<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01969
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 17, 1914
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01969

Full Text




smdows An n* M %W


Wwmuius .... ...
11 I'A iI T E M EN TS:
U;IiMjots. -. ..

g'r iiAN G El:,;


TroisM)O's ... G (. 8.00
LFU%,IliO J5CENTIIMES


2.00
5.JO

2 2D
(I.U0


PDRT-AU'DUENi (Rd*


_ _. -~- .. ... ---


DIRtECTEUII

ABSOrNKNKNTS. k I1t
PORT-A U-P RI N.C E u


RiL.D ACTI ON -AD IfIN ISTIRATION
8, fliW~antmricaine, 8,

Lfs annonces sonl revues:
A P~aT-j~v.Ppwcs: mui bovemss dojournal
]PARtS : cheap* L. Mayeme & Cie. 9, Rue Troinbes
A'LovDans ches L. Mayrfice & CO. 1:, 2,21~
Ludgate Hil
A BBBLIN chez iRudoll MOW se q. jeruusabeS. W.
Strassf 46-49
A'Na*.Yoew: Universal PubtiidtY COsPSaY 45 W'e'
;ut111Street
Les MAOsUSCfitS inS,'rkS Ott U30 Qe sent P49 reJi

A4boonioumnis el insertions piavables .a':,.vwe


j


QUOTIDIEN


FAISONS DE LA SALUBRITi !


II

A cuti de i'initialive gouverne- terrible petite v6role? Quelles de-
nentale, :1 utl conisidArer. coin- tenses avez-vous org4tsaees poul
iue autre lacieur de premier or I.-s combattre? Je vois hale vo".
dre, la coopa, almon diu pe ipl enaCllats nie solit pas vacci1els... J
cubail dot I' ledaaltioll Stilitaire vol q. +e vos rues s'ilagenut d'itl
* ele soigliellselloe t failed piar IOiiscei, el atle dte' eIs ma1is, tol-
jelite matellectuelle ie la Nation,. itl'res crops ,it sons vos fe.
Et la l'publhque c ibaine gi.r- ieires... \ .rd Servicd saasiaire'
de encore le so)uvenir reconnatis- N.ant.
pint les 'eu, piotliers qui ont Je passe sous silnna poul
es premiers iravaille d'une ma- quo I'orgueil national que je da-
nitere elfeciive ~ lat irer de son sire reveiller nte soulfe pts trot.
tlat d':nsalaibrale : M.mseigneur lalfaire de Jac.nel... Oan it
I'Evii e ElIada et le I)rTlioas saurai l oublier, du coananence-
Romay. Le ciaoye n cubain, qui a muent a k fiaG.Clente menace subae
le settiient tie la liberal, a au-si d uine epidetanae prenini 11 issIa.c-
cli de la );ropretl. 11 sa:l qu'oti nont p.ts, cene fo.,, au deolsor --
'est paS capable le ljoiir deo la ce qut nious eul, contlmic tomijours,
iberlS |1tum;ad on ,anaqu.e de iI- t'rotlegs, les pays meniaces darec-
.itl6, et c'et inontlrer qu oil n'en te.neut ayant tous les mn y ns dt
Sgua e quti d'acceper de vivre cotibattre lislectioni et de ill-
dais ouat milieu analsama... Pour- peclier de se propager maina au
ant, me dira-t-on, I'hiaiiien a le milieu de nous!... Le fIis oit d e
iiadlitent de la liberia.,. Coan- pouvninte qm n ous glac ; I all'o-
ent cela?... leientd'ungouverneaincit devan
Ei Juilet 1912, 6clata la peite les i.rapports countradicltores qua
ouboniuiue la a lavanie. Malat lua parveua.ewn... Puls, I'elvol dt
d6s le mitos de Juin I r6ceden,un U imaissiois mtledicales sur les Iletlx;
r avant quo parvint la nau I'emibtrras des cotminssaires qui,
velle oliciell.i de I'existence du sais elenellnts serleux, sailns mI
terrible lleau ia Puerlo-lico, tin yens d'uvestigalions, apres mti
anodeste citoyei ecrivil au cel eiinqaeie laborieuse, pres.*se lie
local de saluihrile e la ville pou roqtue, tinireint par pubiter u.
appeler sonm aientlion sur la grall- rapport aux concllusions pea coat
e inorlalitd le rats dans le jquar- v nc ttiltes... E l les Naions voi-
tier qu lt habitail. Ne croyez pav samnt. s ine rapporlte eau les iiesure..
que le chiel de s',lubrite se tnoqLi;a samtalres quelles s etaieit emi
e ceite co iiiniiiaicalioII, el, ailist pressees de preulJre cu1nte tIou)
lu'ou N'eut flil dans uun pays qu. eot que tnous avons trouvees vexa
4e contais et vous aussi, Louies. que lors lue la mission q it
raita le particulier de fou(cet ioe- e Gouvernementi de Cuba avai.
orable riudadano sisquait d'au- iti lui m6mai eivoyer a J.c tiel
anL plus d'etre tlei pour tel, aiate de pouvour ~earo renseiague-
'a ce inomeit I'aldarne u'aval exacteirueut par le Goutl/erieindii.
micore ete donnteue iille part). .aiateai, eut declare q-Oi la peste
ais no1n. Sails retard, la Secie l nexistait pas en laitut.. El voila.
airerie de Salubri-t pubhique ei Iualle de tirer doe Aiciuiosion
ut saisie; on exp6dia s<,r le pomi de cel expose qui( est LIn tablea-.
lnoice des iedecmis inspec assez fiddle de no.re eiat social.
eurs, el le tail signal ayant eit v(ous le coudesserez a' ec 11101 :
6rtfie, imiumedatemetit lout ul, c'eal tout sniAlementi laamentable.
ouage de services spciauxx st .dais nous solmmes tra-.1quil les,
it a Iobtctionner pour I'assal iiest-c,-pas? Car ce n'esa. pas eni-
issement des zones suspect6es. core cela quia ous enlcivera lat-
Dn travailla si vigoureuseineni, achante illusion dans laquelle
ue lorsqu'l fut notilit ot'tiiciel- oiuus vivons depuis plus de ceani
meant que la peste exislait ts : a savor que nous solimmes
nuerlo-Rico, it la llavaiie o,. te seul people vraimnet hibre ei
tait prkt pour r6sisler ai- toute lier qua soit bous le soleil!
ttaque de I'itfection. Etn eflet 11
y eut tfue quatre cas avyres, et Dr. A. LESCOUFLAll.
e tal 'ut promplement jugul6.
Seals resultats ne s'obtienoen!
ue chez un people conscient de FEUILLETON DRAMATIQUE
digniit et soucieux de sa con-
'vanon. Que voyons-nous en
iti, dans des circonstances
blables ? Lon in'objectera1 Th tdtres de P1 t ris
'il esat excessivement rare d'en-
itrer I'apparition chez nous
tilles calaauits. C'est assure- Juste au moment ou un Italien
un hasard, que beaucoup voulait rendre un chef d'aeuvre A I'l
t pour une sorte de prn- tale, un autre Italien, M. Gabriele
accord par la davinil6 au d'Annaunzio, essay de donner un
tph bhatieu... Mais eat-il vrai- chef d'ceuvie A la France Cest e Cbe
Mt coUceable qu'une nation vrefeuill,que la Porte St Martin vient
'tabitue ainsm a copter sur le de representer. Ncn disons pas trop
ard ou.Sa U pr.. .xte que Dieu de mal. M. d'Annunzio est un poiet
bon ee que le ciel so charge- remarquable qui l, se, t tout A ait
onS elque r e s car- sail consntait A tre un u plus
o tout arraner, ie daus le simple. Ma si richeme.nt dou. M.
Ii tueon dudain de sa aecors- d'Anmutzio ne v.uti pas ne pas etre
1 in.quellaes seroett vo aurgoss- projague, ar crainie de passer pour
quad vous vous reveillerez avare. De lA le style uouffu ct tout
avoc, a la gorge, la se* re charge' d'images qui etfraie la plu
O ablde li, tMraadu enort* part de nos contemonrais, car no
i-* I o dlao nOn Iol s Iet tmpi a ass pas Ijriaue. Ce Chs


vrefAtilke est unc pil~e bizarre et qui, Et de tout cela it se d6g age. au fo id.) alorter ian nouveau 0- qu'elle (ree-
plonge, jusqu'au deaiuotment, datisique la nature humnAine n'est ni basnI passer pour sot ilt~. Dui coup* Wit
une obscurity& voulue. Le sujet rap ne, ifi ma uvaise. qsae I a socit6t, dans liar oublie ses r~ancune-s. et It voaii
Pelle queique *peu de Iui d laiaktn. %.esinst'~itutionts et ses mccairs. itous, rkinaatkrant le dominiki :orujugat'.
Une jeune fitle a J'a convi-ticia que imnPose A tou% des charges .i'indAlgen 'nais h1ats, vingi: quaptre h.ures trolp
qon &ae a Wtt ssassin6. Par qui cc et de bonadk. ,6t, car les deux hernn..i avonit p &-
P.I( le second mari de sa m,:re, 0 1 Le IBala 7a ,du .Min kIi :ci.Ia'.al !est encor. eua le teinpi Jdailer ,erchier 1t
e voit, c'est tout A fait la situation fort bien interpret4 pair W Varot, pam anar'not.Et c'es.t ce Pnauvre Pi'n ntr quai
nuiitresse du clief daueuvre sh ikespea thitique et s nouvaant. M. Sivoy. pit va, suppmrter toute la corv&J-Iel
rien, A cette datiference que I- posses aoresqae et fort hibaie, M-nes leien& A %e pro~urer u'a. deuxc paik trout
ieur de I'naigmne terrib!e est i.:i utic Le Fier-;, Mal It, Ris.se, Coquelet eti n ut irt'i. ttant do quc IU Mtre
Cremme. Les autre% dffT~reac.s e&la Veriieuji. apportenti leur taleeit ct Au premier veit raei%%Lc .u premrairr
tenat pair la suite. *Faadis, ell effect, leur gri-e a cetie kvuvre oraiu tale nomelit eti1'V 1 pias V-Uuti1.) uicr vii a
que dans 1Itatht.i le spe,.tre.d&l i l pre qLi co-aaptecrt parent les mcilicurs )Ctit. que \Vaaliaun J611aIili. es J r
wler ;cte. r6v-Te au priinc.tde 1)I) nc, que 11101.1-.nnfreM uga ates e ralpai d putI.
mark tote I'aIrreusev~it6,"Ia vi~ I C-,'-Poie. trots j usiu-au a"3n ):lt Oi .
aretwflk eai'echaitie'iient dcss SC -z' I.1)Ut d-ia'vealti(:in. tO-is tva.it'lt IL
,ious apprend que,s'iI y a eu criin la verltte. L ilnbro.)gii) est tr~i vn liasati
femme reianri~e tien a pai~t~ COnpIa C-e~itun drarnz tari somnbre L..ICet isi je .-,)I. las ~I-ic I i!: _-enta ouke
ce.Et d'aallecurs.il &'y a~pas eucri.n~a.1 jeaulte D,).r/, a pil~ce ea canq ad:es ec) ir M.\. \1 \1ix ) arty. \1 ttlo:.%%IaIt:!.
s -its strict dii in )t. Le be tu piore de Sp ~lA1qeX1 isa e 1 l )zIe -it 111t l
cei Hainlet ena jupon in'a 0 le m u ej ca l afatre r1,11cau 'h A re SA )IlVC.11t)AzI I Sain 1 .it .i. c
otonwrositti de ccubr : s'i
trier que par furotledeA ,r~ah 1II-frah rdt. Jeanne Dlnore eSt Uti gle ~~
a frapp.` soa ian-i11eur aina. cc u brave feanne qua tacntiC ne iinojesi .l1CIL 4
[a priacre dec celui-ci et p:ur le &Ii p~apc:ac~ daais aie pi-ite ville tic pro Au .AUJ
vrer d~uae exis;tetace devenue itisup v le S ),, fl oti gariio() d-unc
portable. St gran Ac amprud.:ic,: fut -aagtaille Jitanraes, as~ eu'i %-eall
ensuite d-pouier li fern ine du mort. lrd pour le vokcr et paver les d4 'tet; ~ L~
1t I'expie du erne"- : sa fer-nu- le tue d.stnirs.ul cnaem ~ uU ..
commie il a tue. mnais satis qui'i I alii )ifl tde Ixitivit est arritet k c ci c..i al
iouhaitt. tie A anont. L'rsqueI~le apprenA quic
11y a IA unle b-Ile idkc d -- piece. le pourvoa de sonId is est rejete. 1.4 I'iA! ?. !as
MI. dAntiunzia lie s-eit P is sjucaC merese rend chaque soir A [a g ire cri )ie.tS Iietdects
de la traiter comfmfe 1[eCu. faut Wi 4ALI.attenA tltiii arrav.. J_-; b us d-- j.ail 1 rz n-: tS )ei ecl
ire drain attqu:, liiliC cA tout,-s lIsce ..*** Lisoir ellk volt passer F[1,111' i pr).Iuisew ;iL r le(jxi P e,
rouni~ da ti.~ter II[aCrtica.CEt Jul repioche d-avoar abiadoaic n r ~oiI., ti pUarla.,. ble. Le
inan.;re de... d-Anaunzio, aiianiace5. it aiernthur a can ra p-.iu qUe IC batjaltol iv,~~d
401 wresti ~ti :.:essible A *iout einac i Jde se coin protntetire... U li j;ur Ls tceiie .)It- '-%I W-iOu aac.'
tie. La pia~c e se &roule eii propos b(oas tic juit ice arri ven t. Ahors Je Iamine X niteliC au [~a2b at-tllI itait
in IgomI i ue:s, mu-, S i ;s ar bii, iemiDr e a apaoa;ekote:)it, t iCtL pr%ieit'..7 V )tJSlCbLjZ
zolisirUite. queue insp:re piui-atre dl- tdia ulI lis ilr a i tC Arin :c- ignii~ i
plus de respect qu. d-adintraLioa. I Isoil Itiii. traceri Ici~roit jula e-.L. r~,bItIId
Sableanean le tutI. a..est a ciract-tare a A jol mc eieIs elAI ul I i. l.t'~i t iif.
c-,te frin, & I'At A fi, coitque tcci a~tnawitresse qu. 1L J:'
t-11 awat.1 fa it or f... evor: l u ci. e o-1 ii-t. ci enter. I:.!7C 1 eti:e o.n.:
intl i-tatoIC viet Icvoar: iilumd-,!,.iVCa tolui -zp:iIt:,rt l: te
Liltrpt~dlo et ig.!ZM tits.):& ainour, un deraier alietn. CL laIu 1jCilt\ it;Ic2 aeci
JIo-e : Minmes lLrth leB ti I IcairiettC na-o o ~ p e *c
R-m-ers. N -.h.-';Jkfli. m A adree 1'as er, esscrP ui e easene, de mI eti
tn'*,--delle, tie se iruahilpt epiJmir iIjL et 40~i.)it I
Pa rf1It, n. L B r i au i s ~ l aasse prcailre pour la fe ita;&viii I ci a v a J d ti n
pa~~ ~~ in Ii. ae. Alal de d.imer A SOL) Ails LItitesu I-- cent h )n nes icliitalC)ia~~
a Ir ales *.,!iears


e. pr je.
Les specttcl*cs edu aAtrc Ju L'u C-cst M ne Sarah B.rnh rlt qui
vre sont taouourits itcresaants. Celul remp!issait le r6le de Jeanne Dare.
que M. Lugue-Poiu vient de ntus pre lnutile de dire qu-elle y r.,nparte un
senter sur la sceel.: u 'Tni re Anito vlritabe triotnphc, ainsi que .M.
aie, est des plus curicux. 11 se ratta Raymoid Bernari le fils de lI'u
che aux belies cit onn-.s soirees que teur- charge du rble difficile de l|a
tous devons a 1-iatronisaitear d-lo quei Dare. A c6te d-eux il convien
son ei Fra ice : i1 nous apparait avoc de remarquer et d'applaudar M l Vac
use tsranule presque nouvelle, des tor lieiry, Dcoe.ar. M.axudaua, Chi
persannages popiatares et simples, merov, Grouileta, Ma.nes J. Cotai-D
symboliques commnne ceux de I'Annon lys, Stylor, etc.
ce laile A Marie ou de U'/b rJi. *
Le Baltati anu ditwde 0 ci.ental.-
une ptace ena aces de M. Ed. John Mentir est u- bieni vilain d-t.aut .
Mellington Syng, traducteur de M. c'est ce qu-a voulu nous prouver M.
M.aurice Bourgeois- c-cst le person Maurice Hennequin aux Baufles Pari
nage de legend, le heros de tous siens dans Mm BbiN, une coin&di
its temps, que les foules de tous les en 3 aces. d'aprks li.by. Mine de Mis'
pays voient A travers les yeux du rd Margaret Mayo. En effet Kettv. 1.1
ve et de l'anagaaiiaon. 0 1 admire la charmante temnme de Williamn H arns
fiction. Des que la realhOt apparait, son est une menteuse pique : elle
des que les oripeaux du aladln sonl ment pour tout et pour rie.i pour It
tombss. la raison froide s'empare du plaisir de mentir, pour ensuite soutt
reve et le meuitri. Le beau cheva nir ses mensonges. Et cela la mine
lier, le porte parole de routes les bon loin: Ainsi elle a d&jeunk avec Jim
nes causes nest plus qu'ua pauvre my Scott, un camarade d'enfance.
panting, sembiab.e aux autres horn qui 'a invite. Oia a appris A William
m--, et les coklres et let revoltes qu' que Ketty a t6 au restaurant. II n'y
cigcu drciit touloutr la deception ,e aVait aucun mal, et K:tty aurait pu.
retouranet contre lui. Cest ce drame sans inconvenient, avouer la v4nite :
pittoresque, human, que nous avons Elle prefere s'entiter dans une histo:
vu A 1'Ocuvic. Les mniicux dans les re absurd, de sort que William.
quels evoluent le protagoniste de d'un in turel jaloux, se figure un tai
citte parabole sont tres curieu. IM. de chl es et Ia plante tout brannc
a.ugn6 Poe, avec son art manutieux ment ta. se promettant de tu-r If
du pittoresque et de la coalcur, a Monikur qui a dijeunt avec sa fern
trks bien tire part de ron cadre et de me, st jarais l le rencontre. De la
ses personnages. Cesi toute la verte sore vosia ce pauvre li.nmy bien em
Erin, les fumees grises do ses taver berlific e avec cette venture, d-au
nes et les propose de ses forc.u6s bu sant plus qu'il adore sa femme Mag
veurs qu'tl nous montre envelop gie et qaue tous ces #vknements ont
pant, aimant et dialoguant les doc gross tes faits de tdle tagon que nos
tes paroles, outrancakies et popular convive se irouvent gravement corn
acres, mais irts vraies de l'autcur. prom s. Ketty,4d con.cerwt ve Maggie,
Cetui-ci voulant fair gros, pour pour fair rcvenir Wuiliam et ren
grorver b:aucoup, a (fait aun parra er dans ass bones grAces, imagine,
cade so heros. G'Ces un paradox au bout de quaelquev moist, d.: lut
doem tons Ass arguments se d6 ui ecrire qu*il va devenir p&re. so. r&ve
sM at s*cnchalatiat partaitemeat. de toutcja vie. Elle s*Arrangcra pour


CetiieiicMI mj ille di is;cari rt,u-
ias daiis la care torrmaael. (1:1 n Ijlit
ule% Ferry. oia t repl inpaiJ,2.
:es Vosges blues q Lit1 .1 t iaiAi'l C-.;
j .:aaliaanlac ce tsscaar-s qliai,)av cit A'
I'cur sc'?j-)LS atis d i it ) t-I -'.s aat
41t1tre bien p.arfiC'aliere, mii yabixminc,
vt estinit die curpi jaalog.ic A ccuai
fes cha-.seurS Alp 114.


ioaii psi encore imjn~rcu iat dJ--..eti
.orte de panrticutlaristme JOa A l'iat~tra :'
a11103 cial dwtlfuec.1 ails Ics itf" )t i-
,,lsesd o iou s th, [e)ie dei all tr
:ties et des nail *Avrei.t t V.11 C i %.
.,a ite d-- lit ch~rc AI.ic- que niowt
tv'Jas per~luc. Pluiieur, tie s,) it Irri
'C IS dalses Vs~ qu: le ter ).i j.
3ie Iorsque I on a reiaforzc h Itz leie
ic Ua froasri~ereii tV 3ICa ppeldaii I:hdS-
.ciirs Calgaralasoa 'i at&eai~r.L: tee
' ait.uatoai, .aujoaarduhauaA S-&t )iich.
v.enAait de I'royes. IC 216,W- ttAit A
.I~tibi~a.clest-A-dire cat arritre
le la Trouce de Blelfurt .Le ; I-ene 3,1
,111 batAIlloat de anouvelle cr,6atioNs
n ii fi orin -1,A [iVm dJhn: tpui.
.ci danS is l,; treiJ corps vosgietl5. it
.:st duasc aourn &I d A 1anIIC.
Tous les autres b~Aiaillons sont de.
paus de 1loigUeS AIIIt&S duons AcVov-
4-!s. Les nouveaux veauus n'ont d'ail..
curs rae i A leur ensvier. Le 21dnW
vabrait a M 3atiibeaird ds t-ms semi-
tinwnts q ie les r-6irriauits de Hlettort
ses VOINaitIs. he ter aviat eu. A.'rroves-
lei chef inergiques et gardens qui
-a av~Aient fan uric troupe sspperie6.
reflent cotraltaa~e, rest6e di,;nc je -&'
iieille ai~putition. L'AnCltrC. hle pir,%
flier neb, ii avaiL raenxpidua des ine;-
veitleuses qUAliteS cbenues diki 14
ra.ii~inf. Nintanenani Icr et 214&1,n:
V4)tlt donc baen chisseurs %voiggun*,jk
p)reavi~es m arclies tde prarlwmpt k%-
fianmata i @ aoit avec I& mintagaae. s.*
JIf Mu.Ws spi-cialms, le-.%inih.sbc4
I Vrloratii -ii et4-. Gaftubalqari a


mow---I II -I-- --- -----


- & M mlft %






s MARTIN

Wntu n pays tourinentd et couvert ThAtire Parisiana CAUSERT!E MDICALE Lorsque la secretion biliaire tardel! olle aux LJ
.de fordIts profondes. Demain -era repriZ, en aiUnlle, -- A reparaitre dans le selles, i fut -
I" aurmdonc p usdans le 71me L Trued'tMave et L onsiae e -lit donner de tites dosesdcsdlol ou de Port-iu-Prince. Ire 17 Janvir
"pt 4data6nc e dontplascrLa-. d ouer les dcx c.ndi-t qui L onIro-COi sali4cytat de soude ou d! d lithine. Je e. 17 jnvitr
inon fet imanaiat@tque des chas-seurs obtinreit un t rnd s cce au 1infaDnile ne suls pas du tomt pirtis in des in Monsieur le Directes.
vogiens au ss corn plet deces mots. reprise -tations d a dionanclie et iu ; ections hvpoderniqes d srum ar o nt pa erre le
Its formeront la girde d'honneur du di derniers. L .,terlpi't .tioas d.e:n :- tificiel- dot on us. c, abuse actuel Ne vollint pr perure le
drapea unique e larme. Et pour.re tonjours la mn.. A enteidrei L'entrocolite muco mmbrneu- element ell n ont qu'ecer riqelle
quoi dra au unique ? Puisque, par! 'poil, Lily Taldv, Marthe I i.e, ;ses. plus rare, assurment. que chez emet never, inutilement le cntsprone note concern
la force chose, par la nature des Re..de Georges et I.o is Liport. A I'adulte excepiionnelle, m6me, se never. inutilementaieet de la cndi: de la maison oue i'ha
pays ces belles tro.es se sont can- les vooir prter aux parsonnages avant le svrag- est caractrise, ins tri her de oanieet d I' laqui:lle no.e .a tW publi.e d.,
. -- d es r ,-- q u'ilsis n ca rn e n t u -it, vie iiite n ,o n _,l_,ee rd e faibles se q u 'e ll es se p ror o ien t d ta.,iic a
toon6esdan des res particuliers, ,i' nannt _. ...ii.stenc. mo dans ep.re cses de combare. Je admets gre ceiti. o d Jaui.ircoe
-a s e a u T h d i tr e & '.i s iat i l l t aci4 h e ll -, -c
out des objectifs ditf6rents. pourquoi e.d hcieu.ses de ti.stractio.ii.4 diarr&.. ordinairement faid. et pu- mthoJe que dans les cas d. tub r.u i; ais ,:rt tu )irc.,.eur da d
ne pas donner A chique cate ie un .aes et artistiques. QIe le pblibc ne tride, alternaint avec de" prrod, lose intesti.ale. d-engorgement g.i- nt po ,tn:r tI- J quluj
drapeau A d6fendr.- Les chasseurs les pedoe point! Q i'll aille en foale, plus ou moins longues, deacon atltpa- lionnair msenterique. de novamux plic i ons.
que Pon pourrait appeler des plane. qu'on cille nonllb '. c:ar eln s. tion. Les matieres tenduis renfer- nduri s abrominaux ( c nrreoau\ ds ionme )usq 'A pr6se dt aoe,
et des bois de Lorraine,ceux des 6eme divertiksant o:, euc ai a,.' une bill-. ment,4eprses ou en paquets, des mu anciens ). asrcuion i e n 1 te donnre. t ea
et ao2me Corps, auraient un draptau Wuvre. :ositus passes, comparable A du n es are de maint a rets sous cc covert la). c
un autre serait confie aux Vosgiens ; I.s m.atinii,"es so it s pliacialom"ent blanc d-caut a: moitis coagule. A des lit ri oureu.ement, lee infant*, pen- I'.eu I'antag, d'adcvsser la
un troisidme aux Alpins qui sont s prtar poir flaiilles. L, diree i paquets de verm cells. 'entant ac- ldanta daureu des crises d* ,ntrttglas du l- .2anvier courant ..i Mc$
loin dsoreux b~ do rts Iiion d-i l'liolatre A covt'e fill, arr el-t .....a..d-.-"c..... ....s--...dii r janvier coura( .
loin du glor'eux emblme dcor d l'Theatre A cte li, arrte cause de frquent.s envies d'aller A la i de.Onler appliquerader it et Ca. que je ous p
pour l'heroisme d6ploye A Solferine. <.t Prograin:. s e. plio.i.ics. II selle : it sc plain aussi de coliques reuse. na r app iquer e cI' publier dans le plus prochint
rchatcuntdeucestdrapauxlseraittsuc- rve I p bles ;sa league blanchre presses chadesSur le venture ct I
chacun de ces drapeaux serait suc- coimpeise de se eIT'orts di I e pibles; sa langue, anchire, est tera une minutieuse toilette des ins ro e votre journal.
cessivementconfi6 Achaque bataillon. presseinent di Iplblic a assistur rouge A la poine t sur ls b testing. par le yen de grand, cily- A\'c ms retnmrctnens .nt
Nos chasseurs seraient heureux cos rt)eprlselntatioLs. iL suit est vive; mais Ion se gar- t.re borates et huileux, que I'on ces- M ne \'ce PENiilr[
d'une telle repartition. mais leur joie I ev r (d rideati i lietores. dera bien de la satisfaire par ds r e que le le serot veuves
serait peut-etre mitige de regrets. Le Publication riuC< boiss3n, fraides,sous peines daggra- e tout agrigie mmbranejx et Port au Prince, le i 2 Janvier
drapeau unique affirmed le regparticula a tdrd" ver les accidents..e venture est ballon o
risme de arme.c-est come un lien 11 nous a tueadress tde Madrid une i,,. les traits sont tires, la face eit d'exfoliations muqueuses. Au Dlir::eur du aNou\vclhst
mystique entire tous ces corps de brochure edit-e A limprimerie alle p.ie, les yeox excavs et cercls de Enfin. on observer. Vipendant
troupe disscminds sur une telle ten. made. Fuencarral i 7. sous le titre noir. Pour peu qu'un traitement ap- ving quar-: heue au mois la E te
due, des boards ensoleillks de la Rova de l l-xposition syvhetique et docu propriintervienne, tous les smpt6 dxie lilquid consistant en b il- Moisieur le l)irctclur.
aux neiges de 1Embrunais et de la mentce de ia pensee ct de I'uvrc de ies s-a nliorent promptement : s lon de poulet ave une d'ce.imo l n qu a ca ch
Tarentese. aux vallees vosgiennes et Monsieur Maura et du r61e quit a le traiteinent est incomplete ou n agli nde lactique.Toates l s croi heures la date du 2 jinvier cour.tt ,ayn
aux froides et monotones campaigns jou dans la politique espagnole. o r, laffaiblissement de l'orgnisme, 1 fera prendre une caller A caf de d:it des <>2cip)io I+ b u:
de la 1Voevre. Aussi, lorsque le dra- Certe pour un spectaleur impartial, ia depress on nerveuse t la maigreur la potion suivante : p s gr'andes qu a lectur- J s,.a,
peau va planer au desus des grandes la brochure est une justification de la ne tardent pas A apparaitre, commel Eiu chlorotorm&e io.) se i., qu'il pla.t A chlijii dd:,
reunions de bataillons qui ont lieu politique de Monsieur Maura qu'elle .omplications. Sirop de narckine I5 dais vore jourIial. j- crois qii
parfois dans le 46ime ou le iemne defend des attaques de la press re- La croissance normal et I'avenir Glyctrine pure 10 urgent de vouts dcminnJ.r qidq
Corps,c'estun veritable fr6missement pub!icaine et socialist dEspagne.On constitutionnel se trouvent singulie- Teinture de bo!do 5 ex?:icatio:is a propos de la liote
qui electrise ces miliers de soldats et y pulse des renscignements de tr6s recent mnenaces, en tffet, par l-enti M. rue Aly a plus de hu:t oaur
d'officters A la vue de l'emblcme qui grand interact sur les evenements qui to-colite, en l'absence d'un regime to, II faut bie dire qu n surveillant dansle iumaro (it6 di 'Nti vel
incarne tant de souvenirs de gloire ont marque la politique espagnole gique et d'un traitement serieux, ins 11 fut ben dAre quen sur elant te. L-a teur de alentreilet intitul
ou de deuil et aussi tant d'esperances de IFarrive de Monsieur Cinalejas a itus d. bonne heure. Combien de les g rerobes. Aartr a na Iceie probablement u eie
Ce framissement a secou6 l'autre la Presidence du conseil jusqu'A sa d spepsies graves, d'appendicites.d6i sance, en alltant les excde nour e n Ila mauticre apres avoir dlt
jour les chasseurs des Vosges, les an- mort. ts neurastheniques el de candida- iture et I'alimentation vicieuse. l m u1sonl ttait occup-e par M
ciens et surtout les jeunes soldats des Colljfrenle de I'n';:l tuaes A la tuberculose, chez les ado- partir du svrae, ot prvicndra ou e Panette, explique quc le u
deux classes apples cette annie. Pana:Merieaine I1 scents; combien ene reins m.biles,. Iurs lentaro-colt aini quune pris naissance A i'tag: sur
conscrits de vingt ct un ans et de t c dvsnanorrhtes de mites p ologiques san; doute A quelque oratuire
vingt ans. Uls 6taient deja pr6parts Nous avons requ un exemplaire de r-es, chez les i jeunes tiles, qui ne re digestion et dc ia nutrition, entire neuVami etc.*
'16motion par le courant patriotique la conference pronounce par le Doc- connaissent d'autre origane qu'une ment dus pr nos habtudes polyphag' le veux ien lui d'mander pd
ddtermin6 chez nous par les dvtne- teur Albert Hale. reprisentant de I'U- enttro-colite infantile ques pr s, oces eune ont de cutte tendresse qu'il a pour
ments de Casablanca et d'Agadir et union panamicaine. dans diverse L rgimedoit re svre i con- eurschez leeuneconstulement ne voulant pas savir
soudain reviviliiparceux de Saverne capitales de l'Amerique du Sud. sister ssentiellement en bouillies le oie, inpuissamnt A annihiler les profit on peut tirer a posse
Us comprennent que la soie aux trois Le Dlocteur Hale.a crnit de lui Mon- de carales, potages au lait, panades toxies incessamment developpes oratoires de neuvainem n'y vo
couleurs, que la lance dtcorde de la sieur Iohn Birrett, D)irccteur General oufs imAlets c bouill, poison senforge, se congestionne et devient pour le moment qu'une mech.ia
Legion d' onneur sont plus mrnme d e IUnion,a est une autornte en ma m igres bou!lis,viandes gtlatineuses dou oureux : les reias, paresseux, se lomnie de la part de l'auteur, id
qu'un signed de ralliement et de no- t ere de questions latino-amrnicaines poulet bouilli et hacht, ptes alimen constipent aussi ileur manire, ca men ren Ire compete. ai conisd
blesse. mais reprnsentent la Patrie A itude desquelles t1 sest consacr, raires, mSuts A la neige, cre:nes ren- lt es iminaions urinaires se rar ce. je vous serais tries reconnaisse
elle-meme dans tout ce que ce mot dcpuis longtemps. verses, fruits cuts et fromage a la fient. Cest le priude d-un avenir .\r .e IUrecieur, de me dire leI
de Patine veut dire A des cours fran- l.a conference traite des progress crpme. Come pains, de la biscotte, peu brilliant, au point de vue de la Jc cet adverrsare tdes impruJe
gais. Et loisqu'ilsreverront le drapeiu realises, depuis sa foundation. par I U- Je l'rchaude ou des grissmni. n cas seant'. Ccpendaat, la prophylaxite fane,tcs. 4ui. co.nmm l'auteur de
des chasseurs flotter sur les chaumes nion Panamdricaine. l).cumentee. de grande faiblesse, on donnera de commte eitraticmntseraient presque candie tide ia maisoi. a jug- pra
des Vosges. en vue de la plane et du ecrite dans une langue im.ige et plei.- lt confiture de Tamas melang. de mathaemntiques, en nce periant ja- de girder I'anonyme.
Rhin qui nous furent arrachcs, s'ac- ne de clart,elle scra lue avec inter~t. pulpe de mouton cruel et de geie de mats de vue ce axome ; presque Ds -espoir que s p bl
croitra en eux 1U sentiment puissant Une vague de froid coings ou la poudre de viandre mrlee ions de ioropstase come presque m cee t' tre anjural, je posp.o h
et fort qui predispose tous les hl- ne grande vague de froid passe des pinards. Comme boisson, on ouesd dsrases sont function de io d retueu en, e vous
roismes, a tous les sacrifices. depuis deux jours sur notre region. tera bien de se mettre en garle con v scropathies. Si la mere se mon bl rspeuusm ePENET
Hicr pendant la journee, lobserva- tre le l it qui, A l'tat liquid, est trait intendnte intelligentedes priva me
toire du Pere Scherer,,omrne on peal non sculement i-digeste, mais cons, tons imposer Al[enfant ; si, syst6 -
I7a i D rh ^ ,it le voir dans le bulletin mt~aiorologi titue un trop On milieu de culture matiquement, elle avai recourse aux
S(it D f Ve ,rs que d'aujourd'hui a enregistra une pour les micro'besinfectieux. 11 en mlavements ( ce a bouillon des deux
baisse du thcrmomrtte jusqt'a i19 est de mme de eau albumineuse et smeurs .. doqt abusaient nos aieules COrPS d Bours
ccnt.Vcrs 7 heures du soir le froid a Je la decoction blanche de Svden- du XVllmersiele et don't cnous n'u
iN Ti i si vifque beaucoup de personnel ham. le donne mes preferences A la sons ps a, ) ; combien d'tats Or Amricai 560 o/opna
RENSEIGNEMENTS en ont souffert. biere noire anglaise (stout),ktendue pathology pius trouveraient pdine ) Dctte Interieured'Ham 1912. 86a
METEOROLOGIQUE J' eau minerale bicarbonate calcique se recruter !Mais la faibless dets paI- "tte It.d'I:ti 1v3y 8) ad v1
TOBSERVATOIRO QE S C'ite sa litesi de at acidulee : ce melange excite la diu rents est comarable au lierre qui Chlue sur New-York 1/4'o/o
OBSERVATOmIR riAlliance iratasaise rese et la copropotese.en meme tenps tue I'arbrenu'i'l embrasse. heque sur Paris 1/2 o
DU tCaiifnEiiintleniit anix .lhtis.ions vo qu'il active et amplifie la ten io i san I'raite sur Paris pair i, 0/*
SIilNAIIlE COLLEGE tWes t la (derni.rC A.\sseiiblt.e gent. guine. En cas d'.to..i: gastro-intesti- f ranisri sur Paris 21/
SAINT-MARTI.I. raeI le oniiutt't. I'itien 41 .IAllitance nale tr6s marquee' j ai recours comr- illet de P. 5 I o/o escoa
frati.'aiste louii Vendredi 15 Janvier 1914 ir il'eti-es tI Ialns indi, aul e dorge ou de riz ( pr alablement
n etvttee9 i, 'airisa aii, ,,oi atbao__alcos,
rliatia -. -ii it;, s.*'ii 1I "l d b Co trempe_ vingt-quatre heures. afin de' -- ...
...lod a aromtre & mid 7, patronage ,. tes ans aies vopp r, au sein de ces cerales.
minimumm 19,3l de I Oeuvire. un commencement de fermentation re-ues, deux rencon.res on. en P uri- ,Vte ,
r'emp6rature maximnumn 28., Le prix dt'es cartes est die (;. I diastasce ) j'ajoute A cctt. ti an: un lieu dans les environs dil Tiota* I *iSlaSS *auriPATe /
pour les enitants et de G. 2 pour le' peu de schidam ou de whisky cos 5 .nire, les troupes du Gouverno- oe* T'*oSa.BT-elaT*0a--
Movenne diurne22,6 adults. sais, qui en relcvent le gout, et, par ssr. aa. O
Ciel clair toute 'la journee, sauf Assemble mnissionnaire I'essence de genievre renlermee dans meot et une ban de d'mnsurg, e ,m s.
vers h. Obiets lointains trs viii- i'assembleemissionaire annuelle ces liqueurs, sinmulent excelleinment La vicloire est chaque fois ses lSteJFI. -
bles. Rose. Temperature au-des'ous qui, ainst que nous I'nnoncious la secretion bilair, engourdie ou en de nore c6l6. 't yro. s /
de la normal. dernierement, devait avoir lieu a trfve.- ** ** M *MW^
Barometre en hausse. I'Egliase Wesleyenme, sous la prsi-. La constipation domnin soute ent6 Les pluses ont retardne conss-
SI. SCliERER. deuce de M. Edmond Laforest, a etd; o colite. II taut y remedier par le derablement les operations. il
........ i.ontraria*e par le inauvais temps. calomel0, prciez medicament iqfam A iF"i.... -r, : I+. i at d, 1.., ..ns E F. 31-9umm
Learestesde ChriatopheColomb Ele a eta renvoyee a demain soir. tile : aseptique inestinal, bactoricidrteber le Ministre de tar ,a fe --,a m
Lea ossementa de Charitophe Co- Le public ne se era certainement et vermnicide, i se prend facilenient Iiolerioeur, doot l'nergie et la 3 t3 l itl
lomb vonttre probablemnent,dit-n pas faute d'a.ller entendre cc. cou- grAce A son insipidte. On le donome b .... .. on....e. .d. u....|
envovys de leur nlae de r.*pos rageux mlissionnaires don't chaque A Ia dose de cinq A di centigram ravo ulre sisuuu ues toun. | ldI p N i
*dans ia ath6drale u e saint Donin semblable r6uaion ms-st en evidence es,3 dans ,u lair o- ,I miel o, 3n harc6le les insurg3s et n'atiend
I occadOn se10 sonillt, ia ee o uv profondl in-,i core dans un leu de mulap o l d quo Ia fin des pluses pour donler n D HI A PA I
lde leo controversy sor I'endrmit iaBlUle un.,epecher: les .P, la sain aux toupea du Trou e1 .p..a, -- .1- d.*T*
-,ri'abe o B.e lea rest. de De Mir a. ne nous avons re. la opellt dantliamon r, lis veom ntnr l rebelleI
rLo e quiaouvritA mque. rte de Mle Ar eria .lfontMirolu ivec a- .n mm te e "'m --dn __t--L_ .d. -aro_> J
L D"ooinlcaina l' Aemacoup liM,5lAridm ro"- le fonctionnememnt normal deo i-ui Os muqueu, Le Commnmdant de rarroo4 is- -m .1.wmi~.


Wkdjmricalns bitt~rn soot convaln -' e.seamt o .Hid.,I. brave C
ams qW eatestes conserv. A Saint Nouvdk Ala & a nl. Pour entreenir iactkmImulztive et n6r~ gd-xAvis
=-b M wn.sot bio emt~~U do Co A I-ot~e dtewiuive A lo" b chauceat paS=Cr 'in' ilkka in. L'Usaeagaed
mb mnslas WeCobmins eA 168 Zs- Le profsseour dice. Is pauses 0roions do I& meqas s tsI~umo nPince A Ibaoerdoaor
pagmeri ot tout ausal fortenwont L egsur egl- l ninuml,'nmauesaslsdn cis6 l Os pge ancds d lat a .cPioncea qui roivnw er s@0
emim es utsou thel~dS4 l vnu td ib.- arj e- n an pn &asis nlaeaet vc 2Sgail ne m domicile, quo s" voilwre
sm~svuell ame das la ctibed titmort dok rdn~i..d'huailed'olivesetSl. dode mentboL i 0. initnnipuve do
ef~smt dasas d& o 60"IATde mtim fr" e ks auapsle dorn, (a veuuieros (tic Touls i pow ''~ces, 055 casdo cootW
.dgmoantliiaw a dS, usan ONa fdosu tiau d'htie pow ~uelaS 8u afIU PWOflUt*vot u riders doi ,ent. smw'
= =Xd lod ~sirar o &in agae96d."a doumn .. 6" atbrigands do"s Va~li% bw r im- d'un c i int, v66dr lan 90
M.mwau: Om as Ciu.I. MOMet 'ufte..' ?(s Is oids dohla
6!0 it iRs. PL k=rm