<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01772
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 23, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01772

Full Text

AM *2 p FORT AL'VPRLNCI ( lBll)


ciadredi 23 lW- 11U3


Oimst-MAGLOIRA. RGDACTION- ADM'NISTR ATIO N
DIRECTIUR 8, nue Americattme, 8

AgwQ M aIET S: Les aience aelt lecces:
SpOrT-AU-PRINCE : A PorT-AU-PlPNCI: au2 1urc.1 i JIo :.,Jr..
SI ..... .... G .. A P nRIS : cheZ I.. Ma1l\ent e & C'.
S9. Rue Tro.nche,r
Is S* 5.00 A Low .OmI: ChI r I.. Al.neCe & *. iO~.
D5PARTEMENTS : :. 2~ Jate uliu
i Mois. . . .90 A BERLIN. chez uldoig NMosse
mole .o s..........9 6.00 /S. W. 19, erusaleme Strasse 46-49
ETRANGER : A Nlw-Yoau : Un,-ersfI Publicity Luipt v
T oi Mois. ... G. 800 11 i 11; 1, 1L t -1 V'
UI UMtRO 13 CENTIMES OTIDIEN Abonnns t C, l
QUOTID^A&& AIlN Abonncme:ic.t oai*tiluiiu: jI\

AU GRE DU SOUVENIR que du temps de la colonie francaise.' gourdes. IIs Ilne conllai.ss.rnt a1nih-c*
les nires africains, enleves de hlur plus le I intielr, ils lie souit ygucre forts,
----00-- pays d'origine, arrivaient a Saint-)Do- car la tradition se pe1rd dil pluls en
lingue avec routes leurs superstitions plus autolr ldeux. Cepen ldanlt Ie %ova-
Wluon se gardait bienti de comnbattre geur. ,luand iit.'antrI 0 ltoul'
11gardez cequ'ils fontd'Hati qu'on t9 sans rtuvolte sous ce joug. Et, mal- ans un but facile A comprendre. Or ses notes, sUoplt.laro i' ielt, i,.,tliff;san-
a rendue.. apris que les blanes gr tout, it nest pas tWmraire de croi- des .crivains ttudiirent cas supersti- ce. II osvrira tss vio-urs alittI.,,.. Mo-
ont inculqul6 es progrs de la ci- re que, apr6s tant de vicissitudes, nous tions sur place, les dtcrivirent longle.- ireasl de Sainlit-M-ry. piar ex'malel'i. et ii
oon. avons fait quelques progres, un pas, si inacntscrupuleusement. Pourlquai lhurs rt'dit.'ra. gl..ac a li\ It. la vi.,ill., in-
Cest d'un vieil article du Maiti, de faible soit-il, en avant vers la vYtrite' descendants, se dissent nospacotilleurs cailtatioln baroi,.ui:
ne Lauzanne, que j'extrais cette du gouvernement civil. J'en suis per- modernes, no continueraient-ils pas
... Et d'abord on ne nous a pas silad quand je me remitmore les dif- leurs traditions, leurs rites et lehirs (n.iu,. ti .
u Haiti, nous I'avons quelque pen firentes phases de notre !histoire. On inythes On.copie alorles premiers s.,d,:i .
lse. On ne nous avait non plus in- saffranchiit pen u peu, mais on s'af- auteurs -On les re-"dite sans se donnt,"ir .g i.
u aucune civilisation. On avait franchit tout de mtme, du gallon et du la p.ine de controller, de constathr A iii1'il mit dr .
dans I'lle un 6pouvantable bagne sabre senl legs de la civilisation des comibi,.ol ces asseritiolis. jadis vrai.'s, i nia l.eii s 1 tt II;,,I. i. -;I-
cinq cent mille ilotes, ne relevant blancs, pour parler conmne Stephlano Ini sont pIis qu'il Itat dexc.eptliol t ;g!,. e iz.r;'.l 11.1111' 'itir .;. r.:-
lumentque du bon plaisir de lenrs Lauzanne, qui nous soit rested sutr la de c rriosite de jour en jour dt-crois ta,,..i, iair t ai;lt. .,' ,i. cla.:i 1,I ,.
SOn ne petit vraiment appeler terre de Saint-Domingue, apres 1'6ian- sante. Car noat seu'ialm.nt I.s lois s I its 0 i ,. 1 a i itf,
ali une nlaison d'cducation. 11 nest cipation, conidamuilent, inais opiimonies r.pro.l-ills i1.-t~'r. mi1 1till. La iitlia-
Smoins certain que c'est de ce ba Notre petit pays, sornme toute, mnl- ve et in trquerait do ea reprobation tioi i- i liuis .*,.iiil'. l
Sque sortit I'independance du pays, ritait mieux que la plupart des tristes ceux qui oseraie it los professor.
e qui suppose, malgre tout, que ces chefs nilitaires qu'il a eus... Its y out J'ai IA sous les vyelx Un gros volume lllrn::L M1.\11 I 1.1.
Enclaves avilis et degrades pouvaient incarnS, sauf de rares exceptions, la de :3I' pages, signed EIg'ltne Aubin. iet
concevoir et Iener it bonne fin, el ruine, la desolation, la soif des jouis- intitul; Eta hlaiti.l|'auteurl,c'est evidt-'it. -- -----
6pit de leur origin, tin assez grand sances, Ie inelpris du travail, I'exalta- a viYlun (trel sulapr'a.neaInnt int'ressait.
dessein .. II faut nitne dire le pls lion de I'iigorance. Leur cole, lieu- Commiienut I'trt s'il iino d;crit des sc'.- l>*off8.-pfr ItL
pand dessein qu'il soit possible do. reusement, nest florissante qu'(ai la nesdde vatdoux. de fi;livlcisinm.pinis liSll
eoncevoir, puisque la liberty est le pre- surface..Car autrenient., clmmlenoit mcln- c'est le cadre oli na e onil onltrait de I'autopsie du lPrisident
Mier des biens. Ce n'etait pas trop prendre qu'apres un siecle do ce rt.gi- toujounrs Ite pays. 't q(ue. du rested. ere OWts
hIt, en vwritt, pour des larves d'hoin- mne, on peut encore, sans danger, par- cadre so prete tides dtliveloppeuaents I' aIrTl'I Auuste
es. Et je doute que les blancs eussent courier le pays d'un bout a r'autre sans varies ? Done, dans ces :;M pages, git'-
ieux faith dans la circonstance que les un canif sur soi? Oui, le browning, re do lines sir nos villes, sur notre
nIsnefirent enl 1801 St-Donmingue. dans nos campagnes, est inconnu, aus- ilnOUvei'iin,'lt t'onomique e't moral, star Nous, soussigLcs .\inlioua1.. \Au
is i nest point la .question. Ce si bien que le couteau qui tue. Le vo- ce (i i pomlrrait colnstituer inotre anll;- Lechaud. V.. ou lierc .lti Ct \drc (:
toXt d'autres rtelexions que me sug- yageur sendort dans la chaumiire du toiiim social. I.ouange on btlamie, cela es us.d, ceur. it'dw. .su dL i1.iIdc
g6re ce vieux lilet qlle jeviens deciter. paysan sans crainte et sans lui catcher serait .-gal. Alaki dlans ce fort volll.ll s.dus urs e inour I L e
Quand on veut dnigrer le noir, ii les piastres qu'il porte dans sa cein l'auateir se pourrait-il tronver qlutlli. de Monsieur Sc ur i'r. ci. Se.ictul-
*st de clichel de s'crier' tout commune ture. Rie n lui arrivera. Son hlete ne loisir p(,11r 11arier di'antre 'chos qe d re d'Etat au )parpteric:itn Jdc l;iermeur
M. StSphane Lauzanne :- Vovez Haiti., connaltra pas la tentation de I'gor- seliitti-i.it|r aldonx I Non, c'est m.l et de la PIolice gSillchl.l. .igss lit 1 pour
J prretunds(, moi, que c'est 'injuste et ter pour tl voler. Ce qu'il a lui suflit. obs 'ssion : il sl'a viiu lie cela, il n'est et au no r du (Coniscil dJcs S.Sci. Irtme
qa'on voit mal Haiti. On la voit avec *t it serait paafaitement heureux dans veniu cli'rci'er !qui' ce.la. Car avanit uilin d'Etat, cxcri.ant le Iouvoir l:\ Li ti;. ct
des Cyeix privenus C'est it une lh- ses champs, ou sa vie nmat'rimelle est d'arri\a r i Ilaiti, il a In assui'rln inut avec lassentaenlllt Ide l.a .iaillic l i-
|gnde. (II pacotilleurs-littsrate.urs cul- latgemnent assuree, si sis truyranneaux q(clle.li.s livl'rs qlai Is i ,ot dtcrit file cr&dc August.e a\volns a.u ltlas NatS,-
tivant, id ,ldaut de mieux. le, charivari- s4'culaires. chefs de section, coniunan- cominuL un1 vaste tlmp'nl hOlhvt at fi-ti- ,al, dans tls app.articmicits pr, .vcs pro.
at le coilique. Elle a la vie dure. Mais dants de quartier,de place on de con- chism. II ie saurait on dlnordlre. Cd. sancdi s \ oura
Ia verite est nutre. Elle est tout roppo- mune, tralneurs de sabre et porters Sont sit7o est fait Et, inlassablenlent, I'autope ct lb.lun:,nl at-
a de la 1gende. d'dpau'ettes des villes, ne venaient que durant se-s ;:ii pages, itl voqprera avec autopsue 1 lembaumcinein. dt c-
Si onl Vut bien juger un pays, le trop souvent lui rappeler que son an- joie. avc aoe aior:l des sclles. de fti- davre du G~niral liancrde Augus c,
meillema guiide est I'etranger qui v a tique servage nest pas abli, Inalgre chisnle auxqelles, dit-il. it a assist tPresident de la Rcpublique, decade l
vtcu, 1111i la etudi6 dans ses niturs. 186. e't tquii pis est, lqu'il aura prise lI kodak veille, A neuf heures du soir.
.dals s usages, qui ne I'a pas vi en Dans son labour facile, dans sa vie eln llaill. Le cadavre, prcalablcment inject,
p.ssant, et surtout qui n'y est pas venru courant, sa vie sans complications, Ell bien je regretted de dire, 'in id-, fut ouvert ct nous avons constaL? ce
avec unL. tll1hs, touted faite, laquelle, notre paysan haltien serait it envier. pit do's :2 llihotograpiies don't it se ri-' qui suit :
cofite qu'il \Vsite... Eli bien! j'aflirmne qu'an- tropsouvent avec deficheux incidents, doutt. est.trtqut,C car le paysan s'est sans l sions
cun trlanger qiui a lhabit6 I'lle quelques tels par example celui qui, ii y a quel- alloque de lui. Depluis longtermps, ii a 2" PIlvrcs rien d'anormal
annies ne la quite qu'avec le plus que temps, lit disparaltre dans le sang appris A bluffer le blauc qlui, le cravon y. Ctur uin peu hypertrophi sur-
grand rregr'et et tries souvent, presqlue et dens les flames le bourg de (ua- d'u.ie main et fobjectif dans lauitre, charge graieu, hydropricarde 4
tuouours, il v revient pour finir sa vie. naminthe et ses riches plaines... Plus voyage dans ses mlontagnes, unilque- chage ri s rop are (
Non, la civilization n'est point ban- tard, au trionphe de ceux qui, sortis nment i la recherche du bizarre Die de notre sol. Elle v est suflisante, des villes, vinrent camper, aun nomd des pittoreslque. II lui en doonne, je vnls 4"- Estomac I'tat dc vacuitY, trees
1a1s exces, sans les ennuis qu'elle sus- principles, dans ces lieux paisibles et price de l' croire, pour son argent. Tou't peu dilate]
site parfois ailleurs. Car ce nest pas suscitbrent les hecatombes militaires cotlnie dlans le desert lyvlien, onl coluli "o :oie : hypertrophio, sclcroso, de-
mulemenet labeaute des sites, la splen- don't patirent seuls, come d'usage. lqui I'v a cache A votre intention, voiis bordant les tausses cotcs de i travers
deur d'une terre toujours en puissance nos gens de la champagne, plus tard, decolvr'', en grattant le sable, mane de doigt, parsem d'll6ts injures C(ap-
de creation qu'il faut admirer. II faut au triomphe, pour reparer ces ruines, statuette d'lsis, lo paysan haitiOul sait sule de (Jlisson tres adlihrente. V6sl-
Y savourer aussi la douceur de vivre nos Chamnbres, votnrent d'enthousias- improviser centre mlonnaie sounanate, cule bilaire: parois epaissie%. liquid
Uns soucis,dans un labeur facile,dans me quelque centaines de milliers de uns homford ia I'intention du voyager visquueux, louche, peu aboudant. C:etle
un milieu ou, avec peu d'argent, il est dollars et de gourdes... Combien de lqui en rt',clamo.. Tant hii.n que unmal auss-
Iourant de se donner 'assurance d'un ces dollars et de ces gourdes allierent si il simunlera si vous en etes liianli, poche conlticlt ciii out-, iio;s calls
Pbeudo-seigneur, servi par une domes- au paysan ddpouill'? Pas un soul dol- un sacrilict' prolitiatoirc doe col ,t *t. de la grosseur d'un (xC.t dc pigeon don't
cit4 fidele et abondante. C'est peut- lar, pas une seule gourde. Tout fut la cabri, Ct condition qi'on y tniitte It. I un. plus pctit, .dlhcre to ltcinent au
4tre assez terre-i-terre. Ce n'est pas, proie des mercantis revolutionnaires prix. canal cysitque a son ozigilne et Iobs-
mroins tres appreciable. Voili le fliain lqui. lien qii'avyant I,'r- J' nIt' vi'1x pas itpretendcir'e oept'nd;t iit true colmnpicteucnLt
Pourtant, dir4-t-on, comment conci- du beaucoup de son acuitC, it'se sitr qlUe, danls her ce tableau flatteur avec vos perp- Haiti. Mais ce fleau min.mne atteste enl- Iile, il n'.xiste |)as peslt-'trel qulebleiis come le l ome dJc iulilplcs inllida-
tuelles revolutions? core une fois, la bontt, I'excessive d'drtis ,des upllerstitions dejadis... O) tions sclcrccs.
C'est,il est vrai, une ombre ce que douceur des habitants de I'ale : ils sup- n'en existo,-t il pas Sans parlor de la 7* Intcstins ct apeijrc : i e;iccile:
je viens de dire. Mais ces ficheuses portent tout sans se plaindre, injusti- Itussie onl le paysan est asservi a des rien d'aiornil
agitations ne pident que sur nous au- ces, violence, mtnconnaissance de rites barlbaro's et ancestraux, on sait rien anortiI
tres Hatlena. Jamaia I'6tranger n'en leurs droits les plus sacres. 1.'tat so- qu'en Ih':tagt,,. o'ln plhinre France phi- 8* Reins t ct i.tp:l=s surrciales : aug-
souffre. II fit un temps nmme oa cial, si lent i s'amlnliorer, n'enleve rien losophique it ailinlde, on renlcolntre mentis de \olulim. dcformncs, d'uin
nous l'accuaons -- i tort, je veux le i leurs quality's natives. parfois tdls lirlati<|liies ,tonnantes. Mais blanc mat ct entoures d'une atinosph-.
croire de les aider a naltre, de les Cependant le grand argument qu'on ce coisntlt' tlli jo pI'roltste, c'est centre re graisseuse considerable
Possir au be.oin le plus possible, en invoque centre eux consist, je le sais la ginoralisation ,iiton intend d r tablir. 9" essiec : rien d abnormal, contenant
tout cas d'en beneflcer tqliours. Ce- dans les superstitions all sein desquel- Je con sais thi n II) lpays, 'y ai ibeau- environ i io grammes d'urinle
Pendant, si nos luttes intestines sont les, prentend-on, ils sont plonges. Et it coup voyage. Elh lien '. j'aflirine qlie', 0o* Cer\veau ne voulant pas muti-
mIa cease renaissantes, c'est aussi n'v a pas de voyageur qui, dans ses pal't qluctloles ,.xctpltions, le fe'ticalis- ler le cadavre. nlous nous som.nes ab,-
pour une part que nous ne vouloons narrations, ne se done le plaisir d'y me nest antre chose qu unme ,xploita- ten us d'ou.vrir la bone cranienne d'au-
accepltr,qle nous n'acceptons pas consacrer de copieux chapitres.. IL. tion a I usage dui vov;ag.ir credtle. h. u
Terrible aitulo'h de faith u, ds no- malheur est que les trois quarts du n'est plus lne iiovance. C'est lne sa tant plu quc d son vivant, le l 'cs-
-e ilndlpedane, a pretendu nous ri- temps ces accusations ne reposent sur culation de Las-tlage. Nos lpapas-lois dent n'avat jaais presen, de irouble
er des chalaes dans une ridicule as- aucunes donnees reelles et seirieuses. sont des saltimlbanlques, des montreurs de ce c6tc
d utmirial. ceassu at priocip. Elles ne soot qu'une r66dition de ce d'ours ouvrant leur baroque ou it n'y A quoi faut-il attribuer la most du
a-maa. On a'sa jaIls courb6 la qui s'ent imprimn jadia. 11 ast exact a pas grand'chose, pour quelque genirl Tancrede August. ?







En presence de tant de lsions ob-' Le Bulletin du Conseil Communal, qui' et NViphile Bernadin. La continuation
servees, il y a lieu de se demander s'Cditc i l'imprimerie St Jacques, con- decette alfaire a Wt renvoy6e Ahuitaine Un t Igramme reu
quelles soqt celles qui out ameun la ticnt, comme on le voit. de copieuses nonce la moirt, A Mirag
mortl matieres qui ne laisseront perso:ne in Audience civih .dI 2oMai 191 .. me Gesner .usa au.ge .
Nous savons, d'unc part. que lc iPrt- dillfrcnt, car ii s'agit de nos intertas Prtsidence J Desir ayant pour as wnoncourt.
sident a pr&,entc tous ic, signed d'une de notre sante ct de embelissement de sesseurs le juge Jean /Zphir et le Sp- Nos condoltances auxTa
anemic prolonde ave-: tcinte sub-icte- notre ville. pW-ant de juge A. G. Vatel, assist6 .da vdes et particulirement in;
rique; que des analyses h matologi- L!Isillhion Hi;itienne Substitut J. Jean-Haptiste. Charles B.rdinal, neveu delay
que:; ont, efcctivcmcnit, revwle une di- Me Mathon, poursuivant la scrie de lugements prononces ddfunte.
mlesroules t, dsirable dei gbu- ss utile publictions, vient de fire Celui qui ordonne. au sieur Joseph o
analyses d turanes oaut par.lemunt.par a ra trchez Vcrr,'lot le neuvicme Blongrd ,de prouver par tiWmoins qu'il Les funtrailles de. Ma^da
presence des s anor. uxa(nd olur d si An r de i ai pris ge Ie 7 novembre 99 N i, dcd h:er ar
xyle, urobildcne) dtmontir une attcici te i, l ln contena.t le'lois Voe dains un des train de C. S A heures, auront lieu aud.urd
du cotl du cinc. Or.d avc c c donnec tls par Ics Chamnbres legislative en destination dThomazqau. qu'arriv hures de relckv. u
1912. les contracts. les decrets et les la Croix des Bouquets. il fut do'barqu eu d r ir .
et en presence des lsions org unique, principaux arrts d'intdret g ndral. d'rcs ps rs Qe e chede Le convoi partiraA de -* m .i
constatees i I'autopsic-principalemnl O connit deji l'utilite de finitia- trn Arhurcs t l ss e andit e tuiare. s. rue F por
au foie et a la riate-- ous noui s expi- tive de Me Mathon. DeI jour en jour ou un accident 6tait survenu dns le A la Cath6drale.
quons que lI ,.isc sanguine n ait pas ell nd plus de'services aux homes ainho -azeu, que les p- rrat
pu ftre rengei&ree, malgrt- toutIs les dte train part de 'rho -azeau, que les pas- Errl2a
pu dictre rioscnre ms i ru toutcs d'cttudes et d'altires. Et le volume quii savers qui se trouvaient a la Croix des Erra
medication istitu .n rvient de paritre n'est pas le moins in- lBouquets n'ont pas pu serendre A Tho- Dans le Matiu a du mardi,
Nous soinines done en droit de co&-- tressant de la s^rie. p in le f li a du Mardi,
cure nonbstant les autrs i o tressant de la sre. smazeau t la pruv co:traire tant de courant ; 3e page )e colonne.dam
clure, innlobstanti ies .iutrcs Ilsions qui nonce Vente pr autoritA de
sont secondaircs, cells du foie et de Prochutle repr6sentation droit. nonce a vented par utorit de i
la rate-cirrhosc hvyprtrophique calcu- de Cinmatographe Celui qui condamne la dame lose- 6e line : a lieu de le veid.
leuse, avcc hypcrspleno:ngalie ont C'cst A 'Hotel Beilevuc, le select Pine D)orismond A paver a la dame Ion computer ViJa trolrr ai cr
et les causes de la mort de Son Exc. 0tablissement du Champ de Mars, que icllepomI:ne Lig)onI: li somme de ire i vendredi que l'o ca
le president Tancrdde Auguste. Mr C.. l)ugu" continue de donner ses deux cent soixante quatre gourdes avec trele.Mai courant.
En foi de quoi, etc. belles representations de cinematogra- Is mois d'intlrdts cchus et la condam ,
phe, done demean samedi grande soi ne en outre aux d&pens. Dinsle discourse du Sn Iteur
Drs A OLAL, A.tB,. ICAjcLus, V. dr e de gala, un splendid programme Cel i qui coidanmse la compig iie san, lire :le cabinet a t!. lice
BIOCCiERI AL', A. B. CAssL.s. de vues fran-aises en couleurs ct avec national des chemiins de fer d'Hti A lieu d'ls.:ider :.plus bs :- le
la stabilitW. la puissance des appareils, payer auxl sicurs B. Rousseau. L, Labis- da cabinet au lieu de le. senain
prouvera une fois encore les serieuses siere et Henri Doug lai some de cent
connaissances que Mr Ch. Dugut a a- soixante dollars ct cell de vingt cinq Nouvelle laI main
FAITS DiVEf RS cquises dans lart cin~matographique gourdes monnaie-nationale et pour On lit dant les lines de la
F ITLSDIV E.RllS Nous publicons domain le program en assurer le pavement valide la saisie d'Aristhene :
-- me de cette brillante representation. pratiquIce au grelfe de ce tribunal etc. II iendra un moment oi
RENSEIGNEMENTS x etc. et .l conciamne aux depends
METEOROLOGIQETES C;rialle Cclui qui accord au sicur Charles monde se dcouvrira dcvant von
ETEOPORV I1En I'Eglisc Cthdrale sera bnni le 1M. Picrre un ddlai de trois mois pour Je scrai.... chef de....
) ISlI AV\'IA' l ifE mardi j Juin procha'n. A 7 heures du se libtrer cn\ers Madame Amlie Raoul Non ce sera le jour de vote
DI' m ii i.le'marijgede Mile .4Amili 'Lchbaud ct le condamne aux d6pens. terrement.
SiMIN \IIll': i r:1 .1; ;1:; S'-.MA.\ITALI. ave: Mr Edimlotnd (;.,urarei'. Celui qui c n)damnne .A I)ub' A payer
Jjudi '22 Mai 1913 j'Toutes nos felicitations au distingu, au dCput Cnille Leon la soine de
.couple. deux cents gourds', montant d'un bon
Barovnlie i ml Tribumnal Civil a ordrc.lixe a six mois la dur&e de I'emn- I 'aeliia a-T u
iiiiUi uience ile i Lundi 12 .ai 191- prison,.e:ment et le condamne aux
Temperature ( Sui) d pens. t
I rru*.nax-inUli")clui qui homlogue la dribrration i ticr soir un mondc !Iu se "o
Prrsidcncc .. St Rome avant pour du conseil dc l amille des mineursa Cla- ier soir un mondc ,fu se
Movcyncie liurue -.,i assesseurs I judge L. St Just Nicolas et ra et IMaurice outwardd AMetropolitan H6tel ou *cs c
'ii 1dBII \ artistes de la troupe du l)irisians-
:.wl t ,\ t,', ,la ILjioui' I'Iiv lc supplant dc juge I. B U.Erri,,assis- Cclii qui homologue ia deliba.rationi artistes de la troupe du c lrisiana-
nu Siil ,\., li. I' n pIi de pllin' hi t du sub'titut Nevers Constan. du consei !c famille lu mineur DJo- re donnaiat lelt seonl i te
511. :. 1 l l vi, r n *.I 1 Si 'on se rappeli le I s s 1 &
I 'oiit Jugcments prononcs yvon LavL't ieCt. premiere qui. cep.ndani. aviit Q
I.SClliERERl Celui qui homologue la deliberation Affaire entendue. impromptu, on comprciidr .ce qu'
du conseil de famille des mineurs Ma- Les hlritiers Ducasse Pierre Louis cette deuxieme fete .i 1 Jquclle
Nos fintanles rie Louise. In Louissaint, oseph Gas- centre Veuve Ducasse Pierre Louis. t16 invites les m.mbrcs !is. plus
L.a linquI c \-inl tde fair publier sa ton ct Hilaire Louis Hilaire. Tribunal tingues de notre society.
brochure le c nat ds rn-I Celui qui homologue la deliberation Tribunal Me assaM. Gilles et Duqucs.e ont
seignrocmuen, 1nit icrs s.iitaistltqns et du conseil de famille de la mincure Ali A4u.ience 1u je li 2J Avril 1912 plaudis come i coneit car i
e plaudis comme il conveiiau car
Cconoiniqtcssur la Rcpublique d'Haiti. ce jeanseme. Sus la prsidence de M. le ju L. admirablement bien dit: mais 1 .
L'ouvr.i,, .i i.ti ilmpirin l: L l:rance sur Allaires appelies Denis, le tribunal prend sieie Ai ro hes une veritable ovation qu on lit i
du beau piapicr ct l.i ion1crturc se pr- C. Benoit centre Seymour Faine et ct demie du martin ct entend les alfaires Sargel et Pillon. Ics iin;iv, .bles
sent bicn ai\ c sUs coulcurs nationals Lamy Duval.Apres le d&veloppement suivantes ; ques doht les farces dsopilantes
places avec ait. oral fait par les avocats, le minister to Celle de Ismet Vernet.demandeur \oquiarent un ioun ire I Dar i
On trouve dans cette brochure d'u- public, demand la communication des centre Demervil Petin, dtfendeur.Mr le aussi egalement droit .i des f
tiles rcnscisgcncent.- l'tat de notre conclusions a I',&ffet de conclure par jige L.Dcnis est cntenduen son rapport. tiops,car il a merveilleus-mcint ch
Dette l\ticneurc. de notre lette int- crit, et le renvoi de l'affaire A quinzai- Le minister public Luc Dominique Quant a Mr Antignat. je ncsAq
ricure et dc notre i)tte flottante. Ic ne. Le tribunal a tait droit A sa deman- conclut par :rit d'oflice, avant de fire s'il ne faut pas le complim:nliter
papier monnaic en nickel, ct billon en de. droit,a la conid.mnation du sieur Ismet faCon speciale car, tandis qu'il
circulation, le rs.ume rccapitulatif des Virginie Lochard et Antoine Armand Vernet a payer une amended de dix fois un morceau .de Pierre I.ot -
dettes de la Republique au ;t D cem- contre LorinaPinchina.Apres lecturedes la vale: r des .ipes de timbres voulu et Loti-on n'a pas pu s'emp,:her
bre 1912. le budget, les rcvenus de dernicrcs conclusions de MeLucTheart. a Japportcr la preuve de I'accomplisse- ser A la belle piece qui est de
l'Etat. les lois budgltaircs, des pieces M1- 11. Volcy a demanded la commu- ment de I. ftornalit.e toutes les choses meet qu'il servitsi agrLablcimel
officcilles des dilt rcnts taux de I.'inon-, nication de ses conclusions et le renvoi demeur.nt en c tat.Le tribunal ordonne tre soir, la premiere fete. Et a
naie de nickel, des billets de 5, de l'or J e l'ailaire A quinzaine. Le tribunal a le depot ldes pieces vous pouvez trouver (;C drdle!"*
amcriciin l.a rcp.rtitioni des droits de tfat droit : sa demand. 20 (elle de A. lrancois Luch6sie,de- sait pas trop comment, Mr Ami
douancs. t. etc. .Alaircs entenducs ma ud.ur co:itrc la damn Douzaine pu trouver le moyen de se fa.ire
l.a .iunque met louvr.ia en vented l.ilia Iiaiu c ntre Georges Ger- ChI c'iilc.ressc... le juge Janvier rera Loti,-oui. A Pierre Lor!...
aux prix de i, .1 tr 11 est b),a de Ia- i ( l,1ut ). est cnictunJ en son rapport. Le minist,. C'est avec un ennui evident et
i ns sa bibliothqu. I Ccile le'rpignan centre Eucharis rc pubi*c .!.uc I)ominique conclut par rement cotagieux que Mr Ant
La Coninuuitc rencsigie Pie rre Louis. ecit A l c'.ssation.Le tribunal ordonne don't la diction chaudeet.prcnantc.
esl r Sur 1a demand de MC Borgella Ca- le d:p,,t des pi~cics- pourtant si bien su metire en
les conirilI hles il lr con ticnuation de cctte affaire a o el d- .*larie Claire Renette Souf- Ii premiere fete, les quality incP
11 appartenit i lr Louis ov et I reno tiutioe dea uitaine. ffai rant. dcmandcrcsse centre Francois In tables d'auteur. nous a debmt une
son consuail dIe replrondrc Ic e le public. Charles. drifendcur.M. le juge R. Dom- ce en vers de Loti a la verite u ff
tions dui Iulletin du (Conseil (Conmmu- mond *:t eltcindu en son rapport M' seche.
nali abandonnc dcpuis dc lonues an I.iw," ,ii,' ,I I mai 191 Michel, pour l. demanderesse, en sese Dcidcment Mr Antighat" a sCe
nles. l.e numiero du piiLnicr rimnstre e'rPr&ridence J. i. Il)sir avant pour ac- obscrvations. Le ministtere public, Luc vais jours.
de l'.nnce que nous .i\ ons sons les veux cur.; l juge Zphar ct l c sup. i Dominique. conclut verba!lcmnt a la A signaler du c6t de; dam
Ienseigne les contribuahbt s surles moin- plC'nt de juge L uilc Lucien assists cassation de lordonnance, Le tribunal Carmen Nsvil qui a dit de la a
dres 1.1ts t gct.ts de I'ldiltc Oin v lira du substitute N r Constant. ordonne lc depot des pieccs. plus charmante et surtout Mile
avec intrct les cmptcs .rcndus des Jugc:nent pr) ionlC So t:clle de D)uprC Lestage, deman- ne Roberval don't le talent admi
seances, la corlcspond.liacc, les arrtc.s. Celui qui h:mjlogue la ddlibira- deur centre II. Munchmever,defendeur. 'te fort applaud.
le budget dcs Rccettcs t ct celui des de- lion du conseil de famille de la mi- le juge Janvier est entendu en son Exceilente musique ave Mr.
penscs. un Ctai comparatit des alloca-' neure Victoirc Elie. rapport. Le minister public. Lys Lator son au piano tandis que MM..
tions budgtaires avec les valeurs dpcen \Les atlaircs suivantes ont et6 appe- tuc, conclut par ecrit au rejet du pour- thieret Bier touchaient rcspentv.
sees mensucllcment des budgets recti- 16es. voi t cnsuite i la d,cheance. Le tribu le violon et le violoncelle.
ficati. de: Rc.:cttcs et des ),pensei F. iHermann contre Eugene Vieux. nal ordjnne Ic dpj:t d:s pie,:es, puis le Somme toute charmante soiri
pour les huit dernicrs mnois de I'excr- La continuation de cette affaire a etC 'siege est lev-. ",. ..o c.r.an


cice qt 12 191 ;.un :'rt,:le du l)r Lebrun renvo\ee i huitaine. t Plataa No' IIe.IIPIU.
Bruno sur les derniers arrites munici- Agenise Gue centre Murat Berna- Chez IMademnoiselle Lonie Solages Th'sre avols an p di nche soi, a
aux relatits a l'hyvgine publique et dotte. Cctte alffire a tW entendue de- Rue Courbe N" 70. Pour homes et presentation au Cercle-Bellevue. :
es apercus sur notre Edilht par Mr finitivement. pour dames Arr a ar I dereba. Nous revus sur
Lahens Racine. I Th. Dossous centre lea Louihisdon teau frnda s. Arr. pa l d er b. Nous reviedrs sur sccse
tu nis. ..promet d'svoir on a gross succas.'