<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01770
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 20, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01770

Full Text


AaaCe N 1850


PORT-AU-PRINC (HAMl I


Mardi 2O Mai 1013


Clmont-ImC. LO OIR E
pim -' T.:1"it

A BONNEMENTS:
PvOfRr-A 1-1 IN(E "
ln Moa. ........ .S. l
Trois S i.l .. ..... .... 4.)
D tois. l.' E 2.NTS. ; :
- gia .is ...... *... 600


T. ois. .. ...... G8 0

t NUMgRO 15 CENTIMES


I


)


QUOTIDIEN


I r __


9ifouette de ,qui n'apprendI quelque chose qu'a ceux'
lOUtt qui ont appris a apprendre, c'est-&-dire
con]fOrencier ont fait de slides humrtanitis.
cof' ren er Aussi encore qu'il ait dit qu'il ne
parlerait Ipas philosophic et s'abriterait
tie la inetaplhysique, tout le long de sa
Docteur Dorsaluvil conference il a part philosophli, a
courtise la in~taphysique et s'est servi
di'nn langage aride, broad lquelquefois
ide splendides descriptions, presque
Le Dr Dorsaivil (J.C.) et nervetu. toujours do tournures 6dltganites, dun
r ne'veux. Assis i sa table de con- langag ou les terms tecllniques sit
zrencier, siur latqlellet test Iplantl 1 ili eurtaient avec fracas et d(.to)naient
vre jauni lsii brl Vae ral lrichissaiit, I Ipetu devanit uil auditoire o() s'tpa-
l triture son iouchoir', le lutine rnooissaienit des sourires dte feinImes. .
es doigts trcssaillants, se purl;ch, Ie t )r l)orsainvil a fait le contraire
*inquiete et slllble visib)olele'll t ei41111 14 '(, It 'il devait taire. Au lieu de(
du discours que. o pou l rese I lntr a decendre jus(qu'a son aiuditoire, il a
rauditoire, improvise le stnateur lthi- vmulat le hisser jisilu't'i lui. 'anditoire
risson. a ien vouliu imonter jusqu'a Iti, illais
Mr Ltheriss)n a litni.iJ.e coilre0cier li ))ne \volonto ne suflit pas et je I'ai
coininenct. II co11intietce lehnteinent, vi (l'auditoire) lialetant, soulllant, seI
puis, peu a 11011, prend feu, s'enivrei' tiu je.tait a ini-chetiini de la route., laras-
cliquetis de ses .inots, de ila Ilnllsi(jiit' s. co ollllnu It. coureur qui, dt'es'sitrl't
dg ses phliases, s'elli)orte, tel ill jetill I le Ie Io)v oir arriver atll ill, i tlit'
poulain qli tionrt I ollein el tt q'- pari les (I'ior'is, s'afTaisse lalnanllta-
cent le bri de la brise 4|u1 t', u tte ses ort'il 's, e: i' )Ip I),)rsailn il est lo in s Uli llain-
le fr.'1..ssli 'ln; de sa u (t,' |li it I' .c lfil lt'ii r (u'Uln profe ses ur ,on-
csmat'uille lIs tlaicts. II se1 nio'tOs taint piLtteiit. Maiintes tois, je lie sils pIoll-
t'ui bion it -'c est avec rag, q''il ro, es r, inaiS a;vt, la Ira; i e la tiauve In e, catlntlre t si dessus noI soe Im1-
quidect il sa Iroie, la rage de la louvu rai nI.ilt ltne ,Ialniie. tin enlCrier, et ncI
qui voit son anltre viole et ses etlits i ,talait le caliber i4) I',n inariuqut' aux
on (langer'. '(:'stl aloirs un bruit sour.1 :i .;lt',vs ilnattenltifi s dc IIl:t\'aises no)tes.
bruit de LonIerre, mI)outollnneiItent d(1 I:t colillne onil t'0rlier uiii, nli' saichiant
guesss s'ecrasant sur ll 1 rocller, taln- Ipas a S Icll. a peur d'tlre inttrr'og;,
lionorneuent tie grle sur los toits, ert- muttins fi's, je lie suis tait tout petit
pittnetil rctile do crcelles. et tout or'iilles colilirne pour nIlielix en-
Sil roul ss er s'il tieit i l oule. termite Ia cloclhet i d'livire de I; clasle
que de fois, Ini. il est Iroult Ipar ses r. ,t tit 'lrhe'iurc de la irtcreatioll.
W.rsouvent, (co)inll s'ils se cachaienlt,
pour tchiapperil it un supplice, le coii- C. PA1MOY
adrencier no les sent pas ct alors, l11on I
Ouleltn.it il nie les roule pas, mais. .___ -
encore il oublie de les prononcer. Et
e'est tun igrasseyeinent paiteux, d'une Chro0tique
harinonie dtlicieuse.
Le Dr, Dorsainvil (J. C.) a prolite doe anglanlte
I'occasion (que sa confterenlce sur I'Ldt- -
dtion de l'enfance lui.a offerte pour pi- --
ticer, citollf'er nos divers degrtes d'en-
seigneltnents, inais avoc conviction, Iprk- De notre correspondalt.
mldditation, coinine on mtet le genou
dans ha poitrine d'un 0tre lai all u'li Paris, le 23 avril 191 3
Vent tuer. L,'tensieiinel ent priinaire est
une banqueroute. L'enseignelent set- La tragedie sanglante est termine.
0ondairle (st une banqueroute. (Juant Sou. llemin et Monier ont pa;v
SI'e>seiginellineit suptrieur, il ntiexiste u. Callemin et Monier ot pay c
pas. VoilAt 'e I'il dit. Et il le (lit a\ec leur dette A la socit. La bande anar
otce. doginatismie, voulant planter son chiste a vbcu. Bonnot, Garnicr. Vallet,
opinion danls Iotre esprit, coline on I)ubois, Carouv. Lacombe ont dt tues
plante un drapeaut au pied tl'ti fort ou se sont suiides, et nos bons bour-
lWevt. 11 croit tant a ce qu'il affirnoe geois, un moment alarmCs, ont rctrou.
que ses joues se contractant, son front vc leur tranquillity.
se blessed de plis, ses Ivres ont un Certes, tous ces bandits ont commis
frtillelnenit violet et sa face, enlin con- des crimes 6pouvantables et cela dans
vulsionneu, accompague d'une crispa- le simple but de voler et de se procurer
Bionn on aflirination. de largent. A envisager les choses froi-
C'est trop tort. Je vais crier, protes- de ent et n le moindre parti-pris
ter... Mais un petit bruit d'harmonie deme t eritss le moirt. Eh bipn je i-
Ite fait lever la ttle. A l'embrasure ils ont mdritc la mo rt. Eh bie a-
d'une porte, un de ces petits instru- voue tranchement, ii me faut inc rap-
meats oliens en verre, caress par peler les forfaits qu'ils ont commis
au vent frais. laisse tomler sea notes, pourdominer le sentiment de profonde
goatte ai goutte, snais des notes iro- pitie qui. malgr6 moi, mn serre Ic
niqucs coiine tilun rire lioqlueur et qui coeur. La justice francaise est trop 1,o-
memblent dire : Tu te troupes Doc- gue, et quand le jour de l'expiationi ar-
tetr, et toi sul partages tos, opision. rive, tout le mode ne se rappelle plus
Le Dr Dorsainvil est un sceptique le crime et ne voit que la sanglante:
irrductible quant a ce qu'il voit et section. L'application de la lot nest
Oetend et un dogmiatique absolu quant elusaux yeux du public, le chatiment
& Ce qu'il dit et pense. 11 est un 6pris plus au yeux u public, e chitimcn A.
de la Staison et du raisonnement. 11 ne merit. mais une- engeance. iin An-
veut pas persuader, inais convaincre. gleterre. la justice est beaucoup plus
I veut convaincre sans cesse et il le expeditive. La sanction suit le crime et
voudrait encore in&lne en tant sor c'est beaucoup plus moral et surtout
qu'il doit se perdre dans le lacis inex- beaucoup plus salutaire.
ticable des preuves vaines. II parle Par une matinee pluvieuse et glacia-
plut6t I'esprit qu'au cuur; convoque le, A 4 heures et demie du martin, on a
autour de son verre plutct les pensees guillotin6 A Paris, Boulevard Arago.
que les sentiments, ct au lieu du to les to survvants de la bade tragi-
de la bone enfance des causeries, le
des causeries lqui doivent etre a la qSod v" ... .ns Callemin 23 et
port6e de routes les mamans, 'rne S .ou r t t ans, Cllemin 2cor
io-Col'du prof de rh6to ou do philo Monio" 24. Touo sont morts coura-


gcusement,sans forfantcrie et clur atti- march couragtusement i l'echafaud
tude a et4 parfaite. Ils n'ont pas eu un et cria Adieu A tousmessieurs.et A la
seul mot de protestation, au contraire, societae Quand il fut couch sous I
et leur sang-froid a produiit, m0me chcz couteau, il cut un movement instinct
les juges presents et les bourreaux. un tif et recula un pcu !a ttee. Le co'te u
sentiment de profonde pitid et en me- tomba et une patie du mention fui
me temps de malaise. Deux avocats couple.
ont failli s'evanouir et tous ceux qui JTelle fut Ia conclusion de -la tragc-
ont assist A l'execution n'ont pas c.- die. Cctte triple execution nest
che l'emotion douloureuse qu'ils out faite pour rehabilitcr la guillotine. .N
ressentie a voir tomber les tites de ces pourratt-on trouver un autre moyep
trois grand enf.ints qui ont surtout plus propre d'extcution.
et' des g"irWs quelque peu icoa- :G L['
cients. G. LEMARCHAND..
Je vais vous raconter le drame. l.cs ._1_
trois condamnes, chacun dans une cel- --
lule distinct, dormaient prolondc- -
ment. Soudv. le plus june. se rcveiil.la P r Iimrlajes,
immendiatemen t A I'appel du juge d 'ins-
truction ct dit M Ah e'est pour aujour- bllaplImes, elc.
d'hui. lIh bicn tant mieux, micux va.ut
la guillotine que le baignc. Je suis pil S t CIIEZ AllE"
et 'aurai di courage,; I demaina eaen-
suite du cat[ ct dux petits pa.ins. () IVeblyl Pressoir
lui apporta du cali.m.nais on in put lii *,
donncrde petits pains. II n'ven ivait pas. Avenue John Brown (Lalueo
SC'est drole reprit Soudy, je crovyis
qu'on donnaiai tout c que oul un ()n Iroumera des chaises. verres
home quon allait guillotincr. l-Et il passes, serr'ie#lls, t fl)pes, o'argexteric
s'habilla avec Ic plus grand cal.me. rmuill'res. foiurr fls, cotuletux, trats-
Callemin dormait aussi ct iquand on sells, etc. oure'mllem, t lr"-irvs en
le r 'vceill ii sc' .ria: Q u' v a-til .- :e I.
jug lti dit que I'h ur de l'expiation LO(ATION.l d esI priX modirds
ttait venue. lParfait, reprit (Callemini .
alors donnec moi un verre d'eau et die t L. .._.
quoi 'crircs. I 1s'habilla rapidcmcnt di- .F
sant Iit. lc voyage nest pas long. AI S OIVE RS
inutile de se \ittr avcc soinl ct il re- W
marqua qiln'on lui donnait de viclls -
bottlncs. Avec un came extraordin.iirc
et sans trembler Ic moins du moaide. i! RENSEIGNEMENTS
ecrivit quclqucs lines et ajouta ,, je METEOROLOGIQUES
suis prct.* On lui offrit un petit verre
de cognac: il refusa. OBSEiRVATOIRE
Monicr. coming ses complies, dor-
mait profond:mient. A l'appcl de son
nom il dit: ,lIt noi qui venait de faire SMIlN.\XIIE C()I.I.GE St-.ART(AL
un si beau r\ve, il n'aura pas etc long: *
enfin puisqu il Ie taut 'iraii la guillo- Lundi 19 Mai 1913
tine avec courage,. 11 accept un vc rc larointre a tuidi. g
de rhum ct comnme on lui cn otirail
un second aAh non. dit il. vous voule ininun3
done que je devienne alcooliquc.. Temperature rin aQ
Le bourreau siempara des trois coni- I naxillmnU1 30.0
damnes ct. dans des chambers distinc-
tes.proctda a la supreme toilette, c'est- .MIyenne diurne S3
A-dire qu'il coupa les chevcux dcrricrc
la itee ct echancra la chemise, puts on (-:itI <'laila IliaHintle, itageux ra-
leur lia les pieds et les nmain Alors oiln r0s-inili I o'ie.' la itit. PIuiedo-
fit monter les trois zondamnets dans Ic reras it 8r. Ilipi. mna lpallt au pltdii.
mrme fourgon, ct 1a, alors, ils se lirc:it
de touchants adieux, parlant de leur Ilaroinrttr- consitalit.
village, de leurs parents, toujours avcc I.SCHERER.
un caline cifra;vy.t.
Le fourgon '.irreta a quclq nes min Acident l'Auto
tries de la guillotine. ct 1A oi lit d~ 4i- -
cendre d'abord le plus jcune, Soiudy. l)imjnche a uiic hlure de l'apr&s-
qui dcscenit trs caline. itrs palc.imai, midi unc lillette qui se promenait par
tres encrgique. C:omtne il fait fIroid la rue du Ouai. en companies d'une
dit-il, je tremble non pas de pcur mais femmedu nom d'li-idaccn cet renvers6c
de froid.luis ii se mit i fredonner lair par I'auto, No 1o, que conduisAit le
connu de Gounod Salut oh mon der- chautleur Felix l)enis.
nier matins. Le bourreau Ic jeta sous En presence de cct accident le chauf-
le coupcret.on entendit un brui sourd, feur qui. en d&pit de ses cti'orts. n'avait
justice ,m;it faite. Le bruit du couperct pu I'eviter. arrtra net sa voiture et se
tombant fut paatlaitment entendu par aissa conduire par un commissaire de
les deux ,uItrcs qui tI.icnt rests dans plice present A ce moment sur Ies
le lourgn,. ,A un autres cria le bour- lieux, aux bureaux de la prefecture oi'
reau. se rendit aussi la victim.
Alors apparut Callemin. pAle. mais Le Docteur Nemours Thomaa. reqnui
avant aux levrcs un sourtre mnoqucur. pour examiner I'enfant, I'avant trouQ,
It dit simplement aux assistants (Cesit saine ct sauve. Madame Edm6e d6clara
beau A \oir I'agonie d'un homes. 1-e alors sc desister de touts poursui'*.
couteau tomb, unU second tois ct le La police ayant demand une pijkt
bourreau appela le derniem. Monier dans cc sens,Madame Edmbe acquiiesL
descendit de son fourgoin en distant *Eh A la souscrire en presence di luge de
bien ce n'est reellement pas long*. 11 Paix de la Capitale, Section Sud.


RIWDACTlON AT h)INISTfRAT1Ot
8, Iliea"Arn.'r cost P. 8
Les anneares %ll eut.rtre
A Poet r-AUT'P INCF: ;W% 1utitu?.'v' u dU jO na
A PAhaS I -I 1NI i..e C (:.
0~. Rue Frerchcs?'
A LONOm : dlit'/ I & 0. 1!0
'I. _,; I [ ill
A BFiRLIw. .lch7 irz R1JliM(i C
%%*- 1, It!er :V.I iC StfA~SSC 6 410
A NUW-Yornk : Ln'ctsai PtiliciI( 09 1 "
4$ VACst 14 it, Safe"
1 es r.~nt'l 1 :i 'LltL cu cUc mD wons
pas rcndus
Abonncme:nt- st in .:ticn? r~wa1ek r\ e


- __ -C~ I







Les DR16gations La Chambre
Nous sommes heureux de signaler,
parmi les delegations venues pour ap- SLance du 19 Mai 1913.
porter au President Michel-Oreste les
felicitations des difterentes popula- .\l,r.'s la sanction ile deux proces-
dioo. la d6elgation de Tiburon que le verbaux et le dl-pouillement de la cor-
PrAident a rescue jeudi dernier avec la respondance, on ligurent de nombreu-
plus grande satisfaction. Elle est cor- ses tdemandes de renters viageres qui
pose de personnalites des plus res- sont renvoyIes it I'exanen du comitd
pectables de I'interessante commune de coinlp'tent, la Chambre entend lecture
Tiburon. d'nni rapport qui I'informe que les d(e-
Cest Mr Youance qui en est le pre- Iuttis Joselph Sdvere et P~tion Savain
sident et MM. St-Martin, Gadgie, Gros out t t'l hoisi respectivement come
lean, les membres. president t tralpporteur du comnitA de
lean les meibres. i'rieur lonit les ilenres St-Amand
-es messieurs laisseront la capital MIlot, Joseph Sir.re, Dr Pltion Savain,
problement jeudi prochain par le stea- Caliiille I toin, ont 6t6 delegues a la
mer Syria. Commission du Budget.
,, 1Le d6pute D. St Awde dtpose ensuite.
Cet apres-midi A quatre heures. Mr el t'aveur du theAtre w Parisiana, une
le President de la R6publique rectvra, proposition de loi qui dispose :
en audience particuliere, la ddelgation Art. ler. Linstituti m du thadtrt
des Cas charge de lui psenter es d'ar I'arisiana fond I ort-au-Prince
Syes rg i Prsenter es est dhclart-e d'utilit4 publique.
tlcitations de cet arrondissement A Art. D-.i la promulgation de la
l'occasion de son election. prIsente loi, 1. Gouverneinent est au-
C'est de Messieurs Duvivicr Hall. toris. at avancer au conseil d'adtninis-
president, Doctecr David Ledan et Sep- trationi dIu dit thdltre, representA par
timus Rameau que cette delg ition se Mr Marc lolnlard, la soniaine de :35.(00
compose. dollars i titre de pr'lt pour favoriser
Une terrible polineI di e finil3 I'aclihvetient et I'aintuLianwne'nt du thi-
A tre en construction
Diman-che martin, apres s'etre acquit- Art. :. -- Ie capital de :..(XK) dol-
t6 de gses devoirs professionnels., a lars s'ra amliorti au inoyvel de mille
bord du PrasiJent. Maxi, employee de la dollars par i >)is qui coiitnii.nceront a
Glaciere, se rendit, la tate lourde d'al- courir ( mois aprls la date du verse-
cool. Place St-Louis. LA. s'attaquant A inenlt de' c capital par I'Etat.
la balustrade de la g;,lerie de la nom- Art. S. Si dans le coturs de Iex&-
mee Teda, en une gvmnastique d'ivro- citioni dt, cs ,obligationls, le tlihatre
i : venait a Mre transronni; o'n (in nouvel
gne, ii la mit A bas. La propridtaire ce- ,a.iit it etre tra Isrol(ti ctin itn novel
pendant. occupe d son mnage, n'cn iic soit ,. ti'toin Ile ci,,ttt ariub.
pendant, occupy A son mnage, n en ssit e briqtes. I'Etat s'tenage it ser-
aurait rien su, si l: do, sa voisine. n'- vir au conseil d'aduninisiratiom repre-
tait venue,pour mettre sa responsabilit6 sent. ainsi q tl'il est tlit ci-dessIns unei
A couvert, lui dcnoncer le fait. suiiventioni nensuelle dtie tA) dollars.
'I'tda, a peine au courant, sc pr&ci (:onmie le cas press. I'iilitiateur du
pit.t dans la rue ou Maxi, deja sur la tllhitre en question, at ,oit t!d ressour
defensive, la requt d'un coup de tete. 'Os pIar suite de l'incendiei L ui a con-
Le feu est aux poudres La brave fern- St"it*, la sesnaine dernii're, I'lcitel oni il
me court s'armer de sa manchette et 't.tait install avec une parties Idu Ia-
voild les deux adversaires en train de tilriel, tan;t oblit 'qu. ltrltenir une
otrolilte clrn rtgre ps I a tIav gagee, le
s'escrimer, car Maxi a tire l'epte de sa dtoplttt A St Anuide delanl pour sa pro-
canne. Mais les cris montant de toutes position Ice btintice de I'lrgencle.
parts, ont attire I'attention des com- |., deputd Em'm. Gabriel I'appnie.
missaires Edgard N&rctte et Chcrizol. minis il est cotnbattu par son college
Us arrivent sur les lieux, desarment les J. Il. Marc qui vent que la proposition
combatants qui sont conduits A la Pre- suit renvoyvLe aux coinit(s appeles A
feature de police. eln coiinatre.
L'aflaire a etc entendue hier par le Ie d&putd Chdrimon 1 CUsar est aussi
juge de paix de la Section Sud qui a cositre 'u rgence.te 'onit pas u la n' e
condamne Maxi a 5 jours de prison et cess t01 dCn t i a tre i Port-au-rince,
f. ,Aais pour ce tiui a trait a I encoura-
quatorze gourdes 7) cents, d'amcnie. gelit.lt a donner au T'lit tre Parisiana
Un outrage A la pudear don't les iiiitiatetirs oit vi disparaltre
Samedi, vers huit heures, ui specta- ldans les iflauii es le tfrhit de leurs
cle 4pouvantable provoiquait I'inldiglna- Ionables efforts, il faut que la Chambre
tion des habitants de la Grand-lne, saiche exacteinent dans quelle inesure
aux environs de la Station des Poun- ella va ngager I'Etat. l.a proposition
pi rs. St-Aude doit done passer par les fili-
L ', nomin e res reglemnentaires alin tlu'elle soit exa-
Ux nor)i~lnt~v Iuir'e'tta, ell COSt inell 6 AfonIId.
d'Eve, sautillait cliez clle coilne une I)'atl'e art. il n dit ias erdre
folle quand Carmensa com Ine, 1)'aitre part. oiln ne doit pas perdre
oll.t quail (.a it'n sa conalagl ttu die ue que I'Etat, ces teimps derniers,
ouvritla i it uI battalts pour s'taiut engag r contrat avec des
laiiser voir I'obsco6ne tableau.
I concessionlnaires donl leu noms sont
Immindiateie a ,lt l olnnissairei'od. tilne garantie, pour la construction et
St-tIln ac t arler I'exloitation d'un thtitre t Port-au-
e I till tui. sots les ve1ux du Iperson- Prince et qtte par suite de diflicultAs
el ie la rudeture. foidelnentontra- d'ordre financier, le gouverneunent dut
Dire iuelle protest et refus ti racheter la concession. Dans quelles
suire la. plice. conditions? On nen salt encore rien.
ai lientt apr. le co issSt-Aude renounce i sa deinande d'ur-
Maiu bient t apres le ct~lnulissaire gcnce ella propositioui estrenvov-e a
11ge gence et la proposition est renvovee "a
revenait avec 4 agents et avant trouv tj ene des coitos te Ilntrienur et
Lauretta tondue, la lit s'lhabiller par ides Finances.
Carmen et la conduisit a la Pr~fecture. Les membres du noaveau Cabinet
De on ella fut aclienitie vers la iai-quii,depuis un bon moment,avaient pris
Cst l ju de aix, section sud q lace au bane de I'Ex6cutif, soumettent
'et le ju de paix, section sud qi rs,par'orane de r Morel, Se-
oat appeld t connaitre de I'aftire. crtair d'Etoan de Mr Morel, Se-
cr.~taire d'Etat d.e l'Intorieuir et de la
Marriage Police gWInarale, lea grandes lines de
Le 27 Mai prochain, a 7 heures du leur programmne ministcriel.
martin, sera ceiebra a la Cathedrale le Aptrs avoir expose les multiples
ailiellio ratioasl tue Ic Cabinet compete
marriage de Mile C:ile Bealnlrd a'e" apporter aux dalrarentes branches de
Monsieur Emile Fequiere. I'Admtinistration publique, Mr Morel
DEcgs conclut ainsi :
Lea funerailes de Mari e .eanle Si- a Enlin, Messieurs, ce qui dominera
men, ducndle ier, auronteu otre p'! ititlue ce qui servira de lieu
apres-midi. Ie convoi partira de la t0o.s nos actes: dars quelque domnai.
maison mortuaire. re du Champ de la que ce soit, cest un large esprit de
n our dtj (haunp de ujstice t.t .I't 6uit6.
Mars, tout pre's dI I'arroindisseaelltellt. j l \s quai a tt Si souvent
pour se i'entdre a I'lglise Ste-A.\nAe. b,1 < ie)als rt!' 1h's tlua bles civil oent
No d1u1Ite. i'oneit's, Ite dernier Inot de ceux (qui
Nouvelle A la mlail ellntenden'utt gouverner pour la comnmu-
Une jeune femme, aprCs avoir tait llalulte et lion dais uin ilntt'ret egoiste,
derniiier inot di' ceux tjui voient dans
ses amplettes. trouva une voiture qui ls douverlants, non c des voiatrent dans
stationnait sur la place GetTrard les ouvernants, des matre g-
stationchaitnsur plac-t-lla rant leur propre patrinmoine, mais des
Cocber, demanda-t-elle aussit6t, serviteurs dhvou.s de la nation, ce
Ites-vous libe ? dernier mot doit etre celui de conci-
Hlas I non ; ii y a tant6t dix ans liation. a


quo je Suis mari&. M r le Pr4aident do Is R6publique


don't nous avons accept d'etre les col-
laborateurs, a eu ce grand advantage
d'etre arrive au pouvoir dans des con-
ditions particuli6rement hleureuses. II
n'a jamais militA dans aucun parti po-
litique, il n'a pas eu at prendre part it
leurs lutten ardentes. souvent violen-.
les et qui ont laise9 tant de haines et
de divisions au sein de notre society.
1 'est done mieux place que personnel
pour travailler i rdtablir I'union de
tous les citoyens. Le Gouvelnemient
ne manalnoera pas de prendre A cet ef
fet, toutes les mnesures qu'il croira
propres a attaindre ce but tlminem-
mIlnat patriotique.
I'auditoire applaudit et Mr le Pri'i-
dent repond en ces terms :
La Chambre, Messieurs les Secrt-
taires d'Etat, est heureuse de prendre
contact avec vous. Elleenregistre avec
bonheur vos importantes declarations
et, convaincue de votre patriotismne
tclairl elle a la certitude qut vous
travaillerez A I'avancement du Pays.
lIe dputite Antoiine Laforest voulait
au.ssi address 'r quelques paroles de ft-
licitation au Cibinet.mais son discourse
a peine commnencr,fut interrompu par
le mott calbindage lancd dcl I'audi-
toire, letiqel se livra alors i un tap:age
bruyant qui lie cessa que lorsaque I'o-
ratetur abandonna la tribui. pou)r re-
gagner sa place.
Messieurs les Secrltaires d'Etataprt6s
avoir, par I'organe du Ministre tde I'In-
terieltr, remerci- le Pre'sident tLd see's
par:oles bienv'eillantes et de I'acceuil
cordlial de I'assemblede, demandent la
permission de preinre congl.
I.e Cabinet se retire et I' dtept6
Jeannot d(el)ose une proposition de loi
Squi decr'te d'utilit publique I' envre
de la Maternitet et de I'Ecole d'Obst-
triqne des Caves enl v att;a:liant uine
sn)vention nmensulellh de KX) goIrdes
au I) ~arteminentde 'l'ntOerieur et d, w'1)
g urdtes an DL)partement d, I'lnstruc-
tion iubliqlie. (Ctte proposition Iprvoit
egalemnenut nIt faveur de I't uvre, la
)l'l'prittt; exclusive de I'e'lmplacemient
(nit domain national qlu'elle occupe sis
aux Caves rue du a inauvais qulart-
d'heusi'e.*


I- -


rt la seance est levee aprts la pro- On sait que ce chemin de cr,
claination du prochain ordre du jour. dolt tre exploited par une cor
allemande, ira de Konia ( Asic
-re ) au golfe Persique.
L'accord annonce donnerait
COorS d BourSe tion A I'Allemagne'et aux capi
de l'entreprise.
PARISI7.-Le project douanier
Or Amrricain oi o/o prime wood. en ce qui coacernc le c
ChequesurParis. ) /4, 4 o/o prime francais, a etd energi nementc
Traite sur Paris. .2 1/4, 2 1/2 o/o p- ne, aujourd'hui, au diner me
Transfer sur Paris 4 1/2 ,/o prime I'association national de I'ind
Ch6que s. New-York 314 olo prime PARS c- O. annon.e 1
Billet de P. 2 1/4 o/o escp Mr Besnard, scnateur republi
Nickel. 3, 3/4 o/o escompte l'Yonne.
Dette Int. d'Haiti t1a2 92 oro ad val. PARIS 17.-Un cyclone.m6eltd
a faith des dgaits consid&rables
._ dpartement de Seine et Oise.
tes,qu'il est impossible d'estimer
Une circulaire du apresent,s'614vent A plusieurs
de francs.
Commandant de PARIS I6.- La grsve des bau
est stationnaire. Qiatre gr6i
I'A rrondissement avaienttent6 d'emp&cher desca
de travailler, ont etd condamnril
jours de prison.
CA.MILLE MOLIERB De nombreux ou.riers
(Gidlral de Division aux Ar.4ml s de la ont repris le travail.
R dpublique, Aiue-de Camp Honoraire RoME 7 D'apres des cal
de Sn. E. le PrIsidea d Haiti ciels, le parti catholique qui e
CorEnma.lan.n de ci Arrondissetnnt ps6 de quinze mrmbres seule
tre augmented aux prochaines
Aux C'mntmdants des Commu es de lus de cent membres.
de cet Arrondissement Ceci est dd au suffrage univ
Geneial, les socialists revendiquaient
S' longtemps et qu'ils ont obtenul
le porteA votre connaissance que par que c'atait une victoire pour ems
Commission en date du 6 du courant. POSTDAM 17.-Le marriage d
au No rer, Son Excellence le President Henri de Reusse et de la pri
de la Republique went de m'appeler au toria Margarette de Prusse, fill
Commandement de 1'Arrondissement du prince et de la princess
de Port-au-Prince. Leopold de Prusse, a &td
En acceptant cette marque de hau:e martin au nouveau palais.
confiance que vint de me don ner spon BERLIN 17.- Les autoritCs
tanement Son Excellence,je n'ai consul allemandes qui, depuis plus
td quemon patriotrism. en envisageant nees. font une champagne cont
l'dtendue des services que je puis ren- des boissons alcooliques daiC
dre A mon pays que je crois pouvoir at- allemande, ont dcide d'env
der A reliever de ses ruines avec le not- tes les recrues une circulaire
veau Gouvernement ayant sa tee le les crimes commis dans I's
citoven Michel Oreste. un des haitiens sont imputables A l'abus
les plus instruits que les Chambres L I'alcool et les peines infligi'
gislatives viennent d'iever A la Pr6si auteurs.
dence, commit: 'ont tentC A leur gloire LoNDRas 16.- Le point
ss deux illustms pr6d cesseurs qui sus du Great Western
vienaent de s'teindre. de la gare de Westbourna


Votre mission est difficile en
tion des r6formes que je me
dans l'accomplissem2nt de mes
elle se borne. votre mission, G
garantir l'ordre public au Gm
ment, la securitt6 aux families eq
laissant la plus entire liberty d'
tion, A obliger les habitants des
gnes A travailler sans relAche po
velopper et assurer leur existence,
prot6ger, ces pauvres malheure
toute la puissance ue votre a
centre la brutality et les abus des
de section qui les ranconnent poW
moindre raison.
Vous inspirerez A chicun 'a
la Pattie par le respect de ses d
la protection de ses interets, car '
naturellement part A hair le liei
I'on est persecute.
En dehors de ces consiJeration
port&c autant morale que poli
toutes les libertes sont libres,
qu'elles ne donnent lieu soil t
nifestatio is centre I'ordre social, Ms
des interpretations douteusus.
Vous protegerez d'une manifre
ticuli&re, par des measures persu
et pacifiques, le dvcloppement di
religion sur les erreuri du mysti
Car c'est par la preJication que
devons ramener no, populations
croyances des premiers ages de
histoire religieuse.
Accusez-moi reception de la p
et recevez Gtntral I'assurance de
parftite consideration.
C. MOLIlRE


A I'Eranger

BI~RLIN 16.- 'ine note officidlk
blice ici, dit que Ic difltrend qui
depuis si longlemps entire I'Al
et I'Angleterre, au sujet du cbeiI
ttr de Bagdad,est sur le point d'ug4
gle. I