<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01739
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 10, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01739

Full Text



AMOS 1819 PORT-AU-PRINCI ( ( 1a ) Vendredl It Avril t191


omt-.MAGLOIRE. ReDACTION- ADMINISTRATION
"RsU cTeun 8, Rue Anmncamne, 8
ABO"NMENTS: K Lea armsees sitl iece s:
pOIT-AU-PiHINCE : A PO3T-Ac-PPINCB : ux bureau du Journ.l
U aVMs. ......'. .. 2.0 A PAMr : chess L. Mavcnce & C0
eM0Oit r. * 50 9. Rtue Tronchet
la ......... 5.0 A LowNDS : che:1 L. Mavente & Co. sI,
DiPARTEMENTS: 21. 2; Ludgate Hill
jIJi .. ........G. 2.20 A BuirLIN. chez Rudolt Mosse
4101r Mols ......... 6 00 S. W. 19, Jerusaleme Strasse 46-49
7TRAN> t A Nuw-Yoa : Universal Publicity Compyi
D$ W--- l h iStrct
gg ...... G. 8.00 Les fimanuscrits insrs ou none ont
ZqUOTI =pas rendus
Lu 1iUMtRo 15cCnTMU QUOTIDIEN = rcnduD
SU D EN Abonnements et insertions payables d'avance


-CHRONIQUE que la pieuse Madame de Neuvillette, Cette opinion que l'motion scale
d qui i 6toit parent du c6tt de la no- peut determiner la mort. est contraire
ble famille des Berengers ; ct enfin le aux principles de pathologies gtnerale
libertinage, don't il avoit pu tre soup- les plus 1mentaires
C YRAN O DE BiERGERA AeC onnr dans sa jeunesse, luv part un le lis. en etfet. dans le traits 61qlmen
monstre, pour lequel ii eut ensuite taire de Pathologie g"ntrale de Hallo-
toute l'aversion qu'en doivent avoir peau ( 1898 ). destiny 1 l'usage des
ceux qui veulent vivre chr6tiennement Etudiants en mnidecine: Les excita-

e personnage de Cyrano, que Mr. et ensuite tant au siege d'Arras en 11 6toit fort sore dans son manger, et tions de Ia sensibility psychique, Ior%.-
Mmond Rostand a mis enlumieredans 164o, ii y reut un coup d'apoe dans la ne beuvoit du vin que rarement.... qu'elles se renouvellent trop fr6quem
on ceuvre merveilleuse, pleine de pa- gorge. Les incommoditez qu'il souffrt Notre historien.par exemplc.ne nous meant et a\rIc trop d'intensit. semblent
caches, come it le dit lui-meme,dtait pendant ces deux si6ges, celles que luy pale point du nez de Cvrano, ce fa- produire. datas lcs centres pyvcho sen-
bienfait poul tenter la plume d'un icri- laisserent ces deuxgrandesplayes,le peu meux nez qui faisait le d6sespoir du sitifs. uCne perturbl.tin, qtIuc 1'0t peut
Vain. Une curieuse tude,qui date de d'espetrance qu'il avoit d'tre consider, Cadet de Giscogne, et valut A ceux qui a ssimiler l. fatigue. qui .sembc
1694-dans laquelle it faut fire abs- faute d'un Patron aupr6s de qui son lc regardaient trop ironiquemeint- de joucr un rle inportan. t dans lc devic
action des idCes du temps- nous r6- genie tout libre le rendoit incapable fort.ts leons d'escrime... Ne serait ce loppi'. cnt des ma.ladtis ntal'.
b~nmorelavie de l'auteur des tHistoires de s'assujettiret enlit le grand amour qu une lgende B. onne Icgende, en o.l.s nipresios brtu-ques ct v:oe
Comiques des Etats et Empires de I1 qi'l avoit pour les Lettres.leiret etltie- tout cas, p)islu'ellCe nioLIs met i mio ielet tes ch(oe, psvchliluc s e. particuliic-
Lune s. le m'en voudrais de changer recent renoncer au metier de la guer. d'etendre Ics claironanites tiradeis rcinet c llc.. de terretr,. p.lvet pro
ouelque chose A cet intressant article re. Ce n'est pas qu'il n'eut toujours qu'elle inspire A Mr. Edmond Rostand. voqucr lVapparitrion dLe di erses ni'ro
auiologique : it a un petit parfum tres contiuds sa ttude dacis le tailuite PAUL CHAUMET c2, te.ll.s Lie l clhore, la. pir ilvs:
uggestif du sicle des Cadets de Gas m me de; armnes, avant souvent pass'c a giitante et i'hvyst'ric dans ses ditferen-
ogne, francs-lurons et batailleurs plusieurs hcnres dans un corps- c-gar- tC S orI ,'.-
a N. de Cyrano Bergerac- come le de, A lire ou a composer avec aussi pen l'rotescuSr Lie p1iilosoph1ic .1 U ice
digne Ihistorien inconnu- est un ide distraction que s'it eat ate seul dans Apropos d(e inort subite nation, von. ntavancere pas.. I,, oP-
auteur franCois d'un caract6re singulier un cabinet mais ii vouloit se d:an-r poe. q la trrr t p -
4ui a fleuri dans ce sickle. It naquit en s~ans reserve aux exercices de l'esirlt, tion. Nulle p.rt. tn. les trait ,, mo-
Giscogne, environ l'n 162o. S)ii phre come ii lit effectivement depuis cc Deuxi'-:ute et derluiti'r r iponse djrnes,. Vou. Ac tIi~ere/ sign i'e le-
qai 6toit un bon gentilhomme le mit tems jusqu' a imort. 11 coinposa plu- a Dr J. C. Dar-ainvil motion ourne CALun e iui ranted la
pour le fire 6tudier chez un pretre de iteurs outrages o6 on voit un feu pro- mourt subis.
l cmpagne, qui tenoit de pettts pen. digieux et une imagination tries vive.Le 11 resti m il n tel:.n 1.L quCst t d Ie
asoonatres qu'il instruisoit. Cyrano,qui Mar chal de Gassion, qui aiinoit les : chcr coiitr'r et ai, fiait s.
d~c sa plus tendre jeunesse, avoit une gensd'esprit et de cuur,parcequ' i avoit \utriCt)i. cl;r iK r re ct a1ni, oi
aversion naturelle pour ces esprits ser- iu-meme beaucoup de I'un et de I'au- Da lns cette letter qui e t la dernicre pcnsalit. commce vo)II pens c'lr actuelle-
files qui s'attachent aux moindres ba- tre, souhaita d'avoir Cyrano aupres de que je vous adrLesse. parce que .a dis- meI t (Ccu.c-Iili d'caplo i\yeti les mi-
ptelles. come aux points les plus luv ;inais la liberta,d(ont celauy-cvy tot cussioa est rpuisct-. je ne tiendrain ms mnots poir c\,prinerl touiours l
eaentiels,ae profit pas beaucoup sous idolitre, luv lit regarder cet avant ge comdte qa:| da point principal qui minmc pen';c~, qulilp'tc forte ci otionl
c maltre; parce que lay ayant semblC comme une contrainte A laquclle it ne nous dicis e poar ne pvs tomb-r, coin- Ipuvait ca.usr l. :nort. Et jle ~, .. ,t
qu'il itoit du nombre de ces p:tits g.- s'accorderait jamais Ntimaninisa Il ti o, iru dil es, Lns n LI-elonppc nt suj et.da ns ib rt qIe voLIs ae citi. Ie
nies,il le crdt incapable de lauy rien ca- pour complatre A ses amis, qui le pres cate du sujiet ct fare preuve d'unae pas,.sage sCivailt .A l., page Ni de la 1JIdu-
seigceret fit fort peu tat de ses lecgns soient doee fair un Patron A la Cu ar. tradition t inuile et facile. xI'ieme cdli d tiO ,,c son l I'rec, ide itde-
etcorrections. Son plre le tira de chez ii vainquit cette forte pasis qu it avoit Le mois der;ier. dnsi un arti.:le p.- cinc tl.gale. dci:e. tien .,I a.i irs.t d
cepretre, et l'envpya a Paris, od it le pour la liberty, et s mit aupres de M.. ru dans sta tti mniic die j'&criavais Etudtiats: .t .. 11 uI t dallurs fort ptu
iaissa sa propre conduit. sans consi- le Duc d'Arpajon ena 65 C'est a ce qu'til est une vkCrit:c btnaleen mcdezcine probable quc lu'an' .Ic rchr.le puisse
d6rer qu'il 6tort dans l'[ge de la vie.oii Duc quit dedia ses ouvrag.s eii la l2- qu ch.tun tdevrait avoir grav-ce dans entrainer p.ir cell scal lc mort, ptar
la nature se corrompt le plus aisoment me anne; car it n'avoit enuore jusque- Ia inm irc sii- ui.l in lladue org mi-s. Cexcple quand clio et cauisI'c par lun
EQ effect la grande liberty oir Cyrano 1.P rien fait imprimer. Ces ouvragesi qu.e m1ni't a':e. ni l. colored. ni trnm forte Clnotno: collIeC oa l'. prten-
Strouva de fire tout ce que boa lay ctoient plusieurs Lettres faites en dirtt- tion, ni le-- li grilns ne po.ivent dnter- I du ..
pmbloit, le port sur un penchant tries rents temii danis sa premiiere jeunesse, miner Io mA:rt.u t plus loin j'ajoutais : t. ei note. il rapporte I'histoire
bngereux.Un de ses amis I'y arreta un et une Trag1die en vers intitulte Lt i A la Ia loanue sins doate p tr le fait de Icd'un ijeun honmmc qu.1 t la suite d'un
pC en lay conseillant de prendre un mort d'Agrippine veuve de Germnt la di niinutioi dc ristan:c Ai la quelle colnrc rc ssentie. au ciurs dtune dispu-
ploy; et le faisant enter cadet au cus s. 11 fit, depuis, imprim:r une Co conduit touted in uladie nerveus,, on tc. nmoutrut subitieiient. A lutopsie,
giment des Gardes, qui etoit alors le m poste oi tout la june noklesse faisoit jouds.Et cn n'a Wte qu'apres sa mart que uon org ly.r.quCe. UQielques jours apres, risee par des elsioni:s dlce mr neintte an-
son apprentissage des armes. Cyrano Ie Public a eu les autres p.ces qa'il vous m'adressiez une lettre ouverte iein ie.
n'avoit que dix neuf ans, lorsque Mon. avoit composes. M. le Bret, son 0on dans laquelle vous m": disiez que aK la lx.inmions ensemble, cher confrcre,
sieur de Carbon-Casteljaloux le prit amydonna eni 166, l'Histoire Co- ltttcrature mnAitcale abmane en obser- .k la lurmiere de la science moderne, le,
dans la companies, et les Gascons qui mique des Etats et Empires de la lune; nations out seule I'om >tiond a etd note, lri ait~ rque ou m'.\cz prtdsenti s nt
composoient presque seuls cette com- et 1661 on imprima l'Histoire Ca- come cause de la mort. On en troupe l'appui de vote opinion.
pgnie, le regardirent bient6t come mique des Etats et Empires du So- e,'.ssez cotncluantes d ins louvrage de i- Jei ous .ii cite I. staititique du
lc Lomon de la bravoure, parce quil lctl ; plusieurs Lettres qui' n'avoient Morahe.... i I)r scarcl li d.uns 1.quclle co aiutopsiec
Sse passait presque point de jour qu'il pas encore mate inprim es ; un petit re- Vous ajo utiz en outre, qu'on ne 0ot t., t uites.
ne se battit en duel ; ce qui atoit dans cueil z dE tretiens points :et un siurait nicr I'intluencc tri grave des l)e ces 5(o autoppSics. 47 c;s ont tC
ce teams deplorable, le plus prompt ct u Fragment de Physique a. Tout cela an Ltioa n s 'orgi posea en aitifs. c est-a-dlre on a trou\ec 47 fois
presque I'unique moyen duetaire con- dalsa un value que le Libraire dE ta A Dans ma prdenle rponse. je vous des lesioi.n c\pliqtu.nt I.a mort subite
oaitre son courage. Cependant ce qIu'tl M. Cvrano de lMauvires, frere de lau-I sum nrais dI in'ap)poter les f.ts con- djmns 1 ca eelonec,,t /I teultat tiNt donteux.
ya de lovable pour Cyrano, cest quil tur.Ce fragmentde Physique,aussi bieri tradictoires probints qu'oa troupe dans Citte stut'tlique qlue i'ai reproduite
n'eut jamais de querelle de son chef, et que ces Hlstoires Camiques, montrea:t .l>rache. c'est-.i-ire d:s taits rigoureu- pour prouver que dans la mort subite
quil ne fit tat de combats qu'en qua- que Cyrano avoit fort bien ct suivoit cement contrle s oui les individus ont ii v a presque toujours des C1sions or-
it6 de second, 6tant naturellkment tres parfaitement les principles de Descarte,; irt consciiencieusemeUt exatninns, sui- ganiques visibles qui l'expliqu'ent,vous
brave et ardent A servir ses amis. 11 en aussi 6toit-ilamy particulierde L'illustre vant les pro:6C's mi.ernes d'explora- I me I.t retournez en men distant que les ;
donna .ane 6clatante ma;uae entire au- Jacques Rah.ut, grand Partisan de ce tio:n, chez qui, disais-je. ui- viv, mo- cas don't le rdsultat fur douteux sont
trees un jour, od cent homes s'dtant Phtaosophe. La iort de Cyrano arriva fiton aurair dstermin" la mort sans des faits probants cn f.tveur de votre
rttroupea sur le foss~ de la porte de en i66.en Ia I i 3 m t anne de son Age I.sio; m tlrtselle oa ,caionelle an- opinion.
l eN pour insulter un de scs amis, ii par uL coup d'une piece de b.is qu i tlrieure de s:s org tmies. dInt un exa- iD& cidment,cher confrere, I'interprv-
las disperse luy scul, en ayant tu6 deur requt par m.garde sur la tte,quinze ou men complete aurait d.mo:tra l'int&- station dune statistique 6chappe A votre
sur La place et bless sept dangereuse. sze inois auparavant. en se retirant grit. esprit de psychologue avise. Retenez,
uent. M. Le Bret. qui rapporte ce com- un soir de chez M. le Daue d'Arpajon. II La question pose en c-s terms qu en matiere de statistique. ces trois
bat. sequel paroit incroyable, dit que s 'toit desabus~, avant que de mourir, 6tait claire et netted. le ne m'attendais., cas negatif ni'ont aucune valeur pour
Pluasieurspersonnes de qualitC en furent de plusieurs maximes dangereuses que cher confrere, je dohs \votis l'avouer, A vous. Vous n'aurez pas Il courage de
tlmoins, centre autres Mc. de Bougogne. luyavoit fair suivre letrop grandamour aucune d.tnj:istration p2remptoire de me dire, je suppose.que c est l'6motion
mstre de camp du R6giment d Infante. qu'il avoit cu pour l'Indpendanc. La votre these. J. savais d'avance q ue qui a tui dans ces trois cas.Entendezie
rie du Prince ae Contv. aui en donna c6libre Mire Marguerite, fondatrice des voup n'auriez rica trouvc, saulf dans bien, I riltat lt ,outux. Cette p9-


A Cyrano lenorn dIntrpidedont ii la Monastires de St. Thomas et de la Morache qui date de 88o et d autres mere preuve est done nulle.
appel depuis toute sa vie. II se trouve Croix, qui arait pour luy une estime auteurs qui sont *.ouverts de la pous- 20 Vous iitez ensuite une obsKrv;-
au si l de Mouson. oa il regut un particulere, avoit beaucoup contribute sitre des ans ct d.- L rouille des sic- tion de Brouardel oia une mort raide
op ou ues Ou travers du corps;'i le rendre home de bien. aussi bien cles., dans le collapsus est.survenue a laii-









U -


teas, sont pr~cis~ment les indications
bygieniques et morales r(tv!Os par IC
mnmdecirn pour gtu&rir ces iltMts I11,i-
des qui emipoikonlliQIIt I'existteve (Io lat
feinmme et rIaJZICeircS'Iit Ijit-ii stiIVCeln
la vie'.


Ropublique
Domndnicaine

Admission de Ilgjr Noucl. Sen
dgpart. -Eleetlon pr~isit 'nue1'e.
-La situation polhltque.

Le nolre Ccur/c qoiidatil.
Monsvignrictir Adolfo Nom-l1 s'est viai-
fin retir* -dii otivioir. Les detix Chiari-
bre s., rt'Imii. es; en Assel'ilt'-eNat iiate,




1A t ('t11elIs lll Id d t. l t 1,1 If. t I vot t





VI.Ii UeI ii ric' iittt,iitteei iP iili
la(jIie11t vmis Iii dviez imiEPon~. La vcatise
essei~tjOif-E ile(i0. 111,011414.1.11.)11I. i lim-ii
L..es do)IE~i- lE a vmrlo iOEvile 4qiii,
dttrntim ii u, eiiuleizilla l, p iv-. t
cessi'. Ct 1AIii iIssi' P1 (IE:. IliII".ihtt.1il cn-
tre. I#- f.~mvt'rlif-'iii.iit 1.1 H% ciLi v(l-
luti 'ii at mi liii.


trarisint, 4uiii d mlI,-s l,,il ni~-~f~j-

a i~ t Im. 1 I I- ',,- 1 1 I. 1 11nt 6 1itE1a I .IIif -II41t


Trois candidates sont en presence : Fre DIpart da SeerEtaire d'Etat Boco ments et MonsierJ. Vag
derico Velazquez v Hernandez, Hora Avant hier martin, M. G. BocoSe- de l'Olympique. qui nous
cio V.sqL.cz et Juan 1. limenes. Le S-- crctaire d'Etat des Travaux Public.sac- mes adresss,nous a dit qu'il
nat sc compse de douze membres, c3mpagne de Mr D. Vieux. chef de di- question d'un nmtch pure
mais onze sculemr.nt ont rkpondu A vision au sus-dit Ddpartement et de ell son club et ITnSon Sp
I'appel. La m.ijorit est de 6. Au pre. quelques employks,partait destination tienne, mais que cette derai
micr tour de scrutiny les votes se par- de St-Marc. par un train special mis i ne Invitation en refusant de
talent come suit : liments 5 voix; sa disposition parla Caribbean Compa- Le locaIaire nlaul a
Federico Velazquez 4; Horacio Vasquez ny.qui
i ; Lovaton. President du Ssnat i. C'est pour ye rendre personnellement Nous recevons la note ruivaij
IEn presen:c de cc rcsuiltat. le Presi- co npte de l'etat des travaux que Mr nous empressons do publir en a
dent du SOnat supplia le collogue qui iBoc) a Jugm nncessaire de se d6placer. ioire entrelet rjavant bier.
avait vote pour lui de reporter son vote se faisant accompagner 6galement de v v .
sur Mr Velazquez.Le deuxieme tour de deux ingdnieurs du Gouvernement. Ma inde tLavaud.te
scrutiny donnait dn: \'elazquez f ; Ji- Noas ne saurions trop fdlicitcr Ic Se- u journal Le Matirl
menez 5 ; H1iracio Vaiquez i. Aucun cretaire d'Etat de sa consciencieuse ini- renseigner quand II s'agit d'a
des'candidats n'avant obtenu la majo- tiative et,en desirant qu'il soit satisfait ele ne is nvancer des faits
rite des sullrages, 0:1 ajourna I i election de sa tournee, nous lui souhaitons un dans I'obligation de n'tracte
au lendma.iin. heureux retour. dame ne s'Wst jamais Iile de
A cette stance, Monsieur Jimenes Le nouveau Consul dlu Mexque aucune porte comnme lra a
perdit une voix qui se port sur le S,- journal; si un fait pareil s'es
n atcur Pcrcz. Monsieur Gaston Revest, le sympi- ii n'est dl qu' rIhumidit6 ca
Juqu'.i sutmli t Avril courait. la thique commiern;nt si bien connu sur les nouvelles phaiea; qu'elle
luit co-iinU it, san; r aultit. entire c-tte place. vient d'4tre honor de la jeter de cuvette d'eau sur n
Ies candiJi. s. On croit que I S. nat, con iance du Gouvernement des Etats qu'elle n'a fait que prevenir 'l
esra ob!idt. cn -crtu de li Cnstitution Unis du Mexique avec la charge de d'un fait u'un particular soul
dorn ini i N. d t- c r:nttre A n a Consul ad honorem en cette residence. vait empchier.
Chainbrc pour I 'cI rcion. Cette nomination ayant 6te agree. Elle previent les Messieurs
Ca note gouvernernent achve d'accorder nalquelle na pas rI'abitude
n "Monsieur Rcvest Flxquatur lui por- tendre traiter Ikgrement.
Hien q ic l i.le de Set Immingo aniettint d'cxercer la function. Fiannailles
prssOi'l den pirc: tr c glme et que la NolinatilioIns Nous apprenons avec plaisir
press. domnini lin. en ncril. prone A-i. ,.: ciiles de L charmate M iA


Lx candid ture hur Ml sieur V czquez.
d mi 12I:.,,'o~ipcs pr mtiqucs ;rcAic, ce-
p '11Al i. L111, .ili ) d ctriin2. aSi
11 eh t p cst prcJil les arm-is.,
dit tin -k*.11-. 0 x *. Iim' 1 p~ts;!, on
t Irend *1.," 'i -cp l k u c 1Un autre.
ti triomiph:. ni prcnd les
arunesD, rctor]lHe un troisicin:. On lie
se rcco-liniit plus dIl,;CLC.111i )S


relvin l ir" ;' l l itt 'I \ **I .i' nil -' 11
service tin l i -, loit' 11 1 l' ,i- ,* ,I *I
lo ri.nt. .t e in t. I, .- 1, ble t p iot le (i -ra. Luis clip- ViJtil, gu
-s p rl.' ,* l .I I'.iii lt ll.'- dans le sut. arriv.i i \ A i i a.: lcom p.ign f
ties |r .--', -s ,i.- 1 t 'ir ti n : It i'll- de quelqucs hiom :ne, de 's. plus grande
rnisti l.i (.ll- lar t .I1':i-i\iv' Inlt ; conI i.incc. S.). pro, j.t c tait de prendre
ordt'- ;"i toi1.s Its. inl.tri li'ois a la I les. armies ta:it d ins l .iile quc Idans
pour asi ,.s pIi lit li, at p .pli. l' l. n 1'i', toutl.- t .pos.-r c:i pri:s n le -ntii ral lusta-
es lil~,.rt,.- .;- l .s g ip .s dll ino D)i.iz qLii pouvait tre un obsta-
q Sil .- 'it .'! illt I,'!lr i,-|i r' s(',n il ail < > l>- ,
goilV i'i:'ii0',i lit ill ch. i lar' ,'ni- cl a ,n d ,sscin.
vwit ;is toit.' IS a- iiaiti' -: C.\.i r- Le (;.I'n r.il .Crmito Ra:micz, Gou-
dt'hii, <',.i>ii lanti. '. r.aliut -'ls faits .t vcrniicui dc la Province de Azua, infor
mia sn It, tmor'i.,-m lii 'I'.Uhirait '. in',. i- m6 de ce qui sc passait, lit appeler les
gent a I r .tir.'r J. J* I lan.i d 'aIIstiit tr; itr it.re ; compagnois d'armes et pour don-
petrsoEiii ,. i s i "t r(.PI" i-sE' c'll t it ner pl;us Ic t;-cc Ai s.i dc& l ration de
qtiulili .-U i-..- i iiijst..:i~,.'it. ,, dt |ll- maintenir. cotite quc coite l'ordre, de-
rig: omatlr.- ,ii 'li-per ini' et ,to"itre imon clarala ivill ct I Province de Azua en
.4Soliv,.nit'imil 4I111 t l annes en Favcnir de Monsieur Federico
ta it. t Io i ,cl-.Zl.e ll. V q Hlcruandez qui, selon lui
tarit-. tI,' .-- .1 i liit, Ipai a Ii'ir' et Ic can:lidlt le plus capable, par son
I'lh.Etiolii (ltlt. \o)- a ,r v tfalte', Ili I'an- intellig c-, c. son caractere, son honora-
totriationl) co litionni'll 'I in II,- in- bilit, Jd: ri!ne ttre la Rh publique dans
na Ie PIitife liitandl II l .ti' per it ltIac- la voice d-i progrcs et de l'ordre.
cepter la l'tcPreli'-re .Magistratire' kde
i'Etat. ___ -
e CJo mc illllnpr'ns n (i poi r la l at ri.all
11nous dtvons sacritir tons nos int 1
Irts person tni-ls; nlais ni ):;r vl e, "i rh I S
pour persoiinn, ot n'a le droit d'texiger _. *
de nous I-' saiertice dc notre digniitt et RENSEIGNEMENTS
de notret c )lonsl'itlc e. N
SEt cominnio iinn dil'sir de in', r-etirr vMETEORO.LOGIQUES
est iiit':ranlal |earct voir inc l'intilosbe, je doiitine po)ilr ate-
ceptit"e la It(dtitissioni (tII, res pecttiflI- Dt
segment, j, vo'ts pl'rsnt. Vonlant S.EMINA.IlE COLI."GE St-MARTIAL
eviter toutes lanaitfostationls ,lii ipour)- -Mer credit 9 Avril1913
raient nll'ebranler. et en ipr't'seince ldc
la uocessitt- de soiyiner Iima sant-; me rend impossible I'exercice du pou-
voir, je declare ina rIt'sol;ution irrnvo- initiunuin 21,5
cable. Je retournerai plus tard. si c'tst Temperature maximum 31,7
imssible. in'tccuiipr. coinie avant, des max
inter0ts spirituelts d( 1)non Eglise.
e En attendant iie vouis procediez a Movenne diurne 24,8
I'l6ection de inon llemplacant, je de- C(el clair jumls'i 3 It et covert en-
mande a Dieu de votis aider dants cette suite.. Illti, autx environs vers 6 .Ii
tAche et vous prie d'acceptetr nes sen- Pluie sur lieou 6Oi. :m. mnarquant
timents de respect. am pluviomu-t'r ,8 in. in.
ADOLFO A. NOUEI.. Ilarointre 1egirement en hausse.
Barahona, residence oflicielle dn Pou- I SCHERERE
voir Ex6cutir, le 28m*.jour du mois Senat
de Mars 1913 Ce martin, a dix iheures, le Sdnat a
te* It sat preini're stance sous la prd-
Monseigneur Nouel s'est einbarqut% a sidence dun senateur lIaussan.
Barahona sur le aJacagua mnardi der- A\pr .s la lecture du rapport du co-
nier ler Avril, a destination de Cura- nmite pe'riiianenit, Ile Randd Corps pro-
cao qu'il a laissa sur le VeloceP, eila i I'eltctioin de son bureau don't
transatlantique italien, samedi 5 pour le rtsultat a tc" le suivant :
Naples. De ce dernier port il se ren- Sudre Dartiguenave,prisideunt; Thi-
dra b Rome. nmoleon Salnave, premier secritaire; Cu-
vier Rouzier, deuxitime secrdtaire.
r r A i Apr&s les discours d'usage, le Senat
Mercredi dernier, Avril, le Senat s'ajourna juslu'a la constitution de la
dominicain s'est rtuni pour I'lection Chambre pour l'ouverture solennelle
du succeseur de Monseigneur Ntmb.l la Sesion.


If.
d



I


I'Pr commissionS ue 3 -. ie i -r --..
de:t d'Haiti, Mr Paul Dauphin a etk6 Aarguerile Surle avec notre ari
nomme directeur de la douane des Go- 'Canin.chcf de bureau au DEp
naives en replacement de Mr Kerni- des Travaux publics.
zan et Mr DLsormes administrateur des lToutes nos felicitations amu
finances de la mime ville en remplace- veaux fiances.
ment de Mr Limage Philippe.
Cinvma-Thtltre
La pluie ayant contraries la represen- On demand des Corres
station d'hier soir au cinema-thatre. On demanJe des corresp
don't, dans notre edition d'hier, nous pou expdier desinsectcs divers
avons public le programme, Monsieur Ecrire oexdier S nts
Rousseau nous intorme qu'clle se don- Egie o dier o S Ls .
i logiste, 7 rue Cohdk, Lyox, F
nera dimanche avec des vues sensation- paie cher insects et oiseaux.
nelles.
Bulletin Reliuieux d'Haiti
I.o livraisonss Mars-Avril de cette
rev Ile, v'ii'tcli t te paraitre en un seul Avis postal
nunimro avec Iv soinmaire suivant
NtIs Seigneurs Ils Evo''ques. I)Dparts. Les depiches pour Santiago do
iT-c"'-s. I.' Cart'-me t .l Sfmainae Sainte Jacmel. Sto-Domingo.Polce,.
at ih (uathlit'dral.' tie Port-au-Prince.Nou- St Thomas,Gouadeloupe et Ma
vlls idets (Cayes. Confirmationi. Il6n- par le sis Abd-EI-Kader scront
diction dts cloche.s aiix Ablricots. En demain II courant, A 4 hres du
I'lhonncur tle Saint.-Aiinn. (C igr6s EI:i-
charistique tie MIaltt. I',tes C iistanti- Porz-au-Pr'nce, le io Avrl
ni et'les. Miort (di' I'ullne d('s Sm.'urs de
Pie X. I'"teti d' I'Actioni de' gri"ces aux"
S... -I.....:... ..


CEtatS-c U iI. tLIouvaU ciii -ut'l en
France.
La question du Canal de Panama
Dans son edition d'hicr, notre inte-
.. .. L .


Nous avons trouvt ce malin,dal
boile aux letlres, la belle pi&ae wI
que nous publions avec plairir:


ressant conirere a1 Eclaireurl puoie un A Con on
article tres document a Apropos de la AprtS COnCOIllss
question du Canal de Panama.--
Nous recommandons la lecture de A ClUment
cet a ti::!e A tous ccux qu'intcresse cette
impo tante question et nous fdlicitons 'h quell tardif remords, q~ule piti
Tenramknc vers lui ? Par s vines c
vivement notr: confrKre de ses cons- Que pousse, i ton appel, la meute des
cienci 'uses re. herches A ce sujet. Pense-tu consoler cttee grande Ame en pai
UI t In:'sure u.ileorsque I'Autre, A son tour, mourut i
A hli s .ii dI i demand de n>)tre La France dispute sa d6pouille au vainquMic
S. 'n ilis de roi I'alla chercher, et 'Enipa
collab )r.i:er lein L. Furetehr, expri- Dort son dernier sommeil sur esbordsde
mre d.n ; I.I em tin (uifuitit, d,- smnedi j
dernier, I. C ).n nune a fait abattre le Et toi. month du Jura. ge6licr sr ct fid c,
sab:ier qui se tri.>vait en face de it Ca- O tu le virs ncter darn c ueig cl d'Arl.
thedrale et qui s rvait d'abri aux p uil-
leux. Aux fils abatardis a sufSi sa lgende.
Nous ti ic;t )is le Magistrat Com- Son ombre pr-i nous leur cut paru trop
E t que leur cut-il dit, s'il revenit dc ?il
munal de cett- utile measure qui met
fin aux immcrali'.e; en pleine rue que -
notre collab rat-ur signalait.
Pour domain Coi Dw e
Nous avons reca trop tard, pour etre
publike aujourd'hui, la r6plique du Dr
Lissade A la second lettre ouverte du Or Amricain 26oo/o
Dr. J. C. Dorsainvil. Ch6quesurParis. J /4, 4 o/4
Cette replique paraltra dans notre Traite sur Paris. 1/4, a 112/
edition de demain 3
Foollad dTransfert sur Paris 4 1/2a */ pf1
Monsieur le Directeur. Ch6que s. New-York 314 o/o pi


Dans un de vos derniers numdros
vous annonciez un match de football
qui devrait se jouer au Pont Rouge le
13 du courant entire I'U.S.H.et IO.N'en
ayant pas entendu parlerdepuis, je vou-
drais bien savoir si la parties se jouera
toujours dimanche.
Avec mes remerciments anticips,
veuillez agrier, etc... AMATEUR.

Nous sommes alls aux renaigne-


Billet de P. 2a /4 4
Nickel. 3, 3/4 o/o esoo
Dette Int. d'HaIti 1912 97 oo A1


A Profiter
Devant partir prochainOn
1'Europe la cordonaoerie de N
Alphons di Guglielmo act e
tion.