<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01803
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 27, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01803

Full Text





3e0nt-MAGLOIRE*
jDgCTEUR
AwmjusKENTS:
pOOR-AUTjPRINCE :
. M.. .0. 0
Ifo oo1 5.00
DdPYATEMENTS :
gjmM10is.*.....--**Go 2.20
6:00
ErRANGER :
mois. :*, *,..... G. 8.00

1rUltlto 15CENTIMES


PORT-AU-PRINCE (HaitU)


0


6


i,


QUOTIDIEN


R9DAeTlON- ADMINISTRATION
8, Hue Amt1ca:ne 24
Lesassamoces seat seces:
A POMT-At'-PPIINC: jul jj t. iut .J (curn.'
A AIIS : Chet L.. Nlag.enc & ( .
0. Rue *1It-11ii..I.
A ION)I ona Cc I.~.' .i.
24. Hu 'I iyi lll
A IHi3LIN. idI I uJoti Mc'e
S. 19, Jer."SaI4eilI StM34 46-40
A Nsw-Vomm:u universal P'ublicitv (cnrpiry
1 ~S 41.4Utl 4S 54,11 t.t SIt- lt
pis rendus
Abennewc-tas ct i iis'crli. P.) Ae .12J vrnce


VOIX DU PASSI plus avancees (celle doe 18;7) el qui t'ratiion ,lli siicc,-da 'lled(ie Simon.
ne pourrait convenir ;' aucune na-. s s rais"'ns sit 1I que le retrait in-
tion de I'Europe, p:s. m6me a cellt it:gral ,.t invil ablentlt inscrit dans
St l t contrit a iii iousl line is la llanque et
S. .vieille France dont I'dlucalioi nI o- "= a < let ItaxiiX de too Ienoa\'ait I'avan-
Une phase de la lutle du liberalisme en Haiti rale et poiiique est faite il y a des tiae de rend' Io)tratio. nmoii s co-
(1870-1882 ) siecles, puisqu'il iny a pas long- tense, pIls rapid et pleiliiieiit ro'a-
(180-182 ) emps elle deiandail, par Ia lbou- liable anI' movl.ii des IressoIrces till'on
Par F'anck Solages. che de celui qui dirige aujourd bui avai sa dsI ition fa Jean-
ses destindes, le gouvernement de Josehi consigne.t ,t. el r,.trait ipartiel
--oo-- la force et de la stabilile... a toiijirs t-clIitu; ciii./, ino,,is et uce le
se l ret'lrait (l|i ;lit cflct lti anll elnt about
XIX lMais les dispositions de cell est clli intligral et ilald(itat de 1872.
Charge, tout iinpregntes qu'elles ,.tliiIIt. nli outre. npi jl itertitude
Chest a un tel regime que de- evenluellement de quatre, peut etre B aient de I'esprit de reaction, noe t. r s l;r. dr. it. I;tal,,tioIn dupe
wient aboutir, par la conduit? coo- prorogbe par le president, cl en cas devaent apporter aucnn frein I I tla Ix ll. e sstI il. p l'>ft iai
ae d'un gouvernement, tant d'el- lie contlit avec le Pouvoir Ex6cutif. volonte despolique de Septinus. a iietu,,i i,..;. u t. ve.,v mique
b d61ployes par les Ihatiens po urcoce ien fu r qun'on dirail re < c'-sl Ml .I-.IIs.ipl4II 1111 soilii.. ).
cgstiluer un ordre de closes Ils -t ie, |par Ce seul fail, de se ilissou- tolbe Ildans sir la I berlt et la justice. C'est dre imin6.liatement. Dans le cais de dltirence celle n t italieterrible l a .-nt r; ,'r .I' i:t lastIorn duj
ale reslauration d'un despotisiii oil I1'xeciuo f oppose son veto i uine don't ii avail souller l un poq(e 111 .*a.,,,. ll..I ),st-. lt 4 I t-
Ichevele qui devait etre le fruit (i- loi adoptle par les deux Chambres prcekdenlt de sa vie : car. diu coin,- s,,it I rI,,.t III(t,.Iril .t ,,.,nldiat ltn
a terrible guerre civil contre Sl- et qiie ses objections ne sonu p:s menceinent a la lin de soin rigune, il -Pll "'-'i;i'N, '-tiA'vatt a I >;'int ti.
save, quatre ans suulemenet apr,.s alia ss, il peut refuse ai celte loi te fit qu'enla-ser des acles illgauxi. it ll fIr"ill 1li I s 111""" l
non fit (lU ellT||sPrP tles ; i e i ila 'i "i'al ,,,'iri, l,. n l-'. i llrsst |>,,tl l-
Ia fin de cettie guerre, et I) r les sa saiiction. 11 dsposa IoujoIIrs ia so gr del h I i li.t ,riia. It Ilatr.a tiote
mains et al prolit des plus arde Uls ii(na;lt an Sinat, c'est la clel de liberal des i,,livadus, en bannil unle i,. ht.t. lII.leh.t ,Ill i,',lJt Mptich
rOvolutionnaires de I'6poqu,-. vottle delo tot Let eliice gouvernie- ,quanitte par simple arrlet, et a la it<,'.ste.
Malheure.ix people suns cesse iuentlI. A lus seul il aplpirlint de veille rnmue de sa chute. promulntia
rahi par ceur a qui ii remet ses nommwr le President de la Ilpu- n rrojet de loi d'augmenitation *
dtin6es, toujours oblige de reni blille. l approuver on de rejeter des impots que son Corps LUgisla- i* I'aris. Iuls tiLt v.iiIu. diux ou
verser ujourdblui le Pouvoir qu'lI les trails de paix, dalliance el loi- tif, cepenldani servile, avait t pr- ts 's utvat. u ,itt bru-
a 6lev olier et n'ayant pas mnoins i tes conventions internalionales, de ctdemment oblige de rejeler. i ll'. 1' .Mr.I. l)rsa\ ii, s.is It.
Ter ses folies et ses crimes! Est-il declarer la guerre et de changer la cetitre ite. La Moud aw'. La cetc ile-
dn dans ses destines de turner capital. du pay-. Ft comment est ut omi .,. le nous 1 s. aie s ipluser
dans un cercle incessant d'agita- form le Senal? iDe ciloyens Mlus Iaisissr.I h-..,s ,oti,',nes pratiques
tions, ou n'est-ce que la liquidlatioi par la Chambre des ReprssenlantslIPoudre Deulilric eL Aniliseptiqu(' ,ii r,,i, I. i,,r,,it..ie, ,.,e atit(ns
dupasse? Lui fallail-il subir Do- sur unie triple lisle fournie par lei dtti ,' .i Jeu a-Js..ili I.. olygraphe
ingue commune le dernier repr,- Prtsideint de lIt Republique. Le DoCT.:-rERK IItiRKWir 1. Ew-. ALavetiA 'st lainittit s lus aller
itolant !e ses troubles civil, coir- Prtsident sorlant est menmbre de Dipilmctnd du te Iladeilhita sl,' lt .tilt,' i.rt..l. t' attria1du
m le dernier de ces chefs imposes droit dtu Stnal. Dental cocaitaainlsi ilt sll' it. si4t' rilpr.'-
Irdes lutles necessaires? Le Pouvoir Ex6cutif est compo- s, Itatif ,h; la vale.il. I.-s liit .tihapi-
Du moins, il faut dire, i sa louan- se du Prii.lent d'Haiti et d'un Docteur it. I. E 'ald prs, tr' l i.1, .ti.t livr, Ir .Co'.des diun
,Qquil n'acclama pas Domingue nombr:e de Secr6taires d'Etal pou- sa clients t a l sa t nt: ,s t si
't molnra mime antipallique a vant s'Alever a six. Le premier est D:Nti I/"tts; plc trs I boIn)- t. /ni..tri .a : I ,ii ,i,,,ti'in-il ,eo. :llli u;.
Sprsident. Laud tc de Septimus ionl oour hii ans, et son age duits n cessaires Iourlia bo0" iI- toi .i,,,il ir,.-I,,t li,,,l.
kmeau el la comnplicit6 de Nissag i I 'ligiilite est bleve a quarante ans. g6ilIe de la bouclh et des dliets. i i uto f tr A. .He ,'igtue -
it 1 i i 'i v'ttlvtli u,i fivl.ctivt irt li. I" l ui .-
aiient tout fait. N'etait-ce pas Les mi-mbres des corpi locauix lrix du flacoil Deux lourdes ,., e l e / ,I, o tait .oar .s I,.pi.c. 'I Les
kiucoup dejia qu'n parli avait (conselscommnunaux etd'arrondis- _', """ .'ti ,t,.r I ',, t rapur,
p s'organiser, et par la seule force semen's) sont A sa nomination. I'll Les ,'ores tle rcomnictictliots et le
d principles .qu'll invoquait, se'- La Constitution garantit la liber- BiblIiographie dt-lolirI.s. VIll roa cicurre,ce vitale
fldre jusqu'a ere i la vaille, qua-lt1 individuelle, m-is donne seule- ,,n lt i tile pour I',eiste.ce. I., tout est
Ie ans apr6s sa formation, d'empe meat axl citoyens le droit de pro- Dalbemar Jean-Joseph. Notes sur le d'uiin Ilectuir' attrayant. eo',,inme tout
Sun ancient president a volu-; tester (et non plus resister) centre Retrait el la Loi dtt 3 juillet 19i( lI,.- ce u' cwrit J. Ii. I)orsainvil. II se
linaire, en possession de la force larrestaion illgale; ne pronounce prim. erie ierol. L, rue la cirx. ) nJ. ,)iVnt pas st.ens t*tier dsassages lcqu
BI. Dorosaioaitl. Lo s wounuie, Its circlsa- Ii'ilmt pal s .saw, cliotjiltr i- tertaisic-,lec-
Pique, d'arriver a la pr6sidence, pas I'abolition de la peine de mort tio fliduciaire et les Echaeges interia(- tlll.rs. (:~t sOIlt Celiux o)l Iiattr, ces-
615 laquellelAche il n'avait echoue, en aim;iire politique, mais men- tionau.r ( Giard ,et Briere, t16 rue Souf- sanit det .'alpililuteir a I't'-lnciatin i-es
Sfin de compile, que par la trahi- lionne que cette peine. en loute ma- flo ), Paris. Io'is 4t ralports tl 4 s(cil.n' tl(.coJltolli-
a du Pouvoir Ex6cuif? tire, sera resireintie i cerlains cas Nous avos eu li plaisir d recsooir fite.i.ats .t slo iit c. ces
que la loi determanera; proclame la i'tude qiu'a Ipublide Mr Dalbdmuar Jn- dtle la politllll n linancid-re. iis. .lln Ltu
La Constitution qui sorlit des liberal de la press, mais sans lais- Joseph sons le titre dt' Nuote sur le vrt sons Nord .Al.eis, sans t.'nir au-
aLuvaux de I'Assembl6e Blue par la Ilatesque. consacrait ious les d lits provenant de I'bus de ce droil, travail arrive a soin lcIll'e, all Iloine'llt ,(Ili Irti:.llnia t 't li t jlistii.illt cette
S's de Septimus et eAit enl part, entiree tout au conlraire, de sa con- o", ,111uithns" I'l c-iruaio. tt'4l:,ia- itiItiti ti, lrauicoup it'. 'aillurs. loinaY
les coltlitiolis (ite la circ'ulatiol Wi l i tu- fastst, i. alle I,.ancutli ti'. s..Mallgr.
CUquee sur cell de 1846, avec ue laissance nomibre' de crimes civil, clair- et diu ait du alaise oi de- les nombll'usest faults nv a i y
positions plus reactionnaires en els que ceux d'incendie, dle fausse puis longtepins se ient la production, r.leve.r, on ne peut s'e-l-iop'-l.*r dI re-
re. Ainsi, aucun comnpte n'tlai monlaaie, de conirefacon, etc; en- le commerce national et l tat 'onoi- gretter tue, faisant viiii I'(ccasiun
bSu de toutes les aspirations et dt oure de restrictions I'exercice du unique general s,. debalttnt en une d'en parIlr. Mr J. It. Dorsaiivil so soit
lates les id6es qui avaient travaille6droit de reunions, e enfin augment crise d1t onte n pr Lvit ps Iecore liuvrtd tune prisnte Iartt enecorel plus
i r it enn dopuis sur~oul oidrab~emeull los indeni COintineiL elle se diouera'. IA .I1US injuste et teiltianlcieuse ,lue lie le fiat,
6soci6 6haitienne depuis suriout considrablement les indeinnils du evident iiinrite de I'tcrit de Mr Jo-an- coiumne ii dit, le process de la Cnsoli-
dernibres quarante anndes(1834- President, de ses ministres, des dt- Joseph, parnni bien d'autres qui Ic si- dation.
V4.) puts et senateurs, lesquelles, dans gnalent, est I'ordolniance itnthodique, Quoiqu'il en soit etl part ces rd-
La Chambre des ddpules nest ce pays, sont toujours fixees par la quality du rest iarticulitre A Iallteur. serves qu'i l conviellt der faire paasis,,
lis lIueiircte du sufiag Cossi:ution. S'll note, A la vrite sains insisted I'ouvrage de Mr Dorsainvil se recom-
.e plus 1'lue eirecte du suffrage Consis.ution. beaucoup, la defaveur avec laquelle nIlande par I'actualit.- des rtefrences
Ierse, mais le product d une fut accueilli l:e iode litx pour un re- scientililues qu'il invoquie. laconmmode
1ion au second degree; et lo, L'.seinlelb e annonCt a.'u people trait int4m'al par I'arrltt- du ,) .M1ars ordonnance et la liaison des parties.
Mine college qui cliisit les de- le vote do I. 'soosvelle ell rIl dua J 1011o, 'dI seinble adinettre tous les ju- la form" sobre et aisle qu'on retroluv
1116 lil)tinu, neln Ianeg temips, uul une adres-te dolit Ia dbbutl m~6rte! gemnents qu'on a portW sur les anatheu- partout dalns son abondante plrduc-
be Igi do suppl a*As, de'ssi d'6teA mi lous |As yvux I ndO reues measures tInancieres quia out lion decrivain.
rbe gal de supp6ants, desi- dre ms so les yeux e no pracedd on accompa.ne le choix du Le mnoisent oi notre syst.me a.
Slo retuplacer as moindre lecteurs : taux de 400 oto, il n'en, condamne pas netaire lui parait s'4tre trouv6 le plus
B ,hemenL La ssion de la moins nettement le retrait partiel et le en rapport avec la science dconogal
toujours do tro IAOis et i* iltieiLs, Uoe Coonstiulioo des taaUx de 00 olo adopts per l'adminid que et les sines dondeo.de rlespe)


L


Vencidreli 27 1 atu 19 13








tre eux; la tache du sang, corn
dans Macbeth, reparaitra sans ce
sur leurs mains, sur le plane
de la chambre, marquera, a
marquer deja dans le Palais
trace de leur fite. II faut done
facer cette tAche et c.tle trace
faut effacer tout le crime; il
faut pas que le cadavre se retro
SI au jour et que la Natio- vici
ainsi retrouver son Ciet' mort
mutile dans son lit.'On reconstit
rait ainsi'trop facilement loules
circonstances de la lugubre affa
et l'on ne tarderait pas a avo r
plus claires r6vdlations sur les ass
sins, sur ceux qui ont pu les arn
pour une tell besogne et sur
compplices faciles (iui leur ont d(
n6 les acces et oiivert les portes.
Que fair done ? Quel ptiiss.
:,libi crer por dletourner l'att(
lion n-ilionale (do ce cri pon r 'ai
rer sur cela? pour 6garer la jusiic
pour drouter les enquites? po
coinpromilltre to s, s'il le faut, in
pour ep itrg ;i, ,r es vcritables c i i
'iels? Et il Ia it s4 preser, car
j )ur appro'li, et b:ien''t ce sera
diane...
Le clhef des bandits, aprbs av(
r6flclii ui ,noment, fit signed toi
a-coup qu'il a Irouv6. 11 sort, su
dle ses co nlpanons, et ik prirent
direction du coin le plus obsc
dles caseriies et ils disparurent.

I.'l quart d'heure aprcs, tout
lalais disparut dans un bruit epo
vanitale d 'ex plosion.

.It sort is de ce rvoe aliuri
treinblant. .
JEAN 1: FI;I I'I



Les Casernes
Desssaline

J, ii e rai pp lle atl t'ic o ii (i 1
beieldictio)ii ties travaux. (.'tlait Iu
m1atili de liiin 1icli l,'gt lroinlont lit
vieux eL t g ris sle illat;Lit cointi
0i.i iiLiay6 l.s a(iit 'il I.riuii>[i liit leIItt
I nc, t I'1 l rii' iwS ,ii m wt Inn Clart'k di.
create illIuiiiiina l'log >aiti s illih iI'tte d
Pri't'i(eilt. Lecoite qiti iolllriait a se
soldats. I)S'.- I)pals te Iiilrs so iion
traienit, 10..-Z diliin;si !s dli(1t I'r dific
i'6bauchliaienLt, inails l)our qlii n'ava
vu It plan do' ce.s case'its a lia cons
triuctionl dos ii'll-i' ; Ipi't'esid(Int in II
tyr pens.t t ds soil arrive' at pi)O)uvoir
41on nle ponValit s'ii U*gii`1n'r (ith0 Io sOrai
cut ii ,po)i ilt ft c'if i llal ih n )ilinitiI
dollt les )pr ')i> rLi -;is. vii s- i -;I le ':
dd tails, li\v,' llt 1t I t loit averti d'ul
ar.ihitet'e ..i I *' : x ri.:.1 p:.)
.fol iiio i.tll'. A voir la I 1 ll' I' taid
principal des C(As0nileS, oi WIst4.'rt'O.-4
Ochariit' par I'hiannioni de l'eiisemtibli
et to tio goit des ltii)iilies ligniet
mais I'iinlpr,'ssioni est auntre qiian(d
aprs avoir franlii l'enltel' ob se tite:i
usii gtrt'O ip;tiliianenttc d l j ietl:i i sol-
dats, .oni s itrouve dans Ila COLILu ilitt-
ricrc, -- Iouti essavant l't'd ;!) as'. i d'm I
soul coupli.p )ir ti la 'viiolin d('ii lIr
forniint I'i. in iuse constriuctioli. ('es
tI it siliiple, n *nlt a l.nirable : on resite
rFvOurii" dov.it t tranld voie pri'sqte
realista d. Ciiin iinatis Lo[ onte._
los diienisions dii il)itiiii int pritci-
pal e(0nt dot 121 inlitres, collos di bati-
irient d'aile do 70 iitlri'es, ce itli Idait
unu iilnieii. galerie iitiriotre de
1t91 niiAtl-l str 10) d'e plourtour Is
bAtiments des ddpots, s:lles de dou-
ch3t s, ciisini.4; iil EIim ''it 2 i lUtroe str
"10 et clles dtl w. c. 1,)- metres s'ir i l.
Voila co tq I'' voit do la coii'. l iltrons
un instant dans lesinliuinnses sallos de
i'difice, car. i nious ftaut tout yir.'.
Au r'ez-de-cliauss4e fa(adle sild, -- 'o
trouvent Le C ibinet diu nldecin, un sa-
lon de coilltL'ir, Utin vaste 'refctoii't, l Ie
bureau de administration, celui de
l'intcndance, un second re ectoire, ulne
salle de course.


Au premier tage, facade sud, nous
comptons 1-1 chambres d'officiers, 2
antichambres, 2 dortoirs, 2 sales de.
pisti, Au meme 6tage, faade est, 4,


mec harnbras, 2 antichambres, 2 dor'oirs. Le pr6venut a t& imm6diatement nous avons ecrit que celle qui l,
esse A I'autre 6tags du batiment principal, d6pos6 en prison aux ordres de la Jus- se donner au cercle B llevue avait
Sil v a un dortoir pour les officers. tice. ajourn6e par suite d'une indisposit-
her Tous ces batiments sont desservis par Fdanlasist' Tiatre dui conferencier. L'interpretiio d'un.
do neuf escaliers, les pieces sont large, roran d note communique A cet et an
la aBrde, s'ouvrant routes sur la court L Ioan del lee avai teait rcrore que cstanitluit
ef- interieure oh seront plants incessam- deticuliLecompt orte dessl uctionspar- ava it tricroire que ctEitlui Ir ff
; i ment de grands arbres et dent I'espectticul nttortes. quandiitne ll tait reti. E eftrl
s'a r nn trade magnifiqur esaesdis- l'aissanit les autres parties de ce pro- sympathique coaf6rencer s p
ne poses avec art. gramtlme poul manager aa public les :nerveille, ce don't 1noas n6us rejou.
uve Notre visit est achevde. Une seule plus agreables surprises, disons cue sons. et protest centre ie c.s de mala.
nhe chose nous a surpLris et constcrns : le cloud tte soiro extrodinair, die qa'o a lui attribae a son insu.
el c'est I'idPe de construire los water clo- sera le Pil Dei Tolom ic. fi m d'at ita-civil
ue- set d'apr'6s la vieille iumthode du pays, lie le gPt. s C. lri Tribunal ci il
uen llthode q-ii devient excessivement Ce liln, qui ne sera e.chibd q' iae .,tdience cruiminlle d 24 jflli 19
les dangereiuse lquand on pens.a l'agglo- settle f reprsente u an hiso- Irsidence doyen I3on N, iil
iire mdrationd'lhonmosquise tiendradans ritlue interprett par les artistes les. orasesseorsJue
les ces casernes; it i'y iara pas, en effect, pius rlinar(llables Titna Ordinr Sa1- pladeS. B. Jrie
;as- illOitis do. "1.500 soldats 5 accirtnuler, saldo, Fi'anoes-o di Genuiaro, Castone plant de.jIlge .I 13. U. EIri'i asTi l
;as- Inoins d *1.500 soldats a accumulerAonaldi, Ciio GrassiAredo Coln-n du& Coininssaire du C voer:nnt
ier chaque jour, des ddchets humans Mionaldi, C ciio Gressi, ALedo Coion- i Mid n.i '
dans (os fosses f'erndes. Pourquoi pas Attala Ricci. s Louis Mldoustioti. le
le dI tout a le'gotstt? C'est tin v1r-itable fderie qui se i- Sa ltr a rou lic tienn ite a la condinia.
on z le LoutAi I'citroulera e:n Ll tableaux d:)nt it serait tUor Pu iblic tendsa it (h la condiini.
on- Les Casernes Dessalines constituent rour 11 tables dont ii sea t tion de iJurl s L'ddilice le plus important do la Rdpu- vraimnnt trop long de donner les ill- t 'pel hier, le tribunal a ord
li taressats tltails. t l'aplpel uiert, IoL tribitrM a o p n1'n lI
nmt blique. Au Departenlont des Travaux tressant t Chpt des pieces i)oulr n tr'e dlib e
^e publics, nous avoiis votulil stvoir ce Parisiaa- Thatre :l Pjti vilhl at lei jugeiiont renidu line alntreau.L
ili- iu'ils ont colt(. au pa):ys et los chiures Au Bi,;FICE 1D3 AirrIsri; dlience.
ofliciels -niols oit ('t' soluiis. D)u Trib;n:il e ( ssalin
c i Dconlbro 1911 an Juini 1, les1 d- Nous appronons que la troaup c )ribiti e ssa
n! penss so sonLst ('lev\S it 15 .i3-S..: or plete de Parisiaana-Th'itre,sous le Ih ut .n lienre civile du je:t!i t2 iut I 191;
lis a ndr:cain et 197..):1.') in )lmaie nas- patrona- du general Charles Grtjens, L ti)ibnal ,)ie( si sie a dix hei
rii- onale; les alours g irdes conver- comman.iant d h la Place, donnnra re..; ct doinie du martin, sous la pr4.
i ties an taiux dIe 2 0U) 0() I n)s donnent remain a Potionville, une grand repre- dence do M le. uge I. Denis charg64
It chliil'e total de 792.(0i.'i.l or ainarl- sentatioi, danis 1:-ncien HS:el tiu- la presidelce' de la sectioil civile.S
1 .ai. N'est-c ) is I'oe:: tsio:i doe tflici- neck A 4 h. 3ode l'apres midi,ce qui per- la iot liusiiion) diu ininiste o tp lieic, ,M
ter los t'rois oiiV'iiv'iniiLss do Lt- mnettra aux visiteurs de voir la k:rmess ,EA'-i' I )x'atrel, lo tri ii al i've I
oir conte, Ta'rici'rde et Micoiel-Oreste de la et ensuite d'assister a ce spectacle. si(Ag I),o:ir iniiiutles,a I'oc('.sion,delt
Ut- t'a-on sicrutlense ldo lt ils ouit dis po- Le pro r.a'nn-r se conmposera de 2 In )lt d( Me Patri. I2'au:lien[lc( est r
ivi s de.s loo s do si stlt. 'Ofa lts- comrdie 13l. ,)ufies et un intcrmiride ; la pris'e et ;e:it l les allaires suivantes:
Spas aleimentC loner sains relsrve 1'es- --Celloe d Victor llouzi demlandeur
la pit vrainltnt liinrvilloix dt control premiere com6.tie qui a eu un success coint1e AMll.ice & (u endoti; eiis. M leju.
ur aittentif f(lui a lpeoinits a I'arichitecte de fou rire au Carcle-B.l,.:vue : Rosago- L I)lnis es.t ontelndl ei soil rapport
(eorgos I tiul.S-in do p):)osiivt elt lie retrouvera aupres des personnel qui |i inisirioitl'O public, Eu'ti'e D6Datrl
d'achiever c(ott gi" i unts'-;tue conlstrue- font deja vu le m-nme enthousiasme. c)onclllt A a li dlel1ance dii pouvoi-
e tion avec dos valeturs re'lativeliiielt peu La partic de concert sera tenure par sur la fi l de noni recovoir et au rejt
le levies. Madei-n iselle Robcrval, Mrs D'Arras, d(ll ), rvoi. I 1Lo p t de.s pieces est
U- I.e l'i.siident de la IL,)nillli utei, (lui Pillon ct Duquesne, don't la rdputa- ordonl:ia.
i visit avant-iier les nouvelles caser- tion n'cst plus a I tire et pour finir cotte --'!: Ilee Mol.ii Vve II. I'..thaud,
nlos, loit litre onlicantiu e e la) beaiut. representation unique la comrdie Biouf- (I.-:i:andLi sse :ontre Mine Polinska
t de lai soltidi, d'tu coi (lo e aint i one (( L'ordonnance Be, ucbelt piece Millo)'d, (1d-l l ,o-esse : M. I juge L
t qued souci dart qui doiient L la Denis st l. tlendtt on la let,(o, de son
supetrbe liaison de1s soldats cottto al- militaire ou Pilldon dploieson type de .alpp)rt. 1 iminirlst'roe pI:il)i, M1. Ets
lure empreinte de v(rittal)le grandeur. comique irresistible. Mesdemoiselle g.i L). "tl,'. .llne loeculi: d.,h con.
:Co travail consacre definitiveinent Taldy Roberval et Derenne ainsi que cllusiois \) ,:it I substitut l\.s Lato.
le vigouireux talent aux inepuisables Mr Duquesne donnent, dans leur r6le tLe, (lli clonclut al rejet dit pourvoi,
ressources& d 1'arcllitetee (;. Iauissan respectit,tout le talent don't ils sont ca- L' tribu:l il ordo:ino le ddpot des piI
donrt la minodestie subil anj,)urd'llui uLne pables. ces.
nouvolle ;prel'tve. Ce spectacle est des plusamusants et Clle do iforsillia liinv es-quali-
visible pour toutes les families. Pour t<; (leinanldreresse. contre lMillien Mi-
S taciliter toutes les boursesl'entr6e g6n&- cliel, delicle.lnr MI.-le .i jue I'. Joseph
IZ i rale sera de 2 gourdes sculement, quel- Janvier est enitentid en la lecture de
ITS VSso0 1 L'appi)ort. Le ininiist"re lttbliC, M.
ques places reservees au prix de 3 LO" P Ioit. Ie, cnlst ir ej liet
la A I gourdes.n care, cclut rejet du
n poii!r" )i. I.' i,',pt des pli'boos est or-
Tickets en vente chez Mme Madiou. ;I ,',i I,' tribaitl hesv le s to-e
Li- duonnlit', IL tr'ibit al love Le si itc.
r. RENSEIGNEMENTS Bulletin semestriel de
e- MVETEOROLOGIQUES l'Observatoire du Se6minaire listenn e civile dit la li r6 jiin 1913.
OIBSERVATOIRE L'observatoire meteorologique du Se-. L tribunal sous la presidence dt
S DUI minaire College St Martial vient de ,vice-pIesident F. Baron charge de l,
.EM[NAlRE COLIGE S mARTIL publier dans son bulletin seinestriel,les pra.sildence da; tribunal td Cassation
e IN\II COLILGE St-MARTIAL observations mteorologiques, sismo- prononllc, en sections eLduiCis 1'arrdt
it Venred.i. 27 Juin 1913 logiques qui y ont 6t6 faites, ainsi que suivant
ro:ntre *i rnidi 76 dans les autres stations qu'il a creces Colili qi[i case et annule to juge-
r-~ont", dans le pays sous la direction avisec du nlkin rentdit par le tribunal civil de
Sin R. P. Scherer et de ses devoues colla- Jacinel s:os Ia date du 11 otolbre '1912
it ninu:n 23,0 borateurs. e contr. lictoire;nent 'redu ontre M.
tt Flarnperature t naximuu:n :6,0 Nous signalons avec plaisir, aprcs C t ijot t -c VictorC Geffrat
t B) I I.nute at cL onmsorst s'agissanti do second
S le bulletin de la society astronomique, ,cours et cstatunt sagir lt 'ond do
Moyonne diurne 27,0 cette remarquable contribution A l'1tu- i ,onteStation, 'tecoit le sieur C. Bijot
d Ciel clair tl m.tinl'e et covert l'a- de des conditions clim.ittriques d'Hai- tiers o tIosanut de l'executionl de juge'
presss midi. Or.iag au sul depuis it h. ti si nlgligees nagucre qu'une chroni- Ilenlts des 20 mars et '1 mai n 1906 d
e Petite pluie ici i h. 1o m. que du Weather Blreau de Vashington triiblnal civil do Port-au-Prirce ordofr
Baromritre constant. a pu dire, il niy a pas bien longtemps itant (intro Its adversaires It part~
SI.SCIIERER que Haiti est le seul pays du monde de Ia sutccession. d o Nie Elisabeth -S
t ou les travaux meteor!ogi-. ues sont jou' lBiit1 Vvo Rot, uiez B3jou, ddcla-
SDes voJlirs 13(Ialisellt plus abondants et plus scientilinues au t'o les cl',ndeirs sans droit, ti ua
C une vilLl: ft Targeau XV[Ile sidcle qu'au XIX. tW pour dmc nder le partage d. I
N 1(dite sucOessiol atux terms de I'art.
Cette nui.t prolitant da ssjour que ous flicitons pa ticulierement le c. proc ; tant donn6 qu'ils sort les
i les ipoux Dsinill rtiineurpcem I 1P. S:herer de continue ses observa- collater'aix naturels de la DI-cujus;
t ment marines, font A Petioi-Ville, des tions sur le volcanis n_ hl ttimn et les en consdlqiuence, dt~clare nuls et non
voleurs sont entries en leur demeure. a failles out il faut p'a:tr la scarce ini- avelnus ls jilgmeinnts sus-mentionnes;
sTurgeau.Comme la mason ntait entie- tiale des d-raniemnnts sismiquies qui s. en ceo quti concerned le partage de Is
recent abandonnue, le g irdien ayant r^percutent dans Pile. C'est un travail succession do Mine fIijou jeunie pia
rtC assister A une veillhe funebre dans le aussi original qu'intdressant don't il les dits d(tIenrleurs et rejette les doe-
voisinage ils parent en toute securi- faut souhaiter une edition prachaine ma.es-into.cts reclainm s par le sieir
t6 consommer leur acte. Vai l'heuro avanc, le- tribunal 16SV
Outre certain meubles et objets pre Distinction honorifiqiue le sigee
cieux, toutela girde robe de Mme Mar- Le Gouvernementfran-ais vient d'ac- Carnet mondain
tineau a dtd enlevee. Oa a retrouve corder les palmes acadmiques au R- Dans notr crnet mondain d'hier
dans la court, des males defoacees et A vdrend Pere Cabon, Superieur du Petit relatant le cmaringe de Mile Corian
l-interieur de la maison, tout avait e6t Seminaie Collge. 11 a 6t6 nomr:n of- reltant le Marae ille teas
bouleverse. Li police a ete informee ficier d'academie. Rpuzier avc Mr Destinvlle Martine
de ce vol A toutes fins utiles. Cest la rdcompense mlritae des sire at lieu de Trabaud ouziers.
Un imourtre fi Petit-G-oave longs et nobles ettorts que le s.vant et S"teur Cuvier Rou zier, Bois Ve4
Mardi soir, a Petit-Goave, Me Mon- modest Pere, A qui nous prnsentons Noavelle a la main
Ms Auguste, notaire, tirait trois conps toutes nos felicitations,depense, depuis II n'v a plus d'enflants :
de revAlver sur Monsieur Emmanuel tant d'annees, dans son oeuvre d'ensei. B~be qui connait les preoccupat
de revolver sur nMonsieur Emmantseltpas d
Delva qui, grievement atteint,.mourait gnemt, de s.srnts ily eSt paspindifrei
quelques instan.ts aprs.- olence, post- que le Seigneur soit loud! et aussi.


--- .1 -c I -- ." -.. o- t oa -- et- -s~ijr1
Les,fundrailles de Mr Delva out eu Ea parlant,daans notrebdition dhier d- boutique et les appartements sr
lieu 1 lendemai. la reprise dscon6recespost.scolAreSrue dont papa est propritaire.
lie l lndman.la reprise desconf~rnces post-scolaires, rue don't papa est propribtaire.>