<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01991
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 12, 1914
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01991

Full Text




I~-l~r A 4AiI~: M' fdd


1POU'-AM-PERU ()


- -p -a -- -- -- M --i
-A -- -a"OS---I- --A --


r('16lez OIRE

A 3 N LIN ENTS.
1p* 1 f-A 4 R I NC'E
J .s. . G. 2.00
T,,,.. .\>II.-. . a 5.00
1) ;: I' A It iT I.F 'N TS:
U. M11i-. 9 . G. 2.20
't. ..i . 6.00

T i- . G. 8.00
l- 1"P- .1 CENTIMES


S


6


j


QUOTIDIEN


_ ~___ ___ ~


PO(CL 1l.1 TION DU PRESIDENT
DE LA REPUBLIQUE


C4JNGIT& YENSi,

Pirlagc:1tlI avec lea Nitioctus

qua ve.11iqfi uo taodestin6ft sac-
goinplisseiii aii miulieu de crises
p6u .jodipile.', I tAIls vieual do do"
noer UiIO hols 'I-i plus ai an on-le
rivilase Icl spe'ctacle d'oiane sOmich
ujui st~t. ,ilevee pour dt-feadre sos
fiberh lt s ces druits.
.La cv Ikl-ioai about boule
luite pom-u olV Atl~e soitla lit i~i
resamiou d'uto plbio-t44, el lout

do eur eeii~g~iaas et des p~rotn*s
NoCOtistitUasit U11 prograiutfa.
6ialisalule et uie
Lie Gouveriwiewt ltqua vielli
die sorlir du iouovemiellt da re.-
wendiciition jraitl 4u Nord et so
ripiulemnt gn'a irtllzie lais i out
Is Pays, &apjplijiera toules Ies
idmes dout devroual sorter uu.
SUm1Itorailot Soc-;ale, U11 allgre,
metal des cli orgesilua' p~3sensut
le people. uta doveloppeenesu de-
Wores de La Nix 101.

Co MA.TOY NS,

ULwansjn' tfe gouiveritmeaninal.
q ui a iualalue ,lat derimiiere p.~rio-
de q tieious veajoas (to traverse~r
r inte ;au ,oiiVemr tou~jothl'S.do,
ureux f~ait- cala-;trophe du 8
Aoikt 191,2. out crM un amalais.
wofosid quo tous oat pour alt-
voir de cornbattre, pirce qa.#
Otis en sosidrucit et que lie Pay-
)eutei Camaoin ir. 11 iianprue qua
Socie'1611%laiiertme, Si Iongtemip-
qagnie dtiams Lm rechercheo de 9s.
w~e, roinpe, ave4. des talonhce.
neul,4 tml'Mitardoieaet ts'ori.'it

ue cette oratlematioll coineluise,
s(ccrois-meaLtide lat pro-ap4rii.
Iion-ale.
Cetie oeuavreaious le savota-
coilihiotaozse p~ar uaae certise
fusiota ties. esptats et des coecur-
laquelle-, pour ma part, ja silt-
ha it Iravailler avec la pl~tj!
anile ahlna.jgjmtoi. Datas msa cat
ilre mnute isailatar', flue je iil,
is ettorc, Ad:1,eaitotites le,& cir
stancEes deama vie, d'impro-
er de ce civisine dolit lit Pa-
rue, Aides 1itres divers, fait usa
voar A chacuta, je suis touijours
16 etraaager aux passions do la.
aIlNue. Bien peu sontl done
(lUahfiris quo mol pour
Omr aPPel a I uuon, A lapaise


-ment,aud&ai~rm'reuiI dciconeur.

eeutendu de 1ous, do iolsaimantI
.colaal.,tauioaSiilesiit-ita;iiuI lem reddeg-
toiltls, clcu~ltfklsjt swil dsup.~fleu
tie la chose giabliqjue.



actuaIles, avec l'olivier -le ;;&P41)
qua. ~ -;uti moitie damns Ila (Gapeial
.1I la fl4pti*bliaje, ;uples ,avoir .64
81Asur low, mnoll aspmsAgt ale!
a14Clamuaatons tie iariae el tdi,
p. eiaple. Les eioa doat, je suv.
veaau sont pairmaa les plt~iaat hres-
sanles du pays: Ce soutlaltars voOk
111i II ssoalt pcmts. illsf-111 le, ce%
voixqm qtl, ite fois tqueeIc i o
aclu~sia, r.a-ctia dutas Ioute~i l2,
C'3lonioCtwe-4, le s cilavct, dlu ser.
.aaew fiae fh~i-JAo. Plum4 lots, le:-
a-vuilatioi di 411Sal-. qua'lo 10eJ-
potismi a th ii 0ioes eteervit, ill,0111
161,' dii bail letar aiiaaaemenee
ilsii prifclCip- fie hiberh1 pour los-
lto Iul'aletss, tout itlelong dt
.aotre hestoar.', ellet oral Vieit d,
-w viS vrs leur sang- C 's prualct
fws 's" iaa temitearmzt;it, a clachfs o
11011 G(ota 'vo-r~iwinent alliimee as43ti-
Ire quo Ihl Wpa--rieanftit aulut'
t'omeliiI I 1,41 3LlCr d:.briter I4
Pouvoir cellta TIii Ia e 131Ntioll.
Je stas ts ulr I'lsominer do lous.
-it c'est, le P. I ys tout euataur qua es'.
ivec tao'. I u--t 4ul'IIt pAir, 8silli
lispeiasablea Anotre !tvolutioma
Pour le taaaiititlendo celte paiv, ji
Cornpte autsant sur les iiislinct&
co)rservateur.N le I* anviisselabo-
rieuso .que star bs iIqpy .114. plijs
amans don't lh hii et, s's prefccu
is etionsas utup-ieares iu salul na-
'totial arijicial I gouvt'ruidaeleal
progressisles e't ainus dui people.
4iroupez-vous, Ciloyenls.aubout
Ill Zouveraateiaent eltitle chala-ua
.1 an-4 uitaveatir prodlhsin et p1w
heureoix, piusie~ revelidultwer a,
part 41-1 c-daIboration b C 'uouvrs
grand.iose de l~a r.~novation natao-


Port-mit-Pa jine le 1I1 .~wrier 191,~
in 1Ile. de VIiaadpenrdaaace.
Vitro la p;iix!
Vive Ml'aioui
Vive 1,1 ndspioda nce Nationale!


lai et la Diplomlatie voulons parler it d4birquement surr
notre sol de mn.trins strangers ? C,-
---- faith cut lieu. dissent les documents
public's, avc- 1 i-isn.it ent prealabi:
Xous venons de turner en peu de deux autorits. D'*abord verbale-
e temps plusieurs feuillets de note ment, avant son emnbarquement, M.
istoire qui soit tous tristes, na le President Michel Orcste. pressenti
rants et decouraigeants. Ils sont tel par le reprssciitant de S: M. I'Empe-
Iment nombreux les faits qui se reur d'Allemague, avait domnn l'au-
>nt accomplish du xer janvier au z torisation de dbarquer, et, par 6crit
Evrier de cette annke que le cadre ensuite. Ile Commandant de I'Ar-
'un volume strait peut etre insuffi- rondissement d'alors avant, pour ain
nat pojr les contenir. si dire, confirmed cette autorisatioo.
II est u:gent cependant de se ser- Noua avons bien vudans la suiteque
. du )ournal pour consigner celui le Gentral Elinond Polynice avait
Ia &t lec plus considerable et don't voulu reprenre son mot ou sa pen
SconsEquen:es sont innoinbrables 4a et que Ie Corps diplomiatique
dusasitreuses pour notre orgueil dit qu'iI n y avail plus lieu dy rev
hal et nutre condition d'Etia in m' ati est con orme A It ct
tMaut-. N'est

I.


doit porter, tout terrain conc6d6 est vernons do subir~coup sur coup V in ment doit s'attacher gouvemner par
M I S.. ervention sous, ses trois phases: l'n lks lou is eulops les lois.
iCocst poureel& quo uMatgr lIn arii teivention officaiele, I'intervention Notre paaa':epoi.I~~ est It
ci.. du *atin to cubt..PAL huroufici ~us-e Iinterventioiararm&L~. 1ituii4C. NausiJ% Os crovomss iwtv o~t
l-affront' anulgr, es cris d-inti-'na Pour que tout soit diit de now. ies tes aptitude.,et if' SuLlit pie L&
lios ie.M.Chrle Grmim: n McoImmC people tndetpendant que f tu -woix te la i Iauer'e %e f esse eittendre
I3unito Sylvain c et &Plua'.iie% s 11 ii encore ? La praised possessionr tj our que le C..i-A e j[litLat se Croic le
tics citoyonsl. ima r lcs re;)r%enta tf~rraioair.- litatieri ponr .utic pirioi flus gravid pulitique Ju pavi. le plus
ios ~4ais~uimt~sac9 ~ pUlus it1..Ue qtlt %C% q~i11U'ijo-irs.Ju ;r~anJ j'ariscotawulie, le pits grand
o.:~Permncutl~a ~'a.p~% Jc ;- i vier, d iste &tic a dticseuie tic air il. le plus gr~anil tezo.Io,.ite et
p!Ar Mr. H.. i. IjJsjtiv. i, NI -,%tr.Uat, laris au 9k-,%r~r.ditie te leur reain c plus grand ingthiticur.
Co mmunal,%lI Louis Roy~du ()fh~bjartjueiment. Et: s I on veut se ra, lit avec cette assurAtI.Z tie touted
le Salut public. pratiwe 'ar S. o s eler Llue toit tcrrnwi g ag'i i6n S.ksC1II1S0e s sscin: aCqtus.ss jpar letlit
Arcner, du a Gn~al Polyzaice. reni pa-s ell dioloin itieItii est avisq ;u1 ttie sot .Jecic'.iA' Lt Iwrc;-iiire
."Andllat de I'At o aJdszn!i.t qa ue Lt prise td p- P,,sLsin idu terr. n ri;titure d,: litrat, le' NLiqui,
,zentral hMurize lDuca-,i. cl~ ie d 1i t.re sera fasitedie inbtcA;I Lpremnier'. t crjit en dtroat tic reUutir ciiet upe
..Arde du Gouvernemnent. les tmrins *ci lsiuuu. Votlli c qui es upudkiwtns itsI direction dc toutcs lesbr.A't
-trati-ers,,ure~it inazinenus ;I terre. rI tr a t.e dua genic e le a PAtine. .:hcs tde I*Admninistration publique.
1.*ur nonibre au contraire fiat au4:flenlq'~ prelate g~trtie et qu'on pren-uuanle insesulano
b,bcn~qu'il fit demnoiuirq ui l. pic 1C ictOuteS les precautions paur coil na. d.etruiiant ain-ti IL~quilibre de-
ienttii desraassa~.:e 6tnresuter cette catas~trophe q--ii serA a fLa Ii h.)ses en d -pit die la Luistitazan..
ar [attitu des iussie.:or draDtec: IigtoInotre n~ationialit. .-. Lipuissaiucl: jtre sociLtlt% ainsi dotietizeneamt.
ie la poi~u~aiioa. 1'ar 14 vi Ii~nc J4:s ran'tres 50i tpe see% tde inetire d, vas loin d'uuic ds.rgiikjtiozi coin
tuLuritc i.auinitm itln 4lCeJ iJI k PU_ Iortire sur toutIC p~irco~zrs que do., Akcemnent rcnla~.cinrr~
tiic.que les bicivi de leurs r,5qor- sais're la civilisationi avec l'ouverture ruind eti iminivent. juzr enraver l
ussa~ N so t pint ~ diicanl dePanma.nil. taut ifi que noas .appd_-to~sii
curait vie son j ,t poUint xpia mslarII En attendant que Ic faasse d'autre% ire sc,:ours I ..t;seiI -,.'iuqi1,wtitu IA
tait~~~~~~ d:Oussn~a~i uia, Il olJ~atton i sur le Droit Xinit erven :oeudaute d-- it ),; tfires pubhaques~et
-tuisqudevnets:ai lmreco t buc nutaic. iUn au point tdo rue esseitiel tie I% attendant q se !c pcuple rcprenaie
La vie ties reltortissants i*traagers volutioni du people hIi aien. le f it -:oasic'i.e tie dc it'i:paIlr II t mic
:etitpu entiigrsiiilets~ uivre ces lignes #dIun extiraLitfi 1C~liu ielllc zC,t p ro be
adn~actset "-L.An.& pis em1p-&Ilh que a un opiscuIe public pir mc)i en just 4:t correcte. &tzivii~foas qut,
curs miaisonsfussenig ardiecs inailiaire t9,S au sortir tie It ievoilatija qti l aiis eC\2Crt-to, tio).iLISs scl .Ifl
nent. slors quwailleur-i chex d~iutres rejiversai leg iaveranmn~iLtidU (;ul -ei 1.)I, a'ein ,tnt cimntcgr.fleincnlts
.WupleS Oaa ,.z1.tent dtis r~voluizzons rad N'crdi Alex IS. Pulisen. eiiL c xtra,;s 4zoittribueRt au
on-un cie sou~o aporc.A 1iie Diiiicc iin .flcat oza tant tic peril.. ucC' i u G,;J %erikin-tcitt Ju gtcn~riti
ic~ouilera~ta~xeS~nii5A~l% uuisnous 'neniceni Ih lecture tde ces pas /,-&n )I a qui j_- souliai:etie dre "rat
uroat a so r.tire ailkur 1k 'ttio- jIag-'-s nesera fPas inutile .au Pr--sitieja oavoir iv'-c si ifl tic plw,,outoinie
311 consulate re',.ctifs Ces -it,.is 11 1Ures- io~Anor qiti. contrairemnent a ic lovaute,d.e franzuins etd..vrAndeaar
.oit tioiaaes gcoeraleincnt qjuz Iorisi'm. prtA6:e.seur, d')it chizrcher A st:
lue le danger cst iinuininenit qacte.ns:ITuAMwax dAtis le cerie d.- la Consti- SCH(U) VILL11C~)
)4tailles sont livrees tinv ~IA oa! tution et ties lots et lias-.er 1 plus
is se traoavcitt.(7.lz Ces peupie; C~esj! granicebert~d'actioa~s A scs ministre,
1a4l-gatlolloul c oIIIJIAI at +)seal itns il'anini.raiti3!l] ticlear mni-,b
g~t grde mainiiai rcin.:M t SCUICn it re rspectif. Umoat uEa
orsque le datigeir est intillileit, Pat SURAD VILLARi)


-.onal veut quc la lictiont dexcerrito ....Devons-nous demeurer dter
-ait!ite ne s'Atclnde pas au delidd- l'iau nillemeant daans cc gachas politiques
neuble ou se loge la 1lg uioa ou le oCi se percent et s'* antisscnt toi
consult. tes les forces vi.-esdu peuplehaitien.
S Mais cli:z nou~. Iw bat illes sont sus pine de consentir la fin dc
ivrees A cint licues, le danger n'est noitre nationality ou devons-nou%
jue dans I'iinagination,ltout d. suite cnercher la solution qui doit prodi:
.ans perte de temps. I-on u lait girder re une transformation mithodiiJue.
Les allegations. V1on tait girder ies con ,-crtiate et bienf.usanae de cette ho,
;ulats, l'on faith garder les Jemeures teuse situation ?
ranvdes, etendant par iiasi la fiction Certes. nui doute que la recherchel
i'exteritorialtie sur toui les .indt dune ineilleure organisatio de no,
la sol hi itin. Pourquoi ceax-ai qui atfaires publiques n'a pas toujoaursete
Wvaient cn main la defense d |fi.s I-objet ou la raiso:i de routes nos re
,terctis sacr.i n'avatenit-ls pa; peut venjicatioas armres. El comment s.
s6 de recl.imi-r ,en n )tre ftvu.-, A ze lait-il qae touted, ces rcve Jndcatioti,,
no.nei douloureux,lI tra.tenmnt de 'oznt produit que des resultats nggi
,a nation la mints humili&e c. m nc tifs au point qu,: nous en sonm-
I'on rd:lame d.ins d'autres espcces le mes encore A subir cet 6tat dei
traitemnnt Jd la nation la plus favo- choses que nous venons de rap
rise ? Et alors Ion obtiendrlat peut peler ? il y a donc des causes d&-
atre la concentration des forces ar- terminantes que consciencieusement
mees d inm les legat ons o n I l cinsu gouveraant et gouvernes, nojs d,-
iats.Nous avons perdu cette occasion vons rechercher pour les co.nb.ittre
Comme nous sonmnes loan du resoluinent sans aucune defaillance
temps ou les maisons etrang&res n'ar ni Iaiblcsse.
boraient mme pas le pavailoa de jusqu'ics presque tous nos gouver
Ieurs nationalists durant nos guerres neanents passes. A leur debut, ont eu
civiles. 11 y a peut-atre une trentaine la chance de produire dans I'esprit
Jd'annees l'orgueil national de I'hai- du people la plus grande sornme deI
den supportait difficalemnent aix heu confiance dans la r6alisation des
res de trouble la vue du drapeau belles et patriotiques processes con
Ranger sur les maisons privces. I- tenues A profusion dans le program.
sensiblement nous avons fi-i par mnes d'inauguration. Oaclques uns
nous accoutumer a voir comn.ne na in.ane. les moins mauvais, ont com-
turel le droit A I'tranger d'-rborer ,neate I'applicatioa de leur program
soil drapm.ii .t chaque revoluti >n. nme poar s'arrcter subiteinent en che
L'organil national doac r6c.ald de nin Ce reprendre la voice de I'arbitrai
vant la pression de la diplomiatie et re, de I oppress n pour finir dans I-
continucra de reculer. despoLisme I plus outrageaint etI I
Malgre toutes nos protestations et tyrannic la plus olieuse en transfer
nos invocations A Dessilines ct aux mant notred.mocratie parlenentare
manes des aieux de 1804, nous ve'en un absolutisme oriental.
nons de subir la pression du Droit A quoi tiennent ces changements a
de la force d&cor6 aujourd'hui du subits'du tempcr mncnt de tous ceux i
nom d-intervention nei que pour qui ont eu l'insigie honneur de pre- .
cacher tout ce qu'il y a, darr gant. sider a nos destinies? Cest ia griserie
de grossier. de brutal et mnfn : d-'n lidu puvJir, cet tuat d'esprit co.npara
periient d.ans ce Droit de 1-t force. ole A celui quis'*ivred'alcool.Cette I
Par les notes verb les reniases. ,ar .\. grisere du poavoir cs: inherenie Al. .
Perl,Doyau duCorps Jipi ,n.I. Iu parp a nature de la fonction et le chef de
la pubhacat dJanne A ces notes et par I'Etat, biendispos, qui ventse menttre
5la dscrtoe des marins arms, oausj en garde coatre cc g nre d'entraicn j


Ieo, f llijftte



L'co'!omie est une des qualitqe
le; plus inJispensablei p;a.ir une
te.n ne, une de celles qui re-t lent le
foyver meilleur, plus accueitlant,
ilus dout Ave: le mi ne baJJet. 14
tnem ne cotorn.- done aux sieni
hui de contort ou plus de luxe sui
vant la situation. fe crois bien qu*
en principe tones. ou presque to&
tes les femmes. ont la banne inteis
tion d'4tre 6co tomres, min. coobien
p:u arrivent A cc que j'appellerai ein
telligence de Iconomie..
Use temn ne nest p is &cono, nf- iit
telihg-' nneait. A m ,)n sens, quand
avec un petit budget de toilette-. lle
tchite de la intuvaise quality. d-: I
Sca:nelottec pour payer moins cher.
.13 I'a dit avec raison : aLe bon
in arch, est toujours cher.. lEn et
il faut renouveler souvent de sem
bltables achats, la dtpense totale res
te la mane, pour le moins, et certee
le r6sultat est moins profitable au
point de vue de I'elgiince.
D.- meme une ferns econome
qui se prive syst6matiquement de
tout ce qui fait le ch.irme de la vie,
elegance, lentils colifichets, un per
d'tnutilites agreables, me parait pra
tiquer une 6conomie peu seduisan
t--, pour elle d'abord, pour les autres
ensaite. Cette vertu farouche est gs
nerale:nent peu appr.cide d- cha
cin, dJ Ia gent masculine en part
culier. Uae te nme de gotlt. qui s'y
:onnaissait. I'a dit exellemnnent:
all faut que les fe-nmes aient un i-
rite aimable et joignent les grAces
aux vertus*.
L'hamine est vaniteux par essen
e., il aim.- q:ie l'argent qu Il appor
te dianis It uncage arepr'sentes ; il
a le gout du cnfort, de 1'elegance.
l.a luxe parlois. L' pouse excellent
nais rigoriste, qui Ie sevre d.e ces
iouissaoccs par. 9owaie. pouuistaI


I I -- --... -I I*~ _y


RL'DACT ION- AD161IN ISTIRA TION
8, RueAmtrncaine, 8.
Les announces soul revues:,
A PORT-AW.PwiNCR: VaUZbUreau: dii JOUrull
A PARIS :cbesz L. Mayecce & Ci. 9, Rue Tronchat
A LaxgDons :- ches: L. A's)cace & Co. 19, 2 1,21
Ludgate Hil
A BKRLIN cheaJi~udotm Masse 19. Jerusalem S. We.
'StrAS3,c 46-49
A Naw-Yoaz: Universal Publicity COMP111Y 45 We
54 111 Strcct
Les wanuscr:ts ins,&%s ou non nc sont pas rendu

Abonurmenis tt insertions pay-abkis d'avapwe





LI WMAUI!


l but louable, mais atteint gndra 'de jour cn jour. plus indispensable La Proclamaio da P6sident I CAUSERIE M DICA.LE Icrobes pathognes. c'est i
lment u n r&sultst d4sastreux. Le a une 6poque ou celui qui noe a d6t do In lcimbllq ', ,o- oteurs de maladies On devra. toi
anari a I'air de se soumete, pour fend pas risque fort d'6tre'la proic-, l' qboire eau a petites gorge. fr
ayoir la paix, mais en rfalitt il ne ou la dupe- des autres U belle proclamation que nous' ygicn ( (dtmais non irop froide et se mn3
cede qu',p apparenQe et va chercher Suzanne CARON. pub!ions en premier Port au Prin Un tglfi( I fl. la glacedonton ignore la proven
ailleurs, restaurant, caft, cercle- Oln ce. a 2 '4 adre-s.'-c par le GnkraJl e caf- esi la boisson iiteliuc
pis encore- la part de supaergui-s Or reste Zamor au Peuple et a I'Ar -- leparexcellence.Toninutritif.ali,
qu'il rkclamait chez lui. Ne vaut-il m6e. Une saine nourriture est un rsetr- d'ctpar ne.anti-ddperditeur.spcci
pasmieux, dans ce cas, se confor Attent nt!!f Elle montre. dins lcurs grandesivoir d'fnerge : per elle. nious four- de la r tigue.lecat stimule la ci
mer aux godes de son marn et jouir, lignes. les .decs g-nMrales de I'Ad nissons le combustible I notre ma- tion et le svstcne nerveux.Ie th
avec lui des agrtments de la vie ?m Mne THIMOCLEIS LAFlON- manistratio1i a:tuelle ct parle haute chine et nous lui assurors ainsi un surtout tin txit.int di.gtsi:iist
TANT avise sa dulipnile quoe laI mnt de cette politique de fusion A travail regulier. Les repas doivent vent moinis lent s.topport qu
Ayons donc i'*conomie aimable, liquidation du Stock de son ma-! laqInelle dans noire tAition d'hier, avoir lieu A heures fixes, afin de dis, cA,. Lc c..,u (iaucuu,) Its
et non sdvkre. et tAchons de donner **s;son poor case tie renouvelle' nous I.illns iallusionl. cipliner la digestion : on &vitera touc un touiuc. mats il abonde, em
avec nos resources le plus de bien n ut, se pou.rsu ivrm es.core lou. NoureIllV A la It m;sui. alimentset boissons pris en dehors ire, en mati6res grasses.II ne laut
*tre possible. Comparons, consul u Chapoteau. ide ces heures de repa.,. abuser de c sadynamophoresa
ions. agissons avec lnaide de fe a.'e oun rNde il us lF er: u sortaInt de chz Chamoteau. L.a nutrition a besu i. pour s'ef tiques, pr.cieux dans l usage i
Sentendues qut on de es rilt ralis rle uss doe qaa-e Ptuvre ani. qui d fectuer dtrois sortes d'Ialnents : sulement.
ce, de lingeniosit6, de l*habilet. *portru n e si IOUp crrr e pa- Ia,,lu. apples aussi albuminoides ou Le vin. pris sans exc6s et
Ne disons jamais : eCest impossi ne fai uaternaires. pce qui renleent d'eau, souient: par son tanni,
Mon N r uatsieurine faith ien.cheriept
WleI tNous pouvons toluours quand puisqu moi, porte a aic estu carbon, ee l'hydrogne, tde 1 oxy- -els, son alcohol. Cest unn v
la ndcessite nous posse! iE c'est u *d u d t pus .. e r. g6nc et del.nzote.Ce snt tls aliments aliment qui content, en m
tellement interessant, stimulant, cc 1 r ul D esseniielklment plastiqucs ou rel ara- ne, 20 grammes d'azote par li
beau courage qua ne d6sarme j. RENSEIGNEMENT teurs, don't Ies principaux sant : I'al- 40 grammes de carbon. lnr'
mais, qu.i veut toujours davantage,. METEOROL OT. bumine(blancd'ceuf,crum sanFuin) est pur ct de bonne qualiIe., l
toujours mieux pour les autres. les METEOROLOGIQ.UES ,,-1 r I .U-,r.-TTr --Mn la fibiine (viande,chair mnuscul.ire), vient aux anhmiques. aux vicill
chers autres du foyer familial. OBSl':llVATi14llE 1 Etes-vous anemc par le climnat. a caskine ( fromiagc e a gatine aux Ivmphatiques. aux h.abi'at1
C'est aussi potr que les sens ai DU convalescent de .naadie., surmnice bouillon).l- chndrane ( c.til ges ). villes, bien meux que ie cadre l
ment encore p us le foyer, pour qu' S lINAIItE COlEGE p ysiquement ou .ioralemcnt, le gluten ( c rdales ), la legumine b ore. Cette derni.rt (pluns ich1
ils en soient tiers, que la femme in SAINT- A I d ujeta des iraeeguineuses:haricot.'entille.etc..). posphate et en hvdro:.raj,,e )4
Rseni-usc met tous scs soins A bril IN-MA i.\ ------- ..., --- a deuxteme classes d-aliments est d'esse. cominme boisson tic del
ter de son micux. avec les moyens Mercredit1t FBvrier 1914 N constitute" par les substance, non ( prise bien entendu. pendant t-t
dont elle dispose. Que de maris sant Iaron6tre & mIli 7;:a1. ti If azote"s, ternaires, dites aussi hydro pas).A certain e Itmnnias d0bi'!i
retenus a la mason quand its p (a.iiiimnurnm 21.'1 I, AI Il carbon&s.Cc sont: les graisses. huil.-, per o n s misTrs ti d.tj at
ent recevoir leurs amis de la; ii -empdrature Jnaxiinium :1",l "J--4 beurre, miel.sucre, gomme. amidoi. la puitrine
corrccte et agrnable Ils sont flattns. A a do"" d'.ne cuilicre a x.e d'extrine, ficule. pectine ( rte.- Ls e uK de vie. les lquc >rs
et. inconsciemment, ils s'en attri Moyenne diurne25,!t matin et sor, cite voun rendra gelAtine des fruits/. surtout les .a-r.til ). cntr.ainnt
buent le mrnrite : ctte femme si ha Cici c lir pa.id int la journ6e et rApidemient snic.t creetv, ,ru:. La troisit:me classes milnr.ile ou accidents graves. pour p. u i
bile, maltresse de mason incompa trt.s nu.ageux pend.nlt lta iuit. A. GIRARU. 48. Rut d'MAli PARIS inorganique. est reprseint&c par 1 fasie abus la lia pentie tst.in fo
rable,le ele cst eux. ils Pont choi l.'gr grrain a S h..'o .13. ^u.LL i .- F. chlorure de sodium ( sel ).les carb glissante : que de gean de.en.
sie, ils I'ont tormtc : ils diraient Bitro)inftr- 1%-'..rc-m-ait cn baiss. nates-et phosphates de chaux. soud. alcooliques presque silns' n dj t
piesque qu'ils Iont adresske 1. SCIIEl.l.i.. tt potasse, la magn-sie. le fer, It car. il we faut pas co.ifon ire liver
Lainssns-Ieur cettc chirmante il ,,_. .. A "... .A. h 1l1To llaii Imaoane- e,- tc .. .......


lusion qui met de I'hule dans le;
rouages comrpliqu&e de la in.mchinc
c-)niugalc ; glissons sur cette p-tite
faiblesse qui n'entame pts leurs bel
I-s qua'its die travail., e courage,
de responsab lik. et tiattons dou-e
ment Icur vanitW pour qu'ils se plai
sent chez eux : cela nc fait tie m1n.1 i
person ne
*,


1'uisque nous avons avote en ca
clictte que nos maris sont un peu
vantteux. nous sivons touted qu'ils
aimet.t. quand its sortent avec nous.
.1 ctre tiers de notre lIegance. Alors
memc que les sentiments tendres
ont disparu, le maria possesseur par
nature, veut que sa femnme, la cho
se A lui, Iui fasse honneur.
Malheur aux petites femmes qul.
par economic certes. mais par une
-conomie bien mral comprise, bient
peu intell'gente. b:en diangercuse
pour lIa paix du mienage, intligent ai
leur ma.ri i'humiliation de les em
mener. m1.i f.agotces, dans leurs
pauvres robes d6n modees ou ilndilin
ment retapacs Les comparisons
sout trop lacles... helas '
Mon mali mnc donne tant par
mois. dircz vous. Ctommednt voulez
Vous que n 'arrive a ntre cl gante, A
donher du comfort dans ma mais in,
i rtccvoir souvent Ienc tieveux rien
.tsicrilicr sur ls'ducation de n i s en
t.ins. Que fire "
Oui. cela est diflicile et complete
Ce qui doit console et encourager.
,cest quc Ie problme rcste a peCU
pros Ic mtmne pour toutes. Quand Ic
budget est plus fort. Ie train de vie
est plus coiaeux. les oblig.t ons
plus nombreuses n t les ditfic:ultes
sont parcillcs.
Pr:sque toutes, dans la bone
bourgeoisie, Its femmes sont tenues
;avec Icurs ressourccs A certain re,
presentation. a une elegance A la
quellc on ntie pceut pas renoncer sans
d&choir : comme tout est reiatif. les
resources sont toujours insufiisan
tes pour les besoins. Je vois autour
de moi des femmes don't la situation
pictniaire est de beaucoup supo-
ricuic a d'autres : Or, ce sont les
memcs embarras. les .mimes inquic
tudes devant les d&penses impre-
vucs. ,les mcmes combinaisons sa
vante-s pour arriver A nouer les


deux bouts.
La bourse d'argent mignon 9,;
come on disatt autiefois, e 4 aaimi'
menue dans routes les situations.
surtout dans les villes, oui la vie est
devenue si cotteuse. avec des exi
gences de toutes sortes. Done co:
aollons-nous ct lutions po-r I'har
anonie, I'clegance, la joie Je notre
foyer. Mettonsten ceuvrc les mille
neutrces de notre intelligence co
nomie pour pouvoir *representers
convenablement, et saluons come
one douce victorte toutes les ama
jiorations que nous aurons pu ap
porer, par notm it. et notre
Tugiuf 40 cVq


.iaarltef U3 ia lU Jia v lv 1 N., .. su, eiiijssuiiioniciini-it ait.; a et 1
C-est n-)re ami Chal:s de Delva, -- Tous ce principles alimentaires se gur avce I'lcol:smn .lit \xi.te
don la phvsionomie svmnathique C'est ce martin A huit heures qu'i trouvent ordina;rement riunis ou ente et sournoise, q ji tue .1 1
est si r6pandue dtins It-s milieux p3 tW chant A la Cath6dralc. le f7e combines par la nature : Ilias i n' le corp- ci I'esprit.
I tiqu.set mon lai as dJ Part-au- ii. D.::u en I'honneur de Iavuicnmeint a gure que lesenufs et surtout Ic lat Les 61tmentsd'unebonne hvgid eI
c-. quI vieni d t tre apitAe a la D.r. cc du, G~nral Oreste Z inr la Pre quuc nt menciitaircsonticssuiSantsvIira]t:I.o p
tion de la Srett Generale. miere Magistrature de tat. envisager comme des aliments com- le rcginme.s :ilation mn-ntJi.lieL
Nous lui envovons nos plus vives I)Ds 8 heures la plus joyeuse ani' plets, c est-A-dire suffisanits pour en- la viande, du pain. des legumn *s.
f .ltcitations mation r.gnait aux abords de notre trctenar ( quelque temps du mnoin,). maniere A foarnir. en vingt-qu
f .s vieille Eglise Metropolitaine. L'ar lo chaleur animal ct r6p.trer nos heures. ;o grammes d-azoit ei 4
Nomaia:iilai mte en grande tenue 4tait rang-. en pertes journalieres. grammes de caibone ; bonne pr
I'atr 'oiimisi.ion dent ,Ie 1: It.|Iuluiui'. Monsieur dralc. sous Its ordres du G~nural sonn6e des aliments animaux et vi du plomb. d ins tles p cries et
.Adlol.lit Nuarcisse vieit d*',tre ap- Poitevien et des autres divisionnai gtlaux. est le seu qui sou t raiment images ) bien mAzher les alime
Ili. a u I naritement dt I& Guerre res chefs de corps. A 8 heure leI hvyg:nique et rationnel. don't la quantity sera en raisin ial
C0o i *iiketliloye. sull)rieur. l Pr-sident de la Rupublique arrival Parma les viandes, les rougs sont se de I'elavation du thermom
Mr Narcissle a d&Sj i roml)li co datns une des daumonts du Palais' es plus nourrissantes.La vi.itd : doit disc pli er les iniestins pir I'era
iritiots ot a so sig ilaI d r National, en.our. d'un nombreux toujours etre bien cute. sous peilne tion aeguliere des dichets.
.lar. illheo.s. lei nutes excellen- et brilliant iat m ijor. ac:ompag6 ,de transinetire des veis ( tnia ).des
tos qualitthl Ui adistiii,4iint l e nou- du Conscil des SecraAires d'Etat. ers putr"es, tuberculux. etc.
vtI t'einttlo s letpurieurm nt prevoir du Chcf Je Cabinet et du S:cretaire KR6te oit braisee. la viande est saine.
|iu'il s'att:lhera it iinriter de I. du Conseil. savoureus: ct digestive. Le bouillon
contliance du chi f de I E at. S.)us le porche de la Cathedrale es>t U'I ailment trompeur, ou plutOt
Thoitre-Parislana lc Prtside-nIt de la R6publique a itde ul stimnulant de 1-estomac. f|
Avec li rtcouv.rture du th-ltre. reu par le C erg seo' lesd U iegs Le poon, ins nut quc NEURASTHnNIE, FAIBLESS
llo,t-au-Prince voit enfins finir lecs p -rotocolres co uRtNourI ides ecza Iieneu, setm r ,ouIs or. r
sirdourds de m ),otonic qu*il vien, c i cr A son f uteuil. pour des meczn Iusux.Is et des crustiae mPt 'HaMOGLOINE DESCHNI
de vyvre. La dern r. repr s nation. L cLr,:,nonie litiurgique a c tec e d e mi u ust is c crusac~ r v ital .i inra prec.A pr e mSdie
done noa:s avon: dt aici le brllati .lbrce avec toute l nmpe des gr.in Oil neulralise le moules suspects iuperi u-r sa VwraEe rue et aux FerruimNM
ds ci enit Lesarchv en ell les iais ant cure avec 4 grammes -"** ** **fatue d*o*om=. coa.tJma*.
success. 'a prouvc. O avait lhte d: qdessolcnnitks.Lesarchviiquesitaient u gror.-so:,..d..n e dooe n.. roueure, co*M
su d'- pA leur trne et 1-st r nd ie bicarbonate dtie souce par late. II vec l- tefligineux. mfaolar-i..!!..ocuMa
revoir et d applaudir les artists,:,hAti- leur tr6ne et cest Mgr. Coan quiours fag dg r u ..., ,, ...o.Au. ...,
d'apporter encore cette vre utile exprima lei p.iroles dc bicnv,-nue tut tourtS f.i*e ndugor.er les escar
drt r en core a Mt e cc iv e u i s v i d I e ple nod-
I'encoura.eicment qui doit i'enpher ct les veux du Clerg.o ,0 ts--). --i..p...
d s unbrter lit retour la direction du La tnef ntait comble,on y vo tit le plants v n 6i etises.
Parssia,,t s i multiplie. Ap:rs I rn- Corps dip!o. ttiqu.., Ie S,.,t,. la Le pain. dolt: tre bien Iev6 et bien ;1 :l t mriliW
it'O.ta; ct a*id, lil n u A."Mai ell r Chambre. le Connerce. Ic Corps Luit. ger. d une odeur et d'une sa
p.tind auiourd'hui en tsoinr e Li, or admanistratif. les colet et u:ie li-ule vcur agicable. La crolte est plus dti-
ei jufrm qu Mldame MrCthae Iinem e empressce d-amis du Ch.f dle 1-tat. estible que a mie.L pain trop frais .MOll.real
Marius Bt poil interpritent ave: int Aprs te iurn, I. G:n-ra est ts idgcste. Le pain bis ( .III\I
d, m tion et det.ilcain ; Clhadine aux Or-ste Zamrn fit u.e court.: tour dane sigl) est plus deaxaique o ept i: n.,r. I I.:,r s ,
qrr,'s, comr. e l:.rule j.u leave r.: es. nc en ville, sa1.u6 sym th q el plus che en phospha ts. .
aipm soaton pts;ge par iaclai L'avoine, I mais, [orge, le sarra
tan ct intelligmn.-c p.ir M sdames men sursoi p s,.g< p t r I A a
R:tem G .org.. Ma rine Lune, Mes- motions de la populsition. II s. ren zLi. sont des aliments trli noirris- I i
sicurs MBIpoil ctliport. dit ensuit. A la Cisretc I):ss.tlines, satnts. Le riz est plus infdiocrt. La
s deux pies assarrnt un suc amnage spialent pur I coine de tcrre abonde en sels alca- Ab.I 1 kalcer
c's au Paris-ian ou nou; vodrio:s monie et ou unie rccptio:i trCi cor Lns. Lea; lcntitlles pots ct haricots .\lill 1VFI.:
voir.c sir pubdiale et tr COUiOiS lei u ftite aux.sonttres nutritis.grccAle eur teneeIrof
:oir.ce soir, I l pub..i. .s la,1 a..cou tu md azot ( Igumine ou case ine n 'sgeta ',/,'. :i. I.ue d i '. Ia.tl Tn
ii ..Le U lBaroi liU-"nom du _1"....Mrk \i" A. a .,oni, Juil i I.aivoldi
rir. Il Corps Judiciaire. I le mnasenr S, les ) i1 sont aussi nutritifs que Ilai I t al I-
COaert ft, Id rC. dre Iartiguenave au noIm du Corps vuane s ben mos milbs.
dtl Ulnlll;) dC Mars cgislatit de nombrcux autres Les herbacks ou primeurs sont des
I.-. public aip eif.ii avec plaisir orateurs prireit la parole pour pret tinds A contrebalancer le pouvoir
que cc soir. sur la place du Champ senter au Chef de I[Etat les ficita chautfant-des viandes.Les fruits Irais F IILLETION D AIMIAT I IQ
de airs. la .\usiqu. du Palais done tion et les v.ax de leurs corps rest. on uln 61e analogue. 11 est prudent
un grand concert A. Occasion do pectifs. A chicun,. I General Oreste t dplucher et dclav'cr soin avectoutes h *s d
[Iavcncment au pouvoir du Prnsident Zanm ur repoodit par quelques mots les c "udtis .i tf Ut S I ed
OI-asLsZAOR. pietins d'aprop i ou il ne cessa d-af Le corps human conliicnt environ --


tainemet et ci oui .a e heure chr- sionnee par les paroles du PrU. dent e slcrcst c P dics lin s res let l ue I"- a jo
m te. ,d~ la Rtpuqo.lui fit| une ovation pratoires. 11 nef taut pas abuser des eu' il f*11u atteiadre I ]II11
mani. do kR publiqiejuifit ovassaison.cnnts ou condiments ottniilt d:r.' Ie damaine paliCl
la --- -_ % (_PO N Elle yost (ieptlis qiliehlues iortret'
match seno.,UI --- vre. moutarde, all. etc.),qui reidt(iNit mi.it-tidlia dborimais SUI tolito
Avec Ic rt.)ur dei b.aux jou.'. Avis a. Publi l'estomac bias et atoiiqlue. ',, lyriq 'lum oid' I
les apr^s-ini li sportif- recom nem le soussigit : F.b.us C icou d_ L'eau constitute 7 o',o de I organism i, %. l'a,;.it,, lomln toutefois 'oilili
cent, offrant leurs uti.es d stractio.is clare la poul tion et A teut con. me. qua en rcl.mnc de 2 a 0oo grain u 1e itmveataq IA's grads concern
Naus avos ure x dappren tracteur q til a perdu un rec;u do mes par jour. Oaand flle est pure. 1-avaient en effet, rdvdle pieslil
Nrus vonsct hure s X dappren quatre-ceu-s g)iurdc prtes a la R c'est la mcilleure des boissons ali- iltt'igaleluieit A tois les i:-61oinfiile
dre querlncdecs ftess-donnera evolution, A intrt dc cent mentaires. Elle doit contenir des gaz qli. polmr catiiuse de pauvret noA
aujourd-hui A 5 h-.ures ct dcmie au ur cen.t s'n par les members et des sels ( chlorures, carbonates), ja aa1*s pit faire It voyage do 1181
patc L.contic. u cni e bien cupire les lgumes, bien di.sou- ieuth. I. Set (Ie tPariflL est arc
t'cst i cquipe da C md et ue Du devant e pris. Ic sou dre lc savon. 11 "-v "aut pas plus que c t. i r p arce qu'Al eots ie
a^P I cp 1 s: inesar. entigammespdc subtstances mi- t t x tenations tie
quipc d',bqu doivent cc match ssign d.la cre le rcu egarE nul e et so etc cengrammes tidemat -t-t entam oteI
LI: [1ab',c e-t invite Arcz match non avenue. 'kraes ci 2 centigram mes te mat al seot Imiatsa ravir la lance all
sensationmiel don't snrt sorganques ; to A 12* centig!atis, est(;I- pm.i e1ri;A le iaucn ado J1
pas seultinent pour lea amateurs. Port-au-Princ, 16 ivnier f1914. su plus. comme minp-rature ; ab- ctlrist. La lance est maintevint i
s lentreteo4e. o.jo ce ma" & i FAuu CO C)U. .- e$..de rme. nuisibleset. do mi-. u4'lea aino- du soiirW t.