<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/02147
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 21, 1914
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:02147

Full Text

jas y*22,2f





tlTA U-P it INC E


CI"' A li' TEMEt~N S:


geoiS.
Idols.


WPufT4 UJ3IN~r~ar


S


2.OU
5.00
61 Im


G. 2 J
a 43l.00


G[C I OU


J


C


QUOTIDIEN


'Veuidrei 2tU S ft INA


&itEVA CT IWN-A V1%IN ibTltAi U.N
8, Rue Amdricaine, 8,

Los anflones s8n11reMUMs
A Fony-Ac-Pruc3 suz bureau: a jomtA~
AR~IS : chess L. Mayence & Cis 9, Rue Trooomi
LOWDRES I chex L. biaycoce At C.o. sp, atlas
Ludgate Hil
A"BaniZK .*cbca itudOlI MOO"it,, Jerusalem S.Wa
itr*ss 46-49
A Maw.yous: Universal Publicity CoWPunY 43 Wco
14.th btrect
Leos upsnucrits iinsdrts uo~u nn mm awpus rowe

.4bonnemenis ci insertions pay abies dagw


jolJemagne redouble d'eflforts pour envahir
la France par li Belgique.

LI TROUPES FRANQAISES SONTA SARREBOURO.

Sltaille de SATIACOUSHATRIE Defaite des
AUTRICHIENS.

Osquoferont les AUTRICHIENS si les RBUSSES
prennent l'offensive.


mAllemafnds attaquecnt les allies en Belgique


Prise d Bruxellez par lez Allemands

Lm BELIES se retirent sur ANVERS Les ALLEMANDS
atteignent les lignes de DINANT & NEUF CHATEAU.

ioes des armies allies et des Allemands.


PARIs 19 1 LONDRES 19
Lacriliques militaires les plus U11n d6p6che date de Cettigne
considerent les 6vene- annotce que I'armee mont6n6gri
Mis,dont la Belgique est ac- no serait a deux heures de march
Mwent le thlAtre, commune le de oH-guse. ville lorte et port de
d'op raluos qui soe lhroil m.r autrichioi situ6 en Dalmatie.
nsur une immense 6helle. Le roi Nico.as a 16e iiiformrn
L'Allemagiue i'edouble son ef- par lesautori esautr-chiennes que
pour faireirruptioll ien Vravne si son armae prend I'olfensive.le,
travers de la Belgique, qu'elle nombreux Serbeset Montenedgrins
iwlg pluscapable de gender sa tous g, ns de qualat, qui south re-
--On croit aParisque les tens i Raquis comnme olages se
sterot capables, non seule- rotl fusilles. Parmi ces dernier",
de suiporter le choc, mais se rouve le comile Ivovopivic. fr6
d'ecraser I'ennemni. re du roi Nicolas.


NEW-YORK 19
Ox dit que les navires de g:-er
lremands on0t 11 mis en fuite
la maer du Nord.
in Beiges pr iendent que les
6.deLig liennent loujouts,
que (.es Alleniands allir-
eavowr prs.
LMAllemands ont 6vacn6 Sar-
eFg, en Lorraine, A I'appro-
de& Francais.
O prlend que trois Zeppelins
l 616 delruits par les Bel-

PARIS 19
*lg&T.ral Joffre announce que.
trfopes tratnaises ont occupy
ilrtbourg.
An emands apres avoir dva
WeVtlle vil, se sont replies sur

LONDRFS 19
Uc eommunicatioi officielle
o eParis est venue confir-
h ViCloire des Serbes a Sa-
sabre.800 Autrichiens au'
4t4 mis en deroute; 3 000
auraient trouv6 la mori
taile bataille et 5.000 au-
614 blesses i
PARIS 19
elroiseur am6ricain < North I
11 egt-arriv A Cherbourg
rhui. Le major Ch. Able
,qui doit secourir les Am6ri- I
eF'ranrce, partlira pour Pa
Saveplusieurs-officiers, t
la or ncessai.rea ses coi r

G Ouaernement Franvais mit
SIia a disposition
RM61 iCarus.

le T.ransatauilique a
Y Service du lAvre A


LOUVAIN 19
T, ois espions : un alleiand,un
hlomne et une femme beiges oni
pass en conseil de guerre et ont
t1e fusill6s, pour avoir, ap.es la
batlalle de Dues., averti les Alle
manus des positions prises contre
cux a Salen.
BRUXELLES 19
Oil rapporte que les All. mands
out allaqou en force sur I'ordre
du Kaiser les armies en Belgique.
Touiefois. nul no peut dire oui
a esl produite cette pretendue atta
que.
Des r6fugies de Diest, Tirle-
mont et d'autres villes de la mAe-
me i6gion arrivent en grand nom
bre a Bruxelles.lls d6clarent que.
apres lAur depart, la ville a 6le
boinbard6e par les Allemands qui
own tenit de I'occuper. Leur mou
vetment ea avant a 616 arr6t6 pai
une charge A la bayonnette des
soldats beiges.
PAWs 19
Paris samble renallre, repren-
dre le d6cor qui lui 6tait habituel
avant la mobilisation; en etfet, les
mrarchandes et voilures de fleuris
onit ,efaitl leur r6apparition daus
les rues.
LONDRES 19
On anronce que les troupes al
lemandes en force livrent balaille
aux allies sur tout le front, entire
Louvain et Nainur, et que I Etat-
in jor beige a transf&r6 son quar
tier general de Louvain & Anvers.
Le bruit court que Bruxelles a
&66 occupy par les Allemands.
S PARIS20
La situat>in fstinchangde dans -R's l
Vusges. En Haute Alsace les fran
..-- n..m ; Rla. Laor


raine ses Uqnes francai.v, i7.s s' dent jusqu'au Nord de Sa iebournf
en passant par Moi ahanie et Del
me.
Les troupesrusses ocrupent CGm
binnen a 20) milies de la frov',dre
allemanle. Ils captureint if2 ca
nons et firent de nombrear prisove
niers. La flotle fra n u'ae o cupf
Callar sur lAdriatique.
v-Y. ItK -O
On announce officiellPiment de
Paris qu'une parties det l'armedf
B.elje se retire dans la direct 'io
d'Anvers dl'est de Nau1r l/.s all,
mands ont attest i ligife entire
Driant et Neaf Chattia'i.
Les forces allim It ri wonfi
nuent 4 passer la Mease entree Lid
ge et Dinant.
L,'s amnts-postes atleimands or
cupent Dyle.
Le bulletin official de Drturelle.s
announce que les troupe. aleinan-
des, aya.t traverse la Mleuse en
grand nombre sont en cont ct avec
les armies des allies et que l enne
mi, trouvant les routes ait S. 0.
barriers par les armies beles el
franchises, se diriqent vers le nord
otu ifs trouvent libre passage.
NEW YortK 20
Le paqaebot ,a France a rrive
aujourdhui venaut du ltd're.



L'Offensive en AllemIIgna

LUAllem-agne et 'Empiro


a C'est l'heu~/pour I'All<
magne de n' trer sa pui
s3ance. .
(Guillaume Harangue d
guerre aux oupes A Berlin)
u I
Colossale pssa puisance, en vorita
nde dune ambition plu' co ossalk
encore, et A laquelle, d4puis pri6O
d un demi-si6cle, tous c ex qui sE
reclainent, avec un vastA o;gaeil
d'6tre les fils devouds de'ia fBlonde
Geraanie, du premier jauau au der.
nier, dans ce pays scvw're of los
classes sociales sont solettemnent
tranchees, oi la discipliht, eat ddes
se en qt.elque grotiupnnt o:1 s'e
xerce l'activit6 de I hommnne, oft tous
doivent etre et sont joyeux d'im-
menses privileges ou d'ncessants
devoirs. ou l'epouse est avant tout
et surtout mere, o rI'iddo de patrie
confine au fanatismne et s incarane, en
thousiaste, en la personmo ailguste
du Souverain et Maitre ; colossale
et combien l6gitime, quand on se
place au point do vue des Alle-
mands, cette ambition a laquelle,
depuis pres dun demi siAole, du
premier jusqu'au dernier, ils out
tous ardetnment travaillO.
Dans quelque sphere de l'activit6
humaine qu'on observe I'Allenand,
I'Allemand de I'Empire, it est neuf
et d hier. Et, pourtant, cornine it
semble dominer, comme it faut se
hater, s'essouftler pour maintenir
son advance ou tacher de le rattra
per.
Ahl o'est qu'il pursuit en tout.
sans se lasser jamais un ideal im-
mense I... La 'Prusse ayant rdalise
son granG rdve inmperial, a mis des
ailes a tout ce qui est gertanin, et
voici la raison des innoinbraolos es
saims, butinant dil.gents et j;)yeux
dans tous les champs du globe, alia
que de grossir, plus qfue cello do
tous, pour les mnaeux primer tous, la
puissance du redoutable Empire.
L'Allemagne, aprbs trois victoires
successives entrainant tUois c ,nqtiud-
tes capitals, airait atteint da coup-
le premier rang des puple. Das
lorr, It ne lui a pas seanul quoj*
not tal assigned uae liuatto termue.


*LS
C '
i.


La force qu'elle portait en elle et
(lui, si loin ddj!a avait pu la mener,
;.yant grand encore, dovait vaiscro.
I-s avant sturm,'ntw s onl brisi4s, tous
les obstacles qIn' plaisir, s.ar sa rou
to quelle veut libre, la co.iUcrrence
s'ttait plu it dresser.
Sans empire colonial ou dtverser
le continue trop plem de sa debor-
dante activity, I'Alleinagnc a coin
pris, sans tarder.q(ti oi l snu a c6s de
vait consister: dans la grade in
daistrie et d.ans I.t Ii ut *o.numerce.
Elle part sans hesiter dans le noni
vejau sill sn td autres, eni maltres
jusque la tronaieont..pre.,que infailli-
bles. L'Allemagne so co stitue une
marine in rchiande qui, on viligt
a'is, couvre les mnar's dn inionde dos
couleurs de I'E npire. Elle port- la
concurrence d'utte facon trio'ntlPht
lIt chez ses concurrent lmlinoe3.
I)ns quelque parties du. globi of se
dresse tin colmptoir, il s y trouve uJ
allemnand en passe do suppl.anter.
Or, on le sait, la pui sam e do I'ar
gent est la prenitre de toties. L'or
* st thanan turge et I'Alle.n.imd sail
en faire DelA ce miraculeu essor
d'im petuple qei, n6 d'hier & la virihl
Wt, decide de maltriser los plus puis
sants majours.


'tenr fortune lie & celle de leurs a
jets. Loyalistne, loyalisme I... Ah!
ctu-no ce mt s esquinte A traduire
,ute chose q'ie ia lumiere ddcupl4e
d'ane liberty triomptiante eclipse
pour I ,tt icer. Loyalisne. le seul qui
soit reel, le loyalisrue anglais maim
n 'st-il pia le plus beau :avon d un
*les )plus o:aux soleils di liberty qui
soit : It Chiarte anglaiise? Depnis89.
to rove philantropique, en quelque
lit-ii dia globot, a hantA dos co'aveauxU
Pluts d'egoisme etroit visant A ce seul
in i do pouplo. L'lhumnanitA voilI la.
n'.mro co-n none et ses a ils sont pa,'-
tf) it qti ai veuilent reconnaltre, ici
oar ds In Ilions, IA par des cental
nes plus loin p ir quelqnes tins. It
to)ts par Ui effort d'enoemnble, so
vtnlipnt p trg er des bl,.ssures fra
tricidis de la north sacrilege.
i.a tix dan- I'hannonie la justice
,-t le droit, voilk le grand but, 1'ef
fort supre:ne des Goethe, des Schil-
ler,. des lHaupmn nn avec tant d'au
tres aprAe- le Voltaires. les Rous-
peain. les Flanklin, les Sainnur et le
reale.
Palissant et fort pour assirer Ia
paix avec tole d'oit des autres voila
'e qine vent ce quexigo le statute
actnel du inon le civilis6.
l.)rmnis cela, la puissance est fao


Toute cette itn.ineaise puissance A tale qui v-ut la conqudle incessante.
lii I'Alleftiagnc en est elle iedeva la do nination ointranicire au seul
ble *? Interroge/. le toins concien pr dit d'u individualistme s'exergant
eienx de ses Ills. et la reponse qui sans inerci.
viendra sera toujours la ns ne et *
cclle ci: A notre belle et solile or-
ganisation. Cotto organisation de L Emnperenr, ayant totalise sa Co
puti done est elle? Du gouverneanent. Io.,ale puissance fruit des lents
it ce gouverinement cc u'est pas, etff'ts de ses enfants dAvouds, n's
toinnle aillears, la seule on s artout p s voulu comnprendre qiie c 6tait
I.t collaboration (10e ainistres conmp| I-exposer & I' croulemnent, pent etro
'ents et d'asseoibles deliberan es irrdintdiable que d'ecouter les seules
lormnees des citoyens des plus eclai sugaZestions de sa Cour militaire
. s, ce gouverneinent c'est pluLOL dnmt la sanglante vision des melee
I'Etinpereur. titaniqucs a pu leur sembler l'eblouio
hIl come il a su vouloir la gran santoe aurora de I ere doininatrice.
:ir de son people ce souveram do Ai devant d'une fatality pareille
*V' qtue IEurope attentive, observe A I-Alleanagne consciente des plitloso
-out instant. Inlassableinent et par- plies, des haunt penseurs et do Ia
,out le monarque a dirig6 son peu- classes coasiderable de ia sage., la-
ple : people do nouveau-ne, ber ceau bori-?use et paisible bourgeoisie qui
do cc qui sera: people turbulent et regr.-te aujourd'hui d'avoir trop
frais etcandide dos ecoles priinaires, negli 6 de s aflriner a'issi, cette Al
semen.:es de tant d'espoirs; people lein.tne aotrement haute et belle
des Universites. flours ()anouios de saigne, inais en silence, en mAare
plant diarbustes forts; people d hoen-, temps qu'elle agonise d'angoisso A
>nes faits, Ipissants et bioe armans, I coLtt here solennelle entire touteS,
innomlbrables products et saint et' oi, A tons les contfins de la tot re na.
vigouriax du semour rayonnant! J tale, les canons tonnent sans "esse;
Aussi bien qu'est ce que la puis- et dans I horreur, pour dispute dat
s'nce do ce people si tce n'est la Srt, la favour d6cisive.6tre to1ijoutr
eienne propre.i lui,S. M. I'Emnpereur. et to plus fort ou bien ne plus Atre
C'est to sort des couronnes de voir jamnais.
ali llt' 2 L .- .. I I II I =LL L!! WNW-


CHOSES d'EUROPE.
ARTILLERIE FRANQAISE


ARTILLERI E DE CAMPAGNE ET DE naire, qui entrait jusqu'ici dans Is
SikGE LE CANON RI[MAILHO co.np.osititon de l'rtillerie lourde
d atviane, ne tirait qu'un coup touted
Ce nouveau canon se compose es- les deix ininutes Les 155 It tu'est Is
sentiellemnent d'un tube en acier fret deuo.nmnation ofilcielle du Rimnailho)
te, qui pout glisser sur un bnrceau p -ut lant:er jusqu'a 5 projectiles par
reliA i la la ece par un frein hydrop minituto. La rapiditA de tir eat done
, euinaLti,.l!. C-Oui-ci remiplit Aa 'a is dcitpl6e Cel accroissement considd
lo r61e de tampon do choc et de re rAble provient. en grande parties de
cupdratear d'energie. 11 faith, d autre ce quie la culasse s ouvre automalt
part, corps avec I'afflt par ['inter qinem.nt apr's chaque coup et as
inddidite do deux toirillon!, Chla- in.t d'olle meno dinms une position
cune des roies doe 'afftt est mainie lqui facility les operations du chart
d'un I)p i: i; I affalt lai tnhm se ter- meant.
mine p it an- b:i de crosse. Lo Li pi6ce en batterie pse 4.20
calibre *iiI camon est de 255 millimn- kilos. Elle se ddinoute en norceaus
tres. Lors'q'ie to coup part. le tube p ur la route. Pendant la march, I*
recule sur le berceau et compriant tube et lo berceau sont places str
fair co'iteun dans le frein; on ,ine u chariot porte corps et I affTt to
tomps, IA buLue de crosoe et les pa- y ige soul. Lo inonLtag do la pic.o
tins des roues s'e.foncent dans L. a dare ga6re plus de de ox minintee
sol et lthent I'alflt. La pi6t e est aors et il s'eoxcute tranquille n. la I
eissises et le feu pojrra con inuer position, d-attente, pendant la recon
sans qi'ou ait a crai.adri lo dopji;a- niiuzs tice executAd par les officer.
Lge. Li.piA.e e4-t diisi pr6te A ouvrir to
L. canon Ritnailho tiro dos ob'is feu quinJ elle arrive & la position
pesant 43 kilos ot charges de 13 ki de boatterie.
los de mAlinile. Leaur eclate.nlatt Li justesse d cette pi6ce la pr6
produit dans to sol unu oaouuoir do cisiou et 1t facility du rAglage, &l
4 m4tres de diamn6tre et do I mantre grande eftkacitd du projectile .
,le protnideur, ii projette dos 6 Aits n ,nelit d-oblonir unu irsaltat
loe onto t de pidrrs jusqu'a 8)J mu. durable ean u petit noinbr d6
LrOs de distance Li vitesst do tar coups umiane stir un objectif roe
de la nouvelle pi6ce est trAs re.n r tretiat et jusqu & uuae dhtistauce d
miwble. LO cauoa do 155 curt o0.h, kluom 6ev.i


- -~ -- ----


I


(




-r-- -


LA DPMISSION PATRIOTIQUE prsdJe gnse oi.Yoo un draw Ala Chapelle St Louls
copnie pouvaient seales en crier les Mardi prochain 25 Aodt. ce sera
1 maorurs de notre potque. la fate de St Louis. LA chapelle de
tTurgeau sapprte & feter son saint
Le general, Huerta, President ,t de Villa, jouent Jans le Nordi Trg coppd'ordinaire. 'est-A
dau Mlxiqie, a donn6 sa dinmis-le meme role qlu'autrefoi- dlescienj Ce proacs qui sera utn des incidents .atrn c me i
Sio0. La manire don't il 1'a fail, 'ifi.oi de Maiderone seoahlel, pa' tles phl ciurie, Itls pls smnptonal dire aura dabord premiere
les carconslances dans lesquelles se tnemr pour matisrails. lis inalli qus de ihfin da regime acuel. sndique messe 6 heures di martin, ensuite
Sest produit I'evbnement, nous fes eraif l I'ilteiltioi de conlinuer; ra bien alx bistoriH de R lraverce qu'a uneseconde avec le sermon d'usage
Feporleni & plusieurs anndes en conllre le notveojii President .-s tt ne persomwl Jc I.s eroom: Rnpubl t l benediction, 8 heures.
arri6re, A la admission de Portiro hoshli qu'ils avaient ov'rtes que. C'est atusi que a. jafre de a Coin s files St Louis ne vo.....I
Dia. core Huerta. pni des Ins. o tant e revolutioncertainement pas manquer d aller a
Acetlle poque.le Mexiqt e 6tait Cela prouvcral que lears sr res fren price n 1 nlesa-cette te qui est avant tout un
au deiut de la I 6riode dara- pules de olgalIlb,eni c qui concert difrouesf C .bl t'- bAn- lete de pit ete dt de prinres.
fabre d3!Ian i::e. D:Iau'aeavil; n- i te de pi Ct nde rli &An-
chle d'ou Ia n'esl pas z nicore so iI. ne la manre eJdoot 1 luerra avail etc je jour si cureux sur Einlevez les las
Luoclogenaire Diaz qui, pendanl did ilu, n'dlaiint qu'un prtcxief kes maurs ties convenwonnels. Nous avons constant avec satifac
plus d'un quart de si6cle, -avail que leur seul but elail de s'empa ENAY tiol que. r6pondant d notre apple.
gouvern6 son pays d'une main, rer du pouvoir. Du res'e, on lIa J. MA une equip a et6 enioyde pour net
de fer le seul regime qui lui va oujirs coinpris ainsi. Pratti toyer les 6curies d'A ugas qu'tai
ofllIeimnedu resle--el qui avail qeinenll,ce serail la continualiora, devenule charmant quarter ea
assuroeasi sa prospcritl.avait vu des Irobles, avec celte ldiffrence L SlltuatlIl M .in ces mesieurs ne seon
ae dsesserconre lsi.,ans le nord. que les chances dts conslituiion .. asrc ismet de erculeset its
rdesolle des ctietlicose Ide leurualis'es probablenenI -- P nou donnent la fheuse o:ca
t he'.glegluaral Madeio. Ies serve auIgenen'e ie i eflre, sans depre Les nouvelleo qui nous parviennont sion de nous6crier come Napolo--
*t&S qu Il avail ledusau Mexique, c er en rien le noiveant PresiletIl du Nord cofirinent ein entles Conseil dE : Eh meieur,
l'auitot il dout ii joziSsail,'iui. au- l esl pet rob ,ibleqii'il ait I'niier slcct2s du Goiiverteineant et inon-u avons neitoy les ecuries d'A
raionrt rFrmis de i sister a outran i gic conib;:ive du g iral I luerla. trent 4galemeit la ral)idit avec la- nousons netoy, les juries dAncombons
ce. Ma0s Oil ep rail que sa dnis 11 est vrti .e, poir I'avenir quellenarli la pacilicalio n gias ; pour Dieu. nees encombrons
8Lo, apalseral les cienlificos et les cornme pour le p.ss, Ics chances quo nous I dcrivios, est dtsespi6eo. Apr6s le courage imparfait des rigo
fl~ait renlrer dans I'oldroe. (ti I .lesconslituiliontifalislesdepelnden'. Des dseitours coilirtlnenit ho faith les, les immondices out t6 simple
prassait done, de plusieurs c6 e s, aussi en igatnile parties de I'attliau qui est ent ore apmpuy par les dd ment dpos6es sur la chauss6e. de
de faire ce sacrifice a soi pays.ll de des Ela(ts Utiis. Le Gouverme elarations do six .'UCes gens qui sorte qu'au total on n'a gure operi
nous souvient d'un journal all- ment de Washington leur aval; aant faits, oi lo d qu'uu brasage du bouillon de cult
lIais qui aPPelait cela par avaice ~iA Livorabe aroe tjuil coih I passage des cacos La laGrande Rii i re don't nous signaliois l'activite
as quiappelai laparavnce vorabe par qui cons e, out pu trouver le unoyen de s- mortifre
laa admission palriolique,el qui rail I'dection de Ilueria coinmne vader On n'a qu A passer la rue Amri
pressail le vieux Prdsident de don iltlgale el aussi p ce qu' I'ac L Chef de 'Etat a donn I'ordre On na qu passer A enco mbremeni
nor Ce grand example de ddsmi&6- ciuail d'avoir 6 l'itst galet.r du fornel & lousy les chefs do division caine pour voir cet enconbrenent
ressement. ,neurire tie Madero. Or, cette la de fire le niclleur accui aux Nouscroyons qu'el sufgit d'en pu
Porfirio Diaz se r~s;gia el s'e13 vmIp qw erteurs. Nouscroyons quid suffit d'en P-r
Portirio Diaz sersiigna Cl s'ex veir de la puiss1nle 13publiqineiLe canton do D-sronville et son ler pour qu oa enleve ces tas dordu
tita, Iimati on sail quiel eh ful le voisine avail. 61t pour beaucoiip fort out 6t6 etnleovws hier par les trou- res qui ne laissent pas que d'&ere aus
res.ultal. Le Irouble 110o lit qu'aug ilans le prestige at les succCs de pes d'i Gouverineun'nt (iqe le del- si m6nagantes qu'avant le nettoyage
center ; Madero, arrive au pon Carranza ,-t die VllIla. goi Pralte et le g -lmrlal Constant
voir, fut assassin ; ll.esla lui Quelle anii'ude va prenlIre tVie!ix cotm;anliolRt. Ceix Ci. itn- Repena-Parisia h
ucus a nnhumdiateineilt all'is, sonut-rent lDa- Repr~sentatioa tris riussie, hier
ucc a,ei sous F ci:,nplicalions ex'6rieures viurenl n.ux aminricainis ceibrenl la d6- i8 hire, le terriioire h.ition. Quand breux public.
saljouler aux dsor.iles inttrieur.i. imssion d. lltieria come tin ,cot iltimatumn fut coinnu, beaucoup Tous !es films furent applaudis
Aujourd'ihui c'est au lour de sicces de co i/ iclhfld, waiting,,le d'oflic'ers qui aidaietat D viliar dar.s come il convcnait et la soiree pri
Ilueria de doni.i. r ulne c dinis e.llo aitpene vigLaLte a, do.i le sa n resistance abadon rent a luttte. fin heures au milieu de en
l l)esrnvi. tt uli point de a heures au milieu de
Von palnolique >. Si ).az avail P, : ident W.Ioi avail faitl I's ravitaillement des insurs,. on croit thousiasme genera .
cu .des raisomis pour le 1|irc, ii seticj de s:a politiiple I'~gtrd iu (iue i ici a la lin lte la semaine la DJes
a fl. ecotluaillre (que lieria ell Mpxilue. Celat est vrai Ma s Mr. revolution aura vwcu. Ce martin onteu lIeu. en I'Eglise
avail plus encore. D'abord il 'et a Wilson va I il se er.ir pour salis- Vesleycnne. !es funrailles de Roger
vaill pas a so aclil le long et Iien I'il ? II seminble qu'll le ilevr:il, el Blellund, fils de notre ami. le D.:-
aisallt gouverenlent don't pou qne.passant I'ponge sur l passe, -1, teur Leonce B1:lfond a qui nous en-
vail so privalowr Diaz. D'antre class tult in-e les (iqetions qu4 I1 t Ie) voyons. ainsi qu'A son pouse, nos
parl, ie alexique et encore beau pourraient rester .i rSgler i d lait ; sympathiques condildances.
coup plus Irouble qu'a II lin de de I'ancienne prsi l'nce, il pour i Nouvelle a la main
la ipres:lde.ce de Di;z. Eliin. el rail l'tcileuneiil ne plus avoir d'a;t ENSEIGNEMENTS -Qjel est votre Age ? demand
>urtout, c'lst la pre'sence *le lmier re prIoccup:i-tion que de r-'ablirf METEOROLOGIQUES implement IC condu:teurdu train
t 1 11. -i ilntig str tirO s,'prtin.i qui .1I honsrappoitS entire les t iaAs OBSI V yTtlI A une petite fille.
a 6: 'dounee pa:r les E als Uuis Unis t le Mlexi'ie,de retire r soti -Voyez, Mr, r6pondit celle-ci, je
coiune cause de leiiratilude hos appui inoral aux conshlilnlioninIi p paye le ticket tout enter; l n'est
CO-ile Cause do Iceulralliludqe hos appui moral aix COexqt.ill0iOillMINAIRCOaLEGde
-uk & I4gatd du Mexique. 0U, is, qui ne saint plus a sio. lIPNAllsA COLLG donc pas neessaire que vous me
-'ile Conplica ioi exi9ieure O'sI uyc (i iesaieisurpS. il Coe n SAINT-MAiIrIAL fassiez une si impertinente question.
,elte complication extbrieure esl yeux que des insuregs. a. de con 2,) AoAt "19P1,
leaucoup plus grave p.)ur le Me- tribu6r ainsi i i t parilicahou inFj B(rI1l1 2 Aoil 19-14
' tque que les comitpl;clicaios i ail- lrieure du Mxiqlue. Barom6trti& midi 73.7 .
i.iuses ;cc:.le-iA est e6ine ldatns Autremenl, i fournirail le. m m 22 OrAmrcan 490 o/o prime
s1n1e large mnesure, la cause de gun ents A crix qui, sans tleIrei p mrat e aximum 31,0 Dette Intrieured'llam 1912. 86 ad
c.l es-c I Hutra a done pr6senlr en doute sos hbonmes inelenIiotns ei lo.enne dir 7.2 l):te lt.d'lHaiti 86 ad valorene
aul Congts sa de1mssioin,quii ae st propro loyaul6, plriMelel iI Ciel nu:igeix toute l. journey.
A.celir par 121 voIx centre 17. qu'i1 se lI.isse mni.Iewivrer par los Objets lointa',s tres visible.
Al. tarbajal, ilinislre des atair. s gs d'aff.ires. 11 serail d'autlai Baromrntr Iprcsque constant. CHRONIQJE FEMININE
,'iange rts, lui succdo iA la presi plus regreltale iqute le Prsilenil 1S KISC IElEtI. .
***lti furnit lui-tnlne cs argumenlts, i Triua (1 ass.lion L'Economiiel prat q lw
Cellt denissioii pairiolijuIe q'un surcrmoil I'a.girnments pourtI- I --
produ ra I vile de intlletis :;sul rail tre apsiortI ins t snspuii A AUDIENtt1 ExrRAORDrNAIRE La penire condition, pour tre
tils quit cell de liawz ? O. yVou .'s reeiles 1vlaoiiouis .1 New-: U 17 Aoit. cotione, c'est d'avoir de I order ,
tlait I'esp;rar, ill as on conserve York Ilerald sur la confusion s PrAsiJence du vi: ep isident F. B.iro, de la prdvoyance et do Iexactitlu(e.
cincote des doubles ia cel gard.D'a al:taires et do l a potlite i d uIs les Afftire cntendue: Arthur Werbiest Unoe feinno tco!onome est toujours
|e, Ihs iouvclles qlu arivent du hoses du Mcxiqule. incodlpe dhomiicde volotaire sur l tre. Aboodos dabord va lea caoitre
Alexiqlue, It's conllslullo:inalisles personnel d'Alexandre Gustave fils, do la toilette. Avoc de fordre. voui
qui,souS la diueclioni de Crranzi E, contre l'ordonnance de la Chambre aurez une gardo robe toujours par-
u Conscil de lInstruction ciiinmi aitmentI cutretenom vous n aurez
-- ------ -- ---nelle du tribunal civil de Port au garde d omnettre le minoindre peti
S Prince. Mr le juge P. Jh. Dupont point fair, de laisser s'aggraver le
L nPr0* *l r m> ,,,,,,. je pak, d'luie b,.'ruitte. Le 1 Der Day entendu en son expose som- plus ietit accroc. Une reparation ini
1s 0 jI00 da U IiMjn.len av,'e ses cbes d quii.t' maire des fails de la cause, et Me A. signiliante negligee entraine A en
d-- uSUv nuis c'laihi in m imi ausiie ,i Rimeau. en ses observations, le subs f.iro uoe bI)eadcoup plus iilportante
cditde ILinterlohpie oie i'volueit ls lenat/S titut Charles Lechaud a coinclu au Iluts tard pent necessiter Ie.nploi
Lorsque le divorce luil ilabli en atran, du rgute a'iel. Suianne d'At g ni nmaintien de l'ordonnance attaquce. umie novlt i e ouit trio re mipla
ce grdae au jlt A.'aquuet. uin r'porler j,; pay la gran.le damc. et elle et e r mh i' priutodial i( |noszir cS de(pon
subid al!'a dcman,'r a Dumas fl/s son lrme fille, i l ut Cre ire. II ya assi d Chbre ti0 l to!ie ati i
avul sur l lot nov'lle au poist e s la pie comne n le prods Cal l.a Chamnhre des deputts pursuit os initles. fon t to sonde ast -di
ue'du ibidre aux i'e bisire de leires ine.. aetiveinent Ia discussion dn budget. Un vtre no t bie soignuut, Co t rta-d
.'al!r voups pal ttre privd d',n mats i'biroie de D:wn.i n'assassine per oa croit touto.ois u d rapse pourra en tesps syou Lien rano a pabr
ressprl dramalique preieux ? demana sonlne. Ah.4 I'ain ble com/,ie et coinm"e tr avao aIauntlis d pner olse s Ies do ea po:lSSiu to, ob dos faux plis,
nitrirwer. les arrivistes firo', ces de la troaime Rd fail to double d'usage ; la feinue
-.- Comment cela ? publique resse nabic'nl peu ccs persona Finu de Session conomue so conformno avant tout
Da;ne le divorce v.s suppi im.r ges Id I Anx tnrmes du Decret du Corps a ces sages precoptes.
Stere. p atud i Dunas avail bei prevui qw le div. r i.gislatif, prolongeant d'un mois la -- De menie, damts ses achats, clle
An d uit, repritD I auteur du Daaimi rei u Sesission ordinaire, c est domain quie ne so iaisseri jla ai alter A son in
Mond, aui blauait vcolontiers les cs e dirmirait pp !rir. psrJrait lestn los Chambres doivent clore leurs pulsI; ello r'sistera aux dange-
toi J l'aiti wa reason men fous cts ne supprw;rail pas faulie travanx. On se souvient en effet, que sr9LXocasionIs que les grands ma
r pou, arrz opus aie. Ce monde de alvowes, de poliiciens la date do la cl6ture avail ti ixee ga~i us.irent co moo dos serpents
Sper a n pourruta plus c qre n o us de vamli i rongds d'ambition, lous au 22 Aodt. tenit Quo de femmes encom
m(s en hsuuvoant ce qi b me se- plus o ois tars, ce. meonude est rdpu- S sI iai ,i brent Tours armoiros de coupons
Spis .encw prod que la lot non- ,nanl. Ltires anonynes, cbantages, di, Bessl3, exlrao ill aire .trns avantageux. don't elles ie trou


i awWMi"r 'ai l''fdalreP edie nuvs pro Utae'breiuses dii,, warsqui Ponssl par i4tre ('onvoqueCSaA I'extraordinaire vn t otd dxai un i
-cijrdealutcsdiaresil p une. in .itre.ie vto'eiale sdambilieuse, mfile lI:x uWit tdktdo I'm-,erit a taiL dvaubouir to
la In a pu/loi;re. a nact safewrn ~-ce'le f nnae clLye C etto e 'ilr~esuu'Serit lprise pour ,I fhbmnikc do cI'-2casions .Nous
Iqi1.per, it AIr il t~C: rps Iisl A-f do so ate devons achet!er lu'uvec discorni'
-. .. ii n' a-Pnzid uu~iesser auaa'a ueprocbfe. lutiotmuor corlailmcs qileslim'oastux- aIcet nc~m~rn io o if~
Svieaw dt'crire iet' lre Je et Iht ie Ptil'te-u/411uj lent/re quiaamad11 a pair. quells il Iui est impossible, vuia e rents -maguasinsll en prtioyant .e
ma JveaoaOnas 61s, a dam w a unbir, Sddmwcbcs bunviisa'uia u~tdo a ikissis aa4. manque de temps, do fair fam ~que nous dovons atllisw d'uneai


dant partoutlLi ricilesse cti4a
ritE6. AbomiJiflto ct ftcnJ,
be du ccel, grossis-Ullt 10 JiVl"
don't une ch-fleur trop .grall& 2
lentir le course. Fraiche et pumt,
jaillit auccreux des rocbhers
les Pr.Iiflc% SQpUS .1aWGous i
fleurs. MscIUec
cach.- sous erj mta
de pr,6cieases tscfYt% quA


son sut rauti e. Pour )
Portan's. flous ne priem,
de~s objets de bon e quality,
souveOaflt du dicton
(On en a toujours pour~
C-Ia est si vraj !Na"deefttam:O
pas A tort et 6L trdvers do, 4
ciets inuile4.l( ; mais, pout nr
(tltiStttiO~l Seriel.so, i lep
ritisonnable (lii doit 11i ja0
durtle stiflisanto.
Sculoiiiwit oil disposepls%
inentit uijo jpetite o Siflie qoC
grande. Votis voiilez acbetern,,
tutne tatilI~ir C :u (CA lde 2fr~
tin usage siiptrieuz* a tegi w i
francs. Settlement votre boqf~e
tdg~ro. trot) Wlgt~ra pour le pu
et vous Uvtez I'eXce&Ienit Pifcj Cho
payer coinptant. Sans h itr ei
prenez lo milwleur uvircl,6. Ctl
bien ii strait plus raisonon"
voir imis do c45t6 pour co~g a%
dj acliats title putitte inserve, aoQft
st3 privaiit sur d'autres ddpftw
soit on proritant des cadeaux g'~
auic 6trannes par lein an ri o W 1
Quand Ie pli sera pris on ruft
ilattra toute lAeco'Ioiuwe r~aliml p
co systekwc, 6coi)o~iejtdo eteinpsj,
tol.t, cc (114 est bio I 'a colimqi4
pour Its teiflk1os iudlustrieusf pu~,.
d'heurcs Ipassc~os en esiavyg-se~
la eouturiere, plus (d V61ljicuiVk~g
vicanieiit s'ajf)UL r dli prix do I k
V~on. Le booi costuine est I& quw,
iionorablemneait rtej).rt eat Pelt
pour une notivelle season et %i
pridtaire in a 1);)~s a soranger, rA
teanps aiuisi tlpargiie est bien. u*4
uinent empII~OY6 U d Ia ilaSOn: ed
clioSeS A faire atix chxangeAc!qr'u,(1
saisous N'y a-Vlu p.ts tu ori vIi ys
!nents des I)Ctits a roauettre on 4t
L~eg onfants out grand depuis fa
teco derinii~e :iilItwtutralloiiger j
pes et culottes. ralfraichuir los(at
;now, redoubler les paletots q"
siis-je ? Cola 1), el d da teinpi pow
.ela. et ce tocinps est Prkiciuxa
muanque, ii fatut acIheter du A n
,;'esL encore 1A bb irsc qUi dolt Me
otier.
j jillsiosiSL Ir ceteqeLo(UsLItion to
to, pil'ce qu(IlaC h3 zu-Iie ProbI4M
po.se pouir toure.i les feunines: arlt
ver A teurs roSSOUrces au mnweile
j-sultat po-3- ilit. 11 eit indispen.
WeI, dais tout bticiget bien organa~
'Tk~abli ie ICsoin t10 ixe IePour I& W
lotto corn lie pour lei autres d4pei
:1 faut s'arraiger pour lie pas kEl
.po~llscl I., iis if Ost iiiadet ~Ldde
ter touijouI~s ull p~eu endeum
Ians le coitivant rt'gmlier de I&a~
alit. do n *ti e ji.is pr'ise au d
11110ullocit-culistlIce exir&%*
iuaire Viiit obliger aitdes depoeu
Suppidmnetitair'e-S U11 .IL~iarge urn
ia fAinille, p-)r oxouplo, ou bioou
b)3d Urn) certemo'Ito0 de prn
s-0111i11i1lji01. mwndoo~il ; Si la rdo6ir4
6.tait insffituI'LOii, 0i1 prelidrditM
turelolloiiilt, it sowa tioccssilirf deli
red umirt' g)oiir Ietilel~ttre Abud$ d
dquilibre.
La )i1I0 djivuist-se anr.vib
nen'lt est trmL; s vai I 1)lC siivjil11t W,
tUiolluet IS ii. yi4.N )Uii
voris auolmlj'J'll~i i ,trer dims teN
Lit-. Ct'pt [Ii &.i1i Ili J~wait u I r1iich
tui setJ Ntms' y Ieviondrivil q91
ces le d dsirent. .(1 0 t o o W C
L;esi Siul CC O JO i~if et,
qu'une feninmo do. g)ut IPO1IIU
Iliteuxfaire valojr die peliles l
A etirces. .i elTIA) )Ill. los gMOO_
dpifiscs loer uidrrtdes IJO1
prend re des vo dis ,ou dsIJO
lies, un app.irbii ut i fi
po I ru n.d o 3_00 Je t Iabcui boll