<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01797
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 20, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01797

Full Text



AORT-AU-PRUINCJS Ranj


Vendrejl l20 ~ juo, su a


0165nt-VAG lOIR
D)IRECTEtH

ABOrnrM LNtS:


S. . 2.00


i. ......* ..*** 500
gTKRANGEfH :
gors ... G. 8.00

VUMtRO 15 CENTIMES


Ii


0


QUOTIDIEN


RP.DACTI()N- ADMINISTRATIONt
F, RHe AW r:ca,,oe, 14
Let A26hufem 4 61 ferre'
* of I',.i AU-lPINCI : Jai iititi' u o.1Iflj'
A 'AlS L: hez L. MJN ci c & to.'
A I owim it I V., Nc c t p. i1.c
; I uo I:.1t
A HNSLIN j. .itCz i(',IO%% (Mo
S. %t. 10J, k'S!"lAC'IIC StrAN3,C 4h-40
A Nuw-Yoai : Cn%,.#, l tul 11,1v vot I -a

pJS rcnd.ls
Abonnemeivs et insirtions pavAle- d i varce


,it f


NOS CHEMI

Vole ferre des (;
--Soo

SlTBr


ce qui pr6cede, il r6aulte.
te, que la Compagnie na-
chemins de fer d'Halti a
yeux sur diverges clauses du
e concession, et n'a tentu nul
de a plupart des engagements
a vlontairement contracts.
uoi la section N" 16 prtsente
uosites si profondes et en si
nombre que la Compagnie ine
jamais trop tAt la main aux tra-
de' parachtbvenent qu'elle exige.
oe Ion rapproche le rapport dui
bre 1917, relatif au premier
flonaives-Passe-Reine, de ceu x
i mo de dedcembre 1912 concernant
action No 16, on est ttonnt. coin-
los I'avons dbja& tabli. du silence.
4 cette fois sur presque tonsl
*I points critiques en 1937 et qui s',ot-
fre encore dans I,' mmne 4tat. (.os
aIpports du n)is de de cemlbre 19)I
raoe paraissent d'une coilnplaisance'
=]diee au delk desbornes: inuets sur
r points capitaux, ils nen rappellletit
fusres qu'en attirant I'attention ldu
Mialre des Travaux publics stlr des
eitdea inobservteA du Contrat on du
*-i rdes cliarges, don't its indiuentct
I ndes Travaux publics, siivant Ih
prcdd6 enployd ipar son ingniieur,
a' tfait qu'attirer, i son tour, I'attcn-
ion de la Compagnie sur les inmeits
Arlies. Aiusi bien, it est de notre de-
Virlde demander an Secrttaire d'Etat
'*Tralvax publics qu'il exige desor-
1i9 de ses ingdnieura des rapports
Pi dndtaillts et surtout plus conscier.-
ifte. En prt4ence d'une clause inob-
w.~'6e, I'ingtlieur n'a pas Ie droit de
Wpposer au Departeinent un modus
qWf ratilie n quel(ue sorte cette vio-
W tion d'nn texte contractuel. Ainsi, s'a-
Snl t du troncon provisoire des rues
overture et de I'EgalitW, destine .A
ie enlcve d'un joulr a i'autre et sur
sequel la Compagnie semble afficher
d droil tquamnd m nw. I'ingenieur Louis
"iRoy a et it dans son rapport que s'il
nen devait paa Otre ainsi, les propri-
ties, d'accord avec la Municipalit6.
pourraient r6clamer que des travaux
kridx de protection fussent extcutes
ln de rnettre lea maisons A I'abri de
routes sortes d'inconv6nients et d'in-
conmmodits.
Notus pouvons certilier que les pro-
if6taires d'accord avec la Municipa-
me ne peuvent r6clamerqu'une chose:
renlvement de ce troncon provisoire.
Ces deux rues n'ayant jainais fait par-
te du re6eau du chemin de fer, il va
fths dire que le troncon qui y aboutit
doit etre simplement enleve. Des tra-
Tax a6rieux de protection. ayant pour
buit de conmecrer les pretentions de la
Compeaige our ces rues, personnel n'y
pense et cb ne saurait etre.
Toitefob I Compagnie, saisisant
tootes es occasions de servir ses in-
ftda exclustls, a'est empressee de pro-
mettre d'entreprendre ces travaux de
Proction. M alors on devine faci-
ement ion tlention de ne jamais
Contruire an iwharf et de continue
& abuser du marf des Gonalves pour
ledibsrqueselt de son materiel. Cette
mintnton els O lrfete et e D6parte-
mant des Tuavaux public o'y saurait
ple drst garden. On nad doit pas
do ze an e sul instant que la
di cbemios de lre dHalat
' ~tio- autre ulquelles on
*dhi'mAbmsotm t" a dio iterets
Mirateates oppose & cass deo


'NS DE FER POLITIQUE ETRANGERE


onaives A Eunery. Les Retendieations
-- ita ietines

& FiN
Pour litalie, la question de I'Adria
I'Etat. Nons nie voulotls pas tre,. pi tique est primordial. En effect. sa si-
pessiinistes que do raison, mais si lon tuition orahiue son histoire ses
consult* la correspondence nne I tuition gographique, so histoire, ses
ii ui.iur dlii (;oiverneiienit, i stile traditions et ses mntlrts I'entermcnt
an Mlioniteur, du 6 Novembre !l.i7 toute cntiere dans cet horizon. ou cll
et que l'on analyse de quelle faconi la est come scelle dans une prison mni-
Coi(:nl.alitei a jainais tent s-es entgage- ritime. don't toutes les portes sont g.Ir-
llneits, tlilus cr'llons ,lu'il v a lieu ( dees par d'autres puissances. II en rc-
regretter qu'ellle n'ait eto, en tlilps suite que tout branlenm-nt mnditcr-
little. inise oln detnenre ti pisndteilr i;| raneen a pour elle une r'percussionu
I'acceptation iun travail plus auclie-v. I ee p durable quillurt
Ei tout cas, IIois i, ais plusVi ce qu t pou dautres l-tat nu scirait
tot iut It valeiur duii procjr s-veriltal tI i te qu pour dautres t.i e s it
'2: Janviver 1913 par letqutl ;ia t l1. u Ll u un problem ne second.iirc dcvicnlt
lacceptaition lr kser vesr. il,' ,'eltte s,- pour elle in problinc vital.
tion Ide :31 kilouilttres, donit Ilacl'v'.- MLis, par une sort d' piradow. I 1-
miient laisse tant at h'dsirer,. 's nlltalie se trouvc ctrc ach tiinde l Anu-
fait ac. unpiili. Mlais ii iiconiei, tot do ; triche par des nieccsiti s str.itI.*iqu~
ine'*n. an l)iipart'itteent d'exi;,'r Liir -- et, d'autre part, elle la consider,: co in
ii'iie t i'extctitiln es trava xi 1iit t lit' me son ennemie naturclle. N- poi-
;eceplitation r',el oligatoiir.s : cil-- vantt vivrc ni se de\elopper ousi 1:-
triactiton ihd warf; elari~issiniiat i. li poids de cette menace, o:1i coipreid
plate-floriw ; installation d-..s pi~' tl aismnent qu'clle Ilit cherchl' p.ir des
Ies; r'af 'ectionlld la lro'utlt d. ii l-I alliances lointaines A se prottgrr contrc
ei* al'iss ,iil 'lit dlt' a rouI te p11il00i6lI 0'
lartitoii in l viLe ftier..', oi il lb cette ficheuse situation, et qucllcs que
iitio "t alri .onivenrabhle aiu tenl iiis l fussent les tendances de l'o inion po-
pour los voyageilrs; 'x'niltiln soi- pulaire. il ct.iit indispensable .a s, I
guieuse des travaux de voirie danis h.s gouvernement de trouver une sccurit
rues L'inverture et de I'F.galit., cin at- du c6t. de sa frontier septcntrionale,
tendant I'entie\',.lltat du trntli'n pro- sans cependant abandonner au-une de
visoire. ses esp&rance,.
Corn.ne nous 'avons dit plhus liant l'outefois s.n ind i _.nda:le vis-i-
en ce quii conctrnait I la letter de la Coilipagnie i-lponldat n reason directed de so;i reltvemnt
Ia hdlptcliie, No 136i, dii .e-i nttaire tl'l.:- l raiSOU directed de sen relcvcmnit
la dpes 'rche No 13iblics. du Scitairel d- onomiquc. qui lui permettait d, I.ltrc
tt'c dartiavai t Ililcls cies oIfniritl-t face A des ch.irg:s financic:res p lus con
d tions q li sont loin d'.tre l'expessiWelu sidNrabes en \vu de ses aneLCnlllts. ct
de la vtrit4. (Grace au silence oierve de IA elle accentu.iit de plus eni plus s.
dans I rappollrt du 2S dtcemtbr.' 1912, v\olontc de contreba.lancer d.ans 1A.\
la Coinpagnie s'est trouvte a I'aisse driatique l'inlluence austro-hongroisc.
pour d.-clarer que tout etait pour Ie Mais, pour atteindre cc but, l'acrois-
tiieux. Mais nous avons teiau en touitt segment des escadres italiennes ne sLt.
conscieance ia tablllirl ue les travaux a fisait pas. il lui fallait sc mnenager sur
ext;clit .r oi i iAparacliever iour tiiottri la rive oriental de cette mer des i ntc-
cstte s.cation en rdel tatd'exploitation.' rets et des bases possibles d'action
ilndiqut; ici et cuitle lis velW n.i (i C'est ce qui expliquc son ettort systv
rdsuin.r. II ieous rest a expritiir h' tmatique pour faire de I'Albanie une
Vtruli ine la Comlupagliet, soilicitte eni terre soumise a I'intluence italienne.
cela par I e)iparteulent des Travaux Si 1'on examine la question albanaise
publics, v ine'tte rtsoluinont la main au point de vue italien. on dolt abou-
et so rdconcilie de la sort avec son tir A cette conclusion que 1Italie a unL
contract. interet economique et strategique a ce
Enlitl, noius priios Ie Secrdtaire d'E- que iAlbanie ni- t3mb_ pas soes uIne
tat au Departement des Travanu pu- autre dominatio:i que la sienne. ()n
blics d voiiloir. all noin des intrits ait qu'elle reve de construire uti cih
bien euteindus de la conunatiitt, d(- samin de fer artant d'u. point de la
cider tie e:tte question relative aux mmi de er. partant d'u:i point dc ta
roes l~mulvetlr'tu t't do l'Egalitt; i cote albitulaise, ct qui irait tralvcrscer
traverse la voie. r es eaits, Ie bon srs I'Albanie et la S.-rbie jusqu'i la valley
et I'tquite refusent de reconnaitre a la du Dinube, aim d'etablir un courant
Compagnie des droits sur cea tronc:on d'echanges qui drainerait vers les ports
provisoire, droits qu'elle rtclame en de l'ltalie neridionale une grande par-
vue de s'affranchir de I'obligation de tie du commerce ee la Mer Noire et
construire son warf. de la valle du bas Danube. Mais pour


- ---- p


Pour anuriages,
baptdmes,


elc.


CHEZ MADAME
Webly Pressoir
Avenue John Brown (Lalue)
On trouvera des chAiss, verres et
passes, services, nappes, argeiterie
cwillres,fourceWetes, couteau, vais-
selles, etc. nouvdlleUntu ar-'ivs, en
LOCATIon d de prix moodris.


I
I
I


Con mme la guerre balkanique rou\ re
i1. question m d'Orient toute entire.
\avec ses repcrcusiions asiatiques, le
iprob'cmne des iles redevient plus grave
et plus dlicat que jamais Si l'Allemna-
gne persist a realiser les droits qu'elle
se dit avoir sur I'Asie Mineurc. et 1'An-
gleterre ceux qu'elle pretend posseder
sur l'.\rabie t la Syrie. pourquoi 1 lta-
lie songerait-elle a evacucr prepaturC-
ment les positions strategiques qui lui
livrent Ie control de la route la plus
directed de Port-Said A Constantinople ?
Personnel, du reste. ne s'cst m6pris
sur cette intention de lltalie de profi-


que cette route commercial done les ter des vincements balkaniques pour
resultats que I Italie en attend, it est conserver la possession de Rhodes ct
necessaire qu'aucun autre contr6le que des lies, et la I'ossiscbe /cit'lng disait, ii
le sien p-1e sur cette entreprise. et n'y a pas longtemps : Sir Edward
qu'elle puisse disposer A son gre des Grey peut-il demander que les six puis.
conditions econoniques de son fone- sances renoncent A toute prise de pos.
tionnement. session des lies de la mer Egee L'ta-
Cependant, quelle que soit pour lie accepterait difficilement d'aller i
lItalie I'importance de la question de une conference et de se lier les mains
I'Adriatique liee A celle de l'Albanie. par une telle resolution.*
elle n'est point seul a solliciter son at. II de taut pas s'y tromper : si I'ltalie
tention. Place au centre de la M\ldi- abandonne les ilce qu'elle detient, it
terranCe comme un avant-poste de la est plus que probable que ce n'est pas
Triple-Alliance. elle doit fire face au A la Turquic qu'elle les rendra: l'Alle-
probleme qui s'attache A sa situation magne. qui les desire fortement, n'a
geographique et qui la place sous Ia pas cache cc desir i son alli6e. Or.
crainte de Toulon, de Bizerte et de comme elle s'est reserve l'Asie-Mineu-


- I I I


I I I -- --_ I I ___ I I I -


ASU& IMrs~
FEW w-tprr-


TIMI


-


Malte. Mais comme Ia tactique ddfen-
sive, si facile a son alllite l'Autriche.
lui est interdite. il faut done qu'elli
tende a s'assurer sur une mer libre une
domination ou une trt s grande liberty
de movement.
Or,du jour o celle a pris conscience
Scette situation, elle a song a% se
nm nagcr sur la c6te africaine de la
Mlditerrante des points d'appui. pour
enserrer certain passages maritlmes.
Comrln la TIunisie tailt aux mainly de
a 1-rance. elle prit la "Tripolitain'. out
l)crna ct surtout Tobrouk devicndront
dcm.iin des bases navales s,,ricu. *s
D)cpuis cctte occupation. lc ie t de
1italie )esit s.ensiblemeniit iccru dans la
MILditei r.i iC. Qu'ellC occupe ':cie
cote .itrkiaine soil pour onl propre
comnptc. soit pour celui de l.a Ip le-
.A\lli.nace. ile concourt a. dg.ager le
bassmi, oriental de la .Mcditerrance de
la tutcllce de l'.\gleterre. I'cnd.ant qu
'.\utrihc clicrhie. malgr i Iille obs-
taicle, .a sc mninager ClicorL quclque
ouverturc sur la rner 1-:ce. pend.int
que li lalug.inre y Jcb.)iuce a Ka.\.ilia
ct .i I),dc.iagtchi. et que 'Allcinagle
preparc son installation a \lMrsin.i ct .A
Ale\anielltte, l'impassible Albionl. en
tacc de tant d'actioln nou1velles.sein'il
conidamne au decline, A min(inI quc ,i
(Crete. Ic centre gcographiique de tous
Cc.S colors divers, et qui conmmn.lJ
routes Ics routes de ce crrefour i.irn-
tinie, ne deieinne uneie ll anglaise
I.'talie, dans Ie course dc la gutrre
italo-turqu., a occupe dans les Spora.
des uil ccrt.in nomnbrc d iles ottomni-
nes. (C n'rtait IA qu'un f.lit dc guerre,
mis, peu .i pen, I'opinion 1 talienne
s hbitul, .1 les considerer comnne des
possessions Jdlinilti\,s Si lc tr.ai e
d'Ouclih a stipule quc es iles seraieti
rend ues la lirquie d qu'elle an-
rait retire de la ITripolitaine ses sold its
reguliers et ses tontioninn.ires. on .as-
surc quc Ie mInimile traits stipulait dans
des clauses sccrctes qu'en raison de l.
guerre blkil unique qui venait d'eclater.
et p: Lir 'emp.C:hel les (recs de s'emp.l-
rer de Rhodes et des iles voisines, lita-
lie ne strait tIlnue de les rlendre la
'urquie que lorsque celle-ci !e deman-
derailt e\prcss6ment.






2e, tout au moins depis Smyrne ju
qu'i Alexandrette, elle ne consentira
qu'avec peine A ce que ces iles qui s'
chelonnent le long de ce rivage tai
conVoite, pussent passer sous la dom
nation d'une autre puissance, m.rnx
alliee,car ces ties voisini-- tu continent
asiatique, forment un- 1,pendanc
geographique de ce contain imposs
be a contester.
II est done permits de su ; )ser qu
le problem des iles de la .ler Egi
sera rsolu entire Berlin et Rome, sar
trop d'acrimonic, comme il a ett po!
A son origine entire Rome et Constai
tinople. D'autant plus, qu'i part st
missions catholiques et des intere
6conomiques qui peuvent etre sauv<
fardEs par des traits, I'Italie n'a p
'autres interC.ts bien considerables
d6fendre dans ce:te partic de la M1d
terrance. Elle prtel'rcra sans doul
concentrer ses forces navales autour d
la Metropole et .ur Ics riva-,es de
Tripolitaine. alin tle diriger toute so
activity Ccoinomique d du citc des Ba
kans, ou elle espcre se career un gran
march pour I'coulcment de ses pro
duits m.inull.cturcs et recevoir des ma
tircs premieres.
La possession dc l ile dc Rhodes n
serait done pour clle qu'une satistli
tion d'amontr-propre. c.r pour qu'ell
puisse en Laire un instrument ctficac
e surveiill.hni' navale, il lui tiaudrai
consentir .i accroitrc ,it lotte et di lair
des depecnscs inilit.iii s qeIC st puli
sance Iifin.ticre c atuclle ne lui permit
pas d'clnvis~gcr.



FAITS DIVERS
RENSEIGNE MENTS
METEOROLOGIQUES
I ISI:l VA.\T()iI il I
L U
SE.MI.\.\ :i CO:(l).I.'i.: .S'-M.I1TIAI
Jeudi 19 Juin 1913
Barointrtre a 1 i1li 7(Si,(

Temperature xil, llllt "1l,

lov liit' diurni '_ilI
Ciel clair It mtiin i ct covert l'a
prc, midi. t).t.._ i i Iu depuis 2 h
Pluie a. 7 hli. Ai 1.
|Iaroinmltre constant.
I.s(:III-AEl-Al
Le IPr hI caserine

1ia ()'i C 'li ,d I'a.i'II \ it tpLlist; ac(
I 2 is .<)1 u+:1;1t 411.
MM 1. ei- i 1 )e I 'I a viite, -c
ilt l i '. I. t i a t i, I i ea t a i t i,"-
tu l loll 'n'llt i It'I"11 '.1, [>s1" dS i l
fc litiiai ', ; t aii )," i t;o(', r I n lt'n on I' sait
poualrr r l'n' I, cc'.-slrn s aI \ soldlats do1
la t1'tora11n ( C. *\-ri. L i Ial'rrivI'.' d
Pis't Iidh'ant liii touit iit l li et ovatiton )l i-
tlhio ia-st i ,t I I l ,f i., I' tat s'.
)ia l'no i itr le'llu alt t.ltl. II l r t' poIt it nl
de syo iipal'i ,- *ot 1 tlt-vi. )- irilt n it,
(Ohncerl -lnHiolhlie
I. t'a)lnlort doiTlliiatlh a Mr I.I ovile
llit (olict < t i ren ro at itio iciis ila s


ill ait d ii'* t' t s lit.r ti tt, atacs -
r1vocaalptline. t li\'-' 410 St-Satdi .it jit I
pro'lleii.r ist ani fill t iand Co r'.il de'
ort-ii-tat rioin'r ltt'il s <| l itan >er..
itt' sl |ii' 1' lpro' rait ii dI r'tlt soi-
r'|i ar. noiil l'-oyons s;voir q(u1. le
rLhllant |iaiti.-,l<, x% te'\rc etrilla n autl'tes
eartitionsl-. In .il,'/.<* d' (itl tllaninadih, la
thapssodli,, d'.1 nir':l/ti, d Priire r' t)ii llt1o 1f d8 a 'tt i l lr. t' d ri' ste h
nous revisions on dil sur Ie |tro-L
tlbli'altin:i dr nos t'omi ntiicnairl i lha-
.etti sir''-, tldo)'t I'nltr<'> s'ra a
trois gon.ll's ipr',clt d'tt'te un nou-
liv rc v ra i iii r nt s on a in d 'a r tis te <|u e

Faulaislst' ThMtre
Le public apprendra avec plaisir que
demain sour, a IHOtel Bellevue, se don-


nrem una nouveie grade reprdesmta
VOILa


st' Ce sera l'une des plus brillantes jet 6tant donn6 qu'il n'y a ni quality Petite femme m
i. soirees de la saison. ni instrt, la re'ette.
6- Des films nouveaux don't nous par- Celui qui or onne le partage de la ( Sv.V-iri- CI J 1 )
nt lerons plus anplement remain seront succession du sieur Blaise C. Livache -
exibts avec le ntaen hateituel de I- Ia communaute qui a exist,entre ( Ci, br arni
e SIgeialons en passant Rival de Sa- .UlyslnaUly ed et BlaRse C. Lavache "Saci -rir. // tn ,
nt tan ,, a Ievue de Vincennes et c a adt que l'immeuble de l:1 Rue du Peu- se dcbapeaule ) e
ce Mi-CarMuie a I'aris, llmis en couleur pie ctant exclusive d- Lissette Lavache
si dlu plus Ilagnilique effect. ne sera pas compris dans la masse des MADAME ( apelant) Isminie!
Candio sera de la parties. bien don't Ie parties est demand etc. ISMMNIE Ti Madamm I
Le A St Louis de Gonza e Celui qui homalogje la delibdration MME Y a-t-il de 1'eau sur l if
ee du conseil d. famille de la mineure pour la toilette de Monsieur ?
ns Demain est la fete de St Louis de Martha Dl)jzan. ISM. Oui madamm.
s( Gonzague.patron du College des Freres Le juge supplant A. G. Vatel a fait MME Vous avez rinc6 sa c
n- ie la Rue du Centre. A cette occasion place au supplant A. Blain. et change l'eau de son boc ?
es il y aura grande solennite religieuse Af entcndu s. Oui madamm.
ts lacoluette Chapelle de lEtablissement. Afnuise enteus Der- MM Et les mouchoirs de s
e- Dos mindiantl envahissent le Lou cotre ur ? les aez-vous repasss
as ville:joseph G.ffrard contre Louisamise ls.w Oui madamm.
as quarter de St-Joseph Lauzeille. Li continuation de cette af- 1 M1 O S m
h MME- Les vases sont propr(41...
i. Nous. avonls u, naintecs fois d.ja. ia faite est renvovee A huitaine, Is. Oui madamm.
attirct r I'attenitioni do uqui dle droil stir Mme Elie Grante centre 0. eanty Mi Anestor a-t-il t cbereh
e I'rtat (Itl-ploralle daris leIuel se troivc jeunc. bitter t e gine our a- cerchell
Ite h)arvis dt I'EgKlise St-Josephl oil tl.ous ustin Nau et consorts contre Mine monsieur ? c tl
I I's inl tl(lialtts dI la vle, il seinblerait, Vve Clement Nau. i monseu
)n ont t;Iin l(,doicile. (:'..sit vain,,npnit tlile n Georgs Isi. Oui madammi.
l- nmous avols rlank Ilr los)pitalisa- Bup ils core Gorges S- IME -rout est bien en ordq ?
id tion a St-Viin'ent d PIati oin aillo-tr.. journt ( I- faut ) Iss. Oui madamm et pi.... (
o. II a li Ut ds I)ns, lhes itanaliotl.s, (lesI L'(EtIvrCr Clhr~lietnniIe c!rniir afirmation est suivie, en sow
a- avenglehs; i-tndianlts (dgutnilles, in- L'Ass.ciation mixte de l'ceuvre chr- ,l'un termie terriblement ilergique rem3'
Iti ,1es dorlt It ;tat attte.I (I -s soi0n1 tienne vient de renouveler ses deux d ildernier carrc de Il'aterloo.ToWt IkS
ie inliciaux.1oW nest.pas.selellten tI;l- conseils d'administration pour rI ges- soninel loiestique segodole dans hune
c f p lib lible 4 'i rt lalll Iritetrnt tion ( I I -l4 ). solidarite.
Ii n lit ia, u(tant au- l ( 191 4 ).
lc jil onI se.- t Ilit'* "l'n arrive t Le bureau de Ia section masculine a MADAME: ( d elle-mime ) Cetei.
:e St- losfi i <,t qlii I,'otni ni. pelilanit I-Ms come IPresident Monsieur Horatius tuation n'ctait plus tenable. Do0m
it ofi "s, t ir nilaite a, tr.av-rs les rangs L venture qui a tdc acclamre pour la ours que nous ne nous sommes v
e d. le li'lt_"s: I resp.-et t(I. noII +-m .'ne, huitieme .fis et ont t&t tIus Mri Luc eJn suis inalade. 11 n'y a pas dire, I
s- I'(.linc i lo Ih nv)-It cI ntI li le Denis, vice president.l sister R.cine et se reliche. il me fuit. Pa" de Ca, mag
Ct coI),I I it i:t (:Il ro. II fault d(Io)l es-- lulien I.ifontant, Secretaires. Agenor bonhomme le ne suis pas une fla
prr |i., c-ttIe fois, notre voix sra Dlbrossc trsorier ct lenri Francois de femme don't on se fiche apr6sl'ark
late,(ii,' I ft ll|t;* la C(: )imlllnun, a 4(lli tresorier-adjoint. Les mcmbres suivants retrousse come un lapin. Quand
i f 1 ', ) 1 n l ) ,, c .st to i lt o d" II i"' ..n (1", (|- Q a n d
l;.Iirra r hl.e abordIs hdo I'EI 1seI d ont tlus conseillers et en conformity6 tiens, je tens. Vous naviez qu' mae
St-Jos.-!p. d m1 c ) ,,nll lintrhilo)|. ides status du cercle il sadjoindront 'commencer... 0Q-e peut-il y avoir?...
au Bureau pour former le conseil d'ad- Des ragots surement...Il fallaiten fir.
Associntiou des membres ministratio; : Silomn t)3 Buchette.A-. J'ai dit a I'hdrese : a Arrange-toi pmr
dul Corps Ellsrilailanlt toine Brthelmv,Clemcnt BonnyJustin qu'il vienne avant ce soir et frottu4e
Ccst dimanche 22 juin courant,ai 1o Lerebours. L:izarre Dubois, Canrobert les oreilles. Je compete sur toi. 0 Cet
Slhcurcs du mating IInlstitution de M' ~" Delille, Cyrius Plaisir, Ethdart D)orc. lThtdrscquelle amie !! et. pour lui,ue
Chs D)ub., rue du Centre, que s e era Le conseil leminin est ainsi form : sicur comme il n'y en a pas.( Ra1
la 6"- confteince de I'association des Lucia Flanfln I'Prsidente, Amnlie Cas.- eunt rit' buss.. rrive herr Otto Bilibdw,
I mernbres du Corps Inseignant. LIe 1tan vic.'-presidente, Leonie lFxifan se- Ih maria, un colosse outrageuseunent ras,
confirencier. qui parlera de rllic'egiIe cr'taire. L.uritte Milette. trsoriere et o40 tll, .~tlail(dme se pricipite. )
0 daiPI i -,,ilh/cs %t lans It's camp)gn:'s, scra Eva n-Baptiste,Sylvanie Guiyot,Euplt- .\lMii--C itri ador-,viens vite te chalF
Mr !e D)r lustin Viard. na Dorct,Regina Lafleur,Victoire Abel- ger. Tu dois avoir bien chaud (Ir
Slard, Adelcia Hyppolite, conseillkres. montent embrasses ) Et la journ?&il
0 Dimanche dernier les membres du cette petite toux ? Mieux, nest-ce pa?
I Les listes de souscription pour la bureau de la section masculine ont etud As-tu pense aux feuilles d'eucalyptm?
r.cditic.tion de la salle de conferences installs. Le lPrsident d'honneur, Mr Non ... i'en etais sdre.Mon Dieu.ol.
(; d l'Associ ition sont mises en circular Jeremie. qui a proc6dd A I'installation me tu te negliges tu veux done do-
tion. Les anis de 1'otuvre et le public de ces dignataires leur a expliquue dans ner da chagrin a ta petite femme ?A1.
s3it prices de fire ban accueil a cette une brillante allocution le sens et I'im- tends que je ferme les fendtres avr
souscription. portance du serment qu'ils allaient pre- d'enlever ta tlanelle. Comme tu tramp
11 nous est revenue que toutes le ter et a complimented l'assemble de la res, mon gros loup ( appelant) Isa
msures ont etd prises pour que cette r Trlection de Mr Laventure qui a, A un nie Ismm nie I'eau chaude de nma
co istruction soit entourede routes les tres haut. degree le sentiment du devoir sieur ( parait Ismdnie ). Donnez do0
I garanies. et celui de la responsabilit vite : quelle trainarde !...Cette eau n'a
Tribunal de Commerce Les autres membres du conseil mas- que tiede... Oh I la buse (au man)Ts
S Awiece 19 iculin et ceux de la section teminine v~as me grounder, chdri ? le lui ar
u seront installs ulterieurement. II v a pourtant donn6 des ordres en coIsl
I.. I rilullinl, s:)lS l I)ltprtsidt'(i. (II i noter les discours vivements applau. quence.
jug I d,)yo, EIml. Moist, avyat i,' a 4 dis de tous les digaitaires installs. BILBOCKER C'et bon tout de lM
s.s-n:s lrs j!rcs Htoux et Alfrid Les>l -tin. p ol d sit'.- i li Ir es it soir ..- Les course de 1'Ecole du soir a Saint me... suflit.
erv. Ils aTfaires de Mes Casimir, l.a- Vincent de Paul fondue par I'Associa- Mtl-E- Toujours indulgent,toujolu
setv,, Its alllr,,iis tie Me.s (:aiilti r, ILa-
(lo't1u,' ValeIinbrunt Delatour t't iP)orstr- tion Mixte de I'tocuvre chriienne, ont gentil ( Elle s'accrocbe au cou du aO
na A t ntrtlld I es affairs suivantos : commence et o:it lieu tous les ours de et lii applique un brurant baiser I )
-- (~i'i As.sa.t contre S. Parld- 6 heures et demie A 7 heures et demie BILInOCKR (pdmin) Poupoule! ir
vali; chez le president du conseil Mr Hora- tite toutoute t
(:Comi)agiiie llaiticnne diiu wharfdt' tius Laventure rue St Honor&. MADAME Toto ch&ri Toto '
Port-anl-Prilnu'c contrevcomlpagilic. Tran- Les parents sont prids d'v envoyer mon ccur Toto de mon ame A
satlailtilt, ( allaire(. l d:a Quthec ). leurs enfants qui ne peuvent aller en Ions, il est temps que j'aille prlpar
I ilia Iill-A.intI <-o -,itrt ales.;I<.)lx I.dr classes. ton cocktail (Elle descend... MUonsseWl 4.
lin)lid (.i'rilo inl, (',)ngt-thlantil centre
partit et avocat : ( lixe it I'audienicer Nouvelle it la main tarde a ses ablutions. Madanae,de la Wtr
prochaitie- I'altire I.,l)on Vilaire, Cal., Entre lIolt-llnes -: se.imlrroge ides reuxl anxteuseient larmAi
Ie.w contItre 1'. .Madiolt;) -la vie, tlit I'iIn. *ll. annffae Un buggiy oint ct, bienlot aprOs, 9W
A. I n-lita control Claa St-Lo.is : lwai e s' farrler de vant lla mason. )
( ix I'all'ai Salomosn ligaud centre Et I'autre, tI'lll.r enra.i, soupire ANESTOR ( dans la cour ) PS
Ia P. (I. S. N ) .t. Stiut coaihe i;i t a haimes presentez hames general km
S.M.l'itrre ,t ('" centre Duvivier For- -- .ilIout titntS (lix e Is deux allTaires suivantes das. MM( Iris bau ) Quoi ? c'est
Paul Iiunay coitre Louisnet I,ouissaint dt uS 1 o i lod'st
et t;or'ges Jean contre Eponine Jn- om lz i. d~put ? que vous *tes aira ble da
I tias.) O Ui qu pense a nous! Vous si rare I Cette
-- Vicictlt G(. laklouf control' Andrt -- est sansdoutela consdquenced'onf
Ilottino, congt' difaut contre parties et SIclrl.AIRlIRK i)'irAT on I.ISTERIEUR Li. DILP.-Mais non,mais noln.LS 0
avocat. i cupations...Ce project de loisur lesspl
Viav it eva.. A Ia nouvclle d'une edpidemic A1 Jac tueux m'absorbe Ai un tel point queC,
Vu I'hure avane e le siige est levc. mel, le Gou,'ernement s'cst emnpress, ctueum t mabsogre moi, te nglige
Tribunal Civil d'adjoindre au Jury medical de cette amis. \'ous savez que je pnrsiduh
unc Civile du 17 ju 1913 ille un2 mission speciale comnposte de Commission. Excusez-moi done... '
4uf.li,'ce Ciua ile Mes 7 juin 191; Messieurs Ies docteurs Paul Salomon, MIr.: ( bas ) La commlssiolW
Pr&sidence I. I. Dtsir ayant paur as- directeur de l'Eole natioiale dem M Me- commission mon il Enfin
seurs gI juge J. Ztphir et Ie up~ ntS cine de Port-au-Prince, et G Iston Da- ra-tu... ee icchage ? explique-toi .
de juge A. G. Vatel, assists dil subiti- lencour, profcsseur. LE D PUTl" Travail, fatigue,
tut J. |ean Baptiste. Dans un premier rapport, transmit le d'honneur Pas une minute i
|ugements prononccs par le te1igraphe, la mission et le iurv S. i


Celui qui d=:.are qi2 I'ex':epion de runs constet qu'il nexiste c- M -Jure sur ta tte.. jure(
cormnunlcation de p ,w; salev- par mel aucune maladi contagicuse. sieur des: I ,Madame dUi la t ei)1
le sicur Stdnio Dominique est sans ob-, Port-au-Prince, le ao juia p9) Dieu, est-il si n6cessaire que voes