<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01807
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01807

Full Text
~AjMo m we


PORT-AU-PRINCB (Hal)


Merieratd2 Ju.at 1921S


rpnent-AGLOIRE


VOhIT-.V-111-1'IINC E


MouS S 0 i.
ua~oiSa 00 (0
h.T INE R:


0


2.00
500

2.20
6.00


TiJ*Mois G.8.00
LINUMIRlo 15 CENTIMES


HItPUBLIQ UE DOMINICA INE
--oo-00
La lutte des parties


[Do des v6nements don't se Emiliano Tejera, le jour oui vous
p5gwt le plus a cette here avez d6pose, devant le Congrbs
mikx.oflitiques, est le pro-gNational, la lourde charge du
di nation inlente par Pouvoir que jela sur vos ~6paules
Vebzquez au journal Co- la volonte do la majority de vos
que, ,sous le tire Politique concitoyens. Avez-vous salisfait
saime. Les livres en blanc :aix aspirations doe eux qui vous
a um srie d'articl-s, violent- lieverent au Pouvoir ? Avez-vous
1attaqu hla gestion financi6- contrnbu6 aux progres de la Pa-
k'ancien ministry de Rlamon trie onu sa perle ? Je crois que
rtesqu'il s'dvertue A montrer 1. ,Go ivernant qui a su retenir,
de deficits et d'erreurs, de d'un bras puissant, rpe, tou-
des el de inensonges. Ne s'ar- jour., funeste, de la guerre civil;
nt pas au Secrtaire d'Elalt Iui a faith descendre la lumiere
ul en cause, le aCojan- dans le chaos de la finance pu-
a eu des mnots de field pour le blique; qui a dimmnue les dettes
list A la pi6sidence d'au- natioiiales et les a converties en
d'hui. une seule d'amorlisatlon stire;
and on song que ies bhuil qui a jeti les bases du progr6s en
de minisilre do Mr Fe- obleo.ant des fonds qui permiet-
o Velazquez II. reprdsentent tent la construction de routes pu-
Itre de gloire Ic plus pur. bhiques, de chenins de fer et
droilt la reconnaissance de autres travaux n,6cessaires A n3-
concitoyens et au respect de ire isigmniante agriculture et a
adversaires:quand on so sou- notre commerce abatlu; qui a
itlue son programme do rachielt de lunestes concessions;
ernement, expose dans sa quil a voulu ellectuer la concorde
Ie Cases ainis du 5 F6vrier de centre les laments sains des di-
anne, est ex lusivenment ba- vers groups politiilues; qui est
sur son passage au ministlre descendu des hauteurs du pou-
c Finances. on compreni la voir, non contraint par 1 urucane
Kssil6 qu',l y a pour lui A s_ r!volutionnaire, mais lentement
dre de telles accusations. chi-on p ar echelon, come il
Ie .avec- l eN INcre ul sied Al i dignild, ce gouvernant,
Cest avec le Mmoire du Se- j a drit, sinon i des ova-
ire d'Etal des Finances d'E Je croas, a drott, sinon a des ova-
SVictoria, Mr Cordova, que tions enthousiasles, maisau moins
disticgut~ loinrmCdEato s pr au, respect et consideration que
ldeva sg s juges. IE se psr inerilent les initiateurs de projects
1 adversaire pour confondre sawns, surtout quand iti les pr6-
enlemi. On sail, en eloo, quJe sentent et soutiennent da lonne
VeazquEz, en butte aux i -rsanis Iombre d I ire per-
tis des Vicoria el de leurs sOttCI.)
1, fut oblige de sexpatrier .*
ts le coup d'Etat du 2 De-
i.bre. 11 ne pouvait done s'at- Le Tribunal correclionnel n'a
Sre A aucune faveur, il ne pas dit encore smn mot dans i'af-
,Tt eCkperer voir la nouvelle fair du "Coianlo" qu'un aulre
iaiiistralion couvrir les cr- organe horacista attaque Mr Ve-
trs, aire les fraudes tolerbe.', z |uez, miais cette fois moins
SIres par lui. Et pourlant directement.
oore du Ministre ds Fi-I Nous autres, les horacistas
e et le Raipport de la Cham-etsublie ceournal, nous au-
desCom tes, don't nous avons ets, public cournal, nos a-
h)li, i| y a un an, les parties rions vu avec joie ou avoc to-
Ilanies,exposaient que Mir Ve- rance le President Bordas cons-
MtUe, a son dUpart, avail lais- tituer un gouvernement dans le-
nsla caisse publique un su- ,luel les blhments dislingu6s du
vii de 12 680.48 dollars el ioracismo et du jimerismo au-
'. 7Iollars pour travaux raientform6 un group compact...
I's. II est done facile de voir Mais lea partisans de Velazquez.
les accusations du e Cjan- quels droils ont-its pour venir
un u oyen de djnigrement prendre part it la formation du
eptibleo carter du candidate gouv'rnement, quand ni eux ni
SPrsidence e s vmpanthies leur chef n'ont entendu une d6.
Wftes, les amiti6s d.sintres- donation dans un campement,
qui I'entourent et str les quand ni eux ni leur chef n'ont
6l i s'appuie pour letter, avanc une peseta pour lachal
YVelazquez 'a ainsi compris. d'une capsule?... Les citoyens,
situation qu'il occupe, a cou- qui ont accueillh deja avec anti-
r horacista du ournal aui a pathie les nominations do Lova
he alaques donnena u a, ton, Alvarez et Savinon comme
6li un caraetre essAentielle- Secr6taires d'Etat du President
t Politique, expliquent lea Bordasparcequ'ilssavaioentqu'ils
trorbes qu'il souive, 'int- allaient representer Velazquez et
Ardent qu' i fail naitre. Au fa.:oriser les intrelts de cel intrus
e1cepedani o sea phases dts notre politique, ne peivent
.d.roulent dans la fivre des permettre que landis que Velaz-
saas et adversaires, une vo quez fait employer les siens les
i blee ldat d la prase qui dit n6tre conlitmuent A soulTrr.r
r.vrefinancitrequ onrapetisse. C'etal done au President Pro-
*U n'Wet pa li, *6crit Mr viasoire que les horacistas nels


c


J


QUOTIDIEN


RtD ACTlION -ADAI IN ISTR ATIO1

Les aunrnceis soit reCues:
A POR I AV-17FINCKa AUX 1 LUtCJ 4U &'ourn.1
A PAILIS : cez L. Nlew & Cie 9, Rut *rronebhl
A Loxomar.N ie& Md ce& Co. sq. 21,23
1 .'1 :-1 te 11.1
A iiuaiIW uJir Ititld lMO~SSC.S.W. 19, Jevusakera
Str..'1.c 40 4.0
A ?Nuw-Yhax Uni~ersjiil u~icliy Cornptry 4S West
34 th S:ruei
Les rnanusc~i::., in'c- ou non nc sant pas rendkO


s'adressenl; c'est A lui qu'ils en Velazquez y Hernandez a toules r.rnce et Rihard s+c sentcnt poushsf
veulent, "car le pays, disent-ils. les phases de ccs 6vtnements, i irr sistiblement l un vers autre., et
leur appartient par coinqute." fault aussi se deander quellepet-tre la premiere quitterait-ll
Le ton inperatif qu'ils emploienl part le General Iloracto Vasquez p, pc si ui
6branlera-t-il le general ordas-et Monsieur Jun I. Jimenez cou pde t tre imprvu ne remet-
Valdez? Se laissera-t-il imposer prennent aux violence, aux pro- tit tout en ordre.
une loi par les conquistadors, lui messes dc repr6sailles,aux injures Philippe. qui a la preuve de la f--
qui, jusqu'a cette hleure, a do n6 que leurs partisans adressent a" dIlit de sa femme, vient s'excuser
l'exemple du courage et de la unpartidont les actes,selonlemol auprs de Richard.juste dans le mo-
fermete? Les necessilts de la po- du licenci6e 'aillo, Gouvo'neur ment que celui-ci lui dit qu'il aimed
lilique dominicainepoussent par- de Sto-Domingo, sont empirinls Laurence t qu'ellele suivra. Philip-
fois a de lelles violence et nous de la plus haute correction. Ap Pe alor; tclate de rire. II croit que le
a apporlt dejk de relles surprises prouvent-ils ? Non : ils blamennt. mdecinf lui tend un piege. qu 'il veut
quo nous naurions pas le droil L'un a Irop de iact pour na pas stimuler son amour. et du ms me
< e nous ktonner d'un retirement voir I. s dangers dc cette attitude, Coup sA Volntcena ve llant sa ja!ou-
atis lasilalion actuelle,trop. pour ne % lEt Ri.-hiard. ho'innv home
dlans ls silualion actuelle, bel Iautre trop do ginerote pour no avant tout. comprend son devoir et
que lc (G ,iiral Bordas. soui iant, ipis la condainner. Mais le cou- renon.e i Laurence. Cest le seul
a-t-on al'irii, ia ces ide-clatlions. rant les enltraie et, dans i'impos- passage de la piece ouA la volontd
ait dit si npleinent : ( hn me sibilite de doininer les vW'ine- triomphe.ll ne taut pas oublier d'ail-
lAl ne d'aimer I'lioinnetiel t d'ad- ments,ils regardent, l'angoisse an lcurs. que le dessein de l'auteur etait
inirer la vcrlu." ceur et I'esprit en dtsordre, le de se moquer de ceux qui exag&rent
zele irrtlV'chi, le d&evouement en- la puissance de la volontW.
.. fanlil de leurs amis lteindre, uie La piece cst amusante, tendre, tres
:a une. les csperanccs mrngnimi- jolic. Elle a beaiucoup plu. Les in-
Cominie si d'avoir a& dleeiire qucs de triomnphe. terpries snt pleins de talent, et e
swn lionneur centre le el a protlger ses amis contre le mes cile Sorc. MailleDeoyod,
SMonilor tine suffisaient pas A Dubuc. M.M. de Ftraudv, Georges
Monilorer Ve izuez, des i .c- Grand. Henry Maver, Siblot. etc..
Nlonsicir Velh.zqiuez, des ,nct-
dents, survenus au cotrs dtes FEUILLETON DRAMATIQU'E pour que ous sachiez qut pinter-
Mlections pour le renouvellenent --pccabl
d'un tiers dui SInat, sont venus Les Th re8 *
mettre a I'tpreuve son tact ct sa: e
belle 6nergic, son prestige et sa (j Pay.is A l'Odcon, M. Paul Zahori, dans
popularit.Pa Rnitssir, nous peint un caractcre de
Monsieur Ple.lro A. Ricarl ev- -- dtpute arriviste. Viv_,s par cert.ins
nait d'ctrc 6lu snialcur l Jar la succcs oratoires,scmblecdcsignm pour
Province de Santo-Domingo.C'd- La Comcdie Francaise a jouL (o'- eire ministry. Par centre sa femme,
tail, en deux joers de lulie, le loir, pitce en quatre actes de .M.Gus- la douce Ilorine. n'aime point tant
quairinme fauteuil ue ggnai;nt tave l Gulches. Les infinitit sont tris la vie publique.D)e L. une antipathie
lo Vtlaut au S 1u f g ale 4 A la mode au thiAtie cette anne. entire Iles deux ,poux. Vivts fait une
les Velazquistas au Snat. 11 fal- .1. Lavedan a fait representer Ser;ir. court assiduc Rolande dc St Char-
lait une action contre eux. D' L'Odeon donne Reussir. Les quatre meil, niece de Tardivl., le futur prt-
clecleurs se r3unirent et adressi- conjugaisons v passeront probable- sident du Consil) o doit ligurer Vi-
rent an S~uat une pelition dans ment. vi:s. Commine de just, la mondaine
laquellc ils ddnoncerent Monsieur 11 v a une jolic idWe de comtedie Rolande est tout a l'antipode de Flo-
Ricart comtne sujet de S. M. le dans I'odoir. On a beaucoup c0elbrd rine. l Et 'action s'engage. asscz bru-
S>)i d'Espagno et, le soir du me- la volont&. On la celebre tous les tale. Rolande, tris inllueitte aupris
ne jour, ils parcoururenti les rues jours un peu plus. Certains psycho- de son oncle, nc veut donn r sa pro.
de la ville aux crs de g Mort A logues prttcndent qu'elle peut tout. section qu'autant que Viv-s divor-
Velazquez A has Velaz, ucz :! Les philosophes, d'une mani&cre g&- cera pour I'kpouser, ldie. Or V\ivs a
Dans son I!dtion du lendl- ntrale, ont rmoins de confiance en inscrit dans son programme, la sup-
Opinion, journal elle que le psvchologues. Its pr& pression du divorce : mais il n'1
agea eOpnion, journal al, tendent qu'el ecest subordornte a est pas A un avatar pres,il s'arrangers
agellaanfesiondignemille petites causes qui font d'elle pour sacritier sa femme malgrn les
des regions lointaines de Ilt edn,-! une souveraine,si j'ose dire. consti- quatorze annecs de tendre et lidile
gambies et au cours de laquellc tutionnclle.M..Gustave Guiches sem- affection qu'lle lui a donnecs. Tout
Messieurs Vallejo ct le iicencie ble vouloir sc ranger A I'avis des cela ne pt:se pas lourd devant la joie
Lluveres hijo, jug11 et a1 Cotur philosophes. a Vouloir, dit un de de jouer un role sur la scene politi-
d'App A, avaient,6l6 bless.s. Cjt!e ses personnages, c'est surtout you- que.
lioslilite pourtant ful vaine, celte loir ce qu'on ne veLt paNs. Mmes M Wthivier, Peuget, de Frau-
manifestation inutile, car Mon- Philipp d'litat a perdu sa femme. ce. Michel, M.M. Vargas, Coste. Gr6.
sicur Iicart vil le Sinal validor 11 est tomb,- dans une sombre melan- tillat, ont dessind avec talent les fi.
Scolie ; rien ne l'interesse plus. 11 ne gurcs de cctte piece qui rappelle at
ses pouvoirs par sIuit voix contre sait~plus agir. Son beau-frere,Richard curtains cots Le J/dpu/ LtLeau,de L
trois. Lem.s, un sp&cialiste des maladies les Lemaitre.
nerveuses,va entreprendre de le gue- D.intueorab, lkgcnde scandinave
rir. II le traite d'abord par les dis- en vers de M Philibert de Puyfontai-
cours, si l'on peut s'exprimer ainsi. ne, accompagnait Reussir sur l'afti.
Celle lutle constanie contre J'aimec moins son autre moyen, qui che. L'action en est assez n6bulcuse.
Fhoracismng, non example de vio- consiste A mettre aupres de Philippe Un vicux monarque rcgne en Nor-
lence ct daigretir, comin e on la une jeune veuve, Laurence Dalbois, vt-ge A unc tpoque Idgendaire : il est
vu plus laut, in'est pas la seule qui, par son charge, raveillera les a moiti, dement depuis la mort de
que soutient loe 'elazulismj. Aux energies sentimentales du neuras- sa femme Danncmorah,qui lui alais.
lioracislas sontl venusen eret, s'a- thtnique. Et. de fait, Philippe ne se une ille, son vivant portrait. Le
other le as sjinenislas qu'une hai tarde pas A s'tprendre de Laurence roi s'est remarik avec Dyveke qui a
outer les jimenistasa qu i une pose. O est le triomphe de pour amar.t lec premier ministry Ha-
ne invter.e divisaient pourtant la volontS 1a dedans ? Je ne le d&cou- gabald. Cette femme veut rdgner et
il y a quelques mois encore.N'est- vre pas, meme apres avoir beaucoup fair disparaitre son maria. Elle pro-
cc pas un signe manifest den- cherche. lite de sa folie pour lui fire croire.
tente que le flit de demander a Le conflict dtant ainsi posk, il sem- en lui versant un philtre,que sa fern.
pirtlger ensemble le Gouverne- ble que la pikce d6vie. Philippe et me Dannemorah nest pas more et
inent de Bordas ? El ne faudrait- Laurence sont d'abord heureux.Puis, revient avec toutes les apparences de
dl pas altribuer aux deux parties la Laurence trouve que son maria se Ir jeuncsse.La tille du vieux roijoue,
responsabilit ee 1'Apre polemi- souvient un peu trop de sa premiere sans le savoir, un role scabreux en
quae (ui divise lI'Ompnion P coimpagne, et Philippe,de son c6l6, faisant revivre a ces veux la figure
et queues mis de onsieurestimeue sa femme subit un peu de sa mzre et montrant A son p&r
Jan I inn i ropos d latrop l'influence de Richard. Et voilA une tendressc filiale qu'ilprend poug
Juat I'. Jiieuao e manage m.lhecureux. Un ancien desmanifestationsde Iancien amour
man ifesation .ue en honicur soupirant de Laurence apprend a Ri.- conjugal. Le roi veut embrassew
de Monsieur Velazquez par quel- chard qu'il est sans doute amoureux fille. A ce moment. Rolf,qui aimer;
quesmeisasd den de celle-ci. Les deux hrommes s'insul- Dannemorah, se prtcipite su, nipo.
S 'il faut admirer la formee6 et tent et se battent in duel. Philippe le poignarde. Cnas dhorr "
.le came de Monsieur Federico devient affreusement jalous. Lae- puvrc fill, quivoit duames bi
ut s t- de


[p~ierr-~7 --- ~--






main doeCcliUqu'elle aime, et, ni il-'Arriv&c du 'gPetrel oVisite du
ri cela. s'enfuii avec liii, au loinl. SI -,St'em*'-lire d'vilat
isras ls brouillards de Is Nurvioge.Oson
Cci 6-trange episode scandinave csl thrm
ctrit avec lyrisme. Cenmains couplets I utidi ;L!'. ot cntrK en notre
out tine alluretrontantiquc tiiis po& pou Ile taI'trclobAillt ipavilion
wiquc. Nombre de v-crs paraissen mhl ricnca~ Lt %-o iuit do KeycVeWst.
bien frappt& daiclaant'i avec vigueur Loi salaht id*msgo oft Wit 4-11-'g~
"ar Mines IDione, Guintini.M.M. D,:. avec Jc o ra St ( :.iir.
tais d'Ytms, lkrv, Clmvimbrcuil, etc. NM's'. r.- ( ) .bcrac% Svs S~:nitai-
r u Di ) -.r,, .f- i,,t d.Ftlit i ci Vick.
Le Tlitiairc de IAmbigu vient de~ vojy-,ag.t .!1 b,.a de cc iavirz qui sc
repr~sentcr .ifomeami tassassm,.drame rcndra. .1 sw depirt'd tci, A t-D-
en cinq acics et six tableaux. de M.M. mingo etA MNmsiciui Vick va, occupzr
Serge Basset et Antoine Yvan. (-esi la chmtrgo d& I_-zcvotur dos douamtcs
un tno~dramoc aux p~ripi~ties aul-l dominihcaiizbc, en remipiaeflCaitd.:
tiplcs ct eljche-~trtcs. 11 sajgit Mr PuLTui.
d'un ing~iticur 0ectricien, Armanid 11cr anati-Oonn;iLur 0..boramo est
Gil'otte. qui, AIla -cill de se manoer par~i Jour St -M tr:, par Lt N.ttiowil
Avtc Mile Iluguctte c d Valleray, se R.iloaVI] COMPl~aie di Ministrc
voit FcJamcr une grosse somatic a11tlica.m on coi c r&iiooeMan-
d'argent pir Soog aticinne anaitresse, sicuir I1. W. Lmr.uii~v.
Eimn~ia Patnizer. Pour avitcr le cliaan- F~aiaasisIt' oAt~rc
tg.Atimaid, alllok%, a 'imnyrudemice Coct ce ,oir jaoie a graniic stir&~
de tisqitior au jeu des fonds pris dans do cc cici61nti, atajOurd hui si couru,
12 caisse do son patron. Au miomniztsodnaruiil promuct d~avoir Line
de rcrnbOUrscr.Fami qiti doit lui ii % I
ter Ih Sommtoe st pris d'utw syncoipe, p.oz le rtas'.%IIIV'.:-Iro01a Ii Tolo-
et le rn.Jheurcttx Araniand i'auraitimet .-- cc -t d art it tuijon qii tient
Pluts qu .a,. s suicider si not survenait d'oie-miar. a P11i- is, IL! plus clatant
i 'imnprovi:;tc un incioti carnaradc su 00:
de lvcee, un ziomint Crav-ero, lequel AP-troptiilau iTh'SAlre
fort riche. lui avaaico les ironic mule Le c niav ais to.mnps a encore coan-
framn..-; tiL~ssaircs. Or, ii se trouve tranj l np&nttoi4 Ltquo nou3 an-
quo Cr~avero, qui cst pr~ciscifntle- I toinciotisdatus mnoirc fiitio~a d'Jiier.
trf~e di Emnma 1'ant/vr, dirigo Linere- IE'leso -d :lncr.1 cc soir ave: le bri!-
doutzblc [aude do camutbriolcurs et Jlanttproguanv~nim-,Jdi)it ni--)us C uiS-
d'assis, ins. ('-.c tobindc',.qui Oparne m sioris los gr~inJIs Jig tos.
umic "uta,.)gi iso paur caimbriolcr les ti 'i.tr
banklucs .d1,:Ia banlwcue de Pari. 1arlartT1-a
a an~ulu.inC .tsssimtatd'unc rentlrO, iA gran- Jo repr.l's-ntation que
Mine Jos'ion. Ia tantc dilutigette de news amioncions lamer et qui de-vait
VaI';..cost Cravcro qtmi faitleJ avoir lieu jctiul ati Grand Curcle do
coopo Ct i oisurpnis !I' .:aan~ cIor uPr t~rm~o~ i
IeUl inc par Armuand G illetteil ut no naiutcliuc sum. 6 I nilk:.
peut le LdLnmomcer sAmis s s or A o (.m !flOno-a ; lo d'siomiscc sera
tcnnibh~s repra~sai~lls de Lta p.irt d*Ean- Ia dormuii:rosoiiK quo domnceront
nia Paaiuzcr, mni sanms avoucr qu i*l C~t Ics oxcelhlcats artitoscit ps.)Ur la rf~us-
lIobi gtdo La.IS.sasin. ILe; SOiup;o1alSsilote fg)oCoLieLquelle its mettemit
s'igainont stir Ie fmt~re d'I ItagimitC, toutaln cetavro. Mr. IDuqucsmmcer
Paul de VA~lorai ; Imuns cChuII-I avant simiplean--nt t,, atamii. ()and .1 Mr.
pu fourutir Lin alibi.Craveora' inagien Pil~o v, il cdientsera. cc soar-IA, tus
do~~~~~~~~~ %ir sirla~oisblt~da'o tti&or -zde sa verve immtar~siable.
d. i rcn ptsur rm dla e*i-~m s.&il.It6 sd'o I a radm orges Fecdeau et du
e 111)rc J,,!luiiiiva \,II ..ssisi icr jp 11;t Wen! lb nom faut pas plus
,A\-) r &:rit mc Cmtissc Ict-.ro di.,nIa- pour .siiru c sll:ticcs cette Sas-
quelIe Arimid olse d._'-noni:cr it.*Ii 176nC star I 1,11.m,4e dalllcurs nioa n wa i
Emma Panitzer, qUi CLiit VonCMI Io ir prormtouwi; rev-omir.
trioinp~ier do la d~ulcur tilI igu.Ito. Con~rmer'ls p s-u hires
prend pit ic dost vi-tlll.am.Ci *';Ae 0 '*I s5 doIaiitltt.A -I liiis et aleilatie
son inierv-ention, C(ravero est arrct. III -h- (4) ltate' ht I ien ofat l'Alliuaitce
Ia iu~qIo limitocenzeccd.Xrma ind (;.!- I1r11111-11111- a 'i.111ta fi r~atia Col-
Ic to &lite :Atotas 1l:s\--u\. i c at-I'. i -,'ruMr' Y1V'0'!:
Cc drainte qui posmsexl twotits lesI rio *-lBrim i atli 1 p Iit fale "*11.1.o.11:
complicit iotis dui gen t0. ho!co ni-.* III! ii 1;t.t' iI ;I -Ia uiiailat I~tilta D,
m%:Rio I c ut s en rendre o .ipte. le;Ii-ri i' "saiosej~f~
sotavoti ir kdo nceuiis crimes. 11 a twavii Itti410
J toUr (1u11iet illllepulic oI in- La maison mnysI.rieuse
terpr~iesonit dutno~cchen eni oitiS~lb! 11cr Iilrl'mS bi,h .ILI MrchC St-
aia~c M M. Arimand Itour. Danmors, jLotu., U 1n 2 .ee c ucrellc '-onait
Lorrainl, Cli.1b; ni. Lt .Mile Carmea d* d.I cmI r :.tt 1e:ltre d1:.1. t~e lonurn.
1Xr~m'v.&vuad Lqj'. Irr.: .rni ell coup de
I'L-. i lI\MC I jvomit. N1\l IC1,-; J1111 uafl cs aCiant CU
tomIljs do puonda,1c 1Liluite. los
.m~~s q).!iotmacnt qia l'une d'entre
E cIipt;c ;ec `ece.-l nm
71 a (.'M'C. Au'.-il~ s lirent in-
S t~i~e1.' rulptiloti 1miI ma:so", clecai
aci 11-mc:lt 'A C0U-1iN.A SOLI Sot le lit,
r;;,-I n lei11cCIc. uo 'Ci- .I rtout Oftion01
jeed pO-i;,,..t t ouvor U ic cadci ete. A un
cci t itin amment ni, crvcs, et -oulaait
Notii pa)I-1sL1_il ,j'll 1,waI'it Ie smc l ci dui
tutu,33 ,I 1*tl ti )1-1V ( te d cv o ir. i ; < i i o t au p a rq lu c
vaul raL'teimcia? raJkiint 1kim v i:2 ou Acamlover que-
0,: '' ll. -i ~ .AU.-'m,W t i Ue i te .ap-
Chk z. -!e~c iu L dJA Ia rmaian,
14LWill" 1.11 I.IfJV Iualciatnts. Mhias is durotit reculer,
I~at~Ic scainr Aln pOUiV.1111LS. c-nr cc Wetait qu'unc tIc-
I ti e ~e.cer Al a, to... do miotmt.lEtJ, t~amdis qu'ils avaient
mminm~1'aii: dc s'&ricr :ohl nont. oiiaest


crs S heures du soir une Par co nmih.sin de S. E. le Pri-
ecousc sismiqiuc. dent dc la R1- ublique. le gkn6ral
I.SCI llERk. Chapuzette a t appelk au comman-


dement deo Iarrondisticincrit de Port- sacris droits du fisc.* Lc icua h~im- En Cour d-'Asjses
de-Paix. me flut appr~bcnde, les Iivres furent
Nous iui prelseintois flos fi-Aicita- saisis et Fun ct los a.iltrcs pljc~s enll i~~.ZjfO~tI a
u CndeselFlo. sconsigne lu bureau du port. Io. a'(lid:aherats, la terviit6 (11111114
Adartc, les o:;:-.;--b uLuiIs, objet lle'; er I fctX' Orivlt entla or*.
Otitrouer cc ovrae d Mo- u ddit, furent cnvov~s A la Djuaine lema em otpte dans les audIL,,08 $ d
Oilur J~ouur cd vr e o-et condaminl~s aux 'doubles droits. tribuial eriaiuiade. Ii,.plOgraMtil"
nc d on Mcnmie resA I*mprime- Aussit6t, MMiCtae()IMtgoio y cs 11 v oquoyAv a
MoserCr~pin. Rue Roux, Constantin Mayard. sentant s6vvoil- 0elbe'r F~en~a.ag
n .p~iurin dv goric.ir. leur conscience, se rendirent au. flit,%. ().I a oell n I- ow0,ac
Flzii~allcspres de Mon-kcur lDurnarsais Iloio- aiIbitrairii, le t1raimi fie r.1ilialle et
Nous avons r%:lu avcc plAisir la rlae. us confess,.rcnt leuir fC aute aT eu- Iiij f' c Pls*ridt'elpus wtu
carte de fiant~ailles dc Mademoiselle se, direntleur soumnission aux p~nai- 1101'1110 i du40Mtos neio 1~, a ee
Porcia Jean-Louis avcc Monsieur lit~s que lai L-islationi 6Jictze. mats, lgnitt.
Louis Aag. Guillaume Secr~taire de rkclam&ent tolutes Los pikes.b.3rde- cf it jEJiq13kIIatt3 et ml~ittcuil 1141, Q
la Ug.ation d*1laiti A LonJres. reaus, rflcopis-As, manad.At d'uncaisse- 1110l (1 1, 3 (!.-;
lil Eui~riremeot, -oire notes de justifications, iwrond, 4111 iti ot-oite (I4urr
Le Grnd Orent dHaitictWbrcro, les details de l'aflai re afin que leur lazvocat flit 11roitrou%'e 9o
le dimanche 6 jui~kt prochain, au ule leur punition et leur honte dtrerise, a failli no pa i Pr3ii A
Temple de la loge ]a Viritk N" 4j. setpubliqucs ctomiic l'inrAc- CcaiI-; '4 lun i 1I4 i~ePsala (llu, p r:~
un Ri fun~ airc A Ilim~inorc 2a ch( -ittIVIIO A tiltle af i Part
UN it unair AIa ~mire u ion Ilavait 6t. iatitrh a rI1U e tijz." do jjK
Pr6sidcint Tancr~de Auguste, mort Est-ce qu'on Sc rappcllto la p:zcmIf 111 biln COIMIIIC dI A I v
Grand Piotcczcur de F0rdre. ti dEdnoa V ioll C10 tIt ul)Oeldou,' Lcr.
Diefs Le Co,,irel-audierr ?lDon Quicbott ue tt m1~eto tie lr Witlt ol) re d misb
Une dtp&lic do Port-d -axpromenant viernellement dans les l'aa(I: iS it lr fitj 100 1)4
nous apprend lai mor, survenue villoris des lPyr~n~es s-a grande 01o-ullt- I., rise tit, .'t E I rnow.
hier natin, de Gustave Vincent, bre inconsoko'. 11 ost cii peinc d& cc **mtit s~aatb~lira0tu
fils de Minsic.ur et Madame Feliy que le Dix-Neuvkine Si._%clc Arch- zitgaiai leI uy oldgitta i..i
Vin~cent gieux. positif et utilitaire a chas-01 de lit (titr.
Un nmi lui'eudip lpknn'tique la terre de France. le culte de I'Wdal Alcintea t~noin tiflyalit tt li
(:~t~i A thioes. ne ~i~~cttide ce que des douanicrs farouches ee'st 'cut ~i:4ztIi~f~li
d&fcndentI Ueitr~c onelGaule Iranii~a- lDi1111,111(11i lit It% rt. iL t (V ol) his.
tr~ j~i fmm d I cloii atrn-se de cc produit dlangercux des Fs- tEoii' avov W(aiile-S, les i ae e aievt .
jq~re stetaiit convaincue un beau Dgls ai ip~ n ot u llt s il'IV fail it l(111 l~t~l
joUr de Ia sup~rioriW ~deo lEglise i~ ~r~ t~i 'poi ,~ll S0l Itite crimitiiilell. 4 1Yi~
SOJIOVO rtouesle Etiem onVdovoi~tC c% t 1.ilatu, 01'
groqucsti tuto lo lliss CN-deo rauguste chimr&c du h*Ios. i1
aisSC coilvertit. 11 lui fallut don osn vcetouis:As -tr 11t r" "C iV tIai!tq
se onir bent ,ar t v-crcnai c intuisu o ar ~il'i:it'atIir)arIer o'
sn ac .Lu -Adre pa~:- r cimmrs'1cion to-e- Icompiicc de iDon Gi ucno topour, Me E VltI.1110
afoa. 'ci-a-:T pr rnlirsntohire firancltir a. macontreb~ande la f-,oai- laj l "cvL,(ilaaa~Jtji
t~ale et, *-Cla 'va tdosoi, dans le plus t,:r I I&dl, A I'Enthousiasisn *, A la iviivit avoc ce-iat:
s im ple .apparc.il.-. Noblc [olic... Is .i~i~I~ ~~b 11 tIs~lh
ti ati n ouvoit lo do colic airn able De maine. M onsieur Damnansius Lilli' li. M-ais voivi Itiic samit4,11oit ls,
liaionco~rti t'ciiot os mbasa-lljnor~ qui, becn qu~il soil un agent JaI4)-ieu fitit irriuptiwi i IVamt k-
tic-, Ct stscita parmt Ics jeumles atta- toortwlr~uCl o ~r, l e :GtItci.tJi o tL IL*
ch--'s 1hnioi quo Fun peUt p~nisr. a. li I S')iI* (de a Sctl',111440,it."ir c11-4q~e
U s r_-p:tomitants do toutcs le,; pus- icsn on restc pas imoans unc -i II al 4! l itil -.a :.0
s"n,:os inlcr\-nr(.it aupr-u doelauto- : di hib cL Rlgindo, ~~~emule\vcr sit viri'i~i
rile ~ ~ ~ ~ ~ ~~l rcPeuoo efrcri oI1 ~nst&l, Monsieur DumAirsaislalae i t rlie laj)atcp
nore, de'ib,_itrnent, passi. condamntau- I~ t)141l i~I
dava nt rt e cr. qu une telle 'qtC in-o tion *sun la fraud et se lit a~n ;i, en imalait Idl-l;) lt4.nelt A f i re.1 i \ a W ,
avantn ca lcl~:C pL~ma~qu ilisourlant, le co-auteur de la cantre- lw.iis (1(:I ther'i:1to, I I j' da
contestabk-, il t u~t in ce!siirt; qu~ils bande perp~tr~o. f -,11111 (do Son l qa arli *.~a
fulsso i t)c:1vlO,;. Je le dlmionce aux rigueuri de 11) nit I 1' (~It-CAivi'e ua it, tir.L
11 ftijut Ii :iit j urs tie flcgociations I'Admitilstrautiun Supt~ieurc. Q mii s.cc 19jtil 1:1!1~
porprstiader A c cs f: sicurs quil1% Cornianissairc.polur s*:re -- ontrt bon t' a avoir *tvaIlt; ipiq
ny Vavamont pas doi- et obtenir cefnftmmetcipour avoin trusir le 'r~rc'- aeii i:n'cr zm'111 i av
qu It :l Car r i cre nie nit Axt ~O11it. .st sor Public do i gourde quitre centi- 1P0 Iai?'i it4Iin
npl us. O i a n v seraiencrI n es de doubles droits sur I [ ')uin n 5 !s .(l it I V. C ~i~ l 111aatr
plus. A 3 f. 5octs soit bA.an.- IMais fen.,,JiveF)"11- all itt 1 4' I 401 st mr
Nouvelle i a ma im nA lia imesserdes courwmncs et A ex .Ater *.l ade ao a,,.!air c 'pi
U Un ari 0ait cat proc~s a-ec: sa s3 t noin touls cctx qui trouveall qmcsii SI;It ILt( a~ill tc oiu lt
bele meuc.la lumn-ure. pan to:rcamts.4oltinun ader Pwi'*Olt hI ili lit co. lIilt.. .il.,
Vo-re 0~at ~lui demnan-Ac le Prksi. cc mniscr.-ble pays qui ell a tant be- riFl )ltitqIe'11 Ii i .t.~lv4
d' teit. so i viod~ici lesdo~s.
ILc mnflhourc-u duian.air accabk ct Oilse rappelled q fal n'y I pas 11 raIbit enteit Ire L. iaulvreI
.d'tinc v4)ix c16ntc Iongtermps, notre cull iborateur Sakls. ",'raicolittel 'll 11,11ititail )Ioaveti
c dt-r, r. :t` cz0vW', nipi I l lit
(;oalre !r~camait, Iici i~n.dans umn anti- Cottt' lahI .t.. vet ixb
cle qui attira I'atontimom, quozit exo- t .(e Inl lti~i ei.
rivre oles Iivncs de bouts taxes A l'en- iry la -r'cO Ciithtriii. e',clie
Yb~~. tr&e. Le MIMia.'h lii e/I deSI-ltsh-Itisuc/ ion avi fit dMmeiertreatiaro'liatinlamn
Cusd BorePlIbliqie s'emprtossa de donncn raison er lli ~Ia'tilit Ido, Ili felt
A is tSak~s et prommit qu incessimrnment M. Karjti*s Vihlato, ajon )i
' Or Aanv~ricaiii -- 32 0/0 pri mc IleDa~partement demnanlerait. auxatiait l~a~i.imt Iaplsicu
;, Ch~quesurIlaris I-J14, 4 o/o pr. Charn brl~s Ug Islativcs d'y rornvdier. Isyttijuatl'iiijie et atfairt'.,,lir4sida
En atendan t-a paslais I"! are )e:1p'Z~Co tlljuryC
m raite stir lParis 2 1/4. 2 1/2 0/0 Lnatc idnne pourrai-oipslis ilI
'frarisf-rt stir Paris 4 1/2 *Io prime ,5seIinplitidtLlO et par conse'quent pose Liuj)iIli tr4 i Itoh', (3a
Chltiauc sur New-York 314 0/0 prime Ml1osico m~tdmgi'iq~~ l. Lvois, IrlWiir i Iloru, Ch
Mielit do P.11 -. 2, 2 140/0 cp. pei si d&sastrcusemani sur I'IItlipa)r- T-ii Wc r, A-i~rYCh:v:Ic, etc.
N o~d 3, 34 0/0esc~.tation de la pcnsu& dramlg~re et sur kIattelel~ta00eoi~f
N.tic l 3, dIla3,i14 9 o/oad val. diveoppe.en o ipesW i- p la-mlji at)Itmi ndin~~
tienne ? gpar al 1)Iicat~n o t ale i isur Ih
)*elJcm fakiislc c\tJsinc&c conmmee JOs(i1a1Iirt~vvetve, ii flit mis fillo
fais aussi cclui,noui moins sinicreode I ":ema oibeIrotta
Le 3L1I TIN surprise vair la Douanc fo!mcmenl.-s voux sun
alitfle to# commencrce gagne-potit, auque! se
en d lt e O li ivroaa les rauviediablos do S:tns-
freba de 11MI1mia, population vague dia port On I. 60111pera
trebandecidu\%4harf.qui, AlUarrIvZ-c des bi^
--teaux, vomit iroquer los fruits indiga-% Clicz Messieurs Oloffscou,
J..a b,-nno_ foi prozessionnelle nous tics contre l~a pacotiL"e des muitre'i & Co, Rue dui Ojlai:
obieA nous sig-nalcr nous-lh mcs I d'itlil du bord puis s'cqa reviennenrt '1~ables, chaises, sophafg,


sous Ic br.ts-quos vult pc.rdere jupi- A Peu de ChosO 1 8Le a2 qui modifie les art.
ter dem tt e put happier 9 et 6 d l loi d
la survoil ance infl.xibt ct vcrtucu- Scadresser it Messieurs enrlsur Ie timbre.

so des an sprepos6s A la g1rde des RoUX e lEnnery Doran. Lej qui prdvoit : Art I