

mirMemt: U availt mel eo-
M*da *e veiL.. *


'es'' tJ -98:as Mk dotd r bIs os
~~ 0atquA Usaeat dlowem p em-
es cuuo~~


ra eta devie: Tow ri Ps r |w Jdei eaeMa,-t w'61 o tnat o pour porir entatrement., t mil, me
S- Ia Bge rWadt qa0 pet9t 1 O 1100poe o.dft Mra 0de m- M1We, pas de aeiroste. U e deas venMW
St t ee p de rtring ie nm ~o.eua dee d ores. Cheque ql me s'acqui&reat que duas lead-
-* raotP. om.o n er J i muv_ roao verish. Celle qua coarbe mo froua ,
a 1 pas' ps amqACd an. C"e P10'1 ga me moes apple ps pas solemet is M
,-. aevoir qe J rqeetir tp a 6SI04L miliation. car elie noues appr .d qu
. .. .mnt &.... .. B aimerdhiUt amoar lovera, notdre ate qui em ii -i .
i Notre hidoir coaUWA do belles ncunr. j ,* ei qu'.o nre.wr ck e dou rc res l som su chosc'u
0. poe et dal ig .ee d o.Huew eila .es. no pou.oi dire ce we is e.. osm...... ....
i- ps rMeaemuablem quoe i amdmoire avec idem emp eion plas vrais, telle ous manque cost I'niow nd
n. anivor-ill. rWit : la o wt sodque plus dignges doe lact. esprits qui tame s p.pars la force d&
u* dA eseaedl e absun dd.ep as ___ peoples par I organisaston.
evort p~a caer tI rupubhlque addale IIOh I paissions-nous. par le respect
. qe' eva et a. lasemt mioumrir de de mou-mnsnes. pendant que 14teau
, eas.beutiin holnoeede CouIl f-, ,, er ebt chez nous, nous m ineafir
at Iten Couterd ot de Charlotn, accou. Heures Som bres eo bon ordre.afin que Ie fameu no
it remt & lappol de omrs cbels, q el- histoique. qui sue leg capitals as
ia tMeu m autres fait e ls .. services, ne sonne pas noitre lIas Io
r r5e. ito moat de aoinabelle qualitA Mansieur le Directeur, nbre au Congris amnrica.n., Lorde
a. & a-esure que. nos a..pro o d 'o s rine A Poit-au-Prmn:e.
i- tSe pst astul Cores, on y truuve L'occupation amiuicaine de Port- veuiliez agrer, Monsieur te Di-
* dce nomabrx *seseemples do courage so-Prince proccupe le rose. du Pays. recteur. assurance de mes uacllears
* -idividuel, des actes d'intr"lldii., Cel. se laisse voir dans les faits el tseusments.
e de vallhnce, do superb a m6ts de gestes de chacun qui. A IaffAt des IN BAPTIrT .EItRLET
a- I mort Cependant. ils on& us mouvelles do IA Cpisule. empruntlrimeI 27 Ao i9
* posr moble I tert idaviduel, sdles sul ur ton nerrme, v7 Ao usem9e
A ieml_ ,ui oblige. k df ,ad. a 4cc Cot vemhn om s eementtombeur
pes. uq pout fair dar poltio. e....
a ImeituatiUon x re, us b6ros. I notre peupeo comme un coup do ... .
Ito eont pa i beWf lecture quo i massue. 11 en rested toulours anEanti. STIIlCAT de AGEl S d e 0A1i1
viens de rappler, ile no reivent Et au tur et A measure quoil en vicat e w Am-
i p duo crfitoe anquemaent pour A Is rtalisk. il en resent la douleur
e M mrites, mans add pMerwoelle. profonde.OQue fire eon preenced'une COUPS DE BOURSE
Ssams tloterd direct: deie se eomaplet pareille intervention ? ? ? Son pro- --.
obM de soil, et pour rbooeuar, 'ier movement est de se redresser Or af ricain j75 '/ pme
1t pour to chic rare indatablme, devant 1'4tranmer. L'amtour de la Pa- Dette lot.d'Haitsat 11 8o ad vaL.om
t joysa des a .ses d'dhte doe murir tried illumine ls e;urs o hante Dette lnt.d'Hati 19 1 7 ad val Som
m i ae do qeaSque c ose quoe e i pope. Mais ce sint eathbosiasme Dette lnt 194 A a o ad val.aom
an clumr antpmpatres rt-r-
-- .tota ca -s. mpour--s s consume n silence eto ea re- Dotelot. 914 B og ad al..o
ru jt-. gret... Ce disastreu *tat o& nous lt.dHi. 6So
Puuartant, an exploit haronque. nous trouvons est Ie risultat de no- Chque Isar New-Yoi k i 12 t1120o p.
1 seet pned do no iuMrs qui a ou ire pass. quo nous souhaitons ter- (.C t quo sur Paris Poar 2 ogoeact
cte belle factuar. rd cetla im6e, cr avec l' ccupatioi amiricaine. Transfer sur Paris Pair 2a 00 p.
I persst rquMlqe arcalquet v qui operera le pnvilkge de rtcoacalier BNllets de G. 5 010o escompW
t d uMe. D jwuir 'u M t g Iouh liueajs. Nickels 20 1o 0 -oMpM
Spl qa a .lat- t .. .d L ensemble de la Belgique eot let
Smier-stpsW de reut histoire, r t miroar oU les petis peuplesowrga is
t M. Pe-trequo notro adiraoo dovent s regarder quad le ped der re
s e-vafelt quaux drares qul go la force Ioulelear sol. La Belgique.
h emase oms, quo mos vrais morne.revivra plus belle sous le soul- --
u eoot oeuaz qui s illuet out sur fie salutaire de I'Angleterre et do Ia
t am. o itoye t que e_ courage France. La Belgique itait one mer- uitresm usatvllh
qui esiorum est plus tr : v1|le d organisation. Avant de passer -
i *al.. J* s poerdo d sI-au r "lle. A .lemagn chan:ela dans
SdeslMM reLsr m ea r usaiw m- vision rouge. A I'aveait le respect Grand quarter gid ral .1. n.m.
m. r parSe e o ,a5 s tl^ Idams de I.uadipenJance des petits etats or- (ViA Londres). 29 Aout s9:S
IS i"des Golm e. gpailm s'ias, rera de do eroisae sa-
QuI t pnmsalt & cette sublime priale do Ia lgique. Sa: le tohtblre de la guerre i reet
folm ? Qui I'y ob lgesit ? 11 deit & M&is fous navons come people l'armne du general IcJd marechal v90
terre, tI navar eitait presque d6sar. que Ie uom.Nous no sommes qu'une Hindenbourg brisa la resistance op..
se, IS lae dalt lmpossibo, absour- caricature. S'11 nous rested un natural niltre des Russes au sud-eat de Ko J
do. Persomew*eut trouvd r dir depatriouisme.nouse'avonsqu'apleu-.no. La pou.-suite de cnnemi coat-
r, rmo iag ,e nora c Irer sur not re passe ,uim, soul. s 0 nue.
ro p(ro- p ttof*ie
Oe, oy Jrectws rle, flai d. ... .a..t ces .preoves. .. est le, r .cole Nos toupes travers.rent la r.gio.
cdre, si. r & bnc d que.ddsormaiaous iroas chercher I boiske iA est d'Augustowo Elkes oc
oom....d...., _e drtape dpiloyl secret de devenir so vnra people. Les cuphrcan la villa de dDomlarowo.
as demMs do iast. 11 me las mi as ratioosqui es senmt puisdp s dams Les Allemands atteignirent dgalb
pm: la met. m on les cameos eaneo les dangereuas eux doe iintigue doi- meant le secteur de Grode Klad Arest
mis, I noelU dteas s pis.Ce tut vent sa ressaisar, en am relevant de de la ville de Natew.
gee Maoceel. t emJ memt prmoe que cete aetaste chute, et fire appoli lI L'armee do prince Leopold do
to lutos dtait lp eibf abemarde.' concorde qui est lagaranie de l*i- Bavitre avanceA travers la tort vif-
quo l'iesue en "at d advance connue. dependance natiortale. Leur attitude ge de Bialeviska, tojours en pour-
fatale, Cest justenoent pour cola conciliatrice dsarmera l'oppresseur chjssant les Russes et son aile droite
qulide dt sacnS itile.queal praed ,qui ne peut prolonger son occupa- arrival devant Szeres-zwo.
qresgad, dans raunme li"spoir do taon.(ue sous pritexte de nous assa- L armUs du general telJ marchal
fire quelque malt 'ennei, dans ir.- Quand les petits peoples fai- von Mackensen press lennemi ea
to despoir moot, accept, in -on- Dles. qui ont 6t6 longtemps convoi- arriere jusqu'A Coddubno et la line
solable. do p6rir puiaqu'on no peut tes, s*czaltent, ouetre msurs, en pro- de la route de Prusana. Les troupes
vaincre, c'est cela qui rend cette sence de I'etranger envahisseur, ils cooperantes avec cette arm.e mais
nort Ia plus belle dee morts. Killick hitent eux-memes leur Ijerritude. venant du sud A travers la region ma*
vouluat oourir percequail crut no C'est au nom de lordre que des liens recageuse poursuivirent les Russes
poavoir fire autrement : pear It i enserrent sans cesse l'opprim j*us- et a:riv6rent tout pros de Kobri i.
lat wvrament valoqueur, car in fit quMA Il toufler. Noublions pas Phis- Les toupes allemandes et austro-
an uam c cordpr fato eters tltoire dela Pologne, et le mot histo- hongroises, sur Ie thkAtre sud-est de
i suprisur qu s te enrique: lordre rigne A Varovie. II est la guerre reloulrent I'ennemi as
s oi ah cs heare i es ...p.li. vraiquedes vois de prophhuss avaient del de Pomorsany etlia line de
entr concitoyona, mile commandant Prida' sa rsuarrection,Mais it et vrai Koninchy- Kosowa et derra re le
de La Grted-Pierrot s atait englou- amass quo. duiant de I0ng0e. anodes secteur derrimre Koropets.
U asou une canonnade haltienne, le noe pooalsis n*a l4t qu'um tri Sur le theatre de Is guerre A 'ouest,
it va mans dire que cette mort n'au to souveisr ilt y eat pas do changement.
rit p ea o A ia meae portdI. C'eat Notr.e saul arms, et cell qui nous
ei an felt de guerre civil & alouter tera vaincre, c'est notre sagesse. Oh? ,a t .i( ral ) A
aus mlle sntes d gere Mais que aela soit Iobjet de nos madita- (rId wasdrsh Aoeu~s
.et davoir d dlgod la tore d- tsons quotidiemnnesi La Charlatane- )M MdUw "w l
ablado cooSs tuS, diW nvOr e rie des mos op re librement, et ce Smr te theatre de la guerre A Iet,
d u g, ... ear s st pas une toue tristes de voir tarae do giaral von lindeabmg
Age, 'eetasul t lessumaniJ tons ceoa qu*e s.omps.* Oe par et des troupes sees te gstaral Tee
Mg ilque duo de notre sae7s nosprcparbons la 1. .Bzeler sont stationnees dans la re-
it--- -1-a'le .ite btration de la Capitale, et sauvions gioL as a entoursa de la tuie de pol
t o ripdpendadce nationale.- Lutter au sud de Fdidrichstadt.
.. . .. . . .... ...


- ---_-_ Mew_


_____ __ ____~__ __ ___


,,.jMRT-AU-PRINCE ( Kalil





L, L ATEI___T


Ynodestement user d'un devoir assi-,yons victimer d'atitcne illusion. )i- .oance 6trmnu m dans notre admi-
g A son mandate. It nessaiera pas tes-moi la v'erit.-l.e depute continue niMtatioAn rel6vnwt pas de mol.
de trinAportcr I'auditoire ct I*Aoscnm-! A citcr des fa'its ; it pirle de la police Aprtii te expllcations de one' col-
blie vers de hauics regions ; it pal- wui nctu.-*Ilcnent is! mnricaine ,; 16l e nous eStsi(irois iue vouw
lera simplem.nt, mais incirement d'un i:deiit d()it on a ct A soultrir,consttermz ,lie vous lins pro Ir-
at cement. Ce 4el dirs sera rai le Cercle-lkilevue. N" m la!Is toicoudp llllirnets l)yatil. IIn yi
at element vrai que ce nest pas p.i p cmre que je suit ciloyen libre Ir. IA ti, ,lt I.m(It lb,. imt l I*t i s mes
ves1 .quon entendra, cc sera cell d IrSle Republiqise ond pe ndanl` qec des cuiotribotiu. is fr.,ire
is taits dans toutse ur uduleur 11 j ai des droius, lIols qril ne "i'Wes Auxss appil.Hdaliw isNa quei ac-
o nAffri cersmainmeeil en to (ssainlt teste prrsque ascun. ** R preMnti3e s ciieillwnl c ilsucours, Wlk d4pustl IA
parer, mais le public aussi en ouf( 4.uintratsnii, de lati. il signaled usl (oI r|Nioud J*asiras 6i6s ease rand
firs el ccdl lui suffers. II e1& do loi tair,.a ire t ir D1)tpjatlsenelo dei R la nItll-f. il j Ias m devMii paS m*ailAti dro
devoir de mttrei lout le mUtdJe enleiois EeiIurs%. .a chel s des M-. ce qse u mliieitru de I latrieur
,...de ?cun:re tfilie nmpr ise 'r scs cno, prouv.int .a u mnumi%-exis ltence tae eluelflhdo apploasooitseifse.n"ts, war-
i. ctitiults. 11t Iul I l praise que d. cc llc*.rte~mni. lo*it qitad it l lail iiesest Miyard. Je
les molof, quL I'ont amen*t provo- CW p,.l.nd usc note de Ia 1I. ga- o lue a 'i.*ti hamil l"usii gte
.'i, U na la-qui enavolopp a it uisi seie coIvliails-
_qlia stance d-aujourd'hui no sont tioni A.iricaine, adrcss ~lncittin li qutll set ula tlttes tort ai
aii que sur tsir de sauvegarder auR Reprccfntants strangers leur a.e de proclainor avec emllphase
inlItr6i gintial du Pays. Des in- notiliait que lesatffires civiles e mi- qu'oti est pret & lout fair pour le
ia on circull aprts la reance de litaires ta int conices% Ai des oiriciers biets due people. II y a unlie certain
veadrcdi.- 0- a part d'agilation de -intiiin. Ce ic nose a paru Il 6 uilsiiile Ilquo je- aliSsm conine itri-
la masse qu'il avaitl rovoquie. ll Aout avant I'clcion preiideniielle, bill ixsti gtiV1 ofllcit at..Is jou 11nal.
l te c1 cle p.lircillc accuutliollon. Il &clare le Mintisre I yirJ. k vosa I'avtz coaiiiuiito ; il contrasie
8lIlia pr.' et dts a et'iimenott qua dei.naiidc&. onliiaue hI dputi L.on "vec la belle .-vuil vi lr dV.. lc
A sacun moment u.e sauricent le gut- comir.ent conc.lier ces d,:u notes 9 ratt*oe: 4oct1patioia exiite da .s
der. So* bil1n que si "iauturJhus iLcd Et it I asse a dimcuiime poll. D-~ y- V rouse, .Monsieuir lot MiNmis
permit Iiecoillp'tr qulleque ml C jearnrmetig m t .t msiiti IMie sur la Iot- tie. eat dplacie ao vola appelfe oni
-mnrite quand meme---ce &era d*.- tille. 11 rappelle que les biteaux jeud uebeaut'roccupatioin. 1iA b-Iuti
oeir conduit tics liomnus de vacur. usq constituent de minced emb emncs do luicupiion nso pelt 6trs coi0-
de compEtence, les .inistres duo g'u- d notre force naval. oit it des.ar- pa ise que de vous. J'ai dit cu qui
vernement aciurl. A A e presenter de- mic ec ozcupts, que les ma.irins h mi- clait A d*re; ie oi d6poae pas I'or-
vant lasweiublie pour dire cc que turns ne sivent A qui sadressr pour dre du" jour. .
uis mniastrts doivint dire en pared- lc s.ilaircs dds. si cest au Ministre .. .* Mvyrd lemplique : Quand
le occurrence. de .Ia Mjr:n ou aux officers am.- ja dit iedans toultl a lreaiaite, cpeat
II lrura :epromhk de netre pras riais On s.titque le Gouvernc- rp:nus ec da etor
assei en cont.lt av:c la Chambie. ment ay.ant vou!u envoyer des dle., laideur..
D)es fails se passent qui jettent dc gations dans le Nor 1 e des sccours! Le WLpuiU C. Atoise a la parole.
I'angoosse dans les Ciurs. et en face aux sinisitrs du Sud. n'a pu avoir la 11 oe prolite por faire I'eloge du Ca-
do cela on ne voit que le silence si- iibre disposition de nos bateaux ; binet at rappeler le services rendus
oao lindiff(rence du cabinet. 11 ai prevois que le Monistre viendra me pr Ita AamerWcains. II eat souvent
peru su depute qu'il sait de son dire que ces bateaux marchaient si ontrecoipe n or des lutes ; car it
devoir de piovoquer la parole offi- peu avant qu'ils ne marchent plusdt dte grades v~riten..
cielle. maintenant I. Vient enuite ltoe Ippuo .Vora r'i.
Les ministries vont done parler, ils Ei.fin ii aborde le Ie point : lIng6-A pe6ae cela-ci aboede-t il la trinb-
ferot les frais de Ia stance i.e dI rence oitrangsere dans Iliad minestra-e q~ to vacarre et a, s cosibe.
ule.n"oI uui tloie oeil eliLlsad le ecras doi
pulh le ur demanderade lever le triste tion ; La douane Jc St M-arc,dit-il, *Aninexo..nis.e 1 Anmericaino Depu
voile qui couvre cerainsl aits. II :st occupoe par usa ofic ucr qu' a di- to yankee !* Souriant, le DIputd en-
leur demardcra de mettle au grand cla A4 un fonction.aire suporicur voie deux baisers A I'asditoire fu-
our certa:ins choscs aitristantcs que muni d'unea kitei Ju Dp.artement ses de rire.
Ie pays nr doit pas ignoier. Etldes Finances, et venu pour diriger1 Le Pr.sident de I'Assembl6e se
lorsque le ministry Mayard qui a cette douane, qu'll ne relevant d*an- couvre. Eaali10 le silence esat retabli
assume a responsabilntl de repondre cun ministry, mais que son ch(t -,' Monsieur C. Moravia harangue Io
A I'lmicpellatioa sN ftra entendre au t,.i a board de 17 ',,/<. Ouand vous public etl si detnande siv cesat I & u
nom du gouvernement, ce sera, a direz la vrit. lcsiurs les Minis- sage qu.l fait de sa liberi6. Quo
nen pas douter, pour donner toute tres, tout l I monde on benelcraG, ei "eown pic" i ls
salisfaction possible au people qui vous dJabord. 11 et b i- doevies at
licoute. I L .liniustre i I lInstriu.ur repoud: ell das ls'igpoabi d as fire en
Ccci dit, I interpellateur abordel est descirconstances p6nibles et noes ftadro allasit crtre un ordre do
les taits. avons dj.J dit que eI post que no J. r. q l d to dklputi Anglade ea
avons acceptt est un poste de devoir, dposs ea ; et eela avantqueles Mi-
( \otre repowter n'avant pas pu cjo- de sacrifice. II rappelle son passge mstres en cause aielt tous repondu.
firaser sa ,r laion,woums resprunaos la an'A la Chambre, puis ajoute : Nous Cat ordre du jour do coollance,
de comW-rtd c su d Mfre confre La avons eu Itc bonoeur de voir Ie Corps dot" tea conrtdvrns ie'o queuns
Patrie ) I islatif tier de son srin I*Elu de o- i_-tR vo aiutd2 l i
la .Nation. Nous avons dit dans Dnore r, a ul*l contestant ce a -n
Le deputy Lion : Ic me permits d'a- declaration que nous ne dissimule- b, sitant retire.
dresser au prealable quclque mots rions ricn. Nous soultfrons tous des Le Ministre doe -Ptlrier remer
au public.je titns A lui faireun aveu, violations de noute droit. A qui en et. Dranle-bIe de depart. Un
il ne faut pas qu'il s'attende a aocu- attribuer la faute ? Est ce aux hoa- coup d'dp6o dans I'eau !* delare
ae parole dogmatique, i a cune ma- mes d'aujourd'hui ? Nous disiosI un de nos voisina. C'est le mot de
infestation, aucune demonstration au Stoat que tous ceux qui ont du la in.
capable de produire autre chose que talent doivent se garder d'agiter I'o-
lasvbration d'un cocur saint. le vtuz pinion. Le depute Lcon vous a dit
user modestement de mon mandate, qu'une garde protege le President. I .
le resierai aussi vrai. tellemnent vrai La chose nous fait beaucoup souorir i 8 1) ive r
= e c'est touvent la voi triste des Mais ce nest pas nous qui en som-
fahe que.vous eniendrez, le mets le mes cause. ---
public en garde contre cetaiesa in- 11 :ircule de temps en temps des
sections qu'on m*a pretes A son rumeurs dattentats la peasoanedu RENSEIGNEMENTS
'erd. On a parlt d'agttation possi- chef de I'Etat et de semministres.Lom M':T.:OROLOGIQU a8
be de la masse je protest contrede que ce, rumeurs parviennent aux A- OBSERVATOIRE
telles insinuatious. mericains ils renforcent la garde. DU
J'at reproche au Cabinet d'avoir Ouant A moi, lie depute Lcon a dd SsCMINAIR COLLE GE
crfe une absence de contact avec le constater. le me suis interdit d'a-
nous de la Chambre. II y a des faits voir un adjoint. Le PrEsident est une SAINT-MARTIAl
angoissants quicontinuent et en face victim expiatoire. Accepter la presi-
de cela je ne vois que le silence des dence dans les conditions qu'il I'aac- Mercrei I Septemabre 1915
Ministries. sinon leur indifference. II ceptie, cest se dire : je me suis mis Bsi 4-r i j & ii
y a des choses qui se passent et qui sur le gibet. N'est-ce pas une Garde -aus.. l-
sout incompatibles avec notre sou- amaricainequipratigeaaussil'Assem- Teoxpei ture MW )
verainedi d'Etat. I'*aborde les taits. blce Nationale?Le deputy Lcon nous rmazimum 36,4
Ma is question se rapporte A la situ- a dit qu'l ne volt pas notre police. i o ysn IIm 1
asion relle du Gouvernemaent par Nous avons rompu avec lancien s. o1 o dr ,
rapa A.l'occupatson i trangge. On time, o6 les agents poursuivalientm Gi e clair ij 'i :mldi -t c----
a it que les grandes doaleurs sont citoyens jua que dans leurs idles. AMs dS-.;- .? -- c, rtv
muetties, ; cependant il est certaines heures dou oureuses que le Pays r'ag s- S- A e ur-
heares ot il taut taire parler sa dou- traverse, nous voulons que tout loe roest A 6 heures. re t
kar. Ce scrait i d sesptrer as les monde ait la responsabil ite de Is Faible .luic dorae A 6 h.u
membrcs du Gouvernement ae pou. grande faute. DEs que !e GouveneM- I lie. d ures 4o
vaient rcpondre clairement A mes men tuot institute; nous avons essays
questions. pescompte que ios qu'ails de reprendre et nous avons repris et- Baromitre lgerement en baisse.
auront parle, on verra la situation fectivement certaines branches de J.SCHEBER
prEcise de mos droits comme people administration. Nous avons comae I- ila i e,.--_
ril taut en ,pleurer, nous e pleu- 11* Direction general de la Police au re
senns Commandant de l'Arrondissement. C. mao, vera iee 8 hbeours, on-
*Cest mon droit de me demander Si on nousen done le temps,.no rt-. dat qu'un ofincler halttlen at deu
max Ministres de dire la virite ; en sultats feront dire au DtputE Laoa : alnotcalne codulmnt_ M. Gerner,
le (isamt, jiespre peut ltre, contre Vous ave: bien agi. peasalent pr Ia roe Irdo, ceul-c
i,,..fn..n,- ,, ... ... .auim j B ~ctppor ac aura dat e
L.e depute alors parla de la garde mes sous le cou de 'occuaoa oui turellnat raa L i -
..... ._g atx .ntuelm:t


imericaine du Pehident de la ReIpu- militaire. Oui, c'eat 'occujaioa d re ux MILaonte.
lique : il dit: N'st-il-il pas at- militaire, dans touted. a. be.aut. .. .Gardor avait ld arre6 poor
tristant de voir le NChet de I Nation Je protest contre un mot du dep. airO condui &lI t uatie do pwasz m
etre l'objct d'ne seric d'attentions td. Nous accepterone, dapres I fins de o aoxpltque- aor aN aflaira
plut6t gnantes ? Est-ce le President tous le faits anornuz. .11 va q '_iitalt Pas* eae llei t oMiss
pltadgimnant"As trro-ousubit- ..;a manque, Monleour I. ipMi, Laorcde nu Bel-Air.
.u- a d.mandEt A 4tre.proti.. ,ou. .u -.. aller nxsourcessereso; nrs On manda lmi '-dlse--- e mi*
t protection ? Leremier citoy proteston a c Untre m do p x Ioab qul vi nt dome e
da Isla publique a des chalnes au u I t laouvae do ded o aladon; m ae di* I
I* e ane veux pas que nous si docoaMo d ll f.olt Uavt onu i somvpadoapMr lI


Am-em
- ~smmapwu


Vous pow"! augDn~g
viblit d'une fag= pau~
Spermanent. rmhimt d


L'EML


,SION


UsM calinth
to IdoIskam at 40 k igr


densus lia cl4ture et avait disparn. lSTMCAQ T di&e a Us &
Comine bien I'on Imns reti inci- uIn Ibe --&-. &
dent provoqla un hin alW:roilementI ,., __ l
die badaiids trop heiro.'nx de trouver COUPS DE BOUL
une occasion de proditiu srr l$ura |le- I --.
lits otte iine'tlAirt s igrosi'di, de sestes Or americsin 170 #
et de igraid.4 0clatis Paw a1 C EN*** Det te Int.d Haiti 191, 75 Sd va
Nous constatons avec un rOci plai- lDette Int 1914 A *o ad va
sir que la Commune a etirepris le Dtte Int. 1914 B lo aJ
nettoyagede plusicurs quarters de Chq lntud'sH-iti v4C so. M
la vile. Nous aimons A espcrer que Ch&que sur PNew-York r 2|l
le service ne s'arrtera pas I. etc con- Trasfert sur Paris Pair 2
tinuera jusqu'au bout. illetsfe sur Paris Pair o e
m aBillets d G. els 1
ilMllen ,Nhckls 2 olo e


Monsieur Cl(ment Ce'lcsin vient
d'itre nomme Chet de Bureau au
Commissariatdu Gouvernement pris
la Banque Nationale de la Republi-
que d'Ilaiti.
Nos ,-ompliments.
her derai
Notre ami Chb. Moravia n ainq .
renmit trop tard oi5mir tire Iainill 1se .-
jourd'hui nitne inis asil polmst ( er-
nanti ce qu'il a dit hier a It Cli;iln-
bre prloMs que fit aupre's de lui Monsieur Cls.
Leconto

Les funErailles de Mme Vve Ernest
Dyer autont lieu cet apres-midi. -I
Le convoi partira de la mason mor-
taise.'ise e de doI'Enterrement pourI
a readre A l iWe See Anne:
Celes de Marni ]lihenm Aeild-
wiel Hwiuer Bday. dicede ce a-
tin A Carrefour asunt lieu domain A
8 heures du martin. Le convo. parti-
ra de la mason mortuaire, aue des
Front-Forts pour se rendre A la Ca-
thedrale.
Pritre de consider le present comr
me une invitation.

Lea families Larreur, ahbollon,
Vorbe taut en leur nomn qu'au niom
des parents de France reinercient
ine6mment lea amis de Port-au-
Prince, du Cap et dea autrea villes
de la Republique quaI leur out don
nd des temoignages de sym pthie a&
i'occasion de la mort doe leur re-
grettde Blanche Mero Eliuabetk Lar.
rear, nde Potier.
ela leur on gardetst une vive re-
connaiasance.
Port-au-Prince, le 2 Septembre 1915.
Nevdkele ak mai
ECHINE. Une partie du corp
qui finit par trop se pEnetrer de Ia
morale du C6 edl dot RMU.


La de Port-
OU-PIrince OCCepe
par ehAmnrteafs


Ce mndo a,0 he rlese *
Donane' d Port aUo-rtnc oft s
ont notifld au Directeur Mexile qu'ils
venaient prendre possession de no-
tre principal bureau de perception.
Le Directeur de Is Douane noUtia
le faith au Secrtaire dstat des Finan-
ces qui rdpondit de protester centre
cet acte do violence. Ce qui fut fait
at tout le personnel do ea Douane
on bloc, so retire, laisamnt les amdri-
calms commencer rinventaire des
marcbendiase.
Toutes le doouaea de la Rdpubli-
que moot dbnc ttuillement occu-
pes par lea Amdricaia.
AJoutoos quo bier apr~e-mid. dea
waas t ulnmmUons, din canons do
6Mo calibra, toot an ma ail do
na vaakMt 46 dibarqMia me
On letoone aves raisom de Co

a violent ot 1 la.
Spon arl ri*er x mieMU
a'oirto
pda LM


ci-


elU sigKrm Clv
N~trultit h~astan gth h
44 bg'zw-S"*w d"

saeem sw as in a
UaM ft MOWN. SWme km

Ai is de Opsrt
L--% dkochr% pourlPort
Cap iLbitien. San Juan de Pt.
v 1Son uan de It
~'quebatMonutiAl ; i
CejWspour Jitrmic, Jacmd
Domingo, San luan die Ptol*
Thomas. Point A Pitre. Base
et Fortdc Eraincc par lAnnese.
EI-Kader. bseront terais cc
4 Iwures iris pricises.
Poit-io-rrince Ie 2 SepleMbft


Le magnifique vapeur Il
I emsascl de 6. (Jt) lonnes
truit pour le service AMSf
DAM COLON, fera un vo
Ilaili New-York et relour,
,Septembre prochain. Pier
nombretises cabinets de
clasme, ddjAi Ir& bien aml
se trouvent deux do lux.
Sny a pas de second
Tout te c!oeri moder m
fert aux 1 pamsq qsJ
beau vapeur peut ltaleme6i
voir. i

Leiaemmer r ANi r
6de vemant de New-Yf
Haitien, Port de Pais.
at Saiot Marc sera i

fI M er das laI
Petit Goave, Mirsn -
Cs" Jae"- Gra
mp *


nant des ports du Sud
du ici Dimanche 5 Seoii
11 laissera les ports du Nord et
Port au Prince, Isl31
AUGO. AHR




Ssmm doiiio

addata


SCMT1


I


INS Ennui q


j


t


I



I