<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01736
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 7, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01736

Full Text


geptante Anad No 18.15.


PORT-AU-PRINC ( titli)


Lundi 7 Avril 1913


- C16ment-MAG LOIRE.
DIRECTFUR
ABONNEMNTS :
,pORT-AU-PRINCE :
Un Moi.. .......... 2.. 0
Trois MoIs. ......... 5.C0
iEIPA TIE.I ,NTS :
t Ni Mois.. ........ 2.20
Ifoli Mos. ......... 6:00
E'I RANGER :
Trois bloMs.. . .. G. F.00
LE NUMIRO 15 CENTIMES


O


/


QUOTIDIEN


RgDACTJ)N ADMINISTRATION
8, Rue Americaine, 8
Les annonces soot ecues:
A PORT-AU-PINCE : au buiciux du JOuI I; i
A PARIS : chez L. Mavence & Cie
9, Rue Tronclhet
A Lo-nrs) clez 1. : vccli & Cc. r
21, 23 1 u~gate Hill
A BERLIN cez Itudoli mosse
S. v. 19, Jerilsaleme Strasse 46-49
A Nrw-YORK : UlliVCrSat Publicity Comp~ry
45 \ 'cst 31th Street
L-cs its llulsc A s fl-c ou oni ne son,
P.1s rcm!Ls
Abinnenents Ct is sections pdvb:cs d'..i.ince


A LA MEMOIR DU PREMIER DES NOIRS





Le MATIN COMMEIMORE LE 110 eme ANIAVERSAIRE DE LA MORT DE

TO USSA INT-LO U VERT URE




NOTRE CGOCOf RS
((0.0)
aO.Ou

De la ratlisatio t pat Tous saint LoUver- les forces de Toussaint des 3.000 horn- Desfourneaux, Laveaux out quittd St-
mes places sous son commandment. Domingue. Rigaud et les gens de cou.
ture de l'idee t de 1'Independance" Quant Villatte qui avait les allu- leur, il les a maltraites. Le Gtndral
res d'un independent. Toussaint lui Laplume. le Gendral Michel out A se
fera quitter le Cap. Mais apres l'altaire plaindre de lui. Toussaint le somnma-
Aas d'pites du 30 Vent6se, l'autoritl de Laveaux et de la facon la plus catcgorique- de
tAait trhs eflace, et loussaint etait s'cmbarquer Sonthion.-: dut le fair. leI
lounges: ce sont les faits qui louent, tout puissant dans le Nord. 11 avait 25 Aouit 1797.
et la maniere de les raconteur. sauv ela vie i Laveaux en plus d'une Choisi par leD)irectoire,pour rempla-
LA BRULERE. circonstance celui-ci le proclama le cer Sonthonax, lldouville arrival au
sauveurdes avtorites.,e ier avril 1796, Cap le 8 mai de l',nnCe suivante, just
Toussaint Louverture avait cette subir un nouveau joug, il voulut, lui- apres quoi. 11 Cleva son bienfaiteur au Li temps pour assisted au depart du
id6e:-rendre l'ile de Saint-Domingue meme, dominer. .grade de lieutenant du gouvernement. commissaire Raymond. Toussaint em-
independante et pour cela la placer C'dtait consolider la puissance de pdcha Hidouville d'exdcuter l'ordre
sous sa domination. C'est a realiser Toussaint et l associer, come on Ila qu'il avait recu d'arrdtcr Rigaud. C'est
cette idee que tendaient presque tous dit, au government -e St-Donin- que Toussaint avait encore besoin de
ses actes. Comment lui est-elle ve- Si l'idde 6tait belle, son execution gue. ce dernicr, pour combattre Ics Anglais,
nue? Est-ce, comme on l'a prdtendu. dtait difficile. Mais Toussaint 6tait Bien que. ds cette dpoque, ilt c t et peut-tr craignait il aussi qu'en per-
enlisant l'histoire philosophique des d'une adresse merveille.se, et de plus entire ses mains uLI pouvoir assez con- dant Rigaud, le part des gens de cou-
deuxIndes, que Toussaint crut recon- it fut servi A souhait par les circons- siddrable, pouvoir qu'il fortifia enccre ]cur ne se donrit un chef bien plus rc-
nahre en lui le Spartacus annonc6 tances. en rdorganisant son arm3e, ii se disait doutable.
par l'abb6 Raynal? ou bien n'aurait-il Lorsque en juin 1794, pour ne pas toujours attach I a France et son Une occasion fut bicn vite trouvec
paspens6d affranchir Saint-Domingue etre place sous les ordres de lean-Fran plus humble serviteur. C'est qu'il avait pour fire reprendre A Hddouville Ie chc-
de la tutelle franalise, en voyant les cois, Toussaint quitta les rangs espa- encore besoin du contours des autori- min deFrance.Lese6 ct 18 nmai 1798,:-.
outrages perp6tuels faits aux noirs par gnols et se joignit A Laveaux qui lui tds franchises pour dloigner de 'ile cer- lui-ci avait traitdavecle GTndral Anglais
es blancs, et le d6dain, le m6pris pro- confra le titre de g6ndral de brigade, tains hormmes qui le gonaient. Maitland, sur la reddition aux Franalis
fond, que vouaient ces dernieis a tous on sait dans quelle situation se trou- Cite devant I'Agence. arrive an Cap des villes de J&rimie et du M6le Saint-
ceux qui n'dtaient pas de leur couleur? vait alors la parties frangaise de 1'ile. le iI Mai 1796, Villaue, :pres avoir Nicolas, occupies par les troupes bri-
N'etit.il pas lu le livre de l'abbd Ray- Presque tout le Nord 6tait entire les essay de se ddlLndrc, fut embarque_ tanniques.
nal, je crois que Toussaint eat quand mains des Espagnols. Tout 1'Ouest, pour la France. Pinchinat, appeld a Toussaint fit savoir A Maitland que
mrme congu cette grandiose id6e de ainsi que Tiburon et Jrdemie, dtait oc comparaitre devant cette meme Agen- lui seul, en sa quality de general en
l'independance:- elle lui 6tait inspiree cup6 par les Anglais. Au Cap se tenait- ce, se oetira dans le Sud. Plus tard, au chef, avait le droit de traiter ; ous-
par les faits. Villatte, un mulAtre, qui pr6tendait ne mois de Juillet 1790,Rochambeau,pour saint fut ecoute, et le 3 r Aonit 1798. ii
Les blancs qui venaient A St-Domin- recevoir des ordres de personnel. s'etre plaint que Toussaint fit sur le entra triomphalement au Mole et fut
gue, n'avaient d'autre but que de fire En s'unissant aux Francais, Tous- point d' tre gdndral en chef, fut arrdet comblddeprdsents.Ddsormaissansauto-
tortune; et leurs richesses ils les de- saint replace sous leur autorit6 toutes et deport&. En mai 1797, le general ritd, Hddouville fut obliged de quitter
valent en parties au travail des noirs. les places qu'il commandait,et tombdes Desfourneaux, parce qu'il aura le mal- Saint-Damingue, le 23 Octobre 1798.
Attaches A la terre qu'il cultivaient, ce nagu&re au pouvoir des Espagnois: heur de d6plaire A Toussaint, aura le devant attitude manifestement hostile
sont eux qui, pour une grande part. le Gros-Morne, la Marmelade, Plaisan- meme sort que Rochambeau. Toussaint de Toussaint.
faisaient vivre les blancs et prosperer ce, l'Acul, le Limbd, Port-Margot, le deblayait le terrain. II avait rdsolu aussi d'en finir avec
Ia colonie: si bien que, chaque fois Petit St-Louis, Terre-Neuve. 11 ne Devinant son dessein, le Directoire, les Anglais.-Ddcimecs par la lievre,les
qu'ils abandonnaient les champs et manque pas de fixer sur lui, par ses en vue de l'attacher :i la France, )ui troupes anglaises ne- pouvaient long-
s'insurgeaient, les revenues et les res- faits d'armes, l'attention de Laveaux : conf6ra.par un arrnet du 17 aoift 1796, temps garder leurs positions. Et dans
sources de St-Domingue d6croissaient. A la meme 6poque encore, il d6loge les letitre de general di division; un sa lutte centre cet enneri tenace, c'est
C'est done faute d'avoir trait les Espagnols e St-Michelet prend posses- bre, des pistolets d'honneur lui furent peut-etre moins a ses armes qu'au cli-
noirs comme ils le meritaient, et sur- sion du bourgdelaPte-Rivi&re..En juin envovds:-ces marques d'estime ou mat et a la maladie, que Toussaint de-
tout pour avoir 6et d leur regard quel-I I795,ilbat le major Brisbane aux Ver- plut6t cette petite flatterie dtaient,vra le triomphe. Au inois d'octobre
quefois meme inhumains, que les rettes.Touscessucces,dontToussaintai- une reconnaissance de la puissance de 1798, les Anglais avaient dvacud toutes
blancs se sont attire leur haine, et [maitA parler si souventdansseslettresA Toussaint,efaccroissaient son prestige. les places, et Toussaint n'avait plus en
qu'ils ont fait naitre dans l'esprit de Laveaux, lui valurent I'estime et la "Conscient de sa force, il va fire la face de lui que Rigaud.
loussaint l'id6e de l'ind6pendance. confiance de ce dernier. guerre aux repr6sentants d. lI. mdtro- Celui-ld accusa cc dernicr dc massa-
Toussaint vibrai't de toutes les pas-I Par le trait de BAle. signed en Juillet pole. La presence -e S )n:hlonax A SLint cre de Corail, et les hosiilitds turent
sions qui agitaient les homes de sa 1795, la France obtenait la parties cs- Iomingue ctait iu obsiacle'A ses pro- ouvertes. Si dnergique ct si belle que
face; et s'il sut fixer cette idee qui flot- pagnole de I'le. Sur les conseils de jets.Tou.saint fo-cera l'obStacle.Sontho- fut la resistance oppose par Rigaud et
tait dans l'esprit de bien des noirs,c'est Toussaint, Laveaux demand l'dloi- nax, sons fa pression de Tousstiit,cit ses braves gjndraux Ption, Faubert,
u'il l'avait plus nette et plus claire gnement de Jn-Francois et 'de ses prin- nomnhi dpuLti. ainsi que Livax, en Boyer, malgr6 l'heroismn ds d&fen
que les autres,.s'il fut le chef et 1'ame cipaux lieutenants: c'taient- des Septemnbre 1796. C- dernier p.rti, se.urs dejacmA. ,TI'oussaint entra aux
de son part, ce fut A son intelligence adversaires. Dans l'Oue'st, Dieudon- Toussaint le renipace par interim corn- Cayes en triomphalteur. Que lui reste-
ou plut6t A son genie qa'il dut cette n et Pompde inspiraient quelques in- me chef des forces de S tint )Domingue. t-il maintenant A fire ? Prendre pos-
primautl. A travers les faits, il-sut pd- quietudes A Toussaint: ils avaient Pour leflatter, Santhonax qui enten- session de la partic de l'Est ? Toussaint
fntrer les desseins des colons. QOue sous leurs ordres des bandes assez puis- dait rester dans F'ile, lui donna le titre vy a song. Mais Roume s'opposait i
voulaient-ils ?-se separer de la vretro- sanutes, et ne i-elevaient que d'eux-me- de general en chef: -ce qui n'dtait que l'execution de ce project. Toussaint le
pole, et faire de-St-Domingue un dtat mes. Toussaint les fit supprimer. la confirmation du faith accompli. tera interner au Dondon, pour I'cmpt-
ind6pendant, ou its seraient, seuls, les Ils furent livras a Rugaud par La- Mais quoi qu'il puisse fire, Sontho- chaer, dira-t il, de tramer de nouveaux
maitres. Le but qu'ils poursuivaient, plume, qui obtint, en recompense, le nax partira : car pbur tenir tate a Tous- complots contre la suirete de la Colo-
Touissaint se le proposal, et au lieu de grade de colonel et vint augmenter saint, sur qui s'appuyer ? Rochambeau, nie.
-* / ,


mom ow- m-









A la fin deJanvier I80o File tout entilfe' LE J E E ho e A qus la dem
itait soustraite a l'autorit6 de la metro- LE de g6nie qui anom Tous
pole.Elle 6tait soumise A celle de Tous ture, eut vucu plus longte-
saint, que 1'Assemblee Centrale. cr&ee Toussaint Touverture. n
et convoquee par lui, allait nommer, muse de l'histoire. dit I'Amrn
cinq mois plus tard, gouverneur a vie, Le bras pendant le long de sa chaise tesque dbot l'aiguille disparaissait dans dell Philipps, ecrira un .jo
avec la faculty de designer son succes- place en face de la chemin&e 6teinte, 1 inni et don't les -deux plateau im- ciel bleu, au dessus de ceui
seur. Dans cette foaction supreme, ii la t&te pench6e, tandis que le vent ga- menses restaient immobiles,suspendus lib.rateurs de l'es.clavage
se r6v1la aussi grand administrateur c6 taisait rage audehors,ToussaintLou- A des chains dor. nom que tous nous devio0
qu'habile chef d'arm6e: overture ralait,dejA tomb6 dans l'incdns- A droite du Pre, se tenait un ange coeur et A la m6moire grav~-
J'ai fait parler les faits et leur expos science. radieu, ta'-dis qu'A sa gluche, on vo- de fu ; nom qu'en Huiti l'0
laisse voir deux choses :- premiere Enfin, il cut un suprdmo hoquet et yai-t un dm'n1-ilavoat du diable. rait assei r6v6rer,et qu'cn bie
ment que Toussaint a eu dl'ide de don- conmme si, a bout de douler, elle s'ar' E lang de Dieu dit Je reclame de 'univcrs. les hommns q
ner l'ind6pendance a Saint-Domingue- rachait de ce corps miserable, mine par cette a-ne pour le Ciel. Cet home fut cult de la libet dgagent
ce qui l'a ports a so rcn are Ic miitre les privations et pir la souffance, son esclave, et ii eut pourtant de grand-s bres oi le-tenaient ses enn t
absolu de file-et en second lieu,qu'il ame s'&chappa, farouche, comme un vertu;. Ei il d.um.rait des traits de de le mieux tudier nom
a &te servi dans la r6alisation de cette aigle qui, ayant rompu ses liens, pren- courage, de generosit6,et 11 insistaitsur- temps,, ni l'envi. ni la haiine n
idde, et par son habilete et par les cir- drait son vol vertigineux ver;s 'azur. tout sur ses mis,-res d'esclave. cer ou fire oublier.
constances. OCi s'en fut elle ? D'abord au pays < Non, ripondit l'avocat du diable,le Oh! qu'est-ce done qui fait5
Par son habilet6 : Toussaint savait d'Afrique, au pays des ancetres Et la, ciel ne l'aura pas ; je la revenlique c2t homme. iss-i de I'tat le pl
se d6faire A temps de tous ceux qui le tristesse et desolation, c'6taient partout pour l'enfer : cet homme eut des vices qui soit, de I'ig-oble esclav,
genaient, soit en les faisant supprimer, les noirs courb6s sous l'esclavage, b.tes nombreux n n'est pas soil esprit I puisqu'enl
soit en les o !oignant de Saint-Domin- de sonine rAfugies a leur affreuse < II dtait picux, cria le bon angel, et crits, il n'a ric-:a l.isSL ce i'e:t
gue. Et pour vinre un adversaire, on dcstine,tctes faitc an joug et videos de s'il ne 1'dtait pas assez sincerement, ii valeur! puisqu'aprs,; lui d'i
l'a vu accroitre sa force, en se donnant pensc. donnait du moins, de haut, l'exemple sont montrds, come lui. L
des allies que plus tard ii combattra, Quind clle eut parcouru la cote du de la piete. n'ont pas atteint sa gloire.,Ce.
une fois l'adversaire terrass. SSnifgal, la Guinde et le l)ahom-'y,to-it < Ml i:songe, protest la voix infer- ve si hiut c'cst ce concourse d
Par les circonstances : Toussaint le continent noir: quand elle se fut nale; sa pietd i'etait que d l'hypo:ri- tances qui lont ressortir st
trouvait de puissants auxilaires dans tour a tour afltie et indignee du spec- sie ; il se jouait de Dieu co nmr des d'arne et son genie : ce ui '
le climate et la fire, et dans les diffi- tackle de ss frirs plongds dans l'abjez- homes. n haut c'est la grande enterprise
cults qu'eprouvaient souvent ses en- tion et 1: soulTrance, d'un coup d'aile, I1 fat b:a pour ses fr~res, cla:na le plit st vie ; lIe rIlc,'ement d'rt
nemis a combler les' vides de leurs I'esprit de Toussaint, franchissant les s6raphih., jusque li mDpris.e et avilie D.
rangs. mers, revint on -H.liti. II crra d'abord, e II fat cruel pour eux, r6pondit le D'autres, apres lui, v;endron
II devait aussi ses success a son intel- mA'aictolique, aux environs d'Ennery. m indataire de Satan. S coatinucro: la mi n.m eivrir-
ligence, A son autorit6, A la contiance p!an i sur la Crete a Pierrot et la Ravine Et, alternant ainsi, l'une et l'aut r lui soul rvin;it la -loir' d'en a.
qu'il inspirait A ses homes, A la puis- A Couleuvres ; pus, il visit dins leurs' voix se repondaient, tindis que dans la s6 le fondem nt. Cou qui vie
sance de ses armnes, et son snergie in- so.n:-; P.to i et D)es ;a'iaes! Lev:z vous, court ccleste, tous les anges immm biles aprps lni, en s;ii int st trace, re
domptable qui Ie poussait,dans le;mo- lrcriait il, ne vou; ai-je pas donna semblaient autant de statues ideales. ront plus de fruits que lui, misj
ments critiques.ai esactes parfoisd'une l'exc:nple ? )a-'atendez-vous pour me Chaque fois que l'avocat du doable ront au dess )-, de lui i car il
violence extrime. ven-'r. pour con.qurir cette terre et la parlait, le plateau penchit de son c6 scul, pirmi eux tou s qui puts
** liberic ? t6 ; niiis, pour ritablir I q'tilibre,l'an- ter de s'etre dclv ud a Li grnide
Mais aux veux de la France, les pro- Et o1 sotffie ardent de l'esprit du ge de Dieu n'avait qu'un mot A dire : prise, sans avoir la gloire en vr
cedes de ToLussaint trahissent une re- nmartvr passait com:n- uLn ouragan sur Cel hbio'ne tllt esclave i Le besoin d'estimI- est un saed
volte, et pour la rcprimcr, des troupes les m-nile a:nes sout-antes de sos an. La balance ne penchtit jamais qun du inherent a la nature humiin;1l
expeditionnaires sont envovCes a S int- cicns soldaits et de se-; lieutenants ; et co6t du mil. Le defenseur d- Toussaint rait inme qu e'e-t la chose.u
Domingue. Toussaint l'a prrvu: il op- ce vent sirituel soulfia si fort qu'u avaitcependant dans l'expression d- so: que l'homme chlerche quand ili1
posera la force A la force. Malis malgr- jour, suIr un simple signal, touts les visage une s6r nit6 profoade, ii parli;- p!it une gran J c. Ivre et I'on
leur resistance hroique A la lCrte-a- collin:.s s'allumc.rent de tlux mysti- sait stir de l'emporter A la fit, et san-s que le zle d n; I'.tccomplissem
Pierrot, ses trouLpe, sont defaites. Et Ie rieux les lLm:bis.alugubranto le silence chercher d'autres argam- ntn;, il n'eni d-voir est proportionnel au plai
voilA vainti. ce gdant. 11 se soumet : ds ni's tro~picaes, s'appelrent et so opposait qu'un seuli son adversiire : I la gloire qui en rdsulte. Mais
on le craint encore. 11 est fait prison- ripo:U i:t d'un pic a un autre. du eel b.):ne f.u es:la'e stint Louverture pouv.it-il a.
nier, deported en l-rance, enferm6 au 'lo;i i la vallice au sommet de lamo;. Oia, il paraissait certain de triom- sentiment en vue, quand.humblei
fort de joux oi il mnourra. A -t-il man- tagne. ect core une fois. tous les :it,- pheretsemblait prolonger la discussion ve, il riait d:c reliever ses fr r',
que son ceuvrepuisque sur cette terre. tiers :iouvel-clmI:nt leconistitus furonti come s'il attendait quelque tmnoi- car les dificuLltes qu'olTCrt 1a rs
qu'il r&vai die rendre ipddpendante, il debout.et l'insurrection se leva terrible gnage ext&rieur qui dev.ait s' proluire. tion d'un tel project ne pouvaieCl
volt encore,avant de la quitter.des trou- et In.-n:ac inte. arborant le tragique dri- 01 cut dit que sa penset 6tait aillcur;, laisser auuner perspective dee plai
pes trancaises ? Non, son idde, il l'a peau dj. incenlie, banniere inm ense que ses regards vovaient plu; loin que Lib'rer des homes qui depuis
rdalis6e. Aussi a board du Hiros, qui et multiple. i ttant d'un but a l'a.l- 1'assembl! e celeste, et qu'il regirdait cents ans vivent dans I'esclavagel
doit Ie transporter oni France, ne peut- tre du pi vss'ar les riches planation;. venir quelque ch)se qui lui as;ur.rait ver des escl.aves ignorants,avilis,
il s'empch-r de prononcer ces paroles: Et dan lei tlammr s, parmi e crpi- lavictoire. ralises! Ouel travail grant! Etd
a En me renversant, on n a abattu branches des cann ds Et voillA ue tout d'un coup, un bruit l'homme qui entreprit n'avait
Saint-iDomingue que I tronc de larbre bmbous imitant la fusillade et l'6clate- l6ger d'abord, mais grossissant come puissance ni fortune, ni science,
de la libertC des noirs ;i poussera par n-ent des obus, lAinn guerriere di pr-- celui des vagues d&ichainees quand on lent,ni eloquence.
des rcineso parce quells rsont proon- mier ds noirs p ilpitait, criait, hurlait: s'approche du rivage. un bruit 6trang- Admettons meme quil eut.i
des et nobreuses. Les racines don't n ant orm d de millions de cris humans, position toutes ces resourcess.
I En avant, p c tdavaoot
it parole, ce sont ses soldais, ses gene- une clameur inncmbrable vint defer- faudrait encore,pour realiser sof
raux qu'il a faconnles.-a qui il a mon- Et quand le; bataillons se form rre't, tcr au pied du trone divine. vre, une 6nergie sans pareille:
tr6 le but a poursuivre, et qui ont tous elle 6:ait da.is les plis du drapeau bic ) t touts ces voix, venues d'un coin tre ce project il v avait : 'interet-
l'espoir et la certitude de l'attcindre. lore'; ardent, elle chevauchait les bou- de 1I terre, d'une petite ile de la mer Ions riches ct puissants, le m6p
Lances dans la voice que leur a ouverte lets nll:nmmis, et elle 6tait dans l;ii- des Antilies.toutes criaient un mot, un on professait alors pour la race
Toussaint, rien ne les arrCtcra. Les rain des canons vomissnt la mitraille, seu :iberi, liberty. enfin la sauvegarde d'institutio
Francais sont nombreux et puissants I et dans les poumons des nigres qui Alors, 'ange de Dieu prononga d'une defendait une armee, comp
qu'importe ? Tout leur est hostile a sonnaient la charge dans les assaults voix Cc!.:.inte : I a brise lejouJ tie ses plus intrepides soldats de l'epoq
Saint-Domingue : le climate et les hom- forcen:s. Elle applaudit avec Rocham- frr..ts, i a d, ancipk uze race,il a cred uze N'a-t-on pas raison de direl
mes. Et les homes ne sont pas moins beau l'h6roisme de Capoix la Mort; nal; saint Louverture est compal
redoutables que le climate. Vaincre ou puis quand, aprs VertiCres, Charrier A ccs m <. la balance oscilla lour- plus gLands heros de la Grcoee
mourir,voila leur devise, fut enlev6, lorsque les francais capitu- dern 'tt ; l plateau des p6ch6s disparut "me ? N'a-t-on pas raison d'&ri
Quand le premier janvier 1804, sur lerent, I'ime de Toussaint s'entendit dans 'azur et celui du merite ne se re- nom A c6td de ceux des plus
la place d'armes des Gonaives, Dessa- appeler imprieusement, et d'une seule leva plus i homes des temps anciens et
lines proclamera Tl'ndCpendance d'Hai- envolde, elle fut a la porte du ciel, et nes ? Et si,parmi eux tous. i al
ti, il ne fera qu'achever et couronner elle y p6entia pour etre jugee.. cent qait e primer janvier il huit celui quf
l'oauvre conque et entreprise par Tous- Sur un tr6ne tincelant, le Crateur c une plus gtran d ert orale ce,
saint. Certes, entire I'architecte qui in- du monde etait assis, et devant sa face SEGAS" Dl BCHON n plus qande vertu morat le
vente. imagine,et 1'ouvrier qui execute, eblouissante, etait une balance gigan- Go:r :v.s, le 28 Mars 1913 Napoleon, dans son histoire
il y a une difference. Aussi quelle que Ccsar, expose la theorie des
soit la gloire de Dessalines, on ne doit .- --- --- -- -- -,, providentiels et ne dit pas und
pas oublier que cell de Toussaint est OUSSAIA T-LOb V I TURE Toussaint Louverture. Est-ce
au-dessus de routes nos gloires. Tous- USSA T-LO VERTU~ BE sa part? o 1 bien regardait-il I'
saint Louverture general de division, --- ce noir come une folie de
general en chef, gouverneur a vie, est 6taient sor:ies quelques singer
le premier des Noirs. Le premier, il Q.uand on etudie l'histoire, on est Bossuet dans son discours sur P'histoire group d'hommes ignorants e
a eu la sublime idee de rendre le pays frapp. d'un fait : c'est que les peuples universelle. que la grandeur d'un peu- qui ne pourront jamais se gou
a ceux .qui le cultivaient et l'arro- qui out pris part aux grands evene- ple depend encore moins de ses hauts qui finiront par redemander a
saient de leur sueur; le premier il s'est ments qui se sont products A travers les fits que de la sublimity du r6le qu'il a leur tutelle?- Tout porte a cr
applique a fire de cette idse une rahl- dges ont eu chacun n personnage, rempu, lanation haitienne, nee de 'la c'tait la sa pensie. Mais qu'
t6;le premier il a secou6 et brise le joug soit homnme ou femme, qui incarne grande.idee du cRelevement de la race de Toussaint s'il eut vu la nat
de la domination etrangere ; le premier l'Ame national. Cesar brille sur la Ro- noireD a sa. place mirqu6e parmi les tienne, encore debout'apres p
il a travaill6 A la prosp6int, au bon- me antique et Alexandre sur la Mace- peuples glorieux. siecle, malgre les convoitises
heur, et a la gloire de sa Race. Aimoas done. A Vercing6torix, la Gaule dressa Sans doute l'entreprise de la petite res et les -luttes interieures !.I
done Toussaint Louverture et t6moi- des status ; la udee conserve la m&- Republique na pas ete realisee a la ber- Dense de ce noir. ou'il fit


gnons-lui toujours une vive et sincere moire d-2 Judith.; et la France chante fection;mais i n'est pas moihs vrai misre a oux sil eut vu
affection en conservant soigneusement la gloire d Jeanne d'Arc. qu elle est grandeet g euse il nest n e son nie, libr, ai
ne moqu'elle est grande et gSn~reuse ; it n'est. nec do son genie, Iibre, clair
le magnifique heritage qu'il nous a 1e- -Je ne pretends point, par la, advance pas moins vrai qu'elle suffit pour fire de vitality et de courage mal
gue : notre sol et notre indpen- qu'Haiti qui,lui aussi, a son heros, est d'un petit people une grande nation ; ficult6s detoutes sorts qun'd
dance! aussi glorieuse que ces grandes nations; et l'on pept dire hardiment que son cite depuis plus' de cent ans 1
LioN LAHENS. mais s'il est vrai, come l'a prouvl Isucces eut 6td bieri plus grand; si cet:.laia que sa pr vention contre.