<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01737
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 8, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01737

Full Text



, p&ti6J Ao#N0 -19816


PORT-AU-PRINCI ( Haiti)


Mardi 8 Avril 1913


Cidment-MAGLOIRE.
DIRECTEUR
ABONNEMENTS :
pORT-AU-PRINCE :
Un Mois. . . G. 2.00
Trois Mos......... 5.00
DIPPARTE M CENTS :
IJn Mois. ........G. 2.20
Irois Mois. ........ 6:00
ETRKNGER :
Trois Mois. .. . 8.00
LE NUMIRO 15 CENTIMES


2I


QUOTIDIEN


RgDACTION ADM!NISTR ATION
8, Rue A1rinricaine, 8
Les annonces soal ticcts
A PORT-AU-PPINCE : aux l'c.lUX du jcurnmd
A PARIS: chCz LL. Navence 5, Cie
9, Rue 'fvonclict
A LONDRES : ChCZ L. "..CC C'C. IL).
A BFRLIN. Chciu.U It .kll .Ss,
S. \\-. 1, t ., "''sal!c .. Strtsse 46-49
A Nrw-YoRK Lnivc-.;i i Coiipir
4 111 iiiSttr-et
1e s 1.1n tI'C1I Ci)',- c 0. 1,On1Ie On:

AbonneniCnts -t i'llscl t t .Ols payal '.'i d'Avance


R fection des Rues 1 Bibliographie Notre v pls chr rait on dflqu sr 746 gourds et condamne
.rdpandit les publications de ce genre en outre Coutilien Roy aux ddpens :
partout oft ii faut instruiri les masses Celui par d6faut qui condamne Ic
surles dlevoirs civilues, s'il 6tait pos- sieur RWnilique ainC A paver AiMrs A.dc
Nous &crivions derrii&rement, a pro- Le dernier ouvrage de sihle auix admii .srllsraeu d( Ia close Mattdis et Co la soinlnc di gourds
pos de 1'excution du contract de la re- publique de crder sans nuire aux avec inetrts laux smt e ution.gurde
section des rues, que les intemprnries Mc esr J. B. obligations l IEat ds erts legaux et excet
les domm ro u_,,einn s sr3clmC: s o ct coni-
prouveraient A ceux qui, .pour n'avoir blissements spiciaux pour leur propa- dasomme le dcbiteurtr a rx depends
as fait d'6tudes sp6ciales, ne compre- ngai ll e t l m station. damnele debiteur aux dQpens;
pas fait dudes sp&ialesne c B. Dorsainvil, historian cons- M. Do-rainvil a mis ss Ele' ts Celui qui condamne l.i dame Rose-
Aaient pas les details techniques dans cliocieux autant que litterateur ac- de Droit Clstiitilonll lel1 n veite clez nmcnde Bien Aime ni paver a ()loflson
l)squels forc6ment nous tombions,que compnli, a einriic la biblioth6que bha- M. Ducis Viard, i'ru di(u CentrheL et des Lucas et Co la some de 6 17 gourdes
les travaux 6taient nuls. Or lavers_: tieCoie d'un rouvrage sur le Droit Cois- Casernes. Nos enAagoIns nos lectetrs avec depens :
d'hier soir, aprss celle de jeudi dernier. titutionnel. 1 l'applique aux closes de et le public aL s le prIocureor. Celui qui done dlii.it contre rcmv
tstvenue, plus t6t que nous le pen,- notre pays, en 6tudiant les questions Popiliu lii c [iio i
sions, asseoir d6finitivement cette opi- politiqueset Oconomiquesd'lHaiti, tells i). V. P p .r t t so avo
nion. qc'elleos auraient du etre, selon la 3BrIdyet pour lc profit condamic.leS dit
nion. Constitution et les lois organiques qui -- Kersaint a payer:i aOlollson l.ucas et C(
On est pris de degouit vraiment en d6coulent. Cc livre ne mianlue done la some de 5.2 14 goua- es a;vc ex'cu-
quand on passe aujourd'hui par la ruIe pas d'interedt. Soin utility est- encore in- ll' lion piovisoire sins canti c): tn OltlC
Roux qui fut, on le sait, avant que la contestable, lorsqu'on I'exanine sous F. '. aux depens ;
pioche des terrassiers de Mr Marsh viint le rapport didactique. 11 pet, el1 llit, Celuiqui condamne Lio:n I: ;re:i payer
la d6foncer,pour inauguration du svs- autant par la forine que part le 1oid, RENSEIGNEMEiNTS &A S.M. Pierre la some de 2:, > W )urdcs
Ume d'Ygout Marsh consorts, une des ar- tLre admis t It 1coleo rationale de Droit, T Oavecc int6rcts lgIiaux ct ex(cltiion provi-
teres les plus animees, les mieux cons tindis qu t aii li l'heur de plaire ;tx METEOROLOGIQUES soire sans CiutlIO() t ILau dpen
hominnes dc'tat qti ont besoim d1111 OiSERVATOIIi 7 Celuii pan diu. qii (.IL [ C-,ix
truites de cette ville. Plus rien main- d s dclits 'accontplisseient de LiRVATOIRE Celui par daut qui condaine Cal
tenant ne l'egaic et les platras qui gi- icurs devoirs. Le professeur de Droit DU ;Gucrricr i payerr Ilrsulie Mlaurice la
saient,hier, lamentables, sur les chaus- constitutional y trouvera tout cc lru'il SEIINAIRE COLLEGIE SLtMA-I -lTI i some de 2d70 gourldes : ,e,: interits
s6es, se sont-hchanges, ce martin, en laut pour preparert son COIursl, ct les rlegax t execution po )l soiCe ss s cau-
amoncellements de boue dans lesquels jeunes intelligence qui le suivent,s'a.u- Lu i A913 ion rejett les domes iners r-
pataugent, h6roiques, quelques horn- ront en tire part avec advantage. Baro:notre a midi 7;;2,s cldmes et le conia:nn c.i outre au\
mes de peine. M. G. Dailly ltollet, dans une brilliant depens ;
Si c'tait IA l'unique spectacle qu'on criti(liie des dilldrentes parties de i'u.'u- miininum 20 0 Celui qui condamne -i '1h'iphaine Julo
avait A noeer, si, de ce sol remud. dc vre,en dit le plus grand bien i ii ous Tenperature payer a onlomm et C:o la som-
dotre J-13. IDorsainvil, qui -te.t liviem
cet 6talage, on avait lespoir de voiru l.onte J. ,q de 212 aourdes t :aux depns -: .
a une analyse des principles Ot dq-:sl
une oeuvre durable sortir, on se conso- iniittions deinocratiques s don- ci ene di e eli qu coiaImnI \ enane lean
lerait bien vite. Mais non, on l'a perdu inr iinteligento mission de dscrouper ocll- Mo1enne liv.ii 2n payder a I ro spcr Laoire t \la so.n ne id-
depuis longtemps, cet espoir, depuis les ragles d bon gouvernement dees suite cl air t 41. et co 169 gourdes avec execui ion proves :r-.
longtemps on a comprise le bluff et ce Etats et ddeininer la pr la roedureola oul|i i :h n. mar plant au pl>- sans caution et ux adepen
qui demeure dans 1'esprit de tous ceux: ndteiode qui pernette une sage appli- vii'*tri'e 1.7,5) i. n.ou it placst
qui ont suivi nos 6tudes, est aujour-r'cation de ces regles. C'est duitc aroit a re cii-taut. Thomas ct la nime con position a
d'hui un etonnernent profound: l'eton- composede quil a t it aiuone a faire, dit I SCi P p prononc les jugemllcts ci-desso(us
nement de voir la compagnie conti- Mr ,ailly ollot, en pregnant pour point ICelui qui condamne Degrace Sain-
nuer toujours A travailler sur le meme do depart la Constitution polii(Ite thrill oonge ai paver A Joseph C(ss inol ].i
d'llati L auteur Cstinle d'auro part, ITri nt-1u de Conlinerev p. ',
plan, si tant est qu'elle travaille d'apres d'llati. L'uteu .91 somm 'ade 84t gu al'ts a'ix intl 1e Co-
un plan. Et comment ne le serait-onl vr condensant en repoussant les oo-, 3 l 3 gaux et aux dpecns et r.ejitte les dom-
pas, quand on regarded 1'6tat des 6gouts doctrines qui se sont ddgagtes de I'd- Le Tribanal, sous la presidence du mages-initrCts
qu'on a construits hier ? tude des Constitutios respective des Doyen. L. Bastien, prend siege: 5 hres Celui qui condamne la dame lurici
On se souvient que nous deman- grands Etats inodernes constitute une du soir avec les juges Th. l)ossous et Tisselin a payer A Antoine Abraham
dions a la compagnie de refection,dans lacune regrettable et incommode. C'est Henry RouLx ct pronounce les jugements fs res la sommne de 1,1 14 gourdes avec
un de nos articles, quel d6sobstructif en parties, pouricombler une osellblable suivants : initrits lgaux ct xccution proviso ir
elle poss6dait, mdprisant conmme elle l lacune dans la literature scientilique Celui qui annule l'cxploit ded'assigns- sans caution, rCeetie les domnmages in-
faisait tous les principles admis en la de son pays ), ajoute M. Bailly Rollct, tion du sieur 1. Assaf ct condamnne le terdts rdclamds contre iele ct la con-
matire et que nous lui explosions pour quo J.B. Dorsainvil a public es Eld- premier aux dcpens d, e c outr udps
matiere et que nous lui eoposions pour ensqui rjcD lccxCCPtoon dl si nii- me qui uondanx .\ssition ; ic
mieux fire 6elater les d6fectuosites du Disde e deuxcrandes parties Celu qui rett xcption do sgni- Celui qui condamne .lassilion 3ice
Divise en deux ndes parties, cationZd bodraude Lompts cI d1 ai1re1i p1er I.uric, lniit ct
tiavail, quand A la maree haute et tude de note brilliant compatriote, lrd- 'cationrdcs orders soue competes tde Caimca payer N Mauriice, Clment et
aux 6poques des pluies, ses 6gouts se- senate dans 'une les principles, dans des r ulee par Alme Janne enn, riirs nn
raient combl6s. 11 fallait un fait pour l'autre les institutions. Avec la bonne Cic'ron Labossidre, en consequence la la some de 824I gourds avec intdrets
prouver que nous avions raison et c'est foi qui le caractdrise, aprds avoir enon- condarmne paver a A. S.da frdres la clgaux ct aux ddpens et r jetteles doim
.'averse d'hier soir qui est venue nous ce les principles tels qu'ils sont et doi- some de 5oo dollars et 82 gourdes, rnagcs-intercts rec'amLi contre lui
'apporter. Depuis la maison Sim- vent itre en toute matiere combine en non comprise Iavaloir de 315 gourdes Celui qui done detaut centre Mine
monds Freres jusqu'a ... la mei proba- touted circonstance, il ddveloppe son par elle fait a Elias Affac suivant auto- C&cile Augustin et son avocat et pour
blament, le petii 6gout de la rue Roux opinion sur le institutions et en vient risation des avocats des demandeurs et, le profit ia condamne ai paycr a Vincent
est obstru. C'est un lit de sable et de i parler des notres, de leur valear, de pour faciliter le pavement des dites G. Maklouf la some de c0g dollars
graviers qui s'y tale, paisible, car la r ratie les afaires almi- valcurs, accord A la difendcresse la fa- avec interts ldgaux et aux dcpens ; re-
:grnviers qui s'y tale, paisible, car a istratives et politiques de la .lipu- cultde s librr par d eres men- jtte ls dommas
pelle d'aucun hornme de peine ne peut blique, des resultats obtenus et de ce culde se librer par d t es men- jette les does-intrts reclambs
descendre la. qu'il faudrait fire pour que nos ins suels de 4o dolliars,dit qu e I non-paic- centre elle ainsi quc sa dcmande d'exd-
II serait intressant de savoir ce que titutions concourent efficacement a no- ment d'un terme rendra eligible la caution provisoire sans caution
les entrrepreneurs pensent d cre tre evolutionn morale et matdrielle. totality de touted !a dette et la condam- Celui qui rejette l'cxcepiion de com-
situation. En sont-ils affects ? Vont- Considdr' sous le rapport de la rdgu- ne en outre au ddpens; rejette les dom- munication de pieccs de Mine Vve Jo-
sits, 'avenir, puisou'ils continent les larit6 qu'il faut dans les services de- mages intdr&ts reclam6s centre elle et seph Duchatellier ; dit q ue la commu-
ira, lavendre des mquls conlnuent es pendant de I'Administration g6ndrale ordonne l'exacution provisoire sans nication ddjA taite est suffisante; done
avaux, prendre des measures, anger 'ouvrage est d'actualitl, puisqu'il con- caution ; a ac V\incent G. Mlak!o-f du dep6t de
de plan ? N'attendant pas beaucoup de tient de p-recieux enseignements et des Celui qui d6boute Courtilien Roy de sa patente au ddlibr., ,: consequence
leur bonne volong, encore moins de appreciations juridiques don't nos rdi-
leurs connaissances, gallons, au champ de formateurs sont les vigilants cham- ses prient ions cormm drdnaes de preu done dtfaut au fn, c:) ,: i. ddbitri-
ve, dit que la crdance r&clamrne est due, cc et pour le profit, !. co I, lne ai pa-
constrits,aversan les ravages dl'avrsot. I est A regretter qu'un tel ouvrage le condamne a paver a Calinat Fou- yer au demandeur la so:n:ne de 549
'ne sera appr6cid que dans un milieu chard la some d' 746 gourdeset pour gourdes montantd de so;i bon ordre
S! extremement restreint. La grande ma- en faciliter le pavement, lui accord la avec interets leg .ux t etexcution provi-
joritd du people haitien qui ignore en- faculty de se delibdrer par des termes soire sans caution et aux ddpens ; re-
core comment peuvent s'exercer les mensuels de 5o gourdes,dit que le non' jette les domrnages-int&r6ts reclames
A 1~28 nombleux privileges accords au cito- pavement d'un tcrme rendr.t exigible la centre elle;
-yen dans une democratie, ne saura totality de li dette, ordoune l'ex6- Celui qui rejette l'cxception de nullit6
St d Jamais que les voies a suivre pour !ution provisoire sans caution et sta- soulevfe par Joachin Bastien commre
-L'Administration du - vise ses abonnes que les requ.; nett~ment definies en des pages lurni-
neuses par un des id trss seon lel nelle du dbbiteur, dit que l'aveu f.iit Estec et Co lasommede 64 gourdeset
qui leur seront dl1ivir6s pour droit et la raison qui fortifienit le pa-< par le demandeur ne peut eire 'ivis6 pour en faciliter le paiement,lui accor-
abonnement. serort desormai$'"triotisime ef font naltre les saines es-i centre Iui, ordonne que la valeur de de la faculty de se deliberer par des ter).
Signs de Mr Loncoe Augustinr. prances. l. i o gourdes, prix de la chaudiere, soit me mensuels de 50 gourdes, dit que le


- -- I e~t. I--~ ~--- -


c


I I










bhon-paiement d'un terme rendra exigi-
ble la totalht de la dette, le condamtiin
en outre aux dCpens :
Ici le juge Justin Thomas fait place
A Alix Royet le jugement suivant a &td
prononc6';
Celui qui rejette les exceptions sou-
lev6es par Auguste Guercy come mal
fond6es,dit que la cr6ance r6clamee est
due moins la some de 50 gourdes
touch6e sur ses appointments de con-
tr6leur A la douane de ce port au mo-
yen d'une saisie arret, en consequence,
condamne le dit Guercy A payer A Bou-
louse Kouri la some de 720 gourdes
abstraction faite de 50 gourdes et,pour
en faciliter le paiement, accord au d6-
biteur la faculty de se liber2r par des
terms mensuels de 5o gourdes avcc
execution provisoire sans caution et
aux d6pens.
Pour Toussaint Louvertuire
Une messe solennelle a etc c(lebree
lundi i la Catllidrale, p)our le repos
de I'ame du 'Premier (tls Noirs. L'as-
sistance etait tres nombrnose, on y re-
lnarquait Mgr Conan, arclhevOql de(
Port-au-Prince, le cure de la Catilhdrale,
des I c'res ldu SeTninaire, des 1Freres de
l'lnstructian cliretienne, des Stetrs det
Charity, les Ministros de I'lnt6rieur et
des Travaux publics, le Chef cld Cabi-
net de Son Exc. lo President d'Hafti,
des senatcurs,des diputis,des avocats,
des mndecins, des profetseurs et beau-
coup de particuliers.
Le Chef de I'Etat s'est fait reprsein-
ter par unL officer do sa Maison rnili-
taire.
La fanfare du Collecge Louiverture
Sous la direction duill maestro Astree, a
joud a i'Eglise trois imorceuxl de cir-
co instance.
Apres ia mess, ii v en au Cot ll'-ge
Louverture ulne plieuse nmantilfst:tio ii
patriotique. Les olives out hlianltt un
yvmne : Gioire L ")ulssaint l' tI v r' ALire;
puis le profosSseul d'llistoire d'lHatti, le
Dr C1. Civil, a i)roinonc(' un discours"
ensuite 1'6l.ve D. Armand a In le pa-
thlitique discours (do \Vendell Piiliipps.
Apres quoi le Diroctur lM. C. IAld-
risson, a pronono iiiicn aillocution, ct
MI E. EMathon, amli dio e'tablissemerf t,
a pris la parole pouLr fliciter le Direc-
teur di Colloge Iouvecture, don't le
discourse a roult surll ( la volonti, et ce
que peuvent en un hominne la volont,
puissante et la persdvrance intelligen-
te qui furent les qualites principles
de Toussaint Louverture.
La grande conrt du Collige est or-
ne de dirapeaux liaitiens et strangers
et de drapeaux de deuil.
Le portrait de Toussaint Louverture
du a. l'artiste Rimnpel (sc6nie de l'arres-
tation du grand ancctre) est expos.
Au salon de la direction, une photo-
graphie de Toussaitt est ontouree
d'un drapeau francais et d'iun drapeau
haitien; une inscription rappelle les
paroles proononces par le premier des
noirs en laissant le soldeSt-Domingue.
C3 fut une tres belle et tres 6ditiante
manifestation patriotique don't on ne
saurait trop fethciter M. L. C. lnherisson
d'avoir pris l'initiative.
Boites Poslales
L'administrateur general des postes,
Monsieur Laferricre, vient de decider la
creation de boites postales don't la nd-
cessite, depuis longtemps, se faisait
sentir.
On se souvient, a ce sujet, qu'il n'y
a pas longtemps,qu'A cette meme place,
nous reclamions, pour notre service
postal, des aimeliorations au nombre
desquelles nous citions justement celle
que, dans son souci de donner une di-
rection intelligence a cette important
administration. Monsieur Laferriere
achevee de decider. II convient de le f&-
liciter de cette iaitiative,- prise dejA"
dans tous les grands centres, don't
les heureux effects ne tarderont pas A se
montrer.
Nous avons eu hier une longue con-
.versation avec l'administrateur general
des postes,qui nous a dit son desir,cha-
que fois que les necessites !'auront exi-
g6, de modifier le service actuel de fa-
Con A faciliter l'echange des correspon-
dances en assurant leur expedition ra-
pide. 11 vient d'entrer dans cette voie
de reformes urgentes, comme on le
voit. Les resultats, cependant, de cette


creation de boites postales, d6pendant,
en grande parties, des endroits ou elles
seront placees, nous conseillons A I'ad-
ministration des postes les points sui-


vants : Bizoton, Carrefour, Croix-des-
Missions, Gare du Nord, quarter de
l'Eglise du Sacre-Cceur, coin de Petit.
Four, Lalue ( intersection du' Poste
Marchand et chemin des Dalles ) Place
Ste-Anne, Jn-Ciseau, R6servoir Nord
Alexis ( Bel-Air ).
Avec une distribution pareille, on
est sir de r6pondre aux besoins de kt
ville.
Un cri (dalarme
Port-au-Prince est menace d'une
epid6mie avec les 6gouts que la com
pagnie de r6fection est en train de con!
truire. C'est 1a l'opinion tant des m6
decins haitiens les plus en vue et qui
so consacrent aux questions d'hygiene
que de ceux de 1'6tranger qui passeni
chez nous.
Les 6gouts sont faits de telle fagon
que 1'6coulement des eaux, comme du
reste nous l'avons 6crit, est impossible.
Elles vont croupir dans les canaux pour
constituer, avec les detritus de toutes
sortes que ceux-ci sont appel6s a rece-
voir, un danger immense, un'p6ril in-
colnu dans tous les autres centres,pour
la population. Et ce ne sera pas seule-
ment des 6gouts qu'il vicndra, ce peril,
il viendra encore des trous que la
compagnie a .reuses sous les galleries
et qu'elle s'entcte d ne pas vouloir bou-
cher.Ce sont des la r.nes pub'iques que
ces trous et la commune, pour s'en
convaincre, n'aurait qu'A ordonner la
plus lcgjre inspection.Qu'elle fasse di-
ligence,car Port au-Prince est menace.
La Chamnbre
HFier martin, sous la presidency du
doyen d'ige, M.nsieur Edmond Bailly,
la Chambre s'est rdunie. L'appel no-
minal n'ayant accuse que quarante et
un ddputes presents, on a dud dresser
un pro:6s-verbal de non-lieu.
II y a A Port au-Prince, d'apres les
inscriptions faites 'au registre de la
Chambre, cinquinte huit ddputds ac-
tuellement. La majority .tant de 68, il
faut esperer qu'avec 1'arriv4e du grand
francais et de l'annexe, cette semainb,
on aura le quorum. L'ouverture solen-
nelle pourrait ainsi se fire lundi pro-
chain, le Senat etant dedj au complete.
Autour d'une charge
La Cliamlbre doit 1lire un secrdtaire
ir',d;cteur eni remplacernent du regret-
td Alfred Gardcrc. Sait-on cornbien de
lpostulants so sont presents pour cet-
te charge ? Sept cent quarante deux
Et ce nest pas fini.
L'E(glise et I'Etat
IUn arritc du IPdsident de la RPpu-
bli{que fixe les formnes des rapports de
I'Eglise Catholique romaine avec les au
torites constitutes de la Rlpublique.
Les mioindres ct6tails-de ces rapports
sonit iprvus do facon a eviter les dif-
ficultas ou des froissenients dans les
ceremonies offcielles ou autres.
Cet arrest de grande utility vient
combler une lacune qui donnait lieu
parfois a de regrettables incidents.
Un danger sur la route de Bizoton
On sait que bien avant 1'arrivee des
tuvaux nmcessaires a la nouvelle cana-
lisation, to Ddpartement des Travaux
publics a faith creuser d'imrnenses
tranchdes sur la route de Jn-Ciseau a
Bizoton.
Ces tranchees constituent un reel
danger pour les voitures et les pistons.
Nous n'en voulons pour preuve que
l'accident qu'elles occasionnerent di-
manche dernier en attirant un buss
don't le cheval se cabra.
Actuellement ces trancliees sont rem-
plies d'eau et I'on peut prevoir l'esp4ee
de inalheur qu'on peut avoir a deplo-
rer si, au lieu d'une voiture, c'est un
enfant en bas Age qui tombe dans ces
dangereuses tranchdes.
Nous ne saurions trop attirer l'at-
tention du Departement sur ces ap-
preheonions lgitimes pour que l'on
prenne, a ce propos, telles measures
que de raison.
Rixe
Hier, vers cinq heures de l'apr6s-mi-
ii, sur la place Geffrard, ii y eut une"
rixe violent entire un cocher et un mi-
litaire dont nous ignorons les noms.
Le motif de cette rixe qui ne codta
d'ailieurs aux deux adversaires aucun


dommage s6rieux, est rest inconnu.
Militaire et cocher furent conduits
imm6diatement a laPrefecture.


Accident d'auto
Hier soir, A 7 heures,une automobile
pilot par le chauffeur Cl6ment Elie,
versait- les quatre roues en lair-en
pregnant le virage du PosteJean-Ciseau.
Fort heureusement la voiture seule
souffrit de l'accident. Le passage qui
s'y trouvait en a 6t6 quite pour la peur,
Mais come les secours ne venaient
pas, on tira un coup de revolver pour
en demander. Le chauffeur Zake,
accouru sur les lieux .au signal de d-
tresse de son confr-re,le recueillit ainsi
que le passage. Quant A l'auto on dut
la laisser dans la mrme position, les
reparations qu'elle rclamait n'ayant pu
se fire dans la minute meme.
Pavilions au mit
Sur la demnande du Consul de Grece
en cette residence, les Legations et
Consulats ont arbor leurs couleurs
respective a I'occasion de 1'anniver-
saire de Constantin I, Roi de Gr6ce.
Un loctaire inquietaut
Avant-hier soir, Cinna R, gentilhom-
me de vieille roche, tres connu et es-
tiinm, se presentait an rez-de-chauss6e
de la mason de Mine Lavaud, rue du
Maga.sin de 1'Etat, oft il habite depuis
quelque temps. Mais quel ne fut pas
son 6to:mncment quand it remarqua
que la porte refusal de s'ouvrir. II s'es-
crir t perdument, livra un assault de-
sesperd. La porte ne c6da pas davan-
tage. Alors Cinna R. devint fou de rage
et le fit bien voir A la maison qu'il la-
pida sans merci. La proprietaire c'est
elle qui avait fait le coup- riposta
par des cuvettes d'eau don't elle inon
da le gentilhomme.
Tout cela fit un tel tapago que la
police intervint et proposal aux deux
delincuants une entrevue a la Prefec-
ture. Cinna R. dut, tout ruisselant,
suivre les agents. On entendit les 2
parties, mais ii parait qu'il y eut con-
tre le locataire des charges tres acca-
blantes, car Mme Lavaud declara clue
non seulement le gentilhomme ndgli-
geait de payer les lovers mais encore
qu'il avail des vellites qui ne la lais-
saient pas sans inquietude et que, plus
d'une fois, l'homme, ardent, 6tait venu
d'une main fievreuse, presser le bouton
de la porte de sa chambre.
C'est pourquoi,conclut la propridtaire,
elle avisa au moyen d'emp0cher net la
rentr6e du trop inquietant locataire.
Comment le trouvez-vous?
Carnel mondain
Samedi, dars les salons de Mr et
Mine Groeger, on fetait le depart pro-
chain de Miles Fanny et Rose Sambour
et l'on dansa de six lieures du soir
jusqu'a cinq heures et demi du inatin.
Nous pouvons nous garder de dire
quelle soci6tW s'y trouvait, on suppose
bien qu'il n'v avait que du select: nous
en disons autant pour la musique, c'6-
taient les freres Astree accornpagnant
les frereo Clavior et l'on comprend bien
quel e:itrain il v eut.
Un co'npte ri:ndu serait trop long et
pourra:Lt ouche.r la modestie de Mr et
Mine C;'(:J'r qui, c'est chose bien
connue, reolvent clhez eux d'une facon
peu co:n:llulie, avec une courtoisie
don't les invites se sont retires enchan-
tes dimalncice.
Que MIr et line Groeger recoivent
nos sincs'res compliments et nous per-
mettent de souhaiter qu'au retour de
leurs charinantes nieces, A qui nous
desirons u: hieureux voyage,nous puis-
sions recommencer dans les memes
conditions.
Nouvelle a la main
Entre com:nercant et home d'af-
faires.
-Qae pensez-vous de la France qui
a envoy Delcasse a St-Petersbourg-?
Elle va pouvoir voler. Elle .n'aura
plus d'ailes cassees.


Cours de Bourse


Or Am6ricain 258 o/o prime
ChequesurParis. 3 14, 4 o/o prime
Traite sur Paris. 2 1/4, 2 1/2 o/o p
Transfert sur Paris 4 -/2 0/o prime
Cheque s. New-York 314 o/o prime
Billet de P. 5. 2, 2 I/4 o/o escp
Nickel. 3, 3/4 o/o esconmpte
Dette Int. d'Haiti 19P1 97 o0o ad val.


ON RECLAME :*
Pour les Petits Comzmercants
Port-au-Prince, Avril.
Monsieur le Directeur.
La hausse ou la baisse du change e
le rfsultat de l'agio pour ne pas di-
1'ceuvre des banquiers, surtout dans
un pays comme le n6tre oui il exist
une monnaie d6pr&ci6e, le papier- mo.
naie, par example.
II est du devoir de tout Gouverne.
ment de sanvegarder les interetspu.
blics; celui d'Haiti, le comprenant ains
met en vente de temps a autre uine
some assez rode en or pour ,quili.,
brer les affaires commercials, s'oppo
ser par consequent aux pretentious de
banquiers. Mais ce qu'il'y a de plus
6coeurant, c'est qu'on Voit ces petits
commergants, pour qui le Gauverne.
ment se demene tant, donner leur si.
nature en couverture A ces agioteurs
qui, tous lesjours, les grugent pour
qu'ils achetent l'or du Gouvernemnent a
la baisse leur permettant aussi de.le
leur revendre plus tard a des taux usu.
raires.- N'est-ce pis ai le comble dela
sottise et aussi un manque de senti.
ment national !
Comment, Messieurs du Petit Com.
merce, vous vous ravalez jusqu'a four.
nir aux autres, A des strangers surtout,
des armes pour vous combattre. Avez
done A un plus haut degr6 le sentiment
de votre dignity personnelle. Songez
que c'est vous qui devez fire cause
commune avec le Gouvernement qui
ouvre une lutte de tous les instants
pour que reflenrissent les beaux jours
d'antan, pour qu'enfin se r6habilite le
Commerce National.
Un Abonni

Et les concerts mi nsuels ?
Port-au-Prince, 7 Avril 1913..
Monsieur le Directeur,
Veuillez nous donner hospitality
dans les colonies de votre quotidien
pour poser une petite question d'int6-
rit general.
Nous voudrions savoir pourquoi le
Departement de I'Int&rieur ou la Comn.
mune n'offre plus de concert le lerdi-
manche de chaque mois sur le Champ,
de Mars, come cela se faisait tout
dernierement. Nous avons soif d'amu-
sements.
Est-ce par measure d'6conomie ?
Avec nos remerciements anticip6s
POPL'LO.

Cl6turez la propriWl6
Mr le Directeur.


Je vous prie de bien vouloir, par
I'organe de votre important journal,,
attirer l'attention des heritiers Lafond
sur leur nu-propridtd de la rue du
Calvaire qui constitute un reel danger
pour les habitants du quarter. Cestl&
en effet, que les gens de bien loin'
viennent jeter les ordures infectes qui
compromettent la sante des voisins.
Nous croyons fernement que les h6
ritiers Lafond se decideront enfin i
fire cl6turer cette propridte, ou bien
la Commune fera ce que de droit.
Veuillez agr6er, Mr le Directeur, 'ex-
pression des meilleurs remercirnents
et des respectueuses salutations de
Votre ABONN.



A I'Etranger


BERLIN 4- L'aventure du'ballon li-
rigeable allemand a Lun6ville peut pr6
sager non-seulement le paisment de
dioits de douane sur des tonnes d'alu*
minium ou des moteurs de ballon trW
versant involontairement la frontitra
francaise, mais aussi amener la d co6'
verte des secrets de construction, si i:_
lousement gardCs, qui font la supirion!
t6 de 1'Allemagne dans les dirigeabl0
rigides.
Un correpondant allemand A Lai
ville ti6lgraphie a Berlin que par deIuF
fois, une foule hostile a essay de pE"
venir au ballon pour I'endomma~gr
p:


-~-- .~..


I


r1