<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01740
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 11, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01740

Full Text





gqI Lami e ;rtO


MOM-AUe.PRINE2 (EAM


Vemidredl i I Avwl iSi


4*m t-lGLOIR
DIIRKCTKUIR


pORT-AU-HPUINCE:
tnojs *'*a'* .G. .l.o
.. I 5.00
Dj'PAW F.MF.NTS :
Im slois .. ........ 9.0
.1rois Mohs........ 6.00
E~TRAsNcl;II
.....G. 8.00

LZ NUM*RO Ji CEMTomU


.4


0)I


QUOTIDIEN


REDACTION ADMINISTBfTIOt
8, Rue Amlrsanne, 8
Les ameauces seit ietces
A PoRT-AU-PaIlwc : aus bureaus du Journ.l
A PALIs : chess L. Mavence & Ci
9. Rue Tronchet
A LONDasS : chez L. Mavence & Co. i9,
2., 2; Ludgate Hill
A RBSLI chess Rudolt Mosse
S. W. s9, Jerusaleme Strase 46-49
A Naw-Yoan : Universal Publicity Compmy
45 WCt )4 th Strfrt
Les manuscrits instris ou non"ne sont
=pas rendus
Abonnements et insertions payabes d'avance


CHRONIQUE que la pieuse Madame de Neuvillette,
de qui il ttoit parent du c6tt de la no-
ble famille des Berengers ; ct enfin le
libertinage, don't il avoit pu tre soup-
C YRANO DE BERGERAC conne dans sa jeunesse, luy part un
monstre, pour lequel il cut ensuite
toute 1'aversion qu'en doivent avoir
ceux qui veulent vivre chretiennement
Le personnage de Cyrano, que Mr. et ensuite 6tant au sikge d'Arras en 11 ctoit fort sobre dans son manger, et
3jmond Rostand a mis enlumieredans 164o, ii y recut un coup d'epee dans la ne beuvoit du vin que rarement.....
s ceuvre merveilleuse, pleine de Kpa- gorge. Les incommoditez qu'il souffrit Notre historien,par exemplc,ne nous
sache, comme ii le dit lui-meme,etait pendant ces deux sieges, ceiles que luy parole point du nez de Cvrano, ce fa-
lienfait pout tenter la plume d'un &cri- laiss&rent ces deuxgrandesplayes,le peu meux nez qui faisait le d'sespoir du
vun. Une curieuse tude,qui date de d'esperance qu'il avoit d'etre considerS, Cadet de Gascogne, et valut A ceux qui
694- dans laquelle il faut fair abs- faute d'un Patron aupres de qui son le regardaient trop ironiquement- de
action des iddes du temps- nous r6. genie tout libre le rendoit incapable fortes leons d'escrime... Ne serait ce
Lhnorelavie de l'auteur des aHistoires de s'assujettir,et enlin le grand amour qu'une legende ?... Bonne 1kgende, en
Comiques des Etats et Empires de li qu'il avoit pour lesLettres.lefirent entie- tout cas, puisqu'elle nous met a mirme
Lune P. le m'en roudrais de changer rement renoncer au metier de la guer- d'enenndre les claironniantes tirades
qielque chose A cet interessant article re. Ce n'est pas qu'il n'eut toulours qu'elle inspire a Mr. Edmond Rostand.
acologique: il a un petit parfum trcs continue son etude dans Ie tumulte PALL CHAUMET
sgestif du siecle des Cadets de Gas mntme de; armes, avant souvent passe
crpe, francs-lurons et batailleurs : plusieurs henres dans un corps-le-gar- -
SN. de Cyrano Bergerac- comme le de, a lire ou a composer avec aussi peu!
isigne Ihistorien inconnu- est un de distraction que s'il ett etC seul dans A propose de nort subite
ateur francois d'un caract&re singulier un cabinet : mats il vouloit se donn-r
tai a fleuri dans ce sitcle. II naquit en sans reserve aux exercices de l'esprit,
GCscogne, environ I'an 1620. San p&re comme ii fit effectivement depuis ce Deuxiit:ue et dernuier reponse
qsi 6toit un bon gentilhomme le mit teams jusqu'A sa mort. II composa plu- an Dr J. C. Dor-ainvil
pomr le faire 6tudier chez un pretre de sieurs ouvrages out on voit un feu pro-
Iscampagne, qui tenoit de petits pen- digieux et une imagination tries vive.Le
mopnaires qu'il instruisoit. Cyrano,qui Markchal de Gassion, qui aimoit les
dM sa plus tendre jeunesse, avoit une gensd'esprit et de cocur,parcequ'il avoit N1a hr-' conr-rcr et ami
version naturelle pour ces esprits ser- luy-mnme beaucoup de l'un et de l'au- Dans cette lettre, qui est la dernitre
1ils qui s'attachent aux moindres ba- tre, souhaita d'avoir Cyrano auprus de que je vous adresse. parce que la dis-
itelles, comme aux points les plus luy ; mais la liberte,dont celuy-cy 4tott cussion est epuisCz, je ne tiendrai
csentielsue profit pas beaucoup sous idolatre, luy fit regarder cet avant.age compete qa- du point principal qui
ce mattre;parce que luy ayant sembl comme une contrainte A laquelle il ne nous divise, pour ne pas tomber, corn- I
qu'il ctoit du nombre.de ces p:tits g_- s'accorderait jamais Neanmoins,d la tin, vous le di es, dans un dveloppement
atesil le crdt incapable de luy rien en- pour complaire A ses amis, qui le press a c6te du sujet et fire preuve d'une
megcer,et fit fort peu 6tat de ses lemons soient doee faire un Patron A la C>ur. eraditiou inutile et facile.
etcorrections. Son plre le tira de chez ii vainquit cette forte passion qu il avoit Le mois dernier, dans un article pa-
cepretre, et I'envpya a Paris, oi il le pour la liberate. et se mitaupres de M. ru dans a Hiiti mrn ictle, j'6crivais
klasa sa propre conduite, sans consi- le Due d'Arpajon en 165). C'est a ce qu' il est une veritc banaleen mtdecine
ktrer qu'il 6toit dans l'Age de la vie.ou Duc quil dedia ses ouvrag=s en la m1i- que chacun devratt avoir grave dans
la aturese corrompt le plus aisement me ann;e; car ii n'avoit encore jusque- la mn-'.i ire s in un- m iladie or, ini-
En effect la grande liberty oui Cyrano 1. rien fait imprimer. Ces ouvrages que iin>rtinte, ni la colre. ni lm11- 1
s trouva de fire tout ce que boa luy etoient plusieurs Lettres faites en ditte- tion, ni les ch igrins ne p.avenlt d6ter-
atmbloit, le port sur un penchant tres rents temr dans sa premiere jeunesse, miner li mort.o Et plus loin j'ajoutais
amgereux.Un de ses amis I'y arreta un ct une Tragdie en vers intitulee a Li L A la longue sans doute p.r le fait de d
pc., en luy conseillant de prendre un mort d'Agrippine veuve de Germmi- la diminution de r:sistan:e a laquelle c
Omploy; et le faisant entrer cadet au cus -. II fit, depuis, imprim:r une Co conduit toute niladie nerveuse, on t
Regiment des Gardes, qui teoit alors le medie en prose, intitulee a le Pedant peutcontracterplusfacilementuneatTec- (
poste ot tout la leune noblesse faisoit joues.Et ce n'a eta qu'apres sa m-rt que non org Ltnque,. Qielques jours apres, r
on apprentissage des armes. Cyrano le Public a eu les autres p.eces qu'il vous m'adressiez une lettre ouverte c
a'avoit que dix neufans, lorsque Mon- avoit composees. M. le Bret, son ooa dans laquelle vous mz disiez que a la
aiur de Carbon-Casteljaloux le prit amy,donna en z656, 1l'Histoire Co- litterature mAticale aband.e en obser- A
dans la companies, et les Gascons qui mique des Etats et Empires de la lune; nations oui seule I'Lm >tio a a tca notee, t
composoient presque seuls cette com- et 1661 on imprima I'Histoire Co- comme cause de la mort. On en trouve 1
pgnie. le regarderent bient6t come mique des Etats et Empires du So- d'assez concluantes dins I'ouvrage de
k Odmon de la bravoure, parce qu'il lei ; plusieurs Lettres qui" n'avoient Morache.... D
t se passait presque point de jour qu'il pas encore et6 imnprimees ; un petit re- Vous ajoutiez en outre, qu'on ne c
ne se battit en duel ; ce qui etoit dans cueilt d'E:ltretien points : et un saurait nier l'influence trei grave des
cc teams deplorable, le plus prompt et a Fragment de Physique a. Tout cela nationss mnirale' sur l'organisme. i F
presque I'unique moyen de faire con- dans un volunim que le Libraire dedia A Dans ma prec'dente reponse, je vous d
mlitre son courage. Cependant cc qu'ul M. Cyrano de Mauviires, frere de lau- somniais d- m'apporter les fits con- d
ya de louable pour Cyrano, c'est qu'il teur.Ce fragment de Physique,aussi bien tradictoires probants qu'oa trouve dans C
n'cut jamais de qucrelle de son chef, et que ces Histoires Camiques, montreat Marache. c'est-a-1ire d:s fits rigoureu- p
qu'il ne fit taat de combats qu'en qua- que Cyrano cavoit fort bien et suivoit segment contr5les ou les individus ont il
1t de second, 6tant naturellement tres parfaitement les principles de Descartes; 6te consciencieusemeut examines, sui- g
brave et ardent i servir sesamis. 11 en aussi 6toit-ilamy particulierde l'illustre vant les procdd.s mAdernes d'explora- r
donna .ne tclatante mase entire au- jacques Rah.aut, grand Partisan de ce tioa, chez qui, disais-je. un- vive 6mo- c
tis un jour, oi cent homes s'tCnt Phttosophe. La mortde Cyrano arrival tfon aurait determine la mort sans d
Utroupes sur le foss6 de la parte de en z665,en la 35 mn annee de son age lsioa mittrielle o0 f-mctioanelle an- o
U1Ie pour insulter un de ses amis, ii par un coup d'une piiee de bais qu il ttrieure de s:s org ties. don't un exa-
1. disperse luy seul. en ayant tue deux reCut par m.'garde sur la i6te,quinze ou men complete aurait d-"moatr 1I'inte- t
sur a place et bless, sept dangereuse- seize mois auparavant. en se retirant grit6. e
ent. MLe Bret, qui rapport ce com- un soir de chez M. le Dec d'Arpajon. 11 La question posse en ces terms q
bat. sequel paroit ancroyable, diu que s'ktoit d6sabuse, avant que de mourir, 6tait claire et nette. le ne cmattendais, c
plusieurspersonnes dequalitt en furcnt de plusieurs maximes dangereuses que cher confrere, je dois vous I'avouer, A v
tmoins, entire autres M. de Bougogne, luy avoit fit suivre le trop grandamour aucune d&mi:astration p-remptoire de r
mstre de camp du R6giment d Infante- qu'il avoit eu pour l'Indkpendance. La votre these. Je savais davance que q
rie du Prince a Conty, qui en donna cltbr e Mere Marguerite, fondatrice des vous n auriez riea trouv. sauf dans b
A Cyrano le nom dIntr4pide,doat il l'a Monasteres de St. Thomas ct de la Morache qui date de a88o et d'autres r
8ppetdepuis touted sa vie. II se trouve Croix, qui atait pour luy une estime auteurs qui sont e:ouverts de Ia pous-
* sii deMousona ou ii reCut un particul'&re, avoit beaucoup contribute sitre des ans ct d. la rouille des siC- t
dp bmouquest au ravers du corps; a le rendre home de bien, aussi bien cles.. .


Cette opinion que l'emotion setle
peut determiner la mort, est contraire
aux principles de pathologic genkrale
les plus 6lementaires]
le lis, en eftet, dans le trait lminen
taire de Pathologie general de Hallo-
peau ( 1898 ). destine A l'usage des
Etudiants en medecine: A Les excita-
tions de la sensibility psychique, lors.-
qu'elles se renouvellent trop fr6quem-
ment et avec trop d'intensitt, semblent
produire, dans les centres psvcho-sen-
sitifs. une perturbation que l'on peut
assimiler A la fatigue, ct qui semblc
jouer un r6le important dans le dtve-
loppement des maladies mcntale<.
"Les impressions brusques et v:io
lentes chocss psychiques particuli.'
recent cellos de terreur, pcuvent pro-
voquer I'apparition de diverse n,\vro-
ses. telles que la chore, la par.lyvse
agitante ct I'hystcrie dans ses ditflren-
tes forimes.
IProfesscur de philosophic au lvcle
national. \vous n'avancerez pas. je sup-
pose. que la terrcur n'est pas tine tmo-
tion. Nulle part. d.ns les lraites mio-
dernes, vous ;ct trouverez signalte 1'e-
motion comntnme causll suflisante de la
mort subite.
II rest rm.tintet.int la question de
faits.
Autret;ois. cher co ::tfrre et ami, on
pensait. comme vous pensez actuelle-
ment (excusez-,noi d'enployei les me-
rmes niots pour exprimer toujours la
rnme penscee qu'une forte emotion
pouvait causer la mnort. -Et je lis. A c
sujet,dans \ibert que vous avez cit,. le
passage suivant a la page 8; de la deu-
xiceme edition de son IPrccis de nmde-
cine legale, dcstinc atus';i ai 'usage des
Etudiants: ,... II est d'ailleurs tort peu
probable que I'an'nmie crebrale puisse
entrainer par elle eule ul a mort, par
example quand elle est cause par une
forte treotion, conmme on l'a pr6ten-
du...
Et, en note, il rapporte l'histoire
I'un jeune home quiA la suite d'une
:oltre ressentie. au course d'une dispu-
e. mourut subitemcent. A l'autopsie,
)n trouva une anemic cerebral favo-
isee par des lsions de meninigile an-
itene.
Ex\aminons ensemble, cher confrtre,
la lumicre de la science moderne, les
rois flits que vou' m'avez presents a
'appui de votre opinion.
Je vous ai citt la statistique du
)r Ascarelli dans laquelle io autopsies
nit Ete faites.
De ces so autopsies. 47 cas ont ett
positifs, c'est-i-dire on a trouvet 47 fois
es 16sions expliquant la. mort subite :
.ints 3 cas etulement le r/nltlal ut douteux.
2.tte statistique que j'ai reproduite
,our prouver que dans la mort subite
I y a presque toujours des lesions or-
;aniques visible qui l'expliqutent,vous
ne la retournez en me distant que les )
as don't le rCsultat fut douteux sont
les fits probants en faveur de votre
opinion.
D&idement,cher confrere, l'interpre-
ation d'une statistique echappe A votre
sprit de psychologue avise. Retenez,
lu'en mati&re de statistique, ces trois
as negatifs n'ont aucune valeur pour
ous. Vous n'aurez pas le courage de
ne dire, je supposeque c'estl'6motion
Iui a tue dans ces trois cas.EntendezJe
bien, le risultatiflul douutx. Cette. p-
nitre preuve est done nulle.
20 Vous citez ensuite une obsv .'-
.ion de Brouardel ou une mort raLi6e
Ians le collapsus estsurvenue A la ii-


- --


- Ille -1


t







U -


reis, sont pr4cisdment les indications
hygalniques et morales rvOes par le
mndecin pour gudrir ces Mtats InlM:'i-
des qui empoisonnent I'existence do la
femme et racc'burcissent bien souvent
la vie.


Republique
Domintcaine

Ddmission de Mqr Nouel. Stin
dmpart. -Election prsil -n' el'e.
-La situation politique.


Trois candidates sont en presence : Fre-
derico Velazquez y Hernandez, Hora
cio \Vsqucz etJuan I. limenes. Le Si-
nat sc compose de douze membres,
mais onze seulcnmnt ont repondu A
l'appel. La maijorit6 est de 6. Au pre-
mier tour de scrutiny les votes se par-
tagent comme suit: limencs S voix;
Federico Velazquez 4; Horacio Vasquez
i ; Lovaton, President du Ssnat r.
En prscnc' de cc rLsultat. le Prisi-
dent du S6nat supplia le college qui
avait vote pour lui de reporter son vote
sur Mr Velazquez.Le deuxi6me tour de
scrutiny donnait don: Velazquez 5 ; Ji-
menez 5; H1ralcio Vasquez i. Aucun
des'candidats navant obtenu la majo-
ritr des suflrages, on aiourna 1 Ilection


I


De notre Corcipoonddat. au lendemain. heureux retour. dame ne s'st jamais nieetl de
eLenoulueuuePorte corner 'a a
Monseigneur Adolfo Nouel s'est ,n- A cette s-ance. Monsieur Jimenes L nouveau Consul du Mex.que auun porte come I'a
fn retire du poiutoir. Les detux Chain- perdit une voix qui se porta sur le S6- ousieur Revest, lse sy n'itet dmis'est
bres, r (iies .n .AsselbItde Natiouhia, n ateur Perez. Monsieur Gaston Revest, le sympa- ii n'est dt qu'& I humiitt ca
unibre, 1iiMas in A lhsseinurcst ati onale, nacur 'crez. A coarat thiquc commerqant si bien connu sur les nouvelles phiies; q'lle
ont e3Ited(ila Ia lt in hour.s(1a at,, t luttco:qin it, san; r&ultat, entire cctte place. vicnt d'tre honored de la jeter de cuvette d'eau sur pe
dtinisstii lot i Irti e la tei ttr e dles candidat.n On sroit quc lt Senat, confiance du Gouvernement des Etats- qu'elle n'a fait quo prIew.ir la
dJc iensso n dont s vo ,i tn isn sera oblndid n eblrtu de la Constitution Unis du Mexique avec la charge de d'un fait lu'un particular souI I
s viens eoitants, ,tetre,,i ,s is cit dom- nra oblig, en er de a rconsttre na Consul ad honorem en cette residence. vait empecher.
la (idmission d' la hante rg av;'c Chambre pour 'election. Cette nomination aya nt te agre. l Euelle ient les lha.t-iur dd
laqluelle vons in'avixz Iionr. I a cause note gouvcrnement achieve daccorder nal quree t n'a pas ieriremente
Lessentile dIr.e no In clgcueti 'ion a disparl' i. ingo Monsieur Revest I'Exequatur lui per-
Les hoie civil qui, n qie la vlle de Sto Domingo mcttaint d'cxercer la function. Fiannailles
duranit 11 an. eideuilla i p out soit en ippar:enc2- tri; came et que la Nonillions Nous apprenons avec plhisirle
cesse et t nla miission <,1: ini' tre l.. (o,\verneetnit Ipass et la Il ;vo- la candidN.ture ie M..-sieur Velazquez. Par commissions de S. E. le Pr6si- le e a car te a
lution a iris lin d ins l'sI groups politiques rigae, ce- dent d'Haiti, Mr Paul Dauphin a at6 Margueriche Surle a uvcCn)re aami
Susitl >unloi .. ,it' g, -pi- pu1,I uIcI agta.ion cxtrm. Si nornme directeur de la douane des Go- Cas ri.chefde bureau au I pa
blinssailt siln II.s rIinals)nsl I1la Is i Vela l7 cst cii.oian pren1 les armesa, naives en replacement de Mr Kerni- des Travaux publics.
tbliie o: s iilroovai.lnt d ,iIs .- r"- dit nL il .'i < Si lim.nm pz .asse, on zan et Mr Ddsormes administrateur des Toutes nos felicitations aux
tracisine ul l an! I, sa Z !,' to. f','',i t a ,, d )lveaux fianc.s.
coulait I l ipropri'e prend I.:s arm 2s,, rplique un autre. finances de la meme ville en remplace- veaux fans.
dtait iInct.nlilO' '1I la IIoli4nalitlo mI.Ina- ,Si Va;sqlU triom:ph-., on prcnd les ment de Mr Limage Philippe.
e''": (litliI, I' ,' 'lld p)'';r'issait doi p)eur armesD, rdtorque un troisieinTm. On ne Cinema-Thelitre
et dt. [Ilkl'.1"', .11' 11W it"Wolix; se recoie-.lt plus d.inslcc : .fl )s i
et d.' nis-r.-, .. i, li :-,--ti. tnr.nx, se recoannait plus d.ins cc ch .,S.a pluie ayant contrarie la reprsen- On demand des Co-respo
service iitn ,s tt t ini )litnn vo- u I, station d'hier soir au cinema-thitre. On demand des correspo
ntio. lt Ito.. ll. n.t- ,,i d vrita- Dlans la nuit du 2merr:i, 2 Avri, don't, dans notre Lditiond'hier, nous pour expedier des insectcs divers
le at, I t l. le (;;:nrl Luis l:lip- \ .idal, D-gu avons public le programme, Monsieur Ecrire ou expdier A Sinnsr. E
Ile 's Ios ,1, I. i iri' t 'Ils dans le sul, arrive A A ai a.ccom.pgn! Rousseau nous informed qu'elle se don- 7 rue Cod L F
ties i:s:sJ !s.o'\'iri. IioIIr tdo-; I'an- de quelqucs hom:ne, de s. plus grande nera diianche avec des vues sensation- logiste, 7 rue Coids Let i Fra
istli. la lns lar1..- 1t .i.tliv\ tl ait '- co li.ncc. S.o.i projt etait de prendre nell paie cher insects et ois ux.
cordt'-, t)out .s Ites inl'lrali,)ons i laoi les. arms ta:it dans I.I -.ille quL dans Iulletin Religieux d'Hait
oUir" cansI.s |>olilij(ios; o,,i i i't,,tI'& toutt l. province. IEn consequence il
p i,^';; :. t I'.l oaioll, to, s it dpo :sr cs prison Ic g,,ilral lusta- Les ivNraisonis Mars-Avril do cette
Ses Iii ,.ri,'.- ,1I' I-lo's gr tlpts l),liti- .1 ai t1 r' un obsta- revue, vietniiint de parailtre en un seul Avis postal
Ies ino )iiz qui pouit t un obsta- nulllro avec Ie soinmnaire suivant
ques e t',. l ', utrt a. I. cle A, son dcsscin. N s Seigneurs le. Evlques. Departs. Les ddpeches pour Santi.gode
90llVC111. llt (.1i 111 c'lltitllpll la ', 1' WI-ineu r le;tes. pa
vorit :1' it r it (; t oI' a1; a, lul. n,- Le (Gcn:ral Carmito Ramirnz, Gou- Dcs. s.le Car'i ne et la Semaine Sainte Jacmel. Sto-Domingo.Po IciMa
d'lui, V01 011' la t, 'A r.lihtl" dt.'s fatits .t verneur de la lProvince de Azua. infor i la Catlidraleode Port-au-Prince. Nou- St Thomas,Gouadeloupe ct cMat
mia sanitt ft,)ortl.ntirilt l-)t',ll;,. iIn',li- m6 de ce qui se passait, fit appeler les velles des Caves. Confirmation. B1n-1 par le sis Abd-EI-Kader srontf
genLt a iII -rtitre. dI l'o ivoir. ggenraux Andujar, Cabo Millo et au- diction des cloches aux Abricots. En remain I courant, A 4 h;s du
SJOit n, lanci,, i('-isationi cs ) tr' Itre; companions d'armes et pour don- I'honneur de Sainte-Anne. Coiigres LEu-
pel'rson.5) in s j.lI; ,.'l,)nsse c.lls (Inl i ner plus de force ai sa decl.iration de charistique de Male. F'tes Constanti- Port-au-Pr'nce, le ;o Avdl
tquelnths-it., si iniijnstintw. oit li- mnaintenir, cokite que couite l'ordre, dd- niennies. MIort de I'une des Sueurs de
rigo contIr' l I: ,erslne et contre In" lt clarai lI. t vil ct lI Province de Azua en Pie X. Ftoe de I'Action de graces aux
(oi.ve.ie.ii. nrt iii i'avait eli vIe.pnu- e onsir ederico Etats-Unis. Renouveau chretien en -- --
taut, \tit It i tant e le b'n-tre d ts. Velazquez v fieruandez qui, selon luiFranc. ousavons trouvn e enalti,damm
I'cl ctio 11 ti10' "V(its a, lit, nri Ii'at- illntellig:ncc, son caractere, son honora- Dans son edition d'hier, notre inte- que nous publions avec plisir:
torisatilont c ntlitionnllt' l. ( in- on- bilite, do remettre la Rtpublique dans ressant confrere l'aEclaireur, public un Apr s Concours
na le tPontife tlinaid I nII. permit d'ac- la voie da progress et de l'ordre. article trcs documents a propose de laAp s Con
cepter lta 'Pretinere Magistrature de question du Canal de Panama.
l'Etat. -- .- -- Nous recommandons la lecture de A Clicnl il
Je conlllprens (llime Lpouri la Iatrie, cet aiticle a tous ceux qu'intdresse cette e
110IU S I 1AVES$ impo tante qi,-stion et nous s Ah I quel tardif remords, 1uell pitisoi
nous d'evons sacritier tons nos inti- h1 E -impo tante question et nous flicitons I amnvers lui ? Par aicla
rts personnel; inais i1 pour ele, 11 i I i E vivenment notr. confrere de ses cons- Que pousse, A ton appel, la mcntc desri
pour personnel, lon n'a le droit d exiger d o cienci- uses re. herches A ce sujet. Pense-tu consoler cette grande :me en peint?
de nous le sacrifice de notre dignity et' ENSEIGNE ENTS I'1 TIn Surs utile
de notre conscience. RENSEIG EMENTS 'sure uti Lorsque I'Autre, A son tour, mnourut 1
C Et conmne inon dsir de in' retiretr METEOROLOGIQUES A la site. d. It demand de natre La Firnce dispute 'aa dcpouilleah vinqueur
est iIll'anlldllo, fils de roi ItPala cherher, .* E'.upqcrm;
est inbranlable, parce u'ainsi le de- OBSERVATOIRE collab )raeur lean Le Furete'ur, expri- ort son demier sommel sur les ordsd
voir ine l'imipose, je done po)r ac- DU m6e dan l .e, etin quifini, d. samedi
ceptee la jdemission que, respectceu- SIMINAlI-F COL ILGME St-MARTIAL dernier, l.i C 3an nune a fait abattre le Et toi. month du Jura, ge6lier sir etfiddle,
sement, je s present. \la saber qui se trvait en face de 1. Ca- o tu le vgards encor dans a .nea tderneil.
eviter toutes Ilanlitestations iqui pour- Mercredi 9 AvrilI913 e tu le vis jeter par ce main d'Avril.
raient mn'branler, et eln )rtsence de thdrale et qui s rvait d'abr aux p )uil.
la nucessitd de soi-nerli ma santt~ qui I taroinetr'e ia midi 762,2 leux. Aux fils abatardis a sui ssa lCgcnJc.
me rend impossible I'exercice du pou- Nous ft ict.its le Magistrat Com- Son ombre parni nous Ieur cut pru trop
M'-t que leur eut-il dit, $'il myihlat d'zil?
voir, je declare ma resolution irrevo- ininiInum 21,5 munal de cette utile measure qui met
cable. Je retournerai plus tard, si c'est Temperature maximum 31,7 fin aux immaralit.6; en pleine rue que
possible, ln'occupler. cone avant, des notre collab rateur signalait.
intrtrts spirituels de mon Eglise. 0 Or
a En attendant iqe vous procediez & Moyenne diurne 24,8 Pour domain COuQ S o
I'6lection de inon Hemnplacant, je de- Ciel clair jusqtu'a 3 I et covert en- Nous avons reca trop tard, pour etre
made a Dieu de vous aider dans cette suite. Pluie aux environs vers 6 h1. publi6e aujourd'hui, la replique du Dr .
tAche et vous prie d'accepter mes sen- Pluie sur le lieu 6h.3l1m. marquant Lissade A la second lettre ouverte du Or Americain 260 o/o p
timents de respect. au pluviolentr' (,8 m. m. Dr. J. C. Dorsainvil. ChequesurParis. 1 ;/, 4 o/o
AUOLFO A. NOUEI.. clarontre I6gremlent eu hausse. Cette replique paraltra dans notre Traite sur Paris. 2 1/4, 2 I
Barahona, residence officielle du Pou- I SCtlERER edition de remain T f
voir Ex6cutif, le 28m jour du mois SCoat Footbal Transfert sur Paris 4 /2 /o pri
de Mars 1913. Ce matin, A dix lienres, le Sdnat a Monsieur le Directeur, Cheque s. New-York 3/4 0o pTr
t. tenu sa premiere seance sous la prd- Dans un de vos derniers num&ros Binet de P. 5. 2, 2 1/4
Monseigneur Nouel s'est embarqui a sidence du senateur Baussan. vous annonciez un match de football Nickel. 3/4 o/o esc
Barahona sur le aJacagua n mardi der- Apres la lecture du rapport du co- qui devrait se iouer au Pont Rioue le D e I. do ad
nier ler Avril, A destination de Cura- nmite permanent, le Grand Corps ro- q evrt se joer u Pot Rouge le Dette Int. d'Halti 191 97 oo ad
cao qu'il a laiss6 sur le Veloce ,, ctda a l'dlection de son bureau ont 13 du courant entire l'U.S.H.et IO.N'en
transatlantique italien, samedi 5 pour le rdsultat a LtA le suivant : ayant pas entendu parlerdepuis, je vou-
Naples. De ce dernier port il se ren- Sudre Dartiguenave,prtsident; Thi- drais bien savoir si la parties se jouera
dra a Rome. moleon Salnave, premier secrltaire; Cu- toujours dimanche. A Proniter
vier Rouzier, deuxrienm secretaire. Avec mes remerclments anticips, Devant partir prochainemcat
A Apres les discours d'usage, le Senat veuillez agrer, etc... A 'EU. Devant pr prochaeme
Mercredi dernier, 2 Avril, le S~nat s'ajourna jusqu'd la constitution de la veuil e agrer, el.. AA''EUt. I'Europe la cordonnerie de M.l
dominicain s'est reuni pour 1 electionn Chambre pour l'ouverture solennelle Alphonse di Guglielmo est en
du successeur de Monseigneur lbuel. Ia Session. Nous sommes all6s aux renseigne- tion.


INpart da Seeritaire d'Etat Boco
Avant hier Inatin, M. Boco~Se-
crctaire d'Etat des Travatux Publics..C-
compagni de Mr D. Vieux. chef de di-
vision au sus-dit Ddpartement et de
quelques employss,partaitA destination
de St-Marc, par un train special mis A
sa disposition parla Caribbean Compa-
ny.
C'est pour se rendre person ellement
co.npte de 1'etat des travaux que Mr
Boc) a juge necessaire de se d6placer.
se faisant accompagner egalement de
deux ing6nieurs du Gouvernement.
Nous ne sauriotis trop fdliciter le Se-
cretaire d'Etat de sa consciencieuse ini-
tiative et,en d&sirant qu'il soit satisfait
de sa tourn6e, nous lui souhaitons un


ments et Monsieur J. Vagner
de l'Olympique, A qui nous
mes adressks,nous a dit qu'ila
question d'un match pureme
ei son club et I'Union Spor-
tienne, mais que cette dcrnira.
n6 I'invitation en refusant dejt
Le oeatalire iquit
No s recevons la uols rmivanue
nous empressons de publer en
isrtre entreit d'aavu~t bier.
Mme Vve M. Lavaud. 1141
Magasin de 'Etat invite I !s
du journal Le Matin a
renseigner quand il s'agit d'
ide ne pas avancer des faits qt
dans 1'obligation de iftracter









te d'e vive Emotion. L'autopsie ne jR publique
d6montra aucune lesion.
Cette deuxitme observation ne prou- Dominicai ne
ve rien, absolument rien.
Quel etait. dans ce cas, 1'tat fonc-
sionnel des reins, du foie, du sang. des Le Pr sideut de la
capsules surrenales avant la vive emo- Republique est 61e
tion ? Existait-il de I'urobi!ine et de 'al-
bumine dans !es urines ? Existait-il un
excts d'uree dans le sang ou dans le Santo-Domingo 10.
liquid cephalo-rachidien? Ses globules De note correspondent.
blancs 6taient-ils en nombre suffisant,
son serum poss6dait-il un pouvoir leuco- Lt CGnltidal 1HADAS YVAl1)Ez, anL-
activant normal ? Existait-il des signs cieI (iouver.eur deI rto-rovisoata, s
d'insuffisance surrdnale EaL un mot, ide la tpublit ue Doriinicaine.
cethomme etait-il maladeou non avant Ade term dpu e laConstitution la
I'accident ? Vous Ctes dans l'impossibt- prsi terince de e nonvl ltitutiona ue
lite de r6pondre A ces ditTfrentes ques- prt'iode lions, parce que c'est un simple fait cli- gneiir Nouel avant deji fait quatre
unique que rapporte Brouardel ; ce n'est inois des deux ans qui avait etc fixes
pas une observation scientifique rigou- par le Congrr;s comnme durte du gou-
reuse, concluante. veriiinent provisoire.
30 La troisieme observation n'a au-
cun rapport avec l'idee de mort par
emotioi. Car. tandis que 1'fmotion, I I P
1'emotion normale(ily aaussi une Cmo- F ITS DIVERS
tion pathologique )est une impression
psychique.la commotion est un 6bran- RENSEIGNE ENTS
lemeat d'ordre mecanique. Or dans
cette observation, il s'agit d'un coup de METEOROLOGIQUES
pied dans le venture. 013SERVATOIRE
Si maintenant, cher confrre et ami, DU
ccte triple demonstration 6tait d'une s(.NIN Il COLI.EI.E St-MARTIAL
rigueur trop scientitique pour entratner "INAE COLLGE
la conviction que l'motion. phcnome- Jeudi 10 Avril1913
1. "..1 9


ne psychique ne ucrne erinine mais xai aoiitre t ia di
mort, je puiserais de nouvelles preuves
dans notre milieu social meme. ,,
Pourquoi. en etft,. pirmi les nom- Temperature i
breux haitiens qui out et c ILillis dans
le pays, on n'a pas eu .i signaler un M
grani noinbre de cas die mnt subite, iC clair le natiii
au cours de I'angoiss.inte I i rche qu on 1 ,,n I' ),,n (d, pl
leur fait subir de la prison au cii ietii- sj ,,l r,. Ie 'pui 4 1 1t Ii.
re Iari t'-tr' n Iii


Ceux qui, commee nm,,. out assists ai
quelques unes de la scrie funcbre des
ex&6utionsqui eurent lieu sous un gou-
vernement pass~, n'ont pu contenir
leur douleureuse emotion, i la vue de
ces homes qui. ranges sur une mrnme
line, en face d'une foule immense et
silencieus, c coutaient, l,a ort hts' I'd-
me, les divers considirants de leur ju-
gementdernier.Peut-on.par contre,sup-
oser un choc psychique, plus terrible-
blement intense que celui que subis-
saient ces homes A ces minutes su-
prcmes.Et pourtant la vie ne cessa chez
cux. que quand, ipres plusieurs feux
de peloton aveugles. ils furcnt succes-
sivement atteints.Bien plus, on cst for-
ci parfoisde les aclever.
L'existence rrdsente des personnel,
qui ont chappte a 1'pouvantable catas-
trophe du Palais National.n'est-elle pas
la protestation la plus eclatantc contre
'opinion ancienne. demodte que vous
soutenez et qui ne repose sur aucun
fait d6monstratif.
Je veux bien croire maintenant. cher
confr6re et ami, que, quand A l'avenir,
vous lirez sous la plume d'un medecin
que motionn ne determine jamais la mort,
par elle seule, vous ne vous empresse-
rez plus de dire qu'il a passed un ma-
gistral trait de plume sur touwiun cha-
pitre de la pathologie...*Ce chapitre de
pathologies ancienne n'existe plus ; il y
a longtemps que la Science elle m:me
I'a supprim6.
Et si un jour, il vous arrive d'avoir
One nouvelle discussion scientifique,
sachez qu'en science, il ne taut jamais
atfirmer des principesqui ne s'apptient
sur des faits sainement interprets et
minuticusement contr61es par une me-
thode scientifique rigoureuse. Hors de
IA,point de solution dans un d6bat qui
ne roulerait que sur des mots et des
citations inutiles. Ce nest pas en com-
pulsant les textes, heritage d'une ipo-
que disparue, que nous prouverons A
1Etranger que nous ne sommes pas des
Otres inftrieurs ; mais bien par notre
travail utile et notre jugement person-
nel, tire de la logique des fats.
Cest dans ces sentiments, cher con-
frere, que j'ai I'honneur de prendre
conge.

Dr USSADE.


Ii ii I 1111111
iaxiIlIIrlfl


7f;J,0


ilt iageuxc u I'aprt-.-;c
i e r 1'-; li. Halo


I s(ilEIIEll.
Arrivee du Dr Louis Auguste
Hlier par le steamer a Prins:Sigis-
mund est arrive de Francepar la voie
de New York.le Docteur Louis Auguste,
tils du President de la Republique, qui,
ses etudes midicales achev&es, s'e:ait,
come nous le disions dernierement,
etabli a Paris.
Nous lui souhaitons la plus cordial
bienvenue et un heureux sejour parmi
nous.
Eclaireur donne la revanche
Le public apprendra avec plaisir que
selon nos provisions, la revanche entire
iclaireur et Vertige,dont nous parlions
dernireinent.a et~t decide.
Ce match qui sera peut-etie un des
plus sensationnels que nous ayons ja-
nais vus sera fixed incessamment.
Nous ne saurions trop feliciter Mr
Staco de cette decision qui donne satis-
faction A tout un public impatient d'as-
sister A cette revanche 1 gitime.
Boites postales
On se souvient que, dans une de
nos editions de cette semaine, nous an-
tincions la creation de boites postales
don't I'utilit., depuis longtemps, s'iin-
posait.
Or, I'Administration des Postes pu
bliet aijourd'hiii n avis, qu'on ira
plus loin, indiquant les endroits oit
les boites out ldt posies. Ce project est
don't mainitenant une reality.
En felicitant, une nouvelle fois, Mr
Laferriore, de cette initiative, nous no-
tons avec plaisir que les conseils que
nous donnions,au sujet de la distribu-
tion des boites, ont &td suivis.
Athletisme
Challenge Cincinnatus Leconte
Inauguration du Pare Leconte.
Les Reglements du Challeng-, d'ici
peu seront publiEs.
La commission de courses A pied de
1'USSH announce auxsocietes de l'Union
que les engagements sont ouverts ds
la publication de cet avis. La cl6ture
des inscriptions aura lieu le z Mai pro-
chain, A minuit. (Adresse du secretaire
de la commission : to9, Rue du Cen-
tre ).
Le droit dinscription,par society, est
de to gourdes et pour les coureurs indi-
viduefl, de j gourdu.


__ _


Mars 1913
Le tribanal.sous la presidence du Vi-
ce-president F. Baron,prend siege A dix
heures et demie du matinet entend les
affairs suivantes :
io- Proc6dure instruite contre l'an-
cien juge de Paix Stiven Roc. M. le ju-
ge Cauvin est entendu en son rapport
et le Ministere public. Luc Dominique,
conclut par dcrit io A un supplement
d'information et 2a en cas du reject A ce
que le tribunal declare n'avoir lieu A
suivre contre I'ancien juge de Paix Sti-
vene Roc. Le tribunal ordonne le d6p6t
des pieces ; puis le siege est level.

Audience crimi.aelle du Mercradi
a Avril 191
Sous ia presidence du Vice-president
F. Baron, de tribunal prend siege i dix
heures et demise du martin et pronounce
les arrets suivants :
1- Celui qui case et annule le ju-
gement sur opposition du tribunal cor.
rectionnel de Jeremie, en date du a fE-
vrier tIpi, rendu entire Almanor Mau.


Extrait du discours de Mr. Bryan, St.
taire d'Etat, prononci le IJ Marsn
lier atu Banquet done par rUnion-.
Amiricaine. .

Ainsi, ce soir, en ma quality de rfO
sentant de notre Gouvernement. c
me celui qui, en raison de sa foncti,
prend contact tr6s intimement s 1
ceux-lA qui sont ici les reprisentfl
accredites de leurs pays- A ce itS
dis-je, je suis heureux de l'occasion I
m'est offerte de vous rencontrr et
tre parmi vous. II m'est agrtable
vous assurer des intentions pacifiqO
et de l'amitie reelle que le President'.
notre grande nation prolesse pOO
tous les peuples et tous les gouvea"0
ments de 1'Amerique Centrale et deo
merique du Sud, et de vous affirm
que je suis enti6rement d'aCeMod
lui pour ce qui s'agit de cette an
de cet interest. Nous desirons queC
nous connaissiea et que note
vouts ontnaism, nos d"soA q8mi
importations ches ma et i aO


I I


k


Le programme comprnd les pru- rice t DorvalusFouqu
yes suivantes -faire deviant le ntribnalc c
ves d'A suivantesquin etc.
Un Sta grc ( m) : n il an lui qui ordonn etc.
gla 6 .login.);un oo 2 m.baies; aSUlts: -r n
long r la pce lancement du ment information auquel il se
poids; lutte i la corde ( equipe de 7 ) cd par e jgaire d 'intruction iH
destiny, dans 'affaire de I'acien j
Tribunal de Casation Pai Stivine Roc etc. -
Audienc civil du Mardi i" Aril 19 1 Nouvelle composition
Le tribunal, sous la pr6sidence de ell e P s
le president Auguste Bonamy, prend une centre du up de ai
siege A dix heures et demise du mItin Pierre Louisele est reser po
et entend les affairs suivantes: entendue en chambre du coneil r
io- Celle de Fortune Baulin centre 2e- Celle de Elie Desauguste
D. Dupe M. le juge Justin Devot est une ordonnance de la chamber
entendu en son rapport. Le minist te seil du Cap-Haitien. M. le juge
public M. Eugene Decatrel conclut ver- est ntendu en son rapport, le
balement A la ddch&ance du pourvo, t re public. Luc Domn nique ac
Le tribunal ordonne le dkp6t des We p blic. Luc Dominique, canC
Le tribunal ordonne le d t des par crit la cassation. Le tribunal,
pieces. donne le dep6t des pieces.
Nouvelle composition e- Celle de Desgrace Etiennec.
Sous la presidency du juge L. Denis tre le tribunal correctionnel des GCo.
le tribunal entend les affaires suivantes: ves. M le juge Cauvin est entendu I
20- Celle de Suirad Villard, deman- son rapport. Le minister publicly,
deur centre les consorts Kainer. M. le Dominique, conclut par 6crit au t
juge R. Domond est entendu en son du pourvoi. Le tribunal ordonnele
rapport. Le ministkre public Luc Domi- p6t des pieces.
nique conclut par ecrit A la cassation. 4e- Celle de r6cusation en nmu
Le tribunal ordonne le dep6t des pit- du tribunal civil des Gonaives eeraM
ces. par le sieur Bernard Dunbard. M.k'
Nouvelle composition juge Cauvin est entendu en so n.
Sous la presidency de M. le president port ; le Ministbre public, Luc Domii.
A. Bonamy. le tribunal entend les af- que, conclut par 6crit au rejet de hla
faire suivanteos eh Asp made en r6cusation. Le tribunal or.
31-" C-lle de loseph Aspelley Mary donne le dep6t des pieces.
demandeur contre Devilus Michel Joa- Le tribunal leave fe siege pour eate
chin defender, M. le minister public chambre du conseil pour entendreri
Luc Dominique conclut par dcrit au re- fire du juge de Paix de la Cahoul
jet du pourvoi. Le tribunal ordonne le M. le juge Vtrite est entendu en r
dpp6t des pieces. rapport.Le minister public,Lu: D
4o- Celle de G. Lespina. demandeur unique, conclut verbalement A uase
contre la dame Am6lie Sievers, d6fen- formation.Le tribunalordonne ledq~p
deresse. M. le juge Louis Borno est en-, des pieces.
tendu en son rapport, M* Airault jeune Fiancaifles
an ses observations.Le minist&e public Nous avons recu avec plaisir laqa
Lys Latortue conclut par ecrit au reject de liaii:iailles de Mile Rente Clouchu
du pourvoi. Le tribunal ordonne le avec Mrr Paul Coupaud.
dtp6t des pieces.
-*-- V ^ ^ N .
Audience civil du mercred 32 Avril z9 1 1
Le tribunal,sous la pr6sidence de M. Ruponse
le vice-president F. Baron.prend siegea nnet publa
dix heures et demie du martin et pro- A 'auteur du S3nnet publiM b
nonce les ariets suivants : I Apis CoCOUrs,
rt- Celui qui declare le sieur Paul
Emile Joseph irrecevable en son pour- S( va rMs. s aRMEs)
voi. pour defaut d'intbret.contre un ju-
gement du tribunal de pix de la coT- rononne: e-t fort beau I Mais t verve w ou
cement du tribunal de pai de a s'llu pur nous railler quand Ia lansw
mune de St Marc, en date du 7 Novem- Trionphile s'Ileve. ironique rimeur,
bre 191 rendu A charge d'appel et T. verve porte i faux etnous fait de la peine I
contre celui rendu par le tribunal civil Pour le du ui ou captif inte-
j .' ipour le dieu qu imournt captif A Sainte-He6ai
de St Marc, en ses attributions d'appel rout po*te fransais vent dire un chant vaisaN
le 23 mai de la mrme annee. )ui, pour celui qui fut et rest 1'Emperer, .
a2- Celui qui declare irrecevable le L lyre change ea cr sar les bords de la Se.ic.
pourvoi en recusation en masse soule- Pour roussaint. nous voulons un culte aus i
vee par Santiago Marquez, contre les s'il remote enseveli dans la neige eternelle.
judges du tribunal civil des Gonaives. Ce n'est pas notre fau ae nous I Q'a'su sept
30-Celui qui rejette le pourvoi exer- Nous venions, is pe. vo4r sa gea I
ce par lc sicur .Mtine Georges. contre Son corps tant perdu pour toujours, iombre
l'ordon nance d : refer rendu le 17 0,- Cesscra, pour un jour as mais, d'etreen csil
tobre 1912 par le Doyen du tribunal RauN DARLOUS4
civil d.-s (Goives, au profit des sieurs
et dame Alexuadre, Julie et ZUtraine
Bonamv, etc.
Vu l'h.urc avancee, le tribunal leve UJ disCOurs de
le sie e.
.ie c e du
.lun.ioice criminelle du 17 O '







"* wtre envoyle per
des nations est un ide-
Pquo001, Iquelque puisse etre
sl. SSet sur d'autres commodi-
st vn-t le tarif, je me r6jouis de
a 1sit un libre-6change en ide-
,.so nimmes les d6biteurs du
,n&e ,pr ces ideals glan6s de touted
P8. 0ote pas que nous ne puis.
cf.Mputer queque chose des ex-
g.-._de nos voisins du Sud ct que
d, V ous rejouissions de Icur pre-
*%*porte quoi qui aura 6te d6ve-
ct p fectionn6c ici.
T e iommes pas seulement heu
ra .de vous faire b6n6ficier de notrc
.~imce. de vous offrir comme 6tude
r esis, nos experimentation et
lereurs. mais encore de porter no-
up-ple i aller chez vouw, a vous ai-
ds~i developper les resources des
gmdr pays qui s'etendent au Sud de
So cootrees. Je suis sOr d'etre l'inter-
,mte de S. E. le Pr6sident, comme je
Iruis de moi et de tous ses collabora-
eans, en disant que nous insisterons
Sur que les hommes d'affaires qui vont
e notre pays chez vous y aillent pour
sicer au developpement de vos ressour-
as et emportent avec eux le mrme dra-
peau de l'honneur et de la probity que
Mous rtclamons de ceux qui demurent
che nous. Nous devons mein e &dicter
oontre eux des lois plus sdvcres, car,
orsque des gens viennent parmi nous,
iUs rencontrent un malhonnete horn-
pe, ils peuvent quand meme avoir une
bone opinion de notre pays, en s'assu-
ant que cet home est une cxccption;
tandisque si quelqu'un s'en va d'ici
dans un pays stranger. ii doit toujours
s conduire le micux possible parce
ql'i n'y a pas beaucoup d hommes
por I'aider a representer notre nation.
Ainsij'ai 'assurance que cette admi-
mistrationse depcchera d'avertir tous
ceux qui vont parmi vous qu'ils vont
reprtsenter les ideals les plus elev6s de
notre pays et qu'il leur income de ne
pa laisser tomber ce drapeau.
Slus~ .atl
ble prophiI
don't notis
deriiers, -
*En ime t
que le troi
par les riac
profont !Les


Mai5 S
ialis lii
foran;ijio
nous est
de lemlps
faillallce.
tant de c,
de roulit
Voici
son aulel
SOu -ills[

Nos le(
eucore p
laquelle,
temps, j
parleineli
que sur Ih
de demo
Mine Mo
ment pou
penser de
me d'insts
sur une g
rue.
L'hono
lflstrucli
elmu de n
on des i{
et d'aille
aRgloi re,

la Offic
* pUi moti


I