<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01917
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 11, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01917

Full Text

AN* 1., n Ymbre .0.e r

Bmenpt- MAt 'OIItE U DACTFON-AD-Ibl INISTRATlOy1
DIRECTEUS 8, Rlue Amrnicaine, 8,
ABONNEMENTS. Les anioes soot recaues:
PORT-AU-P 11 INCE A e ar D-A-PO.cS:au s wrsesduNa) l
gfoiBs . u. G 2.00 A PAsi. : ches L. Maye(ce & Ci9,Ito* Tromcbei
:LMois. . 5.00 |Bu A:LONDDs ::cbes L. Iml*yece AcCc. ,1, a,.2,.
D IPA1TEM ENTs: Lu gate His
.......... IIAIA isa ,,t hea Rudolsa MossSW [erse
Wllois. * G ;. 2.20 -Str..s 46-9
'E iJIANGiEI t: A < w-LYnoH: Universal rublcity Comptay 4@ We
E l.\ois N G. ..: ;-v14 t Sate
19i t O 0 G 1 .E G. S O0 .TV r Les e*mscits insh*tos o non st efnt ye reAdk
| \?UM^I1iICENTIM1ss QUOTIDIEN mtS/tOS t
__ Il .bon.nements e. .nserlso.s parabls daan.e


IES ,COLES PIRES YT IIALES :llets du I'ERALWilets till ai3 l Vra i parimrn srtait iuesl vn d'as. deux exeinlll en liii.t tie dtli 'mne-
pbodle a, au lieut d: a ua fraiu parfunmt trfltior itnius nit nen e.t pas *e ino-
etuc. etc.im-t, pour &rir'e col!nJio le pIOo
Une rculaire du Preside.,t de la Rl publique i1 Et. coUniuuanta dans ceit vte,, lt mua l 'Horace.
Coc,$-aorDone I,, tranway-,. t.indiA qvie
---- too -- fail dire plus loin : a hi ,,' If votedes d' in autre C(tt ils nohsi horripilten,
.11a cons'i ie. flotis pour la. grand, voix car, ous nis olTrttit th I'lantre., (qtiu.lI-.
Sl I ,loi10i1ol auj.)urlI'hui rieurs o,,t cru que la paix consistait satve. Ite tY'po. d'ordinaa te. slt"a voe coinipelisati. Ifh % t)uts les s plate4
I r preiniPre place a I. bellei implement dans la tranquillity de J-ai bien e twiet d'crire li M. Jidore. ais i.x. rest d dire, il failt s besogne niisre. |i'ils nona fdst, et indn
t rle Pce f A. peet sur te I'Eclaireur Vemls e con sans parhlrr Deu! clhta niilt biiei l*.enr g agu,'*"
are que le Prtlsleiet Mit It I la rue. Ainsi entendue, elle est cer d, arecteur e Iclaire u Fir-t me c O I ..aro. l-, ,. u .e ,i.Litl.c piiWre. l tr g ia-
vicit d'adresser aux Secrt. t.inenment necessaite. et autant que brae our ois, dopet robust levi. a; la iblier ie L on a iii .iiits site. sot a anllt
d'llatl de 'lnslruclioii publi- le plus inergique de mes prd ae b le d 1-a- qui m*avait p.trlt r s so ro
et de 'Agriculture da propros ceSS je susis d cid Ala fire re sage svnp e; un pet j trl; e. ; e ',jets aii,: qul. otprail t sI l i Jo... !, It
S1 Specter. Mvik etle nWest pas tout : a IX iih'Iligcntsel boa ltr s tii .leste, pit autreinent. f'ai rtepopadu. etc.. a I rtdic',httt I-,'jtI ie I'tced'Aurj. .
| ite l elrtculio,, d la piaipl:' lariabl consiste I assurer ( ltI. i
Is usleC IAe ecutioyi de la paxs veritable consistent assurer trlsosimpleel. acilailla avec uti doux l'brav evp-)ama jsit JIire : i e: coalipre- I':t piii-iiii t*e5 conS (tJ tii onttt'#s14 jOK.
aCtnl les colos preslyli ales. chaqje individu, en mrnme temps soLurir. a, n' it 'ntireintl. ii.'. Iion da" iiitillt.*-rs q1ts
ane pitce a lire. l':le mon- que le libre dveloppement de sa e. i q.il r.re il.y t ut*ex .. car li sul aidle l-O t1 a io tiVAt
rituportance qu le e ujver- p.rsonnalit6. la paisible jouissance rigulariit pen baitiene) est it ph' il- ai coni'" 'u~e'. ct t r ht .u. n'a.1i t s c.n.' I ireil d voyer-. tt s
nt. attache la crnatioi des de son bien et la tranquille sss ressant argaaedde la press bebdouinaaire. p so tes ts oireui.t scul dians hue vot-
bK"1 11I^^! d ^ .\ *^ de so? f et ^ tra u P 0 ^ a Port a -Prin.-e. O n y lit asset; s n vent t ur.' eli I.. j. v<>s plains. vu,
presbytlrales, dot ici m sion des fruits de son travail.- Or d Poart tl.Prin:e s. t y li s stlel plt G t ure, elbit it vsort msplai vtwon.
Dous avons souvent etilrele- nos paysans n'ont pas touiours con qu'il price sont minte excellent ,treux (i1i lfait de vos un-I vctito
no,; lecteurs ; elle I a'1 .i re- nu cette paix ld. Vous etes tlmoins q Mais malbcruretusent le Di ecteur de lit P. C. S.; miai s vous voul
le programn'me Ite rtMorne die de mes efforts quotidiens pour g de l'Eclaireur nt/retient anis sa liaisonn u vez en n, .r.se conilpamie.,
e agriculture telle qtle ien-. antir la s6curit des travailleurs, et queDqu'un qui ceenle s'y Jdotner pour td- e lt' it tt ii r ibtitl de vos uettre' it'over" di
I'admini.stralion acluelle. de I. s&&rit davec laquelle je frappe ce ( t'r bie vine en it =---- ne; s vssae vis y p'rendr
Srues d Chef e I'tsal, les fonctionnaires, grand; ou petits, vous !ssure) ,iisqualiier els alspo? ous tuiperez.l, allse laeliliil Ita oll.i
exposee's, Irouveroilt ii I;ul qui, ob issanti d'ancennes hatitu de haitiens,. T -ON Em s...voarus tet pterlidre. et soi, tdaiai
uiler dans les listr des. ent violr cet article sac Eb bien!jesuis assezami deM.'.isieur -- uoti'e volt.lt.1l v a tiii ilnlgki. I". .-o
i- en connailre, des aiii- mon programmne goaverneatetal. ro Isidore pour lm" p.rneltrte ie lui fire jhlileli4'1ii t Sl i sa iau .v d'via" dli
quli les co nipre it S ii foen n accept& et paimx tous le res arquer lia k:onsidiration qui, de cet Que d. fois n'ai-je pas eenteniu lnim',.s de tmlst, sl ya elcoro. uni
C qu, ts coinpreiint, s e- fondue, accept,1e et aimse de tous les 1it. menae so bote matson. Puisse t-il uit'e et oai-Je pas ,nedit ino. dptt, uo se,,ateur ,un 1i1. ,lh..l-
eront A leur donner le d d- bons citoyens. de tous les honnetes ai l t eal c n'sboine naon. Pivsuse -i miuc dee traanwa-je. dAS tort-auctt ast sten trand f..t(liotilaire.
pement qluelles ainarleit. travailleurs, une paix qui permeate m n estma! Pinuce delt de louisa ijoniz-voIts, car dies cuires de
la continuity dans I'effort et la fidli Quoique jair b.)rreur -emnplo.r tune retards, d leut's panies et do leurs boW e gai tt Vous atte.lneit.
|usnurs les Secr&taires d'lEtt, t6 aux engagements contracts. nous etapore aussi usrai ut de deralierltlent ts, de leur propirete et L aitr.'. eaj t'.nno j'avi I r.-ai
aurons rendu moins craintifs ai no atn ne que ell4 asconusiJiration et sus- j tuaitr comfort! Nous vivons avecr tra eW j asi Cltliiamtip-d -Mars ,et qu au
mlriclc 7 de la Convention du 4 tie tgard les capitauv trangere. mpenlsr e e I'Ea ieur comme les tr-anways dans Ietat d tol. htul- e i a Il' am i dc ea *I n
191; prescrit squ'i sera accor- quoa trop longtemps apetures notre ple le D.ns i s ?...aie c e s tije &tt D i-e,'g l is-t'I p de ll're dptil*
ichaque cole prcsbytralme un rcputtitcn de turbulence vi'olulioti .le "" pour .uler ,.CtCs1uiiess till U ,'iarte d'htul 'eoti, a Vis Iil'l,1 I
aU de terre au moins du domani naire. JP,,icniain'i, itti co't.site. Af. t) c- Ii1oiu.. Mt noite oinitlilill quaiid bolaeur, un playsaeizi-i. uin caind i 1L
pour des course pratiques d'A.ri- l)j. ui chnment co n.n- ice a c~/i, li',ux vie,, ,, e pblier int recril J h ps i i.ialice ve des t una et la Snu Stilat et un uni aCi Scrt'lair*
ilre. I voudrais que cct article se fire en notre faveur d.ns I'-opi po sies. initul L'Aile Captive. l\ns resist.uice do l atatre so fo it a.iu.t- d'l'tat. Je pensa nou-i allons 1itt.4
Rltcevoir. cette annee mimnrn sa union international: s chons en pro ,atais,'.cl. Ia t \f l coli ne polte rous lie; tijo-irs palitLs de notre cot~. anlaser it |t Ia in i ai 4ux touite..
..tc application. et q~u'ui a.- fiter pour les (uavres de progress que ,aite bea.iucoup animne. je sti, car c't a h.s acsai ids dans la pres-e de is ls tLrois pl-,,oi.ages,. ail'
intervain entree vos dcux l).par- nous rcvons d'accomnplir. II faut des biea i.r't, ,'sa- pa.. qui ,iWa.v l it, OS piLest tioll.-,. d.ias les trIbu- AVOwa' Ctioai l.it.s attitude..s tri' ,fi-
ats pour tirer de cette dsposi- capitaux -A notre agriculture. Ea at uae fois, I-bsk, t e pie'e l lui : laart- aaix do ios i'eclamlatio.s et danis glieS, ~ei',llni renat das la salhn '-
le plus grand p.arti poib'e au tend.int que ceux de l'tr.anger nous vauda e? letars prlopr'e voitures., quaiad Ilntus lt nmit' i. a Ah! par ex inlI'., iI u o
itde l'1griculture national. viennent, le Gouvernmlent a pour I'on ie pris, ii oa'an $ovits[sus, n ai lilLtrai t ite a -t j mnais tas -sa hil.ls ltastIl,.l:v ;
-l Conseil des Se.rtaires d-l:tat, devoir d-6tudier les conditions prat plaiir extr,me:t re t ire 'e jent sat, quoles re .ation taidas qtCeux ,I Va' des gOai S h VO .OI4 tAti.AtC.cs;
lpprouvant la Convention, a bien ques de l'organisation dans le pays. e liger, ie ten Ire. e gra:iexn.c le de- les parce lxaux trainways, its inta- ce smit des aniidilatifs et qianid
danu minrquer son fermne d-siir de du petit credit rural. Je -verrais avec; li-at : d, chra.ial. en un majt. Ad'ait morpls >sent ltursi ina'ishepiod n en gsditit ttio: los absorl.e, voyez-vous
iserr le developpement d: l'Ins. plaisirle ministry de I'Agriculture snt mreints lhs Jrs clhants dc .\fn- trappe pour nous car-ou ller plus iht s unt sup;t nelnent .tdes. J',tass
Oin publique dans les cimpl-. metire cette question a l eAtuJ. sieur Vieu.. coin.no leuit elt e Itiiagenit lers idoa a I nicer" u .phl'taste dal n
et d y repandre, en mrnme It11 ne suffit pas d'avoir des capi- Or. vous dire que L'Ai'e C :pive cialadiro',s apocalyCdtiiuei ens volcanOii ci Corsicue le plvsi p itn les bonines m tho.les d itra- taux : II taut encore s ivoir senl comic I ae sola tttaine de pos, ; /ott pour ie.ois ciOeve traireusehiat oIeL de re veiii die lia le, p. ol. a
core ignores de la mijorite servir. Le credit est un nstru- ps u l ne laisse desire. c. est ous la lave brulaito de leur e- sentecieusnent
fos cultivateurs. Chaque cole ment merveilleux aux mains du:i pest Itrepaa I,.u appre:t.ire n' u nou ca't il;s a. ru a i... e lrutlre o oues -t se o u ti de
rale, avec son carreau de homm." intelligent et actif e p le. Dailars. apve;/is tell i to Eli aro ea oU noues n. pondLsalle o i uiit tst'S ,nt t
rationnellement culiive. peut t'tre u e cause de ruine pour un tra- gente et jute crilique d lt a lat ial to de pia er conatro ces con- d'accord su il.id tr s oastitpUA
air un centre agricole. don't le vailleur ignorant et inhabile. I)o fi lugetr donc de ina surprise ,juand, iuntiosi trop ci ilnerald eo trop lcn- 'c1d re -plit les spaces, tniatre toiu
tnementi b.enfaisant s'*tendra la n!ecessit, d'alever la capacity tec- aanlte r, wt des bjin tne les plni ini- pitoyabie parce q.i'e.i lea regirdat 1it.-4 c-ps et qtUon re.t'rde .caiS. n.
iurs lieues 0 la ronde. ni 4ue de I'agriculteur pour qu'il solt; nts de n'trepatvs.ut Lfitletrt (untrs de prest, et ave ian.als de prieiue, Iaeiilt de ltraa issioni dr la c.a-
a plupart des pretres composant mis en lmesure de tirer de femploi cber bhjn ne dont je vousparlerai encore ona no tarde paia a dicouvrir i cote leur, do la luhiire. de I'tlectricitt,
clergy poss6dent des notions du capital tous les advantages possai-ieax nuae ailtre his ).u m/a fail lire un do ears itacoasetatcts.lcutatne.ent dos des twrtzmseaeos etc.
culture qui leur permetront' bles. Cela me parait d'autant plus article de le Eclaircar a, en in e dhsant : excessifs, quelques petits avastaies Le candi lat au Sauat tressita...
pour nos paysans, duties necessaire qu'en Hiti a petite pro- oy, come cest micbant.. Ea! out, (01 inC ce.als pas a detdagiaer. j Ls onileC t htrtzesn4. itlell
killers, et pour nos pctits .co- pri.tW est la r gle : le petit propri6- c'est ,', com 'bantacue. auI.r qui est a ba.a o t'i'soare du r s n rvlles d L
urauxdes maitres aviss., taire exploite lui-m me sa t-ererre et Ir a a os ce ci de lai inddaltle.Quaid oi est press, Irjrapsie sa'is il tlonc? Volts vo0ts
ruraux, er. n,~ a V .t .aocc paceairo ItI trmaa pour aller vitoeo i'a-Ap ti l8 li.tufrag du rTtjaie u
ii faudrait qu'ils fussent gui n'a guore la ressource e aire apipe < .e volume de M-. Vieaix contle'nf, au ciaeirser cItatr-caioa, anardier iou- les secouss apportu s par tu -, u-
et contr6l6s par les Ingenieurs- A des technicians, dont ets services moins, unte ion dux excellentes poiess : vent coanm a uei detvasse ou ganar inent atppelle-lt-ontti ce bateau'? .. .a.....
bnomes du Ministere de l'Agri- seraient trop codieux. 11 dot aon Fleurs de camp.cbe a Coinne ellel ie detresse aux stations trop pro- crria. .
mre. L'occasion me semble en ..re prepare A son role p.er 'a nstruc- mangit its roses '. iong.es, bert aaraver ln retard au Carp.thels.
propice pour essayer d'organi- ion profsionnelle qu il aura re- I:st- eune boutale ? J'i:.nagine qu'on rendez-vous, ilalaquer une alTaire (-ar..palte nclut I.aii... i S,.-
..ae institution qui. ailleurs, a que. a voulu ,e paver la UIle dc M. tietx el ou se fair attendre de soio dejeu- crataire dEtat d'un air troinptiani
_U de grand services: celle des It y a IA un vaste travail A entre- clles de tous tles letitrs ensemble Cest ner, al y a lai verate et ts lie n1 s'agssaait du Caruathlia. Le
.Seurs ambulants d'agriculture. preniare, doit le Gouvernement se /gal, on rst Irts atrr "rencieux. ae o .assi.nu e pans do. quo, vous )laysicim' report sa dv.nonstration.
fois au moins par an,les agro- .. ho.nneur d. poursuivre la rali- Hlis! nm.t cousuie qet i travers que frurerexc' s an .oycdl lv .oo lie rtz avaitl trouve ls oidmais;
du gouvernement pourraient station mathodique. Les &coles pres- crux de na s compatrioles 1 Toats les pen- ,omna et do e u'n ep n d tted de san coltd u leiuite docouvrast Ie
d_61gues dana les daverses r6- bytlrales, si eies sont organisees pies bnorent d i'eui heurs bants potes, las pourquoal prom.ide ces ennuti: tub s quon none tub de ray
du pays : ils auraient prince a- come je I'ai plus haut indique, ( Ies m navais mritent d'dire conspuls ) a terag'que uaous avums dei -ii p etutat te i anecevir ls aneaade
t pour mission de visiter te constitueront la base de la rKforme leurs artistes, leurs grands bunumes. I/s compe .satons? fa.i.r s .. .. "aim e "'t"
iPs annezs -gaus *coles presbyter profonde que nous souhaitons d'in- led's fttent Jans mile occasions Is les sta Des c .npi.tIio )is! vo.la en eliffet et pefctioaait le coh"reui de
td'y fire des demonstrations troduire dans I'Agriculture natio- tufient. Nms attres. niJs d:iti rons /e I'objec4. vet' Ietqmt I,sa nousdomntaes 1,..a.,_y, ml ,al..a la tlegraphi. sa.ls
I lues. hale nto .res, njus le/ calomtions, nous les ban \- le plui- faibll.-, tl si par cons, quent filn ,
vous demand dt4tudier de ,:on 'issols jusqu'd ce quihs en me rent. nous a unnes coivia uaes a viLe l I'ancien Secrlotairo d'E'at s'ex-
Scette question. Elle me parait Recevez, Messieurs les Secrtaires isEo, apraus. nas aus en rouvas di. plus am alnms. aos dovmas snacher i clam a:
Inrportance capital. II s'agit de d'Etdat a nouvele assurance de ma mins d'autat. Parfaitement. co.n t t n .pt Cccest ie trointiii. iarron.
atomencer dans les c instructionn MIGHEL OET G queraEs i l. v- le Sn ,rveilleux pro- Et le candidate au SnatempoEin4
"sion seieus de d1-strucon MICHEL ORESTii usa dasis Ia poltaque co- par une convera'sationi si elevse eaanit
priondelles- I'une dos condis ,__ ( Post-scriptum ) loii..iule dea a.aiids puiassaitces eu- a rcouiter, on itous pregnant tous &
pri .nordiales du progr.s indus -r ---- P o sepiim.ines : ten co.alunapatlonis. J'ap- tatnooim, qai'Il avail eu eo pressnliu-


et agricole du pays. o e V us av:' vu, ma coutsin. ce que a e prItedrais a taies eleve a lie pa se meant du routes les mervvilleuaes
14 principal souci du Gou.-erne' r A. LCCOfllllir irpograpbe ura lit, dJans man premier dsoler outre e.-sare ide te q.t lour conquetes de la science minerne.
t est de porter aau plus haut ... ill. s~t ,le mt rua / Que soin arraverait e naItiias.reux, do. dosa- 1i1 sous diti q i avait avant persoa-
t d'intensit I'activiit iconomi M6decine et Chlrargle i .s. r .... ri ab le, do ptoiaiie et de deconcer- ne pe .se aux ventilateursa tectr:-
enanus-.j", en ei. e ntedire: -a It/si iris aL a ta ot[ h attimet garner, a ques qu i renoavelleint 'atimosphA1,
de la nation: cc r6sultat ne Maladies des ennfnLs. ias tk la sesasibili. a Pour ine palsr .deI t eiaiu d.Iisnr *I arrnCL a n es caies A bord des transatphAi-
te attain qu si certaies con, Mala. es es des itmisla se uea re
soni realiees. La prem Coansultations: 3 5heures p. M. ,impri ii lis tphrs aui : etc dansi le cious ds evenemeut def&r- avait conQu le plan de soJus-manr.m
condtioSme 3t Rue FEtro (Mammon Dr Boro.) E coe ph ail pAris. iI a esuike vorables quelves couAupsotio. et quavant Hertz, Branly et Ma:ot.
d&M Gouvernemeuts aat& 37, RiseFarou (M*oflDr1B.)





LI MATIN


M U avait devind la itegraphic sans Sentence dit Tribunal p.r de la dlmfunte, it Mine Sam, a la des imitateurs, c'est plus qu'un de- Ic plus riches heritage, et iam.
IA. t p dfainille Griallauiue et i toutes celles voir, c'es un culte, une region. nous n'oublierons qu'i a eti pit
Le tramway passait devant le bu- ohaliano alleumandt prouvoes dans cOtt douloureuse L'6minence de's services rendus, :urseur des temps hlureux qu ots
Mrau du journal, je fls mine de det- Nons apprenons que le tribunal Icirconstance, I'expression 6mue de les prcieux ltmroignages de devoue travers is a tu-Ilem.nt.o
condre: le future s-nateur voulut me arbitral constitn6 par accord diplo- nos vives condoleances. ment donns i 11 patre constituent E PT
retenir pour que je ne perdisse rien inatique poor r gler les riclamations Noavelle l maim des itres puisaits la rccolinnais- C.iblEETAfE
de des confidences. Mais je jilgeai allen4itide- pendantes devant le L e
que j'en avais assez pour dix cen- (wouverneminit haitien a rendu ses At TIUIt.NAI.. stance national et imposent au- pou-
times que j'avais pays pour inon decisions. Prdvein. voWns avez connmis de voirs publics des obligations inluc- .
ticket et je mn'enpresssii de sauter 11 parait (pie ces r6clamations at- noinbreux dd-ouijrnnemeunt au prt- tables.
dans la rue. teigniient. au d6but, la some de judice do votre patron. Qu.ll E tait S'inspirant de ces sentiments, le AVIS
On aura beau dire et beau crier 400.000) dollars et celle do 125.000 votre profession avantd'entrer dana gouvernement de la Republique a Le Drecteur principal Je IEireoj
contre les tramwavs, on neo m'em- gourdes environ. la mason dit plaigna:t1? pens que la translation des restes Letm recte r tr p e Ereg
lechera pas do croire teo tol Par le retrait d. que(inlies utnes. o.ii i. de colise, mn pr-de feu le Prksident Cincinnatus Le- tremeq t et Cinservateur dts hypo.
compete fait, ils mritent des lici- elles s snt rites. d- I'over- s' conte ne devrit ps revtir le crc- qu ce urdctioso
stations. Pour dix sons. oin v trove ture dti tr)ibintalr 15i 3.(XJ dollars et contredne devrait pas revctir le carac- -gn, a lce au public qu'it a 11
fort souvent des repetitions do p)hy- 12-.(OJ) Jgordes. _-_ .t red'une c&rmonicepriv. II M Haanec Dorsinvigle. ti.
aique. de chimnic, de litttrature elt L tribunal, rt-eetarit beaucoup de d de s'y associer, il a tenu A y reven- cencie en droit, pour tre so, co.
dea apereus tr6s prdcieux sur I es- chels de deaiia(tle, -t nr maintenant Secretairerie d'Etat des diquer sa part de douicur, A payer au m signature et aUl ,1 s o rd
prit haltien. ie les cr'ics, a rduit les pr Trav Publis Grand Citoyen un nouveau tribu- signatareome qe il rspond de a
pth e... t!tiitionis .x.a.rt.s des allemianis a Travaux Publics d'hommage, d'admiration et de re- ignairecome de la sienne prop
C.)nn, AlA\ .-).M0 i doall'.s tinviron et 2.000 -- grets, et A renouveler A sa famille cc, en vertu de article 8I de aiip
gou arat I art nt d 11 est onn avis au intess ploree !'expression de sa plus vive sur t'-nreiemnt.
II parait. 1 parteentdes est do avis aux inre symphie. Port-au-Prince, le 11 Novembre l
I I{lations Extlrires prepare un quejusquau rktablissement par le ma hi Pr l n Ne r9.
Le Magistrate communal i.i,,re letu ft' -oaonta riuis tous les cmble sous-marin, des communica- Aussi l'hom nage que noesdlu i D. SIMON SAM
de Port-au-Prince docmeiit rlati a c' rgleient tions entire Port-au-Prince et le Cap. rendonsaujourdhui exprime le deuil
Si t in it rclana- Haitien, les d&pches t 6graphiques tonde dnatn laquelle a e long C tUSERIE MICALE
tions allei d 9 2e 9n di ce jaour- pour 'Etranger seront transmises au p tout
le pays en apprenant la nouvelle de..
Dans le but d'dviter les nonlbreux La session erianinelle Cap par le bureau t6l6graphique ter-satrag ue et subte dspario. Ls affetio biliai
accidents occasionnds par I encoin Cet lundi dix sept no restore, suivant le tariff official, pour sa tragi.e et suble dsparitio. Lps afoePtiA-s biiairl
brement des voitures A I'angl du es ludi vu que ces dkp ches soient r&diges *Et si n etToyable explosion du Pa-
Pont conduisant au Ilois-Veria, i vembre, que s'ouvrira la session cri- en langage clair. lais national marque une date nfastc limiortance des fnctis d
Turgeau et a Peu de Chose. minelle de la jurisdiction de Port-au- en ngge c dans les annales de la Ropublique. foie, la remain arqable inll i'n,:e exei.
Informe le public qu'A partir du Prince. Port-au-Prince, le 7 Novembre 1913 elle rappelle aux gnhrar:ions prisen-j c6e par oette o.norm l glanid, sutr (e
Inndi 10 Novenibre cotrant la cir- Le conseil co -imunal a pro:6dd tes et enscignera aux g6n&rations j destatmes de 1'orgflnian -s fl s ex,
Creation des voitures est imoditide au tirage au sort des 200o ctovens de venir quc le sentiment du devoir. pliqient le rdle jOI p.ar leas ant&c..
coinine suit : la listed g6ndrale dans laquelle seront I'esprit de sacrifice sont les quality de its hreditaires dansr l a g6a
1o Toutes les voitures veiiant dli choisis les jurvs de jugement ; et d- Tratislation des resles da mattresses de 1-homme d-Etat. des afrectionsbiliaires. &:tuar,.,l'ail.
Pois-Verna, tde T rgIeau. ( ( 'iit' ja ils ont etu convoques par le Par- ii d-entrc vous, Mesdames, Mes leurs, iat-ia pas pro\v' ei: le\
hos. dvr-ont enCde-cetdante 1 s quet. President LECONTE sieurs. ne se souvienit en etet des potsoa s du fire aneh .int le pi
ldar la rodte du Criemin de>s IIoI.* 1t P )tsir aller adullttei. It- vid'
et de I'Avenue d)unaste. De nombreuses alT.ires qui, come __ luttes que le grand disparu a livrdes ,'e di f.e'tu? S i.gt,'i.S *s exp.
2o I.es voitmnes en inoitanat d.- celle des C6tes-de-Fer. n'avaient pu Des qu'on cut appris 1-arriv,-e du pour essayer de reprendrc les males riences nous explil|enit ,> n ,njt
vront touted lpas-er ipar h1 COln tre jugues al course des dernires (Q.ebec, apportant A la aville du Cap traditions des ancetrss, de remettre la WI la il htp itiq aei, st foyer
du Pe'tit-Four saleinent. audiences de la Cour d'assise, seront ls dpouilles inortelles de l'Homme la nation sur le piedestal de gloire etl biouI te ait i\,le co it *,it''. peta
cvoqudes de nouveau Les process qu d'l-tat que fur Michel Cincinnatus d'honneur ou I'avait place lur he- ctre fralpLde, pa.rfois, ,I dbliath
-- sont en ctat ., comme on dit au Leconte, President d-Haiti, une foule roaime ? onAgnitals. 1.i f,. est alors atteint
Palais, prornettent un trns grand int6 immense sc rcndit au port, domin& Q_(i done pourrait oublier que d'uIe 01orte do failess. a,'itable:
O AL . J b .... ... I .... ..... h, i ... hats d u T ribu, .. .. I' .. bI .t te l l.lm t i oui de


C o u r s Os B o u r sl i ,' a u'x a. az.iivjt . .
Nous consa..rerons. come tou
Or Am cain ; oo I jours des chroniques quotidiennes a
Or Amnricain ;48 o/o prnme( cs audiences.
Dette Intnrieured'uaini 1912. S6 ad vi
Dette Int.d'Haiti iiJ3 8S ad valorem Pavilions aU mnat
Ch&quesurParis 2 1/4 o/o prime Sir l.a demand de Monsieur Ar-
rraite sur Paris 1'2 o 'o prime tir Mule at Coi. ,Consul g 'ntral de
Transfer sur Paris 3 1/1 o/o p muc s M1. II ltoi tl Italie e tte resi-
Cheque sur New-York pair ln t-.-,' l.-s I.a.ttimos et Con-iSlats
Billet de P. I o/oescomptc ouit h'loiort' l.i-s conileurs rispec-
Nickel "i i 1,4 O/O t IIVl.; v pol) r Co liendmori.-'r le Sie an-
Nickel 1 1 1 40/o esp ,1,verair', de S. M. Victor iEmn i
__I_______________ 1_ _ III


I l~dsiluvri'ie r&stidl~il~itioui du
I~"(Li 181) iee ~jorolesseur Seaton


par ce respect que uonne le spectacle I ,,-c ,- ,,,-," 4 ,u- no-u o -,,i, ,
de grandes calamities et de grandes tous, que feu Tancr6Je Auguste
douleurs. voulu continue, que M. le Presider
A 7 heures, le cercueil descendu Michel Oreste a embrass&e, qu'al
dL bateau est mis en corbillard qui 'espair de porter A son ap )gce ave
prend le chemin de la Cathcdrale. le concourse de tous ceu, qui girJer
precede par les tambaurs b attant lu- au fond du coeur le culte des choice
gubrement, les fanfares de la Grande id.ales et 1'admiration de la Patrie-
Ri vire jouant avec sentiments de-, qut donc oserait nier que cette oeu
airs tunebres. sutvi par lPhon )r.ble vre de progr&s n'ait rtct inaugural
rcprcsentant du gouvernement, imi- par 'illustre patriote quj niiusavon
manuel Morel. ministry des Travaux pleur6 hier, que n)ns pleurons encc
publics, le distingu6 delegu6 Charles re aujourd-hui et don't le souvenir
Zamor. la famille du ddfunt et le demeurera imp&rissab'c J.a:is ia mi
people venu pour assister aux fun6 moire de nos concitoyens.
railles de Celui qui fut le p&re du Q.iand les passions seront dAi li
peuplc. tivement kteintes. quand Ic recul de


.M.- W(Cost dnnin'cie oquelle a oln nient, On traverse sans incident les rues temps aura assure a [limpartiale hi
:u-- l Tht-Latre Parisiata, en presence du Qiai. de Notre-Dame, au milieu toire ses grandes franchises, elle dir
d'inm Ipblic nonbroutx. Elle a etd des habitants mnus et recueillis et on que Cincinnatus Leconte n-a fai
AENSEIGNE E NTS il tl l.itix, ine f aillite poir le arrive l'Eglise tendue de noir, au verser des larmei qu'. sa mn>rt et
TQ-ot'Ost sear s 'aloii. I-s ratics, to lrs
METEOROLOGIQUES pu pouvai'iit i1pr-ei'er ql pau'an- milieu de laquelle le catafalque en. toujours rWve d'une H >iti plus forte
rr tt.rt se stont nova,; dans la baaalit( tours de flours out I'on depose le plus grande et plus proipere.
OBSERVATORI' t la lit gros.sir'e exection de ,la ina cercueil attendant l'heu:e du depart Le gouvernemnent de la R-publi
DU ju'ritt des points isli liga'raientl at, pour le cimeti&e. que s'incline encore une fois devan
I*..MIINAIniE COI GE I'itaproramimi'. I. L'presti'ligitateur atia- II se tait alors li un veritable pele- cet illustre Martyr et il a la ferrm
M.NAlllE COLLiGE s-i fat sitlht'. l.a sale Ilotlenise pro- rin.age. De quart d'heure en quart conviction que vous tous.) citoyeni
S.INT-MAIRTIAL to. a si Ihravtiatminimt at un certain d'heure. lecanon tonne, les tambours du Cap. vous vous co'nstituerez ave<
Lundi 9 Novembre 1913 siaoienit (1ll" la direction dut Part- battent aux champs, les drapeaux sa famille les g trdieins dh mnneur dt
stiala dut d,.mm, e.n Ilnani..:re do- s'inclinent, lesclaironsenvoient leurs ce monument. Le department du
Maroemntre A midi .17 omnen station, 4elas vues de notes stridentes dans l'air; des ofli- Nord qua a fourni iu pays tani
.m tini'nuh An t ilec e .sance, le professed' ciers en tenue de ceremonie torment d-hommes d'-tat et qui content en.
'emp raturoe mnaxinmum :1,7 .Seatoni eS.t laass. C( n'est pas la la garde d'honneur. Cette scene so core une plkiale de citovens aussi
Stprenii jre 'ois, e'n elTet, qui il est sif- lennelle a toutes les proportions remarquables par la tate que par le
Movenne ditarie 2,0 ItI.' Ant t:ilit'-inla tlihA.tre de Monsieur d'une ftle, mais d'une flte funeraire. coeur apprcic-ra comm.: le tnmoi-
Albert ollosseati, il v a ,luelhlue 11 est trois heures de I'apres-.nidi. gnatge irrecusable d'un attaclih'n-nt
iel clairpendant lejour ct nua- ti'isa, il I' fail. Soltn s.,our alors fut Le service solennel commence. Sa sincere. d'une pikt6 filiale, cette der-
geuxapresle coucherdusolcil. Rose. ,I court ,,,'o1, r.'avit coppend.mt o01- Grandeur Monseigieur Kersuz in est niere volonte exprimbe par le Presi-
Baromktre constant. Ilitl. Mais caett tois I otibliera-t-on A l'autel et ofticie. Lecoup d'.cl jetI dent Leconte de confer ses restes A
1. SCIIEIIER ainais'? sur cette affluence considerable est la ville du C ip, timoin de sa grande
Iribunal Civil Le petule s'amniise grandiose. Les parents repandert des fortune politique.
rif una .c ivi Hier soir, le people ctait en liesse. pleurs A faire feadre le cocur. Ledeuil Gardez pr&cieusem:nt ces restes,
-. lien,'e c' ilJ uhli A la faveur de la lib.rtO don't jouis- resemble A une apotheose. C-est la conservez-les jalousement, car tautes
10 N'ovembtr ne 19 sent les citoyens depuis quelque splendeur dans le m ilheur. B ent6t, les villes de it RWpublipue vou-
Pri.sidene'' I). Mainan avant pour temps, quelques uns avaient organi- le cortege sort. C'est toute la Soci,6u draient revendiquer 1'honaeur et la
assessours le jigug II. lobliamnie et se upe petite fete en p'eml air. un capoise qui conduit leGranJHl m.ne gloirede lei pjssiJ4r, bie coavain
le .u1ipJantt de jlge Enililh I.,nn'1,on. impromptu. et, vers les 7 heures, a sa dernaire demeure. De tout c6te, cues qu'ils constituaro it pour tojs
assisttes du substillit Joaclhin Jean- une bande joyeuse. musique en tete, se press le flot du people qui salue aux heures de d6faillance,'ine so irce
flaptiste. partait du Faubou:g Salomon et de- encore une derniure fois lei restes de inepuisable de saines et fortes inspi
Jugements prononcds : valait par la rue St-Honcor. son Hien-Aima qu'il avait lanc, il y rations patriotiques; bien p.-rsutides
CeIni qali enterine I1 rap|po)rt On s'en donna A co tr joie en par aaujourd'huid._ux ans, a la conqukte qu'un pelirinage accompli en ces
de''experts de la succession .MIne courant les quarters les plus popu- del'ldealdesPcres. Toutlesfrontssont lieux oai ils 'ep.sent est propre A ri-
Vve Fabinas l)icasse. leux, oui, au tur et A measure. la trou d6couverts. Les 6coles. la m igistratu. nimer les courage ab ttus,A prdp irer
-Celui (qii declare nilles amx pe recrutait de noaveaux ftards. r:,lesautorts civiles etm litaires, .- les ouvriers de I'avenir aux luttes nk
matis de C G Lesi isa les acti nms L s homrnm'<, le< femmes et les en commerce sont au co.nplet. L-s ba- c-'ssaires poir It sauvegirde des
deTa Soca (ilaci,,re de Port- fints se livrtient kperdum.!nt A I'en yonnettes sont cravattes d_- crepe et assists de I'oeavre du progres et d.
au Prince et de celles de la Compa- train cr& taai6t par une ma-ringue la musique entonne des m)rceaux la rag'nration natinale.
gnie agrieole et insdastrielle dit endiablke un two-steps ensorceleur. graves et tristes. On est au cim-atire.
Mone A. Ilozi aant apdpartenmn a. f o lemportement militaire d'un Tout un monde s'y est deja vers6. Pais,c'est le tour dJ D'-{gu3 C'ir
i.espia aux dtpenas. pas redouble allgrement engageant. Partout. ce sont des entassem.nits. les Z amor qui a \toujourn Mlev6 d ins
Contiuiation de I'aff.aire .lisoena Tout cela aux cria souvent rDph6s des fleuves humans. Le cercueil est son cce ir u i autel d-.idmiration A la
otad'et les deanoisellea OIlainI. la de Vive Miche!-Oreste I vive la li depos6 dans unmausolie, monument m.moare du Grand Dispara. 11 a 6t6
Fabrique de la Cathedrale centre bert6 vive la joie cisel] A l'Etranger avec un art mer- touchant et sublime .
Docteur St Ikger Perrier. (sailie imH- I veilleux. L'inhum union ayant eu liec. cha
oceilrSre ). M. Emmanuel Morel, Secretaire cun se retire le cuear consternd.
Spr la demanded de Mes B.n lit et Nous avons recu le faire-part de d'Etat des Travaux publics et de I'A- Pour nous. qui aimo-s A paiser
Em RIampy, la continuation do cette ila mort de Mirie .Ai, e Adlaidi agriculture prend la paroleau nom du dans les grandes vies de hautes le
attair. es't re-voy'ee A une autre aun- Arianje G .illaut.<, ude Sim veuve gouvernement. cons de patriotism, propres A nous
dieuce aux tis de r pondire anx Grauadjan Guillausne. ddc6dde hiero' reconforter le cuar dans les moments
deiUirs'..- ,clns.uioi, de A1es I)r- soir A 9 heares i i'atg de 54 ans. Dascours Ju Seritaire tJElat. de dfailance non seulemontments
941ja et Clavilly. Lea fun6railles aurihat lieu auour- non seulem nous
Auguiate U mapArta coatre los d'hui a 4 houres, en la Cth drale. M.sJames, M.ssieurs, nous inclinoas, mais encore notre
irtiors V<'rthi) Doaeous. Maison amortuaire : Rue Lamarre esprit s'incline devant le cercueil de
Vu I'h.ure avanc6e le d4veloppe No 40. Hsnorer la mi.niire de ns mnrts cet ap6tre du Progrks qui a 6ct poir
mont des conclusions a dt6 renvo-1 Nous nous faisons le devoir d'- illustres, perp6eter klur souvenir, ainsi dire I'iocarnation mimc du
Ie Luizainsaine. dresser au adn6ral T. A. S. Sat exalter leurs venus atia de Ie:r creer Bien. Ses exemples seroat pourr o:us


a ~)aai tve, teln)O.raliz 'ti.4Iailleur*,
~'comp _itiblo avec1tu10 C"It t' 1111t. A.
arenatija'ia-atre, scaaaibilit-- 'aCile de,
ec I'ivpoeondre droit, tdi4pji. t 4) 1 k Is
it lwau Ali a ell tir do poitle. aux di-
es lit mogawsoiss, aulK pyl i .iLitio~is
( pli l 1' )I acp a ti' lsac lp silitote
t Ia: aite, stailc Vie u I 'ilit ttila '

su ua-ri.mdes, doileaari ri ai cis~
A-: I alhamaaninuri, ariallt'ia sys-
ir L(u ii tlI.%'Cix, jJ tiiiin'evt 1u'higm
tel Ca4 0t lI.cseen anuit ahlsittuiol de
Cs aep iIiislin (I zorit di.to)it #! a lt.' arbs -
I- te. 1. "conlceptii t I s dwI .(ltole
:s oi b rriere e do dt-iajio CJvitrt, les to-
~.; xi ies i1w)i iisit al v'l oim. cii umt
.400 tt jiasiarja e C laii lila's''c.-ke uae

a pita 0-lt in )111A SOarta s.IS. snak i
se bi li-ii e CoC.'(iSte, dab i '.avoc
I'arthrjil n n tfmt eIcii u-i .astijle
It It" Siiauloc In a adlats' c111i1. 1a a
tr.'.a t~l cadkli:aa MmnA1,Aa. f I .Mi thits-
(i l '.t est 1i 1i n Iltoxitj11'i' C it't.iitVIS
e av.Ait arit h e d Iui l pacl A~'1asiia Lom-
is (pl I laya11rfaat 0.:C~eiL. d's 11.4 i'.ii
IC le oac slisal et 1 g*I* g Clit ios)iai
C dc e ALtub imn) wfictiwi. C'--t p,.ir~ipw
Ol ans ) Iii jit~tawit Ie diautli,,lti -AIaI c-
t io.a dos Iii ulifl,,kteur~s di,-t~tt~iapset
iii'~~ ~~ 1i 1111it*u, It Vti u'vSle aCIl-
-cila le.-; iet~~ros, I la riuiaet Is
pluptrt Ie.4 asitro,34affoetiozia lispJ-
tislue~. ; oiIlA d--[a prophiyIaxe!
Lt ,)i dad arab.qua umtt tais IU
tse- -i rt.3diii tube digistif iaiwi-; x-
pliq i-amiau paapir,4aioi Ic-i dp.'p
sies et e attaropathaiezi un 1p 'ii a WIcI-l
i nc-, covi'i-i eait tfotJ*(J)'ItIF av C tUf
1 in~wasasaa tat d-tfiifa. C.t .Ylcaarig
*'de anit vvaia procdd.~a, esn'tealIS-
sem 'ais et livbriditoes s orluides &'On-
clieviltreiit an mien, qu'iI eat 1)llf.Nis
difficile d.i pr.'Ciad4r qii ,Ii co 1 ta!i
Mk ls a 0161A~rIMtitiii IC 1011 ~l- apprfell4
ii favonla an'le,4 elasni kaai )it-, A t.
Iblimura U. c aim a C ii 3n1, Asit Itaicr .les
excu AG1410~s4, itL-ilam) daitll'aAX ft"
lit 'lltat[0114 aiifk!CtidtJus is asgl-allJS
la'em ai iats aroni tnsitiqu.S, 10.-; fer-
itats (ligestifs, lea alcalinis, It' bol-
t~e aid,- p..-ir faire ritrog harder les
k [iI:)to i 4~lio lmela, sn1l')l pour
a' 'gtciaCrei- torg mincatitailt. lDmns 13
lea catareAes di,~astfs, io coilS-11i4
toat -s lea laceure~s,title piiaca~e dij*
C'A ella1poudre., jaisqujilvoiaaisscileillt
on arrive aiisas & une d&pl~tioli 111i6
C Ilitaiue d a foic, quo l*0oa con11PltM
pam' les lavetnonats et I& douche
3cosiai se locale en jet brios'. Si IS
ctmligstiofl hdpittiqote SM010 il3ddb
piadra d'un 61tat cardia~ltia, Ilt d*
taline. lit scille et le padciphy1Iifl, W
ddi da ssan~isuas A l'YlkL1Od"
droll, degorg int le (oie et foul18MW.
ell to'an. t#3ii,)S,4,lag trti.AbIO.4 digs#,
UN- Al Lits, qiella qai3 a t.IllIaCi"W
da l'Iiyp_&ru.nie l hjiqptit.e ii fA4
toujours inatatuir to rd,,pJS iaiaSOS10
laire et. ~csvlbeaI. Toute LAW t)g IN
6brni ata:Y.40 ~na net-yeaVlViii
rable. DtI I ACAcoptio~l VOiiW~
inA f U .*4s13i udw- 0noasPS Od
do bilea., cleat savoir 6,aie
sairmonage physiqe, iawOa


L---