<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01752
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 25, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01752

Full Text


OWAM MI M


Po T-AU-PBINCB ( a I


Vmndredl SA AWN 068


ut.eiIAGLOIRE.
Dfus cirgu r

ABONNIC1ENTS:
pORT-AU-PRINCE :
(in .. ... 2.0
TrOis 14'IR ..00

Jio mois. .. 2.20
1 ois moi.... 1
ETRANGEB:
TrOis 9oi08... ..... G. 800

L" NUMIRO 15 CENTIMES


Ii


QUOTIDIEN


RtDACTION- ADMINISTRATION
8, Rue Amenrcane, 8
Les amoseces sert oBuei :
A Ponr-AU-PaINCm : su bureauZ du JourIn
A PAlIS : chess L. Mavence & C-
9, Rue Tronchet
A LowDams : chez L. Mavence & Co. i~,
21, 2; Ludgate Hill
A BERLIN. che RKudols Mosse
S. W. 19, Jerusaleme Strase 46-49
A Naw-YonK : Universal Publicity Company
45.West 54 th Street
Les nanuscrits insrts ou non ne fsnt
pas rendus
Abonneme:its et insertions payables d'avace


I _________________________________


VOIX DU PASSED
--0oo--


Une phase de la lutte du lib6ralisme en Haiti
(1870-1882 )
Par Franck Solayes.

X

IQuant i ceux qui thldsaurisaient,-et de 1870, le miniistre des finances avai-
s n'6taient pas rare dans ce pays oit d&post son project de substitution li1n
icaisse d'dpargne est inconnue. j'e voyd au coinite des finances, donrt Io-
isse a penser do leur sort. On a beau- vy r Hiazelais, qui en faisait partie, otait
oupt parl en llaiti du cas de ce car- I'tispirateur, ce project fl't c&artet et le
agiard qui, depuis sons Hover. avant icomritt concliit atu retrait dcliraitif par
nfoui sous terre, selon I'tuslage ss move d'un etuprunt a I'tranger.
oiUnoniies, une .tnsoime de huit iille Aux terms de la Constitution, .'cest it
ourdes representant presqu'autant en I'Asstinbi t Nationatile u'est ri-Lrv'; Ile
30nnaie forte, so trouva un jour n'la- d lrit d'autoriser les etipruitts. I.os
oir plus que deux piastre. Ajoutez i deux Clh unbres s- runirent dlone ,t
la la perturbation, le dlsarroi gonae- une commission fit clarg&e de I'oxa-
al qu'un tel systaEme jetait dans les mnen d(e la question. II est ai remlartlnque
aires, la formation d'un group no tn- quet le Pouvoir exdcutif avait Ipanr se
wuid'agioteurs qui, sous Ie noin rallier ai retrait et ia I'emprunt.
courtiers, s'enricliissaient an dttri- Mais un incident, qui survint par la
aentdu people dans des spiculatiouns suite, ernp'clia ces mnesures (l'ahloutir.
ur a hausse et la baisse,- I'augmnan- Des Ineimbres dtS Stnat, la miajoritt de
aion prodigieise de la contrefacon ce Corps, paralt-il, taiutlt opposes it
ue la police t4ait inmpuissante A arret- I'emprunt, et lorsque la Couission
r. des acquittements scandaleux de du Congres voulut d6poser son ra;p-
iux-monnavyetrs, sympt6mede la pro- port, il arrival que ce grand cores noi
inde corruption qui gagnait le people put singer, Ie Sdnat se refusant.,, on
qui portait chacun a se procurer les vertu d'une interpretation tll pacte,
uissances de la fortune par la sinm- "a se rdunir a la Cliambre.
Sli ise en mnouvement d'une petite La Constitution, prWtendaient les ,;-
resse, et I'on aura une idee du ra- nateurs, dit lqu' I'Asseinbl&e Nationialt
age profound, moral et materiel, di i est reserve; le droit d'autoriser J. PItt-
existence du ipapier-monnaie. voir executif i contractor dtiese llnprunts
.ussi. les dteputeLs de la 13e L16gisla- sur le credit de la dpubliq ie Or, ItI
urc arriverent-ils a Port-au-Prince avec ', Iouvoir extcutif n'avant I)as dteminiid
SvAlont, dte porter renmde le plus iA contractor d'emprunt., e (Colgrt',s
rouipt i cet ttat de closes alarmant. ni'tait done pas tlgaleiiiont saisi
:e fut la loire de Boyer-Bazelais et de la question. Mais, relpliquaientt
'Etlinond Paul, appuyes par d'autres I.s deputies, vous interp(rtez final les
puts emiinents, de rclamner. avec termes de la Constitution. A stir-
ne indomptable persistence, le soul plus, que le Congrets se runiss- et il
enirde possible et qui en fut reelle- dicidera de cette interpretation,, d'an-
aent un : Ie retrait integral du papier- tant plus (iu'il est un peu tard pour .y
aomiaie, et d'arriver A le rdaliser au penser, ce grand Corps etant dejaI saiisi
lieu de diflicultes et de d6boires de de la question et avant nortinu t ine
)us genres. commission pour I'examiner. Non,
Le Pouvoir Exdcutif, lui, ne pouvait ripostaient do nouveau les stnateurs,
enoiicer ai la facility apparent de c'est a chaque Corps qu'il appartie'nt
essource d'Etat que procurait le pa- d'exaniner shpardment s'il v a liottn td
ier-inonnaie et penchait pour la subs- se rdunir en Assemnhlee Nationale. lD)u
tution d'un type uniform de bon reste, ajottait le president du Stna;t,
pier aux diverses sortes d'assignatsi M. Dupont, qui etait I'nme de cette
xistants, inesure insuffisante et la dissidence, la Chambre, corps spon-
eule qu'eit pu concevoir l'esprit ti- gieux, absorberait le Senat. corps li-
Ire0 des membres de ce Pouvoir. Mais qtuide.a
?s deputes du people se rendaient Tel fut le conflict qui paralysa les
'op bien compete des dangers de tou- travaux l.gislatifs et tht ajourner la fO-
s sortes qu'engendreraient un esubsti- conde rdforme propose.
tioll pour ne pas combattre cette
lesure avec un implacable acharne-
lelt.
D'abord, c'6tait la consolidation du Le Journal
Upier-nlonnaie, cet expedient dange- l
nux. c'tait Ia porte ouverte aux imis- d'un Comfw dien i
Oi et qui eft pu dire, une fois les
tesses en movement, quc le Pou- --
oir, toujour e court d'argent et ste-
le en combinaisons financieres, n'ettt J'ai beau lire et relire mon extrait de I
as applique aux d6penses de IEtat naissanc: frier I ny a
SPartie de l'dmission,quand surtout dnaissance: 20 frier i8!!11 a
" ttr stre des finances avait lsurtt pas d'erreur, j'ai quatre-vingts ans
"tllmaistre des finances avait laissW
tlapper qu'il en avait besoin pour Quatre-vingts ans Est-ce possible
aYer des dettesi Ensuite, et consi- Comment un tel amoncellement d'an- .
ration importante,- le papier-mon- ndes at-il pu se produire sans que je-
S'tait-il pas devenu un aliment m'en sois aper~u ? Et comment les at-
x troubles civils, et n'etait-il pas a je v6cus ces neuf cent soixante-douze
"ainde' qu'a la premiere prise d'ar- mois, ces vingt-neuf mille cinq cent M
es, dans ce pays qui y est si expo0d, soixante-cing jours ?...
Srevolutionnaires, s'inspirant ae I'e- Mais aussi, que de choses vues, que
'tmle du Pouvoir d'alors, n'entretins- d'6v6nements heureux ou tragiques,
_elt la guerre au moven dea ssii b
atst Et puis enfln, ce ntit qu'un comiques ou lugubres se soot accom-
er p atif. A tou les points de e p, t dnt e souvenir mest rest si
)ac, mieux valait une reform radi- Prsent o rnmntal
sie. Au point d vu gouvernementa la Rpubli
D.)5 le ommenoo'mert de ht s1sso, jaurai vu Louis-Ptilppe, La RCpubli-


que de 1848, la presidence de Louis-
Napoleon, son avenement au tr6ne
imperial, la guerre de 1870, qui fut un
malheur; la Commune, qui fut une
honte; une second rtpublique, ou se
succederent neuf presidents ; quant
aux ministres, je renonce a les comp-
ter !
Ce qui me frappe, c'est, au cours de
ma longue carri&re de comtdien, la di-
versite des relations entretenues, et
don't l'&clectisme semble un deti a lai
raison, allant de l'industrie A la no-
blesse, de la bourgeoisie aux arts, aux
tctes couronn~cs !
Sauf I'emDer.ur d'Allenmagne actual.


1'avoir vu, I'avoir entendu. pour pou-
voir en tirer de sages et utiles lemons



Comment pourrait-on raco~nter Ra-
chel -... Comment donner une idce de
ce que fut Frtddtrick Lemaitre. si beau,
si puissant, si terrible, genial artiste
professeur de ces deux forces aimnes
de la foule. Ic rire et les larmIes .
J'aurai etc le partenaire de Frederick
Lemaitre. de lBoc.uc,. dc l. iernrre.
Fechter. BHoutlc, .lelingue. Lircson-
niere. J.-B. )esh.i es, Clarciie c, Pa -
lin MLnier. D)J.iimalne. Arntal, l.esr.


j'ai et6 presented a tous lc, souverains I dc .lnes lhiliiQr. (;Iyon1 ip, 1 .\r
de lEurope, A S. M. la Reine-regentc adult. l arguei l, l)che. ld-s(i,. .
d'lspagne. A la reine d'.ngleterre. A Li a -sler t inmtn dc .\M l 'h:err t -
reine de Danemark. A la reine de Por- R)Jcon, sc imn tra u II on,.lc
tugal... )ourne. d.iiis c l 'tiintte reins a. scCc-
A cette heure, ce cortpge imperic.ii par 1:chiter
et royal detile sous mes veux, pCu- la CoTn1dle- IrenlI ise, a' t. le
plant mes sonies de souvenirs doux llgue i c cI n.raic de i i I,]t
e out etc la plus hiiaute expres:on dc ainrt
t graves dramatique. c cite al h is itrd. s.Ins
Au course de ces prdsentions. de ces ordre de presdance .\l: s .\ P'sv.
audiences, que de chooses curieuses ou Augustine ct l.adlcicin Hr.!iarn F la-
banales entendues, que de ilatteuses var, E. Dubois, S.arah lrn!iiirt.(:oi-
apprtciations recueilles sur la noble zette, lcihcimibcrg, IHartct. IH.i J~c.
Maison A laquelle j'avais l'honneur Broisat, .Hrctta. San.arv, lloler. Pier-
d'appartenir son, Marsv: dc .M\I. Regnicr. l i,..r.
SMourose, (ot. D)laLuiyA t <.c
ai et c d t, BressA ltlod et C et, l. e.
Worms. Barre. 'hiron, .\lMauJLbt. Ic-
L'ne dc mes joics je puis mme dire raudv. Mlounct-S.al;v. c,-
mon lcgitime orgueil, aura etd de me I'a. interpretc cent qaiatrc- iLt-s.pt
voir l'itcrprcte des plus clebres an-1 ouvrages. ce quI co s1',ttue u:i l't,:tl Je
teurs di, cette cpoque : Victor Hugo. press de troi cc nt e -tc
Casimir I)elavigne. B.alzac. Mussct. Ne vous s..mbn l-il pai.chic: lcteur,
C;eorgc Sind, I onsard. )umas pcre, qu'apres un tci lab2,Ai. jal i LI car-
Dumas Ils. 1. .ugier Feuillet. SardouL. ricrc allantd e iS,') .1 ;. api c,. .i r
Renan, l-J. Ab_,ut.Pailleron, Meilhac, t, secou auxc qut\ .i lc rl cn dL !. i pas-
Haltvv, Scribe. ITheuriet, Legouve, sio j'avais ro.t a rcpos, l.iss.at la
Erckmann-Chatrian. la place a de plus icunes pouvani
En evoquant ces noms famcux.com- mieux quc mo- servi\ ler intcictts de la
ment ne pas ml- montrei fierr davoir grande liaison diit je gatrdc J.iluse-
6tt choisi par tant d'illustres maitres inent Ie prcieu\ sou',intr ?
Quant aux directeurs don't j'ai etc
le pensionnaire, la lisle en est assez
imposante par la quality et le nombre. o
I A cette here ou. sort de la rmelce.
M.M. de Chilly, Marc lournier, Hlos- j'pludis au nouveau coinbatants,
tein. Fechter, ia Rounat, I sserantt' jpplaudis la penseu C revis ce p.sse,
Dormcuil pere. Dupouchcl, HBndu de quand, par la pe nsce, e revis e passs.e
Beaufort, Harmont, ld. Thicrrv, i aiit de taut de joies ct de tristcses de
Periin et, enhin, mon ex-administra- tant de success inesprds et d'sp&ances
teur et ai. I. J. Claretie. dcques, je me demand si tout cela
'teur et i. est bien arrive et c'est peut-etre
J'aurai appartenu A huit theatres pa- pourquoi, me sent.int le c:Lir jeune.
risiens : 'Ambigu, Beaumarchais, l accessible 1I'enCthousiasme, amoureux
Porte-Saint-Martin, la (;ait du boul.- de tout ce qui est beau et bon, mon
vard du Temple. I'Odeon, Ie Vaude- extrait de naissance me stinble un do-
ville de la place de la Bourse, la nou- cument douteux.
velle Gait6 et la Comedie-l:rancaise. Si parfois je me sens envahi d'une
Et, chose assez curieuse. par suite sorte de recucillement minancolique,
d'une foule de circonstances, saul t'i 1 c'est en const.,tant les vides cruels, ir-
Conmdie-Frant.iise, je n'ai fam tis et:_ reparables, que la mort fait chaque
usqu'au bout de mes engagements. jour dans les rang de la literature et
:hacun de mes directeurs avant bien de 'art dramatique.
voulu me rendre ma liberty avant Que d'etres ainme, adnircs, dispa-
'hleure prevue par le contract qui m-e rus avant l'heure J'en arrive a ne plus
iait i lui, pour ne pas tre un obstacle oser feuilleter une ancienne brochure
mon avenir. de theatre, la distribution me semblant
Oue de bienveillance rencontre.: au une vaste neropole. alors que je de-
ours de ces lointaines ann6es, quels meure vobstine survivant au milieu de
irecieux et indulgents encouragements tat de hers disparus. Chaque fois
u'aurtis-je pas recu de It critique. de qu j'assise une tun.bre cfro-
eet du public que j'assiste A une funibre cer-
a press et du public monie, comme Auber je me de-
J'ai ete un heureux... ce qui est rare! made si c'est la derniiere fois
qais ce qui lest plus encore... c est que je viens en amateur. Je suis si peu
'en fire I'aveu changeant dans mes habitudes, que
Une chose aussi A laquelle je dois i'habite le meme appartement depuis
eaucoup, c'est d avoir jou6 aux c6tes cinquante et un ans plus d'un de*ii-
es plus grands artistes de ce siecle. siecle !... La seule chose qui me perais-
ku thE6tre, pour un comedien, avoir se change. c'est la quantity de mar-
c'est tout I ches A monter... chaque annee, ii me
Un cmndliJn ne u rcront pas II faut semble qu'on en ajoute I


~L




- .---- -- -- -~ _____ -


Et, enfin, pour me rksumer, ce ue Le deuxiiiue concert (le
I'on croira avec peine, c'est que. chez Gabriel del Orbe
moi, le souvenir du comedieni sestn
lentement elfac. II tin me reste plus ; l ..lt 11. )I v.rit)ble tinlr ie
que celui d'un merveilleu.. pays. jadis ,t,:1',.. dI .,,1,111 ,,irf tt tolijolurs au 'Cr-
amoureusement parcouru, inais dont.A 4',., I ll,,I'. ,, i.,.t 4,4I, xi'*11ite soirn;.
cette heure, I'eloignemncnt me parait tel API-* '*' I* no)11 av(ns dit dii ta
qu'il me reste le doute d'v avoir pind- i.nt I l,4 Mr Iail ri;; l -'i ,l (14I )'rbih In)II-s I' w t-
trt. ( so ll' it'Soiilt' n1 vl)O (lfa p l )el'dre
A I'un des amis qui ine souhaitai lent I'otr.i'.iuii l'applaildir ces s jours er er de vivrc di (I on l't. .:' ;-!i1'. j u s*,s ;u lit iitrs.5 s
quinze ans encore, j'aurais pu repondre I'-- t.si's lart co-
comme Sa Saintet0 Leon XIII. a qui *.-, r.i,.ulei l| prra.-
lon faisait envisager la pcrspectivc dec ,. ,.,'.,,i t,.
- .III


cent ans
Pourquoi, rdpondit Ic Sainlt-Perc.
assigned des limits A la h onit divine -
FID: Ke l(: I:TIV R .




FITS DIVERfS
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
O( SI.RVA'TOl li I:
S)V
S It.\IIN .\ IItI.: (: 1.Lil.l : .<'-M \It\ rl.\l .
Jeudi 24 Avril 1913

tar mIt :t1lm iiiv .4

Temperature l,,, '7

M I\ ll i i IIr -' 1.
4:1i l clair I IIl l .i ,i ,i ", .it ni; -
lgeux pwnil'n, t hl i m t

I .>- .I lI 1 ; 1 1
Ouvertulresollldimil iltChatlbrvs
I o(uverl ur& sol.'ii iin i id1 .ti' a in I s
I "t)ut'v Lir -.(.cfllP L'c A 2 fl/ c.
dcrn ,'rc s,,cssi,, d "i l 1 tnu. lc_ i!.tiLtu-
rc cs lix\ c ( C s ;t i nJ,. 2,'.v i'i .1 l t
heurcs dL tn&itn. 1u',l .' liu.
Voici le pro(g.Tlnm1 dru ,: mrmoniial
tel qu .1 IL .u t, c p.. I) ), .' l
m en de 1I !i i..u iI
i. D)c+l.aralu n t dtLI\u tt u dr i a.a CiL:s-
sion.1 J. it cl 1 7 :I; oups dc c tinutin-
m usiquc ( h im nc N tli<, .l ). l"-,-
cours tdil lPICrsidt.it di l.\ss. tnbl ic N .-
ltionale. 1)is,c iurs il St L; i t r i l' d' .t
de 'luInctitCur .ILn l om Jot l'iLU.idCnti
d'llain. :). M usiqt c +,. Su.pL ,.ion ii c
la Scancc. 7. R ccIption u11 t1 i.fn sl, n.l,
des Secretaires d'lIt.1t : to.ist J puiL i-
dent dc 1'Asscm bl,, N\.tilt 1 n L.ic 1 l(n-
ncur du 'rcsidciit di[. ti. lRLp, sle IL duI
Secrtai- c d'ltiat dc l I tLiciur. S R 'c-
;cption du Corp, l)Dipont ,iqu.. du
Corps Judiciairc. Ju (l T, t < t lai
ChlmnbrC des (CompTcs.
Toast du Prsit-idcnt dic I'.\VcAssmbl'c
National, r6ponsc du 1)o\-u.n du (',rps
)iplomatique, ui PI'r\i, sidnt dti L
bunal de Cassation) tic ie lr. l.\rclic\ c-
que de Port-au-lrint c. tn I'PrCs.l,, t tc
la Chambre des C'(nomptcs c cprlic dc
la Seance. 1). Clodtrc dec I'.AssL.ciib'c
National.
Ilaili litlIraire e I SrienItifil|i-e
Les deux livraisons du intis d'.V ril
viennent de paraitre a\: ic L s:n m iirc
suivant:
'Ihanaphobc. litzcr V\'il irc l. ',sics.;
Matin de prinicmps.. Mn cot:iur- da.vril,
Soir de Printcemps (iorgcs I.esconu-
flair ; Lettres d'un franC;ais sur Ics Cvc-
nements d'Ht.iti ( iS7-1i S L Une
Veine;Arthur Lescoullair .l)ex\ grands
Ancetres : Toussaint-Louverture -
Toussaint Louverture a l'aspect de la
floite franCaise (1o2):I'crtullicn Guil-
baud. Les Forts : Oswald Durand ; Le
sentiment re'igicux en I'oussaint l.ou-
verture ; Hannibal Price ; Arrcstation
et Mort de Toussaint :J N... gcr. Alc-
xandre PWtion : A propose de 1'lnaugura
tion de la Statue de Petioin Caracas-
Petion. Coriolan Ardouin. Simon Ho-
livar ; Edmond Laforest : Ption ct Io-
livar:J. N. Leger : Monument Victor
Hugo. La vie en plein air :La science et
la M6thode dans les Sports : Constan-
tin Henriquez. Carnet sportif.-Gloria
victims Edmond Laforest. \os collabo-
rateurs. Chronique Parlemeniaire : Le
vieux Parlementaire. Notes des deux
quinzaines : L'Esprit sportif : Edmond
Latorest. A I'Etranger : Dantes Belle-
arde.Nottce bibliographique.A travers
Rvucs et Journaux.


La \ceintlance d'Amciliie

I '. -! -''t I .c :L I 1111 lill I 11() n111 ,' .\ in t-
.ll 11 i i 11 lli1 r,' ( I 'll' c'l' p L' ;iI. Ii -iI IIII' I ll' 'llss' i' ;I o1 Is Z g l'r1 i
I.,' "ri ,. 'lr i ili- il it 'i l lIIt S illr-
I,|.t' ,ii l .4 11t' .i li, 1p .i ii ltt 1tl t it iloqu t.
,\ .- I i i ll ii t\ p;(rti. tire 11 i i, trl'e



.' I:. jp avt Iii e 'l-qessis.
A i tn trll: >iit i lnii etIt. A llllie, afu-
| ;,.'1 -,,. ,' ,. ; l l .tl ,. t Pr i l 'i11 1 l'ttl ll
l.,l t ,' i' ,. t .1 la | t ..ti r" 1t1 I l co ull-
I. -.m ; l( i /, /.i I hnt dents a 11 L i
t r ., ,, i<, l l i,, l ,t 'Ill,

I 1 1 I ; t 11 .Tr i s is
l i! -c li \ ll-I t I p el it
I, ,l ll t i .i ll III r Ic'l 'tni' I ui-





I .1 1. I C i ii C L C i e a a S
ii n i i I Irt i i 'ctC c.1r la nour
L- tt 11 r:I Pi n i t'l li miI s I'i, ilon ttiren-
i i ,| I liin ,l it i. .s.' hS l a I;f-



\ :Prll'i .ci.lcl cd c cesuici

l)i..- t. td.! l I 'irIcct re dcle P lice, a
ai l -...t' m itic .i j l.Ottireso.dains .t courc


d ,,, /, l'.t,, .Ut sirtudie a la

I(i:. ;.t1 lI'.i ac I c J.tc 1 .I c Station des
dI',,i r '. t Lm.. i s pi i ii ,it.' tn .s' t icnt i llionn le







ic :I. ,: I '. : trt mivc it ins u es t dans
ll .-- i '. ,iL im lli' cl Cnttie pour srpu
tI' i ,. .:' in. l. es ctaient legen.







1';.i? 2 11
Sii'.,i:lwv dc suicide(

:Ic, T I I. ,11. ::1 S /', A /,'sd',",c" de pro.






lts .ci i' 'm.ant ul. m rrt de son pere
'\ n irclnc .tl gc.'l-. .a tlente de s suicir,







ILt 1. I., t ..iit, l.i tc'te SO preC mieVre









,cilii ii il ne ni iisoniitr dont elle o n
Kicl ::nu'stcm nt. aucune arac
Ic iii I l co.i stt e. .ll S o mi etleureus
VcLcnJl. t:t sU. tliro\e Joons un tat di
prost.:;ti .c qui lit crindre Ic apour sa










(lii i ctuc Iblc amic centre Anilorius
I'l i li ppositio
h'I'rilinal dte I ontre fiiteMr e
.2i;t'c liir 2 .I'il 1e










Iafliick :iefler contre E-mirond Ger-
.o Il Ciln.tl sour cn residence duxi
l)O \ ,s,'in ;:vlnt pour assesseurs
Ais im ,., justia "hlom is et Alfred Cd
Chari:. prvnl sige .i hcures du soir,
r,.i-.' i 1.. .tf ires de M1 Staco.lPauyo,
.\tiid Au\t. ste, C (. lDominique. -. An



















ticiut -,
1, ui en nce jL ) A ris, connce son ju










Emile Mairseille, detaut ;

d. .aut .
ENntl so rcq.tc centre Ro liae Bien-
aimnil t li.s upux (tcorges (ermain.
.c jit ai .\ (',cstin fait police au ju-
,c \lo.p I,"y pdiur une continuation Ct
lIr a.llt ,s s.IlVni II s ont tee entendues:
I. cp en,\ .\lexis nAugustin. centre
\'\c ILiony l\'ncl (opposition) ;
\.I- l-slcc et (.0' centre D)ssaix Co-
Im n L'.1 1
l'Thi ainice Blanc centre Annorius
Plilippe (opposition)
Aug Alrendts contre f.iillite Mme
KiKtlfr ;
lFatliitc Kiefler centre Edmond Ger-
main.dct'.ut ; B1aronville Colimon con-
ter Mirabcaiu Etheart, ddfartt.
lirov (;. Victor centre Mmne Alexis
Augustin :
Charles Perval centre Aans Rankl,
defiut ;
llermtrnce Jn Charles centre Veuve
l.mile M.trseille, dcfaut ;
FBrand.ts centre Christine Leveille,,
dl'.ut :
i-lie M.Iinsour centre Rosalie Kerni-
zan, dcilut :
(;. Blt centre Mine Jeansese In Bap-
tiste. d fatut :
.ft.iares tixdes a la prochaine au-

Compignie du Wharf centre la Cie
Trantsatlantique (atlaire du QG, bec).
Vincenzo Ferrari centre Reimbold
et consorts ;


Mme Philippe Vincent contre Mme
Svivain ; G. Blot contre Mme Lartique;
SOlofthon Lucas contre Mme Fillette
Israel.
Vu Iheure avan:ce 7 1i2 le si&.- est
i ec\'v .
Tr-ilbmnal de Cassation
h.liu'c' cii dilt d mardi 8 .4vril .19 13
SSous la prcsidence de M. le presidentt
.\AI:uste Lnany., le tribunal prend sie
c a di\ hieurcs et demie du martin et
pirononce les arrests suivants :
1. Celui qui rejette le pourvoi exerc6
par la dame Adi!ina janvier Nicolas
contre le judgment du tribunal civil de
I'Anse a Vecau, en date du 7 Novembre
1911. rendu entire elle et la dame Sifra
sic I)elvard etc.
2. Celi ui uicasse par renvoi de re
tranchlinemnt le jugelent du tribunal
civil d'Aquin, en ses attributions corn
;mcerciales, en date du 26 juillet 1912,
rendu entire Ha.rris Lifschitz et Dupre
Ilippolyte etc.
Nouvelle composition
5. Cultii qui rejette le pourvoi exerct
p.r le sieur joseph Aspelleg Mlar con
trc Ic jugemni-nt du tribunal civil du
C.p Ilaitten ci n date d u 2 juillet 1912,
rendtu entire lui ct cls sieurs Dorvilus
M\ichel joichimn e:c.
I (C'lui qui declare mal fond le
-pour\oi former par I.a daime v\e Augus
Ste I)laguindeau centre le jugement coin
tradictoir re rndu p.ir le tribunal civil
dt (Cap Ilaitien, cn date du Ito Octobre
i 1911. entire elle et la Compagnie GCnd
rale I ransatlantique etc.
Nouvelle comlnposition0
5. C(:lui quii rejete le pourvoi exerce
pair la d.me (Crida I.ouis., pouse du
sieur (Charles lionheur. centre le judge
imnct du inrbun.il civil de Port au Prin
c,. rcndui sur appcl en date du 12 te
vrier 1912. entire elle et la dame Am-
lie In Iliptiste etc.
l'nsnuitc entenid les afilaires suivantes:
I. Cellc te la Commune du Cap Hai
lien centre inincmline (;.uthicr. M. le
I jug' l. Kithl-r )Domnond est cntendu
- en son r.ippo, t. Me 1b. \V. Francis,
pour l.t dcm.inderess.e est entntdu en
- es, bscrvations. Le ,ministcre public.
S.. .tic l)ominique. conclut par ecrit a
I la cassition de l'ordoinniance. I.e trib
nal ord)onne le dcip,)t des piCcs.
* 2. elle de lilrsnili.a liurtInv. dtin.ti
dcresse, centre les consorts Allred M\I
:chel. detfendeurs. M. le juge ILouis Hor
ino est entendu en son rapport. Me Bor
gella Camille pour la demanderesse,
est entcndu en ses observations. Le mi
nistere public. Lys Latortue. conclut
par 2crit au reject du pourvoi. Le tribu
inal ordonne le dcp6t des pieces, puis le
Ssicge est level.
*
S.4/,ii,/ t t;.i j,'udi l) .to A 'ril 191 3.
S Le t:ibanal prend sigce :i dix heures
ct denwic du mnitin sous la presidence
- du ijug* I.. Dn1is, et pronounce l'arret
suivant :
I ( !,'I i qIti c.iss ct annule le judge
inent i ti rlbttt i1 civil de Port au Prin
cC cCen J.tic dli I juillct 1912, rendu en
t re Sui:;-.d Vill.rd et les sicurs J. \V.
K lincr. ien co:ins.quence, renvoic l'af-
t.iire d.,-ilat Ic trilbuiil civil dc Jacmel
etc.
NoL\vellc composition
Sous l.i president :e de M. le President
Auguste lBon.amin le tribunal prononce
les arts suiv\ants :
I. (Clui qui ca.sse .sans renvoi le lu-
gemcnt du tribunal civil du Cap-Hai-
tien, en date du I janvier 1913. rendu
entire la.i commune du Cap-laitien et la
demoiselle Flmmeline Gauthicr etc.
2. Cclui qui rejette le pourvoi exer-
c par la dame Hersulic Bruny centre
le jugement du tribunal civil de Port-
au-Prince, en date du 5 juillet 1911,
rendu entire elle et les consorts Millien
Michel etc.
Entcnd ensuite les affaires suivantes:
I. Celle de T. Jn-Francois demande-
resse, contre P:tion Carnich, defen-
deur. M. le juge Borno est entendu en
son rapport. Le ministere public. Lvs
Latortuc. conclut par ecrit a.' rejet du
Spourvoi. Le tribunal ordonne le dp6t
des pieces.


fendeur. M. le jugc.Louis Boruoo
tendu en son rapport. Me Co
Benoit en ses observations. Le-
republic, Lys Latortue, concla
ecrit au rejet du pourvoi. Le i
ordonne le depot des pieces.
3. Celle des consorts Cavemin
mandeurs, contre M. Chasssgne'i
dcur. M. le juge Louis Borno est
du en son rapport, Me H. Vol
le ddfendeur. en ses observatioft
ministire public, Lys Latortue, co
par ecrit A la cassation. Le tribui
donue le dep6t des pieces.
4. Celle de D Charles Pierre,
deur, centre Czakosky & C, .
deurs. M. le juge V. R. DomondA
entendu en son rapport. Le mrni
public Eugene Dcatrel, conclut
ecrit au rejet du pourvoi. Le tri
ordonne le dep6t des pi:ees.
Pour [Iartiste A. Bonuel
II nIous revient q(il I'artiste A.
nelil, sin le.I instances d(< noti
auiiis, se d6ciderait ai rIenouveler
les Chanibres sa petition te
1'iiiscription d'une valuir rait lIti pblicationt d o es Ou\uresi.
tolle taveur t.iite a tin c )lnpatiot
a su miaintenir le prtestige du
l'-tiraier, l)ar son talent bien co
rit, petit tr'e lie i (gitiile.
Ailssi. I C:('rij.s Igislati fera-t4
Iheall este enr accordant au dis
pji;lisht un encoulrageienlt qui lui
(i ra l'a pilprtciation gentiralte
Marriage
Ilier apres-midi, dans les sa
Monsieur et Madame St6nio Ro
.1 ete celebre le manrige civil de
Ti'hcrcse S.lga.do avec Mr Emmy
Constant.
Lecs tmnoins 6taient pour.la mA
.Messieurs Charles Gutry. Xavier
desir ct pour le marid,, Monsiet
moa.d (ouraige et M. Anniball
Agrcable reunion que la cou
souriante de M. et Mine Roussea
qu.a et dt laquelle on se retire
C'est demitin martin ai 7 hrei, q
benhdiction nuptiale sera dona
couple a la Cathedrale.
U.SS.S.i.
La Commission de course
les membres de la commission
nisation sont convoqus., pourS(
au Parc Leconte.
Nouvelle i la main
Au Cafi d'llaili
Un liabitue du bar, s'adrsli
i;ur'con, fatrnilit''remenlt :
Iites done 1,6orilc; appirtfe
leiix bocks.
SI. ga:'on, sur un nIIIuvais toa:
Pardonl Monsieur, ap
ilielix prononcer moin nom;
ipas I,',)icec, in fis biting Lfro,
n 'app)ello.
.I-e crois que vous vous
de Irendre devant nioi un air
vous conivient pas.
4*
Nouis arcons reau l'avis suivilf
nout' price dle publier, d propose d
notuvelle d la main udhier
J'aiino)inc an public et au co
lic le lnointnd dt0putdt X. qui
mon ntoi n dans le numinro duil
dlu :23 co-rant, n'a pas sufis
dI c(turlage. .e le previens que'i
pro1uv1'r qu'il est un brave geo
me, ii n'a (qu'a s'adresser a
siis sans taiclie partout ailleHi
dlis que lui, je sais qu'il a unej
en depct. iI n'a qu'd se fire
I)our que je lui fasse payer la
de son insolence; car il et
1io ni ne.
ALEXA-'



Cours do BDMr|


Or Americain 278 o0/o
ChequesurParis. 31/4, 4
Traite sur Paris. 2 1/4, 2
Transfer sur Paris 4 i/a 1.
Cheque s. New-York 514 opl


Billet de P.. 2 a, a/4
Nickel. 3,3/4 o/o 4
Dette Int. dl'Hati as191s l97 f


S2. Celle de Orphila Augustin deman-
derease, contre Marcelin Comp&e d6-
I