<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01901
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 21, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01901

Full Text

~g~a~A moo TN'1980

Cl6inent MIAGLOJIRE
DIIIECI'EUR
ADONNEMENTS.
poRT-AU-PRINCE


r(. Mois. . G.
Tivis Mois... .
D 8PARTEMENTS:
Uln Maii : : G.


c


Tivis .ois . .
E'rRA NG.ER:


PDAT-AU-PR1NCE 3*1d)


2.00
5.00


2.20
6.00


Trois M)is . Q. 8.00
LENUMERO I1 CENTIMES


J


QUOTIDIEN


mdinu 21 ada e 1912


Ilit. ['A C~IOIN- ADM IN I STA NATION
8, 11tie Ani'iaacaie, S,
Les anulinces sont reCues:
A PC IT-AVJ-Pwc 1:aBUZ bureaul du JummatI
A PARIS: clica L ?ta% cuice & CIO 9, ue Trecah-e
A LoHmDbs :Icz I. .c.c&C.i,2~
I kli. ve
A BARINa) CbCZ th.(i; t-1.OW q V 5 1 1" so f
StrFA 4-s 9
A'Nsv6-Womz: Uni'rsal I ubliiq Cc" n ptr) 0W9
14t'Sfc
Les mltuscrit., ;n';' ou non ne sont pas rendiast

AI'onaenemnls d insertion palvabla traJaxmet


Ri PUBLiQUE DOMINICA IN part dts difil:nlt^s qui'elle aura A 14 pdens jnu iq'atux lointaines oasik
fire servir totite a son profit. Et qile fructilL* I, course iintn'-1e di,
--oo -- I'Angleterre, I'Allemnagne et I'Kspa Dram. II faudrait done que opinion
gne W'ont pas encore dit lentr der- franiati m me raw'ieAt & cette penste
Sd la Rnier mot t ce sujet. Elle atirait done cauUne f-is entries a Marakecl,. le%
Elpilnogue de Il livhuiion. grand tort d'onblier que c est en rrancais ne devraient plus en sortir.
-- Europe qu i so ggnenit onil se per- Cetie pf).4ition cqtiisete. Il rgimarn
dent les colonies, et le M4roc pour- die Ta".llt'r tondr. itA lquaii.l min son
rait bien devenir tan piondte dis~'ordl.' ombr s Ar I'occupati ) frana: ise.'
Ui c ible du Dbpartement dei, nauraitello pis triomplbc de de plus sur Ilciqiuier ear.pu. Icar I'A.,ilterre. p,)r dornir train-
ffjires 6trangeres de Santo-Do- I eh6rois-newi je lui oposaitL lei re- Si, en 191t, lors de la signiatauret'iuille aL Gibraltair. n'a ppas voilhi
ging0a, iii nous est parvenu hier volutionaaailre' si la MorlonT Trust do I'accord franco-aingl i. iila il'raice, qu'eie atultreo plmasalc leput Illil
g que nous publions plus loin, & Co. avail mIs Ia sia disposition les pouvait ireroi la parties ;*o:.I-;:' ol int des clefs de la M.1,daterra na.
inonlce la conclusion ddfinilive fon Is qu'il r'clam aail? 11 avait ele I66 IIk, anii0 t .,1l-d, ddlo)elit'etaiat d; iP ar ;" leonip a wcher, 4.1e a ,i I.
Guillaltll'n II l Tan *rl', l ione rkI'lait r gilne internallinal, sotil. ; arl.l,
Sla paix. Ls ge6inraux Vas- victorieuil su.r )ilen ties cl:lulps lie la voir .l-rd.i,. .'rs AlI.sras d1 do~i:e ieprisentats I.tramgIrs.
quez eCt iespedts out signlt, les le balaill.-, il avait ltell, prison- la palti, 'it tit 11i t rda.i ni ai. n e. lPourvi qu'g I onbre d'instittion;,
yail accept lelles qu'elles lurent Iare sous s:n sabre, litle nation nias ct acted' dill n)ii ia.t' ',itait qualili.es d'auiaonomes, elle noe 1e
irretdes p:r leurs com inissairese itili-.e loiti ii ;a n eanlier, sourd e '" le 'iji tIIrj e ,.n*tl It la i. -1 q i,)I translorlnI p.Is on <.mlnqu'.- lan-
llrManor. oEll-ITAt, I ae dl I- rI glis.' et e it-af o I .(it,
Cl:Itax. les conditions presen- a lopproble ,I 'aon lui jeo;l. ii at,. u a l :,rie I s la tn I; d ,' i ar .r lials
ties i :r le Gouvernement provi- ne desceunlit du pouvoir, qu'il bien qf'. ait ire fail en v.e d. I'o souli ,t M.tn,-tlli. o'l ,lnts av'r,:s I4 1
e10ie. l)j on avail communique avail pris par I'audace et oil 'II soudre le lilit qui In.ittait au\x pri- ia politi.l', nu1r4'aait lia ckirl'4- i
lartouverlure au conmerce6tran- s'dlail niiimaile.iu par son cneergie, ses, depiias II, dIeuux graundes pius- fa.ire 11a lif.' d>e la piisslltiI r des ports de Samana et de que quanl, lie pouvaatl plus les sances e :roean eLs, ct si i pI-opos niq(jtl!
Enclie que bloqu;ait El Inle- payer, ses soldlals d&serterent. iSe Martioe. lu s ntiollns t Ils glli'rI'ps Il'o; ivre' ll git'ira.l I. lnt. itih i- 11
diut u u7i le, nations oIt Inis sur ll*s pid-a-x d "one |>s 'o1s la,'ail. 11 us iII ; i
penltncia *ddsle debut des envke la'oncle S un I avait ac,:ule. Ce de Ia balance or' so peselnt leurs imontr. onis telll. pr.cision 'aa s stl
meils. C(et acle official faisait pre- ne furant pas les revollutlionnai- alliances, ,l.-rs armnles, lelrii oiwrani- con-ceptim.s Inilitaires ,et a.Iliiii.s,.
voir la fill de la revolution, car res qui Irioltaphibrent. Ils lurent station interi.oure et leur -nerga,'e Ino- tratives *uI.' I.i Francle iient lin als-
ces (Jmjx villes etaient, avec luer- adanirables, on sympalhisa avec I*alte, I st <1a' ces clos,.s If'aent gurer do I aveimir...
t-Pl:tla, les settles A prendre une eux, mais sanis I'lluervenlion du point clrB lam ,stiont inr.oc.mi'le, it
neu, restI' lHas Im )1ins p'IIr I.' InfOl'-
part active au soulhvemenl. Departeinantl d'Elat de VWashling- anelnt t:a ii- a a ineii essantiels qui
Ainsi done la ll6publique 1)3- olon qui sail, qui sail A quelled de- entretieiudra I'miLagonisnie franco- Poudre Dentifrice
minicaine, apris deux inois de failed ils auraientl ele. El qui peut allemiand ct la ivalit .'onoit.aiqo ~ AnIistl.in.
hitll alngoissanle, entire Bordas- dire auj )urd'ltio ce u aurall tte "tIn itai de .o I Alleitn a iea et do e AI lisihl
VahlJ.z et ses anciens cordli-ion pour Jose lordas- aldez l'acte- nlo l' .,
Lit Fara wc 1 I )j)ur- 1,.E:T-:* II ,aua.: u R l.w.\ .
naires, rei)rend, alfaiblie peui- *le Jesus MaLAra doe espedes. Le dhli jt protec'ort't iii.rocail,. inais )ihl,j,n,1 d,( *Ithiladllpihi
itre, inais pleine de vie loujours, Gouverne.innt provisoire dio il Iai a coi'nt; clo'r : ab matii dI. sos 1D.',al ctill./'e a
s marclie, si brutalement et s, in:ainlenUant, comnme les mrvolu- droits en EIylte, sacritices terri- L.e I),te,,ur H. R. Ewali ir.,. ;.
solnl tinenent arrelte deux fois lionnaires d alois, n'a pas Iriom- trriuxm -an Congo, et doinaiane r cl ,.|,.k.-Il ,.et am,, .lulic s.i ',,1 1i4u:
en uime seule ann6e, lente vers le phie. (,n lui a dlit de signer la tr- s erv 'cat 'si tiralasc I ipi rti ia ',rlt le,:: iai ps ~ t, ua t
mieuxl lre. ve. 11 a comprisque 1ordre clan l t 1erventioi: alle;naiun,,lck a.it:i-t iqu. m dela d ue Sr It I'h11t:
Au moment cependant o~ ioul impt&eux, que I' iure etait gra- I',tat gi.n.tra, dtit. IKunrope olt'
sa ...cIv veet i l a shalss6 la iole, bles,6 modilin les c.ose-s ipour elle, et la Prixti u Tnacon D)eax ouid s.
hcilenlt le lepos et le gagne, of;dils son 0 'gtial, Iains resign., Blaisout si, Ic ,,lae rave. car ll s- cr-- H
melferlsams, propse stuatioi r.este grave AIinBnt.,'ielir et
s esprils enflaimm6s, prompts :est ie aux colliis di Maroc, et il lui est
aux revenrdicalions sarglantes. se e1 Uin an. Ie ltoisi6ine le donije- dificile de concili.'r les stipulations Lefftrea u I- Tf
d6tendent et s'apaisent, omules am- ra t-on? Qu'on prenne garden les passes ave le notavel et t de
billions des parties, foueltues par! dbmocrales veillent el I no ment C s as.
celles des horacista, oujoours ds- -l'est plus aux rbvolulions pour Le trait, av.c I'l:spagne prove
celles horacista toujours d s- l estis lEtals de I'Amdrique. Ia que la Franc a 'compris la n*cessi- 20 Otobrc 191 .
poses A la guerre el la suscalant, Pea' 1 :6e Aeque a quen.ll avaiLt die nie ps aniiltiplier
saffaissent sur elles-mva nes aprds fapublique Dominicaine en a ~anonbre( di s-esmeat ne n.et do se on cher Directeur.
la menace et deviant la. debacle, fai I'expdrieace accablanle, deux rf ire le p us d aaiis p )ssible. Mais
lasses mlais n1o0 coallenles, 'y ;a o'Ibis. 4 i peul ie pas s'apiloyer trait nesera valaui e tIa. si I les 'ai u. le itin d sam
t-il pas une conclusion a ltirer des smar elle mais qu' lon se souveul deneT en coat,:ls ;t ordl, car s i on drn:er,I intrcssantc lettre dec .Ir.
neimens qui viennelnt de se le la lee n'. L1 pttliue n ouvel-tait au itr e n at; cctaic.s do. cs Ad. Cirrenard. date de iect .
d6rouler dans lune parties du Ci- le devatl laqu .ell elle s'est cour- clauses p oatraiilt devtair d-,s nids courant. ct suis particuliaremcnt saen
bao e don aucune staistisue, li n'a pas t. dilctle pour elle A procts. cs*et nme v'.rii',l don't sib'c aux complimcnts qu'il a bico
elle erait horrible, celle-,1, ne seuuleineun, ce e soul pas des les lant,)amnes d-tat des deux pays voulu m'adresser. au sujet dc mon
dira le seombre des victimnes e les nmesures de circonslance. pour devraient so psBe.atrer p it la raison, article du 20 Scpteinbrc sur laa l)-s
ra le nombre des vic es e les sauvegae des i rs Elle que les do:x n ttlions a\varnt ai'cept6 traction des .Moustiqucls.
pertes materielles ? I l .J r on tate ea otfte dmans Inc inor dil M.is. com.rc leviex diabic du
Deux fois, en un an, par la .e xaqea, ell. le Nicaragua un al te "t. db-s. ol; lnv drabl e ciente par- n
I*lne voie et grice a Ii mi6lntl. aussi et lant pis pour les peuples fate o lise.1 u:i. guerre asoanoise mucho.porque es nveo .. je co.nas,
Wibdialion, la l'publique Domi- n'on s de minoire & coups d-'6piig l qui nm. analue- par une assLz tongue experience,i in
hicaine a raison d'une revolution. luli n p e rait p.s d.C piotilire,. ls cotllits es souciance de mes chers concitocns.,
L'nergi d'Afredo Victoria E LOV. p us graves danas iavi. ir. en presence des plus grand da:igrs.
Touitclois le r'le de L'la Framnce ne CCest pourquoi je price Mr. Carrelard
s'arrnte pals li; elhle I, d Ait ia oil- dktre bien pLrsuadd que je p.artlge
blier q ie si Fre/. est le centre arabe, ses craintes et sa vive emnotion rcl
POILITIQUEI ETRANG RE dait d'ellhe <1.' I. plOint avoir d1 po- Marakeci ecst capital b rge,'.r d1 tivernent *aux malhcurs qui s'abat
LIitilnae ltatoirn it,,',il.. p.ir la rl aison que l'emlpire diu lM uoc e.t 1 pas n1111 tent pcriodiquement sur certain,, de
--I' slamin,lhin.Ip ,I:, a 'lar.iantr'e divers sultan a It S'es colsid.l'ai coiu~ln Ie nos. grands centres,.
goIuv.ml'auwineit.-, n.-e constitit pas analtre dll pays taut qutil n'avait le dsire surtojt le soulager de
Siiiians Iesun s,.Ile'a nation, ,i ) at I(n I- point lcnpm. Ms.rak rel cop. ses \crupules, et je lui accord avec
m rninate teni) I.4'|e citot'tn le tout de I'i:npr-tancw dpu M annOC amsnaani o( il s tat.iVe, el lnitiv (de cltt i ville de jtr es lnC voulant pas souscrire eerm-*
bIndlicie do' la sorte d'unne solidari- veux sIar inte carte. Place au cot- ploi des arrosoirs A kerosine pour
W-- t don't i'&,liuiva'ent ne so trouve fluent do la plias grande parties des purger nos rigoles et les coins de
dans aucmi iialtion chrotienne.Null.' rivibres ,qui descm-ndentt dol ihaut- nos villes des legions de moustiques
Si la iqnesion econoinmuie est le part ailleurs cote solidait4 "West Atlas, il in s'agira t principal facteur de la nise 'n va- plnss troite ln'entre IAlgirie et le cher qielqu'es cannauiix pour lui avant.gcu..
leur du Maroc, la question politique Maroc, car religion. n.eiirs et orga- rendre son aninm'ne I p|t.rosnlte.;l-le J rlve p.ar consquent le nmal-
et administrative en est la base es- anisation fanailiale, tout y eat coin- domine di cotle r ue vaste entenJu : je n'.i pas south ti'e de
sentielle: inais pour que la preniVre mnun. Or, en ces mnatures, les nm plane, d aordI aride, in.us (qli le voir canter Issai de c- moven d'as-
uisse so developper normnalement. sulanas ont des Bhabitudes desprit tarde pas i nammntrer des terr.s not sainisseeent cdans n s granJs cc-
Ifaut ale lia second ait trouv6 ses que les eurol15ons ne peuvent con auslls l ec l D- tres, i sua out s.an s 1granas o, -
Uiises d ,linitives. prendre, pace qn'ils. Its proeinent kala. De plus, ilel co ngnamdt totas trees, ct surttout saill tLs pricautiouaI
Matlteureseanent, de 1830 & 80-8, dans le Coran.ot i nWest pointt parl leas passages iiai du Ilaut-Atlas. ou urCentIs. |.*i tout sinmplemcnt exp.)-
il situation de la France aS Maro0 de patrie,etquil renferme pour eux, par le littoral, conduisent dans la s6 les mr)vens e.nployes.par les A.nc-
* 4t une longue suite d'hlsitations toute la loi,. considerant tout le res'e valise du ous, contrle riante et ricains dans la zone du Canal de Pa
tde tergiversations; sans se d,:sin- comnae un acadaent dans la 'ea. bin arroase. n.amar, ,'/ .:n' Uftaser compl)temniCt du M.aglreb D t-lie s a>rnt qla toute agitatioat C',st anu-si iI.' M.arakich quo I on a de Paian.a. avec un succs corn
4trame, elle n'v avait cepemndant a' Maroe a sa re't)rcussio:t on Al- pent le pilas il,'iin.'at g~.nr ,ar plear t pour es apurger des mousti
lin faith poutr y exercer une inflnen- grie. De li .est venu ptmr la France la inaataga.i,, It granl.. o.i-is *Ilu Ta- Te.
Spoliti, ue prtponderaaate, et sur I intmrdt tout social de veil.r a la |illt, qui col|ll |leO't s BtU cil t ialle Il .lnt trouv- ces deux villes
frontiere algerienne, sa situation tranquillhtu de le.npire chdrilieni. haiat.tat t l i pIau sit at;efos ds at r malpropree dlar
i-ti ..it, apia~., ina ia.,ae qia'ma 1i81.1 Mais Si Ilou se rend coaiapte de la poiw Ba inttn',msle s, slau'ieaan>it; dans un suat de maiproprci alair
Purtat Ii F.a ,ae u'e pouvalt n-essia quit il v ava;t ponr la Fran- le noan u..e Siljil.n.issa: ,o'nene cemant. II fallait done les assainir aus
fthpper i'obligatina do a occuper ce d'avoir une politique marocaine,. ont encore les caravans di M.ara- si A tout prix. Is ot use evidnem
45laroc, pas plus qu'il ne d6pen- on net pas roinms frappl d'autre kech qui portent les produits euro-, mcnt de routes les precautions indis


4

pensables centre les dangers d'incen
lie ; et n'ont pas assurdment proce
d a.au petit bonheurs, comme ce se
rait probe blement le cas, si on prati
quait le procedd amuricain dans nos
villes par des agents incom46tentl_.
J'ai ajout, que la mithode ratii '-'-
nelle des Amcricains Jans I'lsthme
de Panama est .aujourd'hui trks usi-
tke a li lamaii ue et dans les autres
Jlimat. semblables au n6ires. On
n'emploic cdrtes pas les arrosoirs A
Krosine p.ur dbarrasser les rAg.fI, s
/,i' 'ill'i de m iringouins,. parce que
ce n'cst pas ne:essaire : puisque ''au
,''eta f a slat.natel dins ces rigole,.
La Kcroisine cst surtout largement
.nmployve dins les n, Irils is iret. .a
I,,'/V ull." ,l e'irolS die's villes ou 'itau
t',i ,1'l. : parce que les m3usti
lun.,;s :;/* a,,'t le, urs, oeiut's qu'.'i i
surli t ds ct U kt e l silllli .
Apr.s 'Ir.)lion des jeunes mni.)s
tiqucs. cntr.ains par les courants de
l. brisa., ils envahilssent les cenirts.,
habbil's p)ur intl ger Icurs nmailsi .
piqutres au\ pauvres triess hunii ii-
IcsPrrc qu'.ap::s ces expliu.itioias
upplcnei ltair,:s. Mr. CaIrrii.ird Vou-L
dri be i n '.ccorder Line indul.'e-icC
plni ic cet p.rt.gcr :n.ia mo leste re
co0ini1 aii.a'-on aux aultoriites d&i
p ivs don't Ic devoir cst dc nous pri-
Ig-r de tons les dangers : et inm ne
dc c.lui des ic a.iiiloUiils.
A.\,Icr, aies incilleures salt L
lions.
J. R. CIIENiT.


C tUSERIE PIAU.ilSIEN.S;


NE)Inf e Gl (t,(;Uo*


l'out derniarcnecnt un allemand.
porter dun grand nom.se prscentait
au bureau de recrutement dune ville
franc uise de fronutare otL se font les
eng.agemnents pour la Legion 'trau-
g're. II d.clina ce grand noin I'ot-
liiier, lequcl niy prat pas gtra- -'t
passa .tius autres formn.litcs prc,'-
dant I'ian:nitriculation.
Ce silence sur le ninm est de r-gIc
dans la I.gioan liranigre. II suit eI
legionnaire pendant tout sot temps
de scrvice.Conmm: il f.aut biena qu'oa
n'appelle pas cet himmine *chose- ou
U iahiti i. il prend le nomn qu'il
vUt.a (in'r ileincnt ai cheoisit le plus
%:io1nn.an,. cc qui dcvic' t surtout gc-
n1ian p )it aIs chlits.ll y calt un tetnps
tal ccU\ ci inlcid renit l'*iap :l itt O.
Muller. Ils tatient trop de Muller.
surtout pirmni ceux qui venaiei'- dJ
l'autre atc du RhKln.p'uis des V,-s -.
(catait dJ.j i de tradition, au \-.xi-
q ic. chcz les -hefs de la Legion de
icspcter I'lanconito du solditl.Ua de
mus amis d'alors, Georges de Neeck-
w n. sous lieutenant dians les a Sier-
ris Cilientes .voit un jour ramener
un ancicn hoiine A lui. combine lui
A.\s cin- utn des ruaes qui aient ja-
mais mal tourney comintm soldat-car
on ven.it de le rcprendre dans un
1 t d I diens fiit prison.iiers. L'hom-
mic Cst imi iti par un scrT-nt .A all.r
se' coler centre un arbre, pendant
que taoi-. tusils de lkgionnaires se
chargeLnt. Le umallheur.ush la vu de
Neeckwin appelil :e Moi lieutenant!-
Q.'est cc qu'il y a -L'hoine se
nom01n', pui,: 4 Si a votru retour
dans le ptays on dia.ait que je ne suis
p.t bien mort, laisscz-mo. cette cor-
solation que vous voudrez bien assu-
tcr le contraire *.
Neeckwi;n hoche la t.te;
'i sais blen que je dois igno-
rer ton noim.
Mais ijai &crit au pays tous-.l
mois depuis que je suis a la Legio.e.
J'ai miname avou ma desertion A n es
parents. Prennettez moi. mon lieuit-
nant, je vous en prie, de dire que je


-- ~ ___;_, --- --;;;f-- --- _~,,,,,_," W_0- 00 -- dft





.J. .. : *LA MATIN .,

suis bien mort, n'est-ce pas ? Sans iAntoine la some de cent cinquinte superp'sdes, soil la place pour 8Iarridre:L.JourdanLM.chel; demise: surtout A inspire coafiance A IA-
cela ie ne mourrai pas bien. gourdes avec its int6rets l gaux A cercu-ils.Ces preinierstravaux com- olse. P. Krause, Clotaire. avats: gleterte, et ne tarda pas A tou .
N4cekwin promit. ir.:s il ne tint par.ir de la demanded et la condamne anences Io to tevrier 6taient achevys Charles Latortue.. Milfort, 1lreaux, ne occasion avorble A so bu
pas une 'romesse faie simplement aux dcpens. le 15 avril par l'i.anieur Tho- Ktbreaut. M llouera:ad (cap) Ayant decouvert quc dcs ama.
a hu mne t ir s |se u k m eint u N s.likssN-t ,eii a -tn ila construction doe IH Jyilp I a U t,. II',t : J a s de jmn
rtout. Et ce'u Lesi-gpr nt a Nouvlle cocrn(isition u miun tt i' ruposera. vtn rt. Ilapti t; urr'idrex, S.tiz, C. L Iln)ee; caes rfudge s en la Ii intriguaie
ouprnt dcun grd es prcit phimnt chr- Maignan, Z ph r. Vaicl. a(liiii., Micliel Cncinnatus LIconte. demin : I. TimonuIa ya. t Sa r.t avec .auitres A la a iue hos-
preint dun grand espCrt phlanthro ouir, (;ety (cap; tiles au gouvernement anglalis, l
pique.Est cequc sous le covert d'un Ccluiquiordonne avani |,ire droit Monsieur 11. uel C(. liarreto Maxinilien, (ardiuer. les fit arrlter et punir pour violation
pseudonmie la tihabilitation nest quc par les experts Henry Prezeau, anx hureaux du MA.l IN Arbi're : M. Co.stantil, lleprique: de 1hospitalite haitienne, malgr6 s
pas plus facile pour ceux-et ils sont Hrown \ ICt:)r et NOman St Rome, s ). nous D declaration souvent r6pet.-. Le gou
nombreux qui, slon linergique ii sera pro~eide A lexamen et v-erfica- a o "ei d ba l verne %nt 1anglais.e reour de c1tte
expression dun ancien capitaine A la tion de la creance reclamte par A. sate wo, cii.-u ,i I, n siedone Manual Messieurs les membresde la So:i&- preuve de I'mintgritc de Christophe
Lgion, I-admirable poet : Borrelli : luck a 1Il-ta; its dresseront rapport C. i arrL, -.,. d'alTaires do t Franaise de Secours Mutuels et permit p r arrte en Co:nh.eil t n
.Trainmt; :n Pr:as Iotn r com:,n on traiMe un et Ic tribunal statuera ce qu'. appar- Cuba en cette residence. que son d ienfaisaacesont prar daisister vres angl.is de visiter c ta:nsi ports
.uusson a tiendra. Gouveitnement viont d'appeler A un au funerailles de haitiens. L'attitude habile de Chris
Mais cela ne va pas quclquetois Le luge ZVphir a fit place au lu- autre posted. II s*'barqtuera domain Carles Santiai tophe contribua A augmenter se. re
sans une note comiquecomm dans e Monies. ar IAbd-EI-Kader pout Satiago d
bsans une note comrquecomme dans ge t tre tmp.. sur la requisition u dub i-l redra a Ciavade d.Ed hier soir A 6 heures 112 dana stations commerciales ai b t cc ds
bien des chose% hum, in c.lly a quel- linistrc Pu ic. Mo si r Se hen Monsr Brret isse de ben sa soisante et onzine anne. h ens et des ntgo nts angla
rel annpes, au Tonkin, le caap rtane r em. com corn vif.4 regrets, do tr6s agr'ables s)u- On se reunira A IAsile Franhis tt 81 fut proclt ne rosousle
iorrell prcsreim-nt. entcnd dire veers Iarimi us o I avait su so pour se rendre A lEglise Ste Anne, itre de RoH i pprob
qu'an de ses lgionnaires. recemment i K"' eru #enalr do elle4 sympathies. Co fut cet pr6s-midi A heures. ion snon d oit d se
arrive au Corps,un Fran;ais cclui-la. .rssor- e remp l'aement de Mon- to ) Aat I1 l ,1il vint prondr M C jeets d )ues d'ass.z de Iju. _;emen pur
racon e partout quil est d'une tries sieur H1nri Doug nom:n6 grcftier direction d- 1. Ltation cun)un". MX CK N. apprecier cette elevatio au trne,
-~ '4ute origne A qudque temps de en chef du tribunal de Cssauon det ., |'avait prrc.l,6 Mo.unieur Ijneo- Les Grands moulles dllamll. mais avec une .crtaine to'cra.:e: c.r
S A~-cectte haute origin se precise. Le la Rcpubliqu.. n Oat rhonneur daviser la clientele oit .it alors dopiao 1 d t. isle Nord
simple porteur de fl1ngot serait a C.lui qua annul l jumentr- MonsurC i llro q renlae ils ont fruit le prix du son J que cette conversion l rche
entcndrc. tout simplement un ducdu par le tribunal dc l'ix de Mire- n lats d cion4t, charge dauYi ourdes 2,6o le sac. tait plus approp ee a.x exignces
:. d b lais le I ; i ain 191 o entree lo ephn res, .ifnsiett ,r M, ...el C I-.Arr to des co d tions sociales d. e tl
fran. is. qui., pr.s une ancartad e Fils dit los LuI 1t0 Datervi l Tri rs1a iia sur I'Abd El K r A son des conditions sociales iL p.,as, et le
jeunesse. s'cst tfait l-gionnaire. Les il. di .. s Lua .. e )atervil %se.a C.- eu d ue &s Nouvelle A la main. fcr.it probabtobalement m.1'x rcsp;ctcr
autres sold.ats prcnent cc duche, es mil sur .l part c ncernant lenqu.-; tr do Ca. et d c:s Au tribunl entire a oals :u dehors. M us :'ta ,i j-tt
uns avcc philosophic, les autres avec te t.te par le ju*. mninient le dit I, Vea-r., Mxi' Nous avons eu un mal knorthe manifestation le sen. n t. J 'itt.
une note gouaillouse. le plus grand lugcent sar tos ls autres chefs. r dans cette affare de succession. chement A celui qu v t r
nombre avcc une cettaine surprise Nauvelle co:nposition : i-eau -C iment cela ? i mnortants services ,2 Ju.
parce qu'A Icurs veux un duc ne peut A. St Rome. T. Svlv.an. A. G. Vatel Hier sir, ver les sept*heurs au N m'en parlez pas. Figures rant une longue carli J p- :s,.
qu'tre un milonnaire ou A peu Celui qui declare nul Iassign- oment de la visie pour a ferme- vous qu vingt reprises diff&rentes Au moment de clvaton de
prs, et quo le lcur ne aa pas sou- tion du 22 ACit 1912 donnea la ure sacristain d Ee de Stint- les hritiers ont failli s'etendre. Christophe au itrne, k hnlit
prs, donne a Joseph trouva, blotti derr.re u'i
v,:nt la route aux camarades.Borrcl- P. C. S. Ai I.i roqutte du sieur Altln Joseph trouva, blotti derr.te ui centre lu) et Pttio: cC% Vi L t S.bit
r Craid tableau.prbs de la grande porte mont. On attrahua cr ti
i stnquict on be.au jour de cet tt.at Btain et condain ie ce dernier aux r- id d--- il n ura -', t, 1i
dAme des trouviers. C m ne i a :ob- J up entrc, un individ dut il ncut d'arnis I 1 inc ventio:i 0 : 1
U C i o- dppasd peine dc,:ouvrir.rment britas i... Iquel
servt que Ic duc s',tiAit fait inscrire Composition du jour :pas d peine d ouvrir ls dessns BO te O .eq
sous lc no Martin, quel ui. B.r- I) M ig-i. H. B)nh3m:ne, Emile voleur vt un sacrilege allait encore A vendre ne glae frsanai e itr da a ,it t i trop
lli, l :n le d l l c n IL C1.bondat't du sang h11t .:1, (:t tar'si
urei, SIe ho nit c ne Mdo t et cou Icici h se com-nettre dans cctte Egise. In- bise'twe, poJr salon, htae ne Pe, pour urconciliers-tl &ti p ,bls les
quie Maqu urtin tn Martin e qui h Mmogu I dbra- duatcmnt i! doa ia ne et e d I reO de hau4eur e 9' Ju ritvux sur la base J lui ps.
quo Mttir n d t,:. rcpr'hcsible.sinon tuu dr1 co.lsfiI de famnlle des mi- pouvant rlpondrc aux questions qui cd de laryear. xidtis x. Oun coit gr a r.,Ua:t que
drti duc. iu m nois de ic fire sa- neurs( C-i.mnne. A Ina et Joseph Ro- lui lurent posecs,l'homme, qu'on dit ceSadresser au bur c d s in it. n patit di Pet,,i. pr lqu
oir. t U, on une raie pttitio, bii. tre un ancien agent de police ren- o. d n t
rcm.nrqualt-al qu.nd 1I ta'sait ce re- Affaircs c ltcndies Vy du service pr .it, t journal trncu re d un n t i' s
ci.- pa, .In..ranc dcgres dc chaliur e : Pa revintu die toute sa nco. .. Pso
ctl- par .lu.rante dcgrts de chalcur Mine .-aniv Sievers contre C. G. conduit au Bureau Central. r-t'.it d tout i co ti ..
.1 l b'__. Martin Jon_,un inatin.surecosr. avat hate dobcnir la pu a suite
l'invit .l arti de son clic,sort du ran.sr Lemi ct consorts. (u mlllntlrolj:ae d'uIe ii tieerle e css revert, et Christ p'i ..v t sL
n 1tI) tln)is et C > contre M.irt in De- vb
sc nt., a alignrinnt. Borrelli leI )rtCela se it avc tantd'art et de s'attirer bienveillanc- a di r.
tsc.ase s outacl. t nirqos : Canle Lon coatre Victor G til^ mastria et ls v'isiateurs furent si ai. 0 N licnt anglais.
I m-: oos .ipp<.Lr sieur mables pour ne pas tr;:ubler le repo. E Lord C tlerea .h, se :t. '. d hL
1e I)u, i i r qu'il prenait ap:es ses longues uti- imilm, m rtat des ATaiics Eirangcics. en A.igle
Le Ju. ne a s'.pat" 6 pas: .... gues du jour.que cc nest que ce ma- m i p .. terre relusa tout d'ab -1 J i erposer
In dI-hlrs du service, ce' I m, tin que Monsieur B-njanin s'aper- PL UL h JL !ses bons office.
for. p"si'. mn" c.ipitaine. t ,* ut que son apiceric. sise A la Rue S.d 't',."'" '"o,, d.e tl;on dc prscntcr ., JmI tlJe
\in. pr tidrc le c.,itc dcTin I I Traversiere. numnro 3}. :v'it 4etd. ,t,",, td'iltervcntion cmp:h t l ctAbinet
chc moi. 'ps on tnue.Vous avez l.a __ quelque peu dggarnie pendant cette .. .a.**u.m.t****** ltlllniqle d gir teli."sil ncilt Le
pernmi-s:o. RENSEIGNEMEi'TS nuit. Les ports cependant navaientvr but de Pton.n s.)l iI.t la.
Ie ktnduuain he duc sameae M 'ErEoROLo3IQUES pas i6t forces et Ut'ient aussi bien de do gouvernen rit .,1: i s, c'tit
vltui cotinc le plui chic tis ['art- CUtflpt'hlOI CLi
vtin comtac le pluso chic des lSarvi- l| V Ill closes ques'il n'vctaitentrc personnel. d-inpIcher Clistophl Jcinpicter
ens chics. Horrelli le loise comne iI n'y avait que trois large brlches La paix est conclue 'ur la portion oucst du p1vs. II of-
l. ve.lle, puis blusquemcnt ; Do dans la palissade de devant. 1frait d azcordlr A l'Ai'L terre. pour
)uc de quoi? SNI:.\IlNAlllI COI.I.GE Mansicur -njiamin en a donne.ce dails le Cibao ses bons oflices. une situIt.iiIn com.
)Dc..... ( Martin. sans brother. SAIN r-Mll.A .IA11 martin mrnCme, avis A la police.Le juge Sro-DoMG\(o 19 ( ie noire corrcsJ mnerciale plus avanutageuc qit toute
.-rticulc nl nom ;ussi dccoraatfqu. Lundi 20 Qctabre 1913 de paix s'cst transport sur les lieax p.mlani particulier ) autre nation. Mas des iimoit, politi-
cclui de la1.1 Timoille ou d'UZLs ). t a rempli toaes les formal ts exi ques urgent aux Antil.s ob ligrent
Vous vos t... de moi aro tre inidi 1, ges par la loi en la circoistiance. La paix est definitivement r6tablie lord Cas.ill.rcagh a retarilr s,,n anter-
e du sufque : u Cela mettra-t il M >nsieur Bnj imin d.ans le Cibao. Ce martin les condi v.:ntion 11 est p )urt tit :i.'almic I
ais. inon capitaine... Pouvez- r'mprature inaxiinuln :12, ou la police sur la piste de ces visi- tions proposees par le General B3r- ad.nis que (Chrastoph: t i ndirecte-
vous dire '. \ teurs nocturnes ? dis ont elt sign6es par les envoys :nent conscillc de ne p is r): aviler
-Je le dis parce que si vous tiezt Movenne diurnf i02N, de la Revolution. On croit qu'avec les hostilitbs. et qu'il .idhi'r. A cette
vraimcnt Ile duc que vous annoncez Ciel presque clair toute Ia journee Cinul, i in llenu ellei prennent definitivement fin lesa s iggestion. Apris ccl.i .AuICtin acte
ie e satras., car Ie le connais et que Horizon embrumrn. Rose legare. Ce soir nonuvelle grande represeta- dvenem:nts. Smnana Sinchez sont d aggression n'cut lieu ni duun c6t, ni
e ie v:n ..s r,.c)tinn.is pas. Rompez E-clairs pendant la nuit. tion A 'll6tel Bellevue. Toas ceux ouverts au commerce stranger. de l'autre ct PItion dJninua I .-s
Le (cuc rompit .. Une fois en Baromitre en hausse. qui ont ass:ste A la dcrnikre soiree et droits sur les march.andlises a:glaises
Fratnce, A uquc qus anois de IA. Bo)r- I. SCIIEER ui ont ,prouv' I0.n-rveille.::t et ob J .e i2 7 oo. leur accordant une dif-
rclli r..conta la chose au duc,!u vrai, le chairmrn don't nous avons p.arl '7arence de 5 o/o sur lks articles des
;cu lui dit : La translation des restes tll d ins notre dernier compete rendu ne nCe d1 R .autres nations ncutrcs *
Parfaitcmcnt 'v suis.Un ancien Prsideilt Loroilte pourront manquer d'assister A cette -L'intervention oili-.cuse mais
vAlet de chpunbre *I moi s'cst fail representation qui est une magnifi- bienlaisante de I'Anglctec re a cette
passer pour .moi plusiCeurs reprises. Now;. inp l.i; a aii ii 'l i par pro:esse de jouissances artisti- Or Amnricain 3. 5S o/o prime poque. nous a piocure dtes annies
A'outes ses c conormcs pnt fond u i al atie dola .- ti. ativ A a ques. Le programme d'.illeurs co- D)ette Intkrieured'Haii 1912. 87 ad v de paix jusqu'i la chuoe dc over.
sutitentr ce personnage. Iai appris.u.a l.ti.,,, aal:l,-I-t itie a ds restes pieux a et. prepare, avec un souci te nt. d'ati 8ad valrem suspension des hstilits per-
quetn Ict il st.anit engage pour ne In r,..r.,v. I''-.sile.nt L.-conte. I. evident de plaire aux plus dilffciles Ch quesurParis 4 /4, 4 1/2 o/o p m Christophe et A Ption de pr-
pas crever dc faim. Ce n'ttait pas un totmvea-mnt priul,'.ti. i ua tn ltws et ce sera vraiment perdre sa soir6e, rraite sur Paris 2 3/4, o/o prime ter une meilicule attention' a l'am-
mechant hotmmeo. II avait sculcment gr.t ,, it.' j a ci t a-*t., I."r I"thqel, que d ne pas aller ce soir a 8 heures ransfe sur Paris c 5/ a** p lioratipn de leurs Et.s; inais ils
la marotte d'tre due. -iic rst,, ;,in-,i |I--. titus Iavoas aun- A Hl'6tel-IBillevue oa le succe, sera Ch&que sur New-York I 1/4 0/l p n'emploverent par les m:nes moye s
-Au lieu detrc simplenenlt Mar nMnar ',:, d.es ,tIks av;ai.ilt 1h*' votu* complete, gr.ice a i-habilete, au savoir Billet de P. 5 2, o/o eco npt pour attcindre le but.- A.pres ql
Uan. I'nt in it.*L''! an a I nalla toet a faie de M. Nicolas ZilolT'lantelligent .Nickel .. 2a /4 o/3 cst ques annes, il fut cviJeiit q t" :eU
S-.Martin. non *- lit ii le due. Ilu't-ian-Irnmne "oat' i.t s,'.remefnt. optrateur. qui avait adopted dans le N >rd Li
aprs avoir ensouriant prononce unt 'i, victin'a a.' Ims;ouvantabl' Football i syst2me de rigide applicat,,,, e
nonm idculc. ajoula : -- e nom n,,it du, 8 Aou'it. l.a saison sportive prompt vrai- iT dl it o ors avat t pu famre prospbreri unre
quon blaquait, lui pesait. Cest son l-ma anm..an t' nt.s ,te1 les r6lste mOent d-Atrr fe tile a en jutger par p o nsor ure ea le Commerce et obosen ine
excuse d'avour pris le mien. d,. I.cosmt, ceux do on o ,*etit Ills I'eunthousiasan des joueusra et I'en- certain abundance dans cettc parties
Martin ne s'appelait :nmeme pas Maurice lsiii partagea son martyr courazeante constance du public a & du pays. Tandis que 1'autre. sedant
Martin avec lui seront ti aufrs as, u Cap. suivrc les matches d'en'ralneun mt t soumis aux habitudes d indol cO du
I..s dlin\ .Mcuil k ront expose do.s .(uuihwM. 1Aussit6t son retourChmistophe re- people, sans se mefer des cfnsl-
_. ... dul. Isn t l ti it|,ll, d dIn 4'im:.'til',r <'t') II v emt tomht" |)ir" as,.ister a cette prut 'lex icution de s;s projects cco:o quences fatales de cette itoler.taicc,
I.. ,, 'iavi |a rt'el'.t. *lIl nan.tilu he ai au ltin |Ii s'est j i.th> dian ,nchl au miques et sociaux.il public une cons nle tarda pus A constater les condl-
"rrilknal ivil *7 h.,s I 2 diut atlin pia" se rndre I'.atrc I.cont *,. e:,tro l. dhlv iiull V an l.rel.i. i porm t .nFl-r.'-e. do Saiunt-, oniis de (, nza.,ue Cuholique fut dc'aree religion d'E- pays de son c6ti. 11 fut alors ob:ig
s t--- m It.ie-s di27dala lin' )t>. e 0 a- tlIai nit7 a tattouat en toer.ant les autre cu ltes; dep rendre des measures d'ex diiilts
.I1n .. ',' I',l ..p .1. i. r, n ti.n; tt..r.h se (era. m d ai 1-av;,anta'..2 I 1o.t nos ho\ r-, i garantissait aussi aux ndgociant.; runeux dans le course de leur appli-
u .Lun;,i 2 0 t).'obre 1qI i -1.e mI n .ia *a 't n 'l Vtout r-'po)er lhs i| isrlu'aiei.an I,,itit n'a tA m i i1-,i t r. rangers Ii scurit6 pour lou s per- cation.
Pr, sidonce i)\. .aigt' 'r.st'.s a *t.* ,;, 1" a l Pris: Arrivt' N m1 avun's ri\in rt i.'ll it celot tern- sonnets et lurs proprits ; il arrrdia, II est incontestable qu, Che G oph.
residence l. MAi.. a, a ant Cai to I a ai ol a a coanencd centre tote aniuic.tale : le< Frares de les bases de I'instruciion publique et etait plus au courant du vrat tempi-


.p )ur aswismnrs eco'es aus rament et des inclinationu de ses
.p ur ascuppl'cur di luge h.eh S.t Romes ,let;taa, to 5 jiin poIr le ter- I'lt.,triuctiun (Cir-tion., Io Ministre prompt 1ietab!issem nt d.-s ;cols aus rament et des inclination de ses
et le supplaiint Jeuge lh. St Rome. nai,.r l dCt Iui eini 1n is. II re- de littlrieuir, .M1. S ymVioir Pradel. sit6t la paix retablie. Mais toute la compatriotes.11 itait done convince"
assisttIs. du Sabstitut I. Jean-Baptiste pr.nteet un14 cli.wlet "t et e it ft son dlief do dlivi.4ii, M. Edmond sollicitude de Christophe etait surr qu'on ne uvait les gouverner sans
lugements prononces : graKit, sauf Iaut-i .t certaines dd- -Iitorest et do :)n')r.,t ses damnes tout dants le dveloppem.nt de i'agri employer les measures svertes. iustes
Cclui qui dit que l. dem.nde du crai iui 41it sant eut a~4 s si ,er voiitr applau- culture. quil russit A obtenir dtans efefficaces, au lieu de procJer A
sieur Elie S.ephen C ijuste imnl foan- dnar lle blainc. Vsle grilleo 1 enr OU- d ent a4.ti I rs favoi ort. par ses incessants efforts per tAtons et en f; ch.stani devant i
dee. et le rinvoic A se conformer A I I n )int qi nestaure oa sa baie a rtacI: h ;lis la) i ss anll ents du sonnels sur les lieux mmes. moindre resistance. II savat que s
la loi et le con:damne aux d&pens. ail som:no.t do la croix 7 inattres 3A public. in *i. A li lint doi l.a deiximino 11 ava.it souvent declare qu'il ne on tolerait leur indiffnrenct au tra.
Celui qui condamne la dame do hautetr. 1i. caveau mortuaire, ini-t<,inp, St-L. ais rpri'is I'avautage permentrait pas de trainer en Haiti vaii, il fauJrait recommnenctr les ItA
Lou zamise Lauzxcille A payer sans qui a ervi du foundation la cha- et iit en dIangaer i plusioeui' r .priae contre les colonies europiennes voi vaux d-llercule pour les rasiner; a
terme ni delai aux uturs Emm. pelle, a deux foses ouvrant *ur les bats adverse<, sines; mais on c. croyait gure A sa prob.deincut enrovoquautbeaucoe
Rampy, Edmond Mil at Ernest I ceUe-c chue foase a quatre cases Lea Iquipes: AASLG -B-:ut Rjhad I a actrit6 sur ce point, I 4tait risolu dirrituaioa suasc itibl d*aSJ