<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01951
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 22, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01951

Full Text




~aa O1L~ ~N 2$t32.


PORT-AV-PRUCM r(Hod)


Lundi if hf 0


enient- MAG L01RE
DIRECTEUR
ABOQNEM~ENTS.
POt'r-A U-P I NCE
4O, Mis .. . G.
rol .1 Ais. . .
DEIAllTEMENT.S:


~UIl ~l


)is.


2.00
5.00


. G. 2.20
S. 6 0.00


EU lBA N G E It:


j


Tr ,,Ms is . T IG.N8.00
LE N' M 91ItiO 0 CENTIMES QUOTIDIEN


r _~~ __~I~-. I~-


IIIPUBLIQUE DOMINICA 'NE


Les 6v nements du 2 Decembre
A Santo-Domingo
C "- -

Ona fail, non sans raison, grand Ire am6ricain, informait Mr Grul
Uit autour des incidents regret- lon, Secretaire d'Etat des Reld-
s survenus le 2 Deembre A tions Extlrieures, que son Gou-
Domingo. L'6cho qu'ils out vernement avait decide d'envoye'
SI'exlerieur et les measures une commission central a Sto-
'ils ont determine le Gouver- Domingo, avoir un agent dans
Ienl americain a prendre obli- chaquie province, pour surveille'
I qu'on s'y arrete un moment. la march des lectionsqui allaient
Voyons les fails. ise fair pour la formation d'un'
a Constituante.Le Conseil des Minis-
SUne agitation san< borne r6gne tres, sous la pr6sidence du Genj-
SSmnto-Domingo : les elections' ral Bordas se r6unit immediate
municipales vont se faire. Pres-' ment et, apres une deliberalioli
que sans importance A une autre'qui dura de 5 heures de I'apres-
6poque,elles revetent aijourd'hui inidi a onze heures du soir,decida
an caracitre politique. Les parlis de protester6nergiquement centre
eo lutle depuis deux ans, onut celte intervention. Cependant le
&r.sentl des candidates. Is n'ont Minisire americain. invite A pren-
itl, depuis deux ans, que dis- dre part, le lendemain, aux d6h-
courir, ils ont parcouru la RIpu brations du Gouvernement, en-
blique, ils ont fail des revolutions ten lit le G.neral Borilas, appuyk
qui out did vaincues:leur popula- de son conseil, lui dire g qu'il ne
ite est disculte. L'ieure sonn3 se dissimule pas la gravi' de I'al-
pour eux de I'aftirmer. Cest, le litude qu'il assume enu s'inscrivan'
premier acle de la bataille de contre les projets,encore que ceux
remain, la bataille autour de ci %oient inqualifiables et injusti-
I'urne prtsidentielle, qui se join. fiables, d'une puissante nation.
On est agit, on est inquiet et le Lie par le serment solennel d,,
Gouvernement, le voyani, prendl respecter la constitution et de faire
des measures. On I'y a con'raint. valoir la souverainel6 dh la Repu-
II atrr.te Messieurs Rafael E;strel- blique,il etail dispose a desciendre
la I'rena et Luis T. del Castillo dignenent du pouvoir plu'ot que
C.qu'li livre a la justice sous I'in- de consentir que les coinmissaires
culpation d'avoir, au course d'une amiricains vinssent en territoire
reunion, tenu des propos often- national exercer une iniervenlion
ants A I'adresse dui Chef d'Etat. quelconque. La decision du
CesL un attenlata la liberig indi- Gouvernement ful communique.
Viduelle, declare le people. E il a Monsieur le licencier Peynado,
Va protester. Sur la ( lace Colon Ministre a Washington quii de-
gruile une multitude decitoyvns. manda, dans le cas out le Da par
Le piedesial di monument dui element d'Etat refuserait de reve
decouvreur de l'Aminrique sert nir sur son project, I'autorisation
de tribune. Des orateurs s'y suc- Je laisser son poste. Tels sont lea
cdent : Jose R tmon Lopez, Apo- faits survenus A Sto-D.)mingo du
linar de Castro, Refael Augusto 2 au 10 D6cembre.
S.nch.z, Diaz Vildepares, tous 1:
fkvre les secoue, tois ils bli- La A Gouvernement amdricain
nieant Iegouvernemeut ela garde reculera-t-il devant I'atitude du
rtpublicamne, enivoyte IIA pour Gouver'nement dominicain ?Rien
mnaintenir I'or.re, came les ma- ne le prouve jusqu' ce'te here.
Wilestants. Mais ceix-ci viennent 1 C'est en vertu des processes
ie d6cider de parcourir la ville. faites aux rdvolutionnaires de
s sont djaen march, ils vien- Puerto-Plata et auxquelles vous
aIen de s'engager dans la rue du av.z donnA votre adhesion, que
19 Mars quand un garde, s'ap- celo commission a 61a form #.
prochant de Messieurs Rafael Au- a d6clard Monsieur Sullivan au
4.tto Sjnch.z et Castillo, leur G6n6ral Bordas. Qu'a pu bien r6-
iuliine r'ordre de se rendre pri- pondre celui-ci?
soionsers pour avoir employe.tout
t I'heure, dans leur discours, des
teranes injurieux pour le Prsi- Poudre Dentirice
"dent de fa Rkpublique. II a I
peane dit que les maanifestants et Antlseptique
ketlourent ces deux citoyens aux d
Srsde viv le people. Ils s'op- d
o set A I'arrestation. 11s protes- Doc0rua Roamsr R. EWALD
tent centre elle. Un capitaine DipldmJ du aPhiladelphia
.s'avance pour r6tablir le came. Dental College
On se trompe sur ses intentions. Le Docteur R. R. Ewald prdsente A
Un coup de revolver retentit. sa clientele et au public sa POUDRE
'est la bagarre. Elle durera dix DENTIFRICE qui poss.de tous les
huit minutes et les morts et les, roduits n6cessaires pour la bonne
bless seront plus de quarante. ygine do I bouche et des dents
Le lendemain un ordre du jour prax da flacon Dmh gourde.
du general Bordas-Valdez blama
ces fails d6plorables don't ales .._-- --
dearactours du peupledominicainl
murraient soe ervr pour prou- Dr. A. LseaScouflair
er son inaptitude a exercer la Medeelne et Chtlrurgle
Consultations : 3 & 5 heures p. m.

N IMonsar Sulivan. Minis Rue F4rou ( Malson du Dr. Bormo.


Dans le Soir


La maison, an coin, sur tes friles po
teaux, se silhouette dans robscurite, bani
te, come si ilke etait monte sur des
chbasses. Par toutcs ses baies qui cracbfnt
une clarte sombre et dansante, ielle uc-
to un bruit sourd et dur sur lequel cou-
rent des rires enrouls, des rixes faux,
on diratt, qui se cassent net et des voiA
dont lempuantissement. 4 nren pas don-
ter. embaume ralcool et pue la prostilut
lion. la prostitution affreuse, cclle qui
use sa santi pour letter centre la miasre
el se tue pour essayer de mvire.
Le piston dilire. Ses notes semblent
s'itrer, se tordre combine des ndvrosis.
Ltlles dclatent en porcelamne qui se brise,
vous beurtent le tympan et, brutalement.
combine si elle vous violaient, emplissent
de leurs cris aigres, le caline de votrr
pensle, came qui dans tin tel lieu n'a
plus sa raison id'tre, en virilt. I'aine-
ment le saxopbdne exhale la note de ve
lours de sa milopie languissanle. V'amin
ment aussi, de son roulement sourd, ih,
tambour se tue d entourer le murmure
intuunescent du bal come d'un voile de
confidence et d'intimite, car de plus en
plus, elles s'accentuent et se forcissent,
l'indiscrdtion du cornet el la torture at
guisee de sa voix.
Ate pregnant par les oreilles, common
pour m'empicber de resister d son capri
ce. maon dilletantisme m'emmine voir un
pen comment on s'amuse ici.
Agrand.e par I'obscurlt que ne troutc
que la lumiere pdle dune petite lampe.
une vaste salle Ieale son amplitude. An
milieu une gran I table. Des bommnes
penches dt'ssus, la face glabe, les yeux in
jectis de baine et d'ambstion, tout hI
corps s'arc-boutant en un geste pour s*c
lancer ,ers ie Sort. it quelque tois un
turn'die des joueurs pour rawnasser le dI
qu'un geste trop nerve a lance dans tun
des coins infects de la salle.
Par un escalier ilrodt, crasseux et
bummde, j'arrive an salon oi ivolue le
bal... La musiqie faith rage... Tout le
monde danse, danse dperdlnment dans la
griserie de itje ne sais quelle ardeur ja
mais eteinte, et avc un tell ferocatt.
que, tremblante, la maismon, elk. aussi,
semble, enivrde par la musique, esquisscr
quelques bas de contre-danse.
Toutes les faces sont enjoues el t ensu
ries. Tous les corps ne sont plus qae
d'ardentes et de violentes contorsions.
Toutles Us tailles sont ceaturiesde bras...
Des injures, audessus des tites qui se
pencbent de cMtd atec dilgance et grdce,
se beurtenl et str des l*vres importineM
tes iepanouissent en des sourires qui pro
voquen. Des voix dI tS)ute nuance a
cognent. se I risent, et. en des Miats di
gaudriolks harassies, irrvoltent jusqu'aw
plafond.. Les couples ne font plus qu' u
itre. Le soldat, dais un baiser proloi
go et satisfait conlond son kpi awec is
itte embobelinAe de linge sale de sia dl
me...
Un cbapeau, au bout d'swe mail
tressaillante, trous la foul. C'est un i
gnal, sans daute, car la musique, atve
wse dnrwre n ate qui se train comie
ac Oristesse, s'est tue. Et, de toute cetl
fAnle. grouillante toaut a I'beure, mainte,
nant au repos, erictan t dans un immenis
el commun soupir, tout i'anfin de ss fa
tigues, et appuvant ses lassitude; soil
aux palissades, soil sur des dossiers di
chaises de paille.soit enfi sur des ipaules
amies, monte alors n parfum violent, tu
parfum dur. parfumn faith de poudre J4
rR. d alcohol, de lafume des cigres, va
lutant par torte la salk, arfum mixte
de tout ce que la d4baucbe t la prasti ,
tmn cachet de ddespoesr et surtout da
c)vqwue corae ag e o vaulo r oao ,
quand mine asaw des crouspiwam d
sas fmi, u cont ehl Lourbillenun
dt banches, declArw 1s tales de so
noire de la petite fJesr de tristesse que ia
we fait feurir au fond de otaoc dme.
JA. ET.


.
I


A PROPOS (1)


Pour I'inauguration du Theatre Parisiana

Mesdames & Messieurs, bonsoir! A ma bobine,
A ce costume 4,
Vous avez r. connu qui je suis! Colombine!
Oui, c'est moi que voilka!
Vous savez d'o0 je viens! La Scene italienne.
Moliere 6tant encore enfant, one mit au jour;
La France in'adopt.; je suis la plus ancienne
A qui, sur des treteaux, on ait parld d'amour!
Jeo sus dana toute comddie et dans tout drame:
C'est inoli, I'Eternel Fetdnnin!
Pierrot n'ador'e, mais... comnine je suis la Femme,
Je fais son desespoir, car ju'cou.e Arlequin...
Etre petri dans le rove et la fantaisie,
Je ne sais pas vieillir, j'ai In'iutnortalite;
VoilIA pourq0u.a, ce sa'ir, c'cst 'i ni qui suis chloisie
four vous uinetre en gailt.
Une rose aux cheveux, tne sur la poitrine,
Je chaiate et ris!
Mesdames & Messieurs, c'est moi, anoi, Columbine,
Arrivant de Pars !
FlAnant IA-bas, j'ai vu partir en caravane
La troupe pour ici ..
Oh! oh! j'ai vite, alors, pris tinon aeroplane,
J'utterris! Me voici!
Cette salle nonvelle oui va truner Thalie
Est assez chic;
Et je vois c'est lieur.ux! qu'elle est toute remplie
D'un beau public!
Vons n'allez pas surtout dites! me trouver moche...
Je viens de loin, je suis lasse et treeuble d'einoi!
Dans inon arrangement, si quelilue chose cloche,
Et si j'ai tant suit pen le track, pardonnez-moi!
Vous ne voudriez pas, n'est-ce pas? je suppose,
Qu'un Monsieur raide. en habit noir,
Vienne vons debiter un long discourse en prose
Qui vous ferait penser : Olh! la l! q'-l rasoir!
Mais non! c'est un thdAtre ici qu'on inaugure;
Pas de discours!
Un mot de bienvenue, un merci. Je suis sure
Que inon discour tlera trts bien, puisqu'dl est court
Sur la facade, et IA, vous voyez? Une lyre!
C'est signe que parfois on vous dira des vers;
Et si ces instruments sont IA c'est pour vous dire
Que I'on vous offrira quelquefois das concerts!
Conlfrences, concerts, drames et comedies,
Recitals, cinema, vous aurez tour A to or
Les spectacles les plus divers, et les feeries
Auront aussi leur jour!


Et nous ferns do mieux en mieuix, mes beaux.
C'est notre ferme espoirl -
Si nous avons toujours des sales come celle
Que nous avons ce aoir I


mes belles,


Songcz que votre appui nous est indispensable,
Public, pour rNussir!
MWine si notre jeu vous parait haissable,
11 faut nous applaud I
Je veux vous demander, pour finir, qu'on acclame
Suirad Villard,
Qui nous bAtit ce temple od va briller la flame
De lArt!
L'muvre est haltienne et mdrite que I'aime
Tout bon haltien;
Le fondateur esat un des v6tres, et de m6mne,
L'architecte, puisque c'est Maximilien I
Comme hommage aux Aleux, le rideau du thMtre,
Que Vientejol peignit,
Rappelle un des hdroe par qui Mil-buit-cent-quatre
* --. -A 4. .* .l .. .
D'entre eux qui fallait-il choisir? Le plus artiste,
Ce roi Henri
Qui savait bien veatoir, et don't encor' subsistent
L s oeuvres que concut son gdnial esprit I
Ceest pqurquoi quand je vais faire lever le voile
Que voici -
Vous allea admirer, superb sur sla toile,
La rune imposante encore : Sans souci
Sous cette deod.lA, puissent les destinies
Do Paansiana
EItre de prosprer pendant autant d'auao6es
Quoe c palais ea


(s) Nossomehueus d'offir A tnos iecteursIVA warops s .. s i
%Auks Mvvicivt pout du .Wwui. sTb~Aue Pari~aamw oa sam& M tt


-- ~


8, Wiie Amdricaluae, 8,
Les maonoems wat re~es:
Po&T-Ac-P3 ucS: ass butm-sde 3ewM
A PaSIS ches L. Maygcxe& Cb 9*1W MtGaeM"
A LoWDOmS e cbez L. IMS)TCaCe &CO. 216 21,2V
Ludgate* Hil
A Damus. cheap Rudolt MMoset9 o. USaIM.S. We
Strasse 46-4,-
A-Npw-Yons: Universal Publicity COinPiY 45 We
4th Street
Les matauscrits ins~ris ou non nematon pas rem&a

A bonnaiemiseltscinsertions payables lavauce


- __ _____ II


.


I











I Villara choisi plut6t le ro Christophe. sins verts et rouges du Iptue wigno- ment du o2 I Dcembr 1012, rendu Le rAsultat pmr .au esort dt
04 pe it-Atr .qu'.l sen, jb et dounant carrema-st tort aux au pir le tribunal civil de Por.-do PAiX secontle cate4goriee t :
L.i.tomm e U 4o t fatt .de la m4 ne o4t re, centre le sieur ltichecotel E. .wne et Bou te Ne e ; & M. Lafonta. [
Sq qe la w deofr bat da Mon ugl s .ICes measteuts restaent incrdules le s iear Mchel Te'amon Poitevieln 9gpoier & DDara ocot.L
.-- '. .h;.% am. -.eIet.. aet coe5orts; et renvo e la cause et, I's m; A F. Erri6.
-A fte iooatl no1s devo'a c thjAtre, Comme A 'appched a" .deert, on" e- rti. *S par dtdevaust le tribunal At pari mutual Co* d'Az*r a
A cette volont v nl1 ldAvrl de Francis, on engo~ civil es Gopalves etc. port 3 gourde. 75 pooa t It
(QJue eme 'incendie eProuva ws l'abattrit tiCtions le gruy-re... Clul qui dit et d6ilare qu'il n'y de eige 2.23 por I .
Et qui .t(omnphe, eatin, pour avoir rsiste! -- r, manque de vins! dit le corn ps lieu dq statuer sur le pourvoi Nomvelle A Ia mai.L
aisje sues1A, Je causetcee d.s Isles. dirige centre le jugement du fribu- ..... l
ais.je suis 16, je cause, usant la patience u Le girc n alla fire un autre tour ual civil de Petit GoAve, rendu le 4 A rstide va chez e notalre
'u, 'pubp e'ddsireux d eniendre les trois coups... ar tH6 cl. Q.Oand le dcux bouteilles Dcemnbre 1912, entree les consorts rgler u ai nete. lacte fait,il del
Excusez-nmoiI Mermi. vous Ions Merci, beaucoup! videos f'urent remplaces sur la nappe Dormin Franiois et le situir Ed uond il1 a q ,*,,',is dc'.,o a outer.
Rteveirence! Je vais dire quei I'on commence. une des b t eille venuc. tourn6e Manson; Dorun, Francois ayas-t par ,i r'pond), le Inotirb, in
vers B r .n, lui montrait une demi acte sous signature privee, fren a.ace euIln A.t:< l It double ct de
CHARLES MOR'\VIA 6tiquetwcavecccsmnotsintac:t :aCrus audit pourvo etc.vabe Com vos oudrez, d
-- CeluI qui claret 1non receivable Comm vos voudrez, dIt Al
Ides Grves. a La tournantctriompha- le pourvoi exorc6 par le siour Ai- tii'-.
-- ... -- Tlimen vegr as coCtradicteurs t b g ai ime Alcius Charimiit contre le ji* -l II ajoUte :, Fait double et *da
Sri s p i.enmt du tribunal civil de Jacmnel dboaaes (oi..
D'A UBlGN 1 pouvalent certes, nullement le valoir, Voue le voyez bien mes amis, se ju JamIU de cctt auut _
.ni 1ni Etre d-aucune utility. II sut dit il en riant. je nali pas invent6 que ao profltdesconsortsMaxismilien etc.
CA USE UR Mouours, par son caractre enjoe, le Cru de Graves done do vin; Allaires entendues: G.ar'-n Ga
vrai, preneur autant que discret. os Rouge I... Jos*,ph contre Petit Compre Gu-. PROPOS de T AT
-- sder galement ramiti* des grands. 'len*en frnirais pas si je devais rap Lte juge Viard est entendu emi son ;L .
Mais des salons somptueux A la court portertout ce q ue Charles d-Aubignv ra*p l t. Me Charles l.echalat ., s abs.
Cette 6poque de fin d'annne etla, bohme d'un cabartt de banlieue, narrait avec tant d apropros spinr titut du comnmissaredu Gouveynte Elle est terrible parfois, embsn4
date surtout, me rmettent A la ce qui lui donnait Iaureole magnifi. tuel entire un bock et deux ap6ritifs. e11ut dinne lecture ds conclusion san e et lourde toujours, Is
anemoire la physionomie du baron que etiui ouvrait spontanment tous Qand il attaqait ses anciennes a du litulaire Luc Domnique,tendnt do critique. me disease hier
........... aorhtoAed brnmIl.ooa.t -- anne nortoqsula,,fo.au.,. .u..u
Charles d'Aubigny. ,les caurs, ce'tait sa m nire dans la fires, sa mason de commerce floris u reject d urvi.lne Cfnd que debut pr, grael
11 y a uste un an que, suivant la conversation et son intelli ence; c'o- sante, ily a plus d'une vingtaine dan c-.ntre W. Monlestin Nofl. Le j.i ,de bae f d u thuAtre Pa. s ana.r je
mageque expression de UCcment Ma tait la seduction inaltera.ble de ses nees. se coups de bourse, largent Viard east entendu en suson r.pportl grJis' 1 f"ule s:oucr. lente a
gloire, ce grand adversaire de la lai causeries et sa generosit6 toujours qu'd y avait gagn A Af ots, les entire Me Charles l.ethand, subEt at tdit u ou tailt u nunltucuse. Avec d&t
deur a voulu a mourir en beauty en Gveil praises ou avail pass I'argent perdu comnmissaire du.Goaver.*emtin.ft,doni- I smb-aux de phrases.- ch.angcs r
En effect, quand abasourdi de Pin Quand il faisit la parties, par exem depuis 11 y aurait de quoi kcrire un i ne lecture des co .clusionst d sonl pides d iin,ressi.ms, montaue
croyable nouvelle. j'accourus au ma. pie. entire un enjeu de traverse, 4 la volume. II avait one facon de vous cou:higoi D.ecstrel, tenitlant Ai la cal- "jqu'mA nm les g ignem.nt sacce
tin, dans la villaducher mort.et que, bete, et la d6gustation d'an jus de dire. avec une digne emphase, sur ce satiogi dJ jug minJnt altaqi'JI, etc i d&s des autlos et Ics appeals b efs de,
le cceurserr6, je montai dansla cham canne nouveau. il partait dans une cha lire: Luid Varona A Prlt- ai-Prilne cohers. O ii el: e t lo-erJ,,cette mu
bre coquette qui n'enclosait p!us venture de Paris. Alors, camme iil -... Savez vous qu'aprs que le Hier miini nous est arrive de. C aib a sonque nous IvaJ1s de lend e a
qu'un cadavre, je vis avec une 6mo possedait d'une fac)n exquise son ouvernement euit exp6die la posted le brilliant violoniste Luis Varona p iblic le : aipe eza:; de;s noti mi
tion singulibre que Charles d'Aubi suije il vous faisait la peinture de la t dsamedi, le courier venait dns don't les concerts obtinrent A Port au qul nous ont agi'. routes leos ml
ny avait garden ses traits detoujours. Ville-Lumi&re, il vus comptait la mon magasinattendre ma correspon P.;n... il n'v rs bien lonAte.nA s, tons qe nouisas nvon ressenties e
Cotnme un bien de l'Olympe, il gaiete du boulevard. le charm du dance pour la province jusqu'A mi un s mag iluV sa c:|. tenure des artises no es dnvoler. p.r
avait Ct-e abattu par lAutre, conser cafe parisien, la faerie du foyer de nuit, une heuredu martin A ce mo M answer aront c. nte passer leur art. un p.u de leur A ne. D.fi
vant passivement son air serein, sa I'Op.ra et enfin la Beaute de I'Eve meant, il y avait des affairs, et lon ulues ours parma nous.Cest une e n ce q ve
figure sans grimace, son beau calme unique qu'il avail coudoyde ce soir gagnait joliment de Iargent... qonne forun Dour dun talent r que nous soyons le traducteur fiJkt
de la court sieste. IA... LU, alors l eathousias ne et le co lilas /... come nous I'aimions. marquable, il Jonnera dFrb tblement le lporte-voix de tone une foul.
Aujourd'hui que son souvenir me loris rendicent son parler d'or, car ce pauvre cher ami, enleve si t6t aquelques soirees auxquelles les fer- qua n'a pas .e il ipeut-6tre comme
h ante etrangement. il me semble cct Epicurien moderne avait le culte notre affection I 11 a dilparu l'rusque vents de I'art n- voudront pas man- nous et vo.ndsa retrouvaur.-oen que
plut6t le revoir, avec ses bons yeux profound de la Fenine Une autre ment avec autant autant de coquette uer. c.,-papins ce que nofrio aurons le
bleus, grands ouverts I Lt derniere fois. c'etait A Monte Carlo,.. et il ries ct d e6gancesqu-il a v6cu. Apr6s e. sur le paper, ses fr.ssois 1 elle f
pOnible impression de I'aflreuse ma- vous narrait, avec une kmouvante sa dernimre causerie, il a voulu reno Navire Ue guierre amlerlaiun ses impressions les plus incmem.
tin6e, je veux A dessein iloublier. simplicity, comment lui vint cette trer simplement pour aller jouir en Hier est entree ea natre rade la D'autant plus difficile que les art sb
pour me rappeler Baron comme passion du jeu qui ne I'avait jamais paix de 'ultime sommeil .., canonniere D)lphin a battant pa- que I'on a entendus soul noaveaux,
nous l'appelions tout court, familie- ab.mndonne... Ou bien il nous met- Ah nous ne pourrions gukie ou villon amercain. quils viennent, pour ainsi dire. de
recent autour d-une table, chez lui, tait en relief I'existence double de blier ce qui tranchait si brillamment IDe 486 tonnes. 22J chevaux, i prendre contact avec neus. dautang
au cercle, ou tout simplement au ca ses voyages et des traverses char- chez cet hoenme de bien, c'etaient seule helice. 2 canon,, commandant plis difiazile que le th.-tre donne si
fe, entour6 deses habituels auditeurs mante'... les sejours A N-w York... le gentleman et le causeur. Le sedui George W. Laws, le a Dolphin v est soiree inaugurate et qu'il ne faut pne,
et commencant uneserie d'anccdotes ct le triomphe des affairs, entire de sant d'Aubigny qui donnait telic affcte au service de Cuba Sto-Do- par un mot injuste arrater I6lan dew
pleines de sallies heureuses et tou-,superbes branches de bonheur i et ment peu impression du bavardage mingo. I acteurs, briser i'enthousiasme du pw
ours nouvelles. partout la chance de ses fttcettes, dans la conversation qu'on l'ecoutait Les saluts d'us.ge ont etG hangss blic. di.ninuer la foi du fondateUt
CoiiTe de son 4ternel Melon noir, transfigurait son visage et eI f.aisait tour A tour. attentivement suspendus avec une batteries du Fort St Clair. de I'truvre. Car ils sont profonds at
la moustache abondante, A liligrames micux vivre sa vie que personne...... A la verve admirable de ses l vres, ou MrG ord ia il, rert S'ahbe' I elan et lenthousiasme et la foi. ce
or et neige zebrant sa gace rose de! Parfui ., A la fin d'un diner, au rives* son regard pour surpendre anonnF re amricaine-Dol s'ils sont profon Js I'eluvie est fon-
.sante de plus t n plus f orissante, les champagne. Baron qui etait un gour- I'exptession rapidedeses grands veux Sur la canoni-re amrcaine.Dol de. Cela. dans son magnifique ets
veux de porcelain bleu craquclee met raffine nous parlait menu. 11 intelligent. phina est arrive i A Port.au Princs spirituelAproposen vers. dit avec
brillants sous son lorgno:i bien assu- savait trouver les terms propres; V. M. venant de St ab-Dormingo. Monsieur tant de g ace et une dictio i si pun'
letti, il me semble encore subir le, pour vous dcrire la preparation et GeordanHerbnrtStabler.Rkprusntamt par M.d-.n Chielle LilyTolJy, MoAv
eharme d'une de ses intiressantes, nous banter la succulence de telle en la division 'atino aneri.ame au D- sivur Ch rles Moravia les affirle
tmais tou jours trop courts causeries., tree ou tel entreinets, et. toujours, f parnementd'Etitde Washington.. presjue. Aissi le public fit-il use
D'Aubigny etait in-puisable dans c'etait A vous en faire venir I'eau A, C ors d B3g Nous lui soubaitons la bienvenue ova ion au p nte quand. Mansier
?es aventures parisiennes et locales. I bouche. Sur le chapitre vin il Le erresp :lant i Vllaru ayant dit. Gmu, quclque
11 savait obtenir le silence recueilli et etait un connaisseuremeriteiln'avait Jr Amcricain 5o o/o prime dl MX iTIN au xCaves' mots de renf'rrdl nen s aux spec
admiratil autour de lui. 11 av.iit de pas de cru qu'il n'eut savourt Jeja. II Dctte Interieure'd'Hani 1912. 86 ad v u ers et A ses cottabMrateurs Chewta
ces gestes discrets et aimables, de ces avit une snretL de palais qui valait i)ette Int.d'Haiti a1 8; ad vilorem Hier, sur le sis Ho'lo andai esi re- lier, d'Arras et Mile Taldy, il entra
s3ur.res qui faisaient n(tre conqu.te, i n mieux que I etiquette Cheque sur New-York 1/4 o/o escpt part pour les C *yes aprn on bien di is la slle pour o:cuper son fat
de ces 6elgances dans le parler et une, A ce propose une anecdotz... une Cheque sur Paris 1 /a olo pr trop court s6jour parnitous. notre reuil. Les appitudssements ne se ta
aisance merveilleuse de details qui lois, nous flames convies par lui au rraite sur Paris pair 1/4 "/o Thomas,t et c ditingue ami L >pptationldet rot plus car la ll est conquise.
captivaient reellement. D-Aubigny Bar fin de sikcle, prendre la cremail- fransfert sur Paris 2 1/4I. pi. Thomas, candidate la dputation et MademoiclLt Martha Line le verr,
taillait la bavete sur tout. 11 avait li&e. C*etait en Ihonneur d'un buetf Billet de P. i o/o escompte r6cemment nomme correspondent quand clio viendra nous chanter.I
une finesse et une souplesse recher- mort au gros sel. Le propri6taire Nickel .. 112 0/o escp Spcialdu atnd.dans la captAle du avec beaucoup de gae et d'harm
checs dans les idWes g6n6rales. II cau n'avait pas de sale de restaurant, Sud. nie daois la mimique, ail bise-mtoi,
s.it temmes, theatre, affairs, musi- mais que n'et-il fait pour fire plai- Avec nos v soaosde bon voyl ge viens. Ttline. Marthe Line est. croyons
,lue. lettres. histoire, cuisine, avec sir A Biron ?.. Remarquant que le nus lud souios squ il reussisse nous.iut6i comedienne qbue chanted
toujours le mame souci d'intcresser bon ordinaire de la maison ne repon I sa l rale se. E le fera ses debuts jeudi dans I
au plus haut degr6 ses amis. Cet'dait pas au fumet de notre menu, Les 6leatius alux G:>iaivest dep.che d'Orleans. Mr. Louis.iport.,
homme ne connaissait pas la banali l'un de nous venant d'acheter un lot Nous apprenons avec plaisir que comique trouper, connait bien soi
te et I'aventure la plus simple ou la de fins vms vieux d.s caves de I'H6tel RtENSEIGNEM ENTS les lecteurs des G>naives se d& genre. 11 est danrs la peau do soldat
plus prosaique, il vous savait la reveOde France, envoya legarcon en qu6- MErEOROL 3OJLQUES m nent avec un admirable enthou quand il chante. Auteur en me6s
tir d'une forme charmante qui en- rir deux bbuteilles... OtI delecta avec OBSo R.,T itih siasme en vue des electio.is du ,o temps qu'.iaceur il interpreted ses ce
chantait. entrain et geinte de ce vin rouge anvier ,rochain. vres. On I'a bien applaud dans la
Ce qui plaisait surtout dans la unique en banquet et Baron, le pr:- lusqu'n cette here les candidates l et surtout le nouwa servI
conversation de Baron, c'etait cette mier, pensa A lui mettre un nozn SkMINAIRE COLLEGE les plus en vue sont nos amis Ar Madcmoiselle Ren6 Georges a enle
facility d etre spiritual A lui propre. quand nous vI:nes que les 6tiquettes SA.IN r-MF lt IAL ihur Amisial et Erneat Lporte dunt ve ses auditeurs avec La ille du U.S
leconnais beaucoupdebonscauseurs Gtaient presque entierement purties I- DLionu:s. 2lDA3.-n'-ra 19'S on connait I'im -nnse pop,,arit- aux ,- r, paroles et musuque de Monsienr
qui tiennent bien le crachoir. il y en Moe. voyant le leItres V. et S. se Gonaives. Louis Lport. D'une vosix ferme, i-t
a qu'on cite comme des perles de nos trainer vaguement sur le nu du vec BMaromnAtre a midi 72,2 Goa, S *--* a .. .. ce. n. pople.. s---dt**me*l* / IIm*
jours, mais presque dans tous on re, seules survivantes de la marquis .n-t i, Ic lurn succes est certainement assu te cette adorable chas.son. Devant
sent la tribune ou le bagout. Ils mitreuse, je dis avec mne ccrtaie e npat 'r naximuen 31,1. rG. nous s'est deroul6 ce petit roe-ia
cherchent souvenit lcsprit, le trove suranee : .. nail de la meuniere. E!le a semb.e a
et le laisse tomnber en fusee. Mais on C'tut du graves rouge Mtoyenne diurne t,8 Le bal du Cerle Beleivue vivre.elle y a mis untpeu desonane.
devine... on est averti plut6t de la re II faillait voir la thte et la paotes. Ciel clair le jour'et nuaieux apres Duns sa suhnce d'hier le Cercle le I'ai admire auisi dons le Ta:voae
cheiche. Chez d'Aubigny c'tait Ieau station dc ces messieurs qui affitl le coucher du soled. Bellevue A fixed au samedi 27 Deccm geniin et Le bon cbemin. Pourtan Ms
de source dans l'exp:siion p.rlee et maient quc le Graves n'avati jamais Brise de mer en retard. O'jets bre courant son grand bal annual. demoiselle R:ne Georges gagnurait
sa seduction venait toujours de la G6G qu'un van blan. I Baron, lui, d6. lointains tres visible. Nous reviendrons sur cette fte a' ne.pas descendre a la chansonnet
simplicitG de son language, di la sin- gastait un deuxieme verre, sans riee Baromctre l6gremfnt en ha'ase. qua ne manque jamais d'attirer tout te Monsieur Bepoil est un acteur,
c"ritG de ce quil na ra t, et de ses dire. Alo.s moi, jajoutais, timid Mouvemcnt sismique local tres le Port au Prince chic et qui aura c'est indeniable, et un bon acteur.
belles manieres. ment: faible vers 8 h. du martin certainement son eclat accoulumi. Son genre est le genre excentrique.
Tout chez lui sentait la bienveil. Je n'affirme rien, saveZ-vous, I. SCIIERER La OG .ilo. hlpiplqt. Ss chansons sent des tours Je force.
lance et le gentilhomme; et quand, car je ne suis pas connaisseur, mais Tr ,bnal de Causation w dlu -uampi do .A les chanter il met beaucoup d-art.
apres avoir pratique an peu Charles les vestiges de i tiquette semblent ... c "7 DAC"tMBieB "p a mais je le prefere comedian, car
d'Aubignv. vous vous aperceviez aue me donacr raison... DS coure de chevaux ont eu alors iI est oblih de rester dans le


ce dilletante savait allier, le plus na- 11 est extraordinaire c'est du Prsid du j;ge Age IUM. lieu, comue d'ordinaire, hier apr s natural et Il naure lui vi come
turellement du monde, I'esprit la velours I jamais je-n*ai bu un pareilt Arrets rendus Celui qu case midi an champ de Mars, attirant tout le monde. On I'applaudira, OU
plus prompted bontui, voas tiex fir trancha tout i fait d'Aubigny... Et par vose de retrenmclheuent le juge- autour de Ia p1ste en public 61Gan succes sera complete dans le r61e do
ct heurcux de dem urer son ami, car pour vous mettre d'accord messieurs, onent do tribunal civildePetit-GoAve, et nombroux. Ca'moufl s de La lase de thi cornd
j puisf rendu le 21 Novebre 106. asa p'o Le classement d'arriv~e pour Il die en un acte de M. Charles Nail
la v as. ei pour soi tout Arofit puis affirmer que le Ga *es rouma e fit du citoyen Petit Ilomme Elis6e courses de la premiere arie a don- ter et J. Drlaced Mqul interp
lamais."c .i cntcndu d'Aubgny exste. Jen ai sie dejiA pas mal e o,.tr.e o..l Jsa Jeane odigue, do ne le rmltat suivant : car ec J. Daoley 'quil intnerprtei
direcqu'on put appeler une m6chan bouteilles de ce tlatteut de palais qui chelt s-ule:nent de la contrainte par Cole d'Azur; A M. E. Francis. avec beaucoup ditelligence ai
cet le I ai va indulgemment don sait caresser si agrkablement, la corps poonioncc centre ce dermer, Eclaireur II; A M. B. Leepinasse que R. nee G.orges et La port.
nac, et suis ambage, son affection A dalle. Et il continue, avec une cer et rejtu le pourvoi etc. L'Fen me; a M Z6phirin. C'est surcete piece que la il
eshumnbles et a des endatuam s nei ine aine aace sur les crus, parcant -i Celui al case et annute le J -, Re @Ner& ; 1 A. Sameom. inaugural du Thatre P.,r