<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01751
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 24, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01751

Full Text


sode Anose f 1830


PORT-AU.JPRINCM 4 Ha l(


Jeudi 24 AYrM i1,5


0ament-MAGLOIRE.
DIRUCTEUR

ABONNE1ENTS:
pORT-AU-PRINCE :
Un MoiL. ........ 2.
Trois Mols ......... 5.
DiPARTEMENTS :
lno Mois.. ........ G. 2.S
Irois Mois . a 6:0
ETRANGEB :
Trois Mois. .... G. 8
LE NUM1RO 15 CENTIMES


U0
20


I


00


QUOTIDIEN


RgDACTION ADMINISTRATION
8, Rue Americaine, 8
Les ammeares sool krcetlc
A Porr-Ac-V'-PPcE :a.ui turclut iu !outria
A PALIS : hez L. M.11. ctle & CIO
A I.oND.S : JiCz I & che ~ (UC. 19,
2!. 2 1
A P.1-ELIN .A)Cz Ri,10Ii1t \OC
W.\ I *irjs4:, c Sxrlsse 46-0
A NHw-YOuh Urn c'\ fl l 'ui'ityv Conip-vv
4 i *C%!t ;A411 StrCCt
1 C~ I JIIU 11 10C- CTL'I. U IA1,L C 'IC~it
Pas rcnJu.
Abonnenients et insext'ion: pawbles J'.&'jnce


CONTES- DU ( MATIN ,


LE BUT.
--sl)OE, --

Depuis deu< jours, Madamn (G en.l pour une conmmunuication importante...
(Justin ). nie Louise Trevier, se trou- 11 parait que mon affaire est rCglee...
vait chez le notaire, Me Tr6vier, son Alor aussit6t apres.., Mais no mais
pere, qui ttait au plus mal. Les mCde- n >n ne te tiche pas, chere amie... Ton
cins avaient des mines ferm6es, ne di- p,.re,tu sais, ca m'arrache lectxur de le
saient nioui ni non d'une faconcattgo voir mourir.je laie bien, moi. le pau
rique.haussaient les epaules,secouaient vre vieux, quoique lui... mais cenfin. ce
la tite, et ci tait tout.Mais a toutes ces .n'est pas unei raison pour que je ne lui
manieres,on avait comprise q'-e le vieux ttnoignie pas mon aeffction, dans un
notaire inirait pas encore tries long 'ini-ment si penible...Louise voyons...
temps. M: Trcvier ttait atteint duncl.)uise A11l 6 all6! au diable !i
affection des reins,dont il soafIrait voi I igeur, ii raccrocha le rrcepteur, et
11 de). des aminnes : i taisait de la Ii- poausant un soupir, il se jeta sur un
thiasc. t.utcuil. Alors Ics coudes sur Is ge-
Malgrc les conseils de son ami le 1) inoiu, le frolt dans ses deux main,11 il
il naivait jain.is pu se decider a se ren aibna dans ses rtcfexions.
dre iin :urope, pour essayer un traite- Brusquement, ii se mit debut II re-
metnt a I'aide des eaux. [l rezulait d- dressa son bustc, raidit ses jambes,
vant les Jdjpeases que le vo.vagc n'es- lclcv s1a tat, t l te L'u che-
siterut cin outre, il se ligurait que l vux jauncs. peignes plants, cres, et
Franc.e particulierement, etalt pcupl:Ce Spadres par une rate. au millea ; u:t
de ba.dits et qu'll serait suremi-nt dci olnt b is surplomnbant de y'.ux petits
vali.sc en v mettant le pied. 11 tllut, ttd 'u n gris terne saiguisant partois
vrailmnt, que M lTrevier eit l'espritld clatrs ; uan n en bec de corbeau,
fait di travers pour penser ainsi, quoi- une bouche aux levres minces et don't
que, a cete epoque,on par.lt beaucoup I expreisio.i troze se dissimulait dans,
de apach s et que l'atcntoa. uni lia moustacl e conqu&rante et la b.rbe
verscile ftt retenue haletante par le ~veuse. taillee en pointe. 11 secou. ses
r6cit des exploits sans pareils d'Arse- n.itigrs Mpaules. serra ses poings. utne
ne l.upin. Mais le \ieux notaire expression de rage froid- cnrspa sos
ne laissait pas d'exag-er,et manifcstait traits. et tl sc rClnlt 1 march:r d1- o:1
une crainte rtellement excessive et c' large.


Dans les premiers jours, ne compre- I1 s'approcha du secretaire de Louise.
nant pas encore, il s'Ctait plaint A sa y leta un coup d'o.il, cherchant tou-
femme des manicres choquantes que jours... Et come il allait sonner un
son beau-pre atfectait vis-a-vis de lui. domestique pour avoir ce qu'il desirait.
Mais Louise expliqua que son pere ii vit, sur le meuble. un livre entro les
avait le caractere ainsi fait, qu'il n'en- feuillets duquel debordait une envClop-
tendait nullement le facher ; son maria pe. Machinalement it tira. C'Ltait une
ktait vraiment trop susceptible lettre adrcssce A sa tclnine ; la lettre
11 s'emporta : tait encore cachetc. ma.is il reconnut
Mais aussi. s'ecria-t il, c'cst qu'il tout de suiite l't:rittlre de l. suscrip-
est insupportable, ce \ieux m.arsouin- lion. une c'crture masculiie 1 I1 rceta
1i. -i pcrplexc, Ic pli entir les doigts, un
11 nI't\ait pas plusst6t profrc le mot, isoupo.i lui tr.aaiila:it le ccr\ eau...
que sa fet'ne bndiJissait, et Ic pren.ant l 'uI gctc. il Jdcclir. 11 lut. .lis
par le rivers : .iussit6rt I'erivcloppe lIII c:haipp.i d ts
Qioi quoi nmon pere un vicux Imins, il sembla pcrlJr s)on Cluilibrc.
mar... R'-pltez un peu... inmis rcpltcz '.Appuv.a contrc ulle cl.vs1c. cit Ie'taI i"m-
donc Ah, c'est ainsi quc 'voas rcco.a- mobile, un instant, comi n aba.urdi...
nasssez les bicnfaits dollt cet horn L 1'ui untot de sa.In lu In m:lta. ii
vous a comb.c C'est ainsi que... Oh sa une c\clainlotiC d, c. l,t ,c-
mon l)ieu. mon l)ieu une telle inigra- .csiveincnt la main c: l..b.a., om-
titude '.. C(:o nime je uis na!hieurcusc, mne pour prcndre ct cl ccier quc:iqLe
ah chi, sc d'i visible. It" ioi.aue au front, la
lit Madame, lichant son maria stupi- I inoustaclic treniblantc. ic- \cuX-*nic-
de. all- choir sur un canape, courbcc te,, Lt 1i rugit :
en deux, sa tete C:bourill.e, enfouei ci- -C~ ( :t ausi II:!c i''ura don
tre ses bras. et rpc:tant : Comine jc tout l.lt ava\lcr. cctte c.lnal '.. LCnail-
suis malhcureuse dans une crises de I !.. .\l. cainall !.
larmes. lit saissint li phot ,r.ph!ic de
Alors. (rencl, cembItj.. haussa les I.ouisc, il I'clva auI dcs',,uis tde sa. te
6paulcs, dit : s/ut!, et sortit. pour l.I jetcr ct la brovc r s:ils son 1ta-
Quand il renltra, il trouva une carte lon... .Mlais scs bIh., intIcmen. saIba ,
de .Me l'rcvier le print de passer dans, erent. son vis.ae b >ulcrs. sc d:teu
son cabi let. Inquiet, il s y rcndit. dit, reprit pen I pen > ):li I IU d, n-
l)D s quii cut pcnctre, I! notairc I'at- p.ssibilit! ., ss \cix. s !t. iiCenXt ct II
trappi ct solen.icl lui dciinndt ssil cita.t deneura pensi!. It :a ai i.imn enio:i, le
dans ses intentions de divorcer, ,puis- regard lixe au Utps.
qu'il s'ctait laissC callerr sur sa temn .i a Puis sa buchuc 'onuvrt dJans t111 rica
des violence qu: touted bonne eduic i- Ileincn silenienu qLui rlembc:b.a a uine
tio.:i lprOia\it, et que Ii., .Me C'rcvicr, gritnace. coni)n qLaIidj on avale uni
no pouv.lt tlrer ... rtl -v ar'i. ju.1 ,jr .t t il iinuriir .nr i I,,,, I


quelquL peU niaise pour sa fortune Justin Grenel n'tait pas h-ar u'.-_ (Cicnel a.v.ut snii un frisson lii con- .ses dents : i
qu'il entendait emporter avec lui. .inriage, pourtant, iI l'avait desir: de rir dans l'pinie dorsale et avait pJii .. I1 I:nbci!c 1 f.;t a.tc:Jrc.
Car M Trvier etaait riche. relative- toite son a'nbitio.i, il .1'avait church ecut tout a-coup l.i vision Je l.a catas.tro- I-, tout a fa.t in ,itr d.. n, 1i rcpla-
ment rice, on disait dans les cini ;-r states les intrigues: Qae d. sti:s, phe, e Llcdoulc:nent total, ccr.iant... a la photo.graphie. pi i s i,,gea:,mennt
cent mille dollars... Ce qui faisait g'n- It mensonges, de deloyautes que de Alor, tout son trec, eperd,. s'.accrociha a lettre l 11 :Ieiilci.n da I, s:on carnet
fler dorgueil et de joie les nitrnei d; s.duciions deployves pour atteindre Ie violcin:n:;it a I'cpoir c.t Cspo r on l i prit son cl.p.au. ei s'ci allia ricl ilrc
soil g'ndre Granel (fustin), don't la si- -iit! Et qua.id le fait s'accomplit,ce fat puisait S Ii son cnere et sa force dc \i\ re. c a i eliine qui l.Attend.Ilt tout prCs du..
t-ation prosnte 6tait cependant plus i-- part ct d'autre. une dception vio- Ii s'mcnpara vivenmet de lai main ilc but : au cluvet dJ s ) b-tu-pcrc .aonl-
que prica.r.. El efftt, p-u apres s>n ic.te. II s'apeiat, avec depit, que son son ba.u-perc, li scrra .1 la. brisc-r, cIt ,It.
inm riag-,Grenai l avait etd rvo4lu -'c3.n .nariage n'etait pas encore le but,le but balbutia, d.aiu uun ire oul pcr, iit uln e .\ tii i. I -CL( LOULAIR
me contr3leur en doaane, et depais, rjel, cclui pour sequel ii avait dtpeinsl horrible peut ,
ii lui paaisslit impossible de s- rem:t t vit d'efforts,mais seulement le moyea Ah all c'le st bnne, ccllc-l.i. ______
trc a 1i )t, n dgre lei p-.ines i.iouies I-v arriver. lit M.\1 Trrvier, de son cottc, vraimnent bonne al all! (: et cicere ..
quL I se donn.iit.l.D.s g-'s, evideinmmnt iu: tarda pasi s- rendre compete quil Loais.. ligurecz-votus, papa I'rcvicr. FEIC'ILILTOXI DIIIAMA't)I UE
intcresses, allaient, distant qu'il avair ivait ,tt roul p.ir ce rode garcon. I-t uine plaisantiere. une simplepllaisniite-i
trop vccu dans ls janmb-s de ceux du Jci lors. lui tenant le drag&e haute, il rie... pas dautre... iile scst fhiclc a
dernier Gouvcr.aein-nt. qa'il avait trop o.ninenga de leh iarceler.Certains jours propose de bottes... Tlhe(ttdres (e lPa is
fait le fier, etque, par consequent, il il accueillait le june homme avec un Je vous prie de croire qu'il ne saurait
n'ctait pis mluvais qu'on le lui fit tr rogue et I- rudoyait ; d'autres fois rien existcr centre nous qui puisse amie-
voir... S-s amis s'en rejoaissaient en tl le plaisintait sur ses projects, les dt- ner... Par exemple, non II
dessou;, toit en le plaig unt A haut-' marches qu'il disait entreprendre pour Cest ban. c'est bon, avait grogi S. rl. ,,. t l ;:.,.,.li,.. It-
voix. En r&a!itd on I'enviait, p.arle qu'il .bteair une place. Le vieux notaire lui Ie notaire. Kam-nez-la chez vous. et \l).. itofw.,l t. ;,ri, d, "/fi uiet
avait des espSrances, et quelles espj- i'imsait de t rriblis taquineries qu il re- que ;a ne recommnence pas, bin i.- ..,,,,, 4 ,,t, It, i ,. lii,,. Ei\ i,
races! la fortune entire du pre cvait sans broncher, sachant que la Et de-pus, ave: une rage crMoi.an:.c, ;,.4. i'i.z Mnt:iu ,,,I ,.mi'u. 4.t
Trevier:-- inq cent mille dollari- io: plus lgere impatience lui serait tatalei une haiiie qu s\accuinulait, in i di M M. I'i Vr \'. I t .,ilrio.- It.iinon
comprise la valeur des inmm.ubles- et pojr se donner une contcnance, ii mnurant impciitrable, il subisait. '.ii:im. al tlt.:s. NolI-, .sinue. en
don't sa femm- etait I'unique hiritiire. essavat de sourire, soutenant que des sans sourciller. les caprices de sa fcmntie Iir- i '.,' El i l iII i; r il'rtltisi.t.s llra-
Cinq cent mille scandait il, en processes forinelles lui avaeint ete et les tir.tillemenits de son beau-pcrc. in tip lii.-s : .Mk.t .1 Antioiiska. 11 a
se promenant dans son salon,les mains laites. II citait les noms des personna- l-t p.itcnninent, exrc[int s, a tempera- 'lx ri >. ,11. ,la,.. 0,: IlI loEg lIiil dt
derriere le des, agitt, fievreux, 6blou. ges intluents qui le patronaient: tant6t meant, pliant sa nature, sc taisant sou- liltt I' : 1 Iat II. liIu 1 W ir li anine
Etce sera bient6t, fichtre I remain, un Ministh, tantot un S~nateur ou un pie, telan, il attendait... Et jamats 0o.1 I cn,.t u.p.et a,,; M ;i.' ,,til lu
aujourd'hui, dans un: h-ure peut-etre I)pute. D)-- sorte que,ajoutait-il, d'un ne mit dans l'attente plus de \hvolonat, tf'w ILt-ii. I .. ..t .l1a i. garden
car il s'en va, le vieux ils'en va, str... moment a I'autre, je stras cast Et den- de courage et d'abnegation... 1 ,' i I l l. i I,,,.t a l ,tLre jin-
Cinq cent mille... Et n-i ni, fini, la tendre cela, Me Tvier se tordait, son Le du:l avait dure deux annies, dillerciit. I s tt l Lis, It vI1 daln pwoct-
tutelle, fini, les humiliations. Ah gros venture secou6 d'un rire inextingui- Apre. acharne, sans rn:rci. lit vo:la qu11i d6 qin a- liul,' 11t1 di.4 trl':.s Iort usit a
vieille ganache de beau-pere,va Et toi, ole. tanits qujlilflit i son geudre : tait aujourd hIa, lui G.-nel. pre du alu tli.atite, iti r1i.d la Ia du garde
ma femme, mi Loulouse ch6rie,fini de A Cre farce'., va I cr6 farceur ah but, si press quit le seait a sta porite, dili cor'is, s','ln ,41i:do1' \visl.0 I.. coa-
me tirer la ficelle I C'est maintenant le ah! ah !* L'autre protestait.- a Je vous I... Encore un joar. encore une it ur t.aie et tre'ao.v.a i )v-itl d, se trouver
tour A bibi, h6 I Nousallons rire. jlure, papa Trevier, qu'il n'y a rien bieat6t... et i tcrailu : r cVto re !, -- IOira avt'c sIa tc:i:n, de li fair
La sonnerie du tlphoae vibra. II y de plu scrieux. Lhormnd,le miaistre Et alors... 11 se toarna vel s le p )ttrat utle cou 11 p'.ssl"uislo s s son habit mi-
courut.- A16 a116 .Cest toi,Louis-? d. la Guerre, lui-meme, m'a dit de de sa femmne, poe sur un .meuole, ct Iatasll, et l'obtellr d 'elle un. rtendez-
ucruI'- A. vous I 0le -l1owilip tii chat.gz elilu A 'iieure
Oui, moi, Justin... Eh bien ? ah.tiens. computer sur lui... Oa, va, oui, ses petits ycux grns ttamboayi ent... date, .Mitsky arrive, jouit du trouble
tiens Q.ae i.e vienne ? Certainefnent... Lhrmond... al!ah! cr6 arceur! Ek 11 lira sa baig m pour fair une c.g i- d'A Iiou,k, mais... e te demand pardon.. Le S:- I. notaire se ten.-it les c6tes,suailquatt rette ; aprks quj iil se fouilla, cherchanmt costumli de gardo du corps, .s'en pai
nateur Sylveste navait pri6 de passer Alors. GrenAl, furieux, mais n ossat des allumettes. .\ n trouvant pas, il ou. en pienud I'aspLct, ianai i a devatt 1l
le voir cette apr6s-midi, pour... neu .. [lclat r, 'en allait. lvrit untiroir, pais Un autre, vainement. unj faaueuse cou6adienne qui en re


I U


I ill I- MEN~







monte au comidien se croyant tr;s' T33
fort. Elie lul dit que la supercherie a
nseez durts. Elle avait deviniq;Io at
enard. El Ie liii -a doritim iiI,,. oe .REE
I a pris A soni i)V-c0, ct t roiicvi- mf R
de liji fairet ci-mro1cli'~l (III h \;~ic ME rE(
on invoopiantIe V mli via-w do --m
Ont ilOl'agielf0t I4 -1 ( -itat' )lge .k s' "' El
parti. Lout (etla *st dl'mi ii' *i VIr'AiS4,,1
lance notoire,. I'lais 1101's SMII1111(W % SENIINAIRE C(:()


dauas un milieu (it- eiis (iet, thtttiv et
cela ne tire pas a consqterlrilco. L(
dialogue est autusuint et drtik1. %ill,-
Jeanne Provost a tin jell t oirt rntturI
ot M. Ardr4 Dubose est pL) t. i.s
autres rE)ls sorit bi.en tenr I pm -ir M es
Calville,fl~arsac t MetN. E'l ic h
Assez drn'le est l'idt'o do fHowin,
aud chapeatt yris, iiivltt Iiar till alti'rlit
qlui veut litcher' sar riit~~~c.Iliirt
inari~ e. If a s wmloy t" til l jitidait .(1111
est sell! la stilviv limit 14. c iipte (1de
soin mart. Nlais oall e sfitim-riw pie ts
solli amiant (Iiii lit .,t IIiile m
jalousie, par aim r. iE:i Ic it,- aiit Ii
qjue iuI~~w ci ie t 1 p'.111i. 11 11 i( il-
zere, trt~s gunt imtio t p i I io-1,1 i ll'to.1tn
Meryvin, ammirottttso [Imcitniw., NJ NJ





'lie'..
Lurvlle, il', C wi-1



Oil cmte ie I NI. leI;it-.-ierci LeV ip.d.
i liii~ a l lH4 I IV%
jeast se la411-. -6:14.i1t ii co.1 PA M r.NI 11 t lIc
Ali.., Triatim i la ito liw~. iii-'...




soplrtttt de Mi M. I i I wI I *l. '1r II .L\ Iwit Ii

obtel r l;ll lir c'.11aIll 1, a jtifill i
('011S~l M ilf.t. rlw I.- kl.


Mercr3di 2
larinnetre a tmi


Te np,ratu.- 3


(:it~i jrc~s 1ilt* C


DIERS Tribunal de Cassatit
DIVERSI Audience civil du feudi 3 Avri
--- Sous la prksidence de M. le p
:MENTS Auguste Bonamy, le tribunal p
3ROLOGIQUES ge a dix heures et demie du r
\'ATOIRE prononce Ics arrdts suivants :
DU r. Cclui qui rejette le pourv
ARTI c par le sieur G. Lespina conl
.I1;GE St-ARTIAI. cement du tribunal civil de
3 Avril 1913 Prince du 25 juin 1912, rendu e
ji 763,6 et la dame Arimlie Sievers etc.
2. Celui qui declare le sieur
.lll l DuprC dechu de son pourvoi
exerct centre le jugement du
nia;xin'l:n '-.t de paix d'Aquin, en date du 8
bre 1912, entire lui et le sieur
Movenne diInrne 23,9 Romain etc.
lvert to lit la jourll Nouvelle composition


Le tribunal sous la president
Auguste Bonamy, entend les
sui\antes :
i. Celle de Lifschitz demanded
erre IDrm r, Flvolnn lit defendeur.


on Service d'Actions de CGrf
I 191r Pour remercier Dieu du r.ta
resident ment de la sant6 de Son ExclI
rend sic I 'risiet ie lal Rdpublique. un u
d'a actions de gr.ces sera clt'brCau ,
natin et : a"
bvtire de I'l-glise Orthodoxe Apoi
oi exer- que d'Haiti, rue Ption. N* 8. Il
tre Ie ju de la fte de I'Ascension.jeudi,a ,
Port-au A 6 heures du martin le public y
entire lui respectueusement invite.
Port-au-Prince, ce 24 Avril 191)
Damas Le Pasteur en charge
par lui Ig
tribunal PIERRE E. TONES, D. C
D-cem- Coniith Ihaitien d(
Fortun I'Alliance Fra i
Le Comnit| haititn de l'Alliance
Cise prie tous les amis de 'CEuvre
ce de M. lui fire I'honneur d'assister avec I
affairs families la reprise des Confire
post-scolaires qui aura lieu mercy
eur con- Io courant au Cercle de Port-au-P
M. le ce, A 7 heurcs du soir tr's precises


Ili.r, ,o- lai | n'iilnct alIn dluyen iuge Verite est entendu en son rapport. i 1 a stance sera prtsid.e parMonsitu
Il'adg'. Mr le ,;lI, it. EdliIIIondi Iailly, la Le minister public, E.ugne Decatrel, Jules Laville. Apr s que Mr George
Clhainllbro s'cs't ,iitiln cons ,ltitutc;. co:iclut par cerit i la cassation du ju Svlvain aur. expose I'esprit et la p
.\l''.V s la \vallationIn dii.s pounllirsl gemnent, par vote de r.tranchement seu- s ,:iale de ces conferences, Monsict
n.ii\'in, .lrt,..I-"a s, : 'lanibal- le nent. Le tribune ordon ie le d6p6t Paul S ties traitera d.e 'Eduiation des
laire, Mn S--ort Colii, E'rest .voloI
V\'ivardL l t I tu lt.ii t,.iin., l ;'itlog,'.i*', eltis ,d 's pi ces. Vol ) lo t1
, r.A'I -ttivtm -IIlilIt i:r I..s .,Etl-tt. ilil's (tes 2. (elle de la dame Adtina Jasmin Pour Ic (omitc,
Ans .is.-'--'itr.,. ( iantthir. .IMarigot, llai'i- Nicolas, demanderesse centre la dame I Pr;,t,
d1.- liiiIn ., va.itllttiln .1 Felir-lt oe la Sifrasie D),lvard, M. le judge rV&iti est I II
jillt it. t 1 iii i, itt ;t vait **(* IIil- entendu en son rapport. Le ministcre
in ,411 I.L-'.t ia I' l'1.' ftion p mi I.l'- -i'ir ol -I dt. la S.essioli. a l. cassation. Le tribunal ordonne le l.es dcpches pur Inague et N<.
S e', it r St" .At-;ltt IIltttal4 i atet> tt l" d 1pot des pieces. et:. York par le sis Sigismund seront fer.
pr..,t l,.1it al I.t (-' t,,h n t,. .t M.M. J,.istit i. C(elle d. Madame Charles Bon- -, c. ce sor iA t Ahres.
Ia i>ttir, i.t I.'tl Di r I .lla ir. i t heur demanderesse contre Mine Amt- port-a, -Prince le 24 vril 191.
S ile i. ,I tiMl.,e. a Is .l a. t tlie Jn-HBayt.ste. M. le juge Dhomond e l Ia ai
c'Itit.lli iti it', i ,li- tt ,ii ,t Il, IiIr h i. est entendu en son rapport. Le m inistc- .() v e it la m ain
t' 1 ut', liu ..n I .:i -.\intllattlill'. lilt re public, Lys Latortue, conclut par A 1u tribunal
ii-s loI--tlc it' laln- I Ilriile pl irl.'I i- crit au rejet du pourvoi. Le ir.bunal A cuse, c'est la quatorzime f
t:uire. at <1111 v\.w' lt I1' tr.,tie\r sa ('n- ordonne le dep6t des pi-es. q e je \ouS. \ois i I barr de ecetrib.
",r't.i, ii l.tini-. I \ at l'lii'-r,'tlner s'r- Sur la dcmande du minister public qal .
\ mI r -t!..,l)l,.itl iLt l;its li tlire-t- EugI ne DIc)catrel, l'affaire de Charles' Magistr.t, voila cinq ans qui
tiii bi's' ti\,iiix\ t, priieicr mits 1 Pierre centre Czaoskv est renvovee A usois a I place et e ai ,
tie A--lt :. I VOLiPs VOiS a lIi m11 ne place ct je Mai
dle la *1"'-t, dll.
SI.' .;'., ,t ,f. ,,,,titt Ic's I'audience prochaa ne. n m.is pense A \ous en fire le reproc
fl,.l\ l li:iti:l t .. i 1iitin.,itt, Pir o)l. L 4. C lle d ne e Vve Daguindeau.
t~bl,.':,,, luith .lti. ,.'t1,tt, .\ ..', tblllt; i' demanderesse contre la Compagnie Gt- -
Nat it ti l,', r,>i ,llt lt',r.t' .-,hlt'i ll ncrale I ransatlantique, defendresse. MN
i.- l[. Ss..ion, t. le judge 1. )D-nis est entendu en son rap- COltcert
.Mivtiii (i sill.ir< port. Le ministere public l-ugne ID)ca-
trel. conclut par tcrit a la cassation du I,, ..i.:.! ,I .1I L.,h,


..M .. '....o. ... Son E\ccllence \Monsicur le Prtsi- jugement et au rejet de la fin de non
Sent c a la Rcpubliquc a dlivret Exe- recevoir basee sur les mimes regles que
:rois-ta nt n iss ltr lhint.nilr. quatur .i Monsicur urro de Mattis. la decision. Le tribunal ordoni ie Ic de-
Al s apti,..t- I o t ii i I ini ,tt.' iioilnI \'VcC-(e-Co; suIi du Br&,il en cette p6t des pieces, puis le si:.& est level.
res'idenc.c
o..'onicir'itr dc NI.httteis. est d i titu
it, 11 am.n ,.ll.-o i tI fitll t .ll-.i lout i-\cT iuiatur I te egalemtnt ac- Le tribunal sous la presidence du vi
ell nt vent Vi'tIS lisr I'a.n\ t ( >st' cord.', par le P'r,,idcnt de la Republi- ce-prtsident F. Baron prend siege A dix
jlste a I c itintlt'nt l'op,;t'a. 11 onllic lnil 1 Iit l. lantte. o~ pcl' A la, ch trgc de Consul de la RK pu- athairts sui\antes :
s'a sant joyns'it a.' .s. iIs, |blique Dominicai-ie A.i acmcl. i. Celle de Menogene (Geffrard centre
verlus It' ft'tIiclrdie 'llir'tl-\x *v.t'ie- (:'est .\lons-cur Rimon N. Gjnzalez Toussaint latras. Le juge Anselme est
tinIlit. N.1Maittl a acit.ie ,la I 'ti II.I si r i que Monsieur Garrido replace a ce entendu en son rapport. Le minist&re
:la coet ziltillr villa ap Itrt.n nt a post. public Eugene Decatrel, conclut par
Vieux at la lt I. at1l I 'r- i.I n I ri P ti crit au rejet du pourvoi. Le tribunal
ger, car la bwrll. no li a 1n1ore ricn A la file 1I I l r I',
geE, I ct 1tIt ii a 1t bit' 1o A ru iti ordo:i ne Ic dipt des pi Leces.
accordtI;. Ic 'l 'a. tit -. lt i ..r. epuis trois jours, une equip. tra- 2. (elle de Samuel Rens centre Pe-
Mais Mi altte al'Iu t)injoiIIrs i .M I dcrIt c vaille activement dans cet intressant on S -Jean et c sorts. Le jnge Ansel

et s'arra)i IL t c, lesttl' o fair' c 'l'lll al.ve r caintere s s ses an t ie n I Ii an t cr onso rs. Lue jUge Anse l


.Lu h ,I ll, t .|or..1 l.cs habitants ds la ruc P1.1tion se r,- faire rile dt slsc l ri p ioni n .
SOU S ll tiic *i lic* cvbtltIt NI.' el-, '- I ;. ii-. ii^.Llv-/i de l l& lTfl y i 1 tje de C rr louis contre CI *cile
Iquartier' s t truct' I st in des euxs re- prtescntceit leurs servations. Le minit
tlne soi'' oriaint par *ll r me est ent'ndu. <.n son rapport. Lec mi-



ovret est il i ant et n11 l. ;t' lti, I siduai e, cause diune vludisme et torc publiexa- I. iugne Datrel,conclu



i~,ats bii ds Ia 1,e Ets ,titib Stitt. d infections d to s sorters par crit au rcjet des ins de non rece-
le ftManetti. Apits i atl ies lsexcel- II serait cepCmodntt ne ss t irec, pour voir prb series au uri d pourv a cassation

lenlts artiste. ju |l, sotit Nitlits iih' Iui- que Ic travail soit efticace. d'assurer la du jugeanent attaqu&. Le tribunal or-
ntivrac,.nt onllv trroii. Mt. iin, pente sanis laquelr les eaux continue- donna le d t deu piropos de .
a Trtpris I costun i (t r anpania ., I l voei et ctes dins ses a tractuoit6s. fi scripcion



et sous liues nont trlcnnt Ms rnt de crouphabntr, s la rue Pat examples 4. Celle de I). A. Louzi & Cn centre
ublsous i pont jetrs grief et e resbytree sa anque vtionale d'liti et oa di me



tL CIAU El C l'Fglsns Orthodoe. AmClie Sievers. Le juge Anselme est
L nouveau dans I amnoiir. i-vaux utiles don't le meilleur etiet est I



Sl lleurs nous ne crovon c ntendu en son rapport. eIt Arrult
a msi ii manuvr diftipile: rue elle-mume, jeunee produit ses observations. Le mi-
t t pialprsentant de une in liniston remark nistre public. N Lys L:tortue. conclut
mnais bhi dans la not l edes sitlations. dinfcctions dc toutes sortes. p ecrit au rciet d fl d non r' ce








Colrs do Bourse quable, s'y prite merveille. par Ccrit au reject d pourvoi. Le tribu-
Elie flit ist lenits artkiote que sont 'Min t" d( t oP que le travail soit efficace. d'assurer la ,soir presentees au ton a la cassation




hr inmhnaisa ini nal ordonne ept dep6t des pi.el; uis
~~~~~~.Mret co es t tr oignront e oussu nous pre dannoncer exe le s elle est .
suls le Pont lete devant fe presbytere la Banque N tionale dllaiti et la dame
PAULC1lAUMEKT de 1Eglise Orthodoxe. Amrlie Sievers. Le juge Anselme est
_'ailleurs nous ne croons pas cette entendu en son rapport. M%- Arrault
-- ------manieuvre dificile: larueelle-mme, jeune, product ses obietvations. LeUmi-
prisentant d6ja une inclinaison rear nist6re public, \L Lys Latortue c0lt
Cours do Bourse pquae sypre mar &critau reje dh pourvoi. Le tribu-
Cindina-ThWAtre nal ordonne le d6p6t des pies, ; puis
Mr Rousseau nous prie d'annoncer le sielge est level.


Or Amricain 28o oo prime que le retour du beau temps lui permit
d'otfrir ce soir une representation A la-
ChequesurParis. 3 /4, 4 o/o prime quelle nous pensions qu'ira, en foule,le
Traite sur Paris. 2 I'4, 2 1/2 o/'o p public si prive de distractions ces jours
Transfer sur Paris 4 1I'2 /o prime ci.
Cheque s. New-York 3/4 o/o prime Le programme de cette reprksenta-
tion est celui que nous avons public
Billet de P. S .. 2, 2 /4 o/o escp derni&rement et don't on a deji apprd.
Nickel. 3, 3,4 o/o escompte cie la beauty.
Dette Int. d'Haiti 1912 97 o/o ad val. 1 A ce soir done.


Marriage
Nous avons re;u avec plaisir le faire-
part du marriage de Mile Jane Gauthier
avec Mr Reni Martin.
C'est le mardi 6 Mai prochain, A 7
hrs 1/2 du martin, en l'Eglise Mctro-
politaine, que la Benediction nuptiale
sera donnee A 1'int&ressant couple au-
quel nous envoyons nos plus vifs corm-
pliments.



VA (VII (tEC IE.1L V~/I gJ~



I. t20lflcc'.i :`lll lriii sir~i pat k
11-1 i t\It I i tit III ltt. Ibiel dl ( ),,-be a vlr4ta


jol. lit p hi s 1i~c .It' (iAlw~i~it me.
iiiut-.' l l l a atueili ce
et 0.1' it t -. a I Itr uitillxuzitciitreritesqo,
etf Aloiit It- icvi.- d I' I habit SCiltlbw
de plr;l~ll l trin,~i lesquelle-c, so MO&
ti-ant tcllfea (141,11lv a 112 aii- I)1I ui*

(Ct'-.t ,.alls Itl1 (I.)Lott! l Ire fois qu'oo
a til It )ciasioii d'ezitcitdi-en ici un ViOIO-
lIsitt' dilu-,si l~ltr dc c e son iistFrutfl,
trai.-saiit Lmv-s.twlr salts visibles effort
It's Iittiam'esle.-; I ph Its d.ilicates, conql*
Eaiiif vt ;et t;ilt (FdisatiCe Soit I pbliC, d
ttatitow, iii Li-, enrrt)l till silence pW
fonif( tf,;at tressa;illarit d'admiration. IA
ift. It' it V4`.i'ItauI) i elt It CiJI111uise do-
vaii t Catte Illilzutise, Cet ritivi-einuent d
tet, ttl'.tp'l' sit fc! a Aux paSsages trist
et 1,11 t )Ii itb tsesVIt'X, S'ellip )Ut.PF
scIS Jo4)IIIISc quaii(I les lainentartioni dI
I~lactcs a de.s ptmLes plus gaies, 81
niot.'- tiuitccs, ci Ibareilles A ull 416
nicinit.'it (l'intes en joic P
C' iit dtilli lindea toute Ia salle tfd
saill~utit, comme s' i, laissant Iles COrddI
du v I olonl, I'archet glissait sur les tcit
des aiuditeurs.
Aix dlivecirs point. du programinb
public it s( so t stait plus de plaiairt
chitaqifi l li(i de orceau laissait eab
jaillir titl flot d'adiniration trOP oq
telmjps cortttenu; ii s'6puisait en bravo%
en at)1)laudissenen ts qui a cliatientO
touted parts, mnouraient Ienteinentpa
reiiaissaieiit ttet se prolorgeaient-
II sernble (jue M. Gabriel del Ofb%
en revanche,i a dt6W Ieureux de son PW
blic, qu'il a u-tuW aussi conquis par cO0
s'yttpathie gertsralle et tuznultueuse, d1
ce strait tant inieux, car ii a eu Ia 9w
ticiuiset de bisser deux points du PI*
4ramnie: Lucie de Lamermoor at I
Rondo Capricioso de SainL-Sae1s, doO
points qui, sans nul doute. E'l 6t
pas lea moins important&. JA 10


lti.(. 111116. alix .uivir' nis.

I SC:IIIERER
La C(liaubre


I


I



I