<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01741
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 12, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01741

Full Text


gepWluflC Ann& 1N820


Ciment-,MAGLOI1E.
DIRP.CTKUR


ABsONN-MENTS :
pO!,F-A U-PRINCE :
in, Moi- . ... G. 2.J0
Trois *,i,) ........ 5.00
I);1'A ltTE'MENTS :
(Jo Mois.. ........ .G. 2.20
rois Mois. ....... 6:00
EIT'ANGIltI :
Trois Mlois. .... .. 8.00
LF NUM ORO 15 CENTIMES


.1


PORT-AU-PRlNCI ( MWO I


2-


F.A-)-


QU%,)TID1EN,


Samedi 12 AvrJ 1913


RItDA CTION ADMINISTER ATTOh
8, Rue Americane,.8-
Les aiossces seil ecc:es
A PORT-Au-PPl.CE : auuix itl.;llx s,. Tourn.l
A PAls : chez L. Mavence & C-
9, Rue Tronchet
A LONDatS : chez I. ;. .. io.
21 2 I, i ..
A BK3tLIN. chez Rudolt Mosse
S. W\. i9, Jcrusaleme Strasse 46-49
A Naw-YoaK : Universal Pul'icity Conipany
s $ c. i ; i :ruCt
I es manuscrit- ins .: -: nic .son*
onnements et insertions tables d'nce
Abonnements et insertions payables d'avance


LA REMAIN


ET LES RACINES?...

J'ai pour devoir de remercicr I.a
Communte, et je le fais aujourd'lhuI
en tout premier lieu, de I'tilr ini-
tiative qu'cllio a prise en taisant
abatlre, tel le M apou malidit di ci-
metirle des C;ayes, le s:lblier iifeciD
et infest6 de l Place ,lu Marc:in .
II fut un temps oui ii sullisai qui,
I'opinion publique, par la; voi. d1,
la press, d6nouonva un ablu;s oni liun
irr6gularilt, pour voir s'dlcver co(r-
tre elle tous les collet.-.nonite. in-
tlresses dte I'adlnirnistration et .! l
polili(luie lhaiiienne, Il priti Cpc
fondaimental et intangible d' dt(roil


Ieu Pu- u all .a J ( co loa


E Q FZiINIT sion imprim~e A I'instruct~ion pu- vu. a la Jamnaique, des kofes f(- IIlc-
blique par M. Guilbaud. tionnant de ]a faIon qie vouis ;dites
et pour la nme raisont, (esM 'i-dl ire
Mais j'entends le lecteur simpa- pour insufilsance de logemlliiS.. I)i-
.lh!in c dii 1i dL couranto sows la si- tienteir et se demander : oft douc est tes-moi Si vous avez vii cela al lhours
,II;IIl(lui de JIean Ic Furetetir. rel;ti- jusqlu'ci St-Emiie Mlatiheu9? Altten- qu'en I taiti ? Et dfites-inoi C loo0r'e ce
e r" et Cr ;te ole. niot, je vais voris It- nm mtrer. q tijimt peti r de iv. !1-111143
Le a pport de ,' [spoe t e (t '11111I-i iile iijtuiie fl1jfiin, ce on W-H pu 11 (Jiq e Iansla1.tit ii I 1; IrnII
ei'i tiregristre Lt Ia Cnstl inspect i P m PI, lapiC, 111 1 11 30, is! eti'afnl, ji I rve rtisstimel!'I I
\~.lIktjucii Cld'i'ut cluje ii i'i'..iis ces termesllscfIISC f lei
i'( Ii 1avr cistit~ i. elhr PrL:rle~ ~ i~i .i)
'-tailt Cwli'!A Ii: ...M111 i p11OPf)s cafij~ok, par 11Wll( and is que hes fond i:mi! ii
( A a l 'P1..cnotedescafi'in), (1u b al- note st' I I I i ciek font ostacle?
Ault itt a1'6tc,01 "4g, dderniere. dans he jouiir'aile lo uj ALINle pdis be.11 Wd' F>i

.0 S ~)est t, 101OSS60or partisan arijoUrdflirri
8, ipI wo h li e-111ioie suir les marches (ic I'es- emiith-iu air, avait im
~~it .!grt"extbititle'SHit''calier de la maison, daiis utie Pro0- r101e :lti It parteriioll!I we
C'csl /t 'i' Mn Au-et116t~ro, (;1`';'iture(14 cetoga~lerie1.
1* hiJe lat I I ci It di 1i ite
il *.: hli, ( I/I' S A; ) cii 'a uts en lori t b:is Age. D a ns uis n it cro \z p, ip s l SI Nm 1S ;V We l


public hai ica l 0tail pI rai-il, il I, I if '*i-(')* s. 1 s I Ipays a t.em perature clv comi ii ne t ps, vis r' ; :Ilj!t
Fe juglcnel, des actes publics I etS. le .no.re. on est ;'i se demu ier s'il Ides xpcs dc sns-
pas ldu ressort e l'opsinon. uSbcie d Je fliclitce cl riemerci., im i, 1- .i t lt 'i il o aini A (IR, ls cas, que les cours des oles I 11 s t pas sans il '. ; :p-
-f li t i' t a f ( ll Ille 0l V
veille fois, ziotrl dis!I gitie ..:A r 1't i ,1,', Jtu i1 'l i-i l i. .ussent Iiils en llm a r. ; II ttll ;l IX piri !ie r i' .oli i .I'1.
Cominuliil lde lie pas lirlag,.r 1, ;,.i cC"'i, ;ii11.i PA l elii Olii'l ;) Ii' eocasio l th ils tilln do ii l s p '(ti II ,' ,
travers et doe n'ivoir p:sS oubIhli.l'as de rancher la question. IoIItelo.s a deilnder (ie hte
le coup ce li c',e d ) ti fe1a,,pal Ic ;i liavol;iglSe. pourl l l'a )OU sli Oll ol cI i le concertni, iioloe i, tri, lt ,n1 n-
; o t' ill~ll'ii a ill I.iHai PjI' ht J Iierr-
abus (tii'l est veo. tro '~e1. lar'ibrc ce de la ivniison. oir vo a .l ui n plemI
pouilllex (iui servait de id l a ua ii )rcCus es "'olos fonclioni;:inlt lf cel uei 1it e .bos o a ; vl's
: population iminonde. | ionl ini Ai-je cra (,sic laoi, on al.en- pendait la nil...
pl ullioC~li ,ii uito Sd.
Le CiS 6" ada llislS 41"()
Nous li' tVOIIS plus q i'lflne crain- iI ori le iscl II;s iil s daiit lS llstrnciol s dI i Dti-paIrle- Vai;iiit. gle(onrl ;i S !
.-0 i i iSCji i e co n i'l SU ( : c .- i i
te, cest il ie repousse et lie res- nlent et :l iasolUtion( de ceile all'ire.' l 'cur finir, sus:ile au souvenir de la m6mora-- 1 'l de caler les alarmes illegiuimes Ini poser ine t lout ptmi leli;. -; Io
Sbic prolphl6tie dlu Prenmierides oirs, p,:ts acer Ieole 11 a tll de la IDire'ctricL, eli lautorisant ;1 Ie plei n air 61:iit oin l.li i-
ble prol de la t ii e, ,iarix e f c rtdt
don't nois avons tant parole ces jours CL lO pi loleult ir inlpo prmlire eix f iantl s de respiro~r mIent el lout allnt 'i our I. M'lliiux
derniers, vous vous rappelez?-.-,, so cour i Li vue l ISSlt a 1'ilse, o ir, pir ansi, vie e Chez les dernoisclle .1 me
#En m ie rieversant. on n'a abattu s l cours l vue de l itse lai' criilSe t'l ,/ n' l /!1f loi- losco\' me--ill. .-1
ci et les 81 petites filled te st cl;lse
que le tronc e do arbr2 ; il pussera n lo e ps !r.e be-'dnsnix r crialion -.
no doivelit pas.!re expos''e., in-
par les racines, parce qu'elles soul iiip. esL alx irileiip;:ilc l ire Ia ,, :c lc Si- l.
profon;les et nomnbreuses...), etc. la ruee. L'oi riopose do iii S lr Iseiierai q I I ll- ,ii -.
p o cinolnurec a rue on propose de transport ler sem rit e 1, ne <1., Ma ------- .*._.
I. cole deg:lr olisquiestenll ic,daiis avait pour objei lie fiire 1. proce'-s
le( local destinei aux filles, cc- n'el aux course en Ipleii air et c'est po'.r- FEIILLETON I)t.1M1 IQUE
Mais s'il y a lieu de noter avec PntatiS une soluiorn, puis.ie aI fre- quoi, ayant dlecid1 dle s'elever con
satislactioln tiue si heureuse trans- quentalion scolaire de 1 cole dontre elle, it a tro;ivr to.it iii iu ef i ril .
formation, de notre esprit public, il i saglit cr6rait le Imlne IIlooIV6- Iout facil eocil do t.ire clot ld I' ii tL s h't
nous est malheuresementdonn, resent donn .-L Urectric m n'a alssi par- d, closes qu'd a conslate, :lez Mine! e 1t ftis
de temps h autre, de reliever des d,- l dlun terri'ii apparteinnt a la oscov.a. Si cc 'est pas cela ii i
faillances, qui resent. come au- tiie proprietaire oil cell-ci pljr- est tendancieux. jo ie sais p:is lrop
tant dte concessions faites a 'espril Ca collstr uire une pcic... cqe ue devient 1. pIroprite des ler-
de routine. Lines sous la pluine dlu soris-ils- M. Vincent d'InJ c
Voicir une die ces delfaillances, etl Cls:isi consll S t iliscl, le pecteur ides e ole:. 1. Roucl, director di es
son auteur eat M. St-Elme Mathieu, rapport formiiilc e tin les conlU- ()O, C'cst colite I'linsuflisanci des arts,de nous fire conn.,i:i :. vres
sousL-iuspecteur des dcoles. sions sii\antll locaux don't d ispose I',col ,les tle- o)ubli)cs des anciens co jl-,i i qui
SEn. a:llendait qu'ulne mnaison moiselles No 3 que je ine sliis (lie- cure-t lcur hcure de g:.i;-. -rite.
Nos lectertrs 'ori Sills d)u:e pas c 1veCiable suit tronv6o tilns Ie vee.si, a ellte occ.;sion, j'ai pn e l., (. Curameen't / ,, ., m)te-
encore perdu de vue unie notch par iint' (IWl lli:lit r pour lo,,er 1 .)i.11:0- d'une cla a li Se tellsit i ri i li vterdc..d:nninc Ie tmois dd : .i. ;..: r, eAnd
laquelle, il I1y a pas biell long- itlii' 1 tiV.'VOS el Di .rec'ic., les a i llc'Ce', qui, I il cit r; teips, j'atlirals I'altenlioni litl DC- cOiivclleiiC ts silialds doivet'ill lr^-r l'ilispectili ws '0e.olS A1 aiucuili I K c '.e c i1 musicifl ..u ,: : u i.M.
\'in1c'L-nt d'[Indv rco-stitu t du
Parleinelit de instruction Ptibli- corriges sars retard. L'. piopridcl;i te et l O |oiv~int aulreiiaiL jlgeni com .nc ur die st u,- ", '; o d uis
que sur la ncessil6 de longer I'Ecole I de la ul :isonl, dit la DL ircct Lice, de ieui' l Iat de leu s hCsous XlV disalit qu'il tn.t i '.e lui
de demoiselles No 3, dirigde par ni s'y ol)pposanl pas, l'E!al pouirra.it qu'e i le lbs:ian sur lcs siies cx- ist pas regretter i.i :: .I:: de
Mm3l Moscova, assez convenable- rietlre uIne balustrade i; la galerie wricurs, ce aiil ai'availt paru receler Lulli ,. Le ballt des Ir : f, t re-
ment pour que I'on puisse se dis- ct placer id-s claire-voies A unle cer- ce mal : I'eniquee de i'inspecteur- prcsentc aux Tuileries c: I I c\uvant
penser de recourir au moyen extre- imine liauleur: Et jusq u' co qu(iI general, aiissi bien d'ailleirs, (qie Louis XV\,age de onzc :: a .int.
.* e d'installer une pariie des classes cela se fasse, 1inspectioni scolaire de celle du sotis iiLspecteur lui-minPre au prologue, en faic de ; "e sta-
sur une galerie donnant face a la Port-au-Prince devra refuser des ont prouvd ique j'avais raison. tue. CL ne fut qu':n 172 -. .)p;:ra
rue. cares d'aAmission pour lcctleecole.* C'est celloe mncmse cotifusion qnii le fit representer av\c g;r., in ~c. Le
L'honorable secrataire d.'Elat de E.I I'suine, j'ai doneI ignalte A fait invoquer p.'r St-Elme ce u'll sujet en est simple: Une \ -t lais-
llnstruclion Puhlique, justemenei 'attention dut Depariiin-.n tic lu's- dit avoir vut a Ia Jamaique : il teindre le feu sacr. El- v -ubir le
chitiment terrible r .1crvW A ,.; Udail-
nui de note observation, clizArgea rtIuCtioI pUbihuie, p ,ur r'irler~ Ie y a vu dc- iio;nh'etuses uoles folni- lance.Mais 'arnour qui I.ut ,-, erte
Un des inspecicurs gandraux, qui iang:ageo mmiile du rappo:1. UIn asionnant en ple air. Aais ii y en vient a son secours et la sauve, c. qui
et d'ailleurs des n6tres, 1. Ft6l' biei car racirniSa d' ins,'ffisince des a pas ailll ,ci mitine, inoli ali, vous provoque la joie des Dieux ci d s lion-
agloire, d'aller s'enqu.rur, j locatuxc par suite e I'autIeintalio I n 'aviez pas be.om iide voyagt; )por" mnes.exprimic par des danses et ds airs
1:tpprePlis i I'instant par le Butllte- dr lao population scolaire.W L'L je ne si peu, ct vous voye z que je tna; pleins de grace. MI. Vincent d'Indv.ion-
is Official du Deparlement de, stis que just dadmetire, avec le jamais pense a signaler leur cas! duisait lui mcme l'orchestre qui met
Ifastruction Publique,-ide ce qui rapport, que Letle insulisance est: Pour que votre rapprochement 1llt en valeur cette musique tour-a-tour
pU motiver la uote parue dans leiheureusemuent due A la vive impul-lfoode, ii eat fall que vous eussiez simple, majestueuse et leg6re, orne-


_ 113 1 ME









ment6e de variations,d'arabesques d'un Le Prre sup rieur est revenue JEREMIE ponSt qu
eflet tres' s6duisant. On ovationna M\. 1 ,s Pres du Petit-S tninaire et leuras ne a
V .t~ I' ""quitt6 Pen
Vincent d'Indy a son arrive. au pu;, lt.\v, out I'ie hier alprs-lmili i le re- e crreondant. t not
tre. et on applaudit aussi tres fort : tor dI : Cali., leur Suprieur. t no
Mme Croiza, au chant large, d'une tres ;line g- lllili- It aclltouse manifesta- e Cercle Citholique n'existit plus. complete s
belle puret ;-- Mile Sevres, qui per- lion v *, m.--it iimaitres et 61eves an qs p tres p6nstbl
sonniie l'amour de faTon charmante ; M1- : Ettablisseinent, ofl un pro- tsion qucr de nom. Ses poures restaienr es certain
M.M. Carbelly. chanteur d'excellent i'i"I'ie I.sial et litt;draire des pj bn t volementujos eunessortee pour attire oues ertai
style ; Aveline, entrainant dans 'lisis r.\la ls iureuses tlisposi- t a nation h
danse ;-Ie Acor du b.illet du Tharti s et n:re preparation consciencieuse aux saines recrtations ; mais touiours a a.oJus
danse ;-le corps cdu ballet du Theitre ies j :,ts amateurs dut Collge. Apres indiffrente. elle passait, courant apres Tou Jus
des Arts, don't les costumes sent dessi- l. ts gl raciettx des petits, des dautres plaisirs bruyants qui finissent T i
nes par M. Dethomas, auteur du decor .tses d(e Mliere ( Le Malade Inmagi- toujours par anesthesier le cceur et a dernier son
antique grec. arrange suivant la fantai- n.ire t Il .-ariage force ) et la IFarce longer dans une ataraxie ineluctable de la chapel
sie de 'artiste peintre. ,li Cu,'rer lireit rire jusiq'aux larines. I'ime qui ne peut pluss'emouvoir pour Mais que
Le nom dce Monsitgny.putu ,: 4my u )n faiillit pndlirer i -our do bon i I'au- tout ce qui est grand et beau. s-stnme de:
Indscrt,est plusco u.Unede ss su- iitii dliciix i-propl en vers e e ds pourtant pas que le Cerclehang, le
vres est rest&e au repertoire de 1'Opera t ave c (halit;, uuvr originale et tou- Je ne dis pourtant pas oue Cercleu- tres
Comique. Les ,.Aveux Indiscrcts .mct- 'iiiteCa (l'iln I'ofcs(ili' dli lctit-S~ifi- Catholique na pas v6cu des ours heu- trS import
Cmtent en scne une paysnicri ts t- Iil. itititti: Le I'e ,upriicr eat reux ; il a fleuri un certain temps.alors la direction
tenrt aen sene une paysanndie J nant d'i- re, iiqu'un petit group de membres intelli- d'hui color
terit asse midiocrc.,mais n'aCvant ail- \iel, i,,t'r I'.\rcliev.jque assistant gents et actits pr6sidaient a sa destinee; Joffre, qu
leurs aucune autre prutention que de i .ett,, fte tiC (:dolleo lii laissera un mais its s'en sont tous alls. I'un apres connu .l 1t
fournir matiere aux airs faciles, gra.- in,.ll]A-al)le soiveonir datis les ccurs I'autre,et depuis,le cercle est entr6 dans c- que je vi
cieux.charmetirs et tigers lcd la prenia- d(,ts itits St-iMarial ld'aljouIrd'lhli. le silence, puis s'est dteint doucement. blemne.t pa
re oeuvre de Mlon.signy. (On applaudit N s SI ini.'s lit-eueux de solaiter Dimanche dernier, 6 Avrl, sur la mius eu 1o
tr6s fort le charmant prelude .ainsi que I;t I),iv,-rit anl ii it. PI. (:1Clbo et de lui convocation du Rev. Pre Fouquet,quel- ftcheux, ca
tours les Couplets elinieS flVC cs tt;.ir'', atiil. lt ta St'S digiwes collabo-
orius et dtclicatesse J r I.ns c 's tlsiir, .t insi pV utrit et uise l I' pincite, t s bicyn te- ir t' i;n rIcllili:tt tlir t sa t'.-. du cercle catholique pour le reorgani- r in d'alen
Vautrinexquise Tincite, tis bicn se- r, o rpla.:mt dait ad1 s Aps u o irirt discourse odiii iians dentrerentf
conde p.lr .\lme l b.llrtei, .l' ; '. ti)lll)lllljl'S i *Ikl e' (et frItlc- ser. Aprcs un court discourse oi dans d entrepren
Iacobert et Arlbcrti,. C(U\.Cats de brave. os. ,is,, ,,,,i,. j un language toujours simple et clair, ments hum
dabert et Albri, courts de bravoNs ti.,S nl as. fair de jaloux notre cure parla du but que doit avoir massa avec
~~1dans un duo ravisiiIsant. a s slls itric's talentnt une un cercle catholique, il nous demand blais.
Un petit divertissement cihampetre, ,I,.l._-;tlii l i ,i,.s S"-irs et des- ileves de de bien vouloir par notre concours,l'ai- Les rest
don't les jolis costumes de M.Drcsa. au- st J -li ( liiiiv. der a le reliever atin que Jer6mie, pres- presenteme
tour de la :o le da fond reprisentant que come toutes les villes trangeres conque de
une ferm: svillagco,,e,) snt de teintcs .0llui1 ll2t ou ;hes quc comme routes les villes ItSanger I a c nque de j
unefermet encore les moindres, puisse avoir Si transi
curieuses. ajoute C! c ire a l'inttert de ()i t oiivitoit tiie, dlans sa s(anr e coror ion de i e s r Seul le ci
cello ~ re Aitco\ 't Io il Mo 11 une corporation de citoyens chrettens,
cette reconstiutiOn. 'In ril o L capables de soutenir le clerge par leurs sista du
On reprenait .11a n, ie T')e. le ballet inirii it ,I) t' tijcl,-es avuit lonn man- s eer par leu rieure : la
si original ite .Iu ri. ure Ravel i, q IaIh :'s,, tililti ipo trailer ave le conseils. II seront, en outre, pour me rie ure I
si original de M. .Maurice R'a\cl, qui 2ati' N'tl Ctal s t teter, servir de l'expiession meme du Pare souvenirs s
relrouvc ses succs primitils d'auteuir l 'I h; la :, in t illles lt narclies Fouquet, comme ces vicux troupers iavoir vu1 1
et d artistic. Mine-s L:, (uindau lt l,. I,'i ljtiltil dl i te.-rain, a in (ime- aguerris places toujours dans les rangs Le crane
losette. etc. M.. Avcli: 1. episode de lia'tte. t l' rt,',ietiitii i )ronuiulet doit des jeunes recrues pour les entrainer a chirurgien
belle et la b,-tc .a ttc p.rticu; li crcncnt s., lliltr I..t liier soir ile, danis les la bataille. topsic. lixp
applaud. alns i, M.r IE'l:niinlr\ I)joie, le bu- C'est donc sous I'agrable impres- rique assci
SaC1 (.an a it'irlii cilt uijie do sa ,estion. sin produite en nous par ces bones verre place
.\ (,ott. sraiue assistant Mr Normil paroles que nous avons successivemeut d-: laquelle
.('lii 'h a lllui l xaditon l du lonut nent our sansvie; il
a onl ( s't-'st (idlinitivernent t Pvot ur |de la part d
iis icomme Plde la part d
FIlTS iiER S arlu la inatlitte qui representait Mr Dumass Sscomme Psident Saldat mji
l UIn e't, Ir 1xaiiinant, attentif. un en- edu Cercle Catholique, Fernand Brierre u mois au
f;lln 't 1 Ili ir seit te une fetnnie en Vice-President et notre ami Georges encore u.
!tili l encorehY u..
RENSEIGNEMENTS it da quel parti leataillade secrtaire ; avec le Rv. Pre moment, il
itMTOROLOG dJti0 -j de leFouquet. Tresorier. de mes ami
METEOROLOGIOQUES scllltl:li, )pos de ti. Ererlde cette Etaient presents Mrs Ption Petit, dtresserje
( ISi"li\'ATI()IIt t, ti, la la it 'at,;ttristaulte (ule prd- Grandville P 'ard, lules et Hermann ce sujet.
DU lltiit S ll 4'llVre Sill laqtuelle IOUS ~ SUet.
D L' ievit.i ,ns it so)n acli\-vemint. PrCpetit, Timothe Paret, Frank Boney, Veuillez
SEMMIN.IiIE (()l.l.l:(;I '-11.\T Av, lI ,;union dtltiic soir i-enl- Gustave Lestage, Marcel Siles, Louis cedemacc
Vendredi 11 Avrill913 iiiit liin lIs Lravaiix les plIus imnportants Mauger,Thonias Degraff, A.Azor,Geor-
l uit '-.tr.' : miil ;:1 l itt' n o l l' 11 notn ls t'tlic(itons tie l'ein- ges Nicolas, Lether Titus, Alfred Du-
I ''I'ss it it. dn t'le elt du dcsintcres- bois, etc.
S 1:.ei i,, -eiiilit ilt a pport daris son geste C'est le noyau qui compose actuelle-
Telmplrature lllilll" --2 .'tie '.iconaissanc e enters un citoyen ment le cercle catholique.
SEllltvez le chien de ces vieux troupierscapables d'entrai-
.jl, oviin' ,dliniii 27c.e | nerles jeunes dans la bonne voie.Aussi
(:il na. x tot. la il, '. Ilal, A la riu des Miracles en face de la formons-nous des voeux pour que le
aire,. I'n. -tit.- pln dpis 7 11. 'maison Imbert, gt un cadavre de tou- cercle,ainsi reorganise, puisse se main-
mints tou avec. pour llnceul, un sac de colet- tenir et realiser son programme Pro NEURA
tearn'tr ais--. tc. author duquel les mouches au vol ter Patria. Coso
I sC1i:ii't strident se relayent activement pour s rsi 6'HU
Cin ,linThi-(itre.i monster une garde permanente. Fer itadu
Tout cela c'est tres bien.Mais les ha- -s- uprleur
,Su r les no nmib r LIS ; SOlliCita tions ,U l :... i.. .d i....... i: .... r.a n -n A AP .a d


public.Mr Rousseau rcdonnera l'impec-
cable film i lIritannicuss a la represen-
tation de gala de demain soir.
Les success antericurs de ce film sont
pour fire augurer la complete reussite
de cette soir*e don't le programme se
trouve ainsi modified:
I PARTII.
i. Sultan et le tam-tam, 2. Reporta-
ge dramatique,.. Mr Prudhomme don-
ne Comtdie.
2 PARTII-
4. Britannicus (film sensationnel en
17 tableaux. )
30 PARTI1E
5. Bob le marmiton, 6. Gribouille
gagne le gros lot, 7. La bergcre.
Place rtservke G. 2.00
Entree Generale G. 1,00
Fantaisie Theatre
Tel est le nom de la Compagnie de
Cinmatographe qtie dirige Mr Charles
Dugue et don't nous antrioncions, il y
Squelques setnaines, l'arriv\'e en cette
ville.
Des contretemps avaient retard&,
jusqu'a cette date, la soiree inaugural
qu'elle devait donner et qui vient d'Otre
flixe a lundi, a 7 heures du soir, dans
la salle de fttes du Cercle Bellevuie.
Mr Dugue, voulant assurer le succos
de cette premiere, procedera d"s ce
soir & des projections d'essai. (


IaLI ntsL UU Lq uLLie p ai ssenLt tr is n-
xieux et demandenta quand lalev6e du
eorps.
Bulletin de l'Union
Panamnricaiie
Le numero de Fevrier de cette revue,
que nous venons de recevoir, public
entire autres matieres intCressantes : a
travers l'Equateur, Les sept merveilles
du monde, Le nouveau theitre de Pa-
nama,Mlatelas transformable en radeau
de sauvetage, centre la propagation de
la peste, Le bateau insubmersible, des
notes Economiques sur l'Argentine, la
Bolivie. le BrCsil, RWpublique Domini-
caine, Cuba, Colombie etc, etc, et des
extraits de l'ouvrage de Monsieur Eu-
gene Aubin sur Haiti.
Avis postal
Les d6peches pour Petit-GodveJere-
mie, Cayes, Aquin, Jacmel et Curacao
par le sis Prins Frederich Hendrick -
pour Gonaives par Quebec seront fer-
mees ce soir A 8 heures.
Port-au-Prince, le 12 Avril 19I1
Nouvelle a la main
Apres un marriage d'argent.
d- Tu refuses de faire ce petit voyage
de noces
Mais non, ma chore, les affaires...
C'est bien. Je partirai soule.


Boite aux Let tires


Ce ii Avril 1913
A
Monsieur C16ment MAGLOIRE
D)irecteur du aMatini
Monsieur le Directeur,
I'ai suivi avec une vive et fire joie
la manifestation de vetre journal en
faveur de Tous;aint-Louverture.
On a parley cette semaine du transfer
des restes de I'illustre Noir; si tant est
que ces restes existent,ja ecrit avec jus-
tesse Adrien Carenard.
Pour edifier vos lecteurs, je vous en-
voie le' document que je puise dans
I'ouvrage de M. Benito Sylvain :
( Du sort des Indigines dans les Co-
lonies d'Eploitation )
S. ALBERTINI

C'est A tort ,ue Schcelchter dit, dans
sa vie de Toussaint-Louverture ( page
357 ) que les restes du heros haitien
furent exhumes par les soins de son
fils Isaac et transportCs au cimetiere de
Bordeaux.
M. Emile Magnin, maire de Pontar-
lier, i qui nous avons 6crit A cct regard,
A la date du z6 juillet i90o, nous rt-


VAM r -r p-


modavlnasoPeni do dt rouQ*urw. OWN
*reo le ferra. neux. 2ajuglrimw k
ASll OAIS LUS nO ITAu DC "l


Remerciements
Mr Abel Theard, Mr et Mme L. C
Lherisson et leur fils,Mme Vve D.TThl
ard et ses enfants, Mr et Mine Jh Bait
lais et leurs enfants,Mr Georges BormI
Mr Victor Borno et tous les autres j
rents, remercient vi"ement Mr le e
plain et les sceurs de l'Orphelinatl
la Madeleine,les R. P. du Siminaire,l
le Cure de la Cath6drale et tous I1
amis de Port-au-Prince et des auttf
villes qui leur ont donn6 des teali
gnages de sympathie A l'occasion dekl
mort de MARIE GOSTALLE leur epOu,
belle-soeur, sceur, belle-fille,tante eti
rente.
Ils leur en garden une profonde'
connaissance.


La brochure de M" Villus GerO
C'est lundi 14 Avril courant quc
raltra la brochure de Me Villius G
vais.
Cette brochure sera en vente a~
primerie c Saint-Jacques*, A 1'Imi a
rie du Nouvelliste et chez l'sl
Rue de la Revolution N* 75.
!I


.


e les restes de 1'ex go
int Domingie n'ont
earlier.
e honorable correspond
ses renseignements par i
es details, qui. nous en sow4
i, ne manqueront pas #
ne vive emotion au sein
aitienne :
qu'apr6s la guerre de I18
a dormi paisiblement i
nmeil,tout proche des mUi
*lie du fort de Joux.
lIques annses plus tard, I
s fortifications avant dila
vieux manoir feodal subit4
tantes transformations, sW
du g6nie Joflre, aujou1
iel A Madagas:ar.
ie j'ai t-es particuliereewt
ipoque, ig'iorait n&anmnait
iens de vous nan er, probf
,rce que nous n'av,o.s
occasion d'en parler. Ce t
r, un beau jour, en dmo.
iapelle et en nivelant le ter.
tour, un sin'stre goujit
eur, rencontrant des osse
ains sous sa pioclie, les ra.
sa pelle et les jeta aux di.

s de Toussaint dolvent t,
nt, dans un reznblai qud.
je ne sais quelle cpaiseur..
i gloria mundi!
rine. pr6cieuse relique, sub
moins, dans sa parties sup.
boite cranienne, car, sti n
;ont pr6cis, je ne crois p"
e maxillaire infcrieur.
avait te6 conserv, par l
Tavernier,a la suite de l'ua
>os,, avec une notice histo.
complete, sous LIn globe d
sur la cheminec memne ptr
le h&ros noir fut reity
etait l'objet d'un p(l1ring
Ie tous les visiteurs du it
-meme en 1870, et pendt
chateau de Joux, je l'y
On m'a affirms qu'en a
est entire les mains derl'
.s. Si la chose peut vousia.
vous reaseignzrai volonticn

agrter, monsieur, l'assumn
)nsideration distingaee.
Signi : E- MAGNIN
MAIRE DE PONIARLIER





WEMIE
STH NIE, FAIBLESI
nltx votruw oolwr ~ut il
MOBLOBINE DESCII
mang presorit per e'plite nd
ka auVle orne et a ux FerreM
!Jmr _d-owfo, -S