<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02431
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 30, 1915
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02431

Full Text
4uYpAsfe No 30"09".3


ltQUIKZE C (lATES


Ismm ia ik! fI ult


.m u F Ile l


Cdment-MAGLOIBE


DIRECTEUR
jAxO EMKMNTfS.
POIITAU 1P1INCE


U'~All AIN G E It
0 0 .


0


G, 2.(0U
8 .0

G. 2..0
to 0h

G S.'C


J


OUOTIDIEN


pOIIT.AU-IDIIINCE ( 1.ill


LAk MISSION FULLER

gS PROPOSITIONS AMERICLAINIES IL V A 4 RMOS

~griridrt' au d.'sir exprimvquit ( do& tonctionnaires hailiens dont
a" Alhbo musau "il'duta j Is snoruuldt6 .t I& caNScit sont no
,pud-1811ie's u'm,,-o* eiitle tusaoss,- A reaaiptawr celux qol
quesliolsa a ac aaelleamaelit it data* la prahique, soralent recoosasa
=vdmj)Zr, no-is 3vOII4PS u Sv~iri no pas runpliar Lea conditions.
wi yin: les docimmis resl' ddiltS biaagesujeat prasliar loo Gouver-
01mimom Fuller. sl~lrt nos jores- neineist d Haiti do crier une garde,
Pap inulaftce, 110118 ii 1VOW&IviI Iirwle pour aessuma l- a potopctiou
01*qe 10 Wxte ifltllW do3 C-s des capipasul 5ialtti-aeins 0t, ellgim6.
Wog qut ph1i4 pt- jo s, miBs ral, de tuos lea ialaatob-ts atrsugsrs,
,a en avons ri4lasagi,'4tagce garade. rurale A clauval quiasmmmi
,snL par twimrt. 81I s1 421w3 le ltIecInatruaLu suivasit lea sndUiudea lWe
w wra pumfaitealtlit at l~l dmril ples s mocdera, a, 10 g~overenesnet
h 5inditiofs Ipl"S atCce;llabi"S.le4 .i faisti ad rt4ervsant le droat do
bwsa, ")OsOtw. pal. V. Guuver C1140111 uler uneissioat pour ansraruis
godt des E~tjL- U11Its. cette arda gurgle. Loa attendant la
j'arfaaalu urgpmismsatawado cett. arde
laprojetde cotveiitain f'(titremaiN arurale Is Uouverneinent ldilsaWauEt
Sgrtaire d'Etat des lielata'iow-FE la facultla. ucs vue tdo radprno m~
too, le 60-P Mai deruait.w.11 .:graves de~aordreats qi INurrietSO
Ido qaat1ljties voiitid'aiiits illicre ell phA allea iaualts 4tranaigaaers,
19 pIlus aiiipu,,alt eLst cel~l,, cl .tde dteiiiaadt- I aappua elfectir du gota
voraaeimiltug des Etat urnis. bans
t~onsidk an latest ill, ( d&.as '.'- dqjraaer caa, leis forces aauinricai
~desHjutes l'iritea cmilrav i sstqua auraietat upofl3avoc I**
ex,'1.iaeiirtb PIC LauPcia IaatielAeAuau N s ftablisse-
Pmb're q~i sera wpmmten ilarns h ansiett de I urdre, devrout 4ahre rosl
gb t le Pr~udtsidtit dtjI& hltuilmh- rees tdu territoire ai hasheA prenaiors
pillauh des riippm-)ts siiltli ,rthuioaatioades autoruladshsawoilmaa
siconfithuatitls tileau 'e Mauasirc I. -- 11 a agalt de LAa qjuestiondo
to pouria dtsiiir[ leid vls NtAo St Naculaw. Comtulextus a ow v
1111 altares te.iie 4quec CllLes c(-m dd aoudlicAaauaa.
Sl'bosautfe et eWbc ice ad IV. Cvt article concerns I at-
~mumdu (;,tvt rijawte it, It. fasse th* recluaunation.1iI eat muain-


p i ti Ell ILi plUi iaItiLLdIIL ie*" .111 -..- --..i- o.e-... p* z- -*.
L l. avias eit tait, blieu entent ignore pcut--tre.
s eet donnm-s dans a liia h t. ItEPONSE DE FULLER A LA Le d^puth Lion di qu'l n'y a pas
EMFr ll'honitet, et uti ser>.,w CON IU1 l'1UPOSITION matireA chicanett.*expressionde po-
de fohlctluaiasllt, et l. .l., litique generale est plus qu'une pre-
de ceux recoalus tnallo.. Le 3 Juin 1%r Ful;er repondit i cision. On interpelle meme sur la
Ifne mncapab es ce coutre piojet on y apportait qul- poliique gknrale.
ique nnodleylicationar. Le depute Antoine trouve au con-
Iprojet est rcnferind en ser le Gouvermueaent des ILtat-Unis verra que le Cabinet se presentera
L-Extension di principe do II eUtitreruent judge do toute opportu- lundi et dira qu'il nest pas pret
Mal^ht : protection de la 11isa- iliUe diiAtervenir pour fire cesser pour ripondre.
S--ld Hali par les Etats lisae : lea iansurectious auams quo do l'op- Le dEpute St Aude est de Pavis
- 't=on contre toute agrenssioi por-tunst deo etarer les troupes ci- d'Antoine.carilonelfautpassurpendre
umnpoeuirrtre. Leo s aEtn qul- r foait ac mse. meauot l iag- le LCabinet, quo le depute Lton die
6 qui lui aerunt recoup e"s ne Aai leGouvernementinsista pour s'il entoed interpeller ou poser sim-
L Was es. son texte. Le lendmnain 4 Jun, il plementdes questions. On pout inter-
E la Unatsenis to'engagent ran deandat que dans la Conveutio peller ser la politique general mais
f Gouvernemient d'llaiti a rte- t fleoutandu que les troupes aai6- sil s'ait de question, it faut preciser.
a insurrections qui poir- ricasnes serasiot r ebaerqua m d6a Le a epute AM. s'Etonne qu'on
-.atlor. Appui etrectfr Pe l ret.ablissement do Iordre La te* vewille qu'il interpelle quand mnme.
mt rance nforgelle donnie reamcamires an Gouverneieot ds s t q' a sa t -s
I,- rm N jaominnsa ifai w n Coler l temt n
el als rn6 J, aa s Ja a,. .re nte nsulaUnet laSsn A ce pst do eaeit la eu A expri-o
& g(eqqueti te que ce so mrin cait e devat d t mer aemplemnti ase sentiment oeu
Puissance tranga-re. quse,,etc. gard a: ,emba.ras actuels du gou-
Sfertoes rem arquer qu.il nest vewrqeual.
0as rser ve en faveur des n r d o if aiuds e I" a sald quoe Ia Chambre avaitI
c pi nterprtation des clauses de la toutefois pour devoir de se fire ren-
ement par le gouver- Covetio, le parties contractan signer sur la situation goenrale du
A _s Ati & forwmr dans lee tea s engagent A sounettre les dir- pays. Si Ion admet la n6cessite pour
So l a signature deo a C cults au Comit permanent d'ar- Asse.blee dtre au courant des
le" e inent de rclabations bitrage doe la Haye. questions qua lagitenten ce moment
pur les trainers, eonw a et quoil faiole user de calme et de
S us r"" prilaeglpersnonne. modEration dl ne ost pas pourquoi
111c'.'amnants la unceaur un diput euigerait iq oterpellation
pd d'6galit. La liambre lorsqu'on se rappelle encore que de
1 toute question pout sortir une in-
WTRE*- lT terpellation. De toutes parts, mense au
.i II Steoide. it Ade A MgO10 Stnat doe la Rpublque. on paIrle de
1 ,. le Secrttaire d'Etat des calm e et do moderation A observer iI
( "1 lEktdrieues flt parveir & cette hearre critique de existence
enalit d riaine I contrM national. Coest dans cot esprit que
o guvrwnam t ,Prdsidence d Mr i Dl u le depute a peoae A no poser so Ca-
Ix (TextA Asafms Andrd. bint quo do simpls questions Ce-
ki e a pt PIrS paril a pendant 91 dams les rpones qui se-
g, Petan ne DIposillement de la correpff e-o t taiesh, laI Chambre 5siae quail
1 ., en lat. tt, s Iapti d laiceetdepl delopapports deocati- yaS quel chwo Se ai lle sanvisa
SPour assua, ,, Ic ard'w s4tl0- tutuode dcomitis. uestaions d*in- q* y va des interts du paye
dcoini ed l d ; atietk glmrS. poisear cs usstions lus awant~elle
nsCo 1r. 1re. a a L adipus i a la paole t e- aIsa le d1eo4 1*
t ianciare nollotanent aan ne. etI qMo I Chamibe spdk M el le imOIIMle d6-
-t ,n11 de s a ,Dettw, de ta- g" M ---- Dst avec la cI us tim mO1 d terpeilatlon
Qrduire Ies garanties idoua- hiest p" Oa desv. do 1.1 OgE. T ls 1*0-ft l,
wsoWrt afeecttes actuelle- tios l ar sds (ev dasl emm'ol. mc w mbre de rAns IfM
Conduire & une sOfieuse S'T las Is l to a $gridl
d'nt pris par lo Louv5- er t badI V Mb
ilSuatts & llJ'emlo dlnt* O.S Mldo
C Min edans les 1u-1 11116a"P
""Portio 01A obtus autu, vsin


e. province. L.es commentaires des
loueaux vont lear train et I'Aseam-
me **t pas renssiw p Eunt don-
ai6 Ie rsponsabihtes qui prevent
re imapuldes demain aux mandatai-
ms de Is nation a l'occs ion des evw-
nements que traverse le Pays. il ir.-
porte qu'aucune des questions qui
sagstent ence moment ne leur 6chjp
pe., qu'uacune decision pouvant en-
gager la nation ne soit prise sans leur
parucipation.
A cette fin, le deputy riclame la
pre ence du cabinet A la sIance de
Iundi A I'cffet de repondreA certaines
questions touchant la politique gh-
nErale du pays qu'il a A lui poser IIcse
white d'ajouter qu'il ne s'agit pas
d(interpellation, car il ne veut pas
dans un moment sn critique.embar-
rasser le gouvernement 6mane du
Corps LIgislatil et quo par consk-
quent adroit A toute la confiance de
l'assemblee.Ce soiit de simples ques-
tions qu'il a A adiesser au Cabinet
en vue de renseigner Ie Pays sur cer-
tains faits qui ne laissent de provo-
quer des commentaires desagreables,
susceptibles de devenir funestes dans
la suite
AMr l PresiJelt done lecture de
Particle du Reglement quia veut que
les questions adressees aux Sres d'E-
tat soent prcisres.
11 semble au deput.e -Aoine que le
depute Leon doit preciser ses ques
lions. Comment veut-on qu*un Mi-
nistre reponde sur des faits qu'il


Reglement qui fait ressorir que le pute qui e venut avoir que It merite
depute qui questionne doit donner de lair son devoir I Cest A lei quo
I'objet de sa question et ondiquer ma roen roproche a fans geste I Non,
me omnmairement ce quil veut ob. ilas mirite pas ce mot. II fait sea
tenir. On ne peut pas questioner tdlMir sas" espoir do lauiers future
sur la politique generale sans tormu-tni de gloire prochain. I e. m qu
ler Ie point precis sur lequel on veut tous les haltiens sont coupablesa
avoir satisfi action. Sait-)n pourquoi des titres divers de la situation qui
le legisl.teur a ta bli ces sages dispo- est f ite au pays. L'heure du rachat a
sitions ? Cest qu'il na pas voulu quemsoann. rout le monde doit y sons.
SIe Ministre soit pris A I'improviste, crire.
qu'il soit embarrassed dans la repon-. Lui-meme tacho de se racheter. U
se A fair ; c'est qu'il a entendu don- veut etre utle A son pays dans les
ner au Secretaire d'Etat Ie timps nt- circonstances pirilleuses que cclui-
cessiire pour rtunir Its documents ci traverse et it souhaiterait que son
propresA renseignerd'anetaron claire geste tut suivi et augment par de
et certain. S'il en etait diftrem- plus puissants que lut. Le depute
ment on aboutirait A une perte de Leon conclut en depos.ant uine pro-
temps inutile car. ce strait mettre le position portent des questions pre-
Manistre dans obligation de sollaci- cises au cabinet.
ter ties legitimement un sursis pour Le depute Antoine dit qu'cn d&cla-
lui permettre de s'entourer des Eli- rant quil n'aime pas les getes faux,
riments necessaires A la reponse corn- il n'entrait pas dans ses intentions
plete et precise a apporter I l'assem- de froisser son honorable college
b!ce. Le depute Leon doit done pr6- Lion. II a consider que d'une taon
ciser ses questions, et en ceMa il ne gendrale Ie geste de son college em
fcra qu'ob.ir A un texte formel au- lui-meme est taux. Lorsqu'on wC rap-
qucl la Chambre s'cst d'ailleurs tou- pellet qu'avant I'election du Chef de
jours soutnise. LE at nous avions f'occupation ainm-
Pour iepondre au collIgue St ricaine ; notre flottille tait di&a sous
Audec iliput' Lion prendra un cxcm- la main mise et le corps gisltlif
pie tres sample. II. suppose que les n'aurait certainement pas rc.ilis "I'6-
Secrutaires d Etat. au lieu d'4tre ab- election du Pitsident de la Rcpubli-
scnts.eussent ti au bane de I'Esi- que si la garde amtricaine n'&tant pas
cutif N'aurait-il pas Ie droit de IA pour le prothger, ces mandjtaires
leur poser ses questions ? Ccrtaine- dela nations sontrtunis parce qu'i!s
ment dans ce cas,les ministres seraient ont eu conhance en cette garde. On
libresde ripoidre irrmidiatement ou se rappelle que quand les cacos so
de renvover leurs explications A une prdsentirent mena ints. quelques
stance ulterieu!e Or it ne sent is. jours auparavant aux portes de la
presents, Ie depute LIon les !nvite A Chambre. it t t impossible d'obtenir
se presenter pour entendre les ques- la iajoritk. bon nombre de deputies.
tions qu'il a Ic ur poser. En agissant craignant pour leur vie, .ivant cru
ainsi. il ne fait aucune derogatior A devoir s'abstenir...
I'aiticle du rkglement. La question Mr I'irgsI A nglade. Pcis5'a.
est simple et ne peut donner lieu a @u.ls sont les deputes qui ot11 eu
aucune objection. Mais, il faut que A s'abstenir ?
Ie deputy Leon relive une chose tres .fr Ernest .Intoine n'a pu.s de prE-
regrettable dans Ie temrFrament cision A fare 11 relate simplement
hattien, c'est qu'on se refuse s~uvent un faith : 11 n'y cut pas de majority.
A reconnaitre 1utilit d un geste par I" soutient qu'au moment ou les
cet esprit de contradiction qui se fait cacos exercaient des violence dcvant
scntr mme dans le chose les chosesle palais de la Chimbre. il v avait
plus pueriles A supposed qu'dl ait un geste A fire par les membres du
pdchE dans la forme en produisant Corps Ligislatil, c'ttait de se reunir
sa proposaii3n, mais Ic fond a pour quand mn:ne pour eitre Ie chef de
but de demander que Ilon prolette de IEtat afin de montrer A la nation
la lumikre sur la situation equivo- qu'ils entendaient coiute que colte,
que actuelle quiestde nature Aretenir exercer Ie mandate qu'elle leur a c)e-
I'attention de I'Assemblie. Eh bien fIfi. kt maintenant. il faut qu'il de-
puisqu'on lai demand de preciser, clare que, pour ce qui lui est person-
il precise : 11 est souverainement ri- nel, il n'a pus de faute racheter, de
dicule d'avoir un Chef d'Etat qui r#re de glo0re A caresser. ni de siau.
semble etre rotage d'une garde amk- riers tutun A espirer. 11 est tout
ricaine.Il est humiliant de voir mottore nouveau ven dans la politique haa-
Marine, meme si elle nI'tait qu'uUn ienne. U est entrt A la chambre les
fant6me.sous lamain mise d-une puim- mains pures, il veut en sortir les
sance ttrangere alec laquelle nous mains pares. A-t-on peut-etre quel-
ne sommes pas en guerre. II precise: que chose A reprocher A son pre ?
il eus flitrissant pour le gouvernc- 1a no, 0w t rien. Quoi qu'il en soil
menthaitien de voir un officer am.- it ma est point responsible. les
ri"ain prendre la direction des doua- fiates itast Porsmnelles.
nes A St Marc et ailleurs... Quand, par la volont4 populaire, it
Mr le depute Ernest Antoine.- Ce a etW appele A singer A la Chambre
que lc dEpute Lion dit. it doit avoir des deputies, it s'est promise A lui me-
le courage de l'1crire. Ie n aime pas me de n'etre guide que par Ie senti.
les faux gestes. ment du bien public. II declare
Le depute Camils Ldon dit que hautement qu'il n'a pas failli jus-
I'haitien a tellement Ihabitude de qu'ici A cet engagement.
suspecter les meilleures intentions 11 lui est done permis de parler
de ses (fires, de ses collgues, de ses librement et sans ambages. Les ques-
compatriotes, qu'on serait en droit tions soulevEes par le depute Leon
de penser que nous avons meritd la ne peuvent que pousser A l'elcitation
punition qui nous est inflig i A 'heu- du people ; elles ne peuvent que
re actuelle, si nous ne mettions pas favoriser le jeu des Eternels meneurs
tant d'inconscience dans nos gestes. de la politique du pays qui rkvent
Le depute Antoine troupe que son d'asservir les citoyens A leur project
geste est faux. Qu'est-ce qui fait personnel et d'difier des fortunes
penser A son collidue quA ce mon- sur los rines de la nation. Le depu.
meat supreme 11 a air de (fanaroo- 't parle d'huamiliation ? Cette hbumi-
mer ? La qu'on n'a jamais ve, au elation, elle existe depuis le jour o6
jours de triompbe d people soave- Ion a asasmiml lea pnmsonniers poli-
rain, circulate dans lea rues la cars. tiqes et promen par les rues le
bine as polg; lui qual veat siample- cadawr de chef de lE'at, toutes
mest dire A la tribune se opion ch oes horrible qui oat determined
a lM e t t iom4eabion, ayant: rNemtioa desaam6icainsau so g1
ea T u itmeis dole i atios et de la civilisatlon.
mosi de Mr C, Ua, intam. di Quol qell ea soit. les depusi


n rn


q


%W


MdDACTION ADN IMSTRATIO94
5~ u A iela0-1~

Lon ammeem ml Sreum
A ta r-aw-uamemmca inm do jeeaui
A FawchinL.Mayinus & Cie p.3.. Tracme
A Lainm does L Mayea & CO. sq. sitsl
LadvawNo
A ban=. chin A*&*h Now L.w sq. Jemseale
Suam"4-4
A Nonw-Vasa Umlymnal Pubhidy C~mPu=Y41 WO
14 th SUMa
Las meascrks laming em am as- pu reatisi
Abouemms & ixwuluou gayabiks d4 vueza




LL LAT',N


por &are ;uistes, doivert reconnahire f~aire une i1'1~c (x.lc1.! de niottc situa- Ia~ ,~stj vernement amric in demandailecon-Mo em tM rij6
Is carte dltievrlk.dpir leclicbf de I'oc- te quel point de vue. l4ia~1 itie qu'auctin argnut sni~ricain lie soit
cupation. ct que chaicun d-eux porter N,.% rLencrdtnews ~A la J~nque avanrce A %oil gotwvrtu.,n; sfct.
itawore en Roche, I'Ais!euubte NJiio- pour son g:iacicu-l. cuvol. *ntentIc GotL c, oi 'nent Z i- lr~
male n'aurait P~as ru se It~un'IIIpour E,4 .:..If 1 %1;? AT) ~ It X4 A R fI~14rN inor ;tccetj (I \ ,5 I :.-_--lor, .Co I-'
MIire le Pr%ii.nt de ]A R,pubhique.lIltstrvust, ,.,ARI I.J
Ur leI'risidrial.- 11*. ia t &rit JLI I..t% 121).11 (:t Atrlti V Ii0!1't Vcmi'it 1)' : s u. ~A\I:KIjau I pow r2 U~)%ti. .i 1 tin 1 % ARR!iJ
cabinet dmas le 'ens- iUidijutCpar le 1fllflo1CC~ilI IiI1XS.l%'.1Ylied ICLLirt le ENH w ~ni U' E lu Ft~~sj i CTh,'$ \1n.!N
dlputt L.on etI j itcve la s ,.c a t'elP'/: %Irve-lItic It:%.I1iilJ \I; ~.I4' I. i ~, r i. au\ jEi-its n1II al q'
jezirac'rJ~~~~iiaire. ~' *i A)JidI 1 9 i1c11 FCcsdu tin itm. 1(1 2 .rlii, t
La ni'icci i-eu(anhr-%e pjr~tczii bkn. 'i1A TIrII% q i-I)uI:- ItJ Por 'c'.H l.1A \~ol.,(J~~ &
De c ~uHA%1r 11Y 0 KiGEfIATION K X VUK Lecs hita. iUmas se pirep.xiaicnt A en- i
171 AP 1)L UGVTL P09 11voyer desmajrtins 8rnhtic~aiti5enl HAiti irdsa..: um )yCivecnitte
I clelui qui one foa aretrouv.or m a ril OikM 14U URnxs C wTF akPILIOU pour3pritege.r L douanses ci lego utlNenfAdnt. Mine LO uylyser, Mi'n julje
F a i s Dv e r 1 8 116 41 11a tal a s e Va OIAst9 (1101 166 6li ow i. V 19OilK & A CKW M V. V -k %G kI1IU 191T verne wntani a .dors. 'A liiaes G l M i g T .B u e
Fwin pIaic rs-e ; tlasole 6tk i t, tioarcsjwik ASGUOK. Le plan tut connu cn iI.'wi ctI,.%L ) HD r -tuMtTic.
WV. 1.U .tro's hoinzwl; d `;.rm&6 par 1Z mor lu-
0 W. BUCIIl ILA cWt)tIFNT QUM LK c~oN*TR(%LK V. ren It isaf~invo, %, quits Nerstelli tulck DEPARtT
FMUISEIGNEME14TS N meiiie h la m*ihLA I'c6iKrCTIO?4 DII KKVS.NUS K"T' aand. l~aisscr IlIiel'..t s i3oi~ommsl~-
W&XTx;OROL.OJQU]LS E'rxr. ui ctre impe-sannel 1L% VKAIE SOLU7TION. s.Alres rleon.icllt.ItR.4),iapwIilleivil 11 of-Haflo :0.Mlr
1JLSSI1VxI(J! HE dOsat iA rF41SOll wzLr~aJ.sii pat b~eaJ eL K'Cs ~DSK Itur mijssioni ctZi si-or .k. 1mA in.tMono). MI8IIIft \lnc~.Ar
4 gN~aECLaFI~mt U It % P. y. I)UTa. sft d'&ic renvcr%' du pourvair paw Hna ThAIUo161118% i'aq C rp
DU 1. 1-.S I iV IN A XC I K 4. .'UNT IL VVI" & TS 16tquc d 'es'.averde Ii)41L1.11 nraU i G au lbo.,. N Aj C i.-' r l
~.AI~i'MA~url -- -...-. .""P ..-. TOU14LKA ENTiFR~P' 14 Uas Lt-1, aVeC Its EtutN-U'iis.. $ A.*syusA 5.
SAINT-MARIA11 -UBLQUE. ET A04101KIIUNKI A llikos sintei.ini que Re IDr 13zbolf Bhla1141ard, AMame J4. cj
IS1VIIC.%1 des AGENTS de C33UlE 'aM) % 14:4s;c:N -411,I11% 11. :K E itIk K it -'on anni-.mcric~i:n clktJtr tccs;L&-a ,ti a MoSAuR,,A J
Damaaancle W ?Aoftud m~~'~t 11015 MAis:'a.:IK AU DIV"IAID. temps. et que I c %csuiieur IDartg- aI ..icaar*N Lt i
*~ midi is hcurestdu m~am i 'VIA COMMERCIAL. AIII-4*0.K 1%Nynwe. oravericrnemtia oi. cit ity&ettr del ~i~'u Dey,.\
ma1sal'uuif 604 AENV110 _0143-%VAI IK 9reaton i11.14 Mi 1% AXI ( ;L harles ieuuI~n.mni1iit sLONM
Teml.Armtur. m33sa1lCOUPS jDE BOURSE C1 .t..ji ue i-4)z ii p.utio't Jus~oI 41t as .A~cA.ju.
-- fllOn par Ns Iau11IalscA. Afil, a'
dialia ,~ --prolultun rr lh n,russ,: .icitfiiicvisie .%i~ I.ntD.Fouche..
un csimaiigcinnni Vern Art IC rwv- Kmk Z r, ke, E ac t C n. I
,uw n Or am iIri jn n 555'/2 prime ILinform n-von .1hi-te A 1le ition d~ansIs L tiatude c aiic.Is 1kuha- D J Y`w%
Giel nuagcux t.'ute la journile. ,I)utit: mi. -dfi aitt vi 28o id vilnoin cuIt & jne lt Wald qu,- Ilegtouvcr lins
Pluie aux environs.. A 7 heures Lktte in~d'ilaiatt1911 7$ ad v~A nowst iencilt atn~iriln a dkitttcd m~et''~- u.utre gr,'nJ ob,-ale. .1 art t cite
pu d'osage sur le lieu :5.1lm Ill. DRic ill it1914 -vA a So ad va~lil I1,1 re lordie dasns I i mWiolsnlItAitieiine. 3jjI-I m urs..' ushstin
La btise dubil'-Omie st a czUlite lilt. 1914 0 It a so ad v~aI.nom dst I 'occtipit 'iol trc n&est~ir. piur qui csnb.irrio.: tit 1,:,;E' Is,1-UsikdmJ &nRVII
4La.1[i ot'saani bCispc do la't.rn.ausest as'I
forge ; haumw JdanssI z pilks:-iidi. lt't~d lit:%rwYik i '1 11200 p. f~tic,:mj)trette !pcrll ion. (:t-; J mii.,iI-rII z ,,* Aell ~kn -%nM rh.RIVjsE
Une pertiusbAtion vnod.~ree ux er.-.II uCUrNc-louk11b11),, J t h 't&l A.1 PII.11, e inonie dsc dt% Ciitr'e arncr lii V1t.111k ue 1e'. I'ui-Xie IicNint il i ,
vitios; cite adicpasse notre rt-gion. (.Ilc ILIC sr I'aris Pess 2 Ojee.Ctc flijies Jotremeltre unekill--LII 5ai-
Ians%icrt sur P Vx l.r 2 UO Opri. V'alutiotls quo ruineii! IIlilt q. le ttrL)c.x i_-pttc. 1' etli
J.CILILI Wet d G' .. qc xcra a it'cc ~Ci oi LAW.1 itll Xi le. _rr
1 010 L~x settle solutitont tZalCs des pei- ius. 5/)cw rf:.r Uauuutc, (-. rll
2 00 SZ~ntc i~ rlecoreso d du -ctt if". poitcll re.r :Iics Cv
L~lirdN.~~J 01 CSolfpiesonu~es v~ i ccrcpsdani d f I Iiavant Tie lIci I-~:~~ Gill HIypole, hle-
1A Mlouaileuer public Is lea su IralJ. est lec ontal c lpe~p it ptru sur ItIi .L.s n ,I."X -mii;.hnnnc
vantes. I ~~tioni tcsI recvnus des douancs. Ics-! de C Paris, ann c il st V., *e',, llmnul 'litiiel~vr
EihduI~h*),bi0 quelis dcciinment a;n~ rea.r- 6f.5 ittcrcts trxi'1;. i ': )v i. ~I(.0 35
La urrntJNI d%.cflkuts Cxtrai-Jtiflairc et WWWY..,ne rorter~aient des so nines beaucoup C 11et p ).Iiq~ue 1.2 licC e~t Ia c-I
~IteA~ircs au J.-portclriwnsitic I-iitirwur d 7.'ile lsiipnatsu'aIl n taf ut pour'queni du p u igr in I %e:oa .-s Aiu gnu-Au
pow le froi,- jdn.ai itsem 'dui nou'cju (,oUvi- 91
NOAMaty lai.& vf -o- pupayer les ,M001%''es defies de l~aW-vre mdeWil 1Als
b&4". i ii J-plx 1 -Vrk p- ensnstJe\~',i'4~,.I Lesoussi' i.. .dvVInt eq r
-Anr~t~rapportannk--. Xci ipultkni pub!ique ci c.qilibrer le b~adget. Les de r,:!a-- i d .I sa II-iaI A em)lit re tit arlIr
doalsi Goutir~l du l i XH Les statistiques mrofltfrft que (du que Ic Nlsni~tre.al~ell) 1.13 llI I iti duplic-tia. atiliale sa fcaudilvLj Ill-
~Atis m ni dur C A'111. i r do i e 91 a 3 epie bre lle do~tc jt Flutz 1'cilxc i n iliii' ila t, vier, i9 tj c~, ot p ot s .' r i v
Camsauwnicjtionm JcL% I.,ar~rue Je ]IUtidn 1914. Re'a douanes ont r~pportl 26 comine 1CtOJ~)ars se prarilp if l 03taclCc cc cet eI --d, : Fv i r sig iS .\Iin
fiolk ne au S..rct~ire d1 St FJ4 ii)JI" .t ~Los.%Inlml~iter F irilirCharles Germauc millions de franacs. .au rq4;"e~ntnt J%:% all.wircs .-1dit' i prVveJulien Courtoias. quit a pridam
.. I -Lt~ats ~iCc j.1..-atjg


.- na. -- .n-c au i S,, IoAUiI ,i Naquit .j Port-au-Plince le $ 1c-
Et des dnrcsei'~ort poiint.It : iiois ,
di JMin- 9ni( Reproduction. ) ; vrie lt 47. l)-..bord elive des FiF rcs
Avis aJdm Mrajitn -\is Jicr,,. dc ITastiuctlio, Chraticnne, il pasj.a
a- Irtin ica inob, rationss nt o:.i ue au Lv.e P.tiIon ou iil it ses huma-
am P au 16 Jumial Ii.
1s Cares i PS.'-de P n II 11ppiit Iarpceiitai. l etit .i
prLsidJ pcIndant quCqucs iiianlcLs l1.
Des Jdsordr.s otl failli se pro- coipot.anao. des Arpenteurs-Geoine-
duire A Port-de-Paix ou des cacos, ires de cicle ville. Aide Ingunicur, il
sons la direction de Phil.mon JeuJy lit lI track& de l.a ligne de cliemins de
sont entries la semaine dernicre alar- tcr de Port-au-Prnmce a Lkogane.
asnt Is population. Eleve bicvctl- de I'ccole d artullcric
Rhunissant le commerce de cette tonde par le Przsident Sjaomon. il
vile, les cacos lui r&clamiZrent fut envoys A Williamson par Ic
de Iargent. Le commerce objects gouvernemnent de Lcgitime come
quil y avait un gouvernement pointicur bord d'un navire de I'Etat
ftabli et qu'il ne pouvait ainst livrcr I rlut fait prisonnier par les cacos,
a loods i desindividus sans qua- et sans 1-arrivce inopipine du Geuc-
litA de signer des engagements. ral Bienne Bastien, il aurmit 6tio tu-
Les cacos se rtirbient furieu>. silhl.
des menaces i la bouhe. Commandant en chel de la Coin-
La petits boutiquiers. effray4s se pagnie des Pompiers libres de la
emtilrent et. ayant reuni use valour Capitale. il se devoua tant A cette
de 700 gourdes environ, la remi- bonnie c uvre qu'il fut ddcor6 d'une
remt sx brigands. mcdaille d'or.
Mais plus tard les ambricains mis Charles Germain 6tait un journa-
courant, occupirent le Port-Je- listed de talent, il collabora a i'Her-
tai d'o6 les cacos sc retiiurent en mine, A 'limpaitial ct A beaucoup
M *adae. i autr.s journaux.
JA k L4 w En 1902. il pousa la cause de Mr
st Mr Charles abert Cas AlUtnor Firinin et partit le rejoindre
S'i.s 3lr Chlm r, Maubert Cnam aux Go naives, p.us alla au Liabw
Sde oIArrondissement o il 5fit preuve dune bravoure che-
as I Aofg*.! valecresque au diredeses compagnons
Noe mnoos rfjouissons avec I'intd- d'armes. A la debacle des t onaives
geMe population de lAoAne. de il s'exila A league et ne revint que
*Mr se eonfants lea plus aimre quelques ours avant la chute du
4amle pl s t ia, appelA ce poete Gneral Nord.
et My a tg do bie & (atire. Sons Leconte il fat aomair Di-
ewPilRn s efnwrteri de mut ? recteur du Service Hlydraulique et
Nousattirons lattemion de qui fut ra'oque par lancrcde Auguste.
de droit sur les vols qui se commet- Appele par son cousin le general
tent nuitamment au poste miliSai- Orcstc Zamor au Commandement
s du quarter du Poste Marchand. de cut arrondissement, il tut un pro-
Pes cambrioleurs vont IA chaque tectcur ze6l de la so.:iet. 11 partit
soir entire xl beures et minuet elt avec 1: lPrsidcnt pour combattre la
salivent lesmattriaux qui ont serve ai aRvolution du Nord, et D6dlgu6 Ex-
la construction de ce post. Si ca traordinairc dugouvernement. il pnit
.continue. bient6t ils I'auront enti- raIc comn and es ient des troupes op
isment dImoli. rant cone les insuig~s de la Grande
II suft d'une surveillance active RiviCre. Le our de la prestation de
Powar u'o. surprenne ces ouvriers serment de Vilbrun Guillaume Sam,
de nut qui aiment mieux dImolif il fta arctl A la maison Nationale
quo de bitir et dkpost en prison, ou six moss
e .... tm..... .i- plus tard, he 37 Jlullet, il fut assassa-
m*f__. wUlblien ni de deux coups de manchette A Ia
Nous avons re u do la Banque tete.
Natisoale de la Republique d'Haiti 11 se trouvait dans le deuiikme
asm important brochure annuelle, carre avec Celcis, Faubert et autes.
dite e 1 Decembre 1914 et con- Son pose et sa fille n'ot jamais
MotA des renscigncments financiers pu le voir m4me une fois =mdat
IMl2quesam et coaomiqqes aur Haiti ess six mois do captivity.
SI red intiert. Charles Germain a lale mtoe ve-
so eooyo.s nos lecteurs a cat air dam ai hom d O.
a*f ^^- ,p p !3 .. ** '" .. .. ... ..-<^- ^ ^B^^t^wi


Ludemise do CapWillieusa* ir par
amrlrp A.omfre-miral izarmeriam


Q.sa:id Ici Etats-Uais. ii v a Jeux


ans (2) chlcrchte'i:ii ob'enir lc con-
IL. I i\ .i, ti: a.'.t':N!-T;i\ TI.N trile sur laiti. ce t'ar nt le, l al!e-
IE: 'r t.T N. \ :%K ;r .:, t-a-. I in in.lus qui i ui bi i :ii. it la. ru)Lcle.
A I.tl.I-;:- MIi'IaI I vYtA .i Les l.iatl-Ulna p:op~o.,:rc:it onl on-
1On4 l oLj i.:s -sEI< i WA. III. tiennes. ct le cojnlte \'o ll- I,_rnltCf.
herald Il Bure.au N ) i0o2. II. Street N., ambassador allcm ndl.protesta oner-
W. Wah.ington D. C. dimanche. giqlucritcn au D.paitevm=nt d'Et-at.
u rapport dCot-mir.al i 11 esit incontest.ib!e qie l.a p3liti-:
Srapport d Conr-miral Wl- que des Etats-U:iis en 11 iti est diri-
liam II Caperto: au Dlpartement e contre le co-ntro'e d'llaiti par les
de la Marine intorme que la douane A1ema nJ. L.2I a11;i:ncntl alle-
du Cap-Huitien a tk rse et place Anema n I latison gi d.nt coae-
sons I'dministratioi au pay-maiter MInds en 1l116sant icguda- comme
sous .Jjministratio~i dufpavsl3% ^,not arnicaux taun aux i mtc.Z's aincl-
Charles Morris.duCroiseur Washing noamicn qaux itantauts de s ahu-
ton. Le contre-amiral ne parole pa ae madait ct Ics Eta',s-Uais. dans la
la douane de Port-au-Ptince. La d- prmsnte situation. doivent simple-
pache du H&raldde Paris taisant part meant dntruire i'nitluence allemande.
de I'opinion favorable au contr6le Lonr attend AIce quec 'Allemagne
amnricain en Haiti. manifested par rsinte tcc plan mais. il ne peut y
les homes d'atfaires fran'*is et le avoir de doute sur le succai du pro-
CAble de Port au-Prince qua cite le gramme am~ricain. maintensant queo
Dr Rosalvo Bobo et le S6nateur Dar- Iesdominanisintr~ts-financierstran.
tigucnave comme Itant en lavenr de lsdominant favorables-financiers ran.
Iappui amrircain et d un traits de re*. ais sont favorables au contr6le am-
lations plus intimes avec les Etats- rsai.
Unis out excite beaucoup d'inttrt. Les n&gociants allemands en Hai-
Les intkrcts trancais,iatlrets finan ti ont finance les revolutions qui
clers dominants de Itle, d rsireux de out arrosk l-ie de sang et les Alle-
voir 6tablir u.n contr6le fiscal amr- mands n'ont fait tout cela que pour
ricain, et les candidates haitiens A la amener le gouvernement haitien, en
pr6sidence declarant ouvertemet derniere analyse, eous le contr6le
leur bonne disposition por ltabltr allemand do gouvernement de cette
t une service de relations des plus IRpublique des Antilles. ce que le
soliNes entree lea Etats-Unit et Hai- gouvernement des Etats-Unis me see-
ti sont considtrds par les bauts looc- rat sufiir., car ce contr6le heate--
tionnaires ici comme Indiquant que rait les int&rts imilTitairis s4tans del
Ia voice a 0t,6 ouverte A cc pays pour Etats-Unis dans la d fense de son
qu'il raalise ces choses en Haiti que commerce par le canal de Panama.
denmandent A la fois et les int&rkts de Mais les intkr&ts allemands en Haiti.
I'humanite et les int6rers militaires sont en minority dans les arrange-
d(s Etats-Unis. ments financiers qui affectent le,
Comment les declarations du Dr Gouvernement et avecla cooperation1
Bobo et du Sdnateur Dartiguenave des intkrcts francais. les Allemands
sont significatives et agrlables A seront une quantity de peu d'impor-
Washington. cela peut etre facile- tance.
ment apprkci6 quand on considre 11
qu'il y a uelques mots, trois hai- New-) rk Herald le 9 AowU
tiens qui talent charges do trait6 de
relations avec les Etats-Unis don't il
est plus haut parld, ont #t_ menagc b *ateur Lhdrisson du pr de coemowiot 5.
de monrt et ont t oblige. de renoo- pwf rme parM .'Bar mc.o a
cer I leur mission. 4mm ipmm di t. Aos- MiCinO 'dsmam
Ciait durant administration do wan msw a -C- y- i
president Zamor qui. A bout de t-e- eigq W k i J aa ,
sources. comprit qu'il as pomrait
plus se maintenir au pouvoir sans le (2) Ctait sous Zamor Le Ministre allemand s1'-
concours des Etats-Unis.(t) Le gou, "it pr~at au.Palas A ctte fin. Le Prdsident
vZaw S aoqlefamcd aira. r'us auSCarnus
[(t)odLr ; c Do e eFr o iu (cA 9ruiiire _u i- 4 lp do ta
< >Le Herald *** iD keS uzmor.Dowtmw..4.nrcl hduadinuisugefmW et de u i d6cisios
Ps 4 LN i mio. s -'J N LaL d1am w. N. D.


F. COUKU,0b
Lec soussignak. juge au Ti zrsAl
Civil de cc ressort. ayani p--ria son
rt*ua di soi Moll e Invi:c de cet~e
awnc. le, Ichr.c aenu.aldupliari .ie-'
vant en &We dress..
Port-.au-Prinze Ile;1t.4oolT


A. SAIXY IO\IE


Liguu 11olaacdaise


~~~I IAr I IS N I .q~I loit 'u- I ls
Init histI sor% 1'eaA\V, I EH




re I ou01vectt *I'Ix .de lux'.,
I I Ify tas do Secon :e clan5&


beau valfeur 1teut licilleuiitulrem


L~e Sicamuer Pr~i.msder i'e'
dim vwiafift do Ntew-1'0in
I hill leiv, Port de Pais, ola
el S diiMt,%rcserzaici \clihJ
3 Scglie'bre.
11 hisiera dans is soirt~ePOW
i'eiii Goave, Mirig~aao8 R
!(ayes. Jacinel, Guraga0 l
rope.
IPorn au Prince, le 27 A0111
A uG. AHRNI)TS
Agent



Le soussign'd declare as Publif 4
au commerce avoir C'919 ies no
des mois de DMcembre 191 4, 112"a
et Ft~vrier i915 des so .iPPOI80
ments d'administratcur de5
de JacmeI sdkevaflt ensefle 11
some de Dix-huit cCAU
It les d~claie nmaldol d.arl~
vant lui en 6tre dilivsts.
Port-au-Prince, le 29 Mal 1 91$
B3. C3A

Charles MilerW
NOTAIRE
si. Rut du Porh 31


I - m wj mh


I


__