<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01963
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 10, 1914
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01963

Full Text






CItmetit-MAG 1A'IRE LDACTION-ADI INISTrATIO1
DIRECTEUR 8, Rue Atmricaine, 8.
ABOMIN RMZNTS. Les announces soot recues:..
PORBT-AU-P PHI N.C A PoeTr-A-PNCS: au bureaus du Journl
U. Mois. . .C. ".00 A PaWs : shes" L. Mayence & i.* 9, Rue Troache
Trois .is.. ..... ... 5.00 A Low ss : ches L. 1ayecrce & Co. as, 21,a:
D E' A ITE M E N T S: ludgate Hlil
UnMois. .... G. 2.20 A B sLIN clhe RuJol Mosse 19. erusam S.W;
Troi .4 6.00 StrAsse 46 49
Tros s A" N 0.. J I A'NIw-Yos: Universal Publicit) Comptay 4s We
E1I'tIANG II 6: 04 th Street
Trois Mois . G. Q8.1D0E Les manuscri tastrls oU o ne sont ias *e*u _
I, N U M 0 ( E N TIMES Abonntemnts el mstert on s pazables .rad.:nt



CA USERIE CONO3MIQUE Lettre au MA TIN rugmentatin pour juin, puis pour tionaelle pour ddlit habituel d'ives
le ter Octobre, maistenant ce srait se. a
-moiti pour lt ier Janvier 1914. moi La vkriti, da.it mon humble ji
ti pour 19t. A PlAques ou a tri eotte, et que la lenteur du poison
Faut-l taxer I Rente? Ces deux mots 0trangement *-cou iaui i. A prottire toit 4auDl pls: Solde et souliers,oaut cepcn.lant Faut iI mfme y compete ? L cruise lmenat impolnd' rable que nou, au
- lenteurs parlementaires font eser vellfit s de solutioi.P.nida.It la crise e et que la sci, -ce l onoe lacc e mi
Voil une question d'une bien,il n'en a pas le droil abili- sur I'arm6e.D.-puis des mois o pro- nul ne peut s'en oc.:uper. 0 aura th ,i t~ ise 'aie de braves Nor
Criliqiue actualit, pose par [ls quier ;uacunie tle ses prerogatives, met des souliers aux so!dats. o an- ensuite bien d-autres ch.taI fo letter na O s. -n.maissance. ont bu
6coInomisles ei les inanciers ell ar niuo:nbre desfelles le droit nonce bruyvamnent I'a:cr-'iss, lent I 'alieurs qui petit pr6voir u i. n,, [. !^'. : ,ius avance la valeu'
tail naltred'intermninables discus- ,'elabilr .les imnp1is; ,fautre part Je la sole des offi'-irs et cs jlc s e s e e fivor.ibl- ,- revei! c ,t. si -I a, .n ii ljart de litre d'eau de
sons, et pose a la Chaiubre, elle c'esl .aussi un elprun, r eljet )f.icirs. Nal n volt ri,, r no eteits t iit;.n,? 1 .. L f !-r"I ;e .1 lr Q.le d'exccllents Chi
lait aussilmt IOmber a bas un coin l-e sel soilnis ;uIIt ins.nps r Ce ns'et pis eAque noe t. a ers ei f ,nD)t Pceinc nste. cie. .insI i i t ig --presque le chifIre
ninisre elonber plus bas eagles soient nus pdel cette h-ure. P t e n c n J naw'-s dc f ID)uu, aEpr. avoir.
inistre et onber plus d as en- gles 1 plionnd:el qu un e.pra- Mais cela ne tardera gutre s les les nouvelles gtrnso i, de 'st sur- u, n no nbr incalculable de pi
core les course de la dile Rente! teur particulier qS ,.e .pet. abu- Chambres ne se dcident pas A ooter tout. ou les lovers et les p ,isio pes d. cIt o)i nii d nonca come le
Mais parlous conomie politi- sa nt d. sa forc, di,.ninieer a sou un project don't elles sont saisisc de s'a:croissent de prix dans des proper rue ir dJ la r:e da. C leste E n
que et non politique : profit les inlteris qu'il lIlit verser puis longtemps et donnant une nou lions t ntastiques, contain ero it a ir !
Cerlains pralendent qu'll n'est ses crdanciers. velle chaussure pouvait servir a la vivre dains une telle gine que le%' os i
pas idgal de taxer la rente, piis CGo ane-ut resouilre ce pr.bl- march er.aussi. de souliers de :epro, sous offiziers rengageronit Ie m#l ns Tl i. uo r it n' rhu mble avki. ji
Ais le dlinoutrent ais6inenl, insni me no lie :es deux r.olesC contra- si j'a bien conpris la mnriliqa. des en .no s et q'tz les otti:,ers lisstJia cl, eraus A cl .ar mIl guaile dit
ilsoublient g6ndraleinent de d-:dciores et sinail.has? II va fin cription donn&e jadis par des fc..ille., dero t les jeues gens od'entre ,.' bu.e pr". aut: rts de neltable, eefet
tinirde manimre precise le sens primcipe rese iln:nu lhle, illalla- sp&i.ales. E, atte.idant le vote. quLeane c rrereou un ri I s m navas es.o n ete
du mot igoal; on peut done leurl qu6, al course ,l noilre lilore ; ee lParlement peut eiecctuer 1.La qui tisioinsn qLt pa- lt )ir ra.is vuis dest b .i
dques minutesles collections dtc iitpuorratie.i eis-it IIr rIsqd-,;
faire remarquer que cda ne si- chest ,(i.e si l. los .lat.joardu Iues mI nt. p ,,r c:tte ri.,. o que les nropr, it.u
I e. l sures se sott appa.uvries A Iext:a,: Ainsi de&roit ilT:ction pour te ser res dte b r)Li ,'; a ma cus rot tt .
gnitie rien d'autre que a conifor- gell at;t1lhltq' la lot di(fler, elle dans les.nagisins de company e. vice mil itare, ain i se des.gr reftil
i Af l a loi a, et que la loi nest doit respeIer le l'oils p.cvliai-I drs cadres jds si sod-s et dv tort d.crare ar eprr.Ie:eux colre
que la volonl6 exprimbe par I'As- res acqluis des particuliers ou les Afin de remudier A une pit iurie -adres j1dis si soled-s et s vulnerable. Or [excellence de eto
wuAbl^; quo cee vowolizs vrie, indel..nniser, menaqante.l'administration mialtaire mac me sembi la coliiiaon d plus
mbn6e; que cetLe volontIl var-e, inde at si r a demand aux bleus d. e wne c ,ier savent qie le but ultime de lear essntiiele d: l.a lo gvit. (Cux l.
ourne, change t loi, elt 16 Va- As s la Ijorlelle dre o d-apporter des chaussures r;pondan, "arri:re est ine chance de mort sur poir ne p tl.r lue de deux ho nm.
t ga ent: S veu e mis I le ro A leur p,)inture,dtjA brisets mais non champ de btille; s envisant pii coemporis dsru
HoT, si eult la loi, disailt lei d. violer son coinral ( eeillptien- uss, aptes en un mot a un be ser bravement 'id e J: ce; c fin glorieuI eueit diere *ds ctiilloo qui t-
droll du temps jadis, ceite max,-!teur en tax.ilt l. Rene, ils lui vice prolong Ces souliers ont e ou e. mals la go:ie coi..tanlt .. ls pri rent les irb.tbies .vantt nun uiirs
lUe est vwaie encore naintteanit i reconnaissen el revalnclhe le droil vnt tre remb.urses au pri,. d,. tioins pour leurs fanilles sont p ur et E nle ) lir.
celle difference pri s que le rol a d'tablir n np6lt gnitral qui I17 fr so. Cela a meine vdlu una re- fit on cuchem A erevmp recomandera
eu de nomnbreux successeurs. attend Jrait ha It lile au.si baon marquable courant d'atff.res par uaire cesser cetaut ei A ine t otr gris t souuhaitent deivre
Quand on envisaco ainsi cewlue les aulrs valetrs. Icertains com nergants q.ui a:,on sn perdra bienttt les des au
qu'dl y a ddrrire ces grands eol Javoue ,ie je sit coTn,rendas i;aient la vente A i4 fr de chaus ares s c sans odu mn. elle n re r.tera plut vieux, a rgul rt d lar cie.'es en
noobles ternes : Lo', droil, etc... p-ji bien cslle ,Itstlisction : snIf a reinbotrser ppr'l'htat avec fr. ) ks h. v ague troupeasqu desnt i saiq de t. I'exposecr au cte pida.rion. a
on s'aperioit que ce soUn choses;sp6cial on i impt g6~ial, le re- de bnehicee pour leurs hiureux ache- un vague tro aude to ba i d-ue ex stepice boule
mnouvantes A la manibre du sabie. sultai n'esi-il pas le inIine? teurs. sianlt les heures Je repas et de som
et I'on coinprendl que la loa c'esti O itvo lue contra to at inp6t Les commandants de compa nii', meil. Plus qu. le plain air lui m me
le caprice de la majority de 893 quelconqic aiteignanlt la -Renle grAce a cet expedient bizarre. o at pu la rgjlanrte de la vie est un coetfi
personnel environ. une raison historiaule : Lorslile Ipargnerqueiques paires Je godi:lots, L .L IAISO.[ N ci. it Je prcnir ordre po ar les au
L'Etat manquerait-il a des en- a*bon cream le Granul Livre de eurs colletios nen demeureui pas V V I. I K R s d-e grA.e qti restenit a vivre pas
[Limanht ',llll d ,- en D e pub e et *. la u-moins tres miserables et ils vientV l lr rl sts so;x title cmi I ou soixantei ditx ans.
gagements s'dt laxail sa rente la Dettlle publIque et que la Co- arriver Ic m iment o is ne pou oat .
co )nne 11 taxes les autres val .urs? vention dec ii ce qie Ion a ap- lus chausse. leurs hommes, m tlgrt ALLIMEN TATIONGINfR ALE J at connu une dime quti tant pa
Lt doctrine socialist r6pond p e 1la fasilltle les delix tlers. Ia des resse-nelages et des rapie.; ges ralyrique ne poulait pus sortir de
que la reute fransaise coae paran loi, base de notire d'rot l'filacier, meiiculeux autant que constan.s. 'ins ,n Gra~s oqf tn )i)-';il est hez elleet ie se seniti ps In heu
lacoquette soruainedeI200Ja13) millions sans complerles sos cosolide strasent p .sys auxcr& ils clams cette mi.see, Ie Parlemenet otni ude sei meee un neu d-oxy .Ine
Sis cenltine s et quelqiues access diremiers-'sanis auculie retenues; n'entend pas et les bureaux e la .- ,J s les oam ens. ltle u dp'oxyne
revencore; d'ap.rbs elle ice ta taxer lia reAle serit doa reIge re r cre r'o ds CAUSERIE PARISilgy 'cet a is. Ths par exemple, quan
de choses existed parce qu. les. signature ,le a ,ou" ., u-" soulier dan, le- bureu dii on nl hi .ipi)'. int p s son i)e it ua la
C1lambres le votent, ials pislie A. gaineit l rel-'.lab)le... I ). e at No1ez qu-,il t iiee n l et -b~ colue A adIuelle entrat dims
les Cipamnbres deode domain aurot tout refules anssi be que loit ch sque annce les fonds icces ides c)lJere,. i' tur.tc.it pa h.itcr sa
aulautdelibrespouvoissqueclles prouver elt e econoile polilique. saires potil alimentcr les mI.i sins Vivre Ccet ansnili.e en b;erc.
d'hier, elles pourraient parfaite- M lis iquimpolrle. Le g, an i es corps. Mais on moJilie la for :sede [E d hours bi in entnju de ccrtai
lment refuser de voter les intlarlis principle -en celle inatlire esL qu'il la chusussure-.:est bie, le cas d :dire -- ie, abstinncccs Jont il -sIt snuttle de
de la rente, et ains cette derniere Iaut s placer nol au poilt de la f,6-6 6 rme- et pour c la une loi p rler a cete pace et qui sc jutiient
aurual eIgalemenit cesse d'exis- vue du d11 roi, inais de utdlill. est necessaire. Le project esit 1 fret, L'excellent DI)lagi I'aureu: drama .usei:nt, ics ,meccitns preLcrvent
er!IA plus torte reason on-ellels Bien des auteurs penspnt que le rapport papos( depuots log .mnps tique,allat lest attenidre.cesccnt tis vololsers JAlver lcsLmltioi,.(.tel
ler d dlus tato Ir ot- ,i. B ien des auleurs p l q" dit on ; ll ne pout vcnir en iscus 11 ne lui manquait pour cola guere qus uns d,:n ,. cuK so it intarss.
Sdroit d taxer a renle! Iesse.-nble du pays trouve un sion. que dix huit mois quanI I autrc jour bes dIlo.ltCn-: p. .r illustrcr c..t:
iahse et aciet rgine so immensely avanlage ; ce qeo la Et cela est fa.icheux Q i'une nobi un tramwa\v.yv lui p.sa sur 1.: corps, rdco.n na.tn > i Rcste .1 sav,):r sis
touclient. L* roi. en verlu du rente soit exeinple de toutl iltpd ; lisanon survienae e lI'n ne p urra Et encore fallout il quil -.ut I 1n percent d-s c a vcrtis.- Jei dat tort
tlubeue principle, ne supprianait-al en respeClalnt CCIe iiuniillit I'lsu-, fire face aux befeius, car rseiste. cheviie au dt corps, car til nc la pjur m ptrt. Les tn Jecsns en pren
pus un quarllner de reute do temp t ts al, on aide puissarnesusaat la et terriltoriaux 'auront p.s tot s des rendlt que dix heures apre. neit bi:n a leii aise. IPiurr.atent its
bu lemps? baiss" du lasnx ,I.s rirgent, le ca- chaussures propres A une camp igne: Tout de suite la question des voice' obleitr sis 2tctil:,nent piur lear propre
C.elle )Iborie peul lre illuslre pital se tIrouve alors plus facile A alors avec quoi chaussera t'on ceux, et mnoyves se pose p.ur quico que co.npte cette i Ljiftcrcnce aux eveine
par un exemnple pralique assez atUeindre, ia ltiliser el ce au be- la majority sans doute, qui ne pour souhatte de vivre vicux et ils sent runts me un ui tc n itt so t p.tas
curieux : Peu aps la guerre de'neface de is classes ouvrisre, cornm- ront fare les marches, resister A la nombreux ceux-la. non co nprts le personnel., mnm.: st lou nest pas
Secession, un plal Nord-Ain.ri- mte do routes les au-res classes de boue. A la pluic, aux cailloux, avec bucheron de la Fable en tenant comp latroce m.antr.pne que tut d'Alton
aion elua de payer retienors la !t( les chaussures de ville actuelles ? te de i'inferiorite qae pcut vouas dtion Shee qui. le jaur d. la catastrophe
c quirelsusa de payer sgs renpiersala socI.ener une constitution dabtle ou cer(d du che.nsin Jc for de a rive gauche
parce qu'ilst lu avaient piet6 de D'autre part, la rihese du .*. brale. pour une cause ou pour une en a812. CO n.n- on s'tonnait a son
arte pour faire la guerre, ce porlefeuille sIt la France disni- autre. circle de voir av-c quelle serntt il
qu est un crimet! 11 devail sans nee, quand lel couarsde ses Iblnds Plus grave peut etre, au point dc La sobrict, hl' oui sans doute. accu:illaii les noms des victims lus
UOutle leur dire : Estimez-vous d ltal baissensl; or, si la simple vue de la solidit( de I'arm&e, <-st le Tout de mne,n iI convent de n. tot h tut dva.nit lui. declara froide
beureux de n'6tre pas poursuivis ,nenace dune taxe les font des- retard et incompre en ible. ren exagerer sur ce chapitre et de ment : Je ne les connais pas. c.L
C0 fl. compl ces pour Iaide que cendre terribleanenl, qnel sera apporte au vote de t'augmentation croire 11 petto que si le vii par exem mest egal : si je les coinaissais celA
OUS m'avez donn6e au cours de a,.... a ..'.. I ,1 la des soldes. On a tait maroiter aux pile est un po.on.il participe un pe, m: ferat plaisar *.


ca nobreu- m"urtres qu'st ,~~aI'cu'""t1' """"."-"is veux des officers et des sous ofticiers du cute. poi;,,ti tent.:i etdi-
u erre! e t uapparastcom menace on pa sera une serieuse amlioration; meme en sait DI)-illecar vosla soixintte dux ans Edin. ne r-z pas. ule coaditi
. us joli example d'humour JEAN DEPRIEL signed d'aillgresse non partagee les'que jei prend,,.Je ne s.urais oublier our va'vre vio x ce it oe oaor.
mais les pauvres ren- aubergistes et les togeurs ont accdu Ia tranqullitdisouriante avec liaq ue lle 'exprejtio p.)ulanre : il s ais
-u5 Al tIOuYercola aoana -. M leu'rs prix la premiere nouvelle de Chevrcul. d jA nonag,n.atre. d1sait A aller.avant poar co npllnent nature
O 6t re do fort mauvaiss 'aubaine. Pourtant rien ne vient, si un reporter qui iu, dem.mdait son *vers la tn a.
et our; dmAux Armes de Paris non des contre projects, les uns aug secret pour prolo.ger son existence : ..
SA Amentant, les autres diminua it les Je serais tent de vous rupondre .
-..I.. autre difficult souleve Vente do Timbres-poste. Papier- propositions duminisire.Conmmission quil suffit de ne b.ire que de leau L'A. imianistration du i i ar
S l Iabun de oI renWe vieu Umbr6 timbres de quittance aux sp;csale, commission du budg. t,com come je le fais. si i- ne me souve- a avis3 as aboaAs q;s les
ri que fEton pu eil cas a types divers. mission de l'armee,ont chacuuc leurs nais qu'l' y a kuit ou quiaze jours, 4A Qaa3 qai la-ir saroat dslivres
~t incs : d'uea panrl vues et, daus leurs seins, les diver en croire mood journal, un quasi cen a sratd ts2) '.anis signed das g,
Shle~ ~q me peai--.| Machines Sang r avoc et sans boite fences abondent. On avait promise tenaire a compare en police correct .14Oae A JustilO.





Le iuTIN


CAUSERI FtlM?N NE maiis,,n attendant,. e mal va grandis-
S" sint: la lutte devient chaque jour
Sm et b plus apre, plus penible, et A mesute
14 femme et les be- que nous avancons plus vite vers,
-,,,. m .. ,,.1ouverture bWante qui nous jette au
Uognes mtsRnageres neant. nous distribuons les coups
avec plus de violence : la femme qui
Prenons, si vous le voulez bien, s'est pr&cipitce dans la melee n'en est
une jeune fille en ce bienheureux plus ;l computer ses blessures. Elle vit
lvin time sikcle. Donnons-lui une cependant sans loi, sans dogme, pour
xeste situation quelco.que, et 1'ui.ique et amer plaisir de vivre. Vis-
Marions-l. Le jeunehomme qu'elle A-vis du maria. elic nest plus 1'epouse
spouse compete sur Ic gain de sa fern docile et rtsignee ; elle est la rivale,
me pour dquilibrer le budget, et sur la concutrente, et trop souvent l'en-
ses connaissances de menagere pour neinie. Lile nc veut plus etre sa s,-r.
conduire sa maison Mais quest ce' ant.i Nul ne pent prtvoir sur quel
que conduire une maison-L. plupart terrain se f-ra. une conciliatioii deve
de nos romanciers psychologues 'i. nuc plus que jamaisi nc.:< saire. Sur-
gnorent, ou vculent lignorer. Q.uand mincenis. cpuisces p.ir I'acquisition de
fis nous presentent les femmes .in- lonei. .issa.cs,. Ic plus sotvvcnt intii-
ciennes, actuelis ou futures, c'cst les. quIl con-tiLtuit i ins. t uctio i 1110-
toujours pour Icur demander : aQ.ii derne. orguicillciuses ct vaincs du
dira ton c~cur A mon citur ? Le pauvre savoir qui lcur a tant cotte,
rest n'exise pais. oil sculement coin- inpinisInt ccoux qu'cllcs croicnt inIle-
me cadre choisi et indditiable inas ricurs i a cllcs-nIInes.Lc peni disposes
ia naison rcclle, qui pcse sur nods ;i .cepter leIr oUiti,\ iClineS de cOn-
Tous les jours,on n'y pjcnsc pa.s Sn- diiit).s ,tcoi, iqn us deCs plus opprcs-
g(z cCpunda nt quc l.a < gueiille Ihu- SIVCS l iancli s LI tciidutics pair i
rn tine na scs texigele s .i sa.tlistaille, quL 1s1t:i1 d't.i ,l quoi Jlld icill c't
et quotidiiiiennmcnt sc nouririr, sc pose dc\iat l:.s. nu..il mcn bal-
loger, s \l tirc. ne sont pas inice lott&s cltrc Lit i 1 .a c q .'elles
affaire. L.i conduit d-unc Iiaisonil tsi del.issec t ct Li loi i, )iuvlle qu'tles
tris compliqute. File comprend les nc lor'nuleitt pais encorc. les t 1nnecs
soins du menagic, lachat des \ c :.il- .-' s s );nt v, rit iblCim nt. cointimc
les. la.prparation destnets,'entictni i i'..iil si lu.tc)mc t unt dc 110S COn-
OU la confection d es v.CtInCIInts I li IrLIS. ies Jcs.sccordes. (J.i leur
fainille est numbicuse, sans ou rcL\ riciJi i c k rn lai plnitii lc. l.i quiL -
une domncstique. la. ttJAchc est lourde. tud., i.i p ssiblInc dl.i'tre i nom.i-
11 est vrai q(u'lin dc nos pyciholo u's lic iC l t" (. II I ir pr.esciirt.i, a\cc de c
ro:n.anciers a crit qiitlLu pArt qile n li C\ tll\ dr,, it<. L i.s, n ue.)L t'.ux
.'invilut .i maingcr aulour id'unc ni< dcvois qu ,lics s'1 t p juti es pour
imc table tait une hatbitude d&;'0u- ne p is accepter
Allnte qucl sc,, nouvcllcs gen r.tlioi- (" cst Ic -c. t dics tc'nlps a \cv air,
1 prctndraient point. Se nouiir st pr,,tirs. ou tli', li ita'i.,s .
,an des besoins grossiers de notre
n..ture, ajoutait-il ; on doit le satis- SUZA\Ns CARON.
faire quand on est seul, loin de tous
regards. On mange,dans son cabinet "---. -
de toilette, dans la piece intime oe
nul ne pnctre, les viandes achetfes
routes cuites au marcliand le plus LO/
proche .. Le conseil est peut-etre l
parfait, inais difficile A suivre. Un ou M s I
une c libataire pcuvent le mettre en CRkME ox BEAUTE
pratique, mais une Lamille nombrcu- R EWO LA PEAU OUCe.
se ne mange pas uniquement.et pen- PACHe &PAAPunde-
dant trois cent soixante cinq jours.la li1-.GaaD4mD.4.6,.* e
viande cuite chez le voisin. 1\'oez-
vous un pere une menre, trois ou qua- m
tre niarinots, partir en tile la provi- ______
sion ct s'isolcr ensuite pour consom-
mcr chacun sa part ?.. Enlin, la con l A *
duite de la mason ne se borne pas a ( (,8 U I ve rs
la con fiction des repasct si la tenm inc
et dchors ctdonne des lecons,.occupe il NSEIGNEIMENTS I
un emploi, qui rest au logis ? Une MEI'EOROLOGIQUES
boinn, plus ou n mil s lsidnlc, qui gis
pille l-argent ct les .:hoses, et. malgic O1SIlVATOIRi'
Jes ellorts dcs conjoints.rend par son ,
gaspill.ge la situation precairc. <;.| INAlIlI COLLElil l
.lctons les choses au mieux : le .Ic S.f-l\ll.\l
iuari est en situation de permettre ndrei 9 Janvier 1914
.sa femme dc garder la maison.Crovcz Vendrei 9 Janvier 19 4
v'ous maintcn.int qu'clie y lienne ?- I;t i1enite inlli ,>;I.7
De quinze A vingt cuiq ans ellea tou- pr ( ,naifiinum n ,
jours isle hours de chez elle ; d'abord e prature 7 naxinum :t',7
pour acquerir instruction don't e!le
.-st fire ; ensuite pour exercer la Movyeniie diuitie2 ,7 f
profession choisie. Puis le travail in- (Cl cl air la matinee et nuageux
tellectuiel detache du travail manuel, I 'Pals nmiJi. I.110o lunaire. R'osCe.
II y a d'placement d-activiti. Les be- l'cinpr.atture au dessus de la nor v
,ogncs minagcres sont ennuveuses. milc.
fatigpantes, repugnant's mrme ; lia iBaromitrc en hiusse.
femme, qui a r'habitude de s'asseoir 1. SUIIIEIElR .
a une table d'kcriture, ne les accepted Tlirai.re iarisi;aa
as facilement. Je sais que Mine Ro-est (omain
and' pluchattdu persil en lisant Plu- ,n^ia, I'1at ties iati-t'es de gala
tarque. On se la figure ainsi sans ,, ".1t .;1 T 1 ,.l-,a, -,ant.Cltle pre.mmtre
pine. mais on nc la voit pas curanit p,.et d'avoir 1t1 IA. arad@ sue
des ustensilcs de manage : cela cho- cL's. T"l'i-t. ia truipt jOUtW at. C
que." lnii iranld iulmabre dle il.aces ay ,,t C
Ceg details sont trks prosaiques, "te lout.lniocs c.on.eilhois La inos le- I
mais ~res reels :nous ne vivons pas tours d'arr'ter a I'avance leur fau- T
de reveries sculement: A chaque mi- tMail doot le iix on .e souviect, a It
nute du jour. nous sommes ramends seniisiloutiient dinuiiiu .
A notre condition miserable de betes .,est ii itheutres qIe le rideau se
humaines, et quand nous mepiisons IO.vera.
par trop les r.alihts, ells se vengent. Bullelih officel dai
L femmes instruates de la genera- DI)partelemt de la Jastcllee,
tionsprvsente scront, je le crains, de I..,s livraieons de Novembre-D)-
tristes mtnag res. Reprnsentent-elles c..ai Ii d c, confrs e Nvenbentde
la champagne revce Jcunes fiiles.elles tuiaitre en d 1 ,eI n,,umro avec lei t
ont tt en disaccord avec leur milieu sonuaire sauivant: j
au point de vue mor.il ct intcllcctucl. P.sWrI: OF'I:IEI.II.K
del. ont chlrche cells qui chier- I.\lairt tie la ale A Int ie Sievers.
cheat sans la trouver une !* mo:a ru. divorce di saeur I)A..tourz I
l. que kcur petite science est mlpui.- 'otire les oitsorlts Iouxi et le st.iur)
sanit) A donner : croit-on quc. tern- :. 4:. I.e.spinua. (Jugemeut du Tribu-
mes, eles seroni plus heureuses ? nial ivil det I'orlt-au IPrince. A.irt
Nous- .sommes tous, hommes et dti l'iilinal tde Cassutioni.


femmes.commie des prisonniers Jans AlTuire dii 'rqame1rat url M -'
uni soutv.rrml ;IIUnus lutions pour I)Iaisii. do AM. C. sav Dileas-ve et C,
l',.xi:,tence saims -savolr cdou noUS y- I.iis IMidotimisiColt.5~t cgirlI
n Fou ti, ou- ..!Ions, ct. CC qui est Ni lxso osrsAi~
plus gr~ae. -A quellt% lois nous obicis- flemi d Ics ). Ittu~inspa e
jr~kvaillts A les dcodvrir.)
~ ara~~allons lea dacouvrii dia p *amttraI Turenime Joan.!
Ao" &adM{ons 'c.rtainiwnent. A lKs d- (;,Iles CwmtirO e IC nseil 5;mnl!I
Iptsia~er, wit:, et nous d~sions IC dti Cu~p-lialtie-e (Ajrt~t.) b
smgand bien Lu' gdatrations qui Circulsare du S*crdtsre d'tat do I
.0.ini druse a bille d~couveae, Ila Justice aux Commislres duGok*..l


vernement prts les Tribunaux civil Le contours des cent gnier. J&r6me Salomon, sous le
de la Htp)ublique. contr61le et I'assistance des Secre
PAlTIE NON UFICIELLE sonnets des Axnales d'Etat des Finances et du Comr
Les assises Jacmel, Fo-Libert es nale des Relations Etrieures et de
Saint-Marc et Petit-Goave. R4su e truction publique, des T ravai
m statistiqued Comme suite aux sonnets de no blis et de I'Agricultur.
Bibliographie. -Guide pratique de ire redacteur Victor Mangones, nous 8 I.es articles :ecus serout p
IEnregistr.-n,.ir. des hypothtlzues publions aujourd'hui celui -. notre: blement exposes : la Chambie
et du timrllre .alr IF-ranri.oi 1 MaLhon. ami Themistocle Leon, de Jacmel. Commerce de Port au Prince, au i
Listed individtis'naturaliset hat- qui a et6 cite parmi les sonnets re et A measure d.: Icur reception.
tiens dc, ij-*i.", i, :;'i la rotr.ite et marqu su 9. Les articles agrees p ar le Co
des P|I,\,|i|. con.i iomi, ;* dInrant o.
Liet s i, )h iwconv-ii llle u.b 4 o dbirant d'orga uis.a iion seroit expdljcs
s a le r ci HOMI XGE A CORNEILLE frais do I Etat par le Gouverne:ne
I e rI:icerl I denmaill --- Certais de c:s articles pourr) it
I.- :-n::ert ,iii devail avoid: lieu Trois siecles ont passe sur 'illustre tragique ac etrs po ur ku valeur march
Qui rendit irnniortel Ie Cid"conpeador par ie or lro ver mrc
.ieidi soitr stir it place t e strard et i depuktrots cei ane. Fr.aii enor: par le Gou rntmenit. e
(11i A\;Vilt ttt- relvo ,- s ra lonnII.'est eI e.l co c EJ ci tn iL splendeur i 0. Les articles non agr5, cr
ilemain sore stir la i -i ne place par ma4iquc tens .A ta disposit on de leus
le corlis des iillsicie.,s diu 'atlais. pridtaires p dant rois mnls r
I,,s 41letions :t Port-au-Prince n)u v:rs or,"i cons u i n t cor prtaires pendant Irois mois o>prs1
i De v.r'u, de grandeur et ic courage pAiue. date du 3o Sept_-n bre 191.i lei (f
CCst ;aujouid ili que comrmencent o soi, Pierre Corncill auquel le S.t rique de retous retAnt A la charge d ..I
les tr.vaux pour IJlection des mem- Qui vegea ton gnieoutrjg par tle sort, tat. L s objets qui nauront ps '
bres dc i .\ssembldc primaire. Vou Aa t vmpaithie ardent er courageue ruclames dans ce dc ait seront venl
l.a ms nem act ivitl qtie lous sina- l.ors- i 111: c:vur cst sourd a l'.ppel du devoir, au profit de 'H spice Coinm unal
lions Jdrniremnenit rigne parnii les Alirs quit c.t mcurtri par un grand &dsspair. Polt au PIin, -. C.
rletcurs dc Port ,1 ttn since qui vont \*EFal n'tncou
iCcI rsc d ort a Iince q u volit 11 n- sici'mb tc vetir Ominrc majiictaicuSt, Ii. L*Etat n ciicou rt aucune res
1 lurnte avec unlc .olilance atiira- Pa,,cr .au lou avcc le cortege. inpuosant s .blite pour la detniorjtion des 4
ble. ,.Ls hro, qei cra.t t.n) ver blouissant. jits exro-s s. si.uf le Ctis de (ilte.
Li i trc s grand no'n bre d'crti ecux Jacnel, .Avril 191;. 12. L Expo:tlion pr.paratol re lo3
citc tO)i,)uirs, avcc cnthouslasme. les I'hmi-.tojJlc L-oN le scra ouvi'rie gr.au ct elmel u au
noms Jdc C.trmleau .Antoine. C(ons- blic deux fo:s par senm.lne le mis
tatiiiI M;:.ird ct 1e)sAy, qui ont pre et le vend edi de 9 hemi-s d ma
san.a,1 il rv pIs lonatcmps hrs Boite alx Lettres .A midi et de 3 heures a six heuresl
c.mndidats pour la formation du Bu- :I aprcs midi, .i une date qui s ra d
r:a ,i Me I'tii n I iell :,i rieuremnent fx.e.
Tous donc. '1-urne, clecteurs de 11. Lees pioduits devrontre
la C pitc ctr entrefilet l an semias sous la f ,ru a plus .irtiSg
o l J la :m l R Jim I *. Vi tnt leli lit s'li' dans ue possible t c les artiAles alterab,,
II (l i ll'liP .i ita \t Is alsmis, qui Ians des co:aditto s ireles qu a
ll ~r. p nidl.tnt i.t ilitt, Ui ca i abrio- v't nt preinir- part it lai sonscrip- sent n s es qu is p
leur p nctri .A Int ls I n cubli c ()ccupc ti, ili. 1t 1 n l. v o l ii l l i l n r r li III-Ixp S
par M n.: .\n la.dcv, (,r.ind'Rue. pres- i It t M.itN tl ri In .s it vet ser lenrcoti- /r /t ,,. lIl:x p>o ition lcrn.e, ha
qu'cn ta l. ic de. burc..ix de ")f"icicr satlli ;'I Mr N 'ni a Cl lharles.. articles Cxp. eront venduls a Soa
Ic I 1L~ MIm scctjo-i Sn .' 'oegro'tted (10 li** pIVOlir ret'pontlre -Francisco ou riour.iO s en tlt PgO
i n it, parse cttde: i td v ltr*it ,tl'tilito vim le pit l 1- I, isi !l vire I\clJdus aux Ca0la r .
Inquiete par les crtsde.au voleur!. que me laissent mes travatix. 14. Le Comited ne prend aucu a
lets par la dame atfol6e,le maltaiteur AVec mnes civmlits einmress es. gigene tiement au jc
partit important une montre avec genent reativement aux obje:sa
une chain en oren mme te.ps queI Normnil CHARLE. combrantslou dangereux quil i
du ling.c tropdificilc de longer dauns le lo.a!i
II est activement recherch4 par la 'Exposition.,
police qui a requ. de le petit matin, Panama-- Pacfic- -
les d&positiens relatives A cc cainbrio- I
age. F ailles Exposition Compagnie Aliniiiere

Nous avons .ppris avec plaisir le% Sur la gracieuse invitation du Gou de Artihitle
liangailles de Mademoiselle Renrlte vcrnement des Etats Unis d'Amtri -
Iosepb avec Mr le Dr Camille Doucel. que. le Gouvernement d'Haiti a d6ci Les actionnaires de la Coiiipsgm
Nous leur envoyons nos plus sin-d46 de pren Ire part A Il:xposition de Mina.tre do Artibonite sont cmiie.
:er.s compliments. San F .ancisco qui s-ouvrira Ie pre IIu s eta Asselnblde gendI'rle i .lia .
Omet's m'er Fevr'er 1915 A I'occasion de i'i ra lieu an haure.au de la Coillasllit,
Les funnrailles de Cesar Duacasse, nauguratio t ft- cielle du Canal de Now wall street, en la vilFe de
ddcedd ce martin A 5 heures, auront Panama.ticipation se fera aux con 1e rt i.
ieu remain A 9 heeres du martin, en dit e ticiption se fera aux tcon i1 i ap -ruor 1914, is Iira
l~I ise Meia~ropolit.iiw~. editions suivantes : ^) d* apres-ia. -
Magise .tropolitaime. rue o dre du jour
.Maison mortuaire 86, rue Fdrou.! .rdre du jour


I L-' I.xposition se bornera aux e d'
articles suivants t apporl lu Conseil d'Ahlnin
Les tund railies de .June, .Maria Pa- tratio :
,v. dcoebde ce main. A s heures. a ( a ) Produits d'exportation corn 2. El action hdt's me:nblres d;i (:e.
"mge de 8 mors.auront I u cet aprcs merciale (cafe. cacao, cotton et autres .i e-
aidi ; d heures Lfen lt.h s tropno textiles. mel. cire. campeche. gaiac,. ": Divers.
ine. 'ropo- cre, acajou. fustic. chanc des An- Lour le colseil d'Ad.niuistrationa
.M. ison mortuaire : Rue du Rser^- tiles, m"angser et aux autres bois de L S'rrlbsire-.i,,f, repr 'ntan
oir N I3o. ~shoix, fru.ts d'Hai~.) I Comnpagn)ie prs le Gotoerinaeus
SN 130. (b) Mobil.er de section h.titien IIa*ie
Nouvelle it la Imaltn. ne faith en bois du pays et articles C. M. DL'PUY.
M ui. d4,t1tW4411, vous ii'av(ez d6- tournes.
et1ilu l-es pict'es. (c) Produits de 1lndustrie national
eil bien? le: rhum. clirin. tafia, liqueurs fabri Co op Iauale Ch:lrba:a.l.'i:-
Aloi-s pottr(imti mne fair avaler ques seulement avec des products du ... d'uii
t,)tre .i)ote q -ac, chaussutes, selles. travaux de ---
temme. Les action ires d,1, la Compiri).,lie
( q ) Minerais et auties products Charboanirsr- et Minie e d'llatii soit
CourS do Boturs du sous-sol. c!c nvoqul s o1i aassesnhlbwe-grat eraJ
2. 11 sera install dans la section qu1 1i-*'*a lieu ma b:r-eau dte la. Cor-
)r Amiricain ;66 o/o prime haitienne une salle de d4gustation paginio. No 5 ,. wall street, en Ia
)ette Interieured'H.,si 1912. 86 ad v pour le cafe et un bar ou I'on debite ville do New York. N. Y. Etars-i-ais
)ette Int.d'Hait ioms 85 ad valorem ra A prix de revient le thum. les d'Ael Or-es t dcl ie d irier 1914 ai.
:hcque sur New-York 1/4 o/o escpt autres boissons d'Haiti et les fruits. eurerdre d 'it p oni 11jour
;heque sur Paris i / olo pr. 4. L'Expositicn comprendra, en 1. Rapport du coiseif d'Adminil
rate sur Paris pair 1/4 /. outre, une section do travaux intellec ration
rransfert sur Paris 2 /4*1. pri. tuels : 2. Election des mnembres du coe
lillet de P. I o/o escompte a) Travaux scientifiques. seil.
ickel .. 12 o/o escp b) Travaux littdraires. i :.. Divers.
c) Travaux artistiques ( musique Pour le conseil d'Administratio'.
-" kv pwm *d c f ol d et sculpture. photographic ). L e S ecrtlaire gteral, reweiid
o n.=*... a m d ) Statistiques. I Conmpagaie p,3 l Gpgasw,*'. to
d" Su <,8M- e IC) Articles de joumrnauxet tous mo Hintlien
yens pour fire connaitre le Ipays c. M. DUPUY
F[%) lnjE *sons ses dilff6rents aspects.
C11e* m 4. Los prodaits stront rees A la.
1W 2s -. .P 1.1 111 Chambree de Commerce de Pn-seu-
,A.- A MRA.m 48. a rAMf. pma Prince du i janvier au 3J Septem- Chanlgenent dA Iresse
"- bre t91I.
Le .Magislrat Commiat&al de S. Les colis et paquets levront pit Ch6rimont CZ3AR
senter, en caractires lisibles, la men Avocal
Port-at I-Prince tion de l'Exposlion, de San Francisco
avec le norm etl 'adresse de I'Exptdi 57 Rue Roux centre la Pharmaci.
Donne avis aux citovetts habiles A teur ainsi que la provenance de I'arti Stjourue et Hugon Lechaud.
tre electeurs de la commune et ins- cle A exposer et la valeur marchande
rats au registrequi a e6tickl-s etarret, de I'objet. -----
e 31 D6cembre ecouli, qL.e le local 6. 11 sera d1livr i Il'eixpditeur un
u tribunal civil de ce ressc rt est d6- recu tire dfun cahier A souches. Pani i nits
igne pour la tenure de I'A:sembl6e 7. Les articles exp&dies seront soau o S ."
'iamaire don't i'ouverture doit avoir mis A l'czamen du comity national Cliez Mlile LoniJde Sola.
ieu le Io janvier couaant, A huit d organisation compost de MM. le 70, Rue o rhe, pour lous. i
eures du mati. Dr. L Audain. Ch. Gentil, F. Doret goals, arrived par le dernier Ib-
Fail A I'H6tel cosmnmal, le 7 jan St Mania B. Canal,Dr G.Dalencourt leau Iraugais.
r '9'i- Victor Geuil, C Focbhard, G. i-. I Formes rierA m to aeM


---'* -.:1


i







PAR

CE SIGNE

vomU save quo
vous avez Sa
S preparation qui
a tenu le pro-
mier rang pour
plus de trente.
cinq anr et res-
," to encore la
premiPre d es nourritures
,Pddiclr t.uniques em-
ploy6es et rer.aUma.ia6ee
par la profession m6dicale
d'uu. bout & I'autre du
monde.

L'Emulsion

Scott
se compose d'Iea6nents
createurs de ia sant6 et de
la vigueur. II y a plusieurs
Amulsions, mais seulement V
une SCOTT ---demandez-
Ia et soyez certain d'avoir
le ballot qui porte la mar-
que de qualite-Le Pecheur.

Chez foua
le.r
Pharmacien s.




,Tribune


Choses dle la province
artibonienne


Pleliles nulos
10 Janvier

Tout t'abord nous prions les lec
teurs des quotidiens de ne nous at
tribuer aucune de ces chroniques ve
nant des (on.ivses ct inseres sous
I'anonymat, teuvres de pusillinimes.
Nous nie somines pas Un aflilic de la
basse intrigue. Qu'on ne se mprnici
ne pas sur notre compete. Stuliciicnt
amant passionne de notre pa.is ct d-
notre ace, nous nous prod.11ons
lennemi a.ch rne et irreconciliable
deceux IA qui leur contsitcnt l urs
droits. Ceci dit. continuous.
Les troubles de ces jours-ci ont ser
vi a ceux qui ils dcvaicnt pro,,itcr...
Des rangersr, dans nos parag-is, en
ont iire large t ment p.irti. SI'l ." i
d'attirer chez nous les capital tes ct
de proitgcr I'honntte commncrant.
it ne saurait i tre question a Ii rcali
t6 de h.isser Ie commerce du pays A
la merci. C'est ainsi que des exoti
quest. posties sur la line da chemini
de fer, n'ont trouv nrien de mieu\x i
faire que d'efft ayer les habitants des
mornes qui dcscendaient en ville. ct
d'achetcr A vil prix leurs cates. Ces
habitirts voles et cpeures out pie;
que tous regagne leurs pcnates, et les
cafes ont etl transports en ville di
rectement che: lets n/gociants par des
cbarrois et en partic par le train. Ces
captieux exotiques, au moycn de fis
cinantes provenances, dctournent I'es
prit et attention des agents de I'E
tat, qui, la p!upart, s'imaginent trout
-rtaint dans le frottementt de 1'aven
tuner stranger que dans I'abaisse
meant et la destruction de leurs con
citoyens, l'unique mode de s: nuettre
A la hauteur de leurs functions.
En attendant notre region est torn
be dana le pauperisme le plus af
freux par un manque de culture et
par une perturbation commercial.


Aussi, A l 'gard decette perturbation.
attend.on avec une impatience ineffa
blele r6sultat de la petition adress6e fi
mois dernier ao Gouvernement de la
URpublique, de la sagesse duquel un
ud4 nombre de citoyens et de nomo
cases mkres de famille esporent l
dlut.




it
di










Il


es


I








U

I

I




I
1

II




J
I



I
U
U
B.


r Central


r.- Maison HOITIN.
recevoir :
un richli assorliinent


de :


[Wles f/atoils pollr
ties el Ettfants,
Iaommes el td


JOUET


imc I e,


).fIVE.IS1) I1.1"ce


EI.\F.L


li~oli sIes. cordon ilel.~1S
Tai'dlieu rs.


Pmiigne


VIERIRIET.
I guvo'rtalpoo..r.
I'Eial, ;3.


fisils et fimirnis.
Iire's penir f'uteu,'s et des Casi~
Ott y) tqf,'wera des articles
haI~ts /forme, imelon /ealre et a
let en/f* nts, fimx co/s et man/s
i-cmises /'/aw./tes etcc cursf.
., gedeis fane ci te i ricul S? ("n~
..qeltps soie. /d i elMon 0?IP hzo.1
Wlaines 1war enfunts de 3 (i1g2
'ies el en/huts, cannes, caunnes 4
oirs de jioche swue fti et colon,M
genre.
parisienne ii prix Itr#s r~du its.
)l 00sur la t'epie en gr.os.



l latiott Den taree
D frdpoes.
pmAmfticaI ns
mdricaine, 7.
JN. ) ort-au-Priice.
-YMoierz~e. Execution de Ti'avd
aitdWde Pieces en orel e'nPS


routes les garazatlos.


th


Cinzan


r tout le monde sait qu'il est
Sefficace,
excellence,
la plus dslicieuse
Ulleur ton qu'on
offrir i sea amis.
pour Yous dire que vous tron


WTEL$
Irb VW"*ib


et Co.


r.s


ff-
fi


L.
MAND.
Rasi, Ile


- I--


I-mom


ltvc co s


[11 U- Pr11'i'