<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01768
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 17, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01768

Full Text


tIU6 A-e N" 1848 PORT AU-PRINCE ( Abl Sinmcdi 17 Mal 1918


b6eatI-AG LOIRE. R 1PDACTION-A DMFNISTRATIOh
DIRlCTUR 8 Ilue Americaine, 8
ABOWIN MENTS: [Les amiices seat llices:
PORTAU-PRINCE : A A Porn 1-AU-PPwNC: ., 1bureaux du Journa
po ff -AU -PRIN CE : A PARIs : chez L. .11aience & C-*
Un Moil............ G. 2.O9.Re Psts: c L. Ruence&
MOIL*B 5.00 *9, Rue Tronchet
1o, MOaS. * 5.00I A LONDRES : CI I \T...l CT & (CO. I.9
DePARTEM !4 SNTS :**- I e liI
Soi....G. 2.20 A BERLIN chlez IHJoIt to'Ne:
fill.S.........a* ..* G6.00 s. %t.t to. leruIiemc Strasse 46-49
Sroi MOil ......... *0 A Naw-Yora : t'nie-.al I'Publiity C omp.an
E'RANGER : j I., .%e ,t ;44 th sticet
Yoi 8 ois ... .... G. 8 00 1 t n-..i:.: :.: :: u ic r -on:
LI NUMtRO 15 CENTIMES q UOTIDIEN Abonn_-rc: ;. : :


POLITIQUE ETRANGERE i L'a iltude de I'Arli.- ':he du prt un et des nouvelles de
la Capital. l'ous juraient que la paix
--ouo--- bonite pendant la ie serit pas trouble aux Gonaives, et
uflfnf i 'nit I 'clque, si elle 'ctait ailleur:. des milliers
S QUacaence preside de braves aideraient le gLneral Zamor
LA QUESTION ALBANAISE gielle.A la ,idablir.
Fort heurcusement Ic Pa\vs s'est
montre sage. L'assemble national a
L'Albanie est le pivot sur lequel impossible, ridpond par des miesures De notre correspondant. pu. cn 48 heures, sans contrainte, don.
roulent actuellement les destint'es de (lili paralysent cette initiative. En 1nm- -er un chef A la nation. En apprenant
rEurope, et si la question a d'ablorl nI t(emps1 le service des posted, que La cite Gonai'viennc, fiddle i son la nouvelle de l'olection presidenticlle.
d( premise t I'ordre du jour par lat c(ir- poss'de I'Autric'le on vertliu l'r con- passe de gloire ct de sagesse. a g.ardc tandis que le people idansait la acou-
egalire du coiiite lercltold, I'ultiutia- treat, exetrce nne censure vexaloire siur l'attitude la plus digne pendant la va- diaillce D travers la ville. les notabili-
tan foudrovalt d des tve~inenents hal- toutes 14 s c(vrrtslpondances veiiant (I'l- cince prCsidcnticle Nous lui adrcssons t s se rendirent dans la mairon privee
Laniques I'a portle I'i tat aigl. (:.* talie. LDe pIpis, le cleirc catlililue tic t nos plus vives felicitations. Nous nous du Dl)tgut. et le filicitlrent de la con-
e'st done iue Ja vieille question. At- .t rtouit I'agiit do la ropag:dh autri- empressons de f6cilitcr aussi les autres duite admirable qu'il avait cue pendant
bnaise posr e entry' la erSie et I A *- li'nne: aissi, ViCo lMantazza populations du l)partenent. Toute~ I'interrognc. Trs rmuil leur ripondit,
triche rajeu par vctoircs de- Ilonrvait-il 'riric, r *tcemne l nt* qIl, it- en effit, ont cprouve la mnicme douleur qu'il n'avait faith que on devoir de pa-
L'un des traits l.s plus e('l.rieix .1. u'itn. eni appretant la nmort prkmaturce du triote, e suis heureux, ajouta.t-il.quc
oe rajeulissenlen t cst miioins le r6oi1,c Tol'.tefois, Ia ass.. vi'ut'ir.sin..it President I ancrde Auguste,digne su,- pendant la cruise que \ient de triaver.cr
second rt.serva t r'Itali iar rI'Atrirlh, .a 'I ('ulle partic d(e l'opinion,l, gn- cesseur de I'Artibonitici patriot. intcl- Ie Pa.s. un accord parfait ait regnc en-
dans la ,Itstion allnais,. (tiai I'arli- V.rii-n l.- itilit0i i s'-st d 4 cid, ; rtt;a- ligent ct liberal qui, en moins d'un an. tre vous et moi. Je men f0 licite,crov Z.
Ace diploumatilliu, ot' lat rivalitt' (l'inl- ir, ctt tepliiis dolizne ansl, i a plus avait mis la main a routes les rformies moi. car j'aimeris mieu. ne jamnais
S uefce qui ."etst 'exrc(e tintre I'lali. iliati. tfois tlisltii la 'question alhanai- rIclam&es depuis longtemps par f'opi- occuper de function publique que de
@t I'Autriclh' pendant cos tre ote (Icr- < it Mtit cilori. iDo ce Iprl' loic'upa- pinion national. Toutes. dans un nme: m- contender la population gonaivien-
mi6res annces, est tout it coup) rol .- tios est sorti I'accord austro-italitn me elan de patriotism. se sont group ne...le songe avec satisfaction que l'au-
uentteo cointe exclusivemient austr,- ,Ift 1lNN). ac(ord ntgatir, puist serbe. t iile illsr I, rIisplect dI status quo1 qle l'actif, le vaillant et sympathique gne- station, que pas un nergumntne n'a pro-
Depuis le jour ofi I'ltalic a i';alis;: I'.Atrile, n', ilerverait pas. car hl tra- ral Oreste Zamorpour empecher le re- nonce une parole, n'a fiit un geste de
son untf t e lna cesse de d-tfinire vail accompli par iA tpolitiue autri- Z ernp" ci le re ;n,.n;/. ion uArtit;, coll n'a ctr les c (onvoiti:ts's 1 'ail tiin t lar Ina I itilu' aqutri- tour des horreurs de la guerre civil. nature A inquietcr les tlimilllvs. Nous
I'Adriatique centre los convoitises tI hill'ne,1 .\ Alianie na jamais titau ..
1'Autricle. Soit dans les ques 'itio ns It 'oitredir. lous les accords. Foutes aussi ont acclam6,avec la mtme avons progress soyons-cn tiers. *
Trieste et du Trentin, soit dans la p.;- Comment Ites Italiens auraient-ils p)1 allegrcssc. I'lection A la pr.sidencc du Nous en sommes tiers, certes.et nous
netration de I'Alhanie, le conflict entire '-' tronmper en attendant les petits AI-. coprageux tribune qui, depuis vingt ne cesserons de montrer an I'avs que
les deux allies a te ii I 'tat I)erIma-- I,.inalis do (lague italienne, crier dans trois ans, n'a jamais cesste de defendre e D*partement de I'Artibonitc. par sa
nent. IlAs craintes de l'ltalie sur I'A.\- les 4coles franIciscaines subvention- les libcrtcs publiques. sagesse et son civisme.est digne de I'ad-
hanie se .onlirlrmtrnt ali C on rs de nai-es par I'Autrielte: cViva ii inostro im- Dans la matinde du samedi 3 mai, migration gendrale.
Berlin qiii, nlon satisfait de condier a el'ratore .. en ;ctutant les prIItres al- quand la triste nouvelle du dCces du Que nos detracteurs nous repre-
I'Autriche I'administration de la Itoo- I;hais lri. r dans les 6glisees pro 'eg9'tIl resident '1Tancrlde, telegraphide dans sentent comme incapable de prendre
nie-Herzgovine, lui a livr le Sandjak e i-mperatcoe jiostlros? dans la nuit A i'autorite, tut connue du part A la direction des atllfires de 1Etat.
et la police mnaritiume de la Basse- Do cs justes ala s est sortie la public, i cut une consternation g6. cela ne nous emp'chera pas de fire
Adriatiue. cont re-assurance que l'tals a denman- P r.-n,7 d d'wfnicnianvu ; .
La diplomatic austro-lontroise, par le -a iussi en 1), a vaine nCrale.Tous les citoyenssempresseret toujours notre devoir ct d'apporter. au
I'autorit qu'elle avait su conquirir a .41iule panslavisie n''tait plus I'ene- de se rendre a 1 Htel de la Del.gation besoin, notre force &crasantc.- dcses-
Belgrade, sous le regne du roi Milai. mni pour elle. De 1& aussi est nde la oi ils avaient 0t- convoques par une poir des ambitieux,- dans la balance
par Ile parti qu'elle avait si tire, d'ac- symipatlie io'ello a t4moigme i I'ren- publication. des destinies nationals.
cord avc le Vatican, de la protection tente halkaniqlue naissante, surtout LA, le gdncral Zamor, apres un loge
descatloliques albanais, par le ser m Iarqu:e par los dnmarches qlu'elle a court, mais sincere et emu de I'illustre Gonaives, le 6 .Mi 1913.
vice des posters qu'elle s'y etait fait laites pour applyer 1'emprunt buluar'e. defunt, fit appel au concourse de tous, l:snTHaR ATIBONICO.
confler, par l abundance de sa repri. :'est toute la politique qlt Inc recoii- en vue du maintien de I'ordrc et de la
sentation consulaire -- Scetari, V\'i- se un o conomniste quand il c0crit:. ..Sur s curite des families. Chers concito-
lo0a, Ijskub, Prizrend) et Faction li- I'Adriatique, la Itussie couvre le flanvns, dit-il A pe
nanieier intense do ses agents, nie te l'lItalie. 11 imported la Serbie, an -n,. di-ii pu pros, je n'ai ps d'cn-
pouvait qu'alarmer davantage I'ltalie, Monttne;gro, memne A la Bulgtari., que nemis. Queuels-uins peuvent nc pas .lielltes
( IAutriche aurait englob l'Albaniedans son influence sur I'autre cttA ltl u 'canal qui a trait aux problems sociaux et
on orlbite, c'en etait faith de I'indCpen- l'()troite. Et, rtecipro(liIumnc It, il itn politiqucs qui sollicitent I'attention des J-*,ais ceirtaini i.il \ or i-il .S'il
dance de l'Adriatique et de la sc(urite i~ orte i I'ltalie (que par leur I uids spl;'- patriots. 11 est mm-me possible que cer- v ci;,.aiap.nt, j',.n l'raiis ullnae I.alih..
de la c'te oriental. cifi lue. c(s petits ttats contribuent it tains d'cntre vo'us n'aient gure de sym- ilenurusenielll il iin ti.-int Tali
Ce risque mnenacait a la fois I'inter0t 'it'euilibre albano-macedonien... :r teh pathie pour moi. Mais nul ne pLut se ln'un |El piltr iil. '4ta1.iiet <1..-. gros.
national italien et sa just liertt. En ipolitilque doit tendre i lali ft ratioiin tde plaindre d'avoir tt perscutle par mioi; coini le biras : .Itlh .ier # i l'auist.
eflet, toute la cote albanaise est rein- la Serbie. de la Ilulgarie et di Monti et moi, je 'avoue, je n'ai rien a repro- je o, IPiais') 0 alilseti iu.- d.s: 'it/o.!
plie de souvenirs venitiens ; mndme ON1n gro, it crtte triplice b)allaniquue. mntL cher a' la population gonaivienne. le co!i' an vie'x teps e 178, vo
Italie, ii est des groupements albanais il c-tait deja uslestion Ai a veille dian n- vous demand donc.Messieurs.- au no:nI yjz-vos les pinritains!-V-\"l ilu.dans
rests trAs vivants. C'est & Naples et flit greco-tirle, et qlui scra pit-, tre la" unI us a salon ou j'stasos ( n -parfait ) seent! aut
dan. les Calabres, que se ferment les verite de (delnain. de te prcieux que noi i q n me t
pretrces italiens qui se destinent au Toutes cos chlises viennaiit |)roinvr gu6 nos valeureux anc6tres, au noom de ,(ne che.z dus puatt.s!) tiun ra 'i hEour-
sacr'rdoe dans les dioceses d(e Scllta- qule I'ltalie,<,n faisant front aunjirt llli ce malheureux i)epartement que nous fuians doutet 11n 'ousin de celui
ri. d'L'skub et d'Alessio. a\ec I'Autriclle centre tla S clie eit I.- chrissonstous,ct auqu..l nous somc) Ul d'll.eruiiui *lt ll(*,ro ,ls- ;iit.l;i.l I.- temiips,
IAe a Cotnito Nazionale Albanese, de Montenegro, tourne diamttraleniiift I, tous tiers d'app.artcntrdd vous ranger A o',l'ri'ir 11n l.uiu c illi.-lore Ioose-
I.ungo. la .Societa nazionale All)ane- dlos a la l)olitique qlu'elle a ptlrsluiv'ie mes cotls, atizi de m'aidr a maintenir welt, lti glrald iur se de Rome, se chargent de rensci- pendant ces quinze derniceres annie-;s. la paix dans le Pays. Allons vencz Illrausleln'laniit, a.is i'1cr garL I'e titro
gner I'opinion italienine sur les agisse- Ce n'est pas ia nous de dirt. si e," tous franchement A moi ; aidcz-moi, de... t.ie;ral:
"nents de I'Autriche.Elle sailt qu'en Al- cliangement est conforane a ses iut.-!; avcc l'csprit d'abnegation qui a tou- Sar! Je vo,0s di l iu j. I'entendis de
lianie un dialect italien a ete, jusqiu't rtts en Orient. II se peut qui I'ltalie ours cractrise les Artiboitiens. For- S es or'illts! i nalis d' leltion ul. .. a
la lin du 19eme sicle, 1'unique velii- prIdfre une Albanie autonomie. c',t ours aratri los Artibonutiens. F vous isave! So liis 'd.-uL-tioal. .. vou
cu'le de l'enseignement religieux et des ie le reclam.e I'Autriclhe, h une .\ba- mez u l bloc imposant.pour.au bcsoin, vs savez,. d....
rudimlents de la culture occidendale. nio que se partageraien' la (;r'ce, la tenir darns le respect les hardiesscs deo Oi Ia tet,' di pI.'v,. lieonte sll
file tire done de ces faits, des droits, Serbie et le Montenegro ; mais il est ambition. (iar i ne doit pas ctre dit entevndt t cela! J'-nirais v.ilu m'lpayer
Ct Ii'en est que plus sensible aux me- permits de se demander si la question qu un li)ur le DIpatnement du I'Artibo- s: tlt0.! Drde! il en irait faith une
nees hostile de i'Autriche. se pose bien entire ces denx terites nitle sc scra dti l Ceressc du sort dc l.i drlle
.'italie, avant 1801, avait des ecoles rItant! Excellehic;.'' co'est... ex-
ia Scutari, a Preveza, a Vallona, et at d'Albanie slaviscte ou d'Albanie autri- A I'anarhie. De)s tonncrrcs d'applau- ccllent! mais gPe'uirtl'' co()oit-oil-n riu
Durazzo. Sur la demand de I'Autri- chienne ne conviendraient Ipas mieux. disscments saluent la fin de ce discours. sans I'autre.'?
che, le marquis di Rudini supprima Et I'on sc retire du Bureau aux cris de : Fort bien! ont I. c,.n:oit fort bien,
les trois dernieres et I'archevtque de 1.. l ive tc gnr.l Zamor !Vive lUlion ',retorlque la I.ouchle. iipj)rtinente. mais
Scutari frappa la premiere dinterdit Vive la lPaix si s.,iisull.,ii,.tt\irtilus.de maUa;otte.
en t90. Ce fut un conflict de trois anll L'Administration du sMatine. lPndant toJue l. iourntc dc -- Fri mianil. ToM a'osselit, nol! Et
ou 'ltalie finit cependant par I'einpor- avise ses abonnes que les reQus i,,,, I: ,t,,ti .,,t I,. i, lrn,'..,. ,i,. 1, a .ste


ter. A chaque initiative des compa- qui leur seront dlivres pour manche. les ctovyns. impatiC'ts d'ap- de tre, ipetit ig it'lltll s ai
gnies de navigation italiennes, le Llo\yd p ur anhls c ovnsi pti s t ,ll lede ati .
Strichien, subventionnd dans des abonnement seront d6sormnais prendre 'election du nonveau Presi- de meir. Seignreur Dieu! G;eral? cer-
eoodltons qui rendent la concurrence'isign*s de Mr Loonce Augustin dent, venaient s'informer auprif du tes et aussi admiral, saperjeul Alors







Alors? j'vons blalmge ( *tt. liistoiir
Vous poI nvez n''In pas reoil' 1' ,4 n111
de la noit' d(I 'in teraitre il t. S iiil. ti
momnent,parmira.clc. 1140trv /Preinierson-
geait. U'n finctiolimain'i A is I,, s'iienai
Cr.inonicsle, dains Ior prosterlc'elln
detout ile lnsto.h salutation courtisan,
impeccaleilinent protocolaire. articilda
Prisi lent!
--. Ihlas! selila r-ponfire le sou
rire, on aurait dit triste? t.e I'autre.
Apparition sourlaine d'uin sous'off
Raide dants son uniiloriine dans la po
sition du soldat A la parade, talols ei
iqiuerre, la dextre ein ,:veutail c ontr
le kcpi, I1 griad0 sc-aina, inilitaire: -
GUneiral!
Et les It.vres iprt;sidontielles sce pin
carent, sur iun sourire t'niignliatiqlUe..
'IT. II. I..
-- -


Le Cabinet
etM cotnstilit

I'n bataillon de la aIt:oriiai. a pu
bli6, ce martin, par les principaux
quarliers de 1a ville, un DC'cret di
President de Ia llt'-ulblique consli
tuant, comme suit, son prr:nier ca
binet.
Guerie et Marine-Genkral Plii
lippe Argant.
Interieur et Police Gtnerale-
Emmanuel Morel.
Finances et Commerce-August
Bonamny.
relations Exterieures et Culte-
Etienne Mathon.
IIstruction Pub!iqiieet ,Justi e--
Terlullieni (;uilbaud.
Travaux iPul)ics et Agriculture
Edouard Supplice.
.- -- ..... i... / l

FAITS DIVERS
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OBSERVATOliIE
DU
SAMINAlilf COLL..I(; S'-M1.\ILTIAL
Vendredi 16 Mai 1913
baromiwtre a midi 7t;,l

Temperature )naximum ilill

Mo\eniye (Idliurne' '2.S
C:ia l cIl;rii It' nt tiin 't t' rs-
l' lpr'b--!niii i. Ilnicit7i. Eclairs llivio-
in*trl 21.7 lnil .
ll;Ui'llc'.trl' constanllt.
I.SCHEERER
Ministre interimaire
Le Gcn&ral Argant n'ctant pas arrive
encore pour diriger le Dcpartemcnt de
la Guerre et de la Marine auquel vient
d! l'appeler le President de la Republi-
que, c'est le Secretaire d'Etat de l'lnt.-
rieur, Monsieur Morel. qui en est pro-
visoirement charge.
Unue nouvelle industries
C'est tout simplement merveilleux,
le rCsultat obtenu par les sceurs de
I'Orphclinat de la Madeleine. qui of-
frent au public des bas et des chausset-
tes confectionnes dans leur etablisse-
ment : o ui des bas et des chaussettes
magnifiquement tricot.cs et qui sont de
beaucoup sup rieurs a ceux de quality
louche don't, depuis quelque temps,
nous gratifie notre importation.
Si l'on songe qu 'u surplus les prix
de l'Orphelinat sont rclativement mo-
destcs.on ne pcut que se rtjouirde cctte
precieuse initiative des sceirs qui otfre
le double avantagc d'T trc until en m&-
me temps i la population ct .1 nos or.
phelines dcsormais en possession d'un
gagne-pain honncte et stir.
Nous ne saurions done trop feliciter
les sueurs de la. Madeleine de I'installa-


tion de cette nouvelle petite industries
qui est appelec,croyons-nousA un tres
-I avenir.


La Iroule dul tlhilre ParisiaLna date dn 27 Novembre 1911, rendu en-' lieu aujourd'hui A heures
t lir par vo de Ne-York, sonttre lui et Edmond Severe. midi,A la Cathddrale.
- l rri par la voic de e a troupe 7s Celui qui renvoie les sieurs S.Ster Maison mortuaire:rue Eug
- du l'hiv trc iarisiana, qu se tlarouve lin i se pourvoir dcvant qui de droit. jolly. N' 2.
it actuellcmc nt conplrsi 8. Celui qui rejette le pourvoi exer- Nouvelle A I; ,,W
SMonsieur Antignat, don't nous an- pr les consort Tiphain centre A Mi d J
noncions hier ia visit cn notre r6dac. iugement du eI f6vrier y912, rendu n i pirsonitgoe inf latic
tion, est le r'gisseur de cette troupe par le tribunal criminal du Cap-Hai- par I.,11 dame,eifaveur dun
- qui loge en cc moment i la maison tien, entire eux et Midame Th6r6sia -Mon prot6gddsirSerait
Dlinois, Champ-de-Mars. In-Louis etc. passer de la Inagistrature r
On se rappclle que c'cst Monsieur Nouvelle composition .t'e depuis quelque
rppc dt Tinaistratuire assist.
- Arnous qui a la direction du Thitre- Le tribunal entend les affairs sui t des itres
I; -t l i s t t e van si re t iW
. Parisiana. Mr Arnous est d'ailleurs 'i- vantes Oni, it est tres fatig
Snitiateur de cette ttuvre pour laquelle I. Celle de Narcvs Leconte deman-
il s'est donned beaucoup de mal. deur contre un jugement en recusa-
L'Essor tion du tribunal civil du Cap Haitien.
Notis avons '4.in avoer plaisir le fas- M. le juge Janvier est entendu en son A D ESS
ciciule do Mai dti la tri-s int'ressante rapport. Le ministkre public Lys La-
revu I.'Essor,,lont I'ilnportanice s'af- tortue conclut par ecrit A la cassation.
liIetnne challit' ois davaiitage. l.e sonU- Le tribunal ordonne le d6pot des pic- Iit,-Mari,, le it
Illil'rde ce IImIIin'ro t;lalt IIplust loq(luent ces.
,it'- tout t'lo;it. nioust no0tis conttntons Nouvelle composition I: cn:o.-: .':4,H
elu It' pllltlir i' r'ecomili tiaiidant la lee-
Still' tite' (h' I oivlr'a.)i. o 2. Celle de Vincent G. Maklouf de- A
l.a I(t'.-.il, tioe Me Villilis 4lervais, mandeur. contre Pierre I. Haije, d6fen- s.. I. Iu: I,. i",.:iilNr IT: I.\lA:t.i
Ih '-nic IDorinville. (:Coite de ..' lEssor : deur- M. le juge J. J. F. Magny est en- pi
.4-I. i griin ti I nloi. u i iLtinl. I'Edlu i tion lh' I teilinl', h'le)iodoa Iolly, blic Lvs Latortue conclut par tcrit A la Port
lo'sie~s : I'riilnit.i.ps. MaiF. 1. Iirr Hay- cassation. Le tribunal ordonne le dl- Pinsidelt,
SNll. Siiil 'l.t il .'ll I.i lrraii. Victor p6t des pieces. I. ( :.l-c I'E
h- ILi It'li ,, i', ii .i I~ r 'E ciatiCo- Celle de Antoine Victor, deman- I I 1 j' il s1, i0 ill
i- *'~il l la li', Iii ll'lM .' irsl;;tilila.CIOr- deur contre "Rodney Douville. defen- liit vlit ,' "li lli, l ti s
re'spoind nlfi'i instorilue scnsal ionielle, ti* e,
I'.er. 'v al TIiil -.\ittiit' M.lichielt. Ai deur. M. le jugeJ. J. F. Magnyv. est en- .c'la;iin: t 'li ..> lasti.ii., t vtre r
- tilr <'.il 1o.1 cnii. 5i.s. Iouhili)oil. Ie Mlois tendu en son rapport. Le minister pu Ila ilpr''ltiil'' Ml'i.g ratlirl'l ," I
;: I'Ext.-rieur. Victor IDelbeaui. I,. Mois, blic. Lvs Latortue. conclut par crit au lion lietiiix i'.-is l ;ar.ei\
lM.;idisto. reject du pourvoi. Le tribunal ordonne r''s vai\'ai"'t pI:11 s11 r la scnel p~
Bulletin tde l'nion Panamntrieaine le dp6t des pieces. ,, l11d4tipit 1,lii..' ays.
Noins avoids ire.-ll I iilintro d'Avril Nouvelle composition deux. clian-eanlt la faLe d es
e .ltti iipotiil, r1'eVilte doit It so-il 4.Celle de Antoine St-Albin lacques. pr'e(;e ini. iit lt s prliiiril[ts de
inaiiii', c-itit l ,it. itilr'e aiintrs iiatit'res demandeur centre Michel Abraham et tie jtislic -,t dtit )ro,;ri,'., av
l- itt 1ranll it iiitt : I Inisi ii |Iouvoir Rodschild. dtfendeurs. M. le juge Bor- Piloi' rli'et';gen;'r Ilaiti et luii
tImi I )j4Ij let at m1a I t ta iI I Il- t W i nnor laj (jlltlll e' N i l tow. t.11tii K OI i ( '
lIn P i'.l.iil rl.l T t in Prs.iliit\r ilson.i no est entendu en son rapport. Me Mi- PI-I''' ieii ln n h t l *I Il (;i
s article' s l. iiii t.s s r la eltiiri'e chel Oreste pour le defendeur est en- .lai- O l;l l ts Is -, ont i
(III t'.4f* 't I','t lll.\ l l Ill r iam tell ebI's. 4141 tioIc dt. lolo au
S |, .|..irliilt-i..<,.aiii,,i el. i 'vi L rlnait tendu en ses observations. Le Minis- h.rs an (. ie *i latrine pul
ldals ls Is plit,.tes I'-lairag dii Canal tcre public, M. Lys Latortue. conclut it I t Naion.
l< P'.allaill I.tl. .\ i A cs ilttl'ressantes par crit a la cassation. Le tribunal or- laititi, ei dlx1. Ii, i v-ueU
1 ilnalit':c-s. .sij)llt'lll iit Ss notes sur les done le d6p6t des pieces, puis, vu ri's sominbrei s tIt aii oissintes; I
ihltpl'bliillues tie I:;olivit'. Ircsil, Chili. 'heure avanc&e, le siege est level. patroti.siu <4I. ses ciflants ari
CubilaSt -DoIiiilo, IHiti, *tc. Tribunal de Commerce de I'cAssiinsiltacesl Natiolfsten!
S Bulletin Nalionial l'Histoire T uience du idunnerce de I Nt.e
loire Audience du 15 mai a tlissil6e It's oraies, i-.;veilld
ct tih G;oilraphie. Le tribunal, pr6side par le uge Dos- ratnces eln pila4-ant la tifte de
Soi ct tOr v- de p-it la'des ihoiliies1'-tqitt., tdi,.es1
.ois ',. tit r,.- vit le Iauraltre ia aou. ,ayant pour assesseurs les juges I'alins tr it la sonilt.' diies (t=
Ilavaui. l,. ilpo)rtante revue scienti- Em. Moise et A. Cibastien, prend si- I aiour et la contiaic.i de tor
li iut dhnt I;s premniers nume6ros nous I dl.si n es I'rsihdent, vous tcs un dee
ont t44 ad'sI.. g e & 6 heures du soir et entend les af- lines !
C'est Ic savant hliis.orien cntain Luis faires suivantes : I.a Nation a 0th fit'-re dc ei
L.a ,oiinainoi varel z nlent le livre a Des Ferrari contre Reimbold. d6f.ut ; ti, qui ,.st la imarque d'uMi
v.rlit's aiirre.s ,, pnibli |pei d. temps Aug. Ahrendts contre Carl Hassel, sion ,retlllle vers I I'Proggr6s!
lavanit la eii'rr l' e 1IX'.i cut sonl lieure d6f.ut ; V',tre patriotism. 0 *pr'OUvt,
(d1. rett'illi-sitn',iit et tnui t vient d'entreri Gaston Revest contre Christine Le- vis iii. 'latant et c'4mliu sont
ia I'Ac.ilhiii (l'llistoire av'ec tss Pa-1 veille. Sur la demand de Me Destine ''certain dlu ionlhtur de votrepe
trici-ii.-s .t It.s IIt-roincso, 1ui dirige Casimir. la continuation est renvoyve Ila nit"'rt' et vos largi-s ideesde
aI tt. pIbli<;tti.n. IA une autre audience. et de justice 1Igitimnent les
Nous rcmterciots iotrt confl'I'r cu- V. ravonii:iiites I vs conicLitneatC
.SOII I'Cllltic'('icolS I0tl'e COIllf'l'rt'r e- Philippe Vincent contre Mmine Vve aoike;d oll
1 baitn d( soniC courtois nivoi.ncent cnaiti inarchera done t
S, Sylvain ; quarld inllin.* dans la voie do
I Triliunal de Cassation Oloffson Lucas contre Mme Fillette ,at dn iii,'n et -ses fils record
.-lJicu'.c ci ile du imarJi 23 .'ril 191g. Israel, detaut; \verrnt :ln vo\ils I( digne
l tribuial.sui la pr-sidnrce de M. v Vve Jn Philippe contre Vve Belony des 'ilues lit'rotiques iuetfurentn
ILc prsid nalt ust a prsmnce, pride M Pennel, opposition ; t Taicre'de Auguste et v
-Ile president Auguste Honamy, prend F. Loniewkcontre H. Hodson r*t un jour un. c seea i euc t ci d a in F. I.oniew\.ki contre H. Hodson ',olit Uli jour I0;cirOliede
sege V dix heures et deme du matin Vincent Maklouf contre Augustin 'Essor. i'rtsident, dppoe
et prononce les arruts suivants : Cadet Vous I'lioliinage de son d
i. Celui qui declare dechue la Con- e a e sa hidlitt. Dieu, darns sei
pagnie P.C.S. de son pourvoi exerc AtTors es a ire a udiene dables desseins, n'a pas
entre le jugcment du tribunal civil de Georges Asafcontre Padovani usts ccssurs de
Port-au Prince, en date du 4 juin 1912, Cie du \ harf centre Cie Transatlan et tie parfaire leur oeuvre gi
rcndu entire elle et la dame Louisine tiquc ( QUibec ) igantesqlue; miaais a Vous,
an etc A. Bacha contre Clara St Louis ; puisse-t-il donner cette sati
Je G. Blot contre Mtne Latigue. time de, rt aliser tons vos nobl
Nouvelle composition Avocats qui ont obtenu la reserve en conservant vos jours pr
2. Celui qui rejette comme mal fon- de leurs aflaires : Abel Leger. B. Ca- en vous octrovant touted l'ne
d& le pourvoi excrc6 par le sieur D. millc, Lto Alexis. Rampy: Arrault et falt alin d'asseoir d(linitive
Nicolas entire le jugemcnt du tribunal Jeannot. Mes In Louis etEtheartavaient an" Ianiluet des nations civilian
civil de "1r.mic rcndu le 22 juillet Icrit pour demanderla reserve de leurs le sliait since du (rrelc,
1912. rendu centre lui et le sieur Numa affairs, mais Me Leger Cauvin a corn- I'an' voarie, Exue ellec, s
Chassagne etc. battu cnergiquement cette demand t)i cane darie, Excellence,rl
;. Celui qui casse sans rcnvoi le ju- qui a 6te rejete par le tribunal. l e u io'usd la tlong gement du tribunal civil dAquin, en' Le sieg. est leve a 7 heures et demie Nation; aulssi n'a-t-elle point
'date du 2 Septembre 1912, rendu en- Mariage d'applaudir a ce geste si beat
e Henoit Lalanne et Anglade pere etc. semblhe Nationale et de.sal@o.
tr ei le le ir.e saLdi 24 Mai prochain sera c- hvmnnes de joie votre av-
.-- Cclui qui declare Ic sieur MicheljIlb' i la Cathdrale le Imaniage de Pouvoir.
Abraham d echu du pourvoi exerct con Mile CL.a R: AR:HER, tille de notre dis-
tre le jugement du tribunal civil des tingue alni Stephen Archer. avec notre L'Essor s'empresse done
Cavecs. cn ses attributions commercia- syrnpatlii(nle conifr-rc M ERNEST GEOR- ve{l'an I'assurance crd ses
les. en d.ite du 2" juin 1912, rendu en -E:s CiA.Cv\'ET. tre lui et Herm.nn Vivier. tI sa foi robust dans lel
li 1 i.i V Avis postal dcl: Ilelple inaitien ni fRit q4
Nouvellc Co:nposition .es Ih:plle,'c'os pour St-Marc, Gonai- i'nis" e-'lat tonjours vif.
i. Cclui qui casse ct .innule l'ordon \es, New-York et I'Euirop.e par le stea- C('tain inue Votrl ExCt
n.iaice de rtecre rendu entire Armand et iilir t Prins der Nederlanden ; inaiii(|t'ra pias Li r(Ic'itpoiire f"
Rosana (ust.aves. en d ite du 6 ),ccm IPotr Caves, Jacinel, Sto-Dotuingo et suipr'lrine d la Nation, I'
bre 1912,. par li Clambre du Conseil St-T'ioi""as par e Praesiderint scront dent, vous prt'selte I'Pexpr
du tribunal civil du Cap-Haitien etc. I fermnI es ce soir a 8 heures. sonil profound respect et de
6. Cclui qui rejette comme mal fon DIces dti\vouinent,


d6 le pourvoi exercp par le sieur Thi. Les fen&railles de Madame Climent Le PasideJ't,
mag ne Rameau, contre le jugementi Coradin ne ,Marie Claire Lilia Tbodaa, EoouA
du tribunal civil de Port-au-Prince, en dCcedde hier i Io heures du oir,auront I Suieet lea autre ul


- 31 1 r


di