<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02423
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 20, 1915
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02423

Full Text


low1'MI


*91111 CAITINIS


terei haS t~ HI


frot.TMAGWIBE



pORT AU PRIINCE


* *N 1

S*T *.% .GE


S


,) tq


G 2.~
~*1N


j


J


OUOTIDIEN


RACDACTION ADMINISTRATION
8. Rue Amdricaine IS.


aJus du jourqit
e .0 ut- Trouche
41 Co.)19 11.21


% w 19. lenamisO
v COMPGUY %*

- soot pu rendw

rai'ahe' d aut-~c


I d -l- pb G -. -_____mdlm


OCCUPATION AMERICAINE

AATIONS du Colonel L. W. WALLER Comman
Id" Forces maritimes exp6ditionnaires d'Haiti


de notre entrelilet con-
t.. Procedi 's |ui nous
alt ignales de la part de
wiIos et soldats do I'occu-
trincine, nous avons eu
avec le colonel L. W.
commandant des forces
.xp.dittionnaires d llati.
L W. T Waller nous
do nous recevoir A
Qwide Bernard, au Champ
ei II s tent. C'tst un of
h physiono'nme iimpoaante et
i langago laisse devi-
r fdm4rge, de la voluntc


all omines pas venus ict
-,nomsdt il. Nous avons
slls do travailler & remnet-
r sMrdes bases solides et
di paix, de stability et de
ICdre done vous dire que
I~~gl soldats de l'occu-
ashricanne qua se aeraient
ipables d'actea repr hen-
nmmt puma avec Isa ernm6re

In Ams publiW dans votre
Vim information annoncant
rtli malheureux 'se sont
111&Petion-Ville. Or, spres
quatt nunutUeuse que fat or-
lIa616 prouvc que lea fits
iOhmt absolumnieits faux. Je
Mque vous n'ayez contrtodk
ItM ration. Mais votre loyau-
*hitlobligation, at vous aus
il cOtW, vous n'avez pu
kbprauve de ce que vous
yMd, de rectilier dans le

*politique des Etats nijis n'est
|ipotiique de terreur. Nou-w
i meareament le boniteur du
Hilaa het eanplcher, par totns
Pl111 1 notre pouvoir, que
aimons conitinluent A boule-
Irpays. Notre inission eat
6 pax et de conciliation;
4S*-ftoua le droit de onous
Wd marle.is d hlostilita quI
1 pea .r ju.Uli6es.
IOA raimeent a;se plaindre
cfoe. ,pournluoi tie vient-
D*dwent a nous au lit u
bl People centre nous at
ll i k crser des diflicul-
ha Coonsquences seraient

Pr obligation imp6rieuse
lea vies humaines
de garantir Isa s-
absolue. de maintenir
7 S- gant lea institutions


~i1D Diver8l


A~NMMMENTS
P, baiOROLOGIQUES
I UbMRVATOIRE
~ Du
CDL~gGE
SAINT-MdARTIAl
19 Ao6t 1915


2
a misterna
'* 4 mazlmma
*1'
*SVsmms dime..

~m~a4ie: rn-I


~sLw
-


nationals. d aihler le Iavs A me re-
lever de ses tinieis et A revarder
l'avemnr avec eonrtlance. Pour ac-
comphar ce progranmmne, nous de
inandois lo conicours do tous; je
vous demand votre concours.
a Mettez-vous en garde centre ceux
qui Totis apportetiont do fa(usses
notvelles; j, serai en droit d'exer
cer des poursultes centre voiu coin
me j e erai tliijours dispol s 4 chl
tier trie- seviretmient ceu x qn s Oil-
blieraient jusi|'ai" mn-connaitre lea
instructions qua leur sont donntees
et A commettre des actes mauvais..

Nous soinines obttg4s d'avouer
que nous n'avona pu trouver de
preuves pour appuyer les fats con-
cernant lPttoit Vtlle et nous n'1tIsi-
tons pas a declarer qiie nous les
croyons denues de fondernent. Nous
donnons I'assurance au colonel Wal
ler que nous nons entourerona de
toutes nos pr6cautiona pour que
notre service d'nf,)rmnatons ne pu-
blic rion qua n'ait t control et
vrifil0 tel a toulours t6W d'ailleurs
le prancipe do notru journal qui
prend Is resplnsabditil de ce qu'il
advance. Les faits qua nous seront
d4noncAs saerot accoinpagnes de
faits, de circonstances et de details
precis. De cette fteonf les autorites
arnt.icaines, averties, prendront des
inesures pour que perasonne n ait A
se plaindre de proc4dtds reprehen-
sables,

*Nous alloins vous setvir avec fran
clihae t mincerittu nous dit tl colo
nelt ; nIous Vots doaiueronis tous les
relnseigneineiits que vous tious de-
luanderez et iqu poturroit t'tre utiles
au public,. Nois ag ssis avec lo.
vaute et di',itue. .Nus ,vowas de
andoi l.* leinline trailtenenlt. Ausf,
lonlgtelp(s ie inous trav.ialleron4
salis patti-piis et dant le imoeto but
du lpro)rte, do la laix et e *le la civi
lisation, nuts serious d'accord.
Nous pronong congi.i( di colonel
qtm. avec des iai.Iteres pleiies de
courtoisie, nouis renouvelle I'assu-
rance qu'il ne tolera aucune faute
de la part dq sea hoimnes.
11 nous announce que des puni-
tiona seront anflig es A deux do sea
hoummes qui. apr6s enqulte ont
6tw reconnus coupables de s'etre in-
troduits, la nuit, dansa Is cour d'une
famille habitant en face do I'6glise
du Sacr6-Cusur, A Turgeau.
Nous le remercions au nom de
'la population.


i Le elome a Aqaim
Une correspondence reueP hier sit-
gnale les eflroyables eftets du cyclo-
ne A Aquin. Soixante-huit masons
ont disparu ainsi que le Calvaire,l'E-
glise, le Warf. Les principals cons-
tructions n'ont pu resister A la vio-
lence de 'ouragan.
Le deput6 Thard David a deman-
di A la Chambre des secours pour
L'intiressante Commune.
Cmeert as Champde-lan


Hier aprds-midl ontre 5 hoarseset
MUS 7 hearse, Is corps do musique do
22.9 Is brigade amdricelne seGot fait on-
W,9 tsfldM anm kiosqume do Champ-do-
More, dons one sults d olla o~sr-
Quokis8%,concet nWalt pas 46m
an~g~H att~lescependutant r
I2 muss omomres do promefnowL
avow motd Is kirm Oa f Saslow
I.~ ~~~~~ _m 1 4SS~a bols sd


Sernice h)drawliquir
Par decipi, du l)& prternent des
Travaux Pub.ics. Mr lionce Labi-
dou.'ingenieur du Gouverncment a
Wet chjar~ de la direction du Servi-
ce hydraulique.
A SWsat
M Larnautte, sous chef des bu-
reaux replace M. C. S. Maignan,
uomme chefde b.Aieaju.
La Chambre des Comptas
A la stance d'haer, le Snat a pro-
cd A l' election d'un membre de la
Ch.mbre des Comptes en rempla-
cement de M. Emile Elie nommin
secritairz d'Etat dcs Finances.
C est M. 1. f. Tassy qua a.tt lu
par le Grand Corps.
Cisfma-Parisiama
Soirte trks riussiec hier A Parisiana
ou quelques spectat.urs ne sont di-
vertis tort agr.ablement.
Le clou de la representation a et
* Plus fort que Sherlock Holmes a
qui provoqua des applaudissements
enthousiastes et trs mdrites.
Neweau Joeural
'Vient de paraitre Ilmprimeris
St-facques un journal bi-hebdoma-
daire avant pour titre Haits Intgrale
et pour directeur-g&rant M. Elie
Guitln.
En retour de son cordial salut nous
lui souhaitons tout le succ~s possi-
ble.
6 La Patrie i
Notre confr&e nous price J'annon-
cer qu'il paralt demain avec des ma-
titres importantes,
On lira un discourses de ( norie'


LA EW Efifi:U IiOrCENN


U~ secret des Dieux


Esvon. es tic %,oir.: ucsq IIL t al 1
Jr [n.e Ic ( cn,r~d flliidCflb)l i.t. e,
crois qu'ot le silt 111.11% qu'ori ose le
dare. .Xtacornimcriccement il ~arilt. peut
Ctrc, 2a& ditbic Yde It: dire. Mais le
plin est dessane NOul nesavon'. pas,
peut-Otre. l'. rno'.en-jk'.uO11 erploie-
ra pour le mencr a cx~utiun.
lout :c que le sali c~e-t qUe ce re
i'OUlcmenCt %All',paredl qu'ac:omnplas-
sent Ic'. arrn~cs de %on Micken'.en
en coop~ratiozl alcc ICS Armces a.ns-
tro-hongrotses est ul1C paric du plan
de lhindeaibourg est un des grAnds
rnOVCns. $iCVc aic't l Im HnAp~al.pour
vamrencr Au 'uzxis. I)Ans Itout CIJ 11
'nv a pas. beaucoup 4 savoir cir les
Ailcina'iJs cu\-ninimcs saufleI (jc!2t-
r~AI enChef, (quiq ues membrcs sp
ciaux de I 1;vAt-1in.1jor SAd'.ll.t IA gr~Aai.
.deur h4n1 ~ L.. d opir~Ations
'qua wc funt co): ,tic a Rive.Ausii a,.
jaujourd~hui. Ilc Russes pr.aiientent4
ce qua! pcut ad'.c.ii~r, au coml-flefce-
mcnt i:5 imaiciii pu eanployeai ousI
les cspions p&)ssibles, le anvslere Au-I
rait ete arinpvnetrable.Cirl pvt iEm-
I eicuretCL I 1 r n11 ,,CL l qArtaers de llr-
ian et de Vac~nnc it n') avaii que trois
hommnes dan'. lesecret des Dicux.Ces
hommes Nont jpxsque tout le temps.
entire le% anurs. Liit eh~te.,aa mrder,ie
de Iosr 1 vt un L&- ct-s h'rnrnL'-
rntaltaP1ae SWLi ent JI.i I a:fii ur

homn meN so-i ,- Ic c t i\Ire,:h i &de


Quelques mndectns
hailiepts vislitent
le bdteau-hI6pltu



Sur l'invitation de M. le Dr R M.
Knncedy. aspect-ur 'medical de la
M.tinc des Etats-Unis, uelues,.
encmbres du Corps Medical I'ami-n
oni t.it visit r htcr apr&s-midi. It bA-
Sttau h6pital am.ricaan en rade
A ; hlcures 20 minutes pr&1cite.
U'hLure du rtandcz-vous,une c h.loup,
est vcnue chtcr.hcr lei vissaeurt qui
furent tindus i bord en moins de
10 minutes.
On visit. d ibord la salle des tu-
birculeux, puts sucesivement la s te
medicale,cclle pour Ics maladies ht-
rurgicalcs, la salle d'oprations qui
est simplemcnt une merveille. Ire .-
birnet d Jcinttic. la pharmnacie dont
Ie Jd'p6t fori id.ible content to-.t le
labor.a: irc o' leis J rntires experac l-
ces faites faicnit \.Wassermann -: la
recherchle du tricocephale, le caba.,t
,iC I t-l.-,r.'!lnh c sails til. le cabi 'et
de phsiquceou furent taitcs devaut
les vistiutics des experiences sur Irs
rayons X Let etc. *Partout cest la
propret6 minutieuse, cc sont les pre-
cautions rationnelles paases pour as-
surcr'l'asepsie et l'anttsepsie. tout est
pre u, classes et rien ne manque A
cette installation medical reluisante
qua done une inmpission de sreie
.t dJ- trItonphe scientitiques
.\ JIs c.hinges de vues nom-
bri ., i A is lesucls on rein arlu
;,a ,. >ii te dJ ac's p nalLIM J boiJ. uL e p';tO'-


Sylvain, President de UL',iop Palri,-t- eiind nbouri. Ce LIt1d ,tIttf. -n ,phi, ptisc e c coinhlun signif le
tique ; la Diflaration du comitr de ch).- 'litat-\ )j ,r r l Colonel lt- jl e a dc I t. L -t a qua mo1u .. it
redaction du journal ; des articles tI manner son p' i!: Ji'a1l aide. L.i. 'sI mnitblek iiviitatin. L'li i U putt
de MM. Fdmond Laforest Fleuv cc moderne .hdTce u ti e Posea et s' %Loc \.t i six h'curcs.
Fequire un Bull'et, de l-tra :,er, succursale dc ricr Ico\ l ol se irouve itaic:nt pr& cuuts a ceite vis,te :
de D. 1. ; une revue commercial Ma.kcnsen siIt cetIit-lie.es leN forces \I.. ls l)o tcuur Paul SIorron. di-
des faits divers, etc. d impulsion .1- c iaintecs.lu 0 mou- rc..tur dI c l-:olt.Nation.,le de .Mt-
On trouvera La Pairie A Impri- venlnt qutdoit n.t,.rclcr ct morclt.r dccine tI J.-: lPh irmiaie. RKicot. Peri.
mere Maxime Crpin. I'enincini de Ia littijue .ux CarpT.- g,,d M.i.hon. Hlson Biron. Bruno.
these jusquMit .olx nfiral de la Bnuko- .Nino-. protf'sscurs : Lchaud. pres.-
La peet de s$erilk s.v.p. vine ct d. la Ilkss .bic Une ttc a dent da (>:,3iscll le sante, et F. D-
Depuis quelques jours se commet- sous sa direCtio'i Ic le partement des lencour, mcdecin-chet de 'h6pital
tent un peu partout des vols auda- routes. !ui et ses iides connaissent militaire de Port-au-Prance.
cieux qui inquikient le sfmilIes chiqne me.tt Le sctieCr. ie route
Le No 6j. rue Courbe. a etc visit sur unf tront de pt, ." d lax-hut cent -
avant-hier ; au No 68, meme rue. milles;'son dcvoir est d'avser le ma-
un vol avect fraction a dt6 commis; rechal de HttiJenboirg A quel degr* Uae interpellatiotI
A l'angle des rues Traversiere et du les troupes peuvent se mouvoif sur
Magasin de l'ttat, chez A. L. Gud- telle ou ielle route, comment cclles au Sinsat
rin, le mur a itt perform dans la nuit qui ont des dfectuosit6% peuvent!
de dimanche A lundi ; au magasin, tre rendues praticables. Un autre ai
de Henri Brisson. dans la nuit de pour mission d-operer la concentra-
mercred* A jeudi un vol important, tion des troupes pour le: faire don- A I astalaea d4slter, pelleatonai
de marchandises a et6 commit, etc. ner aux points critiques. lais la di cussion a ef6ti txai.
Nousappelons la serieuse atten- Remarqucz que Is rap ide concer- a vendredi, 27 AoOt.
tion de qua de droit pour une aur- traction des troupes et le project de
veillance de jour et de nuit absolu- lefaire donncr au moment op- Le s'nateur soussign/, profopid-AMt
meant n6cessaire pour Ia s6curntt des portun a toujours fait comprendre ba lea *it uation actuelle d-n.a .de
uns et des autres. que le allemands combattaient en "', Siat : di^aeipeller touta Cubi,,t
Fiamapilles sombre suprieur sur les champs
Nous avrons recu aec plaisir le de bataille quoique numtriquement to L olitie garale dm p-
Nous avons recu avec Plasir le fuelieurs comme total sus Allis ct Io Apo neurtres commaido pr
faire-part des fianeailles de Mile Ani- f ur come total aux Allies et s eurtrs scomimirs .
ta Gauvin avec Mr. Edgaid Fantan. urtout au Russe. Atrira pl u
Un autre est A la tete du diparte- swas d fenase.
NSave&le a Is ltmn ,4.Mrnt medical demm nneli -elui ou 3o La isolation n de domicile d o f-
...~... .. --3---__-I- 5-


i. Pourquoi saimezvous taut los
borgnes?
Parcel quo cc son: des domnis



ITIDIAT din AGIMlde IZ&GR

COUPS DE BOURSE

Or am~rlcain 16o 'I' me
EWW eIULdlItiU 19 12 So ad v"IDom
Dete at Inbd 1911 z7 5 14 va DOM
DnuelaL 1914 aeA o ad aLnom
Dnii.ImL i191a B a joad al-nom
I~t~ii1pi'.9 6 aerno


est pr6post A taire aboutir les provi-
sions ntcessaires A cette immense
quantity d homes et de chevaux A'
I here exacte. Et ainsi de suite pour
toutes les autres branches et remar-
quez bien que tout' s'accomplit avec
discipline et methode et remarques
encore que le moindre pfennig nest
pas d6penst inutilement.
Chacun de ces otficiers a un don
special pour sabranche avec un long
entratnement et une etude intensive
qui ont fait de lui un expert. Ce nest
U qu'une mince idee de ce cosmos
milhtaire quinousecrase de sa pertec-
tion et de son immenati6.
FRANK SAINT.-CEIRE


forepates families paisibles dais ic *br
d'abuser des femines.
BAussA.v


Avis
L'Administrateur Giniral des Poo-
tes, en vue de privenir toutes r6 ea-
mations relatives au courier do
mercredi i i courant, informe le pu-
blic et le commerce que le sac de
coespodances de Port-au-Princq
pour lacmel. appeit une dip*.
che t6l6graphique du Directeur de
cet office, a 6t6 emport6 par la
crue des rivikres. consequence dia
cyclone de jeudi dernier.
Port-au,Princc, Ic so Ao t 16tq


__ __


-AC-PIIINCK ( limit'


b




Li MARTIN


Le8l viclimesI
du 2Juillel I


Lude% ic Iwasquis
I Udovic P~squis. fils de lean %IAr-
liaiI'anquis. cosntneii.aiuI fran~aii ct
de MNicik Mjisonalieu ve, ti6 Aa Cap-
Hattiesi le Mit 188o. 11 corn nen,;A
ses d6tudes chez Ics Fii~es de linstruc
Sion Chr~~ticnic et les continua en
France A Janson de Saliv. ou il fut
tan br~illjnt klk'e. De I A ii passa A
Duvigneau die Lanutaeu pour j I re le%
malibmatiques sp~lales linsuuic 11
eflira A I-cole incdustriclle de Lille
Cuj ii cut son dijph6rie d'Ingt~nicur
chiniste. Pendaint son selour A Lille
il a 0t6 Cham puon A I'esci-tune dinis
UN concours rt~gional.
LUs tudes tctrmintte-, il retourna
dans son payvsCen 1-9 12 et otfirt ses
services au gO~tanl~ Nord qui 1rem.'
ploya dans Ics I ra'.kux de chcmins de
ter du Nord.
11 zSwt tnAtI If .1 t~AMelle Gvrtmainc
Laroche. petite tille leziotre intciul
Ministre D~ibvlmrIndr n osph 11 j hils
sq- qLlatre iillciic~dont i a rnicrc nce
pei-a~dnt sa c~i pi i't J.&rnalis sa f1c-
me n'a Pu ]c \oir en prusn.
11 etait Jan% leic U carr 2L'me C CA-
chot en compagnue du gcnt~ral Chih-
puze: .Miclil, Mr tphirin, lIardinal,
Ludovic l'asq~u,s Ctaitt un d&S jCunes
gem es plus unttr%:.'.snts C1 cs plus
costumes Liu cap-l1autat. 11 a' ii
d'exceliente cs itarons avez V11
brun Guillaume ci tie vattendaut PIS
A etre triStLinent art pour strc eni-
smile .issjsbuu1. dafs son catlaot.
IIavait trente Lfnq .ans.


CRk-ME oe BLAUTL
RtNO DLA PfAVDU OuCf
PRA;C~ve PA*Pumssia
JeCI ^RA D 4A Rw f cas.


I?(ite miur Letlres



(.I Mon~icur !e P rectcur.

,'cr. .ur le N(, .I,, cc Tour d %Ire 'r
dexerrcur',, umprurntes sur le numn-


La


POLITIQIUE 9TRAMIFJIR


P~rotestation
A mneroicaine


Communique

Cabanel partirilierdu Prsidem d'ilaltl

I.e public est inform I qu'A partiri


dIC Lunai 2 courafl. Son ICiccilncTc
l 1 luh.4%iden At L* A R..ii nhhuereeva


Les pattentions allcmandes. la de 8 A o hcures du miin, au Pajais
pression exercke par lIambassadeur National, Place du Ch.mp dt-Mars,
come ilernstoff et par M. Dertburg. ti ,on, en sa rnsid,.nce pounce, sauf
le sac de Louvain et tous les abus d
commis par les Allemands. leur ence sp&al.
avai-nt djiA alin. l'immense majo- Port-au-Prince, e 20o Aodt 1915
rite de tous ceux qui. parmi les cito- __
yens des lEtats-Unis, ne peuvent se
reclamer d'une origine germanique. Tfligramme fumebre
11 y a quclques-uns des principaux L
organes de la press amnireaine ad- L'n dapc.hc du (C.,p-ll ticn .an
monestalt vigoureusement les Alle- nonc a no ither sourde \1,,,, I if
mands natur.alses qui stvissent l- B l.atrtr enreC de Mr Alphonse
bas commt partout.,c leur signifiait Larur ci d Mlne ccharls orbe
qui'ls devaient rcnoncer A former Suncics ,ondolanccs.
un Etat dans liEtat. Mais de toutes
les protestations qu'a soulevcis sur
le sol de la libre Am&rique le reve Peour les irlimes di 27 Jilllet
de domination universelle qu'avaient --
formi les Hohenzollern et les pan- Voil.ant conwaatrer ine coui it.
germanistes, au:une nest plus sign roti'etA 'i tl ilite s Ies \t itiin s thili 7
ticative que clle lormuie par M. Iulllh**t. lie I iui a Ie uleh ,tilier,
Roosevelt. l i lt I Ii
Le a I )aily Iclgr.ph I, vient de k.ll, t.t I ,ie r ,all e h 1, l es r vie
publier qucdques t xtraits d-une bro- iet l cir.counstenice de itur luort.
chure de I ancien president, intitu-
lie c Pouiquo, ls Etats-Uni de- --
vraent sc jpundre aux Allis (I i U(lantage
Parlant des conitcntuions rddigces A ,
la H ilvc. sous sa presidence, et que #liItPit nCSe
les Allcmiands toulent aux preds N,., v,,. a.ntiii | ; s i, .io r trou
a :cc mipris. M Roosevelt ecrit : v r it i " 'ai autoris. la signature de ces dist ie.ton, .i t r is alll itm z tout ce
conventions Or, elias interdisent la li'il vtmis lut it la
violation des teUtrtoircs neutres et, Soci (tC(j Gtil ra'e
cela va de soi. 1a subjugation des IDE
nations neutres inoffensises zomme
la Belgique. Si )'avais un seul ins- 'Kohla C (IhuLmpjuy HGe

tant suppose que cttte signature des DIm (.m ,it tit'sAllh's
conventions de La Ilaye ne signiiait
absolument rcii quc l'exprcssion
d un pieux disir.qut nimport.quele Lai Lilrairie-P)apeterie
puissance ierait libre de dkdaigner .r
avc inpuni,, au gr, de ses propres de Alie Viard
intreits. je na urais certainement pas
permis que les Etats-Unis partici- A.glesdes Rues du feuire el
passent A uve pareille farce. Violer de, ('.aseri'rs
ces conentions, violer les traits
de neutialitk. comme l'Allemagne lent de rec'voir:
Ia fait pour la Belgique. constitute
un vftrovable crime. Chest le plus Cartes 1'ostales
grave atieniat international qui se I)L i
puisse commettre. nais il nest pas
encore aussi mmprisable, il ne timoi- G terLre Ea ropcCenne
gne pas de tant d-ncapacitt et d'm-
ditt'rence egoiste que l'attitude des Collections des Mel!ieurs livres
Etats-Unis en refusant de remplir des auteurs classiques, romantiques
leurs ol'ligations solennelles et en ct nioderncs :
n'agissant pas comme il serait nices-! Corneille, Rcinc Boileau. de La
saire de le faile pour 6pargner la Fontaine. Moliere, Chateaubiiand,
honte qui sera ia n6tre si nous de Vignyv. ,ializ.i, de Musstt lean
laissons s'accomplir sans protester Rihcpin, I'.ul 1ourgti tic .tILc


ro d licr. 19 du' ourant : un crime que nous sommes solen- Prix : 2 centimes Ie volume.
Dans ma petition A la Chambre nellement ecgagis A empecher ".
des Reprcsentants c-est bien 47 ansi M. Roosevelt s'est evidemment
de services publics. (Quarante sept), souvenu de cet axiome de la sagesse
et dans la relation de la seance de la des nations : Oui aime bien chitie CaI f Saint Louis
Chambre de mercredi dernier, c'est bien ". 11 fouaille Mugoureusement
A aujourd'hui vendredi. 20 courant, ses compatriots. sans craindre de Petit-Four
que les elections sinatoriales ont porter atteinte i la popularity qu'il, Le rendez-vous du select Port-
itt fixes. s'.tait acquise Par ailleurs, cette phi- au-Princien.
Mes cordiaux remerctments, lippique de l'ancien President i l'a- Specialite de
LACROIX LUBIN. I dresse de celui qui est en exercise ne Cr~me glac6e, Sorbet, Patisse.
Candidate au Snat anque as de piquant. Sl M.so rieanaise, Pt de iande, Vo-
sevelth tait encore l'h6te de laMaisonIne tran~aise, P.11 de Viande, Vo-
Blar.che, 1'attitude des Etats-Unis laille et Gateaux sur command.
serait bien diffkrente. II est de ceux Liqueurs et Vins de premier
Dr. Gaston qui ne se laissent pas oublier. et choix.
don't une grande dimocratie ne sau- Salon pour Dames et en'ants.
Dalencour rait m&connaitre la valeur ct les ser- Mme Hlilger Peters.
a le plaisir d'nformer ses amis et vices.
clients qu'il a repris I'exercice de la; Au reste, la nouvelle violation du R ... a;i.
profession- Sp6cialite: Maladie des droit des gens que l'Allemagne vient "es" adr"S
infants. de commettre en diclarant que ses I soussignts, professeur A I-Ecole
Chemin des Dalles No. 35. sous-marins couleraient les navalen de Mtdecine, syant 6gard sesieCus
ais r-. dOciobre, Novembre1M4, Janvier,
maichands sans avis alable, ne Fver, Juin et Juillet 1915, dment
va-t-elle pas contraindre les Etats- r6gulariss, s.dlevant chacun & 150
Certialiats adirds Unis A adopter attitude r6solue que gourdes, les declare nuls, duplicate
souhaite M. Roosevelt ? deviant en 6tre dreaA. .
Avant eftar6 les certificates d'ordon- L. BioTSCHN -rt-, Da.-Prine i 4p A6 A 140.


nances suivants :
* No, 44 de P. 797, So dollars
No, 41 de P. 45.o50 dollars
No, 42 de P- sa,jo dollars
tmis par le DIpartement de la Ma-
rine en notre faveur.
Nous les dtclarons nuls duplica-
tas devant en ltre demands.
Port-au-Prince, le 20o Aodt ig9S
Ls, MEVS & Co.
Y o*
Ayant 6gare les certificates d'or-
donnances suivantsi:
No, 41 de P. 421.-Jo dollars
No, 45 de P. 27.oo dollars
fliil par le DIpartement de la Ma-
iae en ma faveur.
t Je ls declare nuls, duplicatas de-
atean s tec reclames.
a.em-Price Ie teoAodt zsa S
_ueMvs. I


Remerclmemts
Le general Barnave Craft, Madame
Craft, Monsieur Emile Craft, les de-
moiselles Lucie, Thkrkse, Rksia et
Clarisse Craft, les families Craft, La-
nauze et Ciordani remercient bien
sinc.rement les amis du Cap, parti-1
culikrement Mile Noemie Mathon et
la famille Laroche, ainsi que tous
ceux de Port-au-Prince, de Jacmel et
des autres localitis qui leur ont don-
ne des preuves de sympathie A oc-
casion de la mort tragique de leur
iegrett6 fils.fr&re et parentLon Craft
survenue au Quartier-Morinau coesn
des derniers-&vnements.
Et les prient de recevoir leapes-
ioo de leur gratitude.
I as las dog


,* Vi -i S i g 1 Iv % uFIVU, 8.,
Dr. RICOT.


Je soussignt, announce au public
et au commerce. particulitrement
au payeur de 'Instruction publique
que neuf mandats des feuilles dap-
pointements ( de Mme Bertrand
Pierrot, professeur A lEcole Nie de
Fort-Liberti, pour les mois d'octo-
bre. novembie et dtcembre 114.
Janvie, fevrier, mars, avnr, mai et
luin 191g. De mime que cells de
Cdcile Auqutin. profemeur do
mime tablnaemaent. Le toot si*le.
vaft A la some de s8o ( cent
qastre -i )n
DeUpIC derat tre rade
je len = ..mall
rinim U. V. Man


A tentionI


-I








Le meilleur phonographe du mon-
de pour la modique some de (;
,pour tous les disques avcc 'impor-
te quelle aiguille I )Dsques samples
o a rl cit doubles 2 i uet I.es
mcillcures voix enregistrts. (:.ruso.
Rudfo ct etc. Sur denmande in mpii-
mere M.\.gloire vous fournira i unc
photo de ce phonograph.
Contre remise de (Gi nous vous


enverc ons une machine c I I.hi t t'ort-au-l'rincp le' 20 .\Aut 1915.
F ISZ &-SI IL / '
os oid Street S-Yo L I. Le S/S Famma venant de
Strpos i du Sud sera ici le 2 t
Pl..cdt \os ordres iunmcdi.atemcnt el iartira dalls Li .soilte pour t
c.ir I. t.,brique ad-enomins uico ..- d(oi s du Nord el New York.
des a executor. 'ort-au-Prince, le 13l Acoitl


Le Vermoulith Cinzano


N'a plus besoin de reclame, car tout le monde sait qu'il est
1'apriitif le plu s eficace,
Le digestif par excellence,
La boisson la plus ddlicieuse
et de meilleur ton qu')n
puisse offrir & sea amis.
Aussi cet avis est-il seulernent pour vous dire que vous utio
verez le Vermouth ClnzanI (he7
A. DE MA TTEIS et Co.
Seuls agents pour la RDoublique d'Haiti


Hotel de France
Elablissement de premier ordre, situd au centre des afti,
,i proxanmit de la Douane el desserua par tous les trans de la tilt
L'OII EL DE FBIANE don't Ia reputation est diabliep
des anntes de surccs se rerommande par son installation inodem
'sa cutsine varLie, ses prix moderds et son service lrreprochabi
Conditions sp6ciales pour famille
Table d'hote
Le midi de 12 A 2 beures
Le soir de6 112 A 71i2



Laboratoire Sejourneo
Preparation de tontes ampoules mdileamenteuses iri
et lnjectables
2 M&DAILLES D'ARGlNT A L'EIPOSITION DE JIRL'XELLES 1910
AMPOULES d'eau de mer Isotoniques salon QuislOi
L'eau de mer quo nous employons a 0t6 soigneusement capuJ
large, au delA do I'lle do la GonAve. Noos faisons remarquer a
wmcical l'obeorvation judiciouse quo font ha laboraltorea 6IrPVPl
L'eau de mer injectable doit dtre de fabrication rtcente pour avoir toutesi l ses I jC
rapeutiques. De nombreuses attestations nous rt irctecrt de certinicr que O w
donned toul In risulUts espirts.
SPECIALITE: Serum n6vroath6nique.
Ce serum rtdgularinase lea 6chan gs autritifs, il a 6td employ av1
dans la neurasthmiae, la tuberculooe etc.


Monsieur C. L. VERRET.

TAILLEUR-MARCHAND, Importateur.
73, Rue du Magasin de Etai, 73.
A vise sa bienveillante clientele que sa maisow fea to
rabais sur le prix des complete faits et fournis.
La maison vend des fournitures pour tailleurs Ot das
de ler choix en gros et en detail. On y trouvera des a1 II
homes eon p a ral: chapeaux haute former, melon fk"t1
paille supreure pour hommes et ensfnts, faux-cols dO
toile, cravates en tout genre, chemse blanches
rieures, pour ommes a en/ants, gilet, /lanelle elt i
colesons trwt, $U et zaphir chausettes sole, fi t Colon PO
ot enfaosts, bes I$ V ur dames, costumes pour enfants b&
brelles et jarrellees pour homes et enants a.
raplu. enw so e &at gnre. mouckoirs de poce so m tu
nes A Clf, C es. f tot aea em .ows. gm .
Arnicges de At. hastsme m Iai- i e A pi-sn.e #
ALe Inse g n fmi rbsdea66ni gffi


*4

'M, Geo. jeans~,
A Ionneur dimafo-w n',
co mmerg mis de Porata uprieg
ainsi que caux de I& Pro,"
avec qui il a ou des relationsd-4
faires quil so 11(111 A New-yo,&
oui durant son 96*our aux Etag..
Unas, ii leur o~C ses Iva s
pour loules sores (de ~ognimw.
des de nxirchandidses, jfofrma.
iioiis commercialem et industrial.
Its, des fabriques el des commn
slot uia ires.
I (spe6re POUVair leur aft
agreable, en uldisant sur lea mu'
C16 allv~ricains les conn5U
ces qu'u a acquises du commn~
1,11biL pAr sa longue praiM
1d a t is les a ffa ire s A o r -m-I
(Jll Iui permol cde eoui~altre
d'appue~cler les got'is et lei bp"
suits de chacuti.


A Ireue : 1Fi~ Broad Strwg.'

Ligne HollandaidsS

Ile -Steminer Prins 'Willemi am~
It' dmii uuclie ,,at,#,i.
11 iartua daws a s I oirte-
Xu ",Almiutr, Jacuuelt, Curalao
I Luj.-


I