<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01851
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 23, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01851

Full Text






11I ti-%I' -itI II!. I N a1,u /U


W


0


.1


I.I L ~N'.K LH


I;


To '~'
III N1.\1I..kUI *~C E NTI \M i: -


QUOTIDIEN


- 1 1 -


QU UNIT
00>---


ACTA XT VEBak. Pourquoi! pourquoi!est-ce que
Nois avons des incoliheences je sais, moi?
admirubles. J'ai eu une nouvell.
occaskm de souligner celle re-
arq1 en lisant la sorle de re- COMPLNTE E LA
ours l'opinion publique enlre-
i iar lancien senaieur San- .
daire. qui tient ia communique Ma foi! si vous voultz bicn
au prident de la Rpublique. connaitre notre 6tat social, c'est
Spopulo, les litres qui lui encore par la voie de certaines
coran^ mamifstalions de cellte opinion.
do0lelt anvariabhlm nt droit aun if:saliois d celo opio.
t de I'habutation Amerlin, si- .I-en i enregistir 6deux cet:e se-
oln a I- e section rural des .uIaitt cl j. vous les igtuts fice
ah, Lonnicres, don't -il vient d't ace, car I 'ue ne pout all-r sans
Ire ,ilIgalement d.possbd, d'or- l'autre, I'une cst le complOment
dre du Ministre de i'Inlfrieur.* de I aulte, I'a Oe expliqtue l'alure
Iy a pas un pays au imonde co.nine Ia c ause exja o l fasse plus li, queen Iaiti L'une vient d'un ecrivain qui
de cequi s'appeile opinion pu parle dolor'-l.b'rt -
blilu. Cependant, d&s que dies Depuis q (lciicues jourS, on
nrnajes se brouillenI, nous en com tim dans inotre nuiieu les
sonmnes informs par les soins de actes ies plus olieux. Des ariony-
itpout le plus diligent ou le plus mats malvecllanis et pliinss de liel
inforttnd. Des que des rivalitls paraissentijourncllemieni.Le.scler-
persoiinelles .clatent, serait-ce au cheurs de siLuations datis I Etat
Trou Coucou, on court meltre iA re nuenl ciel et terre; ils ont re-
contribution Is quot'diens de cours surtout il d injustes dco on-
Port au-Prince, au plus grand cautions pour alteindre leur but.
embltement des abonnes et des "Avec leurfourb.rie liabituelle,
Icc'kurs. Je ne dis pas cela pour ;is provo luent tout 11 inontd :
l-(s1 de lancien s6naleur San- aulorit,' nililaires, jutdicitires et
dai,'. I lini:islratliuv s. lis poussent m .-
A ,, propos, nous avons pu as- nme leur: efroniteri? jusi,'i'a jeter
siter. il y a d- cela quelque leur bave iniiini)n1,e suir Ierains
tenl, i uno chose assez baro- rangerss paii'.)ls don't la pr6--
que. Deux :onciloyens intteres- senc consilue, pour ainsi dire,
sanils e la vaillante cit0 de Jac- un bien-otre paruai nous...
mel plus vaillante atujourd'hui "0) li, ils so plaisen 't j aser de
quen aucun autre temps, se toutI IIj notle a tort etl ia Iravers.
pririent de querelle, je nr, me rap- Mais, francliemeLii, doi' on fire
pelle plus a propose de quelles des exigences ia unGouverne.nutl
Itl,,v. ls tne font ni un ni deuxa lont la formation e.-,t dtl'l:er?
el, avcC un ensemble charmant,- l eul-on lii en vouloir si le pej-
l'uuitaa faith la force.- ils coueni pie soull're? Noi1. C tir nls souf-
aux qtaotid iins dte a Capitale. frances ont plulot lears vraies
Qand je dis courir, c'est uno causes dans les g aspillag 's, d.aias
f a;o: de parler : la v6rita est les dpre lalio:is doe nos g uver-
quis restent it Jacmel et envoient nements passes.
leurs inanuscrits a lPort-au-Prin ( Dans notre milieu, actuclie-
ce. Piis, avec toujours le ina.ne menc, I ambl)iti:o bat sin pleinc
ensemble, ils s'asseyent devanti pour les cli i gs publi'uetis :c'est.
Uturs portes chacun et alten lent pour ainsi di!.e, le point ade mire
ntpainemment la courier pour des utins et es aulies. Cost une
Mitre.et se fair lire aux amns lute aclhar'n -.... Cts aspirants
41 s en deux camps. De sorte aux fonctios piubliques ise demn-
t cld un, quoique ayant son nelt, pour aitnsi dire, coim1s13 des
Awersaire en face, 6ditait ses in- diables, el, ave. une deloyau i
iAes*s Port-au-Prince, et tan- sans gale, ils clicrchent a trom-
i q s'insullait it Jacrmel, per la bonne l;i du Gouverne-
taWs les premiers informs mnent actuel, qui ne les connait
i Port -Prince; nous avions la pas encore, e vue de c ipter sa ,
ieim e tquelle primer! leu- conliance diat its out taut be-
at r t-au-Princieis! so n...*
Ce pas la no:re seul in-
il fault y ajouter celle L'autre vient d'un 6crivain qui
Sla'ai pas le minrite, 'ten parole du Mule St-Nicolas :
l la. paternity. Un mien .
Saiier" U n beau jour, un1 ilologue ,
S*II n'y a pas un pays ot, il soil en veine de rh6tloirqu, s est piu a
tconstanmmenit qi s ion11, que 'appeler le Mole St Nicolas, le Gi-
UbOus, do lois et de Consti- braltar des Antilles. ia dessus,
II y a nm0ne ldes flormules nous voila 6fpetant balten-tii le
1 1ous ressemblent a un tel imot sans sAvoir ce qie coesi que
t qu'on les croirait inventer Gibraltar. Mais cela sonne biln.
nous si nous lions capablos C Que faisons-nous de notre
Mlvcnter quelque clios-: leles Gibialtar des Antilles ? 11 fault y
P suivantes : a respect d s de- Wtre all6 pour voir. Chest Ia, que so
public,,csueur du peuples, so at donun mendez-vous Ious les
sense des inter's de la collec cabris de lile... 11 n'y a pas une
IT., ec, etc, bone pi"e de canondans cc Ga-
-Eh bien,au miliehn de cette at- braltar des Antilles, capable de
Phre, il y a quanid maine repousser une aggression atraing-
'Ombre de genis qui s'enrichis- re. Le Gouvernemen.t a ouvert le
th; or, il n'y a ici d'autres port de ce Gibraltar des Antilles
oueti aJe 4faire de l'argent que au comnnerce stranger ; il ny a
aet lea mauvaises alTfaires... pasde uxmisons de comrln.ce I
ourquoi done ces meosonges eti 6tabhes dins ce Gibraltar des
s inMcohfreuces Antilile.


SLA REMAIN


Ul 00'I


orI)ins ]aIm zic de cc Gibraliat'r
des Antilles, eni race des !iulori-
It6s mnilitaires. cli3que anflee,tlamls
la saison fav~orable, des ernb rca-
lions des lies Turques vienmmtn
p.~cher des Ipoissons et des torlties
'qu'elles vomit vendre chcz icllcs
comme de-+ produiits provenatit
tle leur rivage.- Les lhabitants
dcce Gibraihtam'des Antillos Itis re-
gardeiu fire et resteni les bras
croisC~s, ics Liissant s'enticlair 'I
ICuts Clm
a Lei5 cz-iipagnam'ds produiseni
Pellc et 1101t pis mn. Tieuc is 1.0-
yens Jfaller vendre letirs pro Itii!-
sit r Ics graft, Is iiwrclie duCii ( (it
110.I-tIO-I li x, oil ils t l-ott .ci.1 o
(Ics Prix pl us rt-minuiaracui (it,(jI .
tiatis Jour pI'0IWO Ville. [isS ~. )1I('
&'ourau,'s. Its sorut el os.
tiout paIs uIC.ulbarcal lon s sitIii
sati los auIII ransport al I ti:-s doll-
ri~es. Les rai'on-s-, les ciergo. tpi_
fliux, les piilgcoiII4, los p'*i :;ttils
C)UC'fleS, en:IVai~seiul I0 tez'itoi-
re et Ia presq'dtie, o~I it oncomi~t-
;'I peilic queclu~!s taresc abi)tie
de pu'clieurs
i' Les aiicmi~nns fujrifi.'aiioi~s
que 0 Icatglais aviierit ci Ci'%I roI-
tes, M~alelit loutir' Irkta(LAt h ir'-
iiwa*.t aUX ytoa,.% 4L6 rrcireoya-

("IS Ileuax d(j..)'i par IA itts
IWls SoCtfrl'o.i Pas. I ki ;I;uII
P~as do t g11"tt i', wit..b
tie inatson eca ;iabl-3 (It- sorv':r e
logelicui t A ii ti a ii'of (.i i in -
ItoC.- V- ik le (abatrd-
AX'd tiI Ies. v

_N t I.tiuc est In's t tou t
cd~a, el grandole st 1L1 v.1*r I`: oan-
eni cii10da CI~s IPun0et I'a u tO i)tf-
ce.itixb, L'i tessuils 110115 SAmIu II'-
tousils alaor.ilv)1tua, mli, il),~ts Vill!
Stn.m ct les r Cf.iI.(.ipoeaJ1-iril Fuou-
r~c feroui- pas no pa-; et 10,;cho-
ses cot it ttuerontii deI a i'c ,Ier LI..
QieIejluCs lla'li ~'~Ssu per-
ficiellcs soat Ili-nxi-ui-c- *I .nnotw
le clajin-mm suir hlvi vet do hloirt
oricri':atioti. 11 setulilo t.p if lo i~ ll-,
iiou, IIItr1chl tA g:all k ri S pelso':-
Ia- civil'~s at it I-Arr Our' c~st 1:1 6i-
vilis !Ion *jii t '1i I lC~aw s~ir nmiiti;a
grarll-S pqI.--- (Cet PAS 1:1 Iaiia'
ine clits ',,611-J,':h s -z-%,V0i) s xei

.1c C )afI-IicS"itI tiai
missioti emi tmi)j')r.i da s'eratcni-
tire crier :L1,4! cet &Y ,b-ir.
Nous avati I'ir d'ayoir qu&jc-
title parciito 1 .vcC l11i. C at, II. 'piut
r'iti lcpeua1r;iiCet lfl 11 3 ilptils
avaoti, Ic diul) is )"i lk!tOi'el-cI'M-
litd do-me '1AL D... t ius ell
somiles toojiu'msI.
Scuhimnc-i' grtlce Ia celte mar'-
che ie ]I a civilli ,:tliofl sitario!i,;Ji -
rljlcllI a o at lair d'um &krasc-
ment, ijotre diapason d&'cliiie et
bi~issc :i11lie (10t111CplusijOlie le
b. initicur.
3JruN L% FunETEun


Pondrc Denfifrice
et Aoliscptiqtie I
dui
Do Cmua R onEaT IR. EXALD


SnrneiU 213 AOMtt9i3
R9D)ACTJOXN2-A DMJ.N- -A~W
8, Rlue Am.~ricalne, 8,
Les annonces soot re~ues:
A Pomr-At-rwimcs:aua butt-4 Lsit 'ourr.-1
A P~atis :ies L. Jd~ect& Lie rue Trondie
A Lowvaas dcx c I 1 z. e & C4. ,ja2
Ludgate Iii!
A PSMLIW.d. CISRuJO!IJ Posse S. W*. g, Jerusalt me
Strassse 40-4V
A'Faw.Yaaa: Universai Pub'!kity Con ral"%v4S L('z
14 tb Street
Les mnlumtritsrnt~ris ou nion rtC sent pas rmndus
AJ'onimmenifs el insertio'ns Pa)'ables dmaance..


Le r~ledes jiailrescons!%te A &d-clopper chi.z [cnfiant
14Cvtc lE~Aj1(I~rJ4le sens moral.a
dalls fIa im nmaion T out le monde sait quill y a utie
(11118 lamorale. qu'il niv en a pas JeLIx et
de l Dimoer lieque tout sysi~tne phljosophique qui
tie (1 I1~1 loer~tepr.ktend t~riger tite second morale
A c~'t de cc qu'wi Cst convenu dapF-
peler tout COuirt la morale, est immno
--rile pouir ne pa,; dire amorale. Clia-
cun de nous poss.~de aussi les *1*t
If1!ments die cette morale irnmarccssi
Tout d'abord qu'est-ce que le mal- bWe quit a traversqe ks iges avec Ie
ire ?monde et que Ics .lg-s ont respected.
ires Ma? ies rpskAVl Chacun dte nous marched dins U.
sci-tem;1en~t dcs c:ifmnts. It est salairHvi p~assez rnous 'rrsin
3tVtC sonl petit stock parftiis %all-. %*e
Pair ITtat ou par Ic- parents des46 douter et ttri sou'~cnt feignant die
\is.lltI d'atutr-s icrucsi i est function
narepubic a intiticu ~.ne paIs le saviro tpcuw Cenuser s:
\ous nre nup orubliroains ii q:e e d v' c SO'1 P~ocl1.in. ILe maitre
Nous ic nois o.cupr ons ici Fe-duco1:11mctout le mitittdc, :a son)petit
1 'actionnairc public.;c; nl e stock et W'a pis b ksomn tie t.:are
Iioua'e p.irtout U.t (1111 est U11 person- rad eflort pcmr Aler chercher biuio
I1.1ge 0 likicI. (.cst par soa n ifltnel- gran c ui ii.ri~ i olr.u
,11uire qtile Iliut tdistriblue, lepain dtine cq'lIi rid olrax
h nStrnctIoi,)l p1);UbI iuo ui rLV~t unpied%. Pour ccL: l ii a qutA voo'jlf.-r
,:.rac~rcsseit'ciliieii,,rtui Nas 'khvouloir se s~nvsir dte Ia morale.
s'ouloir lain metre ALI service &ctrtCsI
nouUs en occti, crn: nipa rticuli4crcincirt
i'.irce plie I'i s'lt~atUr pri v 6 fa It IuIe qui sontt flop jo-unWs 1vur tixo~v .'r
ceuvre d'jtlil"tlv. vpcri mnurleoie 0 ell CL~IX Ci oentl2la nrl'
VIoi.I [atllaire ci toutc Flafaire. (Jet
,.-, de s,'i r,:ssojrccs eit d, son divoue Iutrittl orled in
ftient ner.Nonnolst.andis que le imaitre ~q'ocvetI n.rn i ir
Ic ~ncion~uirepublicap arbitre qui noai laisseL:chC,3ix entrz-
Ic b e ien cetIleintl et quo l-. h snwice:
imnrient .A cette class~e de travaillcur%, CC &W~are patur qie nioau y v-d-a.ms
qai~ ~ ~ ~ ~ ~~ ~l fnIurbs.;edn .;oIcbion ii tque tious puissions le
1-'nkralc avcz le moizis de conscience,
i H a ii: n~ Ics a~a llt j m a n c ouraig es e tr rc n l u U hz v a
a se biin condulire cnvers L-urs ca- ieiidr vnltU1 :2
Acts et Ile SLI.Iflt jOtniis iinqua.ittment td'-icate. ItIlII' revient I tout!~
A wi'r eusc .n esaclS tde leure A toume xninut tzile r,ceillcr .&
I- rs.r Reptabliquc.&Ol e ~okz-'u collici enl ie IC l'caiaant qu.1uacell CI
iLeipiit dce roui~ilc' ci r~fraicairc .u s'ciJort pour Ia. m-uee gu
ilro",t j:; t;-LztaJ. 11 se cjmplatt c mntre Un mAuvais a~c. utte v'e1kiz
t. t uiduani L.s it;ih2.r,'s qnztavnIliSii
v.-,li ls c d, .n~iain,les caimb: d l- S es crsonmoral cst bicili414e*,p
-0:15 ILIoach-,s. Le n in'tuteu-s priveb pe chzx lemaitre, sil prt%: cuirasse
-1 )nt onl ticsximrilt trop adnilrer la pour resister aux gyrandls assauts i.-
:o.)uri-',adn initiative, salts rcc.n'oit ]In vie. la tizil lut teiesint singajl #
Ic 11 0co:I'jd.jIdorisl~a nioindre rement facile tde guider [entazut dal s
c~vativnae. I CLap.%:VcIt Cep.IdaIJ lIC double SCIntier tiu bic-1 't aft! i
i.. rc h.'ar p~re:'zr. voir- S,3ua'cnt. enrucl-ilse I m2tznc. it
Ni- avon; dit I,:ja n ai'tre esi arrive aux eufntais quil on rui aturc!
pr~pos,' 1 I'e is :in in~t des et-faints. le-nent inlaik -etci c st 11 leur ch.;r
S.)i) ce-ivre cst doic da-ibl-ineat in-% 'mo-te mawyie:cr d'- an aux uai
i-ess~ante en C,: q uc d'..'.bi cl ',I Ic' tetres. .aun Cond:%CI Illes, ti.: co nin K' re
-ur la 1'or'.naio tidc lF",'rit deie 1af'tait mnEine de re-.its larcins. L-.- n Ii re
C1 (1U'CmsuIj~C* ae ait-'(: I Fpjnoat..sc.- trouve dans ces pet1itves occasion s
:ntit de tjic coa:ur. A s~:i duvcIloPp)-'qua souvent passent inaiperj~us, U11
.ncnt ni.rl(,ci i 'pparait darts beau clumtp ou san intelligenceI er
10"Itzfc.I bcabutt le i-Citedu maitre. le sannellc, guidu~e piar ui-ta 'olowd*
dc NcI'~ucaicur. N ),is siisirons'droite, peut exiercer ls f~Acula.st" J
It lOPpoz~ltU:i.;l_ tie cc r6ci'si nous l'enllant. Nous tievutuis dire A la gloire
V )alo-ins bicii coaildeicr les elfets des miltres actueks que c'est 11 i U
1ulproluira d n i!';a,,e i.r "nlc 'A IA de'oir qu'als tic I*'tpountA.
~L~t'orAtio UVZi ct iint.'lligctitedu Fexicvptuon tde quA'ju~ci rares tin tre%
l tul-*r t tyj .i tu lie uti plan qui en font I--- calet tie lurs soucis
t-,rt~ur~aisorio sco()'air.. nouvelle et parce que ce nest Pis coatforme aux
11 1, trancheme :t, s'il ne devait payer exigences die lur iuorale premson
1'C.fance luaitic-ine quo tie phrases ticlic.
sinores,coinme Ics exploateurs d'hici. L~e maitre doit donc faire I',Wuza
sci-tit plus +tic tout autre responsible t~on morale tie 1enfint parce 4ue
de la LIlli1 1te de la pati, Iutiitie~nti. Penfant reste Iongleanps sound sot;
Messieurs, les (Lauvernimnts, rest~au- influence et que I'cofaunt ei appe1k
rez tous les Vieux Iycics tie I., Rapu- A jouer un r6le tiAn~sa. patrie. It
bhique ; p.nurv'oyez-Ics ide maitres! veillera Particulicrcinent A Caire dei
citrangers s'il le f iut vt scmetiz les cam c..eirs rtoits, ties hommes h-unmi
p-agynes haitiennes d_- fernies-&~oles ges. des cur~actarcs.
tiirigq~cs pir des Fr.~rcs de l'instruc-' Inutile drinnister davantage sur Cie
t Ion clirdtienne conime voui yous point; cir Ics granics ligiacs dc tI&
prop )se/.- dle rairecivd pcrmet- ninmat~ie qui est contentic tout entirit
trez .lux niuiics .i \'vmr~tion d ceux tans 1,:l).calog~ue tfaut un.js 6t~
daujouitmnLirdpIL~ u-iA plaindre qua Ji lpas%st. .par aucune tlit:orie, quel
Conjjtian~j1or, 1.qiiJssontci cu~re qcatnbiticus-s 'iquc Solent les ap
ctisor.cs purit- 'zI -' rouliboc ct peil~aiastioni oic% a.ux tlturies nou
qu'is s'ciaiurani;iL P urltuivdAtms utie vtllcs. qu'elles s'appellcent, ces Pots
indi~ff rciiac i rt il"I!e, vous p)-rincet- %-clles m'irales: Morale socialc oli
trez a -I- in :ii. r -,,A en ir de se haus- M )ral'e N!etz-vcltenne, didaigneus,&
ser A l~a vraie g,-andeair, A Lt vraie de h i.: mrale dc!; es'claves.
beauit da r6le qu'ls cdoi:vent remplir Njus en arrivons maiitenAnt au
dans ha f'r~naio ti d Inla.&tnoc,'atie seconA point qui, com~ne nous I-&n
hLia in,-. vans Jut, se ratticlwic tiimemnent au
I. I 1 i.) s.: if -tl cc r6le '? 11 premier.
se ire-LI!n:n c 1t r~jhlS p mii: naI tle d Elladet, la mor.kl, en soi, renfer-
s-eloi-IcN11uut t(ILI %dl ii o ral chlcz len me des b.-ititds iaacomparaabes.- La




- -


L. B Wn~ e.f '---lr~r _~ C


ti beau cMaract I It cela est d'an clear les anchtres de nous avoir don maitres A veiir passent imiter le Di- a'
tant plus vrai qu'un ho:nme poss6- ne Ilnd6pendance p)ur savourer les retear da Callge Louverture N.us 01
dant le pius beau physique du mon- dclices de la libert.e sais remplir les vouJrio:is qu'ils fissent coaistim- C
de peut etre d6testab.e au moral. obligations qu'elle comparte.. se ment la lecon de patriotism i leurs a
Les plus grands criminals, dit-on, rendant par 1I co ip.ibe da plus elives come its ecur feraic.atu l I- U
se recrutent parmi les hommes les oJ.eux blasph': ne co.trc n.i, P,.res qo; de grammaire.
plus beaux ; mais ils ne scront ja- qui avaient pi c:)nqucrir cettl. Iln.1 Virgile, le doux Virgile, qui est a
snais, ces criminals, de beaux carac- pendance poar accorder .A Icur des lui aussi u:i professeur de patriotis- m
tlres. La beauty morale est indkpen- cendants Ie dr ,it de ne rien fair. me,glorili: la Troic future, la Rome
dante de ia beauty formelle. L'une Nous ne pr'tendons pas faire A feature dans un d.-s chants de rEnui-
peut se rencontrer avcc rautre el nos intkressants maitres une le;on de. Dmns ce chant on apporte A
s'ily a une esthtique du crime. de patriotism ; .was nous voulons Enle tn b.jclier sur lequel sont c,
c'est pour le moins une esthltilue rappeler un devoir imperieux q'i devsines d'u;ie ft >n saisissante tous d
bizi.,. income At t) is ls m:mbres du lei grands faits de la future Patrie y
Lidtdi des Grecs utait de runir corps social et un pcu particulicre, ro:nainc. Et le glorieus Ence, em- se
les deux bcautes dans un meme ment aux mail tes qui agissent sur portant sur ses ep.aules le b:,uclier
cchantillon p.ir le developpement le meilleur de nous tous, sur 1'es sacrc, s'en va avec les destintes de a
simultane du corps ct de i'esprit. Its prit et le coeur le lcnfant. 1.1 R-me des Cesars. E
n'y reussissaient pas toujours, pas L'h store n ) is m3ntre les G e:s N aus voudrions que le b:l cxein-
plus quc ls Romains. en cela lcurs ,et les Romain; et. p!'u pro ; d. n -us. ple de Virgile f it suivi par le Maitre.
disc' pcs deg.n-r.s qui voulaicnti les peupes ch t qui a pn1.tr, l1a ci C:lui-ci poaisant d.ians l.iam r deq
avor until esprit sAn dans un corps i villsation occi Lntale entretenant le so:i pays la force et l inspiration n&-
sain n fij a;i a in to.rpore Wmo- en- feu sacr6 du patriotism ; et noui cessaire, dessinerait, par ses lemons.,
tende-bic.', un corps s.ain nest pas .avyns fair de nous y fire une place sur le bouclier invisible de I'esprit
loujours un bc.u corps- pas plus p.ar notre coup ble ind.ffIrenc. en de l-'lve, les principaux traits d- la
el:t, les spottmecn de nc s ours qui vers n-t e Patre A noun. Cite future. I1 minntrerait A 1'lve LL
ineitent plus de fievre dans la pour- Puisque nou nous modclons sur l.i b:.autW de la patrie A fire ou A re- c
suite dc ieur idkal mais qui n'y met- lIa lranct qui est A I'avant girde de cotistruire. 11 dresser.ait le plan du d
tenLt -as toujours le lumincux ban la civilis. t:on mnleIrne, que n'imi Temple dt la civilisation noire, de
.'is ni I'. sine raison A dabfaut d'un tons-nous on puissant example sur cette civilisatio:i dcnt nous retar-
lbau caractLrc. le chapitre da patriotism ? La dons i'av6nement par notre mau-: "
Nc.mnwoins le maitre, e itre deux France s'est fait la plus belle page vaise conduit. L. besogne serait 1
le;o:,s ou iI expliquerait 1ls beaut6s dans I'hist ire du patriotism. Dans d'autant plus facile que tous nos
S 1'un murcc.au classique fran;ais, 'innombrable varittA de ses peintres, tablissements secondaires sont
o ou:;.;t 1ien consacrer quelques de ses scupteurs, de ses poctes, de pourvus d'un course d'instruction ci-
,inn-s minutes i exaltcr chez len- ses litt&rateurs, de ses penseurs, de vique oCt les enfItts peuvent puiser
fant Ic culte des forms en lui par tous scs enfants qui honorent lhu la co:inaissance d: lears devoirs de
.aut dc la yeinture et de la sculptu- maniit autant qu'ils honorent la citovens. f
ie ,trangercs. Cela scrvirait a re-- Pattie, elle pr6sente, la Frane, cLtte \.i taizhe est belle, tentante. 6
Vlix z ,lhc7z l'enfant le sens artisti- reinarquable unit que chante son Maitres Ele n'cst pas au dessus t
ttque, non pi, pour ,itancher notre Verbe, I'unitk de la pattie franiaise, de vos forces. l- i avant!
,oitl dc dilct.tantisme mais, pour per- de la doulce France se prolongeant
inettirc .x artistes de domain e dans l'avenir qu'elle ine craint pas Gloire. |
mtlltr, C1n k.u\ re lks materiaux parsr parce que des milliers de poitrines
dan.s le pay'. francaises se front decnain il'cho i't \t ssrocir LION
(Ouon nc nous fasse pas le repro- du retrain de gloire Vive la lrance!
chl dc vouloir limiter le nombre et empscheront la France de mou- ,,.-B
deis iartistcs nationaux. Non. cc serait rir. Ce cri sera de plus en plus fort
nous f.uirc unte grande injure que de car I'ancienne blessure de 1870 ne CP s de BoursI
J-. croiie. Nous voulons que le pays s'est pas encore cicatris o e. o
ait dcs .uartilteS parce qu'il en faut Mals combien d ih.iticns l'ont ja- Or Am&cain 39 o/o prime
I)pour i ,. a.lion artistique de Ii, dc- mais pouss6 el s'ils lont dj.i pous- A e
mr. c.tic .litl.. ,ne mais nous Vou- ste, combien d haitiens lont pouss Dette Intcricurcd'Htii 1912. 87 ad v
irios ~~n>lrc qu.i ct1 d c ccs artis- du fond du cceur, le cri de Vive Detto Int. d'Haiti 141; 8ad valorem
Ius qui u mplir.tient leur noble llamti La constatation est amcre si raitquesur Paris 4. 2 ,4, o/o prime
mission 11 eCut |plus d'hommcs. nous prcnons tous les livres &crits Iraite sur Pans 2 3'4, oo prne
plus de bc.ux caractires pour for ; par des auteurs haitiens, routes les 'ransfert sur Paris 5 /45 112 0/o pri
n'r le atr:moine moral de la na- conferences, toutes les brochures, Cheque sur New-York 1. 114 olo p.
on. touIs les articles, touted les posies Billet de P. 5 2, o/o escompte
Qu(.nd au cult de la 1forme littt- qui portent 1'estampille national. Nickel . 2 3'4 o/a espte
Crne, ('est un culte a part, nous n'v Parcourons-lcs attentivcimeut et 1
i.-istons p.s. Nous enl avons dj;.i trouvons en si possible, le tiers qui -
sultis.Unlci'nt parlk dans ce quoti contienne le fameux cri. Peine per- -
di..n) due Les trois quarts se trahissent ( t "
let rous totichlons au point le par i'absence du cri. Cependant D
]ius important. C(lai n'cn a pas l'air' nous ne desesycrons pas et, :hoisis- ENSEIGNEMENTS
et poult.unt la question du patriots sant au hasar parmni le peu d*'crits ENSEIGN R'MENITS
11n est Lss.Vnticlle A la vitality& du vraimecnt patriotiques que nous METEOROLOGIQUES
p.uplc Ii itmien Cin faut parler par avonis nous trouvons cc cri qui est OBSEllVATOIl1I
cte ., pt.siinent on l'a trop long le plus beau que l'auteur ait pausst, DU
i1nmps rcli gue A lIarricre-plan : par ce passage qui eit st profusion d .SEMLINAIRE COLLEGE
e( qutilln ptuple qui ne se laisse pas foi en notre avcnir, ct qui est con SAINT-M.All'I.\I.
guider pa le patriotismc.chez qui le m la forinule de lIE;piir national Venicali 22 Aoct. 1913
pLtriotri-mtl, cst .teint,cst comic un o "iout le temlps qu'autour d'ua IDra- iaromitre A ini 7',,21
chlctItiI chiez qui la foi est anoite peau pourront se presser nos ar-
pirce que cc peuplc est accessible A dcuri, nos sympathies, notre foi, ( mini:ni:n 2, 7
tons les vic-,s. A tous lcs m:auvais tout le temps qu'une idc: pourra 1rJmpratar aiimn 31, -
sentiments ct qu'il c-t tinalcmnent germerquclque pirt groupint au- maximum 1,
minr p, r l.a chute. b )n paur le si tour d'elle des aim.s jeut ne, f'cdmis-
lence de l.a tombc parce qu'enlin santc.s honncits, d-sintiressccs Movelno dino ur27,i
les cfntts,, d'un pays qui nti sont qIIcIs lue s)ienti nos n3tits d dou- Ciel trs nuageux toute la journey
p:s rcch.authts par son amour nc itc. tqiiclqu, mnipris que nous puts- ()rag au sud i 1 heures.
petuvcnt remplir digniemint les font sins avoir pour la lacheet, des horn- Barometre en hausse.
tions n.itionailcs et ni t olt que sui lies, nous n'avoas pas le droit de 1. SCIIERIER
vre le tuneste cemniple de ces pierce deserter la lutte ct d ne pas e:spy- Fantasist' Tildttre
naiises ti qui sc ba.tt.tient pour rer. ) N ,.Is avons as-istd, hii rs ir, A1 It
leur s.a.-ire ct no110 pour la grandeur 11 nous app.artie.it d! to:ili_-r ir,.pr,.s,-ntatio:t d'e.i ait LatI t lie Mr
d'une pattic note patriotisi.n 11 revient aux I).i aave : s.a r );alt ri.i'i I ttit 'II ,
l'e.; qtuc.luCe tc:ps l metnie maitres de fire renaitre le senti- no,)s avait invitets.
dcpuis que ls admirables acleurs meant patriotique dans F'Ame des en l'i.presario a exhlilc tdd'varit no:as
.lu dr..:ni de I IndApendance Natio fants. Ici nous rendons un homm.i- une longne s,ric do lilm-s nodnveaux
nalc se sont cTaccs pour f.aire place ge mnrit .a Monsieur Caius Lh&ris- dtont notis avons fort apprecid les
aux act.Uns d'hier et A ceux d'au son. Iauntfs.
ourdhui, nous assistons .at un affai Monsieur Caius Lherisso. peut I.;i pins grande partic de ces filmsa
lissemnent piogres if du sentiment avoir des dafauts et de tres grands, s.ra fl 'rt iA la reprsentation de
ptriotique. II sest traduit, cct affai mais tl a une quality, que tout le a .oir at ,.)' sompes en droitc.
blissemtnt progressif du sentiment nonde n'a pas, qui le fail planer. N,* n i tston. p au plaisir
p.atriotique qui est la cause initial h..ut. bien haut et don't nos arrives d(I, sij:aler an hItaisard : Pour se
de lotmes nos mnisres, de nos lion- petits-tils se souviendront avec joia veni rt, ,.1 1v"\s d'un director de
teuses depl.pdatmons, il s'est toujours ct reconnaissance.,parce qu'ils sero.lt thn'itr *. IL.'honnecr d'nn nom ,
tra .uit pir la fail!iae des aspirations mn :illeurs que no'as. Monsieur C.tinu < Max et ses animn atx *..
dc lfire. Cest l un m.lt social pro L.hrison, depuis plus de vingt ans Qna, per so nne no manqic A cette
fond qu'il se dpense pour 'instruction soi'e a laquelle d'ailleurs se sont
tC'est par man ue de patri6tisme publiquc.s.est toujours attach, A in- lpro1'i daller. d apr.s ce qui nous
qu on a pill en boan ordre la caisse cu quer A ses ekves lc sentiment de s t ,u, h -t p -t-soues
publiqu, c'est par manque de patrio honneur, le sentiment du patriots- e st
tisme quon sest ru, 'assaut du me. Les iournaux sont 1A qui ren- Daeeate de juust~ci,
pouvoir pour jouir des av.antages ferment [es conferences et la relation O.t se souvient du cambriolage
matcriels qu'il procure. C'est par des travaux du maitre. Le patriotis- mystlrieux de la maison A. de Mat-
manque de patrio':ism: que s'est eta me de Monsieur Lhdrisson est tou- teis et Co. que nous avons relate le
bli Ie trafic des consciences plus jours en 6veil, soit qu'il s'agisse de mois dernier et de la capture par la
honteux aue le traffic des objets de commrmorer le Centenaire ou I'an- police des auteurs de ce coup auda-


consommations. C'cst par manque niversaire de la mort d'un Ancktre, ciceux.
de patriotism que s'est etabli la soit qu'il s'agissc de rdaliser une ca Ce martin A to heures, le judge
double rov-autu du vice et de 1'igno vre qui intiresse I'honneur national. d-insituction Months, assist du
ran:e intimidant les consciences fai Eh bien nous vouJrions que. commissatre du Gouvernement, L.
bles -t olfrant pour clur maintien nos maitres A venir et remarquez Midoui i et du jugede paix Alcindor,
de for aux uns et des fers aux au bien cette persistence que nous met proc6dait A la. visit du there du
tres. C'est enifi par mauque de pa tons A ne pas parler des maitres ac- vol pour en reconstituer les principal.
riotisme qu'oa alait juasgu' remser tewis oue voodrie qu-ae m le circonstunces. Les deux inacdl


vaient etc amen-s sur les lieux par
rdre du magistrate instructeur.
citte promenade en plein jour leur
fait un grand sucet de curiosity.
.te flule trk co:nplete a:courue'


4A V ~b~nN


Re~v is ican
D E LA


iour vo:r leur tihe, s'c tit mtnisee sur
a place G:lfrard ou se troave la N.! lcteurs olt pris plaiir i r
naison A. de Ma.teis et Co. les rp>ns s venu-sde d it.reai -t
parties du pavs A notre ref-reijum
L'affaire E. I1. Peters n treftrena,
cLncernant la rIvision d-. l Cnsi-
Le rapport d- laCe:n mission spi- tuition. Nau.)s a.avons encare un bbn
:iale dec 'allaire E. II. Peters & C) nombre dans nos bureaux qua attend.
lpotic sur ls barea.ix d a S'nat, il denit la publication .Nus leur ferons
y a une huitalne de joars enviro.a. voir I.- jour dans I'ordre de leur date
sera discut A Lt. seance de dem lin. d'arrivee. Celle p.true hrier siege d e
A ce props M.tr lacques N L ger, Me C. Thebaud le brilliant dkputl de
ancien Secr'taire d tatdes Relations la 24* L& islature.l'imiient avocet du
Et&rieures. q :e les con:lusiois d: birreau de Jacmel, a s)ule t le *l
.e document atteignent,a adress6 au vit intir6t.Nous n)us en rjouLs. -
S&nat une important lettre dains la grandcment parceque les idkesti s
quelle il se defena des critiques qui par Me Catulle Thebaud, la 6:s d
ont etut dirig.es centre lu;. rest sur cc que r6clament actudll,.
NouVeaun CGoinllm:n lint nent I'opinion et les b s)ins mani.
de commune festes du pays, se tIouvent fortuite.
l.>r.onm1iion di .1 Pesident de met d'.c:orl av:c lcs id'es que
la.i )t')ublii ', tt l-ntride on dAr- professent bon no' bre dentre-
lhin viient dtct're no.n:it' .Comma a- Ious du A ..ti i '. N as appelos
d tat de la c)iin.nnui de I'Anse-~i- .attention sur ce que pense Malt1t
Veian. ihdbaud du droit de proprit' imme,
Lo g,'-"t'ral Arclhin est un officer biliere au resident &ttanger, d:scom.;
tie distinction, iqui a gagie* tolls seo mandants militaires dansnotre aJai.*
grades td:itis l.t c.valeric de la Garde nistrati)n, des iustitutio03 comma.4
:o il a fait son service. Nul doute nales et d arrondisseinent, de l'~.
litil tn si signal a ce post par une tion des d,'utes suivant un sulr
cuonduite correct restraint, des attributions de 1^ssem
La Saint-Louis bl1e Nationale. de l'institutio t d* l
Lindnli proclhaiiii. 2' Aoftt, sera la Chambre des Comptes etc et: Nus1
fttto de St-' oia., il y a atrt. i la C!ia- prions to-s ceux qui s'int&ressent i
pl..le die Tatrgeatt don't it eat le pa- cetteimportante question.lji 1RvIson
troan, griaiade cOrianonie. l. graindl Je notre charter Constitutionne-l*,et
in .-s swra clhantLt solecniellement iqui ont lu notre qucsticn:i.:re, de
a1 Ititt heia'es-. 'vouloir bian, si celi n'est pa. encort
Ia cia elle. so. :.dtilr-nse a cnL'Ytier dal flit, nous adrcss:r Ie plus tp l tquu'
po'mr hlointer t la cl CIhratioi d. pourront, leur rcponse sui%.;:t for.
cette let*e tin ca..l: t ,.nptia tlier de i donnance pratiq i que no1 1, Jo:as
isti tiii< in. indiqude et qu a suivie Me ('itjlle
Naissancesh ;'hbauJ. On voudra bien i! pas
prdre de vue iq e n,'re entr'prise
Mr iet Mlnoae .liieon tawrtenardi, (qe offre ute importance de tout premier
Itaittet iinons print dttan'lOtles. que orire. En ellet, notre project c.t d'
le 18 toirant, leur famitill. s'est aug- or te.rEd etpet, notre project c t dl .
ine;:itle 'itsIu petite till quii a re le prinoin de Nimv-:. prochiine, tn ou dee\ volu:nVs ou
se trouveront reunies les omnas
S* Jiver es des ho.n nes les plus autori-
Pir ttlcMraviune, Mr et M no Mi- s6s du pays sur cette intressantema.
c'e ll ,) stiron.de J 1riiie, notus o01 til&e.De sorte qu'au min:nent oL lAs.
e~gal e-it ifait part diL Ist naissanee sembl6e Natio iale coistituinte ou.
d- tai a-l ilill a ., smaini lhier.
vrira ses travaux en Avril 191j. tous
Mine ihl'-oinar Lpr11e ies mcmbres pourrontavoir ci main
Nons avon ajpris la mort snr une consultation natioin.e pratqut
venu,1 ti, I' ,spao sles Cavys. le 16 qua sera un guide veritable et str
courant, tie Mine to llt'ar Itp)orte, jans l'tlaboration de la Constitution
dite iPopotte.. Ss rtirqrailles out eu nouvelle qu'on attend. Nous pnoos
oleuIt le ntoiinde connait Itl physio- donrc tous nos correspondents qu nat
nomi, ide la dfintce lci a lonItemps se d&sinteressent pas du sor' de la
h.ibitt Port-aii-l'riin-e. nation et des institutionsles plus ap.
Popotte joila nai, rdle assez consi- propri6es A lui donner de nc pas tat
(lrta!ble planss I p litifqu haitienne der A nous t tire parvenir leurs rdpoia
et se lit re:n ir. ier en pliisieurs cir- ses, s'ils ne l'o:1t pas encore fait.
('C)sltalices, iaotamillnelit SOuts Ic gou-
Vet'neniii.it .'t Sioini p" It l o services.. .------ --
qlU'lle rendailt.
l'aix a sol, ata La Chambre

Los ftl:ilerailles de Jeai Josepli Siainc- la i2 Aoil 191;
et Mai'la, M.arezano Alvarez, do eu L'ordre du jour est interverti
et Ma hlaiuni! Mariaiio Alvarez, ddctsd lad e d duE
ihie ithI' .ge slo detux ans et doni. la demand du pute Be
ataront liet cet a|)rs'--nidi i 3 ires qui fait le dep6t d'un rapport du C
et Jeeinii ell I' Klise de St-Josephl. I mit6 des l:ianccs sur la crane d'
.Maison nlortitaire : Hue I)publi- 6poux Sam et celle de Mane E.
-'aine. N- 7. vain.
Nonavelle A la main { Les conclusions de ce rapport
n poce c ti dant A inscrire P. 7 200 or en f
l:n poce correctionnelle : des poux Sam et 2000 dollarset
Votre tat veur de Mine Ed.Sylvain t
Triste, mon magistrate. takes.
Qu'est-ce que vous faites ? Le Ministre Pradel dipo e or Pd-
Le d6sespoir de m. famille jet de loi accompagnidu rPport
experts du D)partement dI I oaut
------ -- publics qui d6dommage 9ds Jiv,
SJ dus don't les maisons oni4te fra't
A Vis important rkes par explosion du 8 Aot 1'1J'
-- Desgraves et C6sar "m
M e u e o I'urgence et le vote imWat en
Messieurs les Actionnaires de la veur de ce project. Mais ioWnt cow
Companies des Chemins de fer de la battus par Savain et le Ic u1treP
Plane duCulde Sac sont convoqus del qui sont d'avis que rol).
en Assemblec G6nerale le jeudi a envoy* au comity co ten r
Octobre 9' i.neuf hres.et demise du permettre aux victims retrad
martin, au SiCge Social de la Compa- presenter leurs reclamastis
gnie, sis au Champ de Mars, No 56. Billy est aussi d'avis 0'o
ORDRE 'DU JOUR mine minutieusemOentceroijet
t .Rapport du Conseil d'Administra- u par t le pdor i
Presentation des Comptes. une some en or et pouttell
R 1Rena o n ds Compnesl une valeur en gourdes. 'e]
-. Denouve element du Consil. Le project est renioy A
4. Divers. du-conita com potent.
SPort au Prince, le 14 Aout 19t3 Le Ministre onamy dt.,
LDfrsidenl: H.C. STAUDE I'original du rapport de 1
_________________ sion de vtrificatton le pr\ r
-" Iqui fixe et rMgle les dtes a
resultant des admimnstritns
hi PIERRB EUDICOURT Nod.Alexis *t Simon.. a
Ancten BAtosanier de 'ordre Ce project est vot d'urgenc.
des Avocate amldiatement. e do
I^Lcture t ensutteaonne o" s
Do reouar Port'emalPrna re- ce3de la correspondenC qu l,
pread la direcdon di se tposcs no esumment so pee


Iv-


__


- I


-A




LE MARTIN


S--- ... .- ~-;r--s. --- L-- -.. II


CE

CE


AR ,

SIGNE


vous savez quo
vous avex la
preparation qui
a tenu le pre-
mier rang pour
plus do trento-
cinq ans et ree-
te encore la
premiere d e nourritures
m6dicales toniques em-
ypybes et recnmm-n MAe-
Ir la profession m&dicale
dfu bout 'a Pautre du
maode.


L'Emulsion


Scott

so compose d'eleanents
criateurs de la sante et de
Ia vigueur. 11 y a plusieurs
onuisions, mais seulement
une SCOTT,-demandez.
Ii et soyez certain d'avoir
le ballot qui port la mar-
que de qualite-Le Pecheur.

Chez toajs


lei
Pha~rmacien.j


r.


imJustriels de la Plaine du Cul do
Sacprotestant centre le coidtexcessif
de fret dc ia P. C. S.
'*Cette petition est r nvov6e i l'exa
ma d'une commission spkciale for-
A- ILE I l 2 S wf .1" Vyw .1t


toutes lois ou dispositions de loi qui
lui soot contraires et sera publide ct
exicutte A la diligence des Secretai-
res d'Etat de la justice et de la Mari
ne, des Financts. du Commerce.llIn-
tirieur chacun en ce qui le cmncerne
F*ait A la Chambre des RI ptr-;.
tants le 22 Aoilt ); Iau z t.- de I In
dUpendance.
Le Pr, i.lit Jr i'a Cbh tibre,
SI-AMAN M BLOT,
Les Secritai ies,
P. ILSTIN LAUTLRE,
F.AMIBs DUVIELLA.


C ,h net de
i, J. B. V. CAB CHE
Avocat
Rue Ega1lt N" 62 Gonaive,


Restaurant hI'E(4
14i.). Rue Itepublicaja
Celt.' tIalIisemtic~l of/re fau pi
serv ift' de's ?Iieu. SoiflOICS.
*\mae ?ucz fj*E:pis (dele '.a

Prix Mod4erns.
N. B.Les' tpli'f.% (1" I'l
Sat. l''te,!dc 'a al t! b
Dii-eleur, F. G-1 It


IBolle


((LJx Leb


Jacmel, le ao Aoutt 19
Mon cher Magloire,


IItic. u


'I'



(Sal ce
.'~Sc'eIf Cc I
'(:1 1.


tres
I;.


Me et MM Iles dputes 1 Nol, l'ai lu mon compete rendu dans le
Padent, .N Lafontat t, Tassy,Dalen- dei.m, du jeu ii, 14 du courant. 11
o.ert, BoiIu caI et Danois. estrempli de coquilles. 11 v en a
1.'issembIce passe ensuite A la dis- que le ecteur peut rectifier ; mais il
dqion de la proposition de loi qui y en a aussi qui. si elles dtaient
amerde une rente viagere A la l euve maintenues. pourraient donner lieu
Darkcs Desravines. ide ficheux commentaires. Le typo
I Le Ministre Bonamy renouvelle haitien nest point m&chant et l'on
Ad&laration a savoir qu'il n'eit pas est force. de lui tenir compete des
jUpiblede continue A augmenter Il e difticulits que comporte son
Budget qum est sorti des duibicra- milel e n
~ de l~a (hambre a\ec un deficit travail. Cependant il iui arrive de
B4f de la gChoumbre avec un df fire des coquilles qui son' de vrais
. d t Leoo ntourdes. otient qan non sens. Aussi me permettrai-je de
dtut Leconte soutien.Et quanl demander par votre intermdi.iire, a
ccte proposition. Et des col- 'amaoilit di typo qua a compose,
Itges vou'ant v fire incorporerdes mon compete rendu, la rectification
SPesen faveuir d autres personnel. des trois principals erreurs
di at du Cap se face et s'e li lin
dI Chrimo:in CCsar qui persis- jme page. ie. ier.
r6claiicr p ar fine Labidoa. nous accordons un vif souvenir au
dent degeni ant en querelle, eu de u s ee. alinna
Pr~sldent lVe I2 sance A[I- e- page. )7e. lagne, 3e. alin.Ita
ident le la sance 'e-o le regad.... pent decouvrir au
lieu de sent dtcouvrr ;
*e. paige. 2e colonne. 27e. line.
Prj< tI dc lol 'ernier alinea: pourra offrir a I'a.ni-
( derant q ie la mise en valeur ration au lieu Je olfrir 'a nlmtnisti a-
Sdest ses naturelles d'un Pays es: tion des strangers.
lacon tion essentielle d- la prosp6- Vous connaissez comme mot
r'e n. onale ; i'histoire de Ilhomnme d'litat tran;ais
Cu: idkrant qu'il est de principle qui avait Ecrit dans un journal : que 1t, ie de pcnse d'ordre exterieur suis au bout de mes forces, et A qui
SO" Imie d'importation commer- le typo fran-ais, plus intelligent que
Ca!e ct traine une dimunition pro- le typo haitien, avait fait dire : le
oriio:.elle de la fortune publique ; suis au bout demes farces.. Eh'bictn!
Consid~rant que la protection des la farce avait t't joule et homee
ProJutl nationaux contre la concur- politique frangais en tut aigri parce
rtnce ettangdre est un corollaire de que diminuk. le ne suis pas un horn
IisOuv"'inetE territorial ; me d'Etat etje n'en aurai peut-dtre
Consadirtnt que les marais salants jamais l'tofte ; mais des ignorants
enDt unk source inkpuisable de ri- mal intentionnis peuvent fire sur
nIse e r les peuples insulaires ; les mot vil et admiinislralin des
.Cons krant quil est just et ra commentaires non pas iitt&aires.
ionnel jue IEtat d6fende l'industrie des commentaires tout autres. C'est
yliona par lemI me proc6dk qu'em la seule raison qui me porte A intro-
sent t o autres nations civilises duire par devant votre .... tribunal
ns I2 lem colonies aux Antilles, par ma petite demand de rectification.
Pport OuR products haltiens ; Meilleurs remerctments.
o"'nsderant que les sahniers de TI. LEON
SRpublique forment une classes de
vaillUrs des plus intdressants,qi -
V 1ritilt toute la solliitude des
rand, Pouvoirs Publics ; A Iolner
La CLambre des Communes usant A TS
at ivesque lui accord I'art. Edcellente Villa A Turgeau.- Sa
e dc constitution. dresser ia Mine Henry Rouzier
*0___ ^^^^^^^^^^


A l'I1tranger
PARIS 211.--- NI. Ilegnault. minizistro
le3 Framtt! ;* I'I Tij~l,wa (61.0ii~mnt*n-
Ataihissad o ar A'I.Tok to.
ditCteill'4's '%oil till cIII MN le\ ii**. *' It,.
bruit ttp ~jiIt ubs41311 .
ee p)ays I't os F a s-L'-i k oi-.1 itloY'-c
t4 Ies vat'i-ts Iixt'5iCntI- s A Li 1'. )ir-

de htaittricitr tie It min uiio a#. Iiv
desnteion avec I. Iichw i, m.i.r
*c- afaiU- .--ott'ci;s nii

tlt (iltleL I I ka io .le.hct4'piii
Di It cX 210-De- I)~oratgors opel ov.1-
tables oat &ItCtattsal i* ej i.I'. 1. 1f.Il-
di'c I i-. le feiu ACt d.'nomhut-irt Il-
ttiiioiits. ILes rtecoittos wit s dlii it,
BORDEAUX 2.-DO ViI)L20tS 01 C
~tie ,cLL' a _* ill, i.&pt lOs d1e3 rtlI'o. o t 1

Vod -" AI i Ittitl. '' Oi it~l't' et' cios-,Idi

lileilt dci P cli '.de Hlocilofoz't. 1I(le-
i mimticies e l yes C!ip hlSiic~s IJi .,st I-
tu 41110.
1;-( wit IC.:-;2,). lil t' Oidt'ih'' do
.ltVIto att~chiiso d' eseoe ilaIa 't!gi~IO:l i
Icon)lI'iSw'l'It les gixindos ini.i oa- I
vrcs '-' ot' Ie stipjrimil-es.
*\"\'E ~2,--- AllE n Ib L3

XI U11'114 cm i lii
It cK at it --'I M irso-ilte o :t J i ill't
1,2 .


VCc) ii ii It A t';I k r 411. 1 1 j M
"li' i A I ii-XIIIc S~tiOeC. !-. Ci *i I -
1)1'4" )fZ''ill iiairs ci ailln I' Lt v.'iI
(114 [l'ut.

oai 0 lq -i I,.atI ra aw' 0 t6 %t I I
A I .1' s I IA, C e ta I I rt:s- IIII dIi .
Le hi gi-at eilt l oEta a, (it! I a.M n11A
atqki.tas.e. I a rem i. iq ic uh )Us (100 10J
inogtetir (II I proliti hal'il r,- 4ISd'i l t
(tlI oI it A-I a itt ) II e -.4 EL I ti c 1i U0IA IIII

c' ,-,IIaIiitc c t ci re 411rici ta 1)it v I I -i v.i' I -
I1 I I i S i it Li a b i 1, 1' ik"i ic4 1 ',

rd ittI jc 21 Lstir atc-roj la o 10 hI-
Cd~ ttto Scci v itI' ,t cidt-i t, ,lilt 0 t

1t: k ci. 11111,41w it 111- I t j rlanc I'iliL.-,
~IIiit j)1 1tr a i' vut w oai Il
1m1III toiiilltitei ISC I:ro ili'iii !'-
l'~ ii tt!II I o*4 M i* l Iu aii 't.llr Il- S l
ac~ ~igacI ~ui't I'!d icardtSll'
M Lit aijtI iLti~l". 11110 iolutec 10 mr-
S1111%i ',~IA I sut i'mt hlrf

~I't1I i it le! Ito 04 h' ('1HII':i. ltio I'
to it S-1.-1.- 1.0 a F iil o ae I i', )it-
Vv~tt 11-11i 0I 10 4 9 Cl III 1110t BIiij.S jlits1
a '"i.. j II( IIi(le n ut-~ k ;w



fit!lim r AeI 2-SI h' PA PUIw '



ennll 'all a c1 1 ommerc e~n
SeuOS de p.. 1AWeCS 111' dul linoi4 Std
septembrit, s ga6 par le player
d io(l 1 DIu~cet-'1d 11 I'[:iIn[itrution-
publique selev011tan10(II a quarfanle
1#1n-,cop-ksctque ncc.11 elle I.thjIarc-
-Isui innaeudulct



deatCiiREMEddivr TE
NotauPINO eA21 AoaDOU 913
MRICNe vO ISCOPUdi.


A PaoEest : A veadre _
suvat C orps LAgislatif a vot la loi Un Coffre-fort neuf i combi Occasion
Arc, r.-Le sel de cuisine pie. naison Hallsaf, un bureau table A vendre attelage buss complete
'" O8tllOfrttiOnun droit fie de 'uoe vilndn.
rP. 2ao n. -droit d S'adresterau bureau du jour- avec accessoires; excellent tireu
Ant L A ggg i r S'adreuer au bureau du cMalin
vn^ r-f1 ~r4B


Faillife Leon Cliarlmet's
Le's coiite:5r5 tie'aIa iiilili' Lion4
C!, trImerc sou ,it in:'ilA* .i4Uposi'r urs


b's d- t. ;. .' 1: ./:!r laille sont

liona J'ue -in i;nssaari'. Un
eel rgeIl Pa .si ci' /,iu.d 1se'raipris conire
etu de ?JIC":1 c\ j'iii. lar's, Rits 501 i'l
autre persa~anr j:,au I plSi cguiw. eipui Sit
jPii jrh i tin ,i,)l, .:el "141s,''n f'(ui s'e sI'rf
veoilrc)p~t fii'.ci' i*J'y '.li'ieil dcuxi'ziIois, le.
SefI'.Oigiie c Yzn .-. i* ~', 'wPar ltlotD
pour i'naca;sei p,.:.ir o/ t/ ie is crian-
t iers.


IP.1 lile d. 1Y Debunt
1#7. awe &- f atai uswt-O&W Po
Tactic & prondme
He "6L.08sgant eusem wpu"6209
db we pmelew iii- iek oMdpM
SupprimantIsa4160.
elk me 4&btbporn4.ft mOs &ISern
dab mecamese auc paimdo isNNW
rius active quo tournJoe elMUMFOS,
dftS. ma,9ffCommkodqun. OinsGb*~
DOWI:PumeaTS. s *a. winulr
LAMATOWVI 0pbs.


PIToI Mu r lei, i'21 .4oiil r19)3IA~ is iii Iorl ant
Le Swidic prtnrisoire, Le soussifm t porte A1 l.a connaiik
4bel 1;411%:. ane dui public et du corn mercer qu'-.
J'un commun accord, IPassocia loll
-- uii exist iI ii nrc Itii et Monsitur
\l.inu1C :crzljndtc /a.1 d dissouIe -
~ ~ I..ciif et le pissf de U lBoulangenae
LJON HOLANDASE" St JOSCp Iui Ill Jirigeiir av*cc Mon-
iIOLANAIS' ieur iFerunandez demcu rent A h~
'.nakI~. Wotim~r~h.Ua.,uri chrge de ce dernier
Port-aii Prince, le 2o) Aotlt 19q3.
U steamer Prins Maurits ye- LI' IVR
nant de's ports 4du Sud est atten-
dt ci ie iru11it'li iat
11Ismp1irt ra )imanealae aprt%,-rraa
d i *t ciiiI Ih tir- s prt.~ises pouir Regides vt tre pe.u df~ute COMM* Id &soi*.
St M ire'. N ew-Y otL, et touchemraP., u nc me Ito1souffle
G aav. 'd sai rotviiial' Itilhre 311ffi des flours ave. 94
sani i p t Iird
delte If~IilIe's :u~atir ttui'Him 1061. *FLF3 IiN IE
Por ti-au-rince Ile 23 Aot'i:,11113Crame d M6wt
P,, :2.50.- DemiPot 1.2S
A K.;.D I'S A j tit .411iii A LIRIIAU. 4S, Eu. A16u6W PASIS


LigiieAtlas

1A vapcur IIIill~s Sigisinand
ayanuI quauta New- Yot k jeuda 21
couranta, iireciclement pour titre
port ost allnticiei icinccre.,Ii 2;
Cr1 p~iriliri paoba ibloinent dImii
la sorl jor epI 'diPew(ioave, J(It-4

column ii II L a JaIa .a joe.
i'uit-ati-Irinice, 2:3 Avilt 1913
REtt~\130)LI) & Cie, Ag~ents


stock

feed

NoiiI I uC. i- ll~ualo nae oul C%)~
vaut i, aicluemaenarit v&~t


C:lez


GEOBGES LION


Lamipes it Acetylene
Che MAL. Gillies Payne etfe Ic ntosh
dernier moIdele, it tous prix.

Eclairage aulomalique des masons prit.e

dldifices pu'licselc,par le syst,'me de tubesflexi

ble; Allen. Lepls simple cl ,meiailear inre.

jusqu'd ce jour. Sans danger i'explosion.


SVouls arons loujours un sltok i e Carb ure

Calciumn ;our lampes d automobile.


GILLIES, lA V'E, i .i c INTOS11
Agent pour llai



Le-Dr Louis T. Auguste

AAncien externe des llpitlauix de Paris
Mm,.d ine (.'t4n(frale et Inflantile Chirurl|ie ti Aerouchement)
piovienlt le public qu'll est iustall acluellemnent chez
Mine Al uguste lloutttlafli (OtOls-VEINA



Griands Moulins d'Haiti
:15 Rue du Qual. Port-au-Prince.
SON.-Nourriture
poar chevaux el bestiaux

En veine chez
FERDINAND FATTON
SIMON VIEUX
REIGNIER, etc.


_- ~--m-- ---- ~


__


Avis
Me Tertullien Guilbaud
A coca l
54, Itue du Port
de 10 heures A midi.





r== -' F


LE MAt'IN


I .


1 ngt B- *Ig-I^ ^


GEORGES LION, Agent


. ea. -.- ..w ea


- .-- --- ..- -. -.-.-~


IAISSE DE PRIX

Kola Champagne
la doxzaine :Ri %. e3 St GI. 0
Kola Champagne Formule Dr. AUDAIN
le doexzeainxxe -KL. -,p.

Sobdtd Gsndrale de Kola Champagne


USINES A


U6positaies:


VAPEUR


SIMON VIEUX.- 100, Rue lu Malasinleu
Port-au-PriI.ce,
PIERItE FnRRI'S lP01it-G(-oiIve.
41UG. SCOTT L6ogune
I). 'RIfZAULT Dame-Marie
B, "OUBA J6remie
T. GOUSSE MiragoAno
CICERON GILLES Cap-IIitiicn


Tabacs I


Scafeilati Maryland paper jaune le paquet de
40 giammes -
I'Etal Scaferlati Caporal superieur paper bleu le pa-
iteict de 50 gramm, 3
Scaferlati Caporal'ordinaire paperr Prte Du.me'
le paquet de 40"grammes
TABACS A PRISER
Poudre superieure paper bleu le piquet de 100
grammes
-, Poudre ordinaire paper Pate Brune le paquet
100 grammes 0


aRIX Cigaretes

I Ninas le paquet de 90
D0.il Chasseurs la Botte de 20 '
G.... auloise en caporal sup0rieur on uarylte u
paper rose ou jaune ie paquet d4 sO
i1 do en caporal ordinaire pap er bi.I tI
Q 1 paqnet de 20
Eltigantes en scaferlati caporal superior georp
rose le Bondon de 20 .a,
Elvtgantes en Maryland paper jaune Ie Bond -
deW2
El4gantei ;n Scaferlati caporal ordinary pip
.90:' bleu le ondon de o90 2


C-- ANGEMEN DA DESSE


L'Agent spdcia1, J. LA VILLE.


MONSIEUR C. L. VEBBET
Tai l1tur- Marchand
Annonce A sa bietivoihitkTtf clienl~ic qu'il vient de li-ansf&er sa
maison du No 7 dc hi mtueTrivvcisiic ati tia c du N Magasin de
D'Etat, au No73, c s-.-W& ~quhlqu s ua~s tde sou :&iciomI~e mai-
Weu. On y trou verza des ,8i! 1ides I omt r a ji1leis cii pros et en d~taiI,
f~rnstures el casi 1?E s vde /lP. Ocir vv~pi v ir ~modw)'ts.
IA maison fa.it un vrz1. i o sstu-It, pi ix (1,.s coniplets faits C!
fouris pur hommftne;.
E i olre A ses w:Iii'UiIIt s vci1 i.ls ties aricm-11 eq -. r houtiitns tic'
chapeaux jusdu'A cia('C XClUlSiVCUAl:tt &13It aIaue tioioueautk
pansisenfl e i prix tres r~thits


Grli (1


AI(tefs itis


A ux DI)aies deI FIance

Bordeaux


Magasin vendant dIc 10111 -I Ic-n inai6cii .
jExpt~difiom1 Franco par cull-, post lix A P-111 4i
Les Envois -oiiL fatils awc till :Om rii l


.c 'ticV IFcs.


j)21t1~'1)lr ... rtLB Ll'''..a.,


S-alonti diiCommercee
,12 hIWE DV F1oUIT IPE'l12.
I,? (!.%Ide Re %lrah'znl diCon4,,ov


Salon


de Coilffre dt high life


Eh'jaiice --- Soiuis --- Ilyflickne
Collikurs parisieuis. culatitiis et hlmdnils.


Laboral oire, Se-,journe
1Pr.paratiun de, Ojtjis.-~;I~t i dc ~ues' tr~te
2 JUDAILLCS, A L'.P~IINDF URIWXF.LLE-S 1910
AM'OUL;N Lit .", vouti titer Isutoulitites seion Quinton.
1:..u det 11IWI kill. *i '1 Wy n- a~.1! C '~ i~u al-W- all
ar~ an-t'a de I'l it. 4!k .Nt h(.~ I*~ (i~ au Corf~f
a" fir. I I *l)eQvatElo isit7 k't ~ilo t(ut It-, '-k' IL 'Oirt 3 'trangers:
Veen do sner~iojei.,11t --. -. ca' i l' *C". doti avuli toutes ses
sW"ams products o i d-wn0'n Usis les r.1ullo' t4%~.
SPikUIAL1'L~k.;: Serum nevrost6rilque.
Le Sriun r~guiarisO lea k~N-1iwgg nutnuils, ii a 4;w employ6 avet
wo"* dma Is spemth~sidi. I* tukbeCuloaS etc.


- -


NESTOR


FE LIU


IIotel de France


Le Maitre-tailleur avantageusc-
ment connu detoute la Rpublique, -ctte maison tn.s ,it n situt'e A anglee do la Rue du Quai et do 1
vicnt de ransftrer sa maison de la PRue 1.rou, r(nidez-vous (fi Ili,.lh life, ett une des plus anciemfas 2
iue des Miracles au No 179 de la des mieux Sput-es de otioe \il;.:
Grand'Rue. On trouvera chcz lui Eile vicrnt d'"i0e coinIllte menit premise & neuf et offre & MM. kI
d'dlegant.; costumes coupe am-ri- voya3eurs, aiiihi :i';.~x fins ourmets port-au princiens le meilear cO
caine et frangaise. foi table Sa'le pour grands diners et salons particuliera;
Clhambrvs sl acieueses et des mieux am6nag4es.
burgeoisc et fraun.aise
Sous la direction d'un maitre d'hotel francaiso
Table d'hote.: D. juner de 11 112 & 2 tres. Diner de 6 A 8 hres.
Consommin A toutes lea heures du jour et de la nuiL
L. HODELI% Vis rouge et Iblanc des meilleurs crus doe ordeaux.
Restauait : Service A la carte de 8 h du matin a 8h. do oir. '
125, Rue du Centre. MM. Ils voyacur, (qui votrdraicit jouir des agrements de la uw
An.icn mn cWi.,re de la Socizte philntropique pagne, tnouveront en outre Icl imtilletir8 soins & l'16tel MoD
dcs n.aitres taililurs de Paris apartment t lailieiine pioe ri0ilaiire.
Dans la vaste Salle du Uaf6, oui vient de'tre faite une installasu0M
V'ical de receroir tn qraid chloix derne sans iaeiille, on trouvera toutes lea consominations de ter
d'ttfljs : diagonale, casimir, alpaca, C1AMI'A(:NES : ileidsiek, MINumin, Pommery, Victor Cliquot, d.
lerefte, chetiote pour devil, etc. IERES : Globe Urand, Apiolo, lieck's. etc.
Recommande pariculiculrement sa SAKD\WICIIS divers, toute la jourde.
clientele une belle collection de coupe Devant I'Etablissement jour et nuit, station dautomobUls elt "
,le casimir, de gilels de fantaisie et tie
I. I. -A IL --. .o


p~iqvIt de Iovie beattle.
Spt~ciahW1 de Costumes de no-
et S.- U uqpcs Fiaoa" ik~e. iq'
4-t .1 nt, ica itte de la deroit're psi fec-
CI k faa a isoiacouvfet~ifow c(Iuss
des Cotumnes inilitares. Habits Iwio
des, D)olman, Tuniques Habits car-
rids, etc., etc, dei. ous grades..


A LA PIOCHE
:1, Ruetdes Frouits-Forts
luincuille,'ie. Pvercerw1. tsien-
14'doltinle ,,e. Articles inailcs,
A P-ticles de marine, A N~icls pour
agricu lieu is, (Jar,'ossie,-s, Forge-
rim1s, (Onuaudropipaiel s, Mcimi uisers,
Jlaloti( s, Pi icmves.
SjtCiai'.S'dc li L~sn
we'l d te1 remcnircumarque, loles
I 1einurue, Cuit-r,cE2ssleux, Buar
res tie fer pour con struction,
Clolls.


Manufacture
de Tabttc8
S.T. L.

ini Iesqu, 'tI.s:
quos. Chiqiqlos, Mignogs,1'
Vt. veys suptrieu is.
Dip6le 14 rue des Mkcls


Aoutelle Installation


E A LD


Dentair


Iish'ises .


Dentistes-Amt ricains
7, Rue Amcricaine, 7.


( En face dui MATIN. ) 1'oit-ati-Prince.
In stullatlion Elicirique Ultra- Moierne~. Exiti~uion doe t"m
IDentaires de bous silsItIes. SpesCialaie de PiWCcs en OretqP'
laine Bridge -Wlork.
Unique Cabinet Dentaire olirant toutes ics garsanm
1 pu"Now


Le Vermouth


Cini


N'a plus besoin de r6clame, car tout le monde sail q1

L'apedritif le plus efficace,
Le digestif par excellence,
La boisson la plus ddlicd
et de meilleur ton qu
pufsse offrir a sees


Aussi cel amis est seulemt nt pour vous
icz le Vermouth Cinzano chez


dire quo


A. DE MA TTw*r S os,
Souis spats pour I& iula ,E


AGENCE SPECIAL

DE LA


ilegie Franca.ise des Tabacs
Extrait du TABIF G6n6ral Aot "1913.


r ---l-C


-- -


41%


Iw *


I'.