<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01731
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 1, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01731

Full Text

eptdne Ans N 14810 PORT-AU-PRINCE ( JUAd Uardi 1" Avril 191s


CbIment-MAGLOIRB. Rl)ACTION-ADM'NISTRATION
DIRECTrIUR 8, Rue Ampricaine, 8

ABO-EMrit NTS : Les anmonecs soot keces:
poRT-A U-PIIINCI'. A 'P r-A-l'PlNc' :. u1 tLie.,%. du Touri:.1
in i. A PAIlS: cheCZ L. M.1\c. Cn & CIe
UnMoi n .- -1:1) 9. Rue Tronchet
TfOiS a0 . ... 1:1)A m II1A LowS: c hezI &C
D1PAITEMENTS : -, .; Li.d,:c I1
Joi mois *.. *....... 1 A BRaLIN chez Rudol Mosse
SiroisMOIS **I....I. O:O0 S. W. 19, JcrusaCleIe Strasse 46-49
ETRANGER : A Mlw-Yoa : Universal Publicity Comprl'
ETt GGE.:. 0 45 West ;4 th Stmet
Trois -Or. Les manuscripts instrts ou non ne son:
E O CES UOTIDIEN s
LE UMR15 CENTIMES QUOTIDIEN Abonnements et insertions payables d'avancc



LA RAI FORME DU CODE RURAL rait plus respectueuse et profitable en- du sirop et que d'autre part.c'est aus-
vers le droit de chacun qu'une inter- si ddsastreux pour les abeilles me-
---o---- vention trop caracttrisbe de I'Etat telle mei qui sont impitovablenient tuees.
que celle qu'on projette. L'article (6i dicte' les formalitss a
XXI On pourrait done, tout shnplement. renplir pour rtclainer ni essaim... Or
supprimer cet article (fi, et d'autant it me semble que le (Code civil et le
plus, je le rp6te qlue la question tco- Code p4nal ont dtja prIlvu tout cc qui
NoIs avonls vii dans notre dernieri l les c';lipages, a consacrer un project nomique ine doit pas ttre envisage si peut I ttre dans lune pareilll ilanti',re.
article i.' elles sont lesdispositions (qIle' te loi special pour I releter les culti- I'on velt hien sc souvenir quile dans IOn con'coit ihieln (Iil est iii;,iossible, si
I'Etat lgis;lateulr avait cru devoir pren- "telurs tie i obligation de dresser des des payvs dl'tlevage ett lde gralitle cil- Ion nieglige les reIomnlliiI:ldat ioniis tie
dre pour crlerdans la nation naissanl- rltulres alutur de leurs jardis. ture co1nine l'Argi-ntine, par example. Iart d'Ilever les aheilles te, ine cilsse laborieuse attaclh6e pari Son irejet, eli outre de l'article prin- c Ie sn ont pas hdes halitations de 2f00) marque de proprL')ll. des liens sei'viles a la culture dui s)I. ci pal, I'article 2 ainsi lomul ll: a Esll i :W) carreaux s liileiment qu'il s'agit lun essaiiu. Coim)llent 11) l, h i 'aictI;-
Noiis \avtns ve let rformatetir de 18'l, (tlolie I'oblilalion faile aux cultivaleurs de clore et qul'ml cIlhit en l tis iiit-talli- riser planss un ril'c.-\. I.' apictil-
conlscient it est vrai, de I iilproducti- d'aaroir, aulour de leurs jardins, des en- ques ll en liaiesi d'elitalvptis, Inais tlre est )pratilii-e tI d.Ili I.' r'|gl.s dIe.-
vite de cet '4tat de closes et de sa coni- Iclos dtdlenxifs, coiporte aussi des d-es estancias de 0it 8K)0 liie.s carries pnis qutelqne teip-l ;ix 1 ilroi.
damnatioi piar laijiustice socialese 1111I- prescrjiptiions cforines concer;iat aussi vastes que la Plaille diu Cul-de- II nos villes. Inais il stlliistc (il'tn'r dlaiii
trer incapal)ale, cipeiidant, d(':chapp, r I'itablliss'emeiiit des liattes et de la ;ar- Sac!... l) noiiiitanis des c.)ontiin 1, (lii. p,.it-
aux tprie c'c'llupatiolis et aiux tliori's <1i (le dles alli;iii Avant d'en filir avOe cct article. inliis 0tre,s'aceorderolt t clil'licil'iiin ii av\' 1 i
la g(*int'aliii prc'ted'enite. Notis av ii Je crois Iavo)ir dt(ijai dit. 1ltravail des *.nprunterons i I)iIciiiiltJean--l.nis l.s rtgleieitatiion I'gal, p|ii'ii oiffrt
ex.iiiint ct *-. oinits ln analytsaiit la li t iiiinissioniaires de I!t!l est, i de II't- citations siivatites q i s'iimblenlt taities Oni sait. en iefet. i*ii I.- iimornais
.N) I et le cliiapitre lei di Code I-e gligeables points de d tails pr's. lta po:r conitirin'l riio tre ii liiit',re do voir :I io issenit toilt silitlellitniit idh-s ri.iclte
l,&4i 4t ill C(od de 1864. 1 mise iln oIrAll A't slis tfoll e d'ntl t ni i:n vailln notr' (Codet r al oblige )I'd 'i Ti s'talliss.nlt dlanis 14- anlfrartuosi-
Notii.avoi4is voir aiijoiird'hii tells ~ t loi d la c ice tioii ii- a lever Al avoir ."l) ciarro4'I x ld terre tjcs de rolicers. hiuii A I'ailhri dti soloil
coinliti'ns i iierales sont aites i i 'ltnllid Paul s' lit dIt' I'administraitio' n s pour avoir I droit d'y lahisser ses et do- la p)luie. Oa Ei.lliiiit alissi, flar
propritt.- i a le, a culture It a \ 'i lrlllC ncit ssairl piour Ie pays. I lii'y a in naix en li lb)rte. 0(:1 voit tot jo urs. alillenirs, l* prot'-tde prIiltiiii pour cap|-
prop i-i ,- rilr ahe, 4. l Cllltll e' toll m sIlilX ..
cllllivat iirsll das le lprojet ide rt'fonlrii'. avait pas ('aillieirs a fair nii mnieit x, i coinine dans h's pays nc'll.ol' barba- tllrer I'.essaiml. Ave" doiiui inii or'Ix (I-
.is ilarlis (iSiii s ra)ppoirto'lit sint autreminct. resU 4) existed, contre les terrains va verreT o de nickl 'rapp ;ish Iiii contr'.
coii ris. tion i et Soction 2). la prel nit'i r-ii dt' r- ie' la qtiist Akm de chllttur,. liite I'ailmli- po r deux on trois aniilnaUx lilaigres, rt et ('t ix 1i zlel ie,~ at!hi.ills.. Tost
giationi anl Cod(:, civil ti' n liois t Iron- tioii lqu'ien detlnalide E:diiond Patil et, fourbtii. Inalingreux, Anes onl clie- prt. I'on a lia pricatioi hI Iplace(r,
vois est coiitenue danis I'ariti',le' '\' ve lui,la (Comissiion acItnelle de r'~- ( vaIx, I)mir (liqellnes Ietifs jardisiers sir Utn plaii inlini, li l.itril avec de-
ainsi fi ulit : I Nulw peut ire s f(rin' ne lissl pas d('avoir iiiIn arac- ( ii circilent ,tdans nill rayon de plt,- dans tilun peni de sirop *Io iniil oni d.
treitl clore au bien rural d frais coin- ttLre tqelque pen excessif. t sieurs mills, nI Ipropr'itair!e obligt sirop die cannot. I.s aleills viennent!
muns. sauf ce qui est slilpulW en ce qtii En eflet, s'il t'st vrai lite cC ipa s est 4 (Id laisser ses trres en fliclie, reci- lfailliblellneit sy e*l:illir. .:', 1 li
concerle idleevage. Les textes u celtC.tt i n pays esselit ileliment agrichlt s'il lant devanut I, c. iiit des *ntol railg vendt nt l sirop i N l .;i! ii 'Ia Ilii.l
nou\ell.' Ipr;vision mnodiit' sont ctiix est vrai, ati siurpluis, qlie- sa Ilsprolh-tiion slides, iermntilues tiu'il .st I forct font liiteux 4icc. -!. I1s \.:'ict Il.ins lI's
qui dlispiosent to qiue tout proprihtaire ilnicapable (ditr I.o llli moment in- d Ii'"lt ever pour tll're t1 I'abri ies ;as- bois et avec pinsieiirs b Irs, i~s cl.p-
penit o ligir son voisini an borinag e dtlstrielle, est' blige lt sc collcelntrrll s:Lits eit des ravages idt ces ;ilillalu tureInt autant d uiless:ii ilii'i s .li Is-
aii iali ; .t- Idet la isiitre d(e tleirs I')r- ir hl travail dii sol, il imported dl o n4 t -i' Ie siit I' 5o tnt Ipias ai liii, sllrto t Ides content.
priIts ct's (tit ues' et lltue cette o ps)rp pas perdre die viue uei dans le clhampi bl s at co'ies. 6 Nos. admilistra- lour adapt.-r des li1 a \ -,;' s ii-
tioIn o Iait Irais 'colnllm ilns et 2t (itie olse trout e liliti I'activittl naitionale', 4 tli'.' t It les /i,/ies itltreRsses, cies- digenes, pent-'tr convi..iidr.l-il l'i-il
tout ir. prittaire pet cilore tout 'lids autant il v auritait di danger i no se I ~ "Is l1~l', ioivent ttre iien con- crire des distlosit., ions s.pi;iale'.s a lk
saint l;i Ics lescasdesertivittideli)arsuite borne r quai la seule culture des den- 'ioiis li I l.it proper is jar- iititere pirii les (dlt li Iiimx.
d'en ilav. \0, nde seritudev e ale i I coni- res vl gtCales antant, siio davanta- (:di.s ventii.t l in llhe(art.i't. 4553 c.c.)lieni quelaa ge, il v aitrait intetret i s'occilper de i a la ciillt're,. i:i lllitit. ofl la IenI- prescription do I' 1i..'iti:nll I. 41* lii i st
facllt.V;I .ltse clotre soitunet'coiinsellencei toultes ls atitres industries relevant det. tri' noi,;is e! plis tivora'ble a olne I t- une iinovati ion c I i-.t d I
Ilinei Ilu droit de ro)ridt. la ui- I'~c oni ie nirale. Par ctonsliltent,ine i 'vai ; l i lil r I'tlitablisset ica t et le commission.II it y *est qi iriliti''.i l' I
tliie a t iujo4)irls et; tie Ia la lesser dians legislation qui, anl point de vieo de lt a vI'\'l!:t iopipn.lt dies Iiittes ldas ls v'ritd.
les Code s palrii les s.'rvitiides. C-p-'i- protLectiolin puibli(qte, avantag *rait la li.uix i I'aleva te est le pls prolita- 11 y aura liei. a i'i ,. ,, I. i -
ddiit I.l'xc-ellnce essentielle d' tte a- cllture plro(prement diite, anx dtpen )is ( 191,. C. dex mil ts : /oriex lei/tisre3 partement de I'.Agrin'il liitr. t ibli sse Uli
cilti. a tImalijors itp i consi ld ri' commliei d I'dlevage, tomberait dans une grave ldats l -it r'gio dies liattes, tisplles rtgleinent, guide. Ip,"ilir l,. auix plol-
incoiitestabl, tour le respect tl iq t t rruileuse elrrceur. 4 h,.ies da(liis l s terres de( cultures, itines vo(nIIIes, Ic-s a ll inistratic)ns lo-
y r q et col.i dans i mtirntt him en tend cales ordonnent I'dehenall,... et I'echar-
et p'rtiqii e (e la popritcet tdalns n i n- Aussi, i tout considir'er, ipout-etrte tI ('.i dA I itrlitt et di labiitenu. dicales oroin t eri.ac rel et lschars-
tertt .social alissi, en tant qu elle viste a conviendrait-il de ne pas conserver ''ilreti d /' ,et d se place r sons I etcop < 'l.e cont'ra
sulprillier line source de contesta- I'obligation de cl6ture que con- i ve vritablemnt prati- vetion rhrale p nissabl tions cst hde chlicane. D'autre part, les s;,cre I'dtat actuel do la lgis.- il i it liti- l introduireiai Iiartlicves;l:1 dinC Owi-
autturs oult toujours conventl i qle lation, iii non plus d en pronon- 11atis liIa.l i i ',iioit ien quc ll ie st i t. nal parmi es contravention'i et
dans Iis .campagnes la nicessit tde cer l'abolition dans les termles -e- poMis bl .i I I' i v l it ienl ql'il est it dPt al par lisi. (o it;trv, iitio Jt e-
clttul'res n'est pas aussi itnperieuse relmptoires qui nous s ot propost s.l. sibli .1 Iin loi entry' diens iet ie ien de Iren lne antre pir ). tie. e-
.que danls lets villes et fanbourgs on Les dispositions des art. Z2 4 tt 52 ti reilles lii1intcsl icor illitie isc je ei Lvndrai en i dallt jet m iirti.
leur itablissemnent int6resse vivemnint Code civil et 375 du Code p6nal parais- dit d laisser lstil r.glc lientI de c I'int rdiction eixc plionnll e d'ijt imprt
la securite publique et plri\ve. Chez sent tre ce qutil y a encore de imeil- dt, de aiotume s loles iept de ces l'interdiction xcestim terli doinportr
nous, dcts I'origine, rlinsuflisance abso- leur ei ce que, tout elr respectant la points aux coinvetiin lontles particu- des flteurs, tfuilles ept t ler'r'. cmaladiest
Sites et aux coniveuitions privtees des stisceptibles de Iprtolia'wr I's miiauladies
lue te t.s services de Imar6chauss6e liberty de possession etd usage propres propritaires suivant les rigles deu cryptogamicues; elle irIvc,it. on% Itre.
porltal I'Ktat at exiger des particuliers. aux propriIetaires, tout en prevoyant roit civil, moins d'nne nts rid lo- les peines is ttile lr an ciultlure l n-
en substitution de son action publi- la pine social applicable aux viola- rocivil, lieune pour v statue o-t es peines it xattiquer ai i lintilt r die-
que, qlu'ils multiplient les defenses teurs de la stcuurit publique et de la dciderr dispositions touchanlit ". leIs ripoi ll dul
Ipersonirelles pour la preservation det skcunlritte private, elles laissent encore derproprittaire on fenier ave I'ouvrir
leur bien. Une question capital hdans aux citoyens la faculty des'entendre agricole. salarit olu nii 'taver. Question
le regilme administration de nos calmpa- et de s'arranger aux mieux et dans fin- important qui slaera ,l,;)ieloppi.e pro-
gnes a constamment etd la question ttlrt de leurs diff6rentes sortes de La Commission de riformne a. avec chainement parcel qIn'elle rec'laile uli
des animaux paves. Les prescriptions productions respective. un soin tout tarticulier, irdvu des ample examen.
du goiuvernement & ce sujet,adresses. On dit, je sais, que le cultivatecir measures butant lu devetloppeaintnt de r- r..TATiv M.AYARD
en fait, aux proprintaires, sous formne pourrait Inieux employer le capital I'industrie agricole. On ne saurait trop o.T^I. .1. Y AmiD,
de circulaires A l'autorite militaire. qlu'il mettrait I clore des surfaces par- I'en feliciter. Cependant, |our ce qui I lpule-'.
pourraient tenir en plusieurs voluntmes,. fois tres ttendues. Qui le prouve? No- est de I distance que Ie project privoit -- -
I.'obligation de se clore prit successi- tre sol est si propice a la culture fou- pour l'tablissemennt d'apiers loin des
V.jment un caractre d'arbitraire exa- ragere, elle parait si propre i lI'tl\evag'l, propriettes. je mii1. de'liiandli s'il niai ull'i A I'tel cellevue
Ogirn. cette industric agricole qui exigqe le 4)as ete plreferable, d(l'i la sscr le comfortable le misux silu
Il project de rt.vision du Code de motns de rapitaux, que je voudrais voir aiijgenllt I' I. llini.stration io.a.l' I-e plus confort.iblc. le miux situ
1864, ue j'ai It sous les yeux, ambi- si on ne r encourage pas de toutes fa- encore. El Fr l'.ic, hi oIi du i A.\\ril et le plus hvginiquc dc tous les cta-
tieux 'en tinir chez nous avec 'orga- ;ons, au moins quon ne le contrarie 1889 sur le Cod'. Ilral disoste Ce sIon blissements similaires.
nisation inilitaire de la ruralitb, trouve pas, sous aucun prttexte. Rien done article 8 : I..s prefets deterninier,rln Cuisine irrtprochablc. bar exccllcm-
une telle importance au cultures quil ne dolt empecher I'tablisselnent des la distac- i observer entree tles rches ment pourvu; Repas a la carte et table
nI fail une deses principles raisons clOtures, que les terrains soient desti- d'abeilles et Is Irolpritts voisinles ou d'h6te, Chambres spacieuscs et atrt6es
pour prtvoir I'institution d un d agent n6s asu hattes'ou bien aux cultures. Et la voice I)pil)IblI',. s:anif en tollt a;s, la(- magnilique billard. vuc admirable sur
4.gricole de la sectiota lequel se voit il y a ici une question capital : la tion ein domnall s, sil u lie.. la mert, tels sont Ies advantages qu'offre
attribuur ttiL ^ Ii a I au.tionu leatit'es qUestion de ia V'ee pcuret. lO sait que Lne Panreille circonsp.'ctioin d la c t 4tablissement digne des rands


i %eatrise, d arpMaratio, d -a co. dans la lgslaion rrancasise, le pro- part au egisiatiur s ,rai-i e.z nus --
d4 t dui dgsltur toas i alsol-I Iaos centres.
fiction et au artage des cldtures.. pritaire dun foods rural peut sous- dutnt plus opportune que I'ilustrie te eee n
C'est cet ttat de closes intolerable traire son terrain i i'exercice (le la sucriere est iiti industrie national. L'Htel Bellevue, dun aces facile
qi exptlique le souci qui dntermina vine pAture, m6me quand la recolte Oin sait clpe Il voisinage des ruches i aux voitures de routes sorts, est des
ond I aul, dans la rorganisation est faite, pourvu que le terrain soit miel est trees incommode pour los ha- servi par les tramways touted les to
quil rvait des services psablios dans clOturd. Vraiment cete situation pa- bitations oAt l'on fabrique et manipule ,minutes







Septi me Ann e 1 FAITS DIVERS '
Noas entronls :uljourd'hlii dans -
noi)lre s;I~:11;.I: A..\ANNE. Colllrair';l- RENSEIGNEMENTS
* ment ; I'usage. nous ne crovoyos METEOROLOGIQUES
pas h6cessaire d'exposer une I )U- OBSIRVATOiRE
velle fois notre programme et nos
vues. Nouis autres, journalists, D
avons ceci le s:,cial que 11 nactes SEMINAIRE COLL EtE S'-MARTIAI
sont publics: les Inoindrles incidents Lundi 31 Marc 1913
de note vie sont dials au grand Baroinotre A midi 7(,4
jour par uiie ublicild qui s'etend.
toujours plus puissante. I't I'on est inirmiinum 22,4
salns pilie pour ious. Nous i'avotns Temperature :naiximum 32,7
pas, comile lavocal, par example, I
le droit de changer ldopmsunoni sel)ln Moyenne di..rne 2-,l
les conve:nances du inotnetll po.ur Ciepl inui:.eux \rs eilit t itpi c
le marchantd lde plaidoyers, la penu- concher du soleil. PIluie line depuis
see exprillue est inodilie, alteree Baro re
et s'iiuprecis':1 i a des resources Bre costa.
infilies pour nie p s se conproinet- I. SCHIERER.
tre; sa parole, seloni le vied adage Information, diplomatiqiuel
latin, s'envole et s'il laut (lu'il i'en ii Samdi, A io heures du matin, le
rest plus rienl, ii n'a qu'A nier. President de la Rcpublique a recu au c
I.'ioiiniie id'ltat tna pas tioint ps Palais National,ec audience particulid- c
Iliovens: il c\iera de se trouver pris re, Son Excellence Monsieur Cilliere.E. I
dants soui pi1(u iu''Sge. Si's Iment- i .et MinlistrePllnipotentiaire deFrance 1
solges, voit a-a force et l irt des en cette residence, qui Lui a remis la
feintes,;sa supii ieure lTlab)leld. I)ue Lettre autograph par laquelle S. Exc. i
de professioliliels 't ILe spi'cialistes Monsieur Raymond lPoincar ILui noti- .
lqu i nc'lite'lt stlls elegance, traitres tieson election a liapr&eidnce de la Rd- t
aux engagements s!lt IIllel lellt publique Franyajsc. a
pris, Iralnsl'tges o Iparjires ferinita .'.
I'oreille all ci:til vvialttile it li isCe Son Exccllence le President de la Rl -
du co aiccusaletir '.. publique a re;ui la Iettre autograph d
Mais la rl' ili jloul'n;liste csl de Son ilc. Don Ricardo jimeniez, Prt'- d
fixtee ;il j:ii:tis: e noircisseur tic pa- sident de la Rpublique de Cotsta-Rica. s2
pier doiL CIi;'llie Il:itiit i ecollinlinci- rponse a la Sienne notilaunt son c
cer la mrn"i e Ill i.. I ll 'api.- election a la Premire Magiistrature de M
lalt l. pe iis t (J linl liiin1 4 ciltf lbi'- ltat. F
sogne l.. S'il so conlflrdil, s'il ln'iti' Mouvelient Conslllaire d
et s',iil,'tiri:sO. milltiuri I i,' Lesi Monsieur Georges Sejourn,. pr&e- P
illiilll '.'11 Iil;is5ital)'lin ilt lmontt t lc' Ia demment (onsul de 1:. Rcpublique A
gard'-, pr'iiimt ties scrlupiulos l~hoo-: Monte Christy. passe, en la mmtne qua-
rale)Is poltir le liolteuIs's tfill)lesses. litc, A Kingston. lamaique. le
enre,,slr-,il de-., faults viles .u |I- Monsieur llix Vard, ancien Se-
s I. cretaire de L.lgation i Londres a t
vers de1 |.niv.i- tin is ,,injuslil s1tes. La I 1 1 1 e G
teui. nommne Vice-consul chranceler A Gnes. P
feuill, do p ier ,i ui t'ran 'it les 1t6
distalncs,. li.lle ,t renplit, iccoinZt- ouIzieie IBudU'Mlaire cc
pill I'l vi vm1tilie l|'.r le joiul .t- Le .fLniteui r de samedi 29 mars, pu-' v
list le 4dol la vie Ce p asse ii i nlligrtir blie un arrtec du President de la Repu- q
et ti iitntl'iite'r coux qll II lte I'- bliq ue, contresiglno du Ministre des Fi- A
vellt ;w.i lcr el I It- i ilit'Il le ii. lnances. tixant le douzieme budgetaire
Scorrespondant au nois d'avril. au
e slti .l c c.st c.re, Les valcurs a repartir entire les ditff- to
le nol lo it t et le Itltitr rents Dlpartement Ministlriels pour le pa
paIrl;itmiln'llt' -- cl'ecrir, itaI(ltd service courant s'telvent, en monnaie Ki
des viriti <'ncor et'o tuoujotis, claim national. A six cent quatre vingt deux
roll li( s uI stlin', lfaisiltit fl'i5s M ile1r mille six cent gourdes, cinquante trois
e's conlc'it'lC(' Cl OC(hllit's. II Is soil centimes deux tiers ct.en or americain,
people Hi,'rr)'u',: les Utita(lt'iis qit) u'i quatre vingt dix huit mille sept cent et
cOitnil el. ctt ((otilet s:; saalCt;, soi vingt trots dollars, quarante trois centi- -
bonlleur., cotitrYe sa vie. paivre vie times. ve
tutnultuctlus' autlotr tit laIluelle Onverture des Chainmbres 7m(
inontent des Iegentles, danls ce ii- Bien quc le premier lundi d'avril soit As
lieu de platitudes oi le yout't diu Vce la date constitutionnelle de l'ouverture ph
est i Cer et oit les crimes soul des Chambres,ilest presque certain que
sails esllllique.Mais quoilqui'il lss., cette solennite ne s'effecturera pas A
dans quelque cercle ot'i evolue sa cette date, le nombre des inscrits pour I
personnlalitC. les inoindres gesles du les deux Chambres 6tant, jusqu'A cette po
stipendit' sont observes et comllinei- heure. de cinquante troicoit 32 D6pu- set
tss, facilement visible, car il ne puts ct 21 Senateurs. P
peut s'en catcher. Un monument Ai Elie Dubois h
II doit 0ire tenace dans ses hai- Dans le but d'honorer lar mmoire des
nes; ses attendrissernents, s'ils s'&- d'Elie Dubois, le Ministre de l'Instruc- te
garent sur des vaincus sont suspec- tionpublique,MonsieurTertullienGuil- val
tls et dcrtles insiincries. Nous le baud. que nous fClicitons vivement To
savons. Et le Matinn grandit, lidele de ce geste qui lui fait honneur, autant
Sin programme. qu'au Gouvernement qui a adhere a
A son! programme. ,7.. ,;.t;- ,.;.h-nt rrnmmndpr I!


_ -

Monument Destouches

Convocation

Les Membres du Comnil du Mo-
nument Destouches sont prit6s de
se r6unir mercredi, deux Avril, a
cinq heuresde I'apres-midi.
La reunion sera tenue dans les
salons du Pr6sident de I'ueuvre, Mr
d'Ennery Dejoie, a I'Angle des
Rues Roux et Courbe.
Port-au-Prince, le 31 Mars 1913
Le Secretaire du Comite
J RoME SALOMON


au sculpteur Normil Charles un monu-
ment qui fixera dans le bronze les traits
du Ministre reformateur don't l'oeuvre
veut prendre corps aujourd'hui avec le
chefactuel de notre Iniversite.
Monsieur Normil Charles, qui s'est
mis immidiatement au travail, a djAe
prssente au D1partement de 1'Instruc-
tibn publique qui le soumettra. A son
tour, A I'appreciation du conseil des Se-
cretaires d'Etat, la maquette du monu-
ment.
Le centenaire de Livingstone
Le 19 Mars de cette annee le cente-
naire de la naissance de David Livings-
tone le grand missionnaire, retrouv6
par Stanley en z87ogrAce au New-York
Herald a 6t6 c6lbre par 170.000o glises
et par touts les societ6s geographiques
du mood.


ia

liss
a s
I
auj
mo
ma
org
il
por
me:
pou

C
rail
I

cDo
VDo


Le Conseil Communal prend pos- levd du S
session du Service Hydraulique tuites du
des opdra
Ce tnatin, en vert d'unte decision du I'Ecole de
Conseil des S-crtairs d' ltat, le Ma- et
gistrat Louis tRoy, accoinpagni d'. n e air. n si
grand parties litt personnel de lae Comii- I)is pnsa
inulle. a ;tl illis n p possession dii Serr- ( Relev
vice llvlraulique par MrVictor Cauvin. cine et dt
Chef de bureau an D)parteinent des velles, Ru
T'avaiix publics. Excellent inesure logiques
sur laqcllle nous reviendrons. ( France.
Movement des rues
Samedi, vtrs 5 heur-' du soir. S'- Nous a
bistien Belizaire. sur un cl\eval gris lA- reuse sur
cht A to-ite vittssi, r-nve: s, dans la Tb'ari,n(
rue de; Mirachs en fice du Seminaire, soir 4 I
la nommee C)rina, 12 ans, d:m:u- lieu cet a
rant chez Mme F lix Magloire. Le cava- t;athedral
lier et sa monture continue ent leur des Mirac
route 6chevelee sans fire. la maindre Nous
attention A la victims qui, tr.insportee Thlard,A
:hez elle, regut les soins n-cess-ires. ce deuil a
Aucune plainte n'a cti dposee. sympathi

Hier soir, vers les neuf heures, des Un ass
ris, partant de la gilerie de la Pharma- v'ictime.
:ie Centrale, attiraient I'attention de Vou
'agent de police de service. au coin de dit le jug
a rue Roux. Oui
11 se transport im;nlm iatenment sur 1'emotion
es lieux et procJ. a I'arrestation de 'e un peu
tessieurs C. et G. qu'il trouva en
rain de violenter une tillette de huit -,
ns.
S. La dollar diplo
LI dollar dillomat y Co


Le President Wilson vient de repu-
ier la dollar diplomacv qui etait celle
e son prkd&cesseur Mr Taft, en refu-
ant d'appuyer office lement le .Ameri-
an Bank. Syndicate, former par J. P.
organ et Co, Kuhn. Lrb et Co. la
irst National City Bank de New-York
ans leur project de prendrc part 1'em-
runt chinois de 125 millions.
Pour sortir du group des six puis-
Lnces qui devaient s'int resser a cet
mprunt, les Etats Unis al.guent que
s conditions de cet emprunt impii-
tant l'a.nsinistrati n te erlaint initpMS
ir des agents lerangers. La responsabili-
du Gouvernement amaricain en en-
Durageant un emprunt de ce genre est
vidente et contraire atuxprin-ipes sur les-
els repose le gotiverneminent dti p0cple
niricain.
Lors de la visit de Mr Knox a Port-
i-Prince, le g Matin a eun .i exposer
ut au long ce .u'il tallait entendre
r la dollar diplomacy expose par Mr
nox lui-meme.
70 millions
La fortune de M. Harriman, banltuier
roi des chemins de fer, ducedle. It
Septembre 1909, vient d'etr dcin:tii-
ment estimee. M. Har: imin a liis,e
millions de dollars soit 10 mrll:ons
oins qie celle du colonel Joh: Jacob


service des Consultations
Dr Paul Salomon; R4e
.tions faites par la cliniq1
SMdecine ai l'llcpitai."
'llospice St- lr.i.^ois de Sa
ire de St I'r.anlois de Sal
; ) ctes de l'l:colc de
Cs Ilopitaux l chi et
ifus \' aria I:Gl'cs deoe
du Syndicat medical dec ,
)
eie's
vons appris avct une douL
p islc l.i inrt Jdc .\l..d ani
e A.l/tic (.,.',// sur\cnr ue
heurcs S lu1".: ills aur
piLs-miidi .a ;l h~urs ,c 2
le. .Nl so iin inoirtua. c, 12,
les. 1 *2
pciscnltons a i.otru ami
Mr Lt .\lMn1 (. 1 ssorn
S ll u 110S SCI0', o .t 1"
c. e
ioaeclle la la miin(
sassin est conduit devam

s reconnaissLz \,trc \ict
e. c
, mais je nc sai. p.A si c'
qu'elle a &prou\ i la
clh angce.



1uPS de BourmA


Or ricali26o n 2 H prime
ClicqucsurlPar sI. 3 5/I. o o'poim
I'raitc sur Paris. 2 I, 1:2'0/00
ITransfert str Paris / '.2 o p-rnime
Cheqlue s. New,-York il I C'- rime
Billet de 11. 5 2, 2 10/
Nickci.. 3, 3 '-1 0/4) c,,ompt e
D,tte [tit. d'11-66 19 1l 2 97 ().,o ad val.



(lhampionnat Na tioni
1) LI

FOOTBALL

I.S.1 .II. t-iuporI4' par3 bWt
A 21sur 10
N Mtrions Voulu r&' en o
qlu'c, niots Ic inatch sells.,- i c d'hg
tL1i 1CtflMiit ell pre&. :icc vi Spo
tive 1.Iiticnnle ct l,0\ mJi
Ii ni portance qu'otirrCit C( Lrre. c
',L1!'ut 1 alLI SC d& public t qur
d' iv) tit i '~ir :vtte hIuale
tiat d'iaiti qui Avait attir r IcIz
du Pont-Rougc, d&.- 3 h. i
1PUB I IC


tor. une des victims de la c itastro- des grands lours. compose dt la ,t-
e da Titanic. ftninine qui y va autant pour ad.:r
Entr,1 observatoires les joueurs que pour se f i;r.1: ad:n::
de personnalitcs dtversce hoinmm
)eux commissions scientiiques, comn- d personnalits dtiersc hmn
sees d'otliicrs d m inrine et de profes- d'tfiircs, journalists, clubmen, '.
uis. se s,)nt reuiiies simultanemncnti ratcurs. ofticiers supdrieur, dc I'ar:
ris ct i Ailington ( Virginia ) ou 1 clergy. potaches etc. etc mais n.
a une station naval de radiotilcgra- ne pou\-ons tout nommer. >car a i
iede haute puissance pour realiser de cette foule qui se battait prequ.r
s experiences en vue d'ttablir r'exac- la barriere d'entrte, le reccveur no'
ditT-ren.:e en longitude entire Iobser- crie. Est-ct-asse --Un louticrepo
:oire n itional de Washington et la oui, 'est asset et nous passions
ur Eilterl, A Paris. PARTIE
6l1 lives qui fut des plus inttressintes.- E
vi .n d.- minrrir A Sivannah (Geor- est admirablement bienarbitrS e pare
) une feminn, qui probablement tait Andre Laroche de I'U.S S ii. qu i sIt
plus lourde tlermne du monde. Me-" le coup d'envoi A 4 heures preCiCS
sa Cooper.en effet, pesait exactement I'U.S.H., favorisce par le vent, attiq
a mort 613 livres. immediatement et aprcs dc. series
)urant ces 5 derniersmois,son poids passes bien men&s franchit ditat
gmentait de too livres par mois. Sa ment les arricres de l'O qui. ,2
rt est due A un accroissement anor- leur vigoureuse defense, ne
I de matiere graisseuse autour des emp cher aux brillants avants del
anes vitaux.Pour porter son cercueil S.H de marquer le ier. but. Maois
allut recourir A quatorze robustes proclamons-le bien haut a sai gio
teurs. Son cou. just avant sa mort ne s'6meut pas pour si pcu ct daln
surait i yard et sa poitrine avait I I superb lan de force et de tenacit
ces de circonference. pute le terrain n a 1'U.S.H. qui bat l
Haiti l Mdieale traite sous la vigoureuse pouSS&.
avants et des demis de 1'0 qui t
eette important revue vient de pa- nent son adversaire- La lutte est
tre avec les matikres suivantes : dente et chaude ; des deux c6rts
a mort subite, Dr Lissade; L'Hos- joue adroitement mais 1'O qui PO
e St-FranCais de Sales, Mgr Pichon ; de solides gaillards aux large W
udou et Nevrose ( Suite, ) DrJ. C. et aux rtuscles d'acier, utilise ses
rsainvil ; Assistance Publique : Re- et nous voyons Vaval (le s