<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01993
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 14, 1914
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01993

Full Text




~ir* *-~ j RQ*~~O~~


PORTLAUSIPIOUJ


_____ -~ -. --'--------p -~ ______ -- ~rT-~ -


CI~niIIt rA LOT IIRR
wDil F.UF R
ABO14NEMZT5.
p o wr. u -11R I N.cE


1,~ k 3o .- C.
.1g*.iis Nuuis. *-0 0
~ p.x ~ i v, ;N T S:

Tr's ~l)l! I AN G :It:


2.00
5.00

2.20
6.00


Trois .Mi5 *_ *_ : G. 8.00
iENU'MKJ O Ig' CENTIMES


J


QUOTIDIEN


R P;DA CTION-A DMI IN ISTRATIO40
cyXue mmoldet so8
Los annouce soot ruepm
A Peel-Le-Popen:acs:s btavhrias aewpwi
Aa Pts:cheor L.Maysace & C's ,golee Ttrcmsh
Lwmosms :.cbet L. k.$.ace & Co. sq,. zs
Ludgate Hil
Beaul ;chea RuMdOla Moms to, jes.sam Sw. W.
%Straam 46-49
Sew-Tomm: Uvemiwal Pebiey COMPONmY 45 We

Los waminscrits hssdrf orn mm me am

Abosawwdis elanwerlws espayabky ifavansa


LA CI A IB .j ,'paix, non seulement de la paix'dent de la Rflpublique A I'arme!pnrfedenotre doigt le fameux boa
Si- ufter-elle quo tout Ie monde at- qui a coinbattu et a ses chiefs, k ital
-- 'itcnd apr6s Ia commotion qui aere de r6compense mspciaie. Aussi lui srt-on. au P.arision. en
d.u d3 Fivrier 1914. viesi d'le voir lieu, les troubles 11 s ra potarvu aux dit.s depea Pat11rc te page, ct vn bJia se lace.
taM !qui oni fail cooler le sitg hais a ses ar les i moyettis do treso.eriA qui Iintere.s.. vraimelt, cit le as
ce do Mr e I6ut6et le. (fot coat ler encore, m .1 is ordi.s:ure, notamineuj p;mr le-su I6 t lse pts surIcctenair dnusidisent (!)
pridece de alassi a e lA I i I ,,iorale 3i as1- prual, $" y li liset, At a.asi par es horreurs dI la c utastrophe du
IK)ias ST AUDc. sure I union des casurs. sf recettes disp ubles,y conoprns pays de Madame Chrysiantthsne.
Mr Lepiiiasse rappl.!e ensuite e.s lout ou en parties ceillt alTec- aPouant n'est-ce pas le d6sastre
L.a Sance est regulibremeno le triste spectacle offert c.t jours t6es par la lot du 4 juillt 1913 ie plus emouvant celui qui est cau
tuverte. Ujea proc6s-verbaux dlerniers A la ville de Part-ac- aux Iravaux publics. S& par Ia terre mairtre se revolta
nt sl aclionnihs, ul, n permas de 3 Prince el i d'Mautr.s do Ia R.p'i- Art. 5 *- Das ddz).n.na :enuenls smudain conire ss entf.its les cha%
Mis est aecorde an deputy Er- blique par des troupes ctraigA6- ell esptc s seronto r.,sarlis aux vic .uit s.as uu e pluie de cei.dre., dt
Mi aCamleau Antoine et une res d~rilatnt d.ais ts rue. avec tames de. I'tcetla et da p Ilage leaves et! de feu. les bombartant dc
imisson est ornie pour ve- uin matriel do guerre. Pour iotl lot t la villea V~iv;otei a souf- rachers brdiants reto.mbant de plus
per i 'vo.irs des reprsene- Ceuar pntriole., dit-il, it ya us fer, par sIIo e falls d guerre, ie mille m6tres Je h uteur, ouvrant
pils do coillUesdePeIcha, daigr c irer, i .si t2f c audes ablnes sans fond sus lIes pa
sguls des coaaamaun~es .Ies eres. Luanager & colajiarer, un spectrc 2 brdvr t.. I en scI g' Jes fuards et bris.,t dans d'irrrsis
le Terrier-Htouge et des Auses A jui so dressed devaeit inous el q(u l Jeoiteut actordJef ltoules persoulki tables Af z de mare d'eau bouillamt'
>ilre, puts la stane esi suspei- fault carter, ce spectie qui ralf- ayant sotif!rt .oe fails die n,6me tes bateaux ode se sent refugies Ie-
lue eit attendaiit le rapport de la pelle i ceux qui ouait BI e (afte nature op'c;sionmi s par lesa tdo- ,u svants
oaliissiol. I'i'd y. a au-ldesus des passions Ules clvils ,iec vieunt do trIaveraer Une partic de la c6te a saute, les
A la reprise, le d6put6 Jh. melquines qui nous daivyentl, un le pays. fluanines jaillissant de toutes parts,
leory Dufort done lecture d'us, devoir sup6rieur a re tnpl.r, celui At-. 6 Pour d6ter nit, er I quatre vingt mile personncs oni di.
.apport qui appien I que la comn- l'alrermir ie bien et le respect de ,noniant Jo ces :leJdoinageiitealb part, teize inlle masons sont di
nissonl' eest trouv6 eu presence la Nation. les Sres d le t doe 'ulteneur et truites, on a ressenti plus de centi s
I deux repr6seniants pour cha- Puts apris avoir donn6 lecture des Finances conslilueriotl par- cousses sismiques. voila ce qu'en
:,sne des conuunues de Terrier- lu rojet te lot, Mr L spinasse tout ot besoin sera des co. pews ugde temps a ft u olcan p
Auge et des Perches. Ce soiu expr.,1te chacui de ses points slouse 0.h1argec.i evaluer le aiOin le. Maes le Sakourashims ne s'e
i.ssieurs L tout Propie'te et s6ppanement ea faisant ressortir taut des peries. pas scul allumn, der dipeches as
ijv6tius Apollon pour TeTier. leur jiustesse et I'urgeutce qui y II scra feai raiport au course de noncent que alucan.a situp au centre
Rouge, et Messieurs Bertratad a pour le goavernieauent a les la session oril! are au Corpa L-e du Japon est egalemtcit en e eruption.
Lamole et Adalbert Fals-Ainie raliasr. g sla if qui fixe;a Ia valour des d6 q ,e d aars* mab :urs sont immi
poar les lPer ches. Ce rapport! Voici ce project que noias re- Jonisinageaneuis et leur tisnode te ,nits et .que Tok.) est menace pa.
aMclut une euslts .e. produisons in-exteuso, palemera,. un tremblement de terre.
A ce nmoneut peucrent dans I L3 buefice de I'urgence est re- Au Japon. cheque montagne esi
lenceutie el pr~tuaneti place aul Coaidtra lt que:les 6vaie;.n its cla.ua sOf fatvdeir i* Imuc de IEEcuutif, MM1. J. N.' I, depuIs le conm.nencwnenti de Mr le d6pute Bailly.ve ai sav i Niphn, Sikoti et Kiousiou son lit
LAger, Secr.ta.re d'lEtal d-s R1'- I'Al~a e se derouleni a Iravers ia as, as.sunera es de la capi .t qu ttralement hiassecs tde snontagne
lattons Exl6rieures et dic a Jus- [Ropuulaque, amposent a '. nation out lnam:enu I odre dutati* volcaniques et les tremblmens dt
lice; i. Lespiilasse, S crela re d J obligations diverses auxquol- vieue euts silt comupr*ts partui tesi tfrsq e.iuse qu'a eplorneu
LEtlal des Finances et- du laoi-' leas il rsupoao pourvoir ; qu'il les chls i* r&competaor. allemand du XVIILl, siecle, Ie Di
wa.rce; F6is mninS E snne, Sece- cInvieut no.amiuenlt de recon- Mr le depute J.u. Latortue fat Kaemnpfer, a pu tcnre :
tlare d'Eiat de la Guerre et de Io aaiire la dete qui a et6 contracted Ia iueiue observalaon en laveou aCes convulsions da sol se re
MIirine; J. Laroche, Secietaire au uomt d la R16volutioz trinom- des gteneraux qui soan daAus 1it nouvellent sj souvent que les natu
Id'at des Travaux publics et de phln e. qu il imported egalemnen Sud. rels du pays ne sen inquietent pa,.
rAgriculthue; Dr Gas.o Daleu- ,le raionuer lea troupes qui ont i ininmislre. L gr failt observer ptui qg'oo ne s'inquieie en Europt
Bturt, Scr6taire d'lItat de I'us-Icoumbattu et de leur donner dfe qu'll i'est question pour le ao des 6cairs et du tonnerre.
Iruttioni pubhque et des Cultes. unutorues et aussi de leur assurer aneut quo du voie de 1 urgeuce de .Cependant les secousses son.
Mr J. N. Lger demande la uuo equitable rdununeratiou de Ia loi, lorstiluou sera en train de quelquefois si violentes que des. vi
arol pour donier lecture du luars peties. Consid6rat, enfio, Ia dascuser dasis ses d6t.., le. 1 a 3Ititres ont d6 6trai es et pit
pourss-rs millers habitats cseveli
MIKage prtsidentiel tiouaanli s lu'll y a lieu do cousacrer le prin ,aeiubaes du cabinet uruuioilt a si lesruine
Msiotals de hl convoc tlion extraor- ciae d un ddtwdmnageuenul pro- i'aseInbibe leb explicatio.is 6oes Les narrate u n dit pas si dan. ct
fmatre des Chamb es. porltouuel a tous ceux qui out saiiescas dles naturelss conservaient cetl
L'abseiice du itul.aire au DW- 6t vicun adlse iiucend e e du pal L urgence est adopl6e et la A indifference qu'il leur prete si aist
artent de oIntter.eur dit il, ae .srriv6s ,aux Gonasvy a la dance es tleve. ment!
! procure I'agreab e devoir de suite Ju combat du 2 Fe rier, et .. .-On a attribu6 les eruptions vole.
Ipindre contact aec la Chainbre egaleaieut a tous ceux qui out aiques A la combustion de profound
S oom du Gouvernemeut. II n'a soutlert des turis de ,uease nature : d AUSE it E PAISIiI.e mens dle nbiues ti houallc el
Ua besoin de ienouveler la d6- Ipar suite des troubles civils qu A. lignite enfl.ammes par Ia decom
dMration du Cabinet, cette d6- vienuent de d6soler la l tpubh- ----- s Ion des pyrites.
Davy les attobua~i la d6compos!
. otiou 6ltant deja rAndue pu- que. A Japon lion et la ract:cuu, chimique de plu
wque. Sea collogues et lui esti- Sur le rappoit des Secr6taires sieurs m6taux.
stmi quo dans It* circonsanuces d'Etat de la Guerre,de l'lnl6pu"u Une autre hypothcse, plus plausi
doulourouses actuelies, il n'y a el des Fmuauices. Nous nous croyons citoyens du ble, est qu'il faut attribuer La caust
it lieu de se payer de mots. A PRoPOS, : monde, nous parlons parfois de la des volcans A la contraction qui rt
Trop souvent ce piys a M( leurr 6 !. traternite de tous les fils de la terre, sultz du refroidissement du globe ei
b4 phrases poinpeuses et de fal- El le Corps L6gislatal a vote la nous disons volontiersque riena dce et la force expansive des gaz qui St
lat1ceases processes. Ge qu'l faut loI uSvanute : qui touche les hoinmes, de ce qui d6gagent de son intaricur encore -
ha&6tienant, ce south des actes et Art. ler La Deltte R4volu- e passe sur le globe, ne nousss ei 'Elat de fluidity ign6e.
'oft des paroles. tionuaire est reconnue par la na tranger, mais cependant je consta Ce sont des eruptions volcani
11 revieit aux affairs dcid6 lion. te que ne nous iniresse que cc qui ques qui ont donn6 A notre glob.
acco6nsplir soit voir sansassioln Le Secrotaire d'ELtat des Finan sc passe tout prs tde nous. Les fats sa configuration actuelle, qui out
i rdutcune.S.es t colluesLet lu i ces et au1tori. A eu fa.re l rele les plus prodigieux, les plus almira fait jaillir les unes apres les autres
promnellent de travallesr a lue par les noyalls ad:e ir.atrils bles ou ies plus effrayants nouw serm les montagnes depuis le Mont Ara
epros eltentde, ravalerocalunatioon ve d les nuge is adall itatieus. bleant anodins s'ils ne se sont pas rat. en Perse, don't la naissance fut
des cioyens, a. la rconcihation qu 2 jugerales d dleurs.. products A notre porte I accompagnke de cataclysines epou
course. Ar. 2-Le es Pour avoir des nouvelles de cette vantables qui donnbrent lieu A* la
Mr L-ger, ensuite, ,donlne lec- nalices en fera rapport auu orps terrible eruption volcaniqu- qui tradition du Daluge. Ce sont de i
ra du Message. Legiblatil. el sa session ourddualre vient dce bouleverser le Japon dejA eruptions qui ont fait apparaitre
[.Mr Lespiiasse lui succede A la qui, par une lof, en fixera Ie mon 6prouve par une terrible fami Ic, iI quantity d'lles depuis cells de I'Ar ,
btjnbue et declare que come lan et en aulorlscra le palefnment. faut, en ce moment, chercher dans chipel grec autour de Santorin, Is i
Iuile au Message, il va avoir Ait.3.- 11 sera pourvu par deb les journaux, dans un coin, tout en Shera des anciens, jusqu aux liars s
I bolloeur tde piesetier un, project crdisexztrao duaresdais les for has des der.ueres pages, de magres polynsi.ens qui s.ans cesse- peut- ,
Ie loi n.. r i ,prvue parla lot do linances, entrefilets. Qaoiqu '1 en disc le part on dire-surgissent ou dispara ament
11 ea m o, i il i d .e e, n .o cassioilinefl sien ne s'interesse qu'a ce qui .e pas; Le Japon, lui aussi, est fits des <
e -p remp liqseraa les motifs, ,ux l tU les X, t.qe e a s A Paris. La chute dun sp6cula eruptions volcaniqucs, ce sont elies
Siposera les grandes ligues a e rou-le ac ue.a.netie gr teur fameux, les cabrioles d'u avia qui oat fait sortir de la mer les in ,
daemandam i la Chambre d'y yu-Prince et atx Irass de guerre teur celEbre, les cascades d'uun scan nombrnbles lies ui constituent <
|llU.crre an nomt ds la Nalion.Bl autres qui peuvent ire dcals- dale mondain, voila ce qua lIi pa l'Empire du Scleil Levant. Et ces
On uu lui p. rie:ira .ie ue reu sans pour la pacd i4ion com- rant digne d'trc'lu. Muais le Japon mimes volcans qui ont JonnE anw s
d8e me pta i.o*. li v,,n lete le la iR iubhlque. c'est sa loin... ci si res .i,. pays ou heommes le. bientait d'une contree I
pl-t Imutli.be sesve.eur der **. 4 LJ.,e sommUe de qu.* vivint i es mna:idanris qu,. ha..an de mer'eilleuse, y repandent aujourd' t
** Cioncuoui 1 avc k.4 lc, r c.'ut smilte Mourtdea sera Jw rs aous ucrant si uoliuo~t po)Jt pea hai I'epouvante et la mornt.
s ds.. o e la use,ar rIawermusaue du P .e c.oos. si un maaciea mca Jean DEI-RIBL,
S*


L'cquitatin actuellte

I~aes ea y~~LD9ises b




(Smilt es ia)
L~e cav.!ier screngdarug ornpte de It
t,. die tulle 40,;i'npres%3on.si~
:.i- pirialsulicr.i sOtltCoilkiltui s J v
_e pirinc~ipe. U.;Incur. usemneist i'-F-
;)IiCl;t ion ell esi rendua.- ilfi.:fle pom:r
3c.iucoi;jw Je cavaliers. pare qu-jas
14but llernploi de l'6peron svaco~n.
4tiellvs lecAv-dlwr hicste,oinme 44 Itsite
F orroi i lepire dc famiide der~art I s
di1) atiao&1s bruvyamies, produites par
jnec ~orrectiona &;ocrglquc inflig~c .A
liD euiiltit. Ces htsitatiogis Ile Iou
aiaturellkmem cqu'ind.q uer ju .Ii...val
Its moyens de se souusr~aire aux tie.
nantics te son cavalier. Lecs defmenst
in cliev~AI ne som &ii ias bien loti.
4LUCS, tCCi11ILLRZtV.sj( kir vsupr. rteir
idD5S cc,' W. Le cclI&bre dresseur iFit1iS a
parfiotement rsaisoai de dire que 1to
)u tar.d, dns uimJ ~zguae m itte
*st iti~v:itbie ii qute a- Lint xt
:heval nesic stszpas kttndu.sou i re -
lilge nest p~a; d6finitif.9L-4 raisin cen
zst fort simple. T~ant qu'aI su'y a pas
:U COInfl:t. It chevil ne peutitWe
:onvaincu 4c I& superii (12ti e sont
zaaVAlet sur lui. Usac lutte scule peuti
ie couIV~in,:re, et it vaut mcu
nieum la subibr au &`b~at qu.- plu-6
card. Mi qu~elie a cu lieu,.L: ch:vil
-st adis..:iphti vk,et quisul if est d-scspli.
.-ipour une choie if ?Cst pouar routes
es autr;.v ~; soza .n-ic~AIest con-Im. el~
I lsormais nou. pouvons avo~ai)r~rtue
zcjusivemeut re.-ou.rs IAIU doucesar.
%, I& douceor Ir~anquille m .iv sAwi~
uAibles-se. QJAnd 14 VOIOMCs ti chic.
trAI CA con~quiise. le cav~alier peut
41r.- mjis sculcinnt zalors,
-Aire hAbituellemenaa ae gc titin
iranle doucesar.a
11 sac faudrait pis suppm~er J'ai!-
leurs qu'ayiasut soum is 1, chevat
ioui pouvuns abused andd~nimnare
le sa r~sign-atioi. ILe sol~fat Ie plus
lisciplint se re~volterait I la fin si Ioin
nultipliait par trop les exigences S
Ien est die mdrme du cheval. sur.
tout pour lei put sang. Ces anirnaum
f~ort. nerveux, devantIeiC exig-mnc
tAns fin d&un earessesar m~athabile.
iombent dans do vdrita-bks acc6s 1e
UIsespoir et parfois rn6.nceii pleaae
revolte. L~e dresseur doit dtre assex
rin pour percevoir Ics siguses pr%.:,ur-
icurs tde I'impateance et de IU rf'Lu,It-
-~t s'arreter A ternps. 11 est d'aftlurs
faci le de m.pasi m patient ter le cbeval.
Yn peut lut deinAnder I& meane clue.
,ie pour .amsidreA Iirfilu, a 1A 5sitlb
,)Ic condirioui de le iclisser reposer
Apres chaque exercice,cz Ies v~arier un
peu. Apres kLb aque exercice, qUAnd
mi tr&v~aille au Jehors, quelques mi-
Autes de p~as ou de galop conastituent
la detnate nt&esstire et suflisantel
Blien des dresseurs de profession
ont f~rcdmezit applique les principes
qui pr~ckdent d-uae fa~on purement
institictive et furcot couduits a des
recettes empiriques donruant le plus
bouvent des r6sultaits incertains, ou
fort lents. L'h~abitude des dresseurs
t~ant ineonziscente et ne resultant
Clue dunjie longe pratique. ii;1


Rj?~P3 ~i PB~vvtt


'-I I C Il __


5 4








-lent doncmfisammentd mon- considearable dans i duviuppeioi' Le Cabilnet preld con- notre curiosity ? Ce d6agr6tient esd r D -i ;s: Arzur, Bjadel Rideau..
t par ce qui pr&cWde. que-le dressa- d'une grande tecdue do terreia du U d&sormais aboli grace a I'1iattve de ride: e1. Lenevcu Goal- Moisn
a.I.I.m_ ac te I h'MincoLaugaudaii,. ,'ORTI AU PRINCE. -- ,
an achevailrepwseu des principle pays. (aCtaVeC la Cha tbre 'm. auga.uaiu. lPORTAU PRINCE. 4 Ai|
"medntau psychologie.plut6t oraur d1- Poor toutes demands d'achat ue sur une ymnastiOue plus o0a .. tt. d'abonnement s-ad rsscr Thez Mme Vav.l (0) Armand (0) Duchateli
noins habile. Lrsque lan un ave-n .. e d,. -qth La situal '3 pllStique t- Laug~ain, plic L.cente (0) .-- ,, V.ge" (0) Steker
moair Lo 1701 -. a1 pr1n,,e ,aiini..t,' d'Aagtetirr,- no-,,,S10),\n (
nir lintain--esp6ions le,-1l'tude de int notre :r p' risen F:e2iaioe -- ) A(n.int (R) Arr)s: Sac'
de cCtte science fera parties de I-ddu- qui trouveo e c moment ave *La praise, (r e *tact die no iveso (0) (G.ud O( Cap) Gu: We g
cation des buyers. fe dressage dIu Sa mre ao cap d'Antibes, o I' initEre c i dn D
cheval deviendra une operation beau lustre homn no d'Etst vioudra ble tl pu t ( st e. .t- efftt.lne aiir. L'a~t STHM E
coup plus simple et beaucoup plus 1- rejoindlV. ralem.nt atited.i avt impatience SOULAGEMENT GURISON ---------
rapide qu'aujourd hui. I M. Antlihny As piCIth, r.conte no oern'ESPIC
Et, come l'a fort bien dit Mr. tn excolhmt onftre o lfro I'E.ciaircu d4 pare,, ntu'i, est.A itea to, %go.icerne-r oua* IE*W.PrluIondeenit iI
'Gustave Lebon pour i Francce. ace.. qui est bien plus vrai pour H i ti:- a de t'es ,atux tons liot iit e de lour politiq't. ue,, I C R G -I I .-r-
Si les chevaux e les infants son. t si .autre jOlr,, i settf e, it s iW .Cs1 1 Se s tlem t cet to' ICHERBOURG In.a- M. Deelalam-,
tmal dresses, c'est que les prancipes lortiq-- d -'" --v ilt t Iavia oa. 'phdysio'*ioi traditionnr lie. A ct ----- --- niste des finances du exiqu
education pr&cedemmeut numeres tI dveloppxmi sol Iet vSc 1n6 ra des seamtiaaents tt'6s vif parfois con sest embarqu pour New York.
s-y trouvent"A peu prs ignor,;. ejalttis d. vpo. i L r.rmdic-teires do ,.,iriositl,. do d.cel- i1 iO 1 L'0T I LL H va reprendre son post. le Presi
L mtoene.etx i de,,th,,siasno (liit rilt dent Huerta n'ayant pas accept a
L monde march ; c'est la loi du de monopla .t bi u et ex. d e dent Huer ayant accp s
progrks. Rien ne se fait aujourd'hui pliquant le ll'.'-.r,.;t. principle de d'ordiaire *1' hre danis Lt sale dos Tous ceux qui s-iatrssent ux d6mision .
auepetit-bonheur.ill faut affirmer nos colistruflio.. 11 j)lt at a so I exposed snes, diunt L sports ont encret 11 n l escadreanlasecom
aptitudes pour fire cesser le doute. un r suand ties exploits des princti- 'nts slsti aire' tavon*obr d matchh sensationnel de 1ootbtil asso- mandde par Il amiral Beatty, est arri
J. I. :CHIENET. paux aviateut rs. L. jetre io;nial t liez tolls celix q 0i tcontaient I .-s. .ous en Novemb c!
parlasais s'ai.ler d*a.itno note. acl'aration:s du cabinet, 1u etlt| sa2 entire les marines franfits du, ^**, --M.g a.egogue, a.
SCot essai or.tti r,- M.1t d'6n be d'.i:ut-( qfujaisais aparavant no s'* D.-'sartes a et un onize Port-au- oassadeur-de r race c4.t Russie ust
a'.gure. taitl niaulifesto ave*" talut ,l'dvidelne, Princien La victoire nous restta;. .eCIarti- aujourd-hu pour St P
A ttetio!, Bulletin de I'Union atn Pilais des re')prs-entaiits, un tati oar li. malgr6 I'habile delense do1 urg.
i Bflleln Il ait du soluvir d'algoisses I'aguerre don't on se rappell, la S r EThRSBoURG 'f.LMt. Vaii.r
Mnine THI.IrOCLS LAFON-" Pania:nrtcahe v e.u eL d sentiment agrdable do sympathique physionomie. Kokovsoff presier inisire, a de.
TANT avise s;a clieanidte que I la Nous avons bien recu le fascicule la sCUcturitl prstUante. Une parties non mrins i.atlressan- sad^ ssoi. d- iio
liquidation du Stock de suit ma- de Decembre 1913 de cette public. (:,.st das ll ilasprofd alen, te se disputait jeudi sur la pelouse .BER-. [.L- L'aviAteAr RdIrt
darts tin lailenco r,\' atIalter 1do la for-dPre "L0conte : I'Oqtipe ou Colde l-tena battaaujourd'haitu
Casion pour cause tie renioiivelle tion don't importance croissante se to notion A laquello tons les. court's du Parc Leoe : l .quipe du Cwide e a baaoau-ourd ur -
n., nt, se poursuivra encore i;ow laisse rcmarquer dans chacune de ses taielt .' iroi, ti t ls as.,sistats voulut bie accepter 1 ivit.tin, Ue drome Je oe hanisih il I recorJie.
le tours de cc inois de Fevnrer editions. *con.turent l orateur (quiii exposait au lui transmit Mr. Artauid, l)l1gue hauteur avc quatre pas.grs, ,
avec un rabais de plUs de fnia- Celle don't nous parlors en ce anoii tlt (;.oiverneinent la situation du Touring Club de Francc. et sc ateignant 2.83 ntire,. -
aentcpr be po.t1 moment comporte des maticres d'un de la I t0publi(une. -Le delarement mesur.r utin team haitien. Aosrn ii.- L'aviateur La.nl
rate pour cent. interet indiscutable parmi lesquelles des tieaizices, les miines accumnules! Le coup d'envoi fut sifll'iA quatre part de Genevre ce C atii.a paisi a
nous signalons : par Ies adui'istratioos flnanciires heures par,Mr BoulevarJ, du Coa.'1dI 200 metres au-desus duiMat-Bn.lc1
L'industrie lainieredans les Am&. t1aladIroites l s dangeiT r6cents qui arbitra avec autant dimnpairtialiit et reussit A atterir ici aie milieu u
riques coruts par la national hatile.e, que de comptence. brouillard, deux heures aprcs s*
F8 ae S- E RefoulementducourantNpolaire.s I naes ait.s i otr to o- Ds le debut Ics franutis prirent envole. .
RENSEIGNEMENTS a le tudphone sans fil pollue ina lot da etlit- facilement le dessus. iouere.it toute 1
SQ-euantauxnotessurlesRepubliquesI Pi)ht! iue, otLt 'ct ello- la pre lere"s ns i it a--
METEO ~ROLO Q S QuantauxnotessurlesRerpubliques,.; et celles ne sollt pas de elles premiere m temps dans le camp
a[Ix'METEOR'OL'O.GIQUTES Amtricaines on sait trop avec quel ui'lon P)eut envis.~ger avee. indifft- adverse et marquirent deux buts
OBSEIlVATOIllE profit on les lit toujours pour que r'cnc, et distraiteinent lorsqu'on oest malgre l'adroite defense de Woolley Letr*e de .Jacellu
DU nous ayons besoin de les recom !r>i liaitien et qu' on tient it it in t i ( U. S. H.) vigoureusement aide de
St MINAIRE COLLEGE inander. 'r. Glaude (0) et Sachse (0). M onsieur le Dirccteur
SAINT-MA.IITI\I. Nous avons enlian j u avec infini- DMiins c'tte note carac teristi- A la reprise, les haiiens qui sein- eur e Directur.
i ment de plaisir da:is ce numero, une l le do la stance d'hier do la Chain- blaicnt p.rdre coura.ge,se rcssaisirent Je vous Prie d'insrer la note sui
Vendroi13 Fvrier 1914 agnifique illustration du Thhitre ye dhs l)c1t,.-s, tout le mioide apre; un but marque par Armand(0) vanle, en torme de rectification a una
tarom~tre a mnndi 7:..:{ Parisiana don't le success devient cha- doit clh'rclhi.r A I'theo0r persetle, et Vaval (0) et, toute notre turia entrelite du a .aiin du 29 janview
rempratur inimun 1,-> iuc jour plus grand. e ri'l dt coil~', ulel bI)tse national aidant. le ballon pass une couvel rel.ount la ort de .M
remprature axinu Tout cel-a faith du fascicule de d action. S'ai fallait poser eni quel- sceonde fois sous la barre pourtant
( ie Tembre du Bulletin de 'Unon Pana.- es n)ts t problihe en prs nce bien gard6e par Moisan. M:ne vc Brrouet a t6 tu~e
-Ioyenne dialu.e 2,0 Iniricaine, un travail que son interd t ie trouvr'ait l)-int-tAetrCli ( d. A partir de ce moment la partic d26s la nuit de dimanche a A lund
Ciel presque clair lo jour. divers suffit A recommander Al'atten- nieux que do dire que le Pas ost s'echauffa, on ne Noulait pas laii a6 jnv cr coul. Ce ne fut don
Vent d'oucst assez fort. lion. tout pris d I'abita, et quil n'y ser ce match nul. L-c.an des f an- Point le soir de lembarquemcnt d
Baromitre constant ecr irt pa de temps a perdre si I'on veut ais fut cepenJant arrtWd par l.i poiUnt .\sirhel-Oreste.qu acquit
I. sCIlEIt-l. Le Sez rtaire d', lat 4i'ei dioigner. Le inoinot n'est done violence des charges de leiArs alver. ':c le Palais National que le mardi 24
Minislre ilnitriintaire Au D IparlelllpUt le l'Intrler r pas aux disstentiia units ftinestes, aux saires, tandis que Ie desir de vain.re ian"vir dans I'aprds midi.Cetae rema
Par suite du draillo. ts egoistes, aux rancauimes Jes haitiens se heurtait a uie d lcn- que a son importance que je lerairt
Car srluites Zmor pour le Nord, onral ar ilritn lttiles, aux'dtecaaieiiiene'ts d app6 se vagoureuse et serre, el les roulae sortir tout A Ihture.
siur Jacquor pour I er Secrtairen- Avise le public que lc Directeur tits et d'ti~l'ts, mais I'unio, dt des du sifflt mettant in A la parne Ce fut aussile lundi 26 janvier de
d'Etat au garmentt des Relations de la police g :i&rale et de la Strett tous devalt le april national et p:m surprirent. toat le made car, vrai ier A 4 hures du ma que
d at est charge, jusqu'a novel ordre, de uv'e da salt co:ninun A ia rprirent moJe car r- term A4 heures.d m atn, que Ma
EFterieurcs, est charge ,pit,timnaire enlsu o l d l le'r,(oil at oinatlni dais merit intdressi.on ne s'etait pas aper- Emmetetits. ilce dueMa
,nent de la Sccrtarcric d'lta de sgner les passe-purts. sai c', e at ant maintoni t de iu de la fuite du temps. e-rout et pfire fille de Mme Vv
ntrieur et d, la Police nralc. Le Serv;ce des passe-ports se fera, t.l i:al ,pl ten Itot tiai n so:t ut peu etraiie n out pas erroucttu besse A la jambe d'un
Thri leur Parisi ,a c. chaque joar, les dimanches et fites on tout c qu pouvaiatdre b
'I'htrllre Pari'siallia e le tbdaite lParisa'a qui west p!us un h-'ure de I'aprcs midi. Or'est, Z.un r est lit qti fait appol A peine d'un asseA long- voyage et ptru-o)ne Cn lHaiti qui ne litriss
. comptcr scs initiatives ino1110- ort-au-Prince Ic 1;3 fcvrier 1904. t '('itA's lhs lrc<>s vives do la Nationt n'avant pa, foul ca le plancher Jes C:ergiqu. nent ces acts traces, di
ve encore domain. Pour satisl.ie ,,:t le gr.nld travail do rdpa.ration. ivaches depuis lear ar.aivre,n'9taact gies des Vanales.et des plus fero
aux dema.rdes du pub'i,, il joucra en D:e-Si II edt n111a par les ilntenltionis los plus Iorc6ment pas bin en ortne : il out cos barbarcs. Eti profonde sera I'in
marine t n soiree. Le premier spec Est morte hier chez Monsieur Au- peiittS tuppd suIts laciens cle. perdu le entrainement qui lur goon des honntes gens qu
tade. qui estcomme on less it, pour t ,r:iel, Aserruit t s ains el valut les victoires de Vera Cruz. Nis "urai dit quet a td le mobile de
s d e .sAu na Sidney PAierre. nueGrkgoirI',ilIo a les oluto ens do isfrondre haitiens nont paseu un ballot eitre a:tes, fIappes de la rprobation n
avec C.cll, comdic en n Les funralles auront lieu cet- ini tiative de els'ots i tenterpoale les jamb.s epuis D6cembre, ca ces 11verse t bn dtle...abl
re interpret pMsdaesR e s midi i2 heures a la Cath- rtabliseent du bien-tre national temps drrs onav duties cats est bon dab e le so
Gorge(!a Co'oil) Ma the it. ae Jamas la situation linterietre t ne a fouetter n drpitde ces circotan du depart du President Mac elOrest
Laure Messieurs Mau.n Bpolt r -as de la imill u c G cst .pr.sente i sons un jour plnsi ces, on fit de son mieux. come usqu'a ce jour. il n'y a e
I.iport tpinaret.a f du non.. lami favorable et ,n pourrait dtre envisa La line d'a.ants du Cond6 est ex aucun deordre a Iacmel; par cn
A.Ja C avec la minne distribution. L, rideau i La hamlb-e ties Comples vrle d'a, paiselnet mnarclio rapide- posent jouent iun ave l'autre, i'un Vve Berrouct, tuce de deux balls, I
tombera sur Le truck -'(Ota:..lc granJ La am s Compes nt vers sonparach6vemient, le re- pourauntreaussi la- prcisiA de leu.rs lundi 26 jinvier expir. A 4 heares d

succes de !a derniere reprcsctn.tion. La Chamibre des Comptes p1)rte toitr,, Coiplel de loadreo ne. peitplus passes ut plus d'uue foi rearque mating, cc'.t A dire bi en avant dl
On sait que depuis quclquc ltemps l connaissance du Public qLe, dan'! r dl I n a se pas a des ses 1ut puse d u ire autntA. mpalsaiaj c dere tlne ei'vsot dl p6p.
sao slancccIIC date de c jour, Kelotie tor. t1 tav aO pais at s suscitc des On ne peut pas en dire autant de Ia Pr" de Mr Malchel Oreste. La pu
et loutr permetre i tous d proliter lu Monsieur Ic membre Alexandrl cliitnres pour s'en fire unt objet notre, i, lest vrai, tait fornie tion de lac nl s'ct motontrAe s ..es
na a dieinu considrablcmnt r i .\toise, jusqu'au 27 Juillet I ai P'rc- do to)Inetls ; it I'ieure qu'il st, le d'1-metnts pris un peu partout. A rcsice dans lc calme,ce qu. a decouul
prix d'ctru. On t dot, aveoe sident du Corps, pour conutnucr la devoir do tous Its haitias est clair pert les aiii.rs,le. autres sc ge...icnt ge les fautetars de desordres.
,et inesur, tout ent se rissan gestion de Monsicurle membre lmilt et I)i'ef. So rallier auouir du Gnd6- continuellement o.1 etaient gen s par is 'ont du, ccs protessionnls de
rtcr m uneouvureo ut ilen ora lie, demissionnairc ; et Monsicur lc t'l Z/tlaor et tcolhabore avec lui les dcm s aussi est on unan,.ne A assassinate s'en tenir A leur tentative
pemenri a u-c aurtend de toura inembre Charles R gnier, mcmbrc de auix "'vre' de llux et d pr'ogrs clearer que notre ligne de defense avorte du 26 janvier ; :ar la v cme
me qudl attend dhe laus Commission Cctrale du Retrait. a 6lt sup6rieure .a la Igne d'attaque. quils devaient abattie, triste about.
Chooses dn iUniuc;ilues Port-au Prince, Io lFtvrier 1914. -r- -.. -.----- Entin tout le monde est sort con sant des haines politiques, ce n'6tai
lj Smnat a appronvo 'iii<-, t 1ii19. tent et c' est aux cris rep .~s de Vive pas la vietille Mne Berrouet,. mais l|
ient le contract p4our la cm stiucioni Le Chef de Bureau, Une bone nouvelle le Condd, vive Haiti, vive la France gtnral Berrouet, don't ils ont peun
,fun -wharf a Puerto-Plata alims de L. D). MALETTE. qu'on se rendit A Parisiana od I'US don't l'image les empche de dormil
faciliter le dcbarquement io. mate- Et nous sommes heurcus de S H. irepr6ent6 par M.M C Henri Lamentable tatalite! II s'est ir'il
riaudestinus it .iblao p)111 .servir Nouvelle it 1I main. l'annoncer ai nos Icctieurs. La bonne quez, son Pcsident et A Chevalier que c'est la pauvre Mene Veuve B8
t ns la construction do t'ravaaix pu- Est-:e vr.i. p.pa., qu leI son et saine li terature, les chefs d oeuavre Secretaire general, offer. it le punch I ouet,toute proche de la tombe daj
OPU signal dains ia li'roviii.' de paicolui to0 mn tros .i la second :- ds ccrivains trantlqais et rangers 11 6tait question d'un second ntch avc ces 84 ans, qui a etc la victim
S.int-)ou'inge la dt'co.v'. Lt d'utit'. B h .-... Cest un bruit qu'on pourront ctae lus par tous. Des nonms pour demain apres m:di mais de ceux qu'oa appelle A Jacmel
tino dat, chiarboun ct de mintes dor, fait courir... d'autcurs tels que 3rieux,B.rlzac, Mus nous apprenons que, malheureuse balde tragique, qui a recu la mortd
Le 2 Se ptouabre 11 l:l, le inii -- -- '-- tot Ibsen,Stendhal se passent de com nous lui souhaitons un bon voyage "enirable, qus fut un vaiilant cae
te';r dea Triavaux I|Ii)lIas de la 1Ih1- mentaires. Des litres connus lels que et partout oiu son equipage ira pro de nure, lui cuat-on deriande sai i
p.ubliqueo l.)anieicaiie a iprocdd6 Cisr 3 S los Csaqueshi Cit lruJetnit Alano: o Es- mener le glorieux pavilion tricolore Pour sauver celle de son fils, n'e
!'ouverul' des ounuisrtis 'ete Letrain de 8.45,Ciandini; a l-Ecols, none pensie le suivra car nous n'ou pas hisitu un moment a en haire
u., initm-e... ,p laWI construction -. les Dermners ours de IEmpereur Lesava blierons pas sa conduite au courssacriice... oui elle eut eti heureu


00l U ak. lcu s (juatetro lltjlh1J'itiule-IsOr .Aint-ricain .~olo prim- kium&er. Tous ces oui'rages cii yen content uon jour dts carnarades qui! Celi. Celiii que dans sa pidzid ddif
~tu~afteS: &0!talo. ~la til~'., Dette hI t~rieure dilaiI 11:)21. 86 ad v, te au prix de G. o.2), Ic texte com- vienetiet en Haiti, ces -homines qielfe avaiLpispu mJII e
P.169.5. Tiii'all, 1Mdli & Go lette lnt.d'Ita~ii 1I413 861 ad v'aloietn plct. ont fraternis. ai'c nous, dmoi I me martyr du Go ngoiaha, qui 11)3
1' 109.1; ).ildg'w JuseChaque sun New-Yoa'k If 2/o' t!L-- suc1.-I' eentrcprise esi assure iainement que atous ate soinine..qwpas
fl' W1I. Z)l55; c't LVl-ki'aaChaO N: rte2osp u~ a ~ h:~e o rrs.
~ *i*901.7 ri~tiiaa~za6tut '.hf~ue sur Paris 1 31/4 2 010 P:. of inous tii, douiaoat pas un seul ins la horde de sauva'-ge quc daseatrjue!
&L'cordedoe it ces dertuiers. 1raite sur Paris.. pair 1/4"1 tant dc sa itlussite.. ques txtravagatits L'affaire dol 26 janier~t fut Lm
-fA4 graud'a'tuuto .le Satita Ania tra- I I'ransfert sun Paris. 2 1/4,. pZ FL D.: combien d'ouvnages n'avon* 'Comnpotion des dquipes tat dirqagdconitrtle Ic gearlt 114
'r4GUno section sga'icolo 11*46-1iillt de P. j..2 0/0 escompte tnous pas ezitentl p~arler et A propo QOdf azoalats: -Modt~sto' Co:aelat, pa~r ses vennemis polilique ,ul
&4Ie ~t eUQ uurzueaaur;uA UMll::e o cpdnauei fos uav~.sje6asar te c4 .~~i~l.A4asL~u'ri~n~h