<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01913
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 6, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01913

Full Text





clnment- MAGLOIRE
DIRECTEUR
ABOMNEMZNTS.
PORT-AU-PRINCE
'(. Mois. . G.
Tros lois. ... . .
DEI'PAR TEMSENNT.s:
Un Mlois. $ . G.
Truis M i.' E. t:
Ei'L A N U El :,


Ikijaininin /iMm)


0


2.00
S01)

t.120
6.s iIY'


j


Truisias 4 G. IqJ O
LENUM~k[IO 15 CEN-r.IMES


QUOTIDIEN


1941 -0 NHTJOM 1JR91 ;


rtDACTION-ADIIIlNlI&TATIOi

JLes annonces soutzcVucs:
FoaT-Aw-powcz: oa sburcasjzdu Jouma..
A PARIS : clownL- May*"* & ILV9, Sue Isulwmb.t
A Low n a as:c belt .I 'wkcflce 1.9, 2 1,2:
Ludgare Hil
A 88I.3LIW cl1e. ItuJOli N 6caseS 19. sq. 8c'. 1
Str~Asst 4t-.g
A Nrnw-Yoss: Universal Publicity Contrwmy4s We
14 111 Street
Les n.Jnuw~rit- in3A es au non me s"at pas retitju~ff
A onnanflhrfits l 115,ins ltoinpavahl!es rm m e


SL'AILE CAPTIVE
--too#--


Oa cCt autre :
Faites sur aui Ik gesl te agusae e vl
scone gra


Plas h* t I e vAis, toijours, sam It miJ& qui
Tmouv,.r~Ai-e janu~is -Its'ss rqld ume (maut?
Octobus I q9I3


SUI'TE ET FIN don't toute la parties soqligiade e st
un vers de Victor Hugo. il n'en ..-
V aeerait un travail douloureux,- Crier sa pine intim: sus vastes itendues, reste pas moins un de nos inBlleurs
t plua douloureux qu'il ne s'ipuiscr lk@e mmnt cn lamentatlonts? potes,aun de nos plus habile< vcrsili- 1La Rleolte
erast jaanais-de bonas rsultats,. . . . cateurs. II a le g Alt str. in Mran-
eayer de trouver & Mr Damno lable, une correction a toute ,ret A. D. J. Mayrd.
SVieux ce~ que Sainte-Beuve up. * * v etune form que rien ne put


En desespoirde cause, on a eu l'idWe
de fire appcl aux officers de reserve.
ceus qui finissent lear deusieme an-
nde com me sous-lieutenants sont sol-
licitds pour rester six mois de plus.
Ceux qui sont dans la vie civil se
voient invites A donner de m6me six
moss A I'Ett pour alter instruire les
recrues et aider ainsi leur camara-
des de I'active.


-a une famillo d'etprit.* Son La mmrt est scule vra~e et sule silutaire. b naliser. Le bon Thneo, to pr,,i tie !L'nn&e st a ,est permits de outer que I
te 11 dv rt C 'per msL drie doIerdoemerau rrr
Eest trop divers. C'est versaGtild ret gloire i toi. Reine de I'Infini I'critureo artiste, et c iii minUrgepa dons A troupe beaucoup dacepta La
alib v'aris a esprit. Proi seute sait donner aux wi rtvir $de IA terrt; tr ob ec up ae ptlan t .s L a si -
it ie t. du e cam inaltrable lren oubli. COl un disciple car li au.s, i
fiavas L Comm un vol mvria.aire d'inscctes pourpras, tutiron de Seus- lieute. n'jn st pas
le I jute. ic desfa- c e des d c et des caes. ai d. .eip.ace et aoual& da virvolte sa beilkn pour qu t I
ide ctalentquand elle si m I va d.an ces hait vers toute la 'Aile Captive n'est pas,c.ne on tenneda
e t si 'nt..eus, qu'elle fait ou ri.ign~ation stoique, touto I'i.diff- sent los prinmiere .4 .avres, unt' p1o- Qi s sersit abattu sur or vert des rUe prolonger, d'autant pis'qu'cile exi.
*I auitres. Et toutios,tour atoir, rt ren- laIutaille, et tout le mtnpri de mnesse. Ce. t un livpe soii sifn ,ol'. L ~fieve auguste plcut sur tout I ttrrto.re. ge de lourds sacrifices de t enue. Les
er atican.nl int et rendre toul ce de la t Mort du Loup coup de onaltre. C'est uni bo:,ltt ICr, Novembr. I tmis prodigu, I demni dhatbsilenei der-
ile ot d. clartes blouissan- lsin faut ppas peiisercependantque; d.st touted le fleurs snit .r'- S Cr ioirU, ae pine la moitil-de ce qu'ils
fiat d- rellets ch toyiants. Moniieur Dam cle j V.eax n- sait: in at ep monies. L'urs p.tal.s so;st ,lt ,ii Bient6t. avec extas, je boirai ont e0i depenser; unirorm:s et
l ra pas uLse inatere, nti uis des pas etre essentiellement lui-m .ne. Id une soi si fine, leurs pmistls -ii -~catfe L ve.m de ont man sng A ila hantise... ch.usures sont duj. biet; uscs. cnm.
,res II n a pas un style, inais I.niil d 1.1. C):i n13 je le disais plus 01* Si piur, leur goutta do ro-t ,rr,,i M'ITCur
styles ." du in iins, il a ul sty- huiit, t, t io t l elux quo h l. .I sledit ,lsikm ant si rare et loart p irfa i a i il .- ...D mt I' ILn -- Gibricil fit I'lsam assur rIn at feront-als t'ace.av,- teur mr ig n
Srmal cc style est sa couple et il coautce sol c '.Oir, se pau cher sur iiotnilablesdu-e si belle tiscr. tion, ii ind t eprits en joi, a ort se. s oI d de pe rnes nouvles
a set twit Io nlaltre qu'il I Ac Aple a,(J I af'" Er s'll fait pellstwa parfois!qua toutti. Blet tdurs ie ccts i),) bli ut-; Qa.tiot aux .utres offl'iers d
,as e etrlr Dt fl lh\ Vii Il pt l-'l.'l IIst 'anit n-rfs dun 4an inpr I ere ils petvent re excellent% p:ltr
mos lessoia th et lu I'ait ',.-;. 1 ses auteur's favoris, so. jquelti e- \tr Dai.')Cltl VI"?six petit QId i a g,,ame hes n.-r(+ dui .f'fitimiexl..l.ti.tiscrI!I
cg i in 'e ,a i teIo, i foiS, ere ve, rt vor l ttlo Sli p i.li.net su est s e:s alli l conlduire une troupe aux mi ajltiA.
il intrno.t, to.ous ls ai4s j, Ilaji ftace d.' ses atiiltres Iapprouver ail peu pairt'ol)t. .ar avecis ute t. lli CONSTANTIN MAYARD. vres ou ecam ... ins il. ou
S nt. II 'a pas de quality .s 4 pr 1- d u I s u 'ire, ce n'est q.le parce- *isigne, largess, lui serort o.v.rths, rarcment ce qu 'il t aul pour Islr ire
ma ~ u, U1Ceotarememt cc qupit taut pour ilsmtrjre
pii riusltes. routes sont belles et qui'd a lek iu nes.sentilnints qu euT, les portes di taI les parerres. d j es sold Lerdnsruc
Valet. No dir.it-on )as,- pejt- ce OI'est quo parceuitl a la in.ne C. P.AM<)Y teur dem.: de un cistr.aq constant
on tie scrait pas loin d avoir complexl tld'Ain,- qu'eux. Et peeaut- vel ren t ds l
.-que Monsieur Vieux a a-. tle, -reminarquez qu e j n'aftrnae e au M TIN e cvile, lofficier pErd pen u pen ks
d'Aine qi son talent a de ten :Pa. si ces auteurs 1 avaient a- -- coviein, l'oficies trrr terre. m pre-
Ce iqui est aussi vrai, c'est Ittil AIiA existed, Monsieur Damt oclesonalssanccs t:rrc A terretrals pro-
IV quiue :an, -qu'tie setule cot: Vie.ix serait encore ce lu'il est. Mais L2 SouI.'C,: 3IU |is dorinantl... Die notrecorrespondantl parisirn cieuses, du dresseurderecrucs..11ieux
evaset InUi-inu'n, la siIni e saris doute,- et cette fois j'affirme, vaut un sergent que les deutnant
si sensible et si vibrant aux it le srant avec plus d'hositation, A Huber A, Les derni-res mntevres ont fail appl scum t tous s d ux ans
idest esd pour une pafine ou I smu It.
I ndres soutles. aux plus I-egrs isCelPalors it aurast a tatoner apparaitre plus cruellement les vides pour une pfriodc ou i manovavre
ues, 'elle rend avec un itel or 'assurtr d la 'sistace du I i a us neeent s mas ne lit pas i'sducatiot1.
liable, et, cnll i cos inei ter in, si trait d*un pts moins aler-nquints qui ne cessende s o iers p ce
to,oalte s Iets uiotes,tOtiLe sletis I tn i pa,' se r.n Ire comtp e d Fat- 0 Source de DAo. source heureuse., onde aimabc creuser advantage dan.s le corps d'o dressagds coniriets, serott en n >a-
Sde on, depois i10 plus e,'ave d. 1s.l *- iure 1 it serait tLOU a fatl nlu- Qt'pousa So alyMtr.:e qu.: leC t v.:ats adus iciers. .Matgr l'.appel des officers de bre atirde pour accepter de reveni-
,lve i jus qia u plus doux ties d I,, t % rlI 0ourIp IiII.
veia taut d C ilud dis e.tl dux .. i alteur .I a ile Captive sail T omnoes au pied die mo*bins vanrabtes r o u corps pennant six int ois. 1 Ieur
Sta.,t de crdeti dlns ce. ti i 11 *,. 1 aul ur .rile ptive uanmaite D.u4 ks r acires 'ens;lavent.da. leuribuse. compagieSi o bittcres ne posso- audrait ab inner kur sittio
Nerere ^ c, u .. ) qu Cm t!r 'r ( *nlj l.udrpit al qui nndr led u.r'si ttic
iSe r is la Jent psls l i 'eutenants dent elles f audstabun enncrll lrndtn
rs aleZ ouse ars n est-a'-dir Ic pote elegat, gentil, Lim au point de seer.. invisible et nulle. t rigoureseent besoin et quelles c on
oasi i lezpouroi'aps opsert d gracioux, ciseleur, eger et vigou. Kau lanjuissmte a gmardic n ce rcable, Ont en thori. le and capi- ines of r de en r
Am- Bii|u ,a n purra p SLlit loaptivdte i cor tillS !I)lli 1. 15 ",Ilette de fii;e desl, use oun- Q. a del detin dombre emecr sfi l sre t he- taine 6tai indispensable, on vat cer- errstoriale Cat ressortir aac b.au-
P rd'ic M arceiin, peasest qie, de bre d desicateunt, dc d~Siu- Oquiel volut myst'quac ty j iuigule is groups reduis orceconbien suo force comil o s leurre
is ta s Oswald Draemdsals p,-tAe. clt et do tristese. cier parfois mL'n us sous lieute- cujct dan les bi-
ie sot plus que dId Jtga s l'acequelle West pas ventU q au Ni.pe I Ton bnhear c'st que ton cours nant. reaux de la guerre : Tus ces ofi-
lie. erntMolt siur V ieux est pour- rcstndz-vous, rie que louc eel&, it i nambule manque, avouc t-on, i oo de ciers, oupresque tos, sone ds hom-
waitilAetuSS.(1a1s1 het'I. 1IOUs Ji macr tera ce petaL chef-d'teu ces offi ers subaltrnes. Je cr n bien es 1 iabeur quotidien, obliges de
hne beaucoup plus qu uta d ,t vr rfois. orchestre des vents, en ton vestibule que e hilre total est plus lev en- avail er uet fernle paur subve-
4 icheuar.11 a des snaltres. Et voili. I'TrTE jour un air det ballet adorable :ore, car cc nest pas dans tel ou tel air aux bfsoinsd de leurs amnilles.
enl a de nomnbreux Et ciacion i sinlibll corps seulement que 'on constate S'ils sont employs, its 'obtiendront
*e srsx B'iiithnSe attrut ntdier, semni troub.uns, qeslibeiulukes.., ce tte iisufibance des cadres, mats
Edeux I'ifluence t6ut enter, s'em- pai cruoque tu vientris dans ei ma in lgeI nut frisson ns nta mase imtt ponderle.' esu s f certainement pas de leurs pton us
paire, alternativeinl it, de tout son n rob,: blanche, avec ton chapeau de de aitel,, dans presque tous. m.me A a rop cong de six mo-s. surtout avec leurs
Wsprit,de toute sa penste. II sait star J'ai cru que tu viendraistendrement mapporter 1 tire. E: cette situation navrante se pondtements, et si. par hazard is
btut so servir do ses maitres. 11 sa t IA near o ne un s ec oe ei n ta dprui rvle au moment me me o s nous I'ote nient sans appointements .
1 c lha q u e s u j e t q u i s e p r t ds e n te Ii ,i o r Inrem n feaaoie n t-ipusnv ivcl a se m mei n
a it i J'ai souhaiti te voir belie sur mon chmin: 0 Soaie de Doko, fontaine au bois dormant... llos aoi non pas un classes A ins- meent- vivre emme et
elI est d'entret.ous, celi donst ii JCt'i dans l jour clair fervemment attendue Du bo til, apl te somneil est Ula fomu e truire mais de ux. met ie se dm e
Ut (liuil inspire. Et, ce qu'dB y a pour te donnernmonA e en te tenant lamainss pl Nous manquerons done d'instruc e ant a e sole de am des
4e tout La la igloie de M. Dainocles L'or da couchant pilit ct tu n' s pas venue. i sa fca ti miesr ? eurs ei fparv senrs dau tant plus sos lieutenants.
ieux, cest mque jasnais une hois, i ,vril tend d jA son ombre A Ih rizon, grave que lia classes 91o atant ren.- a Sls sont p.atos, its re pour
Ecoutez c sza a u c q 1 Soltude em dil entire dans ma mason, Tt put-tre, eprouve, atrtos, sou e so? raux et des sergeants non rengags pendant six mois; cela va de soi,
Dicsppelle ouMage Jem Pows frokcurar t s.porwm. corpuscules disparattront. Pour comble, les ren. d'autant plus que. plus noue allo-is,
Di.FA-ss vous > Un mien I'inmeut tendrement: 1'6- o satpder to. eau, briser ton vot ? gagements de sous-officiers se r.ar6- plus la vie devaent chlre et 1es atfai.
D'un cadre tWateau clat de deux beaux yeux, une voix ent. Les processes d'augmentation rcs diflficiles.
S ouates-vous bergre, qui Ii arrive en cristal qui se bri- Psque,- ee mo t a, ma ou, u ir e de soldes ne se ralisant pas. les Done, 1A part de trs r.ares ex: pI.
ft d'ne main S rese. Et i dit son notion avec d4li- [charmant s changements de garrison. si nom- tions. il est im u possible de- co.ir
La flCe ot eI pipeau ? catesse et Mnaestria. breux au C er Octobre prochain, me- sur le concours r es offers de rcerve.
Dites,m uintenantvous, ce six vers Murmurei la doiceur do ce qua C'n ien I Ne coule p.s bruiass es sculenages de tdpenses im- Ce nest certnes pas qunt I a-ole oe
le. vous, semblent-ils pas chappu train, encore qu'un .Madanme place, 0 seace ecos.tiancscine ,aoncam e Ionaantles manages de dpenses io dCcnest curtes pas quer r o w-Jequ
i^ne pogie doe I'auteur des Sfxes Ia tin do premier vr et e possibles A supporter, beaucoup de I'amourdu meetier leur psnhmeue.
iantesi ou tiss par unes de bien des a t. pfae beaucoup Doe sent- A I tae anevers toie s.ce ao su.nte... eux qui sont parvenus au term de mnais, enfin, il taut vivre, fire vvr
a s m i s do ie e i o g epure, 6 source au boi d, mantl, eur es ngag ment ne rengagent pas tt la famille, se crer nur Situat iot et
a6cle, un do on po6tes do salon qu tP.enewVi eeA"hsiation Mai vier) 6 Mai I". les sous-officiers de lanlasse se g.r- assurer l'avenir t.
Stuaient A rio& nmer tout un long pou mpitn..t.itA .Il oti c oZ sation.JIdI, dent bien J-entrer dans une carrsvrc Ccci est malheureusement la verit6.
me sur I origin de F '6ventail, par- aisque moa n ;ieari portrait ces trasors prc. eus: a ussi prcaire. Aussa ne peut-. rco.np er pour PIins-
Sque U La douc.ur de la voix ct l6cLat dIe ILs yc.U Les officers pr.voient done qu'ils iruction des deux classes 9i2e ae
Cc b-jo, dounu Z.yr, tient I'Ame prfun aintenat qi dir Le Roses de D&ayette neseronit as aids dans instruction. 19ij, que sur le d vouement et le
Mamnteait daussi se dcouragent i. s t dcoura- p atriotisme des officers et des. sous
ise manIenant ce quatra d ca on aTeir oux 'est. pa A C harles ardinal. gent-s., p.tr I' .xemple, les jeunes officers reng.ags don't le nombr est
Au til des jource a ds .c -... c ou iten, e ce -I j Cw -cr con. .t ge s qUa pourr.tient dtre tents den- i nettement insuffisant.1 )vouemtent
Sic et I somei &ansec pr3u irdeshereuneo, dal-, airhAierd,.n"o .cI. cn-D."-,o etfcM'icur. goodlot-isendosditdiai..pat. ipurio ts nea. dfei"' .tast.a.ao.
lacin dlaevor appro t resse. tille d fire ces eaUx fortes, ces ouac pr I utrer i d arII. Ca at esot patriotisme ne ferout pas dtfant
IiLb ma -t- daren reaSM les twe. peintures ait II plumoe, qui s'appellentt A al 'at'demad dlo6 ces roses sortaient. cro:t par la constttation que les mais it sera boa de ne pas mettre
f i, de dim vierg de triste A sI a F ol cy Catte Plage a ou encore prom .eeI sleitesn tit point tenues. trop longtemps cesqualitsA. I'preu-
t ce pa du plu p cnte Rdvei, at'heore profonde, Fler Mars vnaste a lord Sptembr e four- .'a smnt d sold, annoncE, ve. II taut m anger, mmc danst'ar-
stSe a0 qu d Camphe. Et dlailler netre a p.r quantity, es fleurs qui *en- dab:rd tre sa..ffaisant, s est peu t mame et les soldcs sose par tro iesut-
e at-ce patsponon6aen qua. pas pomte hation ne .eri un repro- -,kdaenm...a peu reduit A une aug netation d fisantes. La situation est revenue
vedras orat ado sa lOntCe l Dind i squand it serA d=on . risoirc. encore est-c: uine simple pro- franchement mauvaise depuis l'ane
de s lu tra u(lu'ot ,pout avow une palsie es- M D or. ence m tin frait. cWTur Ct frissonnant d*As. ..e I l- C rh I-eClr p-
,ll diratltud usd6onte apr6iB selu tiellememt "soitienle. Jagri Is omuapo6s oota schaapsaictaras... mnsss n s i brcs stant parties nonce des augnentations de sold.
e, la coIhlde d M lr ap l S iB faut reprocher a M. Damocl6s ..dNm sans abordcr le prjt. Nos officers Alors que celles,:i sont encore
Sdfspersh dan '1imaM n* Vieux,,, do n anbreuases reuinicence a au, woa ch-val dearn jampis ne s apbis. sont devenus scepiaques et leur szep- i'.tat de prom:sse vague et se revi-
Iu1at nt ...misb.edo c Lc varmyns ard ipo toaec a car... ticisme a pour eff.:t d'catraver d'au lent dirisoires, logeurs et restaura-
lda Pierin apl pobna doUne Om sent damsl'air rAler d1*1sa1aics I.. buskaut axn sousx al ltissat danss Ia glaisA tres vcaCon,.. teurs, dans beaucoup de garmsons.
eeqtP'e1 d' at 1v~ls~e Y tqa part jW ai v$s him odi oranit po.rpris. LU Msnistre Je la Guerre est fort ont dtjA augmeal les prix et dans
qeeeqee ims qui nWest autra quo ce vera e! marri. Le Parlement vent delui don- des proportions dtpaismnt paufis
mfen :Mr'h do E nile Vortiren: Lvemrideee me s- La rle ._o nent des homes par le serv-iced l'accroimment
of, OeI: s'mjis ih i ." tfoaasO,2maiscommentlesiustruire? toaer ai les ei isj-46oa1=e1t"


L


I ~~.IImomw lo -w --qqlm- im


47


__






LX i SA N

St repandent ledecouragement parnt e lTi admission -de curtains de ses etre pourvu d'unj certific..t attstant revers des peoples, de tous ns m- product s et us. arables
cet qtui aspiratent a iepaulette ? membres, a Ct dissout et ramplac Iqu'on a ett vaccine et qu'on nest hours depuis 'indpndance. tetce. OCest oc IAge',*or des
Le contraire scrait bien fait poM. Ipar une commission compose: de atteintd'aucunernaladiecontauglae; Les gens qui pritendent tout sa- CQ.ver ei 4dla science at le
ooner. Messieurs Prtion Jn Baptiste. S. Bies 40 produire n certificate de mIdecin voir. Saus rieni approfondir pa fetu' nisme a cu partout ailleurs
Aim, Prosp et Jn Baptiste, Fran M6tayer et T. Prkdestin. Elle gerersa emplir les. feActions de Plenseigne- avancemnent : parce quiks nilet u nptis e 1otts l; la lslUe do
les interets de laco:nmune jusqu'auX met. jours Ics notions les plu Midentes opiniatre pour le plus grand
Slections de janvier prochain. A dtiaut du cernificat d' ludes pri-;des sciences et se retranclient der- tous,voire i me sdes charlatae
i Enlllevez matelas mairesdu i26e degr# le tvet el- Irire les rempatts de ieurs supersti- gl6s par le manque de conai
-- la rite Fbroa. entre les ruos ide mentaire de capacity pourra donner iIons. de leurs prcjugls ddemodes, tant soit peu elendues. -
RENSEIGNEt]ENTSr |raNilit t (1 I'.br vir. (ut u e a gur, _. aIn d ssdmenner, sa1s peuret s.iMn Lhoa.ne qui a invent lamnI
MErEOROLOGIQUES propi n0 o n Ares ti n .a Ilariao ges s aux plusAi cojdre, oA cldai qui a imzg
OSRVAT Ojta.s, jet a Ita l.iv..,t i .1 I lonbr. aignorants de nos concitoyens. c'estlei61r. o.ie aas fil ont certu,
OBSERVATOIRE C'est certainement an m atelas co. km'tID,j ):toe dernierl. am insa qu'ils devicnnentpopulair.-s. renu A service plus u,..l. Aef1
Do ta mind. ...' .. -=ie d darts I Eglisd 1paro,_alesp
gSLINAIRE COLLuGE Nots no1s1 fais.-' le dovoir diit do illot. It-e 1ak rage de Ma4e oi- L remd e effica: e centre ces pro- manit. que tous les exploit
S INALI viOerLui do droit it dm brraseor din sell Francillette Magloire avec Mon c6de pernicieux : c.est instruction grands coquerants ou les calcu
SAINT-MARAL halter qunts de droet i dtmrrsner t sieur Jea-M.ry Htouc.oion. publique r pandue dans tous les re- savant qeui a dacouvert les iaa
Mercredi 5 Novembre 1913 tiondo ia rite rot ce caus Le couple avait 6t, conduit A coins du pays,- n'en dtplaise A cer-! l pl.ante Mars. en attendants
t i71 plus ou anooa rave t d'inf ction. I asatel par Madame Vixsatar Pro- tain% 6goistes pusillanimes, o Ai Arapports avc ceus qu'on croit i-1
rra di 71, plus ou d ton. pte ct le G.n iel ltiCharles Zauior. ceux qui voudr.ate.it co.itinacr la pl- biter.
Mainaun 21,1 Le Pr.l.sseur Soaton. che en ea trouble; '.st de E isomme uon hoimme ne
prature maximum 319 Di.nanch*, sr, au theatre Parn- J eudi .' obre dernier lieurlever le niveau de leur exis* miux quun autre que si, dans.*
m Iisia.ia, le pr3es.- .lr Seatoi, qui enI1 .iparossiale de la Croix tence, leur procurer les avantnages des eudroit doan.il et plus utilel AIb
Itviecet d'arriv rdesucuatr villoadonu-'
oynne d rne vient d'arriver a crt. villedonne- ds o ts le marSa de do Mlle connaissances utiles. qui chang:nt!m.nite quun autre rp ir s rava
SMoyenne diunee 2.,8;I ra au g'ra..d. s.aeu' e de prestid- Vesta Casave avec MrlAonce Des- les situations, les miuvaises codidl per amli.orer Iexiste;uc h utrie
i*a s-midi. R atoe et nuageux iton ietr Std ,Ot n ralement ravines Uafond. lions facilitant la domination abjecte dans l'endroit.11 est i'"ubiab po
s-m:nitre constant. COlnU li ,'.% i driitl pour oi I llA- aS otn condu:t A ides politicians i courses vues. nous h.atiens, qaee-lui qui r6us,
1.. "S"Ie tcad'ses.a, sa ^scie, aI vigeuer ,^ t I'autel par Man- Drossaint IJlavoi et Dans toutc d6mocratie. 1 ins;ruc-: a fai obtenir un plus gandre
aI. SC11ERlR rdee g n l Justi, M, entas o s-ce1 tio -publique. largement repartte est m.it. des cafiers sur.nos.t rain
La premlbre avenue da, Blosse Colon,. Co t-tica, Janaitque ou il e 1. at Major odi .1 it,'. la base essenutielle des progrs.C'est caeaseignrant A nos cultivateursiAmes
Depuis plus de six mois que des travail il a Iaissd le a e)venir d'ui .p ar l'6duzation et i'instruction que les planter et a bien soigner leut'
canauxx ont 6t1: creuss stir le board "naltre. Nous avons recu avec plaisir le hommee peut sortir de l'etat abrutis r~coltes de cafe, afilt de nous tir:
galucle de la voi qui conduit t Ifi- A la 6ance de diinancie, il ,. fire part du inarsago do Mile Alice sant de bete de sonmne muette poar du piteux etat O;)oomuaqje, on"a
zoton, on a n1gligi de remblayer proipse. p ,i, Is ti-)urt quse com St-Arro:naid avec Mr Benoit Alexis devenir un citoyen utile A la p trie. vegetons nous autres dans les vik
cos tranchees it Ientrte du Poste de Iprterna at11o ra'a"il'. d-enterrer La .itddictiioi nuiptialo serad bin- Mais il faut instruire par les me- sera. no.re plus graald biufAttuer,
J a sGiseau.r. )E 1otte que les eaux vivant uln tjerert hul.na qui rosterr n I'i.catrb-asant cuple i e lS thodes rationnelles. alio de se prkmu apres "les hIre s d 804 .,,
fles pluies o :A romphl ces tro.s et. trolisjou i aou terre Saadtrilr %cepnbre iroclhaiin a 7 Ieures du ,la- r t odre utisucelles qu e Ll Ps r ceui
uayant aicuiu coulenmeit. o:nt lili ,it lu1m lli atalmil danger dtle ilnirt.t, ien I'Eglise e-Aie nir contre toutes cells qui ne peu La' itattic Pasteur, ct celui quiD
vent donner qu'un Ikger vernis d un a pUtaaire crohr. plui d." bca--.chi-
puant. former de vuritablte f(sC s Cp- ea'ellst lda tdo1inutiedo Cerele Bellevue etasde ch1se plut6t propres au bt- d'herbes Je GJne o elu il n'y en arai-
pumts, Ls caux o.ro1-ant des pro- 1.\. ,eteur se d la comn nle de d' o s n ?n as
pridt6es particuli.res avoisinaltes ..ssjs .Me Alfred Clatelai. viont I.A commit die Cercle I ellevaiut a le gout, sans enseigner dune manire "'guEre que deux" availt I applicjtio-
'y sont jets a l tr tour,le p.s ties de .ollic.ler hleur"t saulr.ages aux pro- Plai'ir d ann" ." -r iMeis.e Ir le. satisfaisante les choses n6cessaires de sa meth e i)et ssurtment.to
chevaux agrandit sans cesetI ces ca- cllaisles aleliosut dt. Jaiivier. l,',nrt, dii .Co:el. Cute I.a e***anio&n pour jouer un r6le utile dansotre n les deux. des bieifaiteurs des ho k.
naux; on \ a verse. des bablyu1i1 I', llnuaveatiea cieldl it Ia d epu- .'~Nsu *'114 aai li ai saUt di 1." No existence social. "oute edacatioi ms et des 1btes.
de cuisine et toutes sorts de dte- tatioei dirige.i It joarnial a L'Artibo- v nrubre cour.ait d ins le salons du soans la direction vers ce but essentiel I Tout est par cons'quent relatif e
trilus, comlnlIH so cV'tait la s'il- ,aiLe .-t es actahell.',,n ,t professeltr (:er ci ne terait qu'alimenter notre vanity c; bats morade. La m-.ure evolujb% S
pleumenut de' caUntaux delgoats. |-e rliakLoitac a it. ittional dees ptidentu. R)sIEl Si generis a qui degnererait en de routes choses depend d'un talo.
Aujourd'iui. un au verte foum- Gonaes. i. .plus graves inconvtnients don't -- lfegtl ou par convention special.
.uiilante do vrtiatim,.s dlatrese da,,' L v Divor.** At Park Njuvelle LeA main. sympt6me le plus apparent sera ti 'Hastoire nout eas .ge as,
ger pour tout Iv lartieir dle Iloss. Its atti.-tiqlu .s de. Iaiuade 1911i qui Apres les fundrailles d'un grand sans doute une forme special d-i que la valour ,telle d ua h nme.,-
I.e over du an l conceintre toute sa vie-ienet d-Atre e dit.l's iioes rensei- person nage : veuglement. s.I force ou sa I'.iblesse.- djaend
beaut*- mIrlbid(l aartictli;irenIast d gliellt coam.na.ialt o.s divorce & P'aris. II n'y a p.ts A dire; le dIf.*nt Tout recemment, j'exp3.ais da n;d'un term de comparaison sa
%ant chez I. eW'airal Cdlestiii et re 2.181 divorc,.s olat *i*tl probnonices etait t.n home tres large. les coloaines du ".\Main- l.a mkthode apri que nos avo.is admnis l
inonte juS le, detvant les miai.somns peilid siet I a.alnd : 1: .1poux avatienl Oh oui. surtout des kpaules. pratiquce par des institutears aindri- vraies qualiles de ses semblables. de
qlui saliveiit cells di .(;ne'ral Clhalr- ,a ,isa4 dte 621,t a-. fI,1 de 62o a ii) an-r. caiii aux miles Philipines. lis y out ceux qui ont jo.a u: role avant lai
M4us Charles. l'a1onr comimbl dtie il'- 41I dio ".11 i :3t as-, de ps OJ e pus introluit l'enseig ement pratiqu6 eu sur la scene du Mn le. T rut jis ik
heur, des ltuyaux (i'..se's un pe|ii atll. general; et par des le,)ns de choses m iterialiste evajue pojiti.em :nt "
pl-iha.lt Itis la ar'eiieore as,.* am s H2|ous 33 avaiet t a ns do Dr A Lescoflair ar les matirers agricola et indu mourant selo le rsulat eff.
ine grande parti,, de ce <, lartlerv ii it 1i ans, 6 pleas de *;. trielles apprennent aux phillippan s A que pourra donaer sa l :ad vr.- ii
mune vaste mare ..estila,,tielle 1 i poux et 70 p):,:i. e.. :aientl M.W leclne iet Chirargie tirer le meilleur profit d:i rcs.o ar.ces ..sra peut etre un bt.n sujet d'tewie
Nous appilons la dt.'sass 'atten- vt'ufas antnieoreein.nt it leur in aria- Maladi 's des infants de leur p aya. Cette miLh.d: a obte- t dissequer pir les p'yio!ogsin s;
tion de la Communa1ne Ip ur qt'il v ge; :t) 4poux et :0) i'l)ases divor- Maladies des femmess; nu un succis m.-rveilleux dais les s'il est aff:cte;d'une in laJie otbse~e,
soit porter remnde. :aioeit pour la second fois. Cmnsulitations : :1 it 5heures p. m. villes et les campagnts. AguinalJo: son corp s.rvira A eclairer ear-
Ciz Mr Normil C laries Duat sles divorcsa proonceso une l, a rou (M is, Dr arno.) lui-mme, 1'ancien chsns ch de atsans as t probblqm:nt gurir
soi s Mr l t|poux avail 25 auns d leFrou (Misn Dr Bro.) philippins, est aujourdhui un grand vvavnts.
i.undi dhans la nuit un canibrio- i plus qe sa conjoite. 1:1 fois plus __agraicuteur et un industrial en avi.- Notre A: tr.ds nrati;u. xg I
Icur p ,s;.tra dtams la nmaim oe de I'ar- de 2 ais; i2 fois I'lpouse avait p'ui -A dence. ncne ar ps un temr prr- centi rs asootiquatexgia dl
liste Normil Chliarles e't venva sa |. de2 1 ans que s4) ia n tri, f )Ois i. uc ceuxcontInuer la carere moordinatson et a coop ration a d
batteUie (I 116i- lnit. I'argetIiotel et de 18 as. Car e rtizaudiencatamoe1ments com ant la co
tout le liWge le table. Ls case po:.r leos.ielesa lesel d audience poliuque o de matamo munautt, de grE ou de force, selms
Avant hIier martin la police dans la divorces out nt (ir-.iao:ie6a ont le. Noa1 e:hmbirquin.t p Vmnr I'emranger ros delof ri guerrillas. lo farisdi-
personnie du <;tenral C:le itlil st alvantes: coalamiU:.timlaeI:l I : adiiul A la li'n di anois, le clients de iotre ladis. oni tait tier de vjn'er ses rectem:nt la prospirit6 soialeo c
rendue .sur le* lieux i et a fait les .i,'.1" de Iho IinII.: 1" : adallire de InIisnll qi oi t d.des ling's on sour processes p r les armes ; p.irce qu'a cartant es obiticies que 1'Antigmis
constatations n-easaarest,. f.nOllne : ;40 ; xt'x.,-. s.-vices :1 O; ; rI.noe sn4 avi-as. qu'i'ils doive,,t les lors I'ha hmmn arm; da sabre avait me individual peut cause r la swa s
uCe cairitnioil .'- a et' eier'tM e aIi, i ajires aiaves : 1.:1(7: causes diver- rclclanera duis mian d.4laidl 5.* jours souvent une inine bravache ; il re blile dc gouvernements. Dans tes
al sv11 de I-'at -efio (deI fr- N)ol1il egs : 27.n pass.) leei a'e ile sera d,.i1e aliCulne gardait d'un air J- pile et d: m-pris as bie oanis, haun est .
Charles iit ,lest arrive de St-.Maren .0.h livrorce et i,;it pr)ioncts suite i ,leur slen airde, la ilai.son son cnmp.atriote arm4 de la m an e'inP.ys IenorgAnss, chacun est .
u"erl- entire spa)x i'avyait pas d-t'ienf ts. iiu id lt sesr alfaires. on Ia quis oyA.I ement d'agir n bon cio .
Sentrechette de cuivaeur, ou arpenteur yen: de rem .lir tout s devoss
: en at7 n enfantis Sptrainant sa cd tine sur le terrain A routes s-s oiea aiio as. a In see
Nou.s ate s -.e I. isir .le, voir, 2 e nfantss. 78, ern ant, .s;6, .plai de 5 msurer. Ce temps jadis a heureuse, tes les conditions de iEtat so.ent .tb
a:mear io maIcu e enfants; ,n14 465 cas, le tribunal Si pL mg i l ment disparu un peu paitout. 11 i etait vorabes A ensemblele d, s cioye
lfre de ,. l.ssali..ies qui etait .expos a*,*vait aueunn r useigseaaeul sur nali mme d ang:reux crh:z.nous, pour L.s actions individualles sent p.
dlaies le salon des ats ties fram-ais postdii 6 d'. conjoints. d'a 1 vieux lt tour v e e au ia ach dIttlt cnsequ-Ient subordonn6es a.x esl-
**ol Grand Pualais de clams Fll E. p.'arco irat I.es plrofeIsions yer d expliquer au beavach- I unlite gences social :s. pr":ep e pe.
>**s t .n 1912. -i xeres" pair I.-s divi.rces, on re- de la boussole ou de lui dEmoitrer le velt p.raitre illusoires ou mame
le ',ulblic ailtateurr Pwut aller voir ntarque. ut a. i le at italisi 5f heon- L'homme a toujours etE un pen- fameux theoreme du "pone casino piques ici; cependao- on a2di..
'e ,hef-d'.'eavre q. i est I expression t.nes de loi.,; i sad,-tlecii et pharmna- seur, un reveur ou un utopiste.aussi rum'-, pendant qu'un home cornm tenaass de bonds rEsultats
le Ilart vertahble et q,,i daille as., ciens, anti. es, I employees da I- bien qu'un lutteur.PenJant une Ion me lui" armE du sabre, se vantait de dJautres t e da rd. di
Paris, faiut l'objet ie la plus trade ninistratioti et ,rflii.rs, .lt9 cof-c gue carrihre, il est souvent oblige de ses processes. d porp ,s,-n- cet o. d
ademiratiou. a r'an ~at .e17; 0:rivn..r4. DieI 4as m.diler sur toutes sorts d sujets Aujourd'hui le ride.au e. t lev des pour dc rrt ontr effocacii S
Awfiemi, 27 lr<(,1siSt lbJrshai I ,, i. -. lA cooperation des forces iA
Tri.Unal dle Comnmnerer .7" co..-r.. .d..lo ans sa lutte pour !e Isten:e,- s'i uneautre sc6neet la bonne moye-ne d'une nation.
Ade. ce dua ,ovemr. 91:. o. ovr.r.., est geeralemi.nt vral au l ny arisen des homms est plutt fir- des co" J. R. CHENET.
r. .. .. I. I TtumTliainoeS el ;.j.;t nt q:ie :38' de nouveau sus le seil a naissnces acquases patr l'etude des -
l... _ibunal .. .. "o ..P.. "islances on dav..ie.* is t p eu Nus consacrons dans I'Hstoire questions paisables et plus utiles au i ( A suirs)
do jug i "ssans. aant pour ".es de-d suite, u e a..aIt.l.aiu:,a tat in A notre convenance et incomplete progres de Ihumant,. 11 est evi- _
nurs u 's lges A.. ioy C 'es- .te....ue ment, les fits et gstesde not sem- dent que chaque poea ses besoins
tnuln! sst prono l,...auce ls j- rtarri i .. blables et de not devanciers; iis itl sa conception. Le l Magiltrail Coaitaal
Celui qe ui condai ne Mlu Vve utt reconnitre, en relisant notre Un individu qui croirat mainte- D) PORT-AU-PRINCK
Fanustin IlIullv ia ,myer i Houx et Co .. .I uStrAto P'MIq histoire, qu'nc.tes par notre propre uant quit vaut mieux qu'un autre i Attendu que I'adjudicataire d
la sominme de .L.. gourdes avec inte- (.onformement aux dispositions vanitl,imbus de pr6)ug.s et d erreurs A cauw de sa fortune ou parce qu'il i Marches Publhcsn'a pas satisfait
s*5 {sgaux et un an d'enmprisonne de la loi du 26 Aout 191). le DUpar-: innombrables, -au point de nous comprend mieux que son voisin les conditions stipulees au Cahier 4d
mea en cas de non pbienent;: tement de I'lnstruction publique proj figurer que l'univer, a 6e6 cr4e6 uni- manifestations plus ou moins inge-. Charges.
Celul qu coidamne Josephl Na- cedera au moisdeD cembre prochain quement a notre profit.-nous som niieCuse constituant la marque vraie Q'ril ya d.:c lieu d. procJkr'A
dil & paver A Chsn arl R eir. a A louaverture, en ceue ville sous la ses enclins au mirag: et trouvons' dune civilisationr avancee, eu tout1 une nouvelle crime de la ferm-u de
^somme ne 115 uuries el 1Oii dol- direction dune institutrice dipl6mie que tout est propre A not lubies; implement consider comrnmeun tre MarchEs Publics de cete ville.
sr. dc ma ase d elinpnisonntemeni d.e Ecole N.ua1e prim;mire d nous bAtissons en lair, ef pleins de dEpourl.. de jigee-nt et n- po-vant Ainonce au Pub:ic que l- ooJh
-C- es .. .dS.. IeG .....t fusIles. snotre faconde nous croyo~us que aprcer I s trussm:s: 4qI na lar "a juJi-aioa de cette term slo
...le J aom a paye- r a" C. Ac. Ain. qu'il edt dil en Iranide 4 de. *c" arrive". La dasillujo .n se pro. gent 'insra.tio.a ne p-.uve at una-. .aiditel C m nun1 Ie lu',di q .-
etisro .1 Co ia some de :13o gour. ete loi. lie rigm-a de I'Eole eat i'i duisant aprs ela, n'empI.he pas de quemnent fair preuve de cara-,Er- co ntera dix N avembre cojr
,me avee zae~tion wprovisoire sons hrnat. Excisptuonnelleeant ds es ster prsevrer d lue i* ftuestes m-mho- chn. i'hum e, que la civilisautioa trois h-ures d: I'aor .-mlJi. Moor


caution SI .qlta wstenupnimarnewaistles poatrroit y Otre adsissa.' I des:- de totier le present sau prejina utt'e pta le ame uurquat-c die setrfJ- ..a; con-i.io-1-I -r'- -.4a4-liC'
onG. 0a'sdmomP-Abem011t; US bourn.. mutant qame pieuibko, Idice de i'avenir. die ridiztliser toot: ccii plen6t wute csprcjon isatiuse Ca irpsqu. cit-44-j!t
Cohil qu condaune Pierre Rout! seron: rtpa nies entire Ic- cisaq Wpar cc qii a Eti faith aant 804MOUSat do; qu~exterme. d --lPAI quair"~ot COw
a payw A &omeshPimerreAlesias Ia'leme.nt .a R.~patbliqueet 4dwsm esnoumrr l'insitiaabte vmnilE die fnots ad.' LEnaeatcl atsrosjaa u ltiers~ e
sesame do 901b go~wdgesavw. cintti -excliativeament au coiocours. maraicurs co-Itaiemorm"aui .lieu ale tdrnub. par cs qau-00 soconwav nudo ter.
7J1Zleilaut, cieitom ~ ~ 11 cat rappel.) sos int~rews mhs .dis I[cur recoinu' nuder llm~algmnce. Phu dtfitair inne "pens~e p Solsve ; ccPars'.a-puiftc-?, I* ~
an ~~~~~~poeniouts reuaimS pour Se prise.Wr .ii pSpir at IS ff II* Cooor~e. qui sigii m au.i m:d
NeeveatCU p Iwn' oosend a cc concours. Art. j-Paur pre= Nwis oubl.-onS trOp- SOtVent stlmiaUM e vaetid~s ale irs cotsaar0is
ftr arrtE dotPr~sdent de la 14. part A cc co acours, of faut,:to aveir enegse eieierante is- yen ian butt 4 -Wg u~eud
opubliE dam leillMOuhr.qem11111 am14am Amis FMs 49i 411s0eam .ra4l ., @sotae to-nbs d6comtvsraessa Ofmpadm
lore 0 l *1CONSSWi aib& IS p ; go aftNNW41matmIadii d ujsitoi Uid la toftauesdes6s oftm~
~~.Imft =10016 itm m n Miss a M m4 lat .m es4esdes mTuvL it ido, a& dinm I10-