<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01765
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 13, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01765

Full Text





fstameaaAb No 1815


POIT-AU-PRINCR ( IWU I


Ma-di 13 Mat 1913


C36mct-MAG LOIRE.
DIRECTZUU
ABqrM4r4MErTS:
poRT-AX-PRI N"I:
MOW6 ..... G. 2-, 1
Trois "os. ..... .00
D9PARTEM.TR T
Sois.. ........ G.2)
roi oi......... 06.00
ETRANGER :
mow ... .... G. 800

"INUMIBo gO5 CENTIMES


/


FU)


QUOTIDIEN


R tDACTION- ADMINISTRATIONS
8, Rue Americale, 8
Les ammces sooi iecces
A Po0rnAu--P!-ri.: mix bu:rc ttl du lourna
A rAMhS ..lci L. %lj,.cnc & L C
1 Kue Tronchet
A 10onD311 : clICe II. iNcr c & ('C. IQ.
21. 2- ,.udgate Hill
A BRULIN. chea Itudol MoSSe*
S. W. 914, jenisUlcmcStriss .6-4,
A Naw-Yoma :Universil Publicity Cowpan%
4S.WC, t 14 th Stret
I cs flfnuc1it' ii,- cu cIn iC r oelt
pa:rrCtJiL s
Abonr.enie:ts et inscrticn- zpav.blcs J vrie


I lt -- -II -- -- -r


LA REFORM DU CODE RURAL
---( OO*---

XXV

In memoriam.-Police sanitaire des animaux.- Services v4 tri-
naires.- Abattoirs.


6tions arrive A la section ; du chapitre
V relative A la police savitaitrei'' C' ai-
Mlaux.C'est une innovation sur la legis-
lation pr.c6dente. II est enjoint auxi
proprictaires ou gardens d'animaux1
souptonnes d'etre atteints de maladic
contagieuse d'en fire la denonciatioil
au magistrat de Section. Celui ci. sur
I'avis d'un vettrinaire, fait proc.der .i
I'abatagede I'animal malade.Ccepcindant.
si le cas cst jug, curable.0:1 doit se co;i


En I882 un nouveau DMcrct fut pr;s
qui d&termina des measures particuli&-
ics dans chaque cas des maladies con-
tagieuses que nous avons cnumunirses.
II disposa,l propos des animal de l'ar-
rnc, de l'administr.tion des h.ras ct
des animmux amasses et places d.ns les
ecolcs vcterinaires, i propose des tires
't m irchls, A propos des ab.iltoirs, ate-
liers d equarissage ct transport des ani-
maux. 1i propose du ser\ ice \tx2Ci in.aire


tortner. sous pine dam-tndc. .A des et du comiti consultatif, des pIo:dics
Latragique circonstance delay mort du eautour de la table de jeu dansla gran- mesurc- d'isolmcnt rigoureuses. L'ani-
gllrettd Tancrede Anguste et les6vne- ,de case ct come Edmond Mangoness mal mrnt de m in liA coIntA:gicus. doit ous aons aos r 1 pe
ments qui en sont sorts et qui se so Isousl la verandah.,achevait le rteglement I tre cnfo:nce da is ue f.Csse de trois ra- i l question des abattoirs don: s ,ocupe
heureusement denoues par election dc :d. la dernicre semiine avec les t'n. ires dc profonJLr, a cent m:res au .sco 4 de notre pro -s
Michel Oreste A la prisidence de la Re 'des ateliers, le m: dirigeai ver' util.. m;nins des hab nations. lissemCe ds tos to leIs payis. rflins
publique m'ont empeche de prIparer grosse pile de lives qui s'tleva.ir dan, 11 est in'erdit d d1qurir et de minttr- hians il catgorie des tablbissI inis In-
asezAitemps,la semainederniere.lasui un coin de l'apparteimnt. Cttait dec en vcne It chair des .alimainl uxon sluhc incommodes on da.increux.
tedecettet tude.Dansled6funt Pr6side:nt pieces de la bibliotheque spec.ialeduI pa- jeter leurs caiavies dans les I I-os. rIvi.,- C)nos "m l issAres out porto qti- ies
la question paysanne perd un hnmm- iron Ils traitaient d'economi e rule. res. mares etc. isnSeiS de section dilibpoereron r la
qui s'v ta.it interests toute sa vie; qui, exploitation de fernes, de m.ichinis- Des Ipenialitis :ncompltc.t ces d..- dista. CL l.iquelle ils pou rront etr
Ac6t. d'une experience longue et ap inme agricolc.de legislation des hara.i d sitions. lvidminin-iit iles soet ul p ) iU vrt loin du centre e lic seiion.l'-,,
profondie de la vie des campagncs.avait distillerie etc I lesI fteilletat hativemcent' sommairesit n.;in i co.ivicnt dans uin Lttoir publi et com~mii es't b,.'it
encore A un haut degree le souci reel d C e n' tait vr.uii pnt pis des min uck!. code dlab, ). tout d'une piece, dans 11 tore 'ur IC ri) bntall m ii' ds tue
voir cette sphere d'activitt pourvir in.mis des livres de fond sige s dlegr.ands pavy ciu 'Forgainis.tion g.-nerale est ab riespart!cullcres pcvent itre .iautoris.es
d'une organisation administrative plu no0ns cl.as'iqiuc; ct auiorises. l.es volu s'1lum:n.it primitive et inexistantei nS:- pour: les porcs., utois et cT.ris li1
approprice et d'un outillage :onon. in-s tet.ient fatigues coming le so in, on pent dire. di conquece ,l article 12 de oitre piro
que perfectionne et moJerne.A ce pr.) ceux souvent lus Mais Ai cc imment ils D) ins Ic regiinm fran is actual l.ia baet t n a ni o pirsonie vo. la i.t tir pi-.
in i sett i- trouvaieiit.l %ot .t t 1p.1udrui tic pplu-.
pros. il convent de rappeler ce qu'o:i se trouvaient tout poudreux.une pou,- m.tierc fait l'objet d'une legislation blicre un animl soit b i
a ditqu'll fut un inspirateur eco it. siere inhabiluelle s'v accumulait de- abondante. Conine cependant. en tant bli it mh; si d vr1 I ie consider
duprojet de rforme qui nous ocuppousocupeu ours que le miiitrse sque p.i.tneu' ntre est forementi que iml est pAs n l.e, cette
Sans parler du large profit que so: trouvait la-b.s, prisonnier des allaires appel,2 a qualili:r Il'levage du gross~ constatati'w se tera .ratiIis (). par
example personnel procure aux exploi- publiqucs, plut stations agricoles de la Plaine du Cul ire de tous. pauvie tre haletant dains l're desirable o6f cette industries rcla- I'est cc qu'ol" le loUS dit p.is e. lci-
I- aut teilicnt.Scra-ce par ie INU-1str.,.t id ,: ,,:.
deSic, je dois rendre un homage le cercle mouvant de passionsantagoni- miera u I- r.,e:,ntation inutiese te nt.Serae pr le str. se-
a memoir pour I'intseret que const.am queis. lit ce me tut une surprise rare de et prLi -i. :.v\ i,,, i brieve:iment quelle est 1 :itrni ccl ctso lui sp u:se1 .ica, ir
ment it t'moigna, dans les entreticns constater que, non content d'entrteinir cel e q "i rceit le; m ladies desani naa\ arc
don't il nous favorisa touchant ces ques des coles particulieres sur ses tcrres. en ulrai : e. v irinlre. cIie notire nia. ,..c
ions agr.iires et touchant action on.- non content de stimuler par I'cxemnple L'i I du 21 Jiill1t 183I tnuin._ml e scnl. scrltcllatt c-
verte par Ie c MATIN a propos d la t l ullo: de besoins relev,. l'.cti comm slit. e. so premier article.lcs ion indilrable de nos services vctri-
riforme de l'administratio.i rurale.C'e t \it de ces ci mpugnards. cet hi )t n-. n m daaiesrCpat.es contagieuses nlaire' sant tires, de renre ob!ia.atire
tinsi, qu'i cut a demander A Mr Cle- sabsorb.tit encore dans l6tude des r:- La p:t.'I, bwi'eL d s totes, les ei i- l'abattoir public l'aatage du gros bd-
ment NMagloire. il y a de cela peu d i gles ratioanelles paur. dan.s un avenir ces de rai.ninlats. tail et s I oi ne doit pas ein ser de L
temps. d etudier, dans cc journal. in prochain, affranihir- a sol dtrimnat La prii, iii le- n pr c Ci., i Fiestons
legislation tventuelle A donner : l. ou A. so.i prolit peiso:nel ? se.s c 1- pCce b )vinc. ct c.ibris ue 1ra dPP cr d lo.rdc T c. la
Production et A 1'exploitation du tab-: laborateurs arridr:s del'e;npirism2-gro Li c-!:. et 1.i J I l s esi i es p;tite bo irie a d'i!e.
chez nous et, ensuite. la queitio:i die sier ot ils croupissent. o.'inet c.i prine. Atl surplus, o0 JO!IrI quc lorsque
1'imposition de I'alcool, dans les co. l- E-'i verit, nous avons vu ces joi r L /t i ,n ',k / r. iI et l. 1 1 :'in. L.ns lv.' ianie u\ a:.ents d i ni ii.idie cotl-
tioni oi cette taxes serait le plus rem in d-.rniersla doaleur publique contrarinde e;peces ch-valine et asinc. t.ti ..s auront etc conduits .1 l'aiat-
nerateur pour le fisc sans cependant dans ses elans par le dtelanchemeint L t fire apbhl'ue dans les ep cp:cs b >\vi- toir publ, les loca(:.u\ ,n il lurcit ell-
paralyser l'essor de cette industries. 11 synchronique de sentiments divers et ne., ovine caprine et p arciiine. erinLs oient netto\ys ct desinfect6s.
etait e:n v-riti admirable a ecouter, lu c ontradictoires L.t ra.,' et l' ch.rb) d.tis touted les Quc les homines qui y sont eplioysn
proprietaire de riches plantations de Le spectacle que je ciois avoir ,tC in- especes se sounmettent au\ measures de dtcdn-
cannes et d'une des plus importantes teressant et touchant.c'est celui que du- Les autres articles q'i suiv,:nt coin- fection juLge's necessaires. It cuni'n-
guildives du Pays, quand il expliquait rent presenter les habitations du defunt portent les formalittie applic.ibls au drait d'e fire l'objet de Ldux nou-
son ferme vouloir ddtablir pour I'Etat President a la minute ou les braves cas d'un mal contagieux rcoin, une ve.ux .articles l. suite te l'article 1..
cette nouvelle sourcederevenus.Je n'ou gens qui y vivent apprirent que la particularity que ne prvoit pas notre du Projet.
blierai pas. par ailleurs, que lorsqu'il inort avait frappe leur pere et leur ami, project de code est l.i disposition entjoi-
'agit pour moi d'exposer les conditions dans le moment ou la certitude co- gnant dans les localith s uii le mal a tt ln rancIlc encore. un dccrtt du 2X
de fbabitant,patron et ouvrier agricoles menea a leur venir Icktement qu'ils ne s-gnale : i" I'isolCeente.lt.AI qucstration. j uillet ~'s88s iajouta. a nomiinclature
ainsi que les rapports l6gaux ou coutu- verraient jamais plus parmi eux sti a visit, le recensement ct la numrque des maladies des.nimaux riput.ic.s con
miers qui les lient, cest pres de mon courtesy ilhoaette.sa carrure robuste.son des animaux et troupeaux de la regio tagclases le cIharbon mp,,i, na,,,lque one
excellent ami Edmond Mangon6s que regard aigu, son tugace sourire de b-n- 2' l'interdiction de ces localities "' l ci- 'Jv/)h.N lclu. i.t la Iibiers lL i% d.ns les-
le me confirmai et me pr6cisai mes ren to. toute sa personnalitC autoritaire et terdiction nmoinentance ou Ia rc, !cmen- p&ce bovine : le rot.,il elt ,hi ,iteniii-ewn-
seignements en pregnant note de ce qui sympathique, s'activant dans la saine station des foires ct marches, diu iran.is- t ilte inl' tiet'n'l dLns l' spece polcine.
se pratique dans I'int6ret r6ciproque du atmosphere des champs. I'atmosphre port et de la circulation du bttail la (Che1 nous.il es, firquceit dc rencon-
ropridtaire et des ide moitis sur les des rudes labeurs, mais de la tranquille d6sinfection des ccuries. ctablcs. voi Itrer pa r la ca.impigne des c;hon ait-
abitations Cbaaublond, Dumornav et fdlicite et d'un bien collectif veritable tures ou autres mnovens de transport. teints de la ladrcrie.ce n..l qui done .i
autres qui en dependent. Apropos de accompli. la disinfection ou m1cme la destruction la bete une total .noIx e. une mai-
Dumornay,le souvenir me revient aus- .. des objets l 'usige des anitnaux ial.- cur rcpousani e ct quI It :ondlla a
si dune inoubliable journey que y Comme suffsmment f des oqui onttc souills par ux t mot brve si. aupara. i
passai,il n'y a pas tout afait troismois. j a suite de ces articlesle progrcs co gnralnen des objs qilconq s l arrive plus ordinaircne.,t, on ne
Deux choses y frapprent vivement nomique de la nation d-pendant troi- pouvant server de vehicules a la conta- at pour a bohi .
Mon attention. Cest d'abord, au ours nomluue de la nation dupendant 6troi- 'ton. A-11 S1L~fp de tLind;-, que 11 tr ia- I,,l'abat pour ia bot;chcIi1. F!t. mninv!
mon attention. Chest d'abord, au course ement du d&veloppement de la produce g lon. \: surplus.t ndl s que notre pro- quand il a succonmbc son m.al. on le
d'ne promenade a tion agricole.lequel est par dessus tout t Iu', s. i lr cl 1ce, Il cc isultatio:, Jc:pce.t.apres un vigourcux assaison-
sesdu domain je fis avec cu vicux de afire de reorganization administrati- du vteria. r- .a 1. liie proprie- ccnnt, on en met 1.i chair cn vente.
IA bas, Cypriens Lateuneise. Ia ve- *,. g _.. I tairej .ioi tra:u,:, met cc srv'ic, au
Sbas, Cypns Launess, l ve, i nv a pas de doute que l'2nciene et ce erice a lors.gir ctechair incomplteiment
ration evideote don't on entoura rofesseur de Droit administratif que "sois d uI vcnire s re cuile va porter dans le corps des aman-
Tancrde Augute,lautorite patriarcale fut, nous le rappelions l autre jour M. nare dai lIe tla o ne. :.lle a illoue ime teurs de pore frais le germe proliferat
faite de respect ct d'affectiom qu'unani- Michel Oreste sra Iromme de cettc/- une crttlale ilndemaite a ciux don't Is du ver solitaire '
moment tout ce monde humble, vail- ailitarisation de la ruralite, de ce chan- animaux sont obliges d' trc abattus.eI.
lant et bon reconnsieaitf A son nom- gement que les necessites pres.ntes et penalites pour infraction a cltte loi )ans notre prochain article, nous
On continuity de nuppeler le Prosi. "t lle vcu de tons r6clament sont cells portes dians le code penal tdudierons A la fois les derniers cla-
.dntque a li~ sr i Ta rcrkr Puis, l touchant les crimes centre -la pr:pric t pitres, VI.I.VVIlI,IX et X du prolet de
quaod je ratta d ma preoeade, ( art.463 du code Penal f'.ancais et 382 reforme.Ils concernent respectivemet"1
Oaase tons mos aaas talt grop6sI Dans Ianalyse du project, nous en du n6tre ). les Eaux, les Bois et Fortsles cimeti6*


I I


9r -- -- - T1 -M-*690











res et Inhumations, la f&te de l'agricul- Au champagne, notre Directeur, au Voici le Message du President d la
tore, les voices de communication, la nom du MATIN et en son nom person- Republique que ol Ministre de rini rier
prestation. nel,adressa ses felicitations A M. Lhtris- a lu,hier, d IAssembUe Nationale,au mo-
CoNsrANr.v MAYARD. son Il'occasion de son success et dit ment de fair le dep4t de i Expose GLa-
CossAN quel plaisir ii eprouvait i rappeler les ral de la Siuation.
D/puti. relations jamais alt&eres qui existent de less
puis longtemps entire Mr Lh&risson et Mesage
P. S. Avant mmem d'avoir A me ser- nous.! du Prsideut de la R6publique.
yir des correspondances et des rensei- Ce fut avec regret qu'on se skpara, r6
gnements que m'ont envoys de hau conforte par cette tranche antimite qui --
tes personnalites qui m'ont marqu6 fut la marque car.cteristique de cette M.M lea Stnateurs,
ainsi leur int&ert et leur bienveillance, charmante reunior-
ie me fais l'agrrable devoir de leur ex- -.. -, i. l Dn~


I- '- b'--- '-- '"-- --la'6ma-ThsAtre
primer d&s maintenant mes remerd-
ments les plus reconnaissants. J'assure Mr Rousseau nous prie d'annoncer
particulibrement le savant et lAborieux qu'il reprend demain soir la scie de ses
gtnkral LUgitime,de me- sentiments de representations cin6matographiques.
urttitrde et d'ad m i ratin Cette renr6sentation de demain soir.


NALUUC CL U Ai11 .11..
C. M.




FAITS DIVERS

RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OJBSI'~RVATOIlEt
DU
SIMINAIRE (:),LLI,(;lE .S'-MAIIITIAL
Lundi 11 Mai 1913


Baroiziotue r leidi


761 .L:


'qui commencera A 6 heures et demic,
sera gratuite et publique, etant destined
. feter l'avenement au Pouvoir du Pr6
sident Michel Oreste.
Comme au eir Mai 1'cran se trouve
ra A I'entree de la barriere du Cin6ma
et le public pourra admirer, du Champ
de Mars, les beaux films qui composent
le programme suivant :
ii re PARTIi:
i. Mine Durant veut rajeunir ; 2.
Amma le voleur aveugle; 5.Institut de
gvmnastique' Stockholm, 4. Son E.
President Michel Oreste. Intermede to
minutes.
s* PARTIES
j. Le duel, 6. Fouinard est joyeux,


1ini111ur1i 2-2,4 1 7- Malade par amour.
Temperature iaxir,,m ".:i Secritaircrie d'Etat de l'Inttrieur
Les fonctionnaires et employes de I'E-
Motyrinie tliriiie 2t. tat. le public en general sont invites ;i
Citl pr,'sl,- '.)\,rit liiii' *t ,ora. u une messe solennelle de Requitn't qui
auX 'Cl I:iis .!0I''i- h lIlt. I'lii[' 14)'or- sera cl66bree A la Cathedrale,le vendredii
LC suir L li.-n ;t 7 11 :G Ill. (Il l>ir mar l ,r6 .fai courant, a 8 hres du martin, a la
quality tl Iiiau pli )i, tl r 1:.2 11 111. Ialo mremoire du Regrett r President Tancr(
.solar a tt111,4h. de Auguste.
Iarotili'tre has it ]H 11 p' I'DIl-1- *
talit. *
I SCHIILERR. Les fonctionnaires et employes de
SIroPs, 1h 1 orni;i d I Etat. le public en general, sont invites
A props d la formation l i une mnesse solennelle de Req.ietm qui
premier .1ilnistl-re sera ctlcbree a la Cath6drale.le Lundi 19
I' lire ao 11 1nnIs4 11, ;t I ,ilt savol ]ouratlil S hres du martin, la nrmemoire
que e I, 1;in('-ral V\illir(n tii illaitiie'. 4 ju Ides soldats tombes"victimes de leur de
dtevait ltlr- 111 In prir Cabilt d-t 1in 1-' voir dans la journ6e du 4 de ce mois.
veatu (Goiiverolmet-it, n'eu sera pas.
Si ntoui-s soinlil's blii inforit's, le ,Nouvel AvoCat
gtiit'.ral \ill'iii illuiiiiin' a alit I )rit' Hier martin a pr&tt serment come
le Prsidciit d(it la Il(I-piluil lI 1e. liii avocat du Barrau de Port au-Prince M.
pIe-rinttre, ti 4 I--.\er m\r por plus. tard MIalherbe Perpignan.
sa C)ollaratl ioi ;. it'itirii e iin t. C'est un jeune don't le talent, qui
()n sait 111' 1. (I:1l. 11. I'E tat t i Mr s'est d dj.i heureusement manifested
Vilbruii." iiilai,* t .SI ,, ,le., .I,,s d, l'audience de sa r&eption, me tardera
corl r't i[ e iitr x\. pas a saffirme.r.
ST i ous nos co:npliments au nouvel
Le 'Prfsient dle la 1 Ilubli(qufe f .ti avocat.
par le Grand Cercle. D6ces
Nous al,)l. 'lli ,ll 111en bolle I I dlia Ies funtrailles de Inis leantv, fille du
festationi so i'l;a ,.I I'l,11e1'I du 1r J. E. Jeantv. d6cd&e aujourd'hui A
C'rttet iii eil-statio, coisist elkir. 2 heures du martin. A lage de 6 mois,
supi)I.re )balllln1 .1t 41.k v\.lltiiltt luii ol'rir auront lieu cet apres midi A 5 heures.
SiCs CoIl,'ii-s iii Gi-.n :c-iO- I'it- Le ,convoi partira Je la mason mor
au-Prinrc', oi sa |iialitt' (1d' iiier'llt tuaire, sise Bois Verna, pour se rendre
il e e Corecl. a I','casilon d( i son a\(- a 1'Elglise M\tropolitaine.
netment it la lIe'linii're Magistrattur de l Nouvelle A la main
I'Etat.
C'est lI ellcorte iiln nlouvelle )prluve A l'Abattoir.
de sympathies Iquii eutoure Il Io(n11 u An momientt oi'i un bourreau allait
Grand Citoyen M\I Ricl-Orste. cgOrg(r ulie truie, unte feinmie voulut
Nous revienldronis sur cettte belle I'en emptleler et, le pregnant par la
inanifestationi Lui I)romet d':tre trt's main quia tenait le couteau, elle lui lan-
brillante. (Ia le idsarmiant prtcepte moral sui-
La fcte de demain vant
C'est demain que le Pr6sident de la II ne faut pas fare aujc rules ce
Rpublique assistera l Cqdrale, ue vous ne voudriez pas qu'on vous
Rkepublique assistera,1 la Cathedrale, au lit.
Te Deum qui sera chant A l'occasion
de son heureux avenement au Pouvoir.
Tous les forctionnaires et employs
publics ont etW invites A assister a cette uars B 0r
ceremonie apris laquelle ii y aura uneCo S o us
brillante reception au Palais National.
Les Bureaux publics. la Banque cho- Or Americain 05 o/o prime
meront selon les traditions. ChequesurParis. 3 314, 4 o/o prime
Nous apprenons que. voulant s'asso- Traite sur Paris. 1/4, 2 1/2 o/o p
cier aux manifestations officielles, les Transfert sur Paris 4 I/a */ prime
principles maisons de notre place ch6
meront egalement en signe de rejouis- Cheque s. New-York 3/4 olo prime
sance. Billet de P. 2, 2 1/4 o/o escp
Demain sera done un jour de fete Nickel.. 3, 3/4 o/o escompte
qui sera brillamment cl6ture par un Dette Int. d'HaIti 191t 97 oto ad val.
concert au Champ de Mars.
Chez le S6nateur L. C. Lh6risson -- ----
Hier soir, vers 7 hres 3o, deferant i
I'aimable invitation du S&nateur Lh6ri- A VENDRE
son,quelques amis s'etaient reunis dans Un bon buss A quatre resorts pou
ses salons A la rue FRrou, o& les atten- vant trks bien server de buss de mattre
dait une reception time, marque de s'adreser pour les renseignements au
la plus franch cordiilits. bureau du a Matina


Le novel

Inspecteur de Police

Hier apres midi.a deux heuies,le Ge-
neral V. Nerette, Prefet du Departe-
ment de l'Ouest, a precede A I'instal-
lation du General Alexandre Catulle
que la haute confiance du President
e la R6publique vient d'appeler a la
delicate charge d'Inspecteur un chef
de la Police.
Un cachet special de distinction avait
etc donned i cette ceremonie A laquelle
assistaient beaucoup d'amis du nouvel
Inspecteur. Le Malin, cordialement in-
vite, ktait represented par notre Direc-
teur, Monsieur Clement Magloire.
Aprns l'inventaire des bureau, le
Pre't, en un dlscours Plein de fermetd
et d' -propos, rappela A l'Inspecteur ses
devoirs, lui traca, en traits rapids et
vfs, leA responsabilit6s qui luIt ncom-
bent a cette here et finit sur des sou-
haits siacres de le voir, per sa correct


tion, fire triompher la disci;li.
l'ordre dans 1e Corps de Police.
Le GAneral Catulle r6pondit j
discourse en terms 6mus. |I al
son devouement as Gouvernemp
qui il adressa ses remerclments pa
pour la marque de confiance q',i ,
nait de recevoir. II restera, i ce
i'homme du devoir u'il a toujoun
et s'evertuera, par dutiles initiati
de marquer son passage i I spe
en chef de la Police.
Ce fut alors le tour de notre
tour qui voulut apporter, par quell
mots d'affection, un tCmoignang
sympathies au Gentral Catulle I l
dit en ce language facile et clair qui
est familiar. omparant, par une bn
reuse transition, I utility de la pr.
avec celle de la police, il montra
difficulties auxquelles le journalisoe
heurte dans son service de report.
difficulties que la police, elle, nerS
contre jamais parce qu'elle est ot
cielle et qu'on la craint. Et pourl
I'utilite de ce service dans le quouidi
est imperieuse. C'est avec lui quooa.
rive A decouvrir les mille scenes
rues immorales et rCvoltantes qli
taut denoncer pour 6viter leur retoug
c'est avec lui souvent qu'on aide cu
mmee police, car bien desfoiselletroor
l'element capable de la mettre surlapt
de l'assassin ou lu voleur en fuitedaa
un reportage bien faith. II rendit justv
lovalement au Gendral Nerette, Prt
ddpartemental, qui toujours a compis
I'utilit6 de ce service dans le Malin i
prottgea, le facility en divefres al
constances. Ce fut sur des Idicitatio0
au nouvel Inspecteur qu'il achevasom
speech.
Le General Alexandre Catulleesr u
de nos officers les plus distinguas.A~
de camp du President Sam, II a lai
le souvenir, p.irmi ses compagnom
d'alors, d'un charmant et loyal canu-
rade, d'un militaire cnergique. Cestl
GLneral Coutilien Roy qu'il remaplaci
cette charge. Au moment oh cehi-citl
retire il est just de noter I'mlrdlt
souvenir qu'il laisse tant dans Itcorp
de police, que dans notre socid ,qsl
silt proteger avec correction et sa
violence.


S L'obiligation que la Constitution fait
Sau Chef de I'Etat de vous presenter.
chaque annee, A I'outverture de la Ses-
Ssion, l'Expose general de la Situation
de la Republique, je la remplis avec
SId'autant plus de plaisir qu'elle m'ofTre
Sla premniire occasion d'entror en coin-
Siiiciiication directed avec vous.
11 n'est ipas necessaire que je rap-
Spelle ici les circonstances douloureu-
ses ans ( Ilesiiielles votus m'avez. par
otrc t vote lilbr, e et lspontano, conflt la
I remni7're Magistrature dle I'Etat. Les
e;ve;neiiients sent d'hier et ils sont
4tdans touites les mlinoires. Mais ce qlue
je ie i redirai pas assez, c'est que planss
ces momeIntst de calamiites vous avez
Sdoiimn tie lnoilvelle preuve de votre
p)atriotisintl. Noius devions tI la mi;-
)'li doire h I'lioiimte d'ordre et de pro-
gr s ~liii v'iiait do succomber alprts tin
111is. de mtlalalie, ai la fatigue et auxli
eitlles (llt. lui iiiposait le souci du
Slieln blic, de Ini Idoner danrs la
paix S itde lui. I.a Ih;lt'pib lipiie eitietre ['a com i-
prisi. Et vos\' i tiintes, Ipo. ur reinplir la
parti e hi a taiclihe (ui vous incombait,
votiIS ave'Z pet'IlSt' tirer de vote sein
I- inoiveau lPr I' silreiit de la llep11blique.
V)ns solivelliat di (cellui ui, a cott de
'o s, a tonljorlltl Intt' pour quti; la pa-
tri- soit plus grande et iplui prosper
Vt S I'ave.z tims elln presence de la
rcalith.
-. goste colporlte de yrandes obli-
ia.tiiSs pou)ir vo(iis et p)our Inoi. Les
sniCCe's 1pii, jc po4Iirrai obtenir au course
pouir'rai accompliti le progrts que je
)poirraii rtaliser, j'aiimrai toujoul'r a
vous eln 'Irappot-ter la ,plus grande gloi-
e', car ce sera gt;rce au concourse (que
vouls in'alirez constainiment prete (que
je pourrai ainsi justitier la contiance
de la Nation.
Aussi, est-ce pourquoi je vous de-
Srnaide d'examinier avec soir les difli-
Sciites 4lue le (ouvernemincnt a rencsi-
tri';es cdans I'exm;cution de certailies dte-
cisions legislative, les re;formes qui
lui ont part ntecessaires dals les diltY-
Srentes branches die I'administration pu-
blique et qui se troluvent tout au long
exposes dans let document r que j'ai
I'lionneur de soumettre a votre haut
control.
Nous avons pour devoir inmprieux,
Messieurs, d'unir loyalemrent nos ef-
)torts pour arriver i cIlanger les coil-
dliti)ons Iliseralles al milieu desquelles
\it no:rce Imalltiereux pays et a lui pro-
curer le biei-t-tre materiel et moral
iauquel il aspirei si legitirnement. C'est
daus cs seiuilitenlts que je vous prie
Sd'agreer, .M'ss~.i~-s ls stnateurs, Mes-
sieurs les hI-pults les nouvelles as-
suratnces dI' iial trl's haute considera-
tion.
%MICHt i:-OiHESTE
I L__ B


1.
t
I

r






C

r
d
d
d




n


- I I 1 I-. I


Rdpublique
Dominicain

De notre orrespondant special
Monte-Cristy 12 Mai.
Le DWlegub Desiderio Arias pIrfd
vis A vis du Gouvernement,unettits.
de de rebelle. La situation politique
veut encore se trouble dans leCib.w
Le General Bordas est decide e pi.0-
yer, contre le Delgus des meare
energiques capable de lui retire tou
velleite de revolte. Un fait tres import
tant, qui s'est produit vendredi Apre
midi, a convaincu tout le monde de
pensees de revolution que dissimuleit
General Arias.
A son voyage A Sto-Domingo l Gou
vernement de Monseigneur Noer doo
na, au D1e6gut Arias, 1- croiseur I"de
pendencias pour retourner i Monat
Cristy.
Des son arriv6edans ce port et
d'un subterfuge, dl fit descendrept01
tout I'equipage qu'il remplsa pHI g
hommes A sa devotion, rendant sisS
commandantt du navire presqu4e p
nier. A toutes les demands do 0o0r
cement, il repondit par d'adroilOP
de non recevoir que le chai'
administration facilitait. Or
apres midi, comrnme ses homes is
lescendus A terre se promener, isP
aine fit mettre dans les fersn, .
ques marines qui lui dtaient fit
re ou cinq des devou6s amis de
gu6 qui avaient garden le board, t
ancre pour Sto Domingo.
Qland la nouvelle parvint asi
"al Arias, il entra dans une I C
olere, car, on le comprend., le
tait une arme puissante 1
nains.
L'impression gEnErale est VQL
lerio Arias ser probablement -
Mais laissera-tl fair le
enat ?


I


J











SCOTT

gi k *I llet@ur soco do
4104 W p o wr corp s. C m*
32.u qi commence IS

II 8! faust pea beaucoup
po w mmor t rapo*; un pou
plus rdchbafs recomsti use
ggmelmstout Is corps
-eDom merw et des mionr do
-dt b&b&S Garo-mb iss AM
hues. m.. et femIMNIne en
Pm-- pour 1,olgnr 1 sfroid
por mmituifr I a camleur du
sone t pre aitr &grtippe, I&
p...nois 1. rbmuaniarsue e la

Ele me counties m alcohol ni
&vgu. mi suts iuarrdient dan-
vere ei. sneeat cnnue dams l
nomo*ftior par I& marque
do qualit6-LE
,&,&PIcHEUR.


En Vent.
Dans Toates
LOa
PharmAaties


SIO scoff

somrmmmpa


Assemble Nationale

Seande du 12 .Aai 191
Le Cabinet au grand complete se pr6-
sente, accompagn6 de I'Etat-mnajor de
S. Ex le President de la R publique.
La seance s'ouvre et, conformement
au premier point de 1'ordre du jour, les
procCs-verbaux en date des 28 Avril
(ouverture de la session) et 4 Mai (elec
tion prtsidentielle) sont sanctions.
On aborde ensuite le d&pouillement
dela correspondence qui contie:t les
pieces suivantes :
I. Un cablogramm- de Kingsto i
ainsi concu :
President Asse.nble Nationalc
Port-au-Prince.
Pour tpargner guerre civil, atten-
des arrive.
(s) MOMPLAISIR.
2. Une lettre du Sinateur D)joie La-
roche retirant sa candidature a la pre-
ainre magistrature de I'Etat.
3. L* lettre du general BeaufossC La-
roche (meme objet) ddji publite dans
le cMitins.
Le president declare que ces trois do-
cuments don't le premier a ett recu
le. Mai au soir et le dernier quelques
minutes apr6s 1'6lection presiden-
tielle, seront classes.
Le Sinateur D6joie Larocha expliquz
que sa !ettre, don't on vient d'entenlre
lecture contieat une dIclaration qui
devait etre formulae A la tribune, le
jour de I'6lection pr6sidentielle mais
pris d'indisposition subite, torce lui a
t 4 de ne pas pouvoir se presenter au
fein de I'Assembl6e
1 demand que sa lettre soit repro-
duite in extenso soit au proces-verbal
du 4 Mai, soit A celui de ce joar.
La lettre du Sinateur Laroche de
ueme que cell du general Beaufossd
Ltoche et le cablogramme de Kings
ton dit le president, seront reproduit!
1 etlRnso au proc6s-verbal d'aujourd
huiL
.L Snueur Francis protest. Le Mi
*IAt de la Guerre n'a pas demand Is


I


__ _


Boite. aux lettres

Cher Monsieur ct ami,
Dans le No 184j de votre interes-
sant journal, en date du samedi to
mai courant, vous avez public un en-
trefilet : a C'taient des chats qui sur-
veillaient la mantigue dans lequel fi-
gure le norn Tiphaine dcrit avec la
mtme ortographe que le titre que je
porte.
Autant que je le sache, je suis le seul
Tiphaine de cette ortographe r6sidant
actuellement a Port-au-Prince.
Afin qu'il n'v ait aucun malentendu,
je vous prie de publier la pr6sente dans
le plus prochain numero de votre jour
nal.
Agreez, cher Monsieur et ami, mes
cordiales salutations.
Ron. TIPHAINE.
-----

Remnerclments
Monsieur A. Targete fils et ses en-
fants, Madame Vve M. Malary, ses en
fantset tous les autres membres de la
famille remercient vivement S. Exc. le
President de lz RIpublique et tous les
amis qui, A l'occasion de la mort de
Madame A. Targete, n6e Francoise
Adelaide Malary, leur ont donned des
preuves de sympathie.
Ils les prient de croire A leur recon
naissance emue.
Port-au-Prince, le 13 Mai s91j.
= .

Panamas !
Chez Mademoiselle Leonie Solages
Rue Courbe No 70. Pour hommes et
pour dames. Arrives par le dernier ba-
.teau francais.


reproduction de sa lettre.qui d'ailleurs,
come l'a expliqut le President, est
arrive apres coup (quelqueis minutes
apres la lvc\te de la seance du 4 m1 a-f
t-il dit) ; cette lettre qui,parconsequent.
n'a eu aucune influence sur l'lection
qui venait d'avoir lieu, n'a pis besoin
d'etre reproduite.
La v6rit historique, ajoute-t-il. nel
se trouve pas dans les documents,
mais dans les attestations. 11 faut laisse
un- place A l'enquate positive.
Le diput6 Bailly combat cette fago
de voir et trouve just la diclaratio
du president tendant A rep.oduire ii
extenso les j documents qui figure
dans la correspondence. La lettre d
Ministre Laroche est une lettre patriot
tique qui merite d etre reproduite en c
qu'elle a eu pour but d'dviter une guer
re civil au Pays.
L'Assembl6e consulate, adopted la re-
production des trois documents.
Le Ministre Pradel donne ensuite
lecture du Message presidcntiel accom-
pagnant l'Expos6 G(enral de la Situa-
tion.
Le Bureau lui en donne acte du d-.
p6t et la seance est levee.



La Clhabre

ScanIc, Jti I 2 \fai 191 5.
Inmmcdiatenient a:prZs I'Assembl&c
Na.iionale la Chambre a tfnu seance.
ILe Ministre Lespinasse tait le ddp6t
des pieces suivantcs
I. L.cs Comptcs G;cnraux.
2. Les Budgets.
3. Loi portant fixation des voices et
Imnovens (lx. 191 5-1914).
4. Loi portant taxation des depenses.
5. Loi prorogeant pour I'Exercice
i -14 la loi du 24 Octobre 1876 sur la
regie des impositions directed.
6. Loi qui porte aux voies et mo-
yens de I'Exercice en course, 1'excCdent
des recettes sur les depenses pour I'E-
xercice I 1-12.
La Chambre donne acte de ces do-
cuments et le Cabinet prend conger.
La correspondence qui ne comporte
rien de saillant est depouillfe et la se-
ance tst levte.








CHANGEMENT D'ADRESSE

MONSIEUR C. L. VERRET
Tailleur-Marchand
Announce A sa bienveillante clientele qu'll vient de Iransntrer at
oi du No 7 de la rue Traversi6re a la rue du Magasin de l'ElatB
~o73, c'est-a-dire a quelques pas de son ancienne mason. On y
era des articles pour tailleurs en gros et en detail, lournmlures g
,trs de ler. choix a prix tris modrfds,
La maison fait un grand rabais sur le prix des complete faits el fe%
is pour hommes.
Elle offre a ses aimables clients des arliclespour hommes de C
?aux jusdu'Achaussettes eclusivementde la haute nouveaute parid
ie A prix tres r6duits



Modes et Nouveaules

;7. Il E DU MAGASIN DE 1IETAT.
Madame Justin Barau
Dipd6mh e de I'Ecole Moderne de Modes de Paris
Annonee d ses clicatels Iuelles trout'eron che: elle. ai de.s 'prix tr -', nodri
es trlicles sui'ants :
SChapcau.c clerLi, r'e mnods pour datmes ef /fil/lete'.s, Fortes, Cit,,,e'rs, Rtubge
Friirs, Plumes, I'Pilles pour chapeau.r, lLaiti,,. S'tli,/, I elours, I'o',/ee de sor,
T /ffe'/la, Crepe, Mouisseli,', it' i,, eles, Ep'inf' /'.s a i/,l'ptan.c adel'r i #",'/e toucelUo.
T'i.ss.s pour 'rob,' s tels q. /e rip, se/', hlantmin mousseliew I,', e,e boudo
e;1/ffe. If lv'-res pour /e'uil. HmOtt,/ u,,. p, '. I ,.
Li, er,'ie. .ll ii':c.i ('C,,I/',fe/s. (Curstels. lis dti ./ Den lllell s. t; tls larabl
inmilatliont peau de a u( l'e .
Kr.harpes en tissus d' qltels pmfr ,'or-.wt/les. I, e / ils. 'r/'t inerie. CNit,'u nn'.s iItr t i 's el tfir
t('iOit it InPcs.
(:Chatisst'lesl fC.'/,u'. sret's et (.uf SllateNs /P10,r et'il'itt ls
I l'7a leih's, l :,s '/,'l/. s, t :li ,,'mis,'s p,o, ,hIitti,, 's


Alaguitiqyues roffre~ls gri afmrePla

-t'ilrti ja pui I',' (IWi 1vfl choi/v d tie Biberlot-s
Servivesc~e ii vo~rces dio ;-)() pif'cC(Is
S"er, 'ict's d It 'ucus. vraiti ui.(*.fie tudelet Lii int
1ererie, eli, cHe, etc.


I'iiverl ei HosBe.


cs Ccolunle


aboratoire Sejourne
Jeparation de routes ampoules rmtdicamenteus-es sI&-rils~ef
et injectables
2 MknAILI.K A L*K.XPOSITION DI BIUXELLIP-S 14 1)
II'O1'LES il'dvai .e iner Isotoniques scion Quintom.
I. detu met q (file IA 41'!OmvonR a elt% 8oigneuaement captte au lot-
a I-dVIA (de I'110 i L %.. U tu O t- la wfl is ii&'slo r atU ct 1 ~irp jacs
1"A)sChS&0'stlo 1t J(i ICL4 Mt--, I'4fti hle I lab l'fatOir o us tet ia gI
1.'teu de mer injvctuii. eisit Otre de' 1;e r icaltinn re'e-r4ele pouir evnir toutpr Ise p10
I'v8i-tt s Olii napcttiquis. I Pk-aomhrrtu-.e jtlistations nou% pea utettenta do certifier quas.
it iifuitt s(tit dcusae tuu4 Ii's a uIt; lt' esperes.
Stk-d2IALITIkTL: Serurmi nevrosteniq8e.
S-11-11111 re-gefl alr'ir..e !tes rCIsargi-as iiutILit I &,iI a t C L1-6110 46V\ i vC Suct
uatis I.t :jtuld.SLLISlluq la Lubtlzculose etc.


ALE


STabacs

ai 1913.


SNESTOR FELIU

Le Maitre-tailleur avantageusemest
onnu de toute la Rpublique, vicnt dt
ransfirer sa maison de la rue des Mi
racles au No 179 de la Grand'Rue. Os
trouvera chez lui d'6leganOt costa
coupe am-ricaine et francaise.


Cigarettes Panx


0e 20
e de 20
oral superieur la boite de 50
(ral supbrieur ou Maryland
Sou jaune le paquet dee 2"
oral ordinaire paper bleu le
ferlati caporal supdrieur paper
an de 20
land paper jaune le Bondon
ferlati caporal ordinaire paper
de 90

J. LA VILLE.


0.70
0.45
1.00


L. IIODELIIA
125, Rue du Centre.
Ancien niembre de la Socijti philantropiquc
des maitres tailleurs de Paris


I'ient de recevoir un grand choir I
0.65 toffes : diagonale, casimir, alpaca, d'
vote, chetioe pour deuil, etc. RBee'
O.5 nandtle parlicuhdrement ,a sa cli*l
u ne belle collection de coupe de catilU,
de gilets ad fantaisie et de piqui ds 1t
0.55 beaud .

0. 5, Specialit de Costumes de noce-."
0 Coupes Franpaise, Anglaise et A00
cam i de la derriere perfection. La I
0.45 son confectionne auui des CostOlPd
militaires. Habits brodds, Dolman, h
iq"ue Habits carrs, e., tc. *.
Itows ~9Ag


----- ~. E


I