<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01801
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 25, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01801

Full Text


Wspgnm0 AunO NV lb80


PORT AU -1H LN U ( flaIU)


(;jemejt-jlA(x LOIRE.

ABO()N r1EMNTS:
pO1t -.Ar-p IuINCE :
Tn .4Ois ......... G.
Trois NIS...........*
j)6pb.x\ uT':NlPNTS:
tIn loi G ....... .G
irois MQIs .........
KTHNGR


2.00
r).00

2.20
6:00


Trois Mo .. .. .)o
LE NUMlRO 15 CENTIMES


'


I


QUOTIDIEN


RtDACTION -A DMINISTRATIO
8, Rue Americaifl, 8
Les amees sentl iicci :
A PorT-AU-PPawcS: atu iurcaux d locrima
A PASIS chhe L. hlavence & Ce*
9. Rue Tronche:
A I ovio rz IV x cc P. Co. q9,
11,4 t~ AtC Iii
A IAFULIw chcZ iitoir MoSe
S 19, jer-s%.Alelve Strasse 4649
A Naw-Y3K :Universal I ublicaty Compisy
.Is V qt 3 III Street
L I CS 1 I A ,I U' I ti, II t (1 1t PC -011
p, re...Al
Abonnenens t.t nscltior PayiAbies J1 anc


UN j


lAs 'MoniteiurP a repro
linraiso in ln 17 Avrnl
ours de M. J. N. AU
Odition iles strangers r
kaiens est I'objet d'un
ire vraiimeiint surprenan
ges ofliciels de la llept
g~at pas, en gtnlral,
l rllexion, ou nie port
Irque d'une pensee b
c'est ce don't on ne
S lorsqtu',ri lit les coll
usudius ( I;nliier ou de
is que M1..I. N. Leger
li des Ifoictions ,mineni
tune autorit don't le ray
r'6tend au elA'iL de nos fro
616 pre;sidlent de la Soc
saliuti ei l)a'onnier d
esAvoct;Is.raiso nne,au
B6publiiie. conmme s'ld
meilseu die cotinierce av
haitienne<. e'est a ( uoi ol
dos'alltienre.Cest cepem3(
lui est arrive dans la dis
rit. 5 du projectt de loi
vice diplomaique, en (
"u amleitdemneint du stna
mi qui proposait de fixe
mes le temips d'dpreuve p
quel les 'triangers nalur
Uens Ini p(urraient rep
fRpublilqiti a I'extarieur
d'agent (liplolaltiljue. Ce
vuyail ,Ie pIour eire Env
ordinaire et Ministre
tiaire, Ministre resident
d'affaires, il faut 6tre n6I
avoir tcI natuilralisd hail
cinq aans au mioins el I
Baussan eslimait cette de
triclion insuffisante A cai
Cesive comnplaisance avi
Icles de naturalisation sc
aujourd'hui.
*J'avoue, repond M. J
que la precaution que
a6nateur Baussan est fort
ii faut renarquer que n
titution et nos lois ante
fnt aucune distinction
haitiens d'origine et les I
Il en rtsulle alors qu'un
turalise Iaailien, des le
de sa naturalization. est
Lts fonctions publiques.
Venir depute, sdnateur
President d'Haiti.* Et
ranoien Ministre des Re
6rieures veut mettre ho
Is responsabilitW des sec
S6nat et cell des protest
merie national, comm
montrer toute la confiai
dan son argumentation
au cours de nouvelles ex
*Ouvrea la Cons'itutiol
verrez aucune condition
dcnce ou d'4preuveA Il
strangerr naturals ha
qui conc!rne I'etercice
tonspubliques; il peut
lualtur, secr6taire d'E
sident d'Haiti.,
nrque ie rlis ces pi
ptu emrpmchs do m


PEU D)E DROIT d'tgalit6 civil aurait:da fire naiIre preuve tous les droils que la Cons-
instPtan6.nie.ii t et compl6tement itlution liii refuse, I'* naturalisalion
--oo---- la;ns s:t personnel, il so voit. an c'n- t'est nmme pour lui qu'nne affaire.
r raire, appliques un slaltnt dexc.p- )'ailleurs la jurisprudence dles tri-
l:uit dlans si M.. N. 1.ger n'a pas voulu s'a*- lion, inspire par une pensee de d bunaux restraint la slphrre d'appli-
1913 unimtnuser au< depens des lionorables fiance et le d6sir apparent de le cation des principles que je viens de
*ger oiu l: !.saleurs, car il me repugne 'd a-tenir en observation. Et cette con- rappeler par suite des adooicisse-
aaturaliss nmeltre q u'il les ait binevolinent edition iim'trieure, nous 1avons vu, ,ments qu'elle apporle sans cesse A
commion- invites ta ouvrir ine Contititulio et ne e doil pas cesser avant cinqI an- l; condition juridiqluedeselrangers.
t. ite les ;i consiulter des lois oi nIl'ilporte ,lies. Am lendeinain de sa natura- Mais ces fails no peuvent modilier
oblique ne qlni I'ut dlcouvrir une triple con- lisation, il commence a jouir des le droit ecrit el. taut que ce droit
einprei'ns damn tioun de son discourse. Le gste droils qiu'on appelle droits civil. 11 n'est pas abrogA. il est inutile si
ent pas la lie 1an querait pas dqune certaiel p.utl done a;querir tous ces droils non ire prudent de laisser un hom-
ten infor- elgance; il aurait quelque allure rels imimobiliers qui ne peuvent me d'etat don't la parole a une in-
e s'~tonne 'ron:tine et ne serait pas, an deiilu- innais enlrer dans It patrirnoin' contestabli inllouenc,. I# mnconnai-
ections de rilnt, pour deplaire ceux que 11,11n- ,ls trantgers, d'apres n0os lois: Ire ofliciell 'nent au Sinat de la
Pradiines: lent des pr)occup:ations diarl. N.)il; ,'est-;-dire qi'il ipet tlre rpreneuir IIpubliqiie.
qui a rein- tnous retrouverions aux teiii;K t loi,,n- par kail elimphiytloi ile. crean :ier l\'i. SALES
tes et jou.t tainslel larhlitorilque etldu sopisri, Ii,.,otlli.caire et slrtont Iproprietaire
onnemenit ce (jui serait. en tout cas. plus cn- ,,le iens fociers: ii a cessi dl'ttre -
ntieres,qui solanit ,lue de se Irouver etn itle ;, conlraignable par corps pour lelles
ic te Ie tote :avec ce dilemne s-n ,i;t.' : civi les; il ne pent eire astreint : CilIN
le I'()rdre n Mr .I. N. lager a oublie,3 on le turnir la cauiion Ii ii jlig: en 1111
Senat de i Senal na pas coinpris. iniot, il joi3il tl'iine c:)l:citl civile, p L e l )
'avait j- Si noul r pollon.s a I'ivil ili)on .i'une aptliltude ;I aI ni~nlsltrer s pei, hr
Vec les lo's ,, M. .1. N. IAger et clierch'ons '*I sonne.et ses hiens. atssi ,leilu,. vt..tl'e int i f eh
i dlait loi)nl savor ce ,jue :frle voient l*!s l -)is e, i :;issi l large ue ,i celle dt s In iitiens
lan1t ce (ili 1 i C G istilii lonl e I'espe -e, I';ai. .t5 loriilte et an:ij'urs. M:ais par coin-
~,tIssioln del le la I )i Ilu 2'2 Aotit 1907 Iou 11 ;Ip) I. il lIui eGt :,alsolientt illterli le fites-vous )in he
sUee faites-vous le l)inan.he -
sur le se- prendT. d'une part, que tout itran- de slelnir iune porion, si 1111itU Quand le soleil brillee, qI.u l. tc:npcra-
coill);atlI t ger p ut devenir hailien apris deux lu'elle soilt.,*e la'paissance pu)li- ture est douce. j'csprc buen que vous
teur Baus- arts de resiltence, hilis qu'il ne Sera. pIle. Poutr I e-rcice ldes droilts ii 1 ne restic pas c itcrinc au logis. vous
r a l ix an- adinis ;i I'exercice de ses droilts (p- ft'oi pirliciper les cito\ons a ;i so surtout. 6 citadin, que Ic trava.il re-
penlil;nt le- liliques que cinq arns apits s:i tia- vera ntet erI l riale, p )ir les droits ient toute la sCIaintie a.L bLialc.I au
aliss i- raislis ion el Ie l'aulre. la ot -4i- i,,olililues. i It1isla.eur exi ge lq i'ilu i nagasin, a l'atelier : vous dcvcT eprou
r6senter la tuition nous tournit les deux :irlis s niine, pair tili tines d'pirenve. v-r le besoin dc rcspirr n .air plus
enl quality e .etl t!.2 (ili tie sont ni moin o v.- 1111 gag;e a11)1 ivo lue de s i l '-. pur, d'einplir ',. ca d. rinls ta-
L arl.5 pre- res, ni mn ins expliciles. I.'a ticl-.t li6 ;i s: t I ti t* loption. iIen.ii: bleaux champMtrcs. Jd xc rs.onncr c.
ioye extra- l'adln t les strangers natirlis. ce ens. i1 ist pas a nis a pr-un mot. Pour ccl.t in i li-
Si cieuselnent attachlintic ,'cst vra ment
)l6nipoten Iaitiens a lexercice des droils rpo- I re par:t ax :rnebls. priairl ar elle que I t sr :S1 tir
ou Charge t iques iu'apres cinq annAes ., rI'.- el ltirales : voix n conpte pau pvs arouru. li .t ilctctt-. I uto-
Ilaiiien on sidence; I'arl. 92 tablit (ie pour p:Is 4:iis 1 sllrae vrsel; I mobile, ont certaineinnt Icur, .iva.intai
ien depuis ,tre elu 1Presidentd'llaili, niilll"r e11 lie pelI p 1 tr le ilitrbll" re 'Iunll colns.il ges, mais aussi lcurs inzuonIv ii iients. S-
e s~lnateur nu de pe re haitien. Colinient done le I'tilille, II fI'est pas l:b)ile i aie air jvous employee/ ces novcn dc trans-
erniiire res- M. J. N. Lgger a-t-il pu dire iq' parties dl'uni jury ile jngemellt on a;' port, it vous taut.t fAtalcnient, prendre
use de I'ex- ili la Ioin constilutionnelle, ni le s 1an servir le, 1Ieiiint ldans les ;Iaes. II des routes bien souvcnt parcourues.
ec quoi les tres lois ne font de distinction eintre ne peit exer'cr W natit Iu ncioi examiner des paysi -, trap connus.
)nt delivres les Ihaitiens i'origine et les 1 lilie is pulbliqi,'e: les I,leitio;:l pubiliques -.n eltftle priniip.l s ,u. de I aUtomo-
par naturalislion? Comnintaiit a-I-il sonti I'.ip .navge ,les liailiens d e vicelle biliste et dui cvlistc c,t d vitcr les
I. N. Leger pu afflrmer qu'un syrieni naturali- rocie(', Ie's I tilenis auhllenlilques. peITaUViSl chervil .,11 coI ou1 l oA ne
suggre le s e aitlien est aptee,dnes le l :linll e o petnt ,tire. par conisejueni n e ut e roulere stre;i. e som1e, dn
i i ..N. er(atombre assez resircih. e sorne, e
Ssage. Mais de sa naturalization, a toutes fone- quoiqll ait it J.. routes bien entratcnus,. ft-,or.ables i ce
oitre Cons- tions publiquei et peut ldevenir de- iquliile alt r'epi6 aprs lui 1: genre de sport. Puis. les cartes .cvclis-
;rieures ne putl, seinateur, Ministre et imeIne IBahssanl li id)ila. ni s&nateair, n tes, et automobiles, ont le ddaut de
i entire les Pr6sident dllaili. secretaire dI'Etal. Quant au a granl trop gencraliser lesi :onroits A pircou-
naluralises M. J. N. Ldger a cled peat-tr, fautleuil o la a pretniere inagistr:a- rir. Jai pu, dans maintcs excursions
syriein naa- au dsir i etnerveiller les siiuateurs ture', ie le regrelte pour Iti, s'll ppdestres, constatcr lquil existed dc forts
lendein -in par q lelijes con'!ras'e piaj ia:ils: lie se ,I'e'idle pas i fIaire Ilue revolu- belles routes- nuilencint indiqudes
apte A lou- mais je crauis bien qlu'A ce jeu ii lio.,il ni'y accMlera j;.mlis, car ,)our come tells sur lei cirtes speciales,
11 peut de- n'ail s crife' ein lii I'liormmn de o loi Ltre dlu PrdsidelIt e i IUtpubli lie, oi ila bicyclette ct lauto:moble pour-
et mcne don't o- se plait a recoinn iire le 11 faut etre n~de i p-re hiattien. iaient trs conlort blclnentt ruler. Jo
ne Ics signaleral pas : Comine pitton.
come si preslige.a I'homme du monde dont LPenllant toule la dure des cill ne es mon as tirc. Lexcursion-
elalions Ex- on admire volontiers les minieres annees dtpreuve, lhaitien par na- niste p destre est notoireinent egoiste:
rs de cause aimables. turalis ition eit un denmi-ciloyen, un it adore possder la route a lui tout
-rdtaires du De son c6t6, Ii S3nat peut se cicesmntnalojure oi,si celle formule seu sans etre deranger p.u les b.ugle-
de I'mpri- flatter d'avoir tlabli un record peu empruntile asl droit remain s~inble ments de la corner d automobile ou les
e s'il veut banal, car jamais une assemble de un peu pdlatle, un cousin O la I in- carillons des cyzlistes.
n'e qu'il a pires conscripts n'a bcoute avec plus niire d -s cousins de Balz ac, in c >u Ceci dit, examiiions les moyens lIs
il reprend de calne un plus grand notmbre sin pauvre ii, on relegueau bout de Plus pratiques d'etlectuer des excur-
tplicalions: d'inexactitudes dans un plus petit la table d ils le banquet national sions. Li premiere condition cst d, sa-
n, vous n y nombre dd mnots. Quand on veut et (qui lo.l. av.atl tout. fa re accep- vOlr ou caller. Pour cel il aut dsabord
n) de rest- se fire une id6e just de la condi- ter sa preseu.ce. Evidelinent cei ob efdfctuer une minare dpense men sue
a charge de tion de l'haitien par naturalssilioni servation, itoiut qu un inlert rt tllo d'acheter des crtes fort pAecieuse
litien, eni ce au lendemairi dti jour olt il a cliln- rique, je le reconnais volontiers. pour trouper so chemin. Avs c unme
des lone- g de Pric, ii M't pr,,,' eu n pratilue, M. J. N. Lger a par- vingaine de cartes au o.oooime.-
des tonc- g6 de Patrie, iI iit presi pe n pralique, J. N. ger a par-tr*s lisibles- vous poorrez envisage
etre ddput~, pr6 le conltre-pied des decl .rations faitement raison; il ny a pas de dif- un rayon de 63 8o kilometres autour
tat et Pr6- de M. J. I. IAger. Loin d-3 pouvoir, fWrence entire la condition des hai- de votre residence, ce qui est grande-
jouir immediatement des drolis qui tieus d'origine et des haitiens par meant suftisani pour vanrer vos excur-
hrases je ne d6riventLds son novel etaL et qu'uue naturaisatlon. Celui-ci exerce cou- sios. Les carte, une fois acheties, ii
Sdmnaud&er application rigoureus du prnncipe rammeat pendant le temp. d'- fast savoir le lir : je n'inr pas roie


I II I I I r ; I


_ II I L~ --


Wereredti 23 juin IV13






tirfPlinfure de croire la chose dificilel A s DIV S g i voleurs, en effect, durant la nuit, dtaient merce du Cap-Haitien, en date
po ur vous. Vous saurez reconnaltrel D entrees dans le magasin en ddfoncant juillet 1911, rendu entire lui et le
ma route d'un rvisseau, un chemin -- une des portes de la cour S'acharnant Paul Prosplri ,tc.
atrossable d'une line de chemin de RE SEIGNEMENTS sr le corr-fot, ils rent vol a o llcompoit
fer.vec un peu d dedUctncel porte, iais o btirent 1 une nouvelle, Nouvelle composition
fer.k vec un peu de dJduction, ceh 5 O CI ddi
Lexge qu'une petite here dappren- ME EOROLO.GITTUES faite d'acier, qui les aritkrent. On sup- j. Celui qui dissaisit le tribunal,
e q un petite here dappren- EEOROLUES crainte d'ttre s.rpris par vil des Ca es de I'affaire du t '
ige pour savoir se rctrouver au mi- OBSERlVATOIhR I'aIe. oln I'ipossibilite de vaincre T. Simon avec le sieur
u des difofT rents siagnes g v ographi- la diflicultl lies lit abanidonner leur cri- Bourjolly et dsigne le tribunal ci
tes adopts. et apres votr premiere DU Iinel project. POnr-u-Prince pour en con l
excursion, vous saurex lire une carte Si~MINAIIIIE COLLJEGE SLt-..\I TIAL Alr Po.ynice, dPus qu'il tut constat6p n connare.
comme un ofticler d'it it-m.:jor. Mardi 24 Juin 1913 I'efraction. en lliinoria la justice qui Nouvelle composition
En possession de vos cartes, vous vI.rbalisa. i.Celledes consorts Beauclair,
tracerez vos excursions projetecs, sui Baromitre a Inidi 7i',i' Conlert-Lainothl mandeurs centre les consorts
vant quc v)s f, rces vtis permeit-nt C'est ce soir, an (Grand Cerv de Maignan, dfendeurs. M. le j
de fire quinze. v.ngr, vingt-cinq kilo- )aniianin 2(,7 Port-au-l'ince, qil Mr Ludovic IA- Bornoest entendu en la lecture deti
metres, hs dtux-tiers de la route de- Tea.npratureo Ina.ilnm : .. mothe done sol grand concert. Tout rapport. Me. Constantin Benoit.
vant s'eftectuer le martin, alors qu'il est a eti prpar6 ponr la reussitecomplete les d6fendeur, est tntendu en ses-
vraiment agr aible de marcher. Vous Mnn du i de c(tttet soiret' d laquelle le public servations. Le minister public,
itblirez votre grand'halte A un village Ciel nuageux la matinee det couverin lae aver entlioiisiasie. Eugene D6catrel, conclut par crit Il
uelconque on vous trouverez tot lars-midi r vent E t F I Inous le disimils dantl notre cassation du jugement attaqu6u sur I
fcilitc pour vous restaurer. Lapres-mi duis i ju he" soE Nn itioll d'li i, ls 'rtel s e vepdent uu mrite des deux derniers moyens. I
dilit. pour vous irz d estue.ment pr's unem depuis midiusqu heures soufflant x :1 s ez, MM. Sud, tribunal ordonne I dp6t des pc
d vousirez doucettement, .prt une d'un tourbillon dans le sud. Gouttes (corges ii,;a, ~t lra,.cois Mathon. t l odo de pie
sieste reposante, rejoindre votre point de pluies A plusieurs reprises. Bandes 1'Al2a!r kish a. Cellesse cla dame C. DiambJo
terminus. dc faS;oni pouvoir rentrer polaires. Couronne lunaire. lAaIreFish demanderesse centre le sieur Js
diner A la mason, si vous ne voulez Baromrn tre en hausse. On se rappqllc I'agression don't fut Beauregard. d6fendeur. IM. le jue
pas vous attarder. La march comprise victim, il v a quelque temps,M. B. Denis est entendu en la lecture de i
come cedla sans exa&ration et sans I. .I)iE. Denis fils, ses amis apprendront avce rapport. Le minister public M. l
grands efforts, scrap un sport hygieni- C:)eCOur.s ld1 r it 1i' Sallln I.aUllil plaisir qu'il est remis de ses blessures, Dominique. done lecture des condc
que, vraimcnt saim. V\oill pour la par (:e mating, en ptiselnct din M1inistr'e grace aux soins intelligcnts du docteur sions poar le substitute Latortue, q
tic physique. e Ii (;lla,'rre, le g(:*ial'r;l Ariant, du Bouchereau. conclut la cassation. Le tribunal
Pour le plaisir des yeux et pour vo (o:ninandlant de I'arriondis.-Il.rent, It L'instruction de l'afTaire se pursuit. done le depot des pieces
tre instruction, cIla. d&pendra de vos gdlll'ral C:amille Moliilre, et d'nul asseuz La Chrambre ;.Celle de Louis Sail ils, dife
godts et de vos aspirations. Quelques graild nuiiiiIb do. spoclat'r., a el La a re Cele de Luis Sul i d
Uns aiment les gr.indcs plane; ai p:r- lion', au c'liaiii do tir d' la Saline Ilai- Labondance des natieres nous obli- deur, centre Rigal, demindeur. M. I
te de vuc. dtt;utrs Ics hbois toutl'us t lt.l I' glra il con coiis d tir orgalisi ge,encre un;l fois,A renvover Ia publi- uge L. Denis est entendu en la lectlq
ombrcux, ceux-ci lks ruinlcs pittores- u 2)l il Irl.s de diil'stan ai\vec fusil cation du compte-rendu dctailla de la de son r.apport. Me. Rigal est enteoL
MueslIZ ce'ux-l sm, II'Iines il di s llo 1871. stance de lundi qui paraitra dans notre i'en sesobservations, le n inistere public,
ques, ce-x-trou I rtiiis: l lh ntants : I, esll fortEI.l'rt'.s cliistaient eli edition de remain. Luc l)oinique, conclut au reject d
coheminu : otrUri en un chanignt k- .sdu(1Ku t e4 it im Fialar-lfles Ipourvoi. ice tribunal ordonne ledtlc
chermin comin\c cai in ,changeant ka- li- iet's t~t r;illtie 1)i I0U.,. so -ofliieir' Fiittaina les des pieces puis vu l'heure avan-cM ,W
16idoscope. chll !,it' uc our de route et soldals. Nois av.ns lit:in aiv plaisir la ctarte e le siege.
vous Icra.i .:K v. .r l.i ni.iitire s3us ses L ,' lmir-,.tt d(i ce co ulOiit'lr , aspects ditrl ints. II Ilest p.is uneL c(lil:dln'lint ft-licite par s.:s sllluprieurs ave. Mr Eli' Jlosephi Pierre. Alariaig
bourg.de, p.i, i vi l;.I. quii Int. puisse t ('uiliii(lat'd oes. pour les so s-ofli- Tribunal d' Pail I lier, ;'1 I I'ullres 1 i I.s-iuidi,
vous oinriic qu i .li,' ciri, sittc naturelle c lirs l' t soldlat, MA.\A S J isK:I'. d1i l r '. ,.i, 4, l'.b danis l.s salo~l. dl Mi
ou artisti u I.:, v',i2s ag'ises, les lhaitilloli qli iilailrlnt 7 poits aive' Audlc e du mardl 24 juln 191 ., du Maie' (li i.rlie dii. (:lnili, de
vieux i, ir. ,nll: l.uir, alttaits n n l'i I)atllo. Illl;tli; etlll ;lpri't vin- tribunal de paix section nord en ses at- I, ia,,i ge civil li, MIi,' I.:11 e
seulement rpr t I o:i: Ja lllty, llor it:aillo,; :I)I lles tributions civile et commercial. jiOn U V aveo Mr Victor :as'eI.
seules n 1i fi .,r 'I -i:Si i 5 r...i Er t points: N r','vI l'ait cois. loi'r hataillon, Affaires Intendues
les fails hist.n tics qui oit p s'v dc- : bill,,.s El pi)ts;. Sialon)on, :{o batail- Allaires entendues ,c
rouler. I.i .Ir les grandes silses Ides al 's ,-, p)iits: Frniiandi Josa- i. 'ug~"I St-Macary centre Dessuq. Ju I.es f'unrailles de lme Vve Garc
chateaux s iiiircs, visitor leuri corps li;it, -... IialaiIIl .n, : hlls. 1. |oilts; lien et Zamnor centre Maria lolie-C eiur. d cdc e hier soir, en sa dcineure. r
de garden cnlll.mis. s'.eoi sur Icurs .;l,;,., |l{ailhl:. i hallEs. lointsi; Jugements prononc1s derriere I'Exposition, auront lieu ce
ruines imrP I I, I, :cs, rc\vivre en CI so-m.3mc 1lass.iii I r iailltli,.t:lls points: corles con- apr:.midi ; Ste-A;nnc.
les temps c, is t.taicnt joyeux et ani- IP;il.:'~-- I; ',l s, 2' ltaillt :1 ballet Coorts Antoine Phesncon r le c- ap m difA te-Anne.
mds, revoir c:i \ vision les scenes de b is. sorts Jeanti. Antoine Pheps contre i:r-. La difunte etait la belle-mre t.
taillc ou i.s ,n.indioscs Ites don't ils 1.' i'.-s:ll it, lr l.s soiiJers. a don- dtric Mrin, No n-Charles centre notre charnant ami iM ssc:,sc. t q
turent il s 101n l:,, i tout cecl vous lis- ** : t.i'italliins l.ouis Er'ii et C(:lo- Angele D)escolines, l)ne. Sim.orn Si- i nous presentons.ainsi qu' slon epowt,
se une ill prc ssio siulires ". |.ilt., s i'l-t Pes- lomon centre Numa Guillard. Brigina t lut's nos condolanccs.
mue i ~r a.'v .: h1 alls oits : lienteiaalnt Dorsainville contre Joseph MWrenti, I.s amis sont pries de considrerer
Lamuc .i.Si ullt. ::1 lle's 1 itills. [. Abner Leconte contre Fr6ddric Arnoux. pr', :it avis come tena:,t lieu de fain
La tenuc d'cxursion vous la choisi- I' :i I.:'s:,.ac*. dh, ce' i'c n all nliatif, Vil In-Georges centre Fortuni Dl)sire, part.
rez sclon \as ,ouits. Le principal esi iC ,, g',ti ;-, ir.roet : ix I VI( L Otn Milton centre Lucilia Louis. Novvelle i la rni'!:l
d'cetre bli n chausse : .e bL)is gross sou-I t 1 ii'! i '~. !.i; c;ll iime I;h;.1 llphat. f Tine
liers, des -.!e 4i ,s on guetres de cuir, i la :cI< i c i gii,. ili bailloi. Tribunal de Cassalionl El;s l rs
un Imperli".iblc Icg:r qu 1'on pcut t: siiil 0:1 h voit. Is risniltats de .,i ,c ciil, ue hJ lunli 9 jilin 1913. I t' ) )' persoInages qui fat
rouler si on .iis.-. utL fl.utre lou ou *O i I olll:i rs, atllilj'l ava;iIit p'is part ra M lilleirs trfs )applaii(li,. imnnencait
une casqucIIltc dc drip, un batoin fe-r, ,s t illoi.s dli. I Itfori-ne, reprtl- Sous la pr science de M. le vic aillasi, hlair jour, ison ) lscl.rs fun*
ctvou si 1: ne uip" s t** 2i II'ii's c lac misis (dans les prt-sident Biron, le tribunal prend bre.,sur la toimbe d(iil an Ii i.'s esiua:
V I ous urr rir o ecurion iii.i. o;t : 1 d.'s lpins lbril- siege aA dix heures et demie du martin ii l li .- oesdu
\ous pourrez varier vos excursions a I:-. ,.-Mi, 1 h l, ;1s.1 et intend les aft ires suivantes : I n.isieus, 1 ii lu- n-s cond
'infini. LUne fois les environs imme- s.liIlisauj.curd'hnii i'we Slrii i- cr meire
diat d o ',eiis e. in siro im.l, deo montrer sa I. Celle de Maria Plaisil Roc centre nt i- iii ii gia lilli, ii oI horn
diats de votre residence parcourus. il sati stal.i.li.p1..u.d, dans le inatinclair, Elie Fils-Aimn I.e judge Cauvin est en- nll.' l's 't, i i a ia i '-i. in tnt u*-
vous scra t,cile de prenre le chemin hs tiri'-,irs., .oir la plup:rit des recrites tend e. l le--:ure de son rapport. Le Icmnt. Ilian 1 .iseiin (avet eal-
de fer vous imii-nt .tun. vinwtingtainc de dfii i.i ti,1 Mars, ro.prirent, au son ministtre public. M. Eug. I)catrel, 11Phas3 ). ce lut... c tilt E oluelIluaue.
kilonmitres. dl o vous pourrez etablir ;ait ;',r de leinrs clairons, le choinin de conclut par cr t et sur la fiai de non re-
de nouvclles r.iindonnies. lhi vill. cevoir A 'irrccv.abiltr du pourvoi ; au
Avis don: aux bo-ns marchers. A Ii Rivi'r' frAldt. le Commian- fond au rejet du po.lre'oi. Le tribunal
amis do pa rparcz vos excur- (;111 de la Place mtet A filn Ul e ordonne le dep6t des pieces. le rle Soir C ir
sins. Sur \os c tues tractz votre itind- tant 6puis6 le si ce est leveti. or
raire au c. i ra ou ru;-, tlt iblissez la Ion- sIIl irse' < i xlll
gueur du cheminin d'ap.qi 1'"chelle kilo- Ilicr soir. le chcli du Poste militaire *
mtrtrique. N:_ d0pa i .' pas. pour ci:1- dc Cirreluir. ilntormc qtl'une danse de .u.liincei vile J/ lh'Jrdi II inin 191/. i .9r id.c Mars v1'u d'un so:IIptucI Jpe ti.
". ve leInlteur descend des hauteurs de La NuC;
mencer. qtui lzei \vingll kilo:natres; il ;'zmu.l, & s. d)n 11 1t .i I.i a2m.. se:tio I Le tribunal pu:did siege A dix here; Et iL lace du ciel est ntierement nuc:
s'agit non d'tun 1 l.tigu.in mlis d'ulc' de la RiviecL Ifroide. exp--Jiait sur les et denic du martin, sous la presidency Aucun regard d toie encore ny repait.
march lihienique. Ptis tran criv:z lieux, aux lins d'v mcttre emp5zh-- du vice-president F. Baron charge de .inrncie Fpce t han d'u pai
sur des fijchs les points que vous aurez mntt. quatre sold.s. Ccux-:i. : leur ila presidence du tribunal de cassation jis un inant erre n a connuc;
A parcouri:', les e.droits que vous voJs arrive s., hibilt.'i~s l.i dais:. et prionoice I'.irribu sUivnt t la Brise'. 'touffant s. p!aintm conicnnc.
proposcz dc visitorr, oul vous pcnsez de-i alors b. t.;it s )n plcinl. sc virent mal- I. Celui qti casse et annule le judge A I'.Am v*g tale exprime son respect.
jeuner :; in.:qtii. s'il v a lieu. les he- traits par les proprietaii'c qui refus-2- ment du trir.la.li c 'ii d Port-au-Prli- L, grand silence penl d Il bra heds t PU
raies des tr.its: le Simedi soir. vous rent .caitoraqucencnt d'obhtenpcrr a cc, cn date dJ iS ni)vembre 9t2, Teni- 0), dansh s nids ide pik', enclos, lIt
naurez qu'. choisir Iex:urio: d len- lordre du che de posted qui sempre- du entire la da Cora Ption, ve P- t ur chnson, u e s
domain et I.i c.irte corr.spondante. sa de mettre le Commandant de la lion Pierre-Anidr, centre les consorts
N'oubliez pis- point important- Place au courant. John Bo.icy: rcnvoie la cause et les plin lune, au ci, errant .blouisnn.
de vous munlr d'une petite boussole : Bien qut'il lut minuit. le general parties devant le tribunal civil de Jac- .CO"te un glob d'argent plus clir que
elle vous scra tre utile si vous avez Lambert cnvoyva sur les lieux son se- mel etc. Iail rsplendir au loin la met mrtatllscc~na .
meal lu votre c.arte et perdu... ie nord : cretairc, Mr. Nicolas. accompagnt La composition fait place A celle du Lton VIEUX.
c'est le cas de le dire d'une trentaine de soldats. Cette fois, jour, sous la presidence du iuge L.
PALt.. CHAUMET. les danseurs ne purent rtpeter leur De)ns, charge de la pr6sidence de la -- ----rr
C premier geste et c'est sans aucune vio- section civil et prononce les arrets sui-
..'..I......L lence qu'ils se laisserent au nombrede vants: u CArri a
treize, conduire en ville et remettre au z. Celui qui casse et annule le juge- G--
Messieurs Ies creancicrs de leu H. judge de paix de la section sud qui est ment du tribunal civil des Cayes. en Or Am ricain 3 o/o prim
Zake sont pris de tn ,n vouloir se rc.u- app connaitre de cette contraven- date du 29 mai 19,2. rendu enter Carl- Chquesu ris. P 4 o/o p0
enir eud prochain, 2 lu couran t .1 tlion. lVoigt et lristal'Clotaire, renvoie la cau- Traite sur P'ria. 1/4. a 1S o/o.
trois hcurcs p,.iss dc, I' pres-midi,chczs- u I ,, a I',, l ai L Polynice se et les parties devant le tribunal ci- Transfert sur Paris 4 I/t prie
M. sieurs Ololtson, LuCJs &; Co. Rue o .a... vii der mie ettc. Cque s. N- c-Yoru vt e ario IP d
" A~g I iUl i l, ,,.I -u 'a iit .. n ... u


IOUr%-au-Piace I 2 ZnJ ( )ilut'iwee. sitilI.'.' Lt hPl'ace' VAiiitel 2 'acui qui rejette comme mal~fou. Billed de .~ ,21q--~
Mriu Seyaaul Pulynice coustaui tueo- flc d .
Port-.Au-P'ri lie, IC 2 3 juin 'q I J. r %Sw)-mjur Pulyniice mistataiut (j Ic pourvoi du situr 1. Tescher con~~kt. N CP-2, 14 /0cu
'TJ codrur satamentaireW.OLOFFSON i son coifra-fortavait Wsiu f. ctur.t c r cD&. Nickel. 1. 3/4 0/0 o/o mWD
I~!5xi..teurgesgaepst~e~,W.OQFFSONI tivit ~tS(i'iaturE re beJ uggment dua tribunal d& com. Dne t dIgrt aa92lotd a