<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01762
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 9, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01762

Full Text






IbptLW6 Aane iV 1842 PORT AU-PRLNCE ( iw I ), Vendn-dl 9 Mal 1913


caIent.MAG LOIRE. A CTION A DMi Tn ATI).
DIRICTBUM 8, .R Rue Amcrnceae,, 8
ABONWER IT : -: Les a sseI C semot setes: -
ORT-AU-PRINCE : A Potr-A-Pwcu: m :caa.1 loau'1.r.
10 !Mois .... 2.tl A PAaIS: chez I.. ,vlce &" :
n .. ...9. itice Trerchlic
Mja Ikois. . H 5.00 A LowNo.. : .b* I. V.averce^v r. I e.
DtpARHTEMENTSA : L I %:ajte Hill .
fl Mois.. ....... .. 2..0 0 A Bsat i. che s Rudol. Mosse
A 0 S. W. 19, lerisaleme Strasse 46-49
io ISRANGEB .. *. .. A liw-YoPa : Unversa.l Publicity Compiav
ETRANGElt : .c.West ;Cth street
TrA ois l ......... G. 8.00 lcs nanuscrit in'cri~ ou r.n ne ont
-es-1 r m .-. rn'ftr pa s rcndt.s

I NMRO 1 C NTI Q OTIDIE Abonnements ct inscrions pa.-alleJ av- rc


LETTRE A MON COUSIN d:Etat qui 'ait jamais ltc qu'un civil. tout mnon sagl jusqu'A la dcrrite
Pour la premiere fois, les arnts goutte en tiU battant pour Ioon chef.
I ---ool-- l'ont c6dd i la toge, et des soldats die Ici. I''ennllli.c'.tait Ia imorlt: j'ai donn.
grand courage ont jcett pour cela t le l pien dot monl salig )pour lii, pollr Il
XI poids de leurs |pes dans la balance dtfelndrl centre la inort. co n'6tait lile
de's destinies nationals. Imon devoir det soldatt c 1i11 devoir
Et ii so trouve flue ce civil n'est pas d'aini !
Mon cher Cousin, In6lpris dii respect di a lai mort, seulement I'homine Ic plus instruit, Nest-ce pa. mn us1114)11 i iqu cela
.t oil a vu aussi, danis la itulm o incontestablelentl, (iui suit arrive an mi1t-rite tic il.sser; I'llisti r t'
C'est ule chose infinilnent agrmablo journee, une population en d6lire ac- P4)lvoir cliez Illn ais I'hliii Ieh, .
de pouvoir dire d'un coetr sinco.re, en clamer ctlii que les Chambres ve- plus afrable et a i caue dI son atllaili- lI:: I)A lIlA
chant tiue l'on exprime une opinion niaient libreinent d'd6ire. t, Ic ius aim.'*, lus Iulir.
jsque unanimemient partag6e, quelle Oui, c'est plus beau que co no fit N'est-c pas, lon usin, iii vest
Bitle et grande apres-midi fur celle l )our Loconte. Leconte tait Ie Clf si be:i, si iiatteindu, lle I'lin croirait lT'IIE I P
qai, apres une jouri6ae chaude, traver- tl'une revolution triomplhaint, et itl i',' L;,?L
se d'aigoiss(s cruelles, vit s'accorn- nest doveiti Vritablement piopiulaire *st'.n e. l i tl lie
plirl'lection dusenateur Michtel-Oresto i !)ie'o s ellection, certains acs vions : icli iI to les Ipatiots
lit I' Premiire t Magistrature de l'Etat. I son goicvernemet ayant inspire o t ojos n r de vir la te Let p)Op) l ltt
11 faut avoir v6cu les journoes qui ii confialnc ete do amour ai teller. du p .i 1 U lion:neI iuns' it, niavat ii
ont preced6 la mort du tPrsident Tanl- Aujourd'lhui, c'est ui holrnl li na pirti i p;iri-p!is.arriv a la preni're de I u O
crde Auguste, avoir scIute I'horizon pourl appui tu'u popularity iOn'1. Maisti'tle dI I'tIt:at salons heru"t de t i
politique ros de nuages,avoir senti la ui n a pour force que d'avoir touoitrs sllrtou)t sa.; violnc, as ac~.-;tr .ll
situation 'leino de p6rits grossissants, !,in mriti du pivys, cost c.t )liniine 1ls conscienlts i les ppriln o r. par
avoir vuI so dresser Ic spectre de Ia- (iui trioinplie, et d'un )out a I'auttre do e I Iibrel i do iIos institutions t par toire Co' rr'pundai
narclie, avoir eu la vision de la guerre l' I publi(le, ce n'est qu'uni crii dc'i- la vol.)tii doe la grate Ilmtjol'itl du
civil dcrhirant encore ce nallheiureux liousiasmoT. i. )tlil. Tol i l, i ilil' oCli1l
pays et I. ruinatit; s'et e indigne, avoir" N'ast-co Iris quil v a danis cos d( 1 i'iS. ns DiO,, deo tite giee q'il Tos les pays tivst's pIoc
frctni, tremble, desesp r1" presquei1 nier.s evilIoinents eles Io i I ti i ll- ;Itafit h apll'S do i tsI'l-ti t i t i i r't tlliqo r
pour coinprendre la sincerity profonde gr. Et d'al))rd, constatons nlle t is d, loniin.s Itpre'ves cltalr 1I plis exncllitelt p)ssille
de eIxplos ionl de joie populaire qui a Ilus (que Ie peiilple est bon. pjllis |u'f 2:i P i !r lli i a ijoui'r'liii c Ite ttr le noinlir'e s hI;lits lts. n l. Fr lice
salur Ikdlection du nouveau l1Prsidellt nle It croit colnn6iuinenit, et lu'il a on i'ai viil dire de la li.publique. sufti pour chlangler ses mun rs de du avonis d r Iegrder I'avenir avUe d ls Cls iir'i i!nsl c(I:iiliil oni :i i *pelt
,Qioi le Chef de 1'Etat cet ,ouverneitenits successifs qui liii tt veux |lis ciiatsje vx vis coli-
graveml'it malade, il meurt, et, inal- laisse jouir d'un peu do liberty. IIlIsl- iter II trait dont Ie rocit m'ia lien enin. peil te il c I1:1iiiil 1t i1 'lo g.
gr6 mille o163lents de discord dpars tat : Leconte est accompagine a |ll Pni'ident t'l'ilnce' AugIste Ilis- puisjpie los li;lbitits soul divises
dans la Ru6publique, pas un coup champ dn repos par uine foulo ei lar- se cih iu jour; les autres itImeilln par sexes, I);"r a;i, In'l r.'liw'ilo, par
*de fell, ias le moindre ddsordre! Le Les, et Tancrlde auiit cu uni Uani- id (.1oiuverneiillli t tla talinlle sint 1prol'fssion, on n';I plus qu 1i iecoin-
.calne et la sagesse du people sont lique convoi fu|nibre sans la flusilladel constit'lrni. I. ent inent t ci dt jourl ct'n mencir.
.exeinplaires; c'est plus qu'on n'aurait sacrilege qui dclaa devant la (atli- joiur, l. vi\i, s. ri.tile dlc. c corps blie. r Ii I 'ruope d.l'tr.os h'.- iis l ei. ii ;
os6 esp)(rer. Les esprits retlechis se dale. 11 a pU Inourir dans sor lit sia. ecntcori s.i so~ld. ups
rjouisseint; on constate avec bonheur lquie ces coulps de feu avant-coureliirs AltIor, dos ieii 'dcis sui Ore d'il- relseiglnemels olliciels comilet.
u'il v a quelque chose de change tle la clilte des gouverneilltits ela- fser" an inalale du sang humnin, du iiillionl.s l'l'tires liiili;iins.:1i (11 prti's
dans Inos oeurs politiques, que la tent la nuit dans Iesrues et in 1e danis sang uitliiil iVanit. I cihil''r e lC I joeuic ir'publlitue
mJntalilt du people s'est l6ev6e, qu'il les banlieues. O(ui, tiais |lui so resignera ai tionner cilioise. *
CniiilnelciiLr a prendre consciencede Ce t .t e n'ta q'il il d'enne- o saig ? A qui pent-on demandlerI ("Iesl Ii l, c (ii lli p te lii
"ses respjnlsabilits, autant que de ses inis ou d'adversaires, inlis le iile a un t.l service ? Coiinent lntiie tI de- di:iia 1 il .i it
droitss; -t I'on admire et oni se ras- inarqu6 soi respect pour la ilorl't et l nindl ir Cs dli t! ans, 10 n!llois rie q.
it'. nathetir, et c'est cette constatation (iii DaLs It ai faill da Prside:it, per- dans I i HussiC d'luio:,: s.' 'llil
Dejt, apris la mart de Leconte, on est eminelmment rconfortanto. sonni:, i'.est a assz t;ort po:ir dolnner la ajotler, la Silhtrie. le Ctauti;se, le
.avait e'i e tmline spectacle. Mais ne D'au lu rcnftant plus rconfo ( ttl L qlu:ilit; de sL suftl'lisaute. Ttikestan. on arriveait ;' n lotal
fillait-il p.is attribuer cette attitude au people donne ainsi une indicattion lti (C'est alors (liit" (itelo'(tn qtli o)it de T17- imillionis de sujels du IStl'.
f.it *ile lo pays 6tait profondiment le aux gouvernements ii venlir it1; l mill- cottc alngisse, s'oli'e dle lui-iliii-e: "
alteri pAr la catastrophe du 8 Aott? tre que s'il a eu des col(eros, elles Qu'ou alalyse ioin 0 lani d'alird, dit- L Allei.ag iie arrive IA t mnil-
1. pIreuvo dui contraire, on l'a vue ces Itaient justifies par dfes acts de viio- il, l)loulr voir s'il est purl ; et 'il I'est. lions, avec Uine leiliance bien mar-
Joulrs-ci. lence : coux qui avaient se:n I' lil- j.'n ais Ih sacrilie ponilr essayer dh quite 'i lie plus ;tligmelnler aussi
ILe people s'attendait depuis des so- -ragan out r4colt la templte:; ilis re lsd(llre la s'illt at it n I lic riapitlcinenil. II ;a li resale toujours
tnains la l ia mrt du IPresident: des ceux qui ont semn de la donceur et di o ( voludrait riflus' r, il ilsiste. I' ,ad reitrqud que pius nl pars
Acornbinaisonso avaient eu le tempsde la bont6, ceux qui, au risque doe p1 niic'dcin tire cent gramllies de sang liit
I;n nouer d'un bout l'autre d la Re- raitre faibles_,.e sont montrt~s ihullaili- qil tl'ralfils, a ls vines du Pr- senriceit et p.us iionmbr
,ublique; et inalgre cela, la popula- Iat fraternels, ceux-li ont eu le prix do" sidtiet Talrelde Aluguste. naissanil:es iiiin title, la simllple lo-
tion de Port-au-Prince, come cell leurs lhons sentiments. Ce renl)de extrnl'lil it, rI'nIssit Ipas A gii(lie semblerait iiilidluer le con-
des autres villes, est restee came, ad- Puisse cette lecon nle pas trle lper"- le renidre al la t vie; liais I sacrilic' a traire, miiais eltret Ia l oiqule et ;la
nrirablement calne. due et 1'dducation du people sec conti- o'lt, fait d'un gralndti 'ur, et je It' Ie lis pratlle i ya ii n abine.
SPourtant, on comuienait i s'inqui6- nuer ainsi, pour- son- plus grand bien, laissor passer, sans le menitionner, un .l
ter; samedi, les Chambres n'avaient dans le sens de la civilisation. trait de dltvoluclent si Lbetau. II attesle I .Aul ilie i nrii est eln re
pas pu obtenir le quorum; on s'inquit- Comment ne pas ouvrir largenoent qu'il v a encore td glralnds et tobles progrtv. Its pelit ale:l:mnds,. le
tait et on murmurait. son cceur a I'espdrance, quand on voit cturi. iIlilni n)ous, Cet ll'il supit pour petlis ongrois, les peils bo-
Et pendant que l'office funbre se a la direction de la chose publique in, tille (tcs c(tur.s d(onnllont leur:, fruits 11iens, les iwelils ruillitres et ;autlres
Aieroulait a la Cathedrale, les bruits les Itomme instruit, courageux, onergiqlue, d llroi'sll., (1'u11 vtil ie alleour pas aux noms il'licilcs proion-
plus alarmants circulaient. Les coups aimant le people d'un amour sincere,. soutlle uir la I Pit. i
de feu Bclatent, des contains de coups entoure du prestige que lui a collntil, lii 'ji at .;,~>lc)ili o'. bl alte est cer, s;o iiullllilicul t. vcc eoiliouia.,s-
de carabines parent, et la foule mas- une belle carrirre politique et do I'al unl modest'; il in. s'tin v;a Iplis hle ra- IC eCt I I'Eiiiper'ur I r.,tii .8e devant 1'Eglise ne bouge pas; pas section qu'il a su inspire ineme a ceux ontant, et quaiqu'i sa su inspire t nl, a;i. co:uinl:ie n l1 miliout de sujeIs.
d'affolement, de l'indignation plut6t, et qiui ne le connaissent que de noin. s'il c'est paIr qlIelu'lu q'l tie'ut cC recit I;ir coiire ce'- lii colilpos de ra-
pour un coup, j'ai vi un group nom- est vrai que I'union fait la force, tulel d'uln mt ure de; la Iamille Augusle ces diverses puiqi 'n Autricie
breux et compact d'haitiens fire mon- gouvernemnent sera plus fort que cc- quc je sais I'hiistoire. (:'ost done quel- t l -lr puie il r-rits e
tre de courage civique. lui de ce parfait homrnme de biei qu'Ul qui joint -- c:olol.in c'est I'ordi- on "i p IIli~ s *titi''elites, el
Le convoi report vers le cimetiere, qui a pu grouper autour de lui iairi' -I'hliroliime a la modestie. C'est fEminpcireiir les parlo tolleS dit-oIi.
et alors la detresse est profonde; mais toutes les classes de la societit ha;i- pour nic Ia frIisser cette inmdesli e il vault mietux le croicr que d'aller
c'est une detresse courageuse et forte, tienne et que tousles parties se seraient ique vous 11.3 voye'z Ilthsitor u le norn- lui demander.
et I'on sent qu'une parties supreme va disputes, s'il n'etait pas trop patriot ner ; mnais vous ne te lo palIoune- L'A,,gl.'te-.er ;'lsi 's! en pro-
sejouer. Enfin, apres des heures d'an- pour appartenir ai aucun part, avant riez pIas, mon cousin. II faut done que (. ci:nIte 40 riions do sta-
goisses mortelles, grace au courage la sagesse de se reserver, chierchanlt a .je vo.is d.sj quil s'agit diu genet'al (gr s,. l *,, -P 'i,|in $1-
dtcid6 du general Poitevien, du gene- meriter l'estime et la sympathiede tous Emile I. t!'rt. actutellnment encore lets et pouirtl;it la supericie( du ter-
ral Ducasse et de leurs auxiliaires, la les patriots, afin de pouvoir un jour sous-claer de I'Etut-Majo" du doPrsident rtiloie est limodelOe. Lt' Anuglais ai-
tChambre reunie, malgre les menaces et ce jour vient d'arriver opirer de la llrpublique. meit l s iotolreeses latilles, clia,
et les cr6pitements des balls, elit sur son norm veritablement populaire Comme en iue faisant contirmer la cunl soil goil,.S FrIatce aile inoins
MIIChEL-ORESTE, President d'Haiti. la reconciliation, la fusion parfaite. de chose par lui-uit.ne, je lui disais Inom .i millions
De sorte que cette meme journee tous les groupements divises. admiration pour unl si bel acte de del- essalls ti 'it que mlions
commencee dans l'inqui6tude, traver- Constatons encore, pour nous en rd- vouenlent, il me repondit: ,Quc volt-. d'i hitanlls. On c CC en ce moment
Ste d'evenements tragiques, et, disons jouir et nous enorgueillir, que cette lez-vous? je ne crois avoir taiti quj des socitelS )pour etacourager les


"'mot, savages, vit sierfaliser la plus election qui est certainement la plus mon devoir, inon devoirde soldat et peres de limaille la avoir plus de re-
belle election que nous ayons jamais belle que nous ayons eue, cette ilec- mon devoir d'ami, car le Chef ome tW- jetons, mdais les enfals culern cher
eue. 'tion oh le coeur de la Nation a vrai- inoignait beaucoup damitie et ime por- a leer et colun I'Eat ne fai rien
eOn i u a'accomplir mette prfana- ment parle par la voix de ses manda- tait beaucosp d'intwrt. a 61ever et cone IEtat ne fail rn
Uton barbare du temple do Die, au taires, nous donne le premier Chef .Soldat et ami,j'aurais bien donnd pour proleger le fausilles noan-








breuses, le Francais prudent ne so ce general dans toute l'etendue de lI 'ussit, ce conseil de l'ordre des avocats
laisse pas persuader. Republique. pr6sentera A I'histoire cet example salI
L'Italie, malgr6 sa formidable Donne au Palais de 1'Assemblee Na. tire pour les murs publiques t i
Emigration, atteint 3'1 millions tionale de Port au Prince le 4 Mai 19 3 rfpond si bien d'ailleurs au bat
d'hopnmes et come sa superficie an rio eme de lIlndependance. d'abvoca du Chef d'Etun Prsident de
est un peu plus dle la nloiti6 de Le prdslent de kAssemblee Nationale I('publique.
cell e dela France, elle a droit A SUIRE DARTIGUENAVE Nouveaux Sunateurs
toutes nos fdlicitations. Dans ce
beau pays de soleil les enfants L vice president de Tl'ssembWL Nationale Ce sont M.M. L. C. Lherisson, direc-
poussent come des chniipignonS ST AMAND BLOT teur du Collkge-Louverture et le Dr J.
L'Espagne ne nanifeste pas un Les secridaires E. leant', ancient directeur de 'Ecole
bien grarnl entlhousiasmna et sp con- I. B. 1'. SAr.xA.\:, P. JLsnT. LAUTURE cie, qui one d e lus en remplacement
tenle ,oilestomn nt d(l I'J ,millions C:v LR RoczIG, I:AUilS DULVIELLA. des S6nateurs Michel-Oreste et Camille
d'haitanls.Si tons sulivaientl I'ixem- Gabriel del Or)kb Moliere.
pie du jeunie roi Alplionr e X IIl quio r Nous adressone nos meilleurs com-
A cinq enfanls en six ans. les choses s'embarque poilr uba pliment au nouveaux Senateurs.
changeraient. La Belgique et la C-t aprcs-midi. sur I'annexe du fran-
Roumanie out clhacun 7 nillionss ais, steamer Abl el-K dler v. s'embar- M ariage
d'habitanit. L T ',iruio d'Europe quc. pur Sintiag" de Cuba, d'od il se Le samedi 17 Mai prochain, A 7 hres
vait 5 millons s rn, is qi in reidJr.ia Aa Hiva'ti.le violo:iiste G ibriel du martin, sera c6l1brc., A la Cithdrale.
va ait 5 nill ons l';i in is qtn i I e del rbe. le marriage de Mile Louise A4uguste D.-
la paix ser;h signie II lui reslera Ml.lgror son d sir de rester encore daill/ avec Mr Bcrzil Jourdain .ifchbel.
lout just la population de Cons- quelques jours parninous et les nom- D'*
tantinople, till Ipeil pls dim mil- breuses sollicitations qu'il a revues Par dapa:he rc1ue c. mtin, nous
lion. I.a I Illai'IO,. I, Portug;l, cet ctlet,il se voit oblige nous a-t-il dit apprenons mort d r ugtin
I mmtiense St.;l. et la Ilg irin- oin au ours d'unc visite d'adeiu qu'il nous Bion. survcnu au Cap Haitie: hier
chi Ict i i nl lli,: la S.iss mInil- a faite hier mn.tint.il se rendre a la Hi- une here de I'apr,; midi.
liois s is ;o u)pto" l .s I mltr,' rs vane,le T'h3tre ,N.tonal avant announce
EnfiiI la Gr-'ce, le Darier iirk et la son arrive pour ce mois. II nest pas No m in
Norvi,'e,, seileineiwt deux inillioins impossible, cependant,qu'il passe quel- Au dernier bal du Cercle, com.n,: un
Mairnleinantl voulez.-vous luelues ques jours ici en juillet. epoqu-i Ala- employee du Parquet restait tout le
i quelle il iura .1 voyager a. Puerto-Rico. tctmnps assis,une demoiselle deses amies
ncont e vue de la attendit ctte occasion de l'ap- lui dit sur un 1Cger ton de reproche :
dlen.', ,, I t >)ptilii, .je Jais plaudir une noavellc fois.nous lui sou- Comment, Monsieur, vous ne
vols l' lounr iav plisr haitons de cucillir. .insi qu'A Mademoi dansez pas ?
D tous Ls p Is eCuoptens ce seller DYvonisia del O-bequi continue Impossible, in idmniselle, je sais
oll it SII vois;. I *- brave I'lIges l' acco lnp.gner d. ses tourat.es, de attache au Parquet.
(q i rip'llltl)i tllt I,' prix et I ltlt la nouveaux lauricrs d.ins la C.ipitale Cu-
mailn v" 2S ;1Ih iltants par kilo- baine ouiil, v a dix ans, ii s- faisait ap-.
m Letrc r i( it'ons:tl vit'iit la I11 o- plaudir.
lane avec. It i''is. tspi ivei' tt Clho.-es Siprti\ves Cjrs de Bours
Aii'.nglet'rr,' ,..v l i). I laal e ;i vec Par d cisio: du c .i 1 d'alin istrA
"1211, I .\' l,: iig ;t I v. 112,1 a Snlis.e tion de I'L'. S. S. 11 lin taguration du Or Am ricain 290 o/o prime
avec 'I. l'A rici avc 7t;, la Par, Lecounte qui d-v tit avoir lieu le iS ChequesurParis. ;. /4, 4 o/o prime
rail' v 1. I. ;lvec 21 M.ti pro-h-l itn. .t -i eCtc renvove. Traite sur Paris. 2 1' 2 Il ofo
et la \ol\ v, avtc NS. I On esp re voir le co:ns-e! iher 'ou 2
Si ia Frauice avaLt une ipopul- overture ot'licielle de .-c mervcilleux land Transfert sur Paris 4 1/2 o/o prime
tiion :issi ftlse iule elle (ie It Ilel- A la tin ie ce In )is ou au commence Cheque s. New-York 3/4 o/o prime
(ilut'. et'II, ll )Ico nlorit > inilli i ncnt de juin1 Billet de P. 2, 2 1/4 o/o escp


d'faitbi;laijs. (Ce i'est ias notre gene-
ration flui vnrra piareille chose.
(G. II:MAIICIIANI).



FAITS DIVERS

RENSEIGNEMENTS
MErEOROLOGIQUES
4)I SIVIVATO()lill
DU
SEMINAlIJeudi 8 MI S-Ai 1913 l
Jeudi 8 Mai 1913


Temperatur3-


73t 9,o

4,,


Moyciiie diuri' 25,1t
Citl iiestiL col vert toutie la' jlour--
n11 ..
Itaroiiin'tre iin haiisse.
I SC(:ERER
Election IPrisidentielle
Decretde 1'Assemblee Naitonale
I' ,ii l"e I .r't J Eletion priti.ientielle
q',l Ie lounitur du .\Iert rrei 7 .AIii cou-
r.int public'.
Considrant que l'.ssembl, e Natio-
nale reunie en vertu de I'article 64 de
i Consttitution, a procdd A 1 l'cection
du President de la Republique et que
le S'inaieur Michel Oreste a obtenu la
majority, des suffrages ;
S DICRic 1lI:
Article ter. Le Senateur Michel
Oreste est ,lu President de la Rdpubli-
que pour une periode de sept ans. en
conformity des articles 90 et 9; de la
Constitution.
Art. 2. 11 entire en functions inmmn,-
diatement et ses fonctions cessent le I
Mai 1919.
Art. 3 Le present d6cret sera pu-
bli et execute i la diligence du Secr6-
tae d'Etat de IPntdrieur et de la Poli*


*
L.'Cquipc du crois ur De'sartes qui avail
inatche control' ui pe inixte composer
des joueurs de 1'Olympique et de l'U.
S.H. est,comme o. le sail, de nouveau
d.ns notre rade.
I. Commission de football de I'U.S.
S.11. scst empressde de mettre courtoi-
sement a sa disposition le Pare Leconte,
dans le cas ou elle voudrait s'exercer.
Un conseil dans 1'embarras
Les membres du Conseil de l'ordre
des avocats ou, pour etre plus pr6cis,
le distingu batonnier Ethdartse trouve
en ce moment en presence d'un cas
unique dans I'histoire de notre r6publi
que ct qui ne laisse pas d'embarrasser
les gens a robes, quoiqu'ils soient rom
pus.par grices d'ttat, aux situations de
licates et tamiliarises avec les compli-
cations de l'existence quotidienne.
Avec M* Michel Oreste, c'est la pre
mi&re fois qu'un avocet acctde au pou-
voir supreme. C'est dejai une innova-
tion propre A jeter le trouble dans le
protocol traditionnel profond6ment
impr6gne de manieres militaires et de
moeurs guerrieres ; mais lorsque on
songe que cet avocat est un des mem-
bres, et des plus 6coutes, du premier
conseil du batonnicr ltheart, lorsqu'on
sait en outr qu'il etait question, la
veille meme de 'election de Me Michel
Oreste.de faire poser le conseil aux ate
liers de I'artiste-photographe Mevs, on
ne voit plus du tout comment le ba-
tonner va dcbrouiller les cartes em-
brouill6s par les 6venements du 4 Mai.
Gustave Vapereau disait que,dans la
vie, c'est l'imprevu qu'il faudrait s'atta-
cher A prevoir. Le conseil de l'ordre des
avocats avail commence A se r4unir
pour la seance chez Mevs, lorsqu'il fut
disperse par la panique provoquee par
les premiers bruits de la mort du Pre-
sident Tancrede Augnste.Et trois jours
apres, Me Michel Oreste, Olu president
de la R6publique, se voyait dans une
situation pr6eminente.
Comment le blitonnier Eth6art don't
on connait generalement I'habilete,va-t-
il s'arranger pour avoir une photogra
Ihic de son conseil ? II est difficile de
* prtvoir; mais, en tout cas, *'il y ret


Nickel. 3, 3/4 o/o escompte
Dette Int. d'Haiti 1912 97 oto ad val.



Le President
Michel-Oreste
Adresse ses souvenirs au Stiiat


Le General
Camille
Demissionne common


III


ce titre de Snnateur de la Rip
Je vous renouvelle A tous,
Senateurs, Iassuiance de mes
thiques sentiments auxquels
mon salut cordial.
MICHEL-OR

Au President de la RWpub
Mr le President,


Le Senat a l'honneur de Vous
ser reception de Votre Message I
Mii courant. No 6. par lequel,
lui rappelez l'agreable souvenir del
bonnes relations avec chacuri de
Membrcs. Le Stnat, lui aussi, n'
ra jamais les grades sympathies
Vous avez toujours eti I'objet d
part, et, a co'tte de la satisfaction q
6prouve d'avoir tct i'interprete
sentiments de la Nation, \'ous r
I'expression de toute sa cordiality
En vous desir.nt le plus granj
dans le course d-2 oire mm dit, I'
sembl&e. M.r 1. iPrCsid-nt, \'ous re
velle I'assurance de ses s mpathiq
sentiments ct v-ous sale cn la PtP
LC, 'r, i.lillt,
SLIRE DARTIGCLEN.A
*
(:hCrs ct aciens colleagues,
J n*em'cl rci-se d'annoac,:r au Grj
Corps au.;ill j ctais si heurlux cdp,
tenir quc S )tl lxcellence ic Presid
de la Rcpublique vient de m'ho0
de s.i haute contiance. en n'ap
au comn. i n dementde l'arrondisse
de P'ort-a.u-lPrincc. II me coute vrai
de laisstcr c liutcuil que joccuoai
milieu Ld \vous.Mais avant consult
Sobligatio:i qui nous incumbent
surer p.r irc d..voatmeint et les
sour-cs dJot Cous disposo:s. le r
jque noIl ',i; 1:neCs decides a im
dans le p.a ct que notre vote de
m tnch ili ,ricr a si expressive
traduit. jm.i di a:ccepter cc poste.
ConminIC vous le savez dcja, j'ai
di dans I'arncee ou j'ai successive
conquis tous nmus grades.Etau m
ou il s'ag.it d'.Ivoir J'une tagco: ga l
des sold.its disciplines, en un mo
armee tortc, jai please que mon
rience ser 1 Jun c):icours immrdi
Pouvoir i-A\cttif .' la place lue j'
pe. Le noble programme de releve
national p(ou )su i par le S-nat
tant d'ardcunr. reste encore le mien,
sont vos id.c 'es hautement patriot
que je in',eertuerai a rdaliser, en
plant I'armnee toujours qu'ellea


I plus prcicuse sauIvegarde des famr
et la sentinelle vigilante qui souti
Tflli no, institutions.
Ioliet e fIEn vous print de croire que jea
ie Sanateur serve Ic plus profound et le plus
tueuIx souvenir du temps passe
vous. ie voIs rermcts ma d6rnil


OQ salt que le Sinat, dans sa seance common S.nteur pour le Dpartel
du 6 Mai courant, a inform la Cham- de l'Oucst, et vous renouvelle. chef
ore des vacancies que I election prcsi- anciens collcgues, la sincere expresa
denticile dt l..ppcl du Snateur Ca- de mres scntinmnts distingues.
mille Macire at; poste de Comman- C. MOLII'KE
dant de I Arrondissernent de Port-au-
Prince ont causes dan's son sein. -
Au moment de prendre conge du
Grand Corps, oui deux bfis il siege'a e S nat
avec la dignity que I'on connait, le
President de la Republique lui a adres-
s le Message suivant que nous pu- A sa 'ullli, 1M 'liier, le Grand
blions avec plaisir, ainsi que la lettre SI ~f''(Il'La par laqielle le Sl-nateur Clmille M >i- "lt I Ii i 1,iitblq et tssaged
-e l int 'It. lit Ir.1piobolique et une
l&re, informant ses colleagues de la 1;1*.Il al\lle olitre, re
marque de confiance qu'il vient de ,Iemt (l-,iisio, de sInateur.
recevoir, leur dit le souvenir qu'il em- Nols eI'ro'.(liiisonsplas loince
porte de leur collaboration. pi"c'. qIi,. I. Smat a d6cid
S. I pro(liir iin-oxt'illso an proc
No 6. 7 Mai 191 3. i(l joi', i. ii,"t ime telnps que Ia
tion aldopltt- a I'par 1'Assembl e
MICHEL-ORESTE Ipoiso aii ipiieri Message.
Prdsidenl de la RBtpubli'ue La cotirspoilda!nce compren
Au S d lemiiieL ,t duxlt';titions de cito
Au Senat de la Rpublique Ouanamiiitlih', riclainant des i
Messieurs les S.nateurs, t,:s tct le painiient des bons dd
oux piouir Is p)cirtes eprouvdes
Au moment ou je prends conger de sac de ct-ttu ville en 1911.
vous comme Senateur, je sens le be- Sur la proposition du se nteur
soin de vous dire quel souvenir agrea- dore c'e p,:titionrs sont d fr
ble j'emporte des relations cordiales colnit ;s d I'lult'iieur et des Fi
que j'ai toujours cues avec chacun de MM. 'i'llimotile et Sylvain so
vous. Le President de la R6publique se resdctiv IiN.Sent .pe'anis.l
rappellera toujours avec bonlheur que luis, Mr N. S. lafontantd
le plus haut tltre qu'il a eu dans l'Eat opposition de la nation, de
avant d'occir le s 11o au noma de la nation, des
avant d'occuper Ic post ilevd ou vient ions au Cblseil des
de I'appeler la Confiance Nationale est pour avoir dignement hit aof


liq*


0
It
Of









IL