<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01798
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 21, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01798

Full Text



sed~tOnn N_ U_7 I'_t-UIgN alISoi~i2 onI~1


CjEmenljtMI % AGLOIRE.
PIREC(TEURH
ABONNEKENr3l

(jil Io lp ... ...... ~
Troi% N100- (ml0

Ujn Mois . (;G. 220
irois Mois. .. i (..
F; iBA Nt EI i:
Troll 14)' .. . .)(0
LE NUMI RO 15 CIF.NTI IMES


S


'


j


I1


LU)


QUOTIDIEN


REDACION- eA Dwt uV;Tllt-%l 8

Les an n arv essonI erc its
J. ll ji C


A s I)K -,,


0c i. ,


A lik-ltIN ":o -C
N ~.~ C t. ~tt.~'e46-49
A h u~* \;~ ~u. L~rn.;~: I1u, i1 V \ (.oui p'IY
: I: ti SIc


JACIMEL d'action et A grandir leur circle d'inlu du moment. et souvcnt celles qui pa.
ence. raissaitnt parfaitement unics la vieille,
Les grades puissances qui possedent se transforinmnt Ic lendemain en adver
Ut7e macabre m lstififcation une fen.tre ouverte sur la M 6ditcrra. saires rsolu., et lon vu I'Angleterre.
nie. multiplient leurs efforts pour far- la France et l' Ialic se grouper .t sen-
--oo-- tifier et elargir la place qu'elles v o: tendre sur quclqucs points : un peu
cupent. Celles qui n'ont point dc con- plus tard. I'Italic s'est rapprochee de la
Ia semaine derni6re, il y a eu grand menilt', a decru plut6t. La situation ne tact avec cette mer. cherchent p.r tous Russic pour s'entendre av.c clie sur
Wtnit a Jacinel. On a parle d'dpidimie, ts','carte done pas de la nornailte. Mmlte les moves A s'v crer un domain pro. quelqucs autres. ct plus reccmmeCnt en-
Ides esprits & tendances macabres e'u ce moment otl les grades cialcntlrs pre, et les puissances de moins grande core. on a pu voir A.\ngletcrre se rap-
al Bs jusqu'i parler de peate bt- ollt comniencd, ilt a pas beaucolup envergure qui sont tabless autour de procher de 1.\Allemanine pourtuare echcc
=i11e ... II n'en etait rien heureuse- de cas C(de livre et les quel(ues <(a sv s rivages,menaces dan. lcur existcn- i la poliiqu, dc lRu.,ic
.rIt. rclne Sollt bdnin. II ne y a dols Pit- cc par ces ipres convoitiscs, devront se Ces oscillation soen neIcessaircs.co:n-
Dans les premiers jours de ce nois. cune Opidt nie, i ne faut pas i-arler transformer ou disparaitr. e cells soni cllcd mlncs Ioginuc. ct
Se produisit a la rue Sainte-Anne. surtout de calainit comniu lea pIsite i ii i portion i li s le
Cte procle du rivage de la sner, lbtibouniue, inconnue en nos rgiions, eiteloi implacable eabsoro
sun 4u;artier ou habitent des gens sitrtoitit a Jacnel une des ville's I-s des faibles par les forts, dimie depuis 'ne s~ ait pas .IcCOUIU mee 1 conccvoir
11terio.es, dlans une protniscuitl: d- I- plu Ifavoristcees os o le rapprl.rt cli- unie dizaine d annces tou'c la poltiquc Ic; allian:.:.s t i les lie.Ic-. ci:nc ides
nttalnte t p iur lqui les lois le. id,;n i p't-usri 'lue; une des- plus saitnst in I!- mediterran cnne de I'lIu.t;op Or. l es liens r:I; 1i.cs c, cit IlitIs i' Ii pa.r.1isscnt
4|nentain'. s ie 'lhygi ne sont i ncol- 'r*' I'ab;)ininable iincuirie co;w:in:il:lIt ptiites paissa' ces nie se :n linti l r.>t ictcnldr ci .1 h.-cu d ContrIII.i
ies, il sr produisit plusieurs dectc.s ,Ira l.aiss.; lea imn'naddic.s ui): c'T'rir sur devant elle q,ti: dans la :;n-uur. ol clcs touted iltl i.tti\c ct loutIt ,tNv' cn tilt ili
ma!scutifs, iiotanment chez Mr Cdus Ia vole |publique. sauront garder intactes l:urs forces mi- Cehiors 1'un c n.gTll.intii qu'II!c s'lma-
Ilse, ofi il y eut 3 cas en une huitaine Cette derniere consideration ;aiun'%n litaires et leur energie morale, et lcs gine dt.cl~iniii t tLormi0cl.
do jours. l.in de ces 3 cas dtait d' ai dire que parmi les mesmiurs orton- nations foibles ou isolces, come lai Pour tvitcr ic s'cirecr dans ces ap-
Iotefois ai une ancienne maladie. Los -,ces au course de cette fatuse ahIlr't*, Turquie d'Asie, malgrte les assurances parents cont.radicitons succcssives ou
ebax autres pouvaient passer pour d ot Ilos auteurs avaient vouiin tatil'r qu' n leur prodigue,si clies obtienlenit sim1ult.nc1es. 1.1111 'c i.rder d' i. essa.
aspects. ( pendant personnel ne s'en ttne vraie paunique, il taut aplantlir quclque repit des difticalts q ue pr.- ger dans son cnHLb un problenme
lnut, pas ,ta:ine le Jury mnddical. Tons aiix 1iimesnres prtventives ,; li -.i -.. 1
es ca. te lIa rue Ste-Anne passe'rent :n la isiectiton doI riiti tatils siIlc lear absortion inmtdiailc, .l.ts ltuin a en rcsa., ,l.u .s a, tlls plar-
pur ailnsi dire inapercus. ILe 7 Juin li.ox,tels |1e cuisine, fosses l'aisan.e. nt'e restcront pasmoins une proc d.s, tCls et savo -, s p:.>;. to:i .tour t i a
0urant, ii .o produisit,au Ilel-air. chez i. lsss, rigoles, la destruction ,t Ie tine aux appetits des plus auJdcicu\ chacti des posits oCIups[. par Its di-
MrB. Luinarque, un deces qui n'attira Inrileinent des immnondices, la hti'- ou des plus torts. plomaties cutopLciv'u -s Sins cctte tme-
caeneimeiit I'attention. C'etait une pe- Ifeise d'en joter sur la voice piIlililti, Dans la politique contemporaiC.e. l.i thode, qui peut nmcttre quclcqu uCiiitL
ite servants. On n'y prit ipas gardo. in'sures toujours recoininaintlldals. question de la M1diiterrianee pread LunIc dans un dehbt dint iblL it en1 c 1t, en
Mas huit jours aprs, le li courant, iitoiiine dans les temlps norliian\, Plis- importance capita.le,ar cl e est obscuLc a si pei. oLn rIsq u c ic p.is \or cl.air
ne autre petite servant etant tomi -e i|ii'l vant iniiux prevenir one ;ji,|I- ct variable, et ion ne p, i ut I'c brasscr d ,is les I L t I, Iss1.s ob1 c,.%u0 L iit .se
alade et ayant kts mise dans la inie Imlmeclia:11nre e qula prceluire,chiam- d'avoir i la c -ombattre. Mais a.s a c das tos ses d tils, qtc n se pla..it les rcsui.tis. ni us ..'is vr S.i s ni
lIe absoliutm et insalure, succomlbait sures IIgi\ni eue's et Iprfntiv.ls. 1 ii
klon tour. C'est alors qu'on s'tinut \vait se borne le role des att rs lt t cits t l,'e es pis- oipris ls .Ii c. .. ,f clc.
la Dr Casltra paria d'6pid6mie, de tumdicales et mnilitaires, sans I, muins sances initressccs. .Mas, cc oui peut en 1 est de plus en plus vi)denCt tqte Ic
Wotagioni, puis de pesle bubonique..... du inonde alarner la population ,.t donner une idee, chestt que l'Allemag problem mIditcrr.ni.cn1 qui a sa b.Ise
AMue toute son diagnostic du cas le Gouverneinent. Celui-ci a failt si- qui ne possede aucun port dans la .\l- en Orient, deviendra pour cilicunc des
Idtait rien moins que certain. Mais Ie pleinent son devoir en face des rei diterrance, en a cepend.nt tait le pivot gradess puissanccs de i i:urope un pro-
P~md nmot 'tait lance, l'alarme etait seignenents qu'on lui a tldgraphiis de s.i politique exicrieure, et quc '.\IA blilc leui domicnr.a tiis les auties.car
Mnnce, fort final i propose tout de et qui uallieureusemnent n'Wtaie.ii lqi'e- gleterre, menace- jisqua dans les ca-\ cells qLi ti'obticndrontt p.,s tune part
Inme... Mr II. lamlarque, don't la res- xagure.- et tendancieux. territories par iCs torces allem indes. I'dnsI .ipre lIttte qu sc se p )irsuit au-
,Ofnsabilith pouvait .tre inise en jie, Dans tout cela, ii parait avwe unile n'a pas e a r.isprr s-, ) lias h.it a rIsprtr a M s. jordhai tis I n :c rest cront dd-
I moinjs mtoralement sinon penale- quasi evidence qu'on a sacrii, I'it- pluspuissants navires d,: uerr. C.i sarm-es pour les grans b.;tillcs ct.-
InMt, (uand aux soins issumsants ou rt general un intrt partcu luiri motrr s ouistpquer lesur prepare flailecr.
dMectueux donnes & ses deux petites celui de couvrir une responsabilite suflirait d otrr le r6 prp c noniques que leur prparc lavenir.
srvantes, s'accrocha desespdr-ment A compromise, en voulant faire accroire rant que jouc A l['hure -actuelle cette
f diagnostic incertain et fantaisiste que les deux ddces relev6s chez HI. Ia- question dans les preoccupations tilc i
fpiddinie, do peste bubonique...Quoi! inarquni talent dils i une epid6nie, tous les litats europeens, don't lle cst
f)este est dans nos murs! qlui n'existe point, a la ipeste hulbo- pour les uns le problinm essc'itiel, ct Ho()ilf f(I x lf' trC
i1JIUi rpaa t r unique quiexiste encore moins a Jacinel. pour les autres, un probli ne vital.
l qu Ic ci~ Ien sa fureur En rdalitt depuis quelques jours, la S'il n'v a point de problem miditer-
hiIta pour punir les crimes de la terre, Inort elle-lutmne se met a nouls fire raneen en soi,il (in existed un pour chli- .Monsieur le DirctLeor.
L peste (puisquu'l faut lappeler par son nom). la nique!... II n'y a presque luis de cune des nations de I'Europe, mais laI
(apIble de'nrichir en un jour I Achron I dec6s en ville depuis trois ou qitatre r&Lultante dc tous ces points de vuc di La question du cinal de Panama
jours. Qu'est-ce i dire. d
ttsans que le fait ait etd bien tabli, l.a mission amndicale elle-mtmno est vers se saisit m, par la raisoI qu ils nous )proccupe ide pl s c plus des
1iob observations srieuses. sans cons- stupefiite et ceux qui ont lante- le se combattent et s'excluent naturelle- enquctes ont cu lieu. dic lettres sont
tons scientiflques, on tle6graphie bluff, confus!... element les uns les autres. au lieu de addresses aux quotidiCens Ie cabinet
i& Gouvernetnent, on prend peur, on Aussi cette nouvelle de l'apparition se coordonner ct de se foidre ; ils va- mtnnme a e6t interpell par un senateur.
ralarne, on bsemballe. Des measures d'une dpiddmie a Jacmel,dpiddnie que rient selon les cironstances, les ieveaie- Lettres. enquctes, interpella.tion SL sont
sravagantes sent prises. On interdit des alarmistes intdressdsvoulaient iIaI- ments et les ne cessits de toute n.iturc bornueCs i affirmc'r que Ic canal va
Smarchd, on defend des reprdsenta- me appeler la peste bubonique, consti- qui pcsent sur la politiqae de chaque bouleverser les conditions cconomiques
GoDs cindmatographiques qui se don- tue la plus prodigieusemystification, la Etat L'on peut d, ac avancer quil inest de notre hiUmisph-:re ct .1 prop >ser des
iUient, on licencie les 6oles, pa plus colossal funisterie don't ont ait s un moment ot le problene son prp trotifs p ur proitcr d- c: b ule-
_.flomration, pas de reunion, encore 6td dupe chez nous. pas un moment foi le probe. sotur upr erse t ur pro
Spare mnrne de former les cafts; vuritablcment fix, mpme pour un vehement
onmme si I'on ramassait des prestif'- temps quelconque. Ces seul prep.iratif. suppocent des
1rs partout, come si le deuil et I'a- Une des erreurs les plus grades de rbformes a longue haleine d'etats de
bominationi de la desolation talent P()LITIQUE ETRANGi;IE l'opinion publique, est de vouloir sim- chose sur lesquels Ic pouvoir 16gisla-
danrs li (ite', alors que pourtant aucuin plifier a I'exces les questions don't la tif et le pouvoir executil n'auront ja-
d6c';is i'.itnlit signal, aucun cas min0me nature est d'etre complex. C'est en mais qu'une action tries limited.
d'pidsiiI n'ietait en observation Ja- e raisonnant ainsi qu'elle s'est habitace i Aucun fait n'a tc product pour
maisetnl)all. s ent,ou mauvaise foi, n'a e p Ob. e opposer sans cesse et sans restriction montrer les .;-intages economiques
1e6 Plus grand, -jamnais extravagance
plus grand,-jaais extravagance M6diterre les deux groups europ ens de la l'ri- incontestable- du canal de Panama
ti plus tnacabrement comique. ple Entente et d la Triple Allianc- : io au point de vue general au point
Et lesmo I ,vernement mal inform s'a- b d
larmne i sol tour. Une mission mdi- qu'elle s'cst tgrce A tout subordonner de vue haitien.
aile est envovee A Jacmel, des mt- La conclusion de la paix balkanique a cette opposition fondamentale et a Au point de vue general, quoiqu'en
dicamenlts ,t'des fonds sont aussi ex- n'amnnera pas, apres elle, la solution prendre cette conception superficielle pense notre public, le canal de Panama
Pidiis. Ont est dans I'attente. La mis- de la question d'Orient. Le prob'.rne pour le criterium de ses jugements.Tel semblerait avoir surtout une impor-
son arrive se joint au Jury medical. mediterraneen viendra la remettre en a ,tl le cas dans la guerre balkanique, tance militaire. une importance A venir
On est "i la recherche des cas de peste cause plus d'une fois. Cc prob!me.aus- oi cette base d'appr6:iation a t6l u.-e si la lutte economique entire le Japoa
t d'pidnie,- qui sent introuvables. si vieux que la civilisation curopdenne, source d'illusions et de dIsillusions qui et les litats-Unis aboutissait A une cruise.
A Grande confusion des alanristes, semble se rajeunir ou se renouveler, a menace plusieurs fois I'Europe de On voit mal-A premiere vuc im.
l ondfitiossanitairssontnorle de a mais avec des modifications inedites, complications les plus graves. portance c onomique de ce canal
mnel n'avalt tt meilleur. Sauf les d- selon les cvcnements que produisCnt La rtalit6 est que, dins touted les pour bien des raisons don't voici quel-
Se I multiplies du debut de ce meois,- les poussees nationals modernes des questions m6diterraneennes, les puis, ques unes :
t tMaZde la mortality n'a pa aug,! peu ples cherchant A fixer leur centre 1sances s groupentselon les fncesit6si rz Dans I'Amerique du Sud la c6e


snamiee Annee NO 1877r


c I I in I --


Sarllit-Ji 2 1 J11111 11.113


PoHft'f-AU-t'HLNCR f H&JU)









o Falifique et les Andes ne se prntc-
mat amais i une culture intensive ;
fiammgration y sera done toujours
limited. Cette c6te a surtout une valetur
minitre.
a2 La route d'Europc en iExtremc-
Orient ou en Australie par Panama
n'est pas plus court glotiapbiquftment
que celle de Suez. Cette derntere est
de plus jalonnee par les portions les
plus importantes de l'empire anglais.
n comprend difficilement que le
commerce anglais la quite pour la
premiere.
3 II est peu probable que San Fran-
cisco ou Los Angeles puissent jamais
concurrencer New-York. New York
peut- elle concurrencer serieusement
es villes du Pacifiquc malgre lI'cxisten-
ce de Trois Transcontinentaux don't
deux aboutissent A New-York mcme ?
4 Une migration curopcenne con-
siderable ne peut sc diriger quc vcrs Ie
Brssil ou les pays de la Plata.
Ainsi A premiere vue le canal scrvi
rait surtout aux transports des azotates
et des metaux pr&cteux dt la iolivie,
Chili et du Perou.
Et alors meme, les intircts locaux
sont-ils tels que les minerais ne soicnt
jamais exp6dies par la route du chl:-
min de fer Transandin et de compa-
gnies de navigation anglaise, fr.ianiise.
italienne, dejA si no.nbicus:s dans
l'Argentine '-
VoilA dija quelqucs qucstio:n' sur
lesquellcs il t.udr.it l avis des sp'cia-
listes.
Au point de vue haiticn : de ce que
le canal doive profiter a ccrtaiins pays
du voisinage il ne s'cnsuit pas que
tous en bndiiticiero,,. ().i a fiit rc-
marquer qu'ine line de ch.,inln dlI
fer peut traverser ba.niicoup dc loZali-
tes: quelques-unes sculemiint t s nt p-
pelkes A sc developper scricusemlnt:ct.
I)onc la question du c.aial miriltc
une etudc au point tic \uc Iiiiticn.
Puisqu'il v a des consuidr.rations dc
second Lue sur cctte question. on
doit les produire pour ique Ic public sc
fasse une just opinion ct n-' s'emballe'
pas.
Que ccs considerations ne soicnt pas
demanddes A des penicrurs haitiens. lin
la matiere il faut douter absolument
de leur competence. Q.u'clles soient
prises dans les ou\vr.gcs ccrits par les
.,pe ialisltes rangers id ds. points, Jc e.L
divers.
Si l'ouverture du canal ne devait
nous donner qu'un simple allux de
tourists, ii faut avoucr que It ques-
tion du oile ne strait p.is d'aitualit: ;
qu'elle devrait passer apies bien daul-
tres en coimen itnt p.r cllec de lirri-
gation.
Rccevez.. Monsieur Ic DIircctcur, les
meilleures civilitcs d% votre
ABONNf.


Dimantche prochliin au Cercle
Bellevue, grande roprosont.Lii ion
to Fail l)ivers,co:n-mli'e0I. 1 Aide,
qui remporta jeuli m gros soiccq's


F ITS DIVERS

H'NSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
JBSIR VAITO I lIE
Doi
S-iMINAItE COl(.LEGE S'-MAlTUIIAI.
Vendredi 20 Juin 1913
llaromnctre & midi ; I


.1.i )
--
:::.. >


Ternp~rature I


M,,vnu' :itl tres-nu.ageux toute la Ijournie.
liclairs le soir.
Baromatre constant.
I. ( 11'I ,1 t EI. t

Le Min istrer Terltullen Guilbaud
Nous Ipprenons avec un vifet since-
re plaisir quc Monsieur (Guilbaud qui
v.lit dt s'alitcr depuis ces trois der-
niites sema.ines jouit, ces jours-ci. d'un
rranld mliceux. Les peincs consciencicu-
scs qu'il s'cst donn&cs dur.nt pres de
trois aInnecs, les ennuis de toutes sor-
tes, les plus inattendus. les soucis. l.a
con stante tension d'esprits qu'il a eus
d.iis l.i gestion dc son idlicat porte-
feuillc. c'est, sans doute, tout cela qui
.a dtteirminC sa rCccnte maladic.
A.\u m'miilnt ou il entire c:i convales-
CCIkCe. i0tls nus 1 it.isons le devoir de
lui dresserr nos vt.ux dc complete reta-
bllissinmnt. alin qu'il puisse apporter
toites les forcess de son intelligence re-
c,:ianIue et de son p.atriotisme tprouve
.i It r.ilisation du beau plan de refor-
mne JI l'cnseiignement public don't il a
ject lI:- bases.
()O1 ne s.'urait trop feliciter et lc Pre-
siden;t cJ l. RKpubliquc de donner sa
Snli nice .1 un tel auxilliaire et A un
Ii c ,iseiller, et Monsieur (;uilbaud de
Jitstliir cette co:iiiancc pour le profit
din ( ,)Iuv.rn.ement t pour Ic profit du
l\>ys.
A.lbuii1 e1liijivu\ 1dh
, Port-au-Prince
Monseigneur I'Archevque nous a
flt le plaisir de nous adresser, ce don't
Inous le remenrcions, un exemplaire de
album religicux qu'il vient de fire
editcr. L.es progres realises par le Cler-
L; jul 1'.i ce jour sont prtsentes, et
c'est l.i u:ic fa.i )n sensible de les dd
inmnttier, par I'image
l.'album conticnt trentedeux luxueu-
.es photographs reprsentant, dans
totus leur details. I.s liglises et (Cha-
pell s. les Colleges ct 116p:t ux dt
PI't-aia-l'rince. II et prcc.dc d un bref
hlistol iqlte ie la situation religious de
Po)r-aiu !rince de IS6o. date de la si-
g.iattirc du (oncordit, A 1913 Alors
la capital possedait [ cure, 2 vicaires,
ulie l'Iglise paroissiale et une Chapelle
ct aujourd'hui on compete un archeve-


Billion, don't on s, rappelle le gros
succis dans le Paler, dira des vera
Ide V\icdor lugo etn compagnie lde
Mr Diuuesie qui lui donnera la
repliqute.


et quu IUI ut atcII't avec b1rio p1a 1' uisuite Mr d'Arris. iont on ap-
MIles L. Tarlly~ CI S. H~ohtM vat ail~i pIcie de plus en pltts le chiaud or-
que par Mr DsqtiesiiW. g-i.m, notis cliualera umie nmlodie
2o L'orh:ana;a-p 11211-- zi-I*i.A (")-filr ~p't6artiste Leidovic Lamo-
4 Ii t e ite: 4K Les Baisersip parole de Mr
m~die B-)l11ffe, Xf mrile llttssic!re et
d'Aruue Trullier ('Pai scra,* ;IjOtleeCpar Soymotir Pradel et pour la bonne
Is de~sopilaallt PI'ilk'OI, i. (1-111S tI uiche, I gentille Sitnonne, dans
rdle d'oruaoniuaitje a tci I'aruuac' 1rati- de uiotivelles clhnsons, rein;-ortera
isaise, powaira. kuloyer lotte la ver- le succ;!s dont elle. est couluini~re.
ve qu'. oi l iii commi~it par Mr Da- DanI,% r~assile assure et cerlai-
ques ne,eifo,if iio -I p-i. lotme tle's 6ws, ivem*'I i C(rcl.' Il-ellevua verra
d : ic appn cier Io' lteulf. 11r1' li,.i'u1 11t .ta utie : AlIhcicI3 select ve-

fatire el par hl:a-, r~ il:.:I1) ,'umame pat -;.
1r3 JnOnlj aU I)uL.'cJ.,1112% II]i ,'90clI est re, sous irbiule diict iorw
pure nouveau. doMr Gauhiesr9, lfra eulenare de
DS plus, dans un intrmnde, Ur nouveau morceaux.


[que avec son coadjuteur. 42 pretres, 4j1
rrs is seurs. paroisses et
chaplies.
Cette initiative a redouble effect d tre
une statistique brillante et une oeuvre
de propagande- pour nous. Dans les cen-
tres Otrangers ou cet album circulera,
un movement d'etonnement saisira
peut 6tre beaucoup de ceux qui Ie feuil-
letront.
Nous ne sommes pas connus A I'ex-
ttrieur et toute oeuvre susceptible de
nous presenter comme nous le meri-
tons doit tre encourage et applaudie.


I


cotoi et qu.on espo.e attcindrc.l'ann.
prochAine, A 1oo.ooo, vu I'abtendue des
terrains aujourd'hui cnsemenci6s.
On commuinique dwlen"Ut quo la
19coaw do abacs de acd e gauatig~.


blement augment A Salceio,.
*Jibao. Maag
Marriage


I


leudi prochain, 26 juin, sera c
en la Cathedrale de cette ville -
riage de Mademoiselle Corinne
zier avec Monsieur Destinville
neau, le sympathique banquier C e
Place de la Paix
U. S. S. H.
L'Union a ainsi compose son n
vcau Conseil : MM. A. Laroche.
dent : Dr R. Ewald. vice-prisident; A
Chevallier, .ecritaire-gidnral ; Li
Gauthicr, trsorier ; lImile PrCias
Stephen Archer fils, I obis Pes"
Emile Flambert, conscillers.
Le Conseil est convoqud, chez it
Laroche, domain A 9 heurcs du mafia
Le pr,,ident
A. LAROCHE.

Ce martin A huit heures. ont eu lid
a la Cathldrale, les funtr.alles de Mfir
.4Ani (Caintic P1,\ l, dCcedcC hier mati
a dix heures.
Nous prcscntons toutes nos symp,
this A notre imi, le depute Pygerd
ptre de la dtfunte, et ;i Madame m
epouse.


Me Hogarth est replace
par son Ills
Apr, 's i4 annl:es de service, Me Ho-
gartlh, Il notaire si bien connu et esti-
1111; d te Ilace. Irend sa retraite.
(:C'st avee regret (q1'on voit so reti-
rter de It Iofession. of1 il laisse utne
vieille rI;pntation d lionlnOtet" ett de
co)lIInplt.e''t, ett hlIoIIine i la figure
sympathlnitii don't les forces so soul
iuis.~'. is al.n It laleuir jourialier.
II twtitl reserve it so:in ils, notre ami
IIntiri IIngarit, dte 'onti IUer les tradi-
tions pi.altr''iielles d.n1s co'tto si dignle
ipro'I-t'sion dc notaire on ii vient de
remplacer son per ne.
ad uiration Ie 'vi.illard u|iii s'en va et
Ir,'1-sn;lo14s ns siiC'l'res ei'ptllililnents
' lnore anni lleri logartll.
Fainlasist' Th~lrer
Nous rappelons cue c'est ce soir la
grande representation de cinenii de ce
ishatre. Le programme, entiirement
renouvclc, est destine A un succes re-
tentissant avec Rival de, Satan, film d'art
en coulcur, interpr6te par les plus
grands artistes parisiens parmi lesquels
Mount Sully ; Revue de Iincenties. une
actualit mnilitaire du plus puissant in-
t&rct, (C i'alca.lc de la A.i-Carine, scene
de la vie joyeuse A Paris.
Le public. espdrons-naus, se rendra
en foule A ce spectacle don't la grande
annonce figure A notre quatrimrne pag!.
36tropolitan-Hotel
Li representation d'hier soir a eu un
tel succes que la direction, pout plaire
au public,donnera ce soir une nouvelle
representation avec programme nou-
veau :
aSix mois apres et Rosalie de Mau-
ray. les deux com6dies-bouffes si ap-
plaudies.
Centre les deux pieces, Melles. Nes-
ville et Roberval ainsi que MM. d'Ar-
ras et Duqucsne se front entendre,toa-
jours avec le coicours de I'orchestrs
tzigane. Entre : 2 Gourdes.
Choses dominicaines
Le journal x El tiempo v, s'6ditant A
Sto Domingo, public. d ins une de ses
dernieres clitions, l'information s-.i-
vante :
SI)'initiative de la sz:rC:airerie d'E-
tat des Relatio is t.xtericures,il est pro-
bable que le G3uvernement envote A
nos reprtsentaints diplo n utiques et con-
sulaires les Revues illustrdes de lettres
arts et sciences aLi Cuna de Americas
et a Blanco y negro* pour que ces pu-
blications circulent dans tous les cen-
tres intellectuals de leur jurisdiction et
mettent en evidence le niveau de cul-
ture du pays.- Si ce project se realise,
les repr6sentants dominicains Ai ex-
terieur recevront des instructions pour
que soient reproduits. dans la press
etrangere, les beautCs nationals, les
travaux littcraires qui meritent cet hon
neur, afin que s'amtliore, la fausse opi-
nion que I'on a de nous, par faute de
propaganda qui montre notre veritable
degrt de civilisation et de culture.
Les deux revues don't parole cette note
ont etd presque cr6ees par le Gouverne
ment de Caceres qui, A leur publica-
tion, et comme un homage rendu A
l'initiative et au talent de oeur direc-
teur et redacteurs, leur accord des
fonds pour achat de materiels et une
subvention, en attendant qu'elles pus-
sent. elles-mI.nes, faire leurs frais.
-Le meme journal relate quil a
e6t embarque, cette annie. A N vareuttc
seulement, daans FEit, 3o.ooo sacs d-:


b


Cours de Bourse

Or Aminric.in 370 o/'o prime
Chequesur Pris. .; ;14, 4 o/opril
Traite sur Paris. 2 14, 2 1/2 0/op.
Transfert sur Paris 4 1/2 */ prime
Cheque s. New-York 314 o/o prime
Billet de P. 2, 2 1,4 o/oe0C
Nickel 3, 3/4 o/o escompte
Dette Int. d'laiti lt12 92 o/o ad vl.


*


En nier

A L.
Clair de Luiti2. NLIit iiiuriC. o6'iIICnhzed-)-dotsO
I)u h.Dut JKih innis sut'le Ct JcsC;icnAI j bne.
Avec uni cii.f.tine doi.zcuir cI
Lentenwnt Iet cvoili,.r CIIIU.t. LCIs in:C-lOtS
'rOLiINCIlt I 'Ar de ICLI S JtIAS c, du [,rail de kW
doom

1'Ioti-,canit et replotilgC.Itlt .i-eCc d..:s JO, Amirs.
FOIut IIIJ)U'.oir lc.ui du bk)ucJ. 1Ic irN .;ii:,:,lhliDse
I.)i i~ tri -,c' I.in ~~u..ti d1La %p~ictli.C L ;iiUcU'Y~1.4
I .ii I: ,u Ir jisiyr -cnic XU') rcgrct .qui I'upprCMSS
I:z n.Ii:iitit je vedle ct crJi' cii ini t &resmC .
IEnteiire toll miurliure ci 1.1 runicur da Vent,
Oil '.u~i'S jC iiitintcn nit citre 1U1i.pA,.x c, 'rd
A q+loi rtcvc ton .Xiie o EE qw: ~cliinte utOil
Quc ne puis-jC revoir unc drniirc ftoi%,
Tsc% grTmnds. cUt iioirs chargcJ de tcndre-Ce profooW.
Ic ieS r i oni jc Ve .1 dans 1. a uit, 6 uIour )
J e t'.IiiiCt ji lr% pirs din% I'ombre et le sikeo00
Rcvicnidrak je janviiis, A toi, de cette ahncc ?
IieIU5! m ia clire A-iiijur, pourquoi d n ii-O U

I c-I
LEON cowLI
- -


A I'f&-trangei*


BERLIS 17- Le ministry du coW
merce a interdit sur le march les "
leurs sur l'emprunt et les cheminsid
fer mexicains.
Certe measure a Wte prise come sO-;
te A la requete du Gouvernement q
avait demanded aux grandes banquesM
ne pas remettre les valeurs 6tralng#."
pour parer A la crise financiere actgiuc
BERLIN I7.- Li derniere reunion d
la society, mnJicale de B-rlin dmonu.1M
que l'opinion des medecins de Beri,
est nettem -ntdtf~avorable au traiternelt
du do:teur Friedminn. ,
I.Os oI t, 18.- Mme Pankhurst9,
sulTrag:tt .bien coinue. est dans 5
'kt it trs grave. 0 la retire de pr
soeas c.Iio. L p tur 1. transporter d
un hopital P
ILa cause de son Ctat est due au nf--,
ide manger.


P PAISIAN A T1 ATUE


=NUNN


0


I


Nauivet'e -t 1la mnain


Sol d;It.
tables.
\I ir Ii' lai rI,;ISJ i. d(''1 uaOU I

p' tlt i ilr12* 1ti'it. (1
e- ma(ins.


I