<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01734
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 4, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01734

Full Text

grpI~l Ann& 1 i812


EORT-AU-PRwMN K( B I


Vezidredi 4Avril 1 1W


g06ment-MAGLOIRE.
DIRECTIUR
ABOrNNEMMNTS :
pORT-AU-PRINCE :
In loi-. . .... 2.U
Trois o^- .* .* * **""
Trois Ntot.A.......... 5.00
UDlIAil'"11M:N'TS :
[In %Mos. ....... 2.20
Iruos Mos . .. .0
ITlA N tl;:Ilt :
Trois Mois. .. .. 1; I CO
LE NUgnRO 15 CENTIMES





j


)7


UOTIDIE
QUOTIDIEN


ttDA CTJON A'DNJ.NSrTTMT1U
8, Rue Amencaine, 8
Les amssIces soot s I CLtE
A Ponar-Au-11m)ca : aux I utcius 01 Oul:r&
A PARIS chez L. Ma.4vnt;e & C0 -
9. 1(ue froli.leci
A Lowowas i:i: I. MJ\cllc & Cc. 1-.
:1. 2; I.Ag~~~c 1111
A 14WLIN cl is 1idOIm tMasse
S.-%. k'-19, Ic."vlcicic S rtAse 46-49
A ?4iw-Yomi :Unaircsf PVubliidty (.oup-an'
4 jWest ; Ith Street
e .~u'~ .' ~i. ~ ~x)u 101 lie 0 1,
pas rC:i-la
A ot.Inciuctit5 ct IM t I olls pyables J'A. Ancc


PLUS DE TAXES S

Je viens dl'appiltH'I i. avec sur
prise, que les *:.;-- '.' *: l us, re'ot0
mencent de percevoir la taxes ctab'.
iu tarif des douanes sur l'iunporil;
tion des lives. ('est un.- rnesure
laquelle oiln ne s'attenil:it pais, c,
personnel oe croyait encore en vi
gueur cet irnpl sur la culture i:
tellectuelle, dont le reu'lenient ,vs
si derisoire q'll, n'arranige ni les al
fires de I'ltat. ni cells do sis enm
ployds en luOte d'aventure. ( hn ii
s'y attentlalt pas egaleiente parel
qu'elle s'ccorle aussi mal ;avoc le
seniltiii'e ts in faveur danis l',piniii.
qu'avetc les idles g,"nruIeiitses don
sinspirn' ctuellcment le Dparte
meant 1i Ilistrluction puiliiiie .,
faisant construire des lI(tcailx I)pti)
les &c)es l en i ultipliant. 1 s cir'
culaiic', siur la descrilloil des course
Je suis d'autant plus surpris de I;
soudaine attitude du lisc qlu'aUCuiti
raison tI lfexplique. La rcsurre:-
tion flu pelit lazare -V tisc'al Itqu
deviewt disorniais la diiie ,la livre
restera tinei page imnpe'idtrable de
logiquti- et de psyclholog-c a linis-
tratives. La cause du livred est, ei
ell'el. parce aque la souveraiitile du livre
est dti, ctles qu'ot ne discute plus
Tout autour de inols. les grand;
peuples rivalisent de largesses e
delloits pour sa vulgarisation par
les bibl otliheues gratuites. Dans les
quarantes villes principles d'Alle-
inagwe, les bibliolho ques populaires
possi0JeIt 80.Ot) volumes don't
prolitint un million de lectreirs. La
depense annuelle est de 675.00A) trs.
Le lbudlge d a russe a r a pr'evu' en
191rc 100).(01) marks coiiiie sub-
ventiont. En Anglelerre et en Ari6-
rique, on trouve I'organisalion plus
alValncSe des free public library. E
France. M. Sleeg de mnandair, danw
de recents rapports pour le budget
de liistruction publique, liuscrtp
tion dans la loi des finances d'u!
article assurant aux grades biblio-
Ihe elles.
La taxe sur les livres est un ves-
tige de temps perinm6s, un anachro-
nisine cioquant qu'on ne p sut pas
justifier et qui ne doit pas se perp6-
tuer dans note legislation doua-
niere. Et ce n'est pas trop demander
A 'Etat que de lui demander d'y re-
noncer.
Nous ne pouvons,en ce moment,
attendre de lui la creation et 1'en-
tretien de bibliotheques gratuites;
il nous objecterait que la garanlie
d int6rts due A la Caribean Co ab-
sorbe les revenues de la rdpublique.
Mais nous pouvons lui denander
de laisser dans It poussiAre, ou ii
6tait quasimeni oublie. un lexte in-
troduit pir distraction dans le larif
des douanes, de renonrer A pr le-
ver un impbt sur I'inslruclion pu-
Mbique et A battle monnaie avec les
aspirations qai mooltent vers I'id6al.
Nous pouvons lui deman^r de no


luP 1Ir~S II T'ES !... eux, je CoittinuCrais paisibleneCiit 111mn cles... pour -que le cerv'eau soit stu 6-
existence sur cette telte pour p ro'Otes- tie W par iiitoxicatiot aigue.s Slupifi,
9000- ter i nergiqcijnent touts les I170is (ilt' ( volts eussiez pui dire aussi, frappjW- do
I'on clierldier'a i tIettrid (ILIs tlltriO S iMort ) ioloricationa nique,; t'enl terinels
p-ii chr'i1'J ir A resso.nIleI'alu sold it llIClflcft en Iiriiinonii avec his pro)- juistes Ct's cliosts-lI so iit tdites!
l Ic1:1 CO ninttC (lii h rt'l i h 1)1 hI .gres incessant dt' (I t-lt decii'. ElI biWtell, ci' c thit'i'e i'tit ; tni, daias
Cliiebi c i ii Icncl Io:ti'hit i ittitil e lo ttv ii i I ;IS v o tltl "di i'' a ut IC t 'caI (r t l ite t' it ie
I- -;qrles I ivi'e, Sile m inilstl'"refie" titlediscussion sill- des flits qui ScWl- v s ols Vt' de dii'tlie~t. -u-IISiit"Iiet. .',est-
A 6lnces, ppar respect de- lois, ii' ose blent ai'tuelleniout acqlis it Ii scit'iic..it dire qie. dans Ie vas, acttaivia litrort.
I pren Ifre la responsabilitd 6do cct Si- L a tLSails doute, tis Ics tiaits *tliCI.l s t Oit'.'ethl'tilM'nt'. l t14)11parl.
Iran tclhissemnent, qiue Ic' i gs I ateliz's de indteciiievotis lirt'z ruuii~' eiiiotio i tion 4i11i 'Wel i a t04. ( Iil'IIt' 'o'a-
~~t'1 iC~l sns etad, c roll~iitii'petit d&'terni 11cr pjrfoislS itlilort par sioitiielle', adj Italtat., ititis pal. 'mfluc-
;tII i'y auira jamnais trop d Ie sol ien i uIirnnr1i r :iadai)is tilo1'iqiw14!It iaiat it 'lltS'-1eh
K'- jIotir cc l aC ei. anfinaux, par tite acti ui 'i ici niq e 4l i
I- l) Dts co, pays de dernai-SicieniCe, O6 clliiiique SltrIt's t centlres 11lbatit'.'.ti[it1SitlisaiII('e4 1,0i iiit'jfoil )ti de(111141-
': le,- staltstiqu s enrcaistl'et it, au suil~ mais de I i ad i )IISt'l' it. (UIt Il0' 4' ill 0t' Si ilI`ss.
1.1pius, un rapport inavt'a tit eit r le o rduire le Put;1rn'iye 4-11*t, ii y itIl&i titl 4- lotio i IIluiq~at'. .'etioIa tited'tai.
Is 11011bre doi J lll~ttr~ et le! chiffre ife 1-i rtioll inanifesto t'-ontre.~ laquello pi-,)i.'- I'teuipwti~e tlin-1z-%-ous lilt. h*;II(11i'lltil ;%
i lh populal on totale, [ii ssoiis euti'er tre tcrit les fait-s t'ux-iiit4''11 s.I)'Ds Itrtt itc al t;Ii tic Iad liiii .t. 1'.4t-d-(lile 1*
I ','a tic de 41 roits et id e axe, -lout do ('C c get n re' Se st'l'at'i ll-ilsd, dt'-A ')- Cans. itt alltli litt' Qla11alI 1 ill i lt tut u I,

I t ee, les sciences, les It .t'. CI et l os Iphs texipress.'s rosot'vcrv D' Iai;ell-'u S.. P1141',114iii.1' ti4'rt'-V' 4ll 1it. Itfn) 1 41
COlillne 1lioi \ %-lilts st%-(.z polilt-t'-tre 4-st lit ca; (';llso 414(. la plie'II~cllio l ... ( 0. sdolit
r '11.ts, I0 ra~fli urn, la sylitl".i'ese t'lii it b ii ii est uifli(L'I. t e ctircl ur k I de I'- i't des tihi l aS.sitliie' tit-1e M'lt.'ji.
* *iut. les ond Us SCS zl e 'n jj;jth vie, nii )V'Zl it ci I'41 i stas y t0tr i s t ill p' t di' a i si ll.
f'll p ll i ol. souS ses i ; tsperik i#t'tr. i'ml (lit iS i0Iogist tlldis, iti-lu's'V(j'I jit Ftii. iclikiai& (Ito

* com e&e Is journal, II i'CvucV 'I iii 1 altt'i"litics Iiiah itl.Pl
g ~,zi t: e I Ii vt' est Ic vc'l~i I' (I) Ir- fi'ci'c tl. ha it ii l tiejl et' c Ig"l it-l c dL.ialt i t'lia l 'a
Sce~lle~nc e (IC I;I vii c io de I ItY;I. 4 )ri llt ~I~it dr~liI''c~lit- ~i5su' Is' t'oiiij~t tt' tl'IIt qclC It' ~l'tls jiiicI( V.(I II I Ii tat 4aiii.'
teg-arde1 rra it )tre C uO j1 I )I1 I C~llil lc Ic actt' llt' x.' .I'ei\0iplt auijoir&cliii I jIc' lisal 41t1', dui li -I. 1ll1 'I'll. Itli l t cijoIIlf
coms ne le ue lI~tt~~IS la rit 1l eIn uLatr.* xit- 'a0 t 111.11-01 i5(",1101 liei.lid. .o i I IIt--ii'1i'1111-t--lit' alt.i'ai1
.;e -1.Ix~- fra~ v .c' 4 t'cou-jdt.dui' oll de ~l c iit littail tsionnetitaiit'- 1310-

Vr~i le : le vey, d i le l (-Illlie)i tl'
S eiulrc uItL sik ie edes ct lc I I o-'I )is. parliuStll)it tll IboIIv c tll l iri 1'(JldI teIe tl)-' I La its ma il vI ala ti-o
reg rdea n We6poju, colltIO le ct r~lex, r(:) scntaijoi-d~m tll,, isalte drt-h-.111 S. sllfl iiijoil-
, L~s" ) tt ~ C O~ a C ~a! 1 V.1explict ion.V'iit' ('01 i vic 1t' -Z.',41 I eit)litIi li i I t Illi4 t'd ltt' 'i1 '
d rle s e i e 40ii r)1 11 110. C l Ic aist pM 11-a vec 1110'i I'i q e Itlut1'VI .Z i rt', lo'Irs- glals I' Li quc 111 1 iIP4il. iii' stt I wo-pie
vIi reveyltgie in sl Icine pIItI'll'vcut 413- #' lIi't c (it'n 1'te '5 l-r amqelit 'Xt's. IV fold U tx I'lI c u'. 1'I.n ia''
u~rc un sikle des callil'-dr,14 s. par I'annonce I'miebo ne tt ti,114 Flic

4 6Itirt r~laess er ~c~~(I- )lis,,. ct 4 ,,i',iii tl~i~k~'S-. jc' it(' \.eII \ (iOlflbl'erll'SS 4.illst c'5('lIIIt't. Slll~ite sOlit
science e~toi ib c A .~ E ; CI 'li I I tu'i lit liIi.1c, WrvIi

I bible ltistori~e qlrle clialclull p.ll hi C'lIol'ct;t )l'iriiisdtioll. dlsI itiau4 ~ei'i..Mi
vail lire ie coinprendre. CcIICS a ieaci-iUiltS I'tIomi Itdt Ia co::ctpl.i porntez-rnoi ties taitas Lt'squels It'
I'avettir serzirt plus leu-;till ps bio e d tus ys casc exatnint4s,'Ilt. -;ti I')lim-ttc. dins aiti
plus vivante~s. L'oUrS Iivres sei'oittr Aitretoist, ('II ciret, ttiitt Ic Ifl~lids' de~rnes d'explou'atianl. c~lrit' tlui UriCt v'ive
Ics actes (de lot p ir is Iuelss ~ci tl'l iicl p"ensait, (' teflf *' 1e Vt s.t' dcsu t'z at cll t' iiotiot &i dl 'l'iliili e It )1114.)4 Sf(1l
Mi ae i~ encu' 1i o t e Is e le u l's Pl Ie Tu i I llt-, .II .11 t ollt eI'( C IIC Iib jt i ire II X- I4 0i11l lilaleu S l't I SC i t-11 10t-1Sli lleitt -- S 1
saint HIeOiQ bot i re d u oniii I. ;co`()a ivi i Ipouvatomr 1) lo -I,-l'Inoment'f (14 jutleIs as'ii tt:' nt'iet't ie t' c'g lates 'lo t l ol' U-



dents. e)i', It's I e IdaIIXt 1 aie'-uells Mille' a'u to de res '01111 tlt'k' 1ii llait 4 Is()iii.tt I'a liii
hi bie pri rC it o iia~ je leU e OiI i-tiI' [landes i ol '.t''l'ttio ll idlilla'I li54 ri t-t tegdc e l'ile .
iii chpstit d'orgue, avec relicens (iet nus d ciictI's'i title It'si aI tt',ti is '. i t't''i l'sl ,
des r nots, les phrases gio Ii'; Lis t' A it'S 5is, enaes Moult 5le isaiit '' r(I s'l'i le' l taii.'lit' s t1'lediv
dlei Ia hsonduIm ptiivers elsc. a ffl -l i' pt)I'len it, M'li 'I \'()L~'~t i.-; po c'iL a-i'o/vii' ini ot jtio ua it t'( 11 .l't'rii I' t' lit ''jllor l la.-


cl1ons pis1 e retardser : oS qil' ( E: i iIt' S''t'tIi'll ti'ill an-
tteg16aFtiedebrsflielSuriuetr dio'p' isll' ~~St~IllVdlsiuil i'~I .lit cole al.l


tl~Les temples nouveauK IC 111) Ici~,r! de, Iaw'titn auiti-toxiqacte (it ci s ,luui- d'tbitL'r i4!ieis-glt'I' tit's c;ti$,'i
s npartierl ut Lbi SCie n n-c it Iieisso lis- y des, s.l(lp)I, it'S1i l (t foi cStio l i ( ll s t ot psoi be'eulscs6 tic Iill-ailt Stll'ie! dclr niet'.'
Ii'a vailler I ibremien t le ba~L~ii I on Sa Ic~ jilts SOlIIVCeIII Iititc L SIt'S~ I.:si nirs d&: I.'s caussc- wc~cas;itci lia'-I les, te~lles I'e~ligt~a
crt i es r6~eilleurs d'aurorci,. g ntl lnia'ts (ICt (csu organ'S. l)cs CoiliS- tion,, Ia ole~l't'. tdt'.
tatatiotls 1itclkpsitIUe s out etc faites C'est p0111' coiilbail'ti l('' (ft'faut d iii-
tAUL SchLaS. Une observation de siU1' ~li el' IoitIjtte lriiol- fot'inamtioui de tl tit'liai tSilisatle tit-I dI
radique d'orimiott csliorofoi pliiit41t, e tlr.' 'iort-ail-1'ritice ie j.14i cr111it ct article
Poautres, a l- coii1iilunitjite i'. 13 wmi' sur Ia iiort subite 5't V miIli q iue, sit's
1A10, il Ii l SI )Ci'I t (IC l 's ) diatrie ICn PI'tis vs prils'i'. u5ll t'll 1 't lScdoiitsjli.
s par Savai urA, I'lot eat llti. Ce c tpie- aroydz, cwI' on fa'rtice. tt cuoii. i tout.

more ito ue r~'t' '''"';"' l':'iit -
& s14nv u l1si f tbie, II a lt)txIqti' w(It- cI- l -'Ota--
IIeponse au Dr J. C. Dorsainvil liiisatiot. Cuuiii (Iit- fo0,nc Vtion ('iditaeiquest'i -- *f -----t-e
peut-e~tre Ia v'ale'ul' dutria t'aiL p s~,iiC s'a
-- scircfle Cxp rilIfltulsc. Lt'W c ftdestiu (ll' it s ours imul te % i
cr ds # 6re e et dj)o oiSof chilndiqllt'. a ntcIt DesIconlil- Itl' tec
msions rojS ll (l't op tite iit'ltt 1)11 i' Iisi 'e
J'ai PUS E ager abiement surprise de lire I'tiI10tiO[1 qilt ljllIls' lit" d qcsii tIatL do
dans Ic .Nouvelliste, d'Itier, v'otre saIcC: to i(lIL', Pii je jIcuix- jarl.I1w iti!ai
aemarquable aettre; mais rassurez-vious, Eut-il Ilt5' asrsaiASrl alzaiiiteeand ttitti CIIIZ MAsDAails
quelque intense qu1it 9 o ma jole, je rapp ler sucC-'dVI'talms acc id ents cult- i
suis encore vivant. Autant q)Ue je peuLX faaStilneuit Irappor~ttSs i I'&~tat de! 4aurksolt I1"ebly Pe'eb~soir
juger par les pnoyens ctuelt d'inves- dus au lnlL? lnl'canilne, v't Ier,-
tigatio i scientitlique, nief oritnes sont iofrlt ads i,"ie' busi esire sm'erlvais I ilacid- Avenue John Brown (Lalue)
en assez bori vtat pour me perfettre Ide phiyll q4c t't lea hie l l raIsDr qIvIaS-
de remsister i toutes les notlionS. dul,.sres. (SaintolILavignel-tei-iiLavasiti.;'. )u O lrOu,'era des Chai.~e, tee e
Plac6 devant un peloton d'ex~cution, II est auti'bitc uit int(kres(itllt (i'attih't'l'
conime cet home qui, cotki uu niur, vote attttioti sur le pGs01g1 14 l.sS 0s, VMrvielles. n rppes, a:eirse,
n'eut que de l'ict~re, je vavrais encore; de votre Icttrt'e qlue je tr~anscnas~ textticl- cai "llj 'sa,fo'rrhelles, couleau~x, viis-'
j'aurais peut-Dre un d o1ire passer i lenent: -t suflit bien souvefit qu' ise; a eile, 41c. nouvelleinnt1 ar1-jud, en
comnme ce prisonnier dont j'ai brve- emotion intense drciinctle cette hlonuoin
mon~t LCetr o rhtoiret maip comme de glyoog~ne en rervo dan.le a ldoes, LOCAON u der P imi ,nodes.


-I


I LI -







Cours de Bourse
Or Americain 260 o/o prime
Ch6quesurParis. 31/4, 4 o/o primc
Traite sur Paris. 2 1/4, 2 1/2 o/o p
Transfert sur Paris 4 1 2 /o, prime
Cheque s. New-York 3/4 o/o prime
Billet de P. 5 2. 2 1/4 o/o escp
Nickel. 3, 3 /4 o/o escompte
Dette Int. d'Haiti g191 97 loo ad val.


FAITS DIVERS
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
( IBSERVAT 011 ~
DU
SEMINA.IIEL: (:()LI.I(1 S'-MAIITIAI.
Jeudi 3 Avrill913
I~a m' .LL f, lt't.re a i li ii 7('2,(


f Prodiges de culture
G0 martin, nous avons recu la visit
de notre svmpathique ami Clouchet
qui nous a fait le plaisir de nous mon-
trcr des specimens magnifiques de poi-
reau, d'oignons et de salsifis, obtenus
dans son jardin. qu'il cultive d'ailleurs
lui-inmme, A Pltionville.
Les oignons sont absolument dignes
de ceux que nous recevons de I'etran-
ger et jamais, dans le pays, nous n'a-
vons vu de poireau aussi giants et aus-
si beaux. A les voir seulement, on res-
pire par avant gout le fumet de la bon-
ne soupe oi ils figureraient A la place
honorable. Ce sont de veritables prodi-
ges de culture.
Nous en avons ete vraiment tmrer-
veillcs ct c'est A just titre que nous fC-
licitons notre ami qui a ete si bien rd
compens, de scn labeur et de sa pa-
tience.
Bulletin olliciel de
I'lnstruction publique
Les livraisons de Dcembre, Janvier
Set FIvrier de c-tte important revue,


a C t.'e Ilai\natiiiin :, qui out paru hier. ottrcnt un puissant
mntcertt avcc les matiires suivantes : Les
SMo i.nn' linrne '-l;,. rapports des Inspecteurs gneraux H.
CieIl clair piu. la;,t la joiurnir- Eclairs Ithcart, Price Mars et Felix Magloire
H 4 Ih. u(I i matin. sur leur tournte, une circulaire du Mi-
1arm ,, t. ft. ,-;t. nistre Guilbaud i propos de l'indemni-
ta t d c rcs.idencc.RaDportsde l'Inspecteur


devenue comme elle a e4t, elle est l'intention des files de la classes~
complement impraticable. Qui pis est, deux maisons d'6ducation- so.
une marred d'eau y sejourne, ca pue. coles de demi temps- I'une ap,
Et ii en rtsuilte q(ie du c6te du post desservir le Bois-Vetna,Turg pei
a la base du more, presque dans cha- venue John BIrown,et I'utrei *
quo maison, ii v a deux on trois per- de Iexposition ct les rCio
sonnes prises de flivre palud6enne. nn l st dii
Si I'onn r oblvite a cIcla, sous peu- ce nantes. a S' est vrai dit.i, au
qui n'est, cer'tcs, pas "a souhaiter-tous de I'ltat. que beaucoup de ces en
les habitants de lolosse seront em- ne disposant pas de toute leur jou
poisonn6s... Par qui? Dtparteinent des ne pourront peut-4tre donner que4
Trakvatix ipblics, Administration coin heures a lF'cole,quel bien imrnens
inunale, Coinmanantait de la Commune pendant ne resuiterait pas pour e
de Port-au-Prince, veuillez rcpondre. ces deux heures d'etude passes
Simple note les jours en compagnie de maltresil
Dans la ireponse du Dr Lissade le En ce moment, ces deux
lecteur est pri,. an 7e alinea de la 3e n ce moment, ces deux tjbi,
colonel, de supprimer lasyllabe suf et mcnts tontionnnt la J J
di onrinlter le mot suffisante au 3c gtncrale.


alinca de la 4e colonne.
Nouvelle a la main
Une trcs belle femme vient presen-
ter de vive voix une requcte A un mi-
nistre.
Mais Madame, s'crie le personna-
ge, il faut m'&crire cela sur un grand
paper.
Ah !
I faut me presenter cela... sous
une forme quelconque...
-J'avais cru qu les micnnes sufti-
raient.


)'autre part, dans tous les pa
ganises ou l'on accord au problem
la ftiquentation scolaire toute Im
tance a laquelle ila 16gitimement
ce qui retient d'abord l'attentio
dirigeants, c'est l'emplacement
doivent occuper les etablissei
d'instruction publique.
l'obligation etantt le fonderment-
loi scolairc, il imported de bien d6tq
ner, cn eflet, suivant un plan mr
dique, la situation ot doit 'tre etal
chaque ccole,de la placer dans des
editions qui en puissent faciliter la
quentation normal.


I SIIEll. Gnral F. Magloire sur l'Ecole de de- Nous extrayons ave plaisir,i du ernier Si I'on pense aux clforts sansce
La revanche de l'F Olympique moisclles n d ;de St-Elme Mathieu sur numro du Bulletin de rlnslructlon public. renouvel6s. aux difficultms que ce<
ous enons dpprendre que cll de grons n 2 et des inspec- article suivant d d Monsiur Char ont eu rsoudre av.nt darrier
venos d arene ue l tcurs d'arrondissements ; le Relev6 des Les Boucbereau, Ridaciur en cbet du Bul- d6veloppement rationnel des cco
vaillante quipede Olympq q admissions faites aux coles primaires lin, t qui est un bom ge mrti r u rapport avec les intrt de la pop
fut ddfaite par 'U S. H.par buts con- nationals laiques;le Discours de Mon- eonsieur Terlullien Gulll.,anu l, Ministre tion scolairc, on ne peut vrntible
tre 2.a cit a son vainqueur de diman- sieur W. eon. nomm6 correspondent j nsiution publique s'rtonner dc tat ou se trouvent,
chedernicr pourdemander sa revacnhe. p'dagogique A Paris, un interessant ar- ce point capital, nm:nbre d- villes k
On a encore A la mctmoire les ptri- ticle sur a vie scolaire. RPpubliquc.
pitics du match sensationnel qui cl6- t l e sur la vie scolaire.e ola cos son, ppr eu
tura la saison de football laissant La fbte du MATIN L'e vre Beaucoup dPIortlesau- par exem
I'U,S.1I.. Ie club doven, le titre de Le typographe a ete cause que, dans centrabes oi l luprt sau-Princt. Ce
. Champion d'Haiti titre que 1' .O0 notre relation de la feteintime donn6e. Sil y a une question qui a constam- l ntrs oi es lupart snt se
lui dispute si superbement, et un de mardi, dans notre salle de redaction, a ment retenu l'attention de Monsieur le montrent que les re'ions ,tessue
nos sportsmen les plus en vue a qui I'occasion du septieme anniversaire du Secritaire d'Etat, d8s le d6but de son sient peu propres A leur assurer
nous demandions son opinion sur la journal, en citant les noms de nos in- administration, c'est, sans conteste,celle c lientqle convenable. Citte situ:v
r\vanche nous dit : Ce sera terrible. \vitms, celui de notre charmant ami et de la frequentation scolaire. La plupart s'explique. aist~ent. bl.'t .in'a
En cl'ct, la lutte promet d'tre ar- collaborateur Arthur Lescouflair a et de ses actes officiels,om se traduit cette ju'lu' pr .snt dcs bitinr. affl
dente ct chaude, car aux savantes ma- omis. Noas sommes sdrs qu'il a d6ja vive preoccupation, en font hautement aux" oles. s'est Iu obiigp dc lesro
ncuvresdcs d maillots rouge et bleu les excuse cctte erreur. foi. tir suivant l'n rdre imptt de cses
noir a rouge out oppose une hardiesse Disons, puisque nous sommes A son Nul ignore en quel Utat se trou- pounit ne pasn tel tapr at dte cho
et une intrtpidite qui n'avaient d'6gale nom, que notre collaborateur va re- vaient nos 6coles nationals. Au pre- pouvait ne paus rapper attentionon
que la vigueur de leur attaque, et mal- prendre bient6t la publication de ses mier trimestre de 1911-1912, on rele- Gui!baudn ; ct pour y remmi1er. o0
grt les plus habiles defenses, on a vu interessants contest du Matin. vait dans plusieurs des 6coles primaires verra dans la suite propoier auxCla
en deux fois les Olhmpiens detoncer Marxage de Port-au-Prince,une movenne de pre- bres nigislati\es une lit reltive i
en dex fois les p dtoncer gsence ne dpassant pas trente eleves. construction des raisons d'&coles.
lesgera errbe encore parce que IU. Mardi A 7 heures du matin a Wet ce- Emu d'une telle situation, Mr. Guil En attendant qu'il puisse exscutw
S. H. a sa vieille reputation A garder et lebre A la Cath6drale le marriage de Ma- baud comprit acssit6t que le point de plan de dcveloppement rationnelT
'. O semble peu dispose A s'endor- demoiselle Francine Coste avec Mon- depart de la organisation scolaire qui desire pour tous nos tablissementsi
mir sur la dfaiite du o Mars. sieur Paul A. Bartbe. Le couple a ete s'imposait, r6sidait tout particuliere- laires, Mr. Guilbaud entreprit skrie
On croit quece great event sportifau- conduit l'autel par Madame Georges ment dans le relevemen- des icoles pri- ment de fire occuper a qdelquesa
ra lieu dimanche 3 du courant, au Blot et Monsieur le Docteur L. Audain. maires nationals. de nos &coles rurales le point le
Pont-Rouge.co Accompag'ient les mariPs Mademoi- II prit, en consequence, les measures central de chaque rLgion. On se E
'Footll selle Alice Annoual et Monsieur Pas- urgentes que commandaient les besuins vient A ce propos des importantes i
Footlull I quet, Mile Marguerite Verna et Mr Ju moment en vue d'assurer une fre- tructions qu'il adressa le 3 Jaw
Malthba I'tltrans aMartin.Ungentil couple.Georgette Mar- quentati.i plia s;'ricj;a de nosetab!is- 1912 aux dclcgias du Guvcrnem=
Un sensationnel matlh s'organise, chand et Lucien Marchand tenait avec semen:s nation, ux. c ux Inspecteurs des ucoles et aut
pour etie jou6, selon toute probabilite, grace l'aum6niere. A cc propos, on doit se rappeler ce gistrats communaux en vue de &
vers le 2o de ce mois. entire les plus Une reception des plus aimables fut que lui mcrivit 1er Prsident Leconte le miner les iux ou les &cols run
anciens de nos sportsmen et une 6qui- faite aux invites, dans les salons de 9 janvier 191 2 i response a son rap conserves devaient Wtre etablies, a
pe des jeuns de nos societes de I'USSH Madame Alice Rignier, A Montaran port sigi.-ilant les causes du malaise in- il expos ses vues sur les question
L'Cquipe des a I'/terans est ainsi Villa ou I.- contract civil avait et6 sign quietant q'i renait dans I'enseigne- situation, de repartition et de loa
composer dimancle avec, pour temoins de Made- ment.Aprcs .aoir constat6 que touted la de ces 6tablissements publics.
-But : C. lenriqucz. ( cap. ); ar- moiselle Coste, Messieurs C. Gautier vers pensc e de ..Guilbaud convcrgeait II cut ensuite la bonne id4e d'0
ritres : Ls. Peloux, A. Laroche ; deis ; et Ernst Ewald et pour Monsieur Bar- I'enseigneinmnt primiire.le Chef de I'E- dans certain quarters tres poped
A. Chevallier. S. Archer fils,M.Chenet, the Messieurs Achille Barthe et Geor- tat observa : .li attendant les plans de Port-au-Prince, des ecoles pnr
avants : R.EwaldA.Henriquez.H. Poite- ges Blot. A l'elabaratioi desquels vous travaillez. nationals. Mr. le Ministre fonda,a
vien. Ls. Lafontant, Ed. Laroche. Pour Bolosse vous n'avcz pas ntglig, c est une jus- fet, A Bolosse, une Ecole national
Mecanielen centre chauffeur Nots recevons la rclamationsuivante: tice A vous rendrc. de tenter quelque jeunes filles destine A d6servi
Hlier soir, vers 7 heurcsaux environs itoIosse est Lun petit luartior bien in- chose pour mnettre s-r un pied meilleur quarter et les regions avoisiD
de Ia Pr fecture,dans unc violsente que- trcssait; alt; aleureusemeit 'Adinis- notre frtqucntation scolaire. optra le transfer, au portail de
relic. Louis,mrcanicien du train du ci- trationt comnmnale ne s'en occupe Beauzoup de c uses. social-s, econo- ne, de liancienne Ecole primaire
etireet. Ljeanchufenurdu train de Bi- ,point o plutit rne s'occupe qu'i fire miqucs ou autrcs, s'opposent encore de Lancasterienne et plan, dians i
ibreetlean,chaufeurdu train de Bi- rclainer des habitants de l'endroit nos jours, dans bien des payv, i la frc- gion comprise entire le Fort St-CI
zoton se donnerent des coups de lampe ties droits locatifs, et A passer des or- quentation de 1'[cole. la Croix des Bossales, I'Ecole prit
et des coups de poignard qui occasion- d.res aux capteurs pour que los bes- Pour en attcauer les funestes effects, de filles. laique national N` 4, n"
nkrent A tous deux des blessures assez tiamix soient sans merci emmenes au l'initiative officielle comm: I'initiative situte A la rue Fkrou. Une Ecoi
graves. p rc conintinal,(doit-on meme les cap- ptivee s'evertuent, par des noyens spe- gargons reconnue n6cessaire dsa
Immndiatemcnt les d linquants fu- ter dans la course leurspropriataires.) ciaux, aimdliorer ou i ficiliter cette quarter de la Madeleine y aurait
rent conduits A la Prfecture de police En Juillct de l'ann4e derniere, la fruentaton dj installed si le Ministre ait
et de IA. au Bureau Central ou ils ex- route qiui conduit a cet interessanit frequeniauon. duA installed si le Ministle it
pliqueent le motifs de cette querelle quartier- (a 'est du poste Jon-Ciseaux) En raison des exigences de la vie do- donner suite A son project de tra
pliqureni taillit leus mother la vif e tous deuxre a ttt quasi impraticable. Sur les ins- mestique, en Haiti, nombre d'enfants mer, en &cole national, I'Ecole
qu tailitleur coter la vie tours deu tiations du journal a Le Matin l I'actif nCcessiteux sont retenus dans nos fa- quc dirige dans ce quarter Mr. i
Au Lyec Pdtion commandant de le Commune de Port- miles oiu les besognes domestiqnes quil ut I'occasion de visitor avec
Les travaux dereparation de la toitu- au-Prince d'alors le g4ndral Ducasse, occupent tout leur temps. D'autres, coup de satisfaction.
re du Lvcee P:tion ont recommenc6 devancant le Departenie.tt des Travaux uoique tres jeunes, se trouvent forces o
actvement. ublics et I'Administrationcomunale, etravailler pour subvenir aux besoins Pendant que Monsieur Gi
On sait que ces travaux sont deve- tait fareation. bien quCril une d leurs parents. sappliquait ainsi A s'inspirer d
nus necessaires depuis la terrible ex- considterait que comnme lprovisoire, Ayant expos ces justes considerations, sons inincdia.s de l'enseigne.lac
plosion du 8 aout qui- endommagea u Mis (;a avait pernis au Holossiens et dans un rapport special au President qu i travaillait, sans reliche, a tim
trks serieusement I'-difice. C'est la a;tx personnel* qui se rendaient it Bo- Leconte, Mon-ieur le Ministre tenta de t~limntcs existants le ineilleur par
parties sud de la toiture qu'on travaille losses de cheminer librement. Mainte- reagir, dans la measure du possible,* on- sible, le rapport de ses auxiliai0
actuellement. nant la route 'est pas soulement re-: tr de tells abstentons en fondant, rects lui offrait pour l'avenir a11


_mh_ ___~__