<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01769
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 19, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01769

Full Text

AM He 1849


?ORT-AU.PRINC( RIW I1


Lundi 19 Mal iM13


0ouMeat-MAGLOIRE
DIRECTED R
ABON.tIENTS:
pORT-AU-PRINCE :
MoiS. ........ G. 2.JO
ois os ...... 5.00
D9PARTEMENTS :
gois. .......G. 2.20
g* Mois......... 6.00
STRANGER :
ro Mois. . G. 8.00
gIUMtRO 15 CENTIMES


- M


/


QUOTIDIEN


RPlACTlON AI NISITRATIOft
8, Rue Nmtiitx:caim'e, 8
Les auu..ces soil ,eices
A POR I-A--P PlC F ill X I'LicJLI duIJ 11 na
* PARIS : CeICt 1-. Mavcnic & C4
o. Rue Tronchet'
A LowNmam:Jicz I .Lcr. r- v. iq,
'I. Iz; A .at M1 A.
A Hi~ittIN .- c2 i Lz R dolf Mo:S.se
A Niw-YOxK : nIlc.t1 ,.I Pitt'!;'. 'c ( nrpany


Abonnements c: .1. AHiia,. C.lks J .ar az.a


VOIX DI


Ioe phase dte la lutte <
(1870


XI


La paix publiqite ~Mait-elle g tran-
totie,corn ne le votulient les 14,is-
leurs et iautiail qu'ils s'en felici-
elent dans leitr ailresse ait penpll ?
'l.' c- rtail t -in itI, 1. le ser. rit si I I
ouvjir tl'ex"~ol!, s'inspirant de I.
litiluie d1, la Clii:unbre qu, s'en
laiil, netll;it au s .rvice des lois et
la lib 'ri.. avec vigueur et reso-
lion, linlunc1ce si puissante i'l'il
oide en I laliti, cormine ldans tou -
Slei socit~ts naissanies. Mais quel
nd pouvait-on fire sur le carac-
SIla fois versatile et ombrageux
Nissage Saget?
Les le:tions allaient avoir lieu:
put proiiietait une lutte ardente.Le
rti liberal, d6cid6ment former, dis-
it presque tous les si6ges elec-
ux et ii pouvait esperer une mi-
rit6 decisive, si l'autorilt ne s'en
1hit ps; c r les aces de i 1t 3
islature av ient trouv6 de l'echi,
su'au inoindr- bourg. Partout


U PASSPIuieine que celle ie-gtiraux FECILLETN DE
aux FEUILLETON DRAMAI 1QUE
I(l i eli comumarndajent les arrollits- -
semnenls, la piupart dtvot3s i 0' Le D TI( tres
du liberalisme en Haiti pt-esgu d' ti Ptatei 8
:preclue '*~A Yatitorit6, it celte '[)0-
-Issz ) ~cliic o~i le ermei pr~esidentitc-1 1 Ile
M1882 ) Ig latIi ~rI
Nissage firait it &I fiti, moms~ ';.
PAr Fianch Solages. cozivictioi que par I t*fet de cetle,
00--- croyanCe qu'dl ne pouvait moanquer:
I lst-ce bien iu just une comeidic que
d'arriver a la prtsidence et qu'aisi I
I1 ils a vaient A se intIniager vis-.La-Vik do, ques Richepin. Ic lnotveau spectacle de
It;. (lII IIe euil de leur It)` 1.1 Renaissance Cst pIut1t un diver-
1' l ii ci est aitisi thans loiue 1;1 .asi tiuc leitri intlerttsinaecs tisscment qui titet de l'op.rtte. du
I1~im~liiie'" sa.ii1 pour qeIlJtICes Vipar le pIarti Iii0ral, se conroiacaient vaudevilk t-t de Ii ftleric. (> Xinaret.
aveC CccIz tie d )c.wiingue, ce repi-6- i du pittoresquL. de l'tiat. CeIhi se
I'ou r e sc I ill u- l-',,iic I;ti!!;tjti-:t se italit Il 'cfl e a v ii4 i iili taris iu e ta P %ssc dauis uLn e su ite de d c o rs d *un e
t antaisic hardicl I e- rclfco.nlto rssop-
(111 1) IVS. 1) I)nis le SU I. mI Y) S'tiWls deCOs II j a 5e rOl
11111le i IjiiC Ej !M1 i cOU-:fl-Ii it I e )on kii (j I I ( ii- d
teC" ,11 '-' nalt me aulorihe ient 1*Uivu%-re.CcI.i crcc title atm-ishlere
Ulomiteit: k)III' ti! Icc Iw 4kit. vital pourae des p
'ie~rai41% tis cc ar ieuis .l pir ges de rvc. Les cos-
1) )i tes. :ililtm-11'. 4ti. l n siue S l I 1:1111 Ia Nill '111i F1 11is'aaiss~ait louti d'a- e otntt~ilnettc I Ari m


ticcptiiue tlle i oii;i Sl ii IioitiI'M dec c;liactio de trations briIItcs et siniir qui tt
g.!urraI ii Ictire, a1 (I'ii les dlisktie I1 a Loi',uci, souleo!u, (juiu irjIi soils- moiginent d~un gr~ind effort pour nous
:IoIce Siit cSi p, id CI1 de FIotat Itiuiri- donner un Orient ructillanet, chertovant
icceriieB Io Ilnmbnrnanrne ni sIipr'- Inc? Ch sonh enoeurag e intime, dleweitt etAcinillant.
inc dlals cc? I)5parleinent, 1 IU m in clre eicduuu're pour aetlei trie trl Lne sujetl dte Iet sivr de s .iiLz. R
xIeit 011le" I ) 1 (s 11lsaines pssio'!s1but, f)ieri. s latilerit s par dues cu- chepan nest point du g u \ alnd Ioti pLour s
s:IpoprfLaieoit l 1tncer Ia aiee tieriCI r ient rpIi rti II stcagvat
Iciii.ptioipieliem cit -ieu- dd I.i SU*C1Esion duntt 11r1, ui dlon"'
'des ca6 flp;l iS sur les viles. (i ucItinp
pou~il cr ire A cau e d S' ai- !I gr,~g ret Co mfl hiitlr; iI du1 Poni~- taines du successcur 'izuin puissanit pa-
I me etiitti a I 'eniroit de cesiaIarsed, iti:I, d i l et
meorii d aale C l Wparle ii i n e ourtesliote son L de trois uie hodiezn rubuxd pcein
meiaa les .t-pls, qu Drainiiieie 1c aursii- bived' s6; Ii' f I l ttsprtiheiscll d'clircinii ci dpol ii;dc un jcu \qcti hm Inme
verait Li conljurer le Idtlu 4 it i I- ti JII~ volti loul *n st ratiunse. ctir bIi.) 1 1 iserte ti
..je 4 m1e a; i .111 QiA ( ,1C...cIpb 9 tie I, C k i.t td c t


Inejunesse enllousiaste acclamait "* ,= .,, .'L. .Vii ,, :n *:irti Oique reprp6scii-
principes qui les avaient inspi- Les PIiquls (ils avaient pour ar- v'aient ,, 'ie e lrqut et
SEt, chose plus consolante en- mes des pilues grossi6res) non pro- tae.l I)Dn,, l ,e et lors le Pr
Oon voyait, par example, un ,nenirenit pas mnoins leurs rav.ges i a;,pdilt ds lors le ',tli.i
dI [n s le Sud. :lei)en), Di inii~o~l p irli
Jen soldat, de peu d'instruclion, das Sud. S element. Dni e, ti e llr
is d'une intelligence et d'un iepouis lors gouvern6 par Septullll sli-;n inne l siulrage populaire.
rr sains. ayant granli dans les Itaneau, son neveu, se t it Idcerl Ici e s s:rpulsf~rt I'.p-
mps et commandant iA ce no- e lilre de c President de I'Elat in1- i, gole, us d(111
at un arrondissement important. ridional d'laiti : etlorsque,aprn's p tie u goi vequriucina i t I'llble
g gienral Brutus Casimir, on 1 trionplie de la Revlution. lesj poury ilui sps r ait iuarair lbs.
oyait corrcspondre avec les chefs Clhambres promurent Nisiage i 1: r vcer s I; Ics:i
braux et leur envoyer, dans I'in- prermie Magistrature de I'Elat, il Ce ,noyen comnli.lait a dresser
rt public des articles que publiail ,le lallut rien tie momis pour caliin r des caries pour dtcs prsonnes qui
SCivilisateur Une si Iouable l'ancien president mbridional oI lui lie se presenlaictt pas, dles nomns
,ndtite, malgr6 toutes le prcau- faire- prendre patience outre le inconlnussurloul ,il y en cut idnme
ns prises pour la re idre peu ap don par ces mmes Chambres d'une au noln de personnel d.cdes de-
rente, ne manquera pas de le dp6e d'honnear et d'un imineuble, puis longletps), e Inine temps
eigner par a suite aux coups d que la promesse de la part d juqui'il ineait toules sores d'entraves
isSe. nouveau Chef de lui laisser s:1 sue- a a renise des carle- anx person-
ais ii ne fallait pas computer sur cession, apres ses quatre annees de nes dot it connaiasait I opinion li-
asi eflipa o rsrb.'rale. C'es cares devaieuit wrvir
bstention de I'autorit, dans une pouvoir. b rale paes c es devaient lrvr
tuation pareille, apris les iuttes CG contract, qui traitait le peunpe rau vote p t co-aine ils .aiet pres-
trois dernieres ann6es.Au rest, I itien coinine du vil beLail, lo:it l e ous des tamp u ,nards se I s-
I,,tin .lb.du vI queo t ou"des ca.. a n rt s "so res- ,
Pouvoir s6tait bien promis se- 6trnge qu'on peut le consider. senblait et pa l;nt dilliciles i tl's-
tement, ne pouvant plus briser ne fut pas moins le pr6lexte des ac- tigr,,,ie.. uts des au.,tres, on it, i.
outil, den fausser le Io, quand cusationb de irahison prodiguees I'iecion, Idas un i '.ne scrutli,
drait le moment des 6letions, e lgislalure t Nissage voter lusieurs fis n certain
essayant de les turner A son ,n6me, quand la force des closes ,loinbre 'euxI, imnlis de plusieurs
fit par I'ing6rence de ses agents. et les nouvelles aspirations nalio- car ins chcuIi.
Snombre de ceux qui, appr6ciant nnales eurent rendu problemaliile i fraud put ie
importance du droit de vote, frW- l'ele:lion 16galae e ichel Domin- La fraud put lre qcouverle et
uententd'ordinaire les assemblies gue. Pourle moment, ce vieillard en lIarlie rcpruincee par Ie f it lque
Ieclorales dans ce pays, come, plus que septuag6n3ire comenan- beaie..,p .ti c -s cam.paguards. nie
u rest, partout au debut de tells dait i d6partement du Sud et y sach.:aill is Ii ; clluliaienat les Inom01s
la itutions, est n6cessairement tr6s exerCait iautorit6 pen pres comr- (1"'0o "11! S1. ItLl > sl .s6 t t que po'-
etreint, et lorsque le Pouvoir me au temps de sa prisidence re- ta"le"nt I e.l;e '. I" *voycs .t n Ir -
eut user des moyens de pression volutionnaire. 11 y ferail done, pro- son s ai.t in ant
td'intimidation, lorsque ses agents bablement, les elections Li son grd. iaxs Par Ll ,Id, i pt, a ;ii:l-m
filitairos et autres entendent for-1 au ,a r):.i l. s u'it.gs t L i ,
r venir voter daprbs In consi- Dans IOuest, le Nord-Ouest, le puld-iue'. i11 :liut p iloii. r'raninir
As is trouvent toujours assez de Nord et I'Artibonite. les quatre ani an t1 ibuiti l eivill pour I., "'t-.c-r
Ins, dociles & leur voix, pour fair tres d6partements de la KWpubli- les obslaclos crcs I ,r 1e MALtI ptr l
ase au vote des 6leoteurs ind6* que, il n'y avait pas tant a craindre communal a I'inscription ,ls cle'-
Mudat. Inintervention direct du President teurs supposes iud6pendants.


S aIUIIIIInI I,C Le lPI.IA U ILInIl U.i|i suOn
testament, a impose des cpruves sa-
vamnment varies ct graduces qui per-
mettront de chiisir. pir c'linialtio:i.le
plus di-gie de rgiueLr sur le h iremn. Le
second acted se dcroule. c minlne un tur-
ban de joveuscs folies autour d'un mi-
naret. danis I'ombrc de i nuit et de la
barbe d'un nmuezzin s<,nor>. Li barbe
change trois f is d. proprietaire, ou
plutot dti portcur. t. scene est d'un
mouvemenit tries boulifn qui a amusn
le public. Le mcuzzin veritable a kt6
replace pir le gra.nJ cunuque. et ce-
lui-ci par la sultane favorite. lyrien.
Du haut de ce minaret, cette sultane
surveille le prCtendant qu'clle prefire
et empcihe qu'il ne la troimpcavec une
rivale...ce qui n'elnp2:he rien.Du coup.
voilA le harem co:npl[tement diviss,si
bien qu'on ,lit le bassu.lHeureusement
qu'au troisiwme acte. on decouvre un
second testament qui annule le premier.
L'lection est nulle. L'h.;nme robust
achite le harem et Mvrien est galam.
mient cd&e au jean hainme raftin6
qu'elle aim.lit toujours malgrequ'ill'ait
trompe.
iM. Jacques Richepin a rcpandu sur
cette venture I'agrcment de sa poesie
ais6e. Les vers sont souples et d'un ai-
mable et iger libzrtin.ag:. L'interpr6-
tation avait reuni. coin me ii convent,
un lot attravant de b il.s cit gentilles
personnel : Mnes Malrceil. Yrven, Mi-
reille Corblienriette R pp. G-orgette
1lherv. .Mie Colibri. l )jivi, dv\-rov. M-
, Cora Laparcerie- alia \line Richepin
s'est taille uIn rcs suces dans le r6le
de Mvrien. I)u cs't des homes f6li.
citon-slM .ein \V\ormn.\IM.Baur, pince
sin; rire, et surt ,ut M. Galipaux, 1
hossu. qui p.Irtera chliince, il n'est pas
douteu\, .i l ciavre de M. Jacques Ri.
chepin.
Li belhe Cigaritre. au Moulin RIagz.
est une fantaisie bouffe de MM..ouillot
ket Rabier, agrdment6e d'une partition


- U -1







du compositeur Valverde. Le sujet en Thedtre, ou il avait v6cu de si belles
est simple. II s'agit, en l'occurence. du heures de distractions, une immense pi-
directeur d'une manufacture de tabacs tie s'empara de la foule. C'etait cinq
de Barcelonne qui fait la contrebande ans d'efforts et de luttes continues qui
des cigars avec l'aide de sa femme, de idisparaissaient dans les flames ;c'ktait
sa file et d'un petit cousin. La fille est le fruit du labeur d'un energique, qui
jolie et elle enflamme le cceur d'un ri- voulut implanter chez lui le goOt du
che americain. Mais cclui-ci retrouve theatre, qui s'embrasait et sombrait
ar venture, A Barcelonne, une ex- dans la gloire pourpre des flames.
fiance abandonn6e A Cincinati. Apres L'admiration don't on I'entoura tou-
de nombreuses peripdties et un extra- jours, on voulut la traduire Adans I'af-
ordinaire d6fil, carnavalesque, la petite tollement de la minute, par un ges-
cigaridre spouse son cousin, et I'ameri- tede g6ndrosite. Monsieur Lara-
cain,la fiancee un instant dlaissee.Sur que, que cette initiative honore, ouvrit
cc theme Valverde a kcrit une partition une souscription immidiatement en
rive, coloree, au ivthme entrainant, faveur du Cinema-thletre.Elll fut cou-
qui a 6et finement interpreted par Mmes verte sur l'heure de plus de soixante si-
P6pa BonafL, Davrigny, Edm.e Lescote gnatures.
Dufay, Cavallieri, Mabel Marlowe,MM. Nous sommes strs que cette initiati-
Hasti, Ferreal. Paul Clerc, Merin, Ri- ve scra couronn&e de succ:s.De partout
vers,etc. Gros luxe de decors et de cos- des adhesions lui viendront, marquant
tumes. la sympathie g6nerale pour 1'infortund
A la Cigale, la nouvelle revue de M. impresario.
Henry de Gorsse, Zi i, pan, pai'si est Nous publierons, au fur et A measure
un somptueux defile de tableaux et de qu'elles scront couvertes, les listes de
scenes amusantes,telles que le Doping, souscription.
oi le bon acteur Raimu tit applaudir
sa fantaisie, la Suffragette, qui valut At Association diu Corps Enseignant
Mile Reuver, une flatteuse ovation ; la A I'issue de la conference d'hier ma-
Voix du Sang, inenarrable trio boulfe tin. le Senateur L.hrisson, president de
od le nain Delphin finit par se recon- I'Association du Corps Enseignant, a
nattre le pore du grand Raimu et de annonc6 aux nombreux auditeurs du
Germaine Reuver; la scene de Pams, I)octcurJ. C. Dorsainvil que le conseil
celle du Danseur national, etc. Puis d'administration de I'association avait
c'est le d6tile des op&rettes etrangeres, decidL, a sa derniere reunion.de repren-
Rave de Valse. a. Veuve jovense, le dre la construction de sa salle de con-
Soldat de Chocolat, la Belle de ftrcnces.
New York, la Gran Via, le Comtc lEn presence du success des conferen-
de Luxembourg. la )ivorcc. linfin ces inaugurecs par Monsieur ILhtrisson,
le tableau patriotique Alsace, oi on on ne peut qu'applaudir A cettcdecision
assisted au depart des volontairs iheu- qui trouvera, il faut le souhaiter, le
reux d'aller dtfendre le drapeau trico concours empress de tous ceux qui
lore, le Sabbat chez Satan, etc.. Aux s'intressent i cette oeuvre d'eductation


trois noms d'interprctes dcja nommes, si pleine de promesses et deji si uttle.
ii nous faut ajouter ceux de Mmes Jane Thrai re Parisiana
Marnac. Albany, Lvskj, la danseuse
Esm& 1 MM. Gaston S:vestre. Fred,Pas Nous avons parle dans une de nos
dernicres teditions de la decision des
cal, Bosc, Carlus, etc. lolie mise n niParisiana de
iscne de M. Leo Ma;sart. organisateurs du Thaitre Parisiana de
remettre incessamment la;main A l'tu-
PALL CIHAUMIET vre d'jA commencee pour donner au
plus tt A notre bon public Port-au-
..- ..-- Princien les saines distractions don't il
a tant besoin.
FAIIVERS Hier soir, en un impromptu char-
*1 S lI 11VEFRS mant, ces Messieurs ont donnk comme
un avant goOt du regalarististque qu'ils
RENSEIGNEMENTS preparent. Bien que la fete fut decide
METEOROLOGIQUES tries tard dans la journey une certain
OBSERVATOIRE affluence se pressait au Metropolitan
Vllctel et certainement, ce martin, per-
DIT sonne ne regrette d'v avoir 6te.
i.MINAIRE COiLLEGE St-M.AlTIAL. Tour A tour Mesdames et Messieurs
Dimanche 17 Mai 1913 de la troupe rccemment arrive se fi-
Baromntre a midii 7;,5 rent entendre et d'un cou?, firent la
conqucte de l'auditoire.
nIininuiin ),:, Mesdemoiselles Roberval et Nes-
Tamp rature ,n. ville eurent un reel succcs avec de gen-
p atnaxi n illes romances et chansonnettes et la
Satisfaction gtndrale se manitesta bru-
Mlovenne diairne .8 vamment en les rappelant plusieurs
Ciel clair jusq'i' a ii e' r1t'.- fois de suite. Ces aimables demoiselles
mluatoux ceisuite. I'n I' )Ie de 11111in' ne sont pourtant pas chanteuses pro-
5 h. Hotizon t'inbrutnic. fessionnelles, elles font surtout du
Baroitntrc constant. theatre, mais elles ont fait voir qu'en
I.SCIHEiE I1* vraics artistes elles savent plaire dans
En I'honneur des tous les genres et partout.
victlimes du 4 Mai Mr Sargel est un comique accompli,
Cest ce matin,A huit heuresqu'a t6 son SUccc fut norme avec Le cba-
clbr&e,AI la Cath~rale, la messe de Re- p i lt reti'.
qucem en mlmoire des a vitimes de laR ir Duquesne dit dicieusement les
i eurne du 4 Mai. v vers; avec Le Zipbyr de Mi uel Zama-
Lourn6e d dMa. ubliue. u cois il fit passer sur la sale enthou-
Le Prsdent de la Republque qui siasme tantt la brise chaude et m.
dij a donnm tant de preuves de svm- bsisme tqi rchautrse tantc t le soutem
pathie aux families de ces infortunees iumlequi rchaufe, tant6t le soufe
vctifmes du devoir.a assist cette pieu- Mr d'Arras esant un tenor puissant et
se ctrCmonisainsi que tout son conseil. Mr d Ar.s est un tknor puisnt et
On remzrquait. dans la nombreuse as- isur. sa voix pleine et forte emplit la
sOn remarquaalle de ses roulades harmonieuses.
distance, des Deputes et Senateurs. les salle de se roulades harmonuses.
S,;RK.ippelc par les applaudissements. il
chefs de service et emploves ue nos di- r
verses administrations et nombre de chanta la gentille valse lente ct Non tu
verses adminstrations et nombredee satras jamais qui fit redoubler les
personnalitks politiques et des memi- app laudissments.
bres de la Presse. pplaudissements.
Un bataillon de la Rftorme, sous les Quant A Mr Pildoa, c'est le c. nique
ordres du Commandant Nau.rehaussait impaable, A qui rien ne rsiste. II en
I'clat de cette manifestation, touted de eut de bnnes, de dr6les, de raidei,en-
regrets, avec laquelle, une fois de plus, tin on ne voulaLt plus le laisser partir :
le Gouvernement salue ces jeunes sol- apres chaque morceau, on en deman-
dats frappes A leur poste en defendant dait encore.
la 1. i Mr Antignat, R'-gisi.ur de la troup.,
u lm. "fit aussi applaudir son reel talent de
Pour le Clnema TIhAtre in diseur : il dit une piecette de Ver-
Sur le theatre meme de l'incendie line et une gentille paesie de lui-mi-
du It mai, quand le public se rendit me, R/veil de priUeimps. Naus envo.
compete de Ia profondeur du dksastre yons un: doube gerbe de compliments
qui venait de sabattre sur le sympathy. k prtag-r e:atre laataur et I 'iterprete.
rua dinctur-proprietaire du CinLma- L'orcestr% qu Il'on a d$j eu 1'oc-


--- -


casion d'entendre le soir du 14 Mai,
recueillit aussi une abondante moisson
de lauriers. Signalons particulierement
une fantaisie spr Faust qui fut enlevee
avec un brio vraiment remarquable.
En some, charmante soir6e au
course de laquelle ou put goiter un
plaisir jusqu'ici inconnu A la jeune g-
neration haitienne. Nous en devons des
remerciements aux promoters de
I'ceuvre et nous r6jouissons avec eux
du grand success dhier soir qui leur
en gtrantit encore une longue s-rie.
Bienvenne
Noui avons recu samedi, en notre
salle de redaction, I'agr6able visit de
notre charmant confrere, Monsieur Ti-
mothe Paret, arrive de Jermmie pour
remettre au President de la R6publique
une adresse du Barreau de cette vitle.
C'est samedi quc, en une reception
toute cordiale. le Pr6sident Michel-
Oreste a requ Monsieur Paret.
Au course de sa visit, notre confrere
nous a fait part de la parution prochai-
ne d'un recueil de po-sies K L'Ame vi-
brante qu'il fait editer A Paris chez
A. Messein, 19 Quai St-Michel.
Les exemplaires de cet ouvrage se-
ront ici probablement au mois de
juin.


Tribunal Civil
.4utlience Civi'e dul Lundi 13


Mai 1913


Presidence A. St Rome avant pour
assesseurs le juge L. St ust Nicolas et
le supplant de jug0 I1. B U.Errii,assis-
te du substitute Nevers Constan.
Jugements prononces
Celui qui condamne le sieur P. Mac-
Donald A payer A I'Etat haitien la som-
me de un million de dollars conform&-
ment A l'atticle 15 du contract passe en-
tre le sus dit Mac Danald et le gouver-
nement d'Haiti, declare frappe de for-
clusion le sus dit contract condamne le
sieur Mac-Donald aux d&pens.
Celui qui homol

S4

Audience Civile du jeuldi s mai 19 13
Prtsidence Doyen Leon Nau, ayant
pour assesseurs le juge T. Sylvain ct
e supplant de luge G. Pouilh. assis-
tds du substitut Joachin Jean Baptiste.
Jugement prononcC
Celui qui permet au Docteur Joseph
Louis Auguste de citer son spouse
dans la forme ordinaire devant ce tri-
bunal.
Les ordonnances suivantes ont 6t&
rendues apres la lecture des process ver-
baux.
Celle qui renvoie les epoux Emma-
nuel Nicolas A I'audience publique du
29 mai courant.
Celle qui renvoie les 6poux Edgard
Dupoux a I'auJience publique du vingt
neuf mai courant
Nouvelle composition
I. I Dsir. T. Sylvain, J. B. U. Errie.
lugement prononc6
Celui qui admet la demand en di-
vorce formte par le sieur loseph Fran
cis contre son spouse la dame Vertu-
lie Maria Paul; ordonneaux parties de
procdder au fond, ordonne au deman-
deur de rpondre sur la demand de
pension alimentaire et de provision ad
litem pour permettre au tribunal d'y
statuer conform6ment A la lot.
Marriage
Hier a 6tt signed, dans les salons do
Madame Vve Prophete. le contract civil
de Mr Helvitius .~Aonastin, Juge d'Ins-
truction pres le Tribunal civil, avec
Mile ferci A4nselrne Propbite.
Les t6moins etaient : du c6t6 de I'6-
poux : Son Excellence Michel-Oreste,
President de la Rkpublique, Monsieur
A Bonamy, Secrttaire d'Etat des Finan-
ces ; du c6te de 1'6pouse, M M. A. G.
Boco, ex-Secretaire d Etat des Travaux
Publics et Louis Prophete, D'put6 au
Corps I6gislatif.
Les conjoints seront conduits A I'au-
tel, domain mardi 2o du courant. par
Mr le General L6gitime. ancient Presi-
dent de la Rlpublique et Madame Vve
Anselme Prophete.


Nouvelle Ia mai
Aristh6ne,dont le p6re vient de
rir, fait appeler un photograph,
un r portrait apr6s d6cks. a
-11 faudrait d'abord,d6clare I
fire taller la barbe et les cheveo
d6funt.
Le coiffeur de ce dernier est
et, apres avoir accompli sa tAche
Cest cinq gourdes, dit-il i
de la maison.
Cinq gourdes I s'exclame Ari
ne. Cinq gourdes Mais,je croyais.
mon pore etait abonn6.



Leltre des Gonaiv


iS Mai 191j.

Hier mercredi, a cu lieu la cerj m
nie du Te Deum chanted A l'occasioon
I'avenement du citoyen Michel-Ona
a la premiere Magistrature de l'Eutt.I
cernmonie a revktu un cachet touts
cial par le vif entrain et I'empresse
que mirent tous les citoyens, fonct
naires ou non,A se rendre d&s sept
et demie du matin Ai 'H6tel de Ia
nation. II semb!e que chacun teai
honneur A etre present A lI ffte,
poignant ainsi de son devoueaet|
I'l:lu du 4 Mai, detenseur intrepide
liberties publiques.Aussi bien, c'es t
ttte d'un imposint corteg! que le
n&ral Oreste Zamor, D>legue du
vernem:rnt dans les Dtpartements
I'Artib ni:c et du Nord-Ouest. se mm
dit a l'lLgiis pour assister A 'offii
C'est le Re.'. Chanoine Guillot qui a
donna la n-)te d'all6resse A laquelle
confond't soadiin celle des fanfama
le joyeux carillon de c ozh-s t
que le canon tonnait au dehors.
I'issue de la c6remonie.lassis
fut rc;iae dans la mAison privle dal
lgu6. La grande salle ne suffiuant
on prit place au balcon.
Aprcs que le champagne fut sem
tous, le depute Amisial dit, en su
ce, ces paroles :
Monsieur le Dcslgu.,- Repr e
de la commune des Gonaives. ,j
interpreter les sentiments de tout le
partement en vous transmettantde
leureuses felicitations pour le tactic
correction don't vous avez pu
preuve durant I'interrkgne. Nows
serons pas si 6goistes, nous autres
avons ,t6 i vos cot6s,pour reve
I'honneur d'avoircontributau nur
de la paix. Tous y ot contribu-.
le grand fonctionnaire jusqu'9 I
ble proletaire. Maintenant que
avons fini de pleurer notre
Chef d'Etat,le g6ndral Tancrde A
te, faisons les vceux les plus
pour le triomphe ddfinitif des iddes
progr&s et de civilisation qua to
preconises, avec tant de conviction
citoven Michel Oreste, qui vicent
elu spontandment President de Il
publique. Ii m'est vraiment ag
Messieurs, de vous donner l'a
la plus formelle que le Pr6sident
f interesse considdrablement au seoa
Departement de 1'Artibonite at
nuera a travailler A I'avancement dA
Departement comme ses deux ill
pred&cesseurs (Applaudissements)
Le general Oreste Zimor
dit a peu pres en ces termes:-M.
le Depute, En vous remerciant
ment des felicitations que vous *
adressees, Ie dois en ra porter I
grande part A mes auil iaires et A
cette population, tant urbaine
rale don't la conduite pendant I'm
gne est restOe impr6gn6e des p
de sagesse, d'ordre et 4e pais. .J
done pas eu, je I'avoue. A
grande pine, pour obtenir cet
choses don't vous me feliciteset .i
agreable de dire qu'il a t6i la
te de la sagesse de chacan. le m'
tendais puas moins d'uone
don't les principes de dbvoue
paix me sont connus. Honneur
tous, mes chers concitoyens,


si bien comprise votre devoir
troubles, mais heureusement
quu la Repubhque vicat de .
loire tt hooneur i touns I


r


1