<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01730
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 31, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01730

Full Text




Usia A3160N 109 PRT-U~pmcz Ral. Lndl31 a~w191


6amenit-MAGLOIRB.
DIRBCTt*Ur
ABOWN3MENT8 :
pORT-AU-PRINCE :
Un MoiL ... ....... 2.0
Tro os. . ... 5.00
DIPARTEM ENTS:
UJn Mois .. .. 2.20
rois Mois......... 6:00
ETRANGER :
Troi Mois... .... G. 8.00
LE NUM*RO (5 CENTIMES


j


/


QUOTIDIEN


RtDACTION- ADMINISTRATION
8, Rue Amencaoe, 8
Les averices eit riies :
A PorT-AU-PINwc : aux bureau du Jouin1l
A PAtIS : chess L. Mavence & Ci
9. ue TroacheI
A LONDomI : chess MM. John F. Jones & Ce
No I Snow Hill- E. C.
A BlRLIN cheCz R&dolh MosSe
S. wV. 19, Jcrisalcme Strasse 46-49
A Naw-YOBa : Universal Publicity Comptr\
45.wcsti 4 tb Street
Le. .nm.nuscrits insmris ou nonu ne-on:
pas rendus
Abonnements et insertions payables d'avancg


- -- p -- --


GLORIA VICTIMS ..
-- fO0r ---

Cest failI La grande forleresse et les d6lresses,et ellesera peut-6tro
ltrque qui depuis cinq mois r6sis- doucea ces grandesAmes meurlries,
%ait aux efforts de I assaillao, la ci- cette pidtl respectueuse close sur
Indelle don't la defense constilue un utne terre lointaine, et minuscule,
des plus beaux gestes de I'histoire devant I'atroce blessure...
contemporaine, Andrimople aujour- Ce vaincu! C'est vrai,4 Kiskilisse,
d'hui, comme hier Janiua, a do s'a- dlevant la surprise a'une troisierne
vouer vaincue... Le tU6gramine an- ar,nee surgissant sur le champ de
once la reddition de I'h6roi|iue cite. bataille d'oti on la croyait Mloignce,
Au moment ou s'achb e un des ii perd pied. C'est vrai, A Lule Bur-
actes les plus important de la san- gas, nie s'6tant pas encore ressaisi.
glante tragedie balkanique, II n'est il lache pied encore! Mais aprt..
vraienent pas possible de ne point quand se reprend a la sainte h It
sincliner devant les vai cus dii grise!. Quand Andrinople. Jaiir:,.
Destin, qui, encerclds, mnitrailles Scutari accrochent I'adversaire cl
sans Irkve, maintinrent org'a-illeu- e~idliguent sor torrent, qu;an I ;
sement,sous la pluie des Sh,;apnels. Tchataldja. le grand et mallieureis'
1'6lendard du Khalfe; devahr 8ur- Nazim d'abord, Isset bey einsuiit.
tout ce Choubry Pacha, le veilllrd remontent le soldal, quand les it--
farouclie et surhumain, ld.nt la serves d'Asie apportent le coiwcours
gloire gale celle.du grand Osmanr! de leurs durs et splendides balt;l-
Oh! sans doute darns la lmie af- Ions, alors la lulte change, et It
reuse, le< vainqueurs aumsie rentet ville des mosques compreiid qii-
.splendides de courage, d'eni'raine- rien ne peut violer le charnne de ses
ment et d'endurance. Soit que sous sancluaires. que I'Mclat des obus ,ne
In ordres d-s jeunes prints ro- viendra point briser les cones sa-
vrux, la petite arm e du roi Nico- cr6es, profaner les minarets in,-
essaie contre Scutari de tem~6 nombrables, laire la voix du mues-
rires attaques; soit que le Bulgare sin clamant vers Allah, ds I'heure
ayant vaincu par sar.-rise A Ki ki- du couchant, la priere du soir...
lisse, se heurte devant Tchasaldja A
une infranchissable barribre; soil
que I'arme hellene combatte en La paix viendra bienl6t et dans
Epire,d la frangaisel et c est tout les foyers de Cettigne, d'Athenes dRd
dire! soit quentin le Karageorge- Sofia et de B grade, les meres
witch execute avec une surprenan- pleureront les fils que la guerre leu r
to maestria le plan malitaire d6volu a ravis. Sur les rives du Danube,
i son effort, I'offensive alhlie fail la mobilisation autrichienne se de-
honneur au savoir des .las-ma- clanchera, comme d4jA elle se (d-
jors, comme A I'intrepidi.d du clanche sur la frontiere moscovilt.
troupier. Plus sarieusement, de ce seul c61it,
Et puisqu?, pour miarq'i.-r les iin- ellereprendra bient6t.quand ii fau
t6rets economiques, pour n vouloi, dra donner A 'Allid fidle. I'appul
pas reconnaltre, en celte lev4e de n6cessaire.
ucliers rejettant de I'Euroie I'en- Bient6t! bient6t I quand deferler.,
vahisseur d'antan, un go.le, un la grande lutte sacrilege qui tr,,
simple et grand geste des f ,r'es in- dlel'Eutope un iminence chriti .i
conscientes en leur proce&.su mys-
tWrieux, 1'on vient pompeusomeni
parler de lutte entre le Crissant el
a Croix, comme si ce U'Wi.t pas Et ce sera encore la paix. et dv-
une profanation ,l'6,oqu r sr ces finite, puisque aprcs Ielfort ,o
tueries I'adorable figure d. Dieu lossal, et I'hcatombe, s'6tant leve6
crucifix, ehl bien, oui, il es, peut pluw forte aprb~ tous ces crimes,
emre consolant pour nous quw, aprbs IIdee internaltonale simposera a Ih
tout, sommes encore des chrdles, demence des gouvernements par la
qui r6pondrions celj, si conane au violence prol6tarienne et rvolu
voyageur e dar daris lea champ tionnaire, come par le labeur des
d'Anatolie un disciple d'Allah de- penseurs et des 6eiles aventureuse'
mandait:cE.dtu de Crst ou de a- lle a conqui le csur des demo .
hornet?. oui, ii et trislesment con- cralies 6volu6es,
solant que devant le ehampfon fa- -i ,
rouche du Prophete, se dressed avec -
ce panache, le tenant chevaleresque Pour inm iag* s ,
du Saint nom du Theosl P r Inrl,
Mais ce vaincu fur hdroiq..e, au.s- bapttelCS, (r'.
si! ii faut le dire, et a baidti naiil CEZ MA
dautres le o in de glorifier kl-s he- ClEZ MADAM
reux de I'heure, ahl laissuznous Webly P're80oir
poser sur ce front qui se b.,isse, la Avenue John Brown (Lalue,
couronne de lauriers! lass~ez quie
devant ces assi6egs sublime A qui On trouvera des chaises, terres et
le vainqueur refusal les hoIneurs de lasses, servielles, nappes, argeslerie,
laguerre, nous nous incliniohs,hur cuilhlres,fourcheUes. couleaux, tais-
ble, oh! ai humblest Sur toute seller, etc. nouvellesment ar-'vds, en a
tho, nous aimoos 1e infortuoes LOCATsoN dd pria gsodrds


Un people
qui se souvient

L'inaugaration de la statue
de P6tion A Caracas
Des journaux aEl Universal t El Nue-
vo Diarios de Cairacas. nous extravwns
la relation suivante de I'inauguration de
la Statue d'Alexandre Pition, sur la
hl,', alt Aun hme nm / f 'laracnav


I'objet de longs applaudissements, au
tant pourl'aplomb del'orateur que pour
ce qu'il dit de celui qui jeta. entire sa
patrie et la n6tre, le pont de sa philan-
tropie, pont sur lequel passe la liberte.
Voici son discourse:
Monsieur le President de VNen6uela'
Mesdames, Messieurs.


le n'ai lamais cru qu'il
drait I'hoaneur de dire
fiction officielle de I'acte
nous consacrons une statue


me revie:-
l. sig ni-
par lequel
A Alexan-


S.... .... f...........vU...... dre P tion. J'aurais peut-etre hesit, i
Le President de la Republique et son accepter cet honneur. si j'avais pour
digne Cabinet rehaussait de leur prl. mission celle de forger, avec une dlo
sence les actes qui se sont effectues quencc epique, un pi6destale de gloire
dans El Paraiso I'inauguration des pour quelqu'un de nos libtrateurs.;mis
places Camilo Torres et P tion pour fixer cet hommage de la re-
L'honorable famille du general Gomcz. connaissance du p!uple vJnezuelien.
accompagn6e de plusieurs autres, tait i1 me sutlit de me rappeler I'hospitalit6
IA pour rendre plus beau et plus en- gIi ureus- offerte par Ptio: i a BHlivar
chanteurcet hommage de la Patrie et l'appui priest au pitriotes par cet
ses bienfaiteurs, car cc furent des bien- amit providentiel du Lib-rateur. qut en
faiteursde la Patrie,queCamilo Torrcs, encourageant se-s ambitions donna une
le protecteur de la champagne admirable I orientation dctinitive atux forces intati-
et Potion s is lequtel avortait la granl1; gables dans klur troisicm: camplgne
expedition qui seule rendit possible /'union pour la libertL.
des Libiraleurs. la naissanc e de t(;Grande IE ren plant cct honneur national,
Colombi et l liberty du Su.l Amnirique. nous nous prosternon: au;si devant
Le voile qut cachait Ie monument a une mcmoire sacr6e povr I'humanitt.
Potion fut decouvert par le Dr. Domin- PNtion avait d.jA triomphl ii com-
go A. Coronil, Ministre des Travaux mandait dani sa p.itrie et rien ne le
ublics et toutes les tetes se decouvri- conseillait de nourir le rcvc d- Btli\var;
rent devant le bronze, toutes les mains aucune consideration politique ne le
applaudirent la parole breve, mais ro- portrait A aider la troisieme aveniure
buste de 1'orateur. 11 dit : des v6nhzueliens, mais un sentiment
e Par dessus toutes les formes delde solidarity. un clan fraternal digne
I'affection et des exigences de la cour- d'admiration poussa le modeste Ils
toisie, it existed quelque chose de per- d'une esclave A servir la cause libera-
manent et d'immuable qui s'acclimate trice de ses fr.cres.
dans toutes les z6nes, parcourt tous les Quiand dans le port des Civ-s le ii.
si6cles et flotte constamment dans tou- b6rateur, Bolivar, faisant ses adieux A
tes les consciences honnetes : Petion, lui dit. plein d'nmotion. ces
Je veux parler de l'esprit de la lus. mots : Qe Dieu me permette de lai-s
I r---_i --_t-*- .&e*A vs*% *,t *ni v -


twice.
Sous son auguste inspiration et pos-
sedes de nous-memes,comme &tres pen-
sants, nous devons reconnaitre les pro-
gres positifs rt tangibles que l'adini-
nistration publique actuelle de Vns-.
zuela a reiises.
De me.ne que les distances entire les
peuplcs sent raccourcies A I'aide des
voices de communication pour FI'chan-
ge de Icurs richesses, ainsi que les re-
lations cntrc les nations civilisdes se
raffermis.enlt pour re changement des
ddes, de la meme facon faisons-nous
un"l brclhe pour le bouillonnement du
progres -lu se produit si palpablement
pour arriver.comme dains un pdlerinage
patriotic Li, a rendre un public et solen
nel hom in. .-* dc la reconnaissanice dc
Venezuela c v eri ceuxq ui furcnidesvoix
d'encouragenciiet. un appui opportun,
loyal et d&iattrcsscs, des bras forts de
la cause de la Ib.-rte. des amis de Bo-
livar aux moments oi' le dcourage-
inent envahissait les Ames et l'adversi-
tL jetait son mant:au noir sur les des-
tins de la Patrie.
Ce monument. que le Gouverne-
ment actuel de Venezuela offre A la
m 6poire vn6trke de Petion, t6moigne
, ct: ti iien ct et constitute en outre
exlpressioai sintcer de la volont6 popu-
laire.
Au nom du Prdsident Constitution-
nel des Etat-Unms de Ve-6nzuela, je d.-
I re in.i~iiares la statu-: de Alexandre
P~tion ct la PJace portant son nom et
es mets sous la garde du Gouver-
neur du District F6edral.*
IA remise de l'ure une fbis ter-
mi~Ie, le Dr. Francieo G. Janes morte
Sla tribune et son vibrant discourse fut,


ser a la posterlt uin ImonuiIici riir o-
cable de votre philantropie et vous ap-
peler I'auteur de notre bonheur.gNe pro
nonccz jamais mon nom car mon uni-
que dssir est de voir libre les peuples
qui gcmissent sous le joug de 1esclava-
ge. rendez la liberty A tous mes lrdres
et je serai largement paye. Voil la re-
ponse de son illustre ami le ne sau-
rais rien trouver de plus beau ni de
plus digne pour clever tant de gran-
deur vers les hauteurs inaccessibles des
cieux de l'Amerique, cette vote od
ma voix se perd, tell la fumbe de I'en-
cens.
Ce nest point cette phrase d'enthou-
siasm qu; votre reconnaissance accla-
ine dans cet antilleen hospitalier;
dans zette separation memorable, Boli-
var .v.iit engage la reconnaissance de Ln
Patri'.. ct c'est sur cette base incommu-
table que ce bronze se dresse aujourd'-
hui.
Monsieur le President,
L'historien Azpurna, biographe du
noble haitien,ss plaignait en 1875 que
dans nos annales administrative nous
n'ayons rien oftert A 'honneur de la
m6moire de P6tion et ii signalait cet
oubli comme a un exemplq 6mouvant
de la reconnaissance des peuples. *
Vous dtes le Premier Maglstrat qui,
au Vinezuela rend cet hommage am.
pdnssable de la ven6ration nattonale.
vous avez rempli la promesse la pls
formelle du Lib6rateur, vous avex sd
comprendre cet home de caur et
vous avez fait on acte de justice. Avec
'inauguration de Ia statue d'Aleandre
Petion. votre Administrtiouo'rpoad.
d'ans faoq noble, A aterpellation d
nis rtoSn.


6,...Oo


XdWwr AUSM W 1~ 809


PORT-AU-PRIM 4 ( PkW o


LuaM St UNrS 1913










Cars de Bourse
Or Amricain 280 o/o prime
Chlque surParis. 3 ;1, 4 o/o primn
Traite sur Paris. .2 2 I. /2 o,'/ P
Transfer str Pairis i 2 ",,. prime
Cheque s. New-York / I o/o prime
Billet de P. 2, 2 1/4 o/o cscp
Nickel. 3. ;/ o/o escompte
Dette Int. d'llaiti 1912 97 o/o ad val.

__. -


FAITS D'VERS

RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
O(ILSE' RV'ATO1liE
LU
SEMINAIRE COLLEGE S'-MARTIAI
Vendrodi 28 Mar-s 1913


Ilaroin.k'te a n-idi

Temperature lljl I-';1!


1f;,3


Moyen't( di.rre 25,,:
Ciel clair la i;' 1t iuageux
l'apir-s itiili

1. S(:C i li i l l :t.
Colncert-].!: l :(lie
Hlier soir. nous a\o!in .rssistc: la r-
pe tition dil progranr.Ilm dtL mI:nigfique
concert. Mrr l.amo(,tilic a1 xquis;emnai
joue le aChant s.in p.; olesde Tl'chai-
ko\vskv.lPuis Mr M< i' ..; to nous fit cii
tendre laBcercusc,,'de motheL.Oi lui
tit unic ovtlion bl (. licGi'iin C'Cest Un
morceau i.11.,iIiqt]Lue dA" .tIin: a rempor-
ter cc. ',:'r :n ilmmncs.lc su'cc1. Elnsuilt
M. I .imotlle Inous jou.i. .ivcc sa delicn-
tesse 11albituellc. ce iimrc.1aui qui sear-
ble L.it pour L!ui.
(Jt;:.1!, ; i 1 (nn:.'C:*;() 'i l.a incur.
execute .idciix pi.anos p,;rMllnc Gerlacli
ct M.l.amthcl ii cit nil double triomi
plhc. Mr I.iamlthe li ,us .;. non seule
incnt 1inciv\illC e diJas l'c\cution d.,
ce mortc.:.Ji. rmis Cucore rc\-lc unl
noul\i!lc .U:isle donit Ie t ll cnt la jus
tt.sse d ii trpretlat.ilo soIt admirabl ts
1:lin 11 Mr Monsaato. dtans a le Matii.
de (;ricL' .i.ous lit a pplriclr sa bonnie
technique LC It lirmp!cur de son couj
d'archlit.
Mr .Imn(,oilt. dans Ie but de se me
naier pour cc soir, ne nIots a pas fail
entcndre Its .autrcs ltm crfc.os. Elt now
sonmmes parts. nclicnhmtLs nous pro-
mt.tant bien de nc p's manquer au
brilliant concert de cc s(ilr.
Cinit"iiiiI '1h11'i'lre
C'est le proi.ranmminc qui cut tant de
success jeudi dernicr que .Mons:eur
Rousseau ex&cuter.a A la rcpr¢ation
de gala de domain soir.
La.' vie li' quell. st, 1" chb.ntleur
imnoureux,. l'.s Il&'.ards ,l, .i/ i': ce i / lilt i-
nicus, ces quatre films. oar Ic deroule-
ment desquels il taut ue diure maxi
ma dedeux heures.const:tuent la plus ri
che affiche que Ie Cinhma ait presen-
tee jusqu'a ce jour. .ussi esperons-
nous voir le public s'cmpresser A assis-
ter A cette soiree qui lui promet des
jouissances d'art incomparables.
Football
t'est d.'tmaini at liS i.-s tr ,i, sur le
land Idu PoIit-lRoug,'-. s, j te'ra le der-
nlier I;. iatIt- 1dl' (v'tte isonl fructucuse
entre I''1 ll '1 t I t 'I.
Co setra, s:ins amill doIit''. iu partieC
tr'.s inlttil'Tssalltto. ai'pil' ceuix lqui la
joil'eit smoit des ltlelov.lllm'r. de la car-
rio'e. Certamitui; disoiit lit-' I'lUSIl, on-
0or1' ulne fois, vai:Ic'r.. 1.'autres prot
telldenlt qlc0les mie Illllm,'ire deIt1 roIllpi
tiUe, einlltlnt'lt; avec nlrd'llr. So russer-
vict de Itettlt i a bs die son p)ideslal
'eette' isOCI.'i de football |liii. tdepuis sa
critation., i'a jaiuiais ctt; vaineue. lLs
sceptiques, eux. crient arb'i e orbi, que
ce cera un inatcli ih1il
A qui croire'? D)iniinculim apr s-midi
s'tvanouira Ie Iwoint d'iteri.rgalio...
Qu'on aille on fouled an IPont-Rouge.
Grandeur el dtiedeace
A 1a suite de notre entrefilct d'hier
concernant Gailld Pelatl nous avons
reu ac mating amable vish du Gal.


charles Rivikre qui, visiblement 4ou,
nous coan arhistoie ede I* d&Adence
du emaltre du cirques d'autrefois
Aprks un voyage A Futcy o-1 le che-
valicr de 1 vittssv fut surmenk, ii dtAit
tombd malade. Inquiet. le Gal. Riviftk
s'emprcsw de le faire conduire an vku-
rinaire David Fife et. comme auculie
amelioration ne survenait, le proprie-
taire. nc voulant 'pas assister A I'agonie
douloureuse du Grand Vainqucur. iai-
ma mieux en ctre ddpossd&. II le yen-
dit A David Fife qui n'avait pa, encore
dcsesp4rr du cas de son malade.
En effet. c'cct David Fife qui parvint
A remettrc le h~ros sur pieds et qui,
pour refaire ses membres et aider sa
convalscence, a jug6 bon de ili faire
exsccuter de temps en temps, des exer-
cices en Ville.
L'Vua de lree
A I'occasioni du 16oo',-, anniversai-
rc de lX%dit par lequel (:onstantin. apres
la dtaite de iaxetnce, lfan 3 1 de I'&e
:hrtticnne. donni la paix I'Iiglise, un
jubil.i a t0 ordoilnm par Ic Pape Pie X.
Ce jubilk conicnccra dernain di..an
lie de Quais:iiioio Ct prcndra fin le 8
IWcembre. t1cl ic 'limnaculek Con
ceptioni.
TOL IcS les ficM equi visitCront deux
10is Ic Ielisc; de St-lean de Latran
St-Picire et S--Piaul A Romnc, 'e confes
s-int. Corn niur jant ct faisant lFaum6ne.
.u wiit in ie Indu igence plnic~re pour
tous Iculs p-ch.
'TouC. CLA qui 'isiteront six fois Ics
~isc iihiiq mics par Icurs c6v~tic.
suivant les mem s 1pratiqueq, b_'ii ficie-
It (it .A la.i n1c11: indulgence. D)- sortc
,I uC iFaiti'!cj I -,. qiii es: sign.alce par
lc's pri phctc'se coimc devantt tre
u ne a n ucek tcrri M:, c.;t pour le mionde
I hIoli u c. u :ic vritable aiinn~ dc

Le (:.iial ltvebae

lifir.'n r Iis Ie.Ii.'. ni.'t.LlI dio.; travaix
(1 bitc~ cl'le'S l ;dim-;li aviIIo des Caves
(I ~ii d ~ (; e:n1 t;oii-, iN1 1 .\lfirI A Aricher,
tois dis i'il- 41:wI'4-wiiienot'irX scion
1 ii'4-111. ii m I lilt i Wtite *lligule (il'( "







4io 114)11114. I'm.c com
'ti. u 'clliii *si '. jo~it ai. eoniiiinee
s~, ll 1(!s4)111111 oil \ 4,111, '(''t~1 18 d(
M1 ll. WI-;, p(mr ct lui Ii ri' ie Ic Canal
I ~ pt1 14. d d l eeeai'*u'Etat ati
I tjitit.niin c- Iravatl itix Imics-,Mr
Hlw-b111ii do S> o (t* 5 doriliei'&r vo-
y-a,- wix :;tv,.-; et atii coirs (tine vi-
oit ilviisj iwtti bl it Ia Iiinedes Caves,
,l f Iici *W NMr .Archenr Iponiir le, travaux
(hii(.: I Gi qi Ia trm~iv(6 covif.rinte au
pilani stbiimiS.- S'-'k Ihi D'-artei-melt.
UaI avswa:II liwieui instamlW iftParis
MrImiL.- N. m on nrs Atigi iste, fils de
iw'it o N i Mims! i.`tiIParks, s'i stalle en
c-le t il t iIt. (.4)111i11. aivowat.
A iiW.i- 11461i~. pai mci .rI clerk d'a-

thti. ."t.Ile l. dct.ii'at 4Sectioni jidifl~UC
N'os compill-iotii4L .(fili aiirtiot be h-
s'i bi io si,.,s s ivces, mat c. 'tainns de
tr. 1 ver antprn--s deIt ii lIe ieilleur ac-


Fiinnoaille!
On nouLs fit part. d
fianCailles de NMademoisell
Jarbath ave,: Monsieur B1
nier.
Meilleurs compliments.
Mariailes


S
e Jacmel, des
e Ang6lique
benjamin Tur-


Le 9 Avril pro:hain. A 7 heures du
martin. sera cdl1br. A Ste-Anne le ma-
riage de Mademoiselle Anna Charlot
avec Monsieur D1)iazard Fecu.

Ce m tin A 7 heurcs a etc cklbrk en
'Eglise paroissiale de l'Acul du Nord
le mari.ge de Midemo.selle Idora Fo-
restal ave: Mo iieur Damintas Lapom-
mercy.


Demand d'emplol
Franscaiu, Pharmacien diplom., ex-
sLtaiairo des hupitaux militaires de Il
Guadelonpe, rksidant en ce moment i
Port au-Prince, ddaire trouver employ
dans unie pharmacie de la capital ou
de la province.
S'adresser pour renseignemenls A
Mr V.'CHBRIBI
Port-au-Prince


i


- I ~~_ _~~__ I --


Les livraisons ont sensible nent di-
tninue un peu partout. On continued |
payer Io dollars,to. so dollars les too
livres selon provenances et qualites.Le'
march a repris en Europe. nous avons
eu un Igger movement de hausse.
Billets de 5 elt ickel.


Nous c6tons depuis quelqucs semai-
nes 3 I/2 nickel et 2 2 Billets de ).
l'escompte de ces monnaies.
La vente d'or du Svndicat co-itre Bil-
lets de 5 a raftermi l'escompte a i o/o.
Le nickel peut etre c6tA & 2 3(4 net
pour ai .t.-::-.. ..
Ce 29 Mars 1913.
4-, . 4 *

Le S er'ions du

Pre Lcevasseur

Courrier de Jerenie
Les conferences qui ont suivi celles
don't j'ai entietenu les lecteursdu Matin,
ont eu pour sujets : I'Emploi de nos
journees.le choix des lectures, la Priere
du Soir. le Saint Sacrifice de la messe,
la Confesio:i.,la (:om:nunion,et la D6-
votion aiu Sl.rC:-.ar de Jsus. Un au-
ditoire de plus en plus nombreux a sui-
vi. avec attention. 1'6loquent prddica-
teur dans le d"veloppcment de ces dif-
ferents thlimes. Les trois nefs de l'Egli-
se Saint-Louis ont toujourset6 comble.
Du to au i de cc mois a eu lieu la
retraite des femmes qu'a suivie celle
des homes. Cest pour clore une s6rie
d'gInstructions sur Jesus vangelique a
commencee lundi 17. avec cette derni&-
re retraite,que le Rdvdrend Pkre Levas-
seur a prononc_ cetic apris-midi, sur
le Calvaire. son dernier et vibrant dis-
cours du careme.

Le calvaire de J6remie est sur le mor
ne 4 jubil 6 au pied
Do kem e o6 a.i de itMlw s voi
Cat tout prs de.aout Ub aw 6-


%4a.& IA I- --
lettantismc,en venant profiter d:i sacri
fice divin qui se renouvelle haqm
jour sur I'autel, pour le salu: de no
nmes.
*
Une demi-heure s'etait cco'ile ;ca
nous ne l'avions remarque qu en ces
sant d'entendre la voix Cloqucnteds
missionnaire.Le decordans Icqucl now
nous sommes trouvss ce soir ju vea-
dredi Saint a grandement contributi
exaltcr nos impressions.Tandis que Is
dernires paroles tombaient des levre
du prIdicateur, le crcpuscule jctait se
ultimes reflets de pourpre et ltambr
estompe, baignant d'une clarik mooa
rante les choses d'alentour que care
sait la brise vesperale. Et dejd, a lOcci
dcnt, une etoile scintillait, cepcndalt
que la lunesplendide en sa rondcura
en son clat d'or pili, d'une trailie li
mineuse, diaprait l'onde azur&c de no-
tre rade tranquille ou se dessinaith
silhouette fine et blanche du Paci-
que..
O. DITOR.

Jcremie, 21 Mars 1913



A ritranger


So FA 27.--La grandearm.e3 bilg I
qui menace les defenses de Tchata
a recu I'ordre de prendre I'offe
en intme temps que lea arms
gare et serbe attaquaient Andrino
Du '23 au 6, de constants *ss
ont 4tt livrds aux retranchements t
sur difftrenta points
ules defenseura turcs ont rdtistW
I'avance des Bulgares avec cinq
sions d'infanterie et une brigade d
valerie, soutenues pr des navies
guerre turcs aux deux extieaMnt
la igne.
Le re6ultat du omabat a
oounvemiet O avant souteeS


I' ev e du MareI* "hj ce,'Oe en "'rf teraudt
froihamom, au d da montvei
yant et fleuni que li predateur a
La prime sur For amrricain de 35 $ %/ d&crit dans le I gap image de son
a d6gringol a 272 ; hier ce taux a 6It mier sermon du 9 F~ vrier, qu'il a
faith. se fire entendre. Presque tout icr-i
Ce m3uvemeut d.baisse est ddi une Ctait accouru A ce rendez-vous
grand, rarete de gourdes sur place en pour y godter le charme des paroles
face des besoins de la province pour la brilliant orateur.
rkolte de coton qui est tres belle cette 1 est six heures.La procession pa
annlc. de 'Eglise. arrive.Le cortege dcs prhf
D'Aiutre part. il est tout nature que se frayed un passage A travers la fol
le change revienne dans les environs innombrable et compact qui Is a pt
de 250 /o. vu qu'A partir de ce taux les c6des, aux modulation d'un cantiqi
Banquiers ne voulaient plus acheter ; pieux expirant presque dar s :a.i go
la hausse s'etant produite par les obli- des pretres etdes chanties essouitlsE
nations du petit commerce qui est tou- Iascencion qu'ils viennent de faif.
jours force de convertir ses gourdes A Apres la psalmodie de l'O crui\ ae, le
n'importe quel taux pour les remises, voix se taisent.L'auditoire pea aupar.
11 semble qu'il y ait un amendment vant houleux et bourdonn int, se
du c6t6 de la Banque qui, elle aussi, cueille, attentif. Le Pere Levasseur,le
s'est dCclar&e ouvertement en faveur de tement.-je dirais majestueusment i
la baisse en vendant (il est vrai par pe- je ne craignais de froisser son liumilig
tites valeurs ) a tous les taux pratiques chreticnne-gravit les trois dcgrcs da
depuis lundi. Hier cle a vendu a 272 sole sur lequel est drige l'ar;rc de ao
ct 275 '/o. tre redemption. Au pied de citte gra*
Le syndicate des agents de change, de croix, sous les regards Ctc:nts de r.
suivant les instructions du Ministre mage du divin Crucifid-dont les yes
des Finances, a mis en vente 35.000 morts semblent se fixer sur .;ui qi
dollars A 285 olo centre moitic billets le sert par sa chaude parole-' SVympr.
de 5 et moitiC Billets i ct 2 pour le ser- thique nissionnaire nous ;-'r.:ce
vice courant ; avec l'escompte des bil- peripdties navrantes de la Pa; ,]. Lne
lets de 5. cela remet le taux & 280 o0o. coiurs s'4meuvnt au r&cit po., i:i nt d
.Malgr6 cette conversion d'or a 285,le drmne sublime de I'an XXXII L'ora.
lendemain nos c6lions 272 olo f.iible ; rateurnous dpeintavec vigut u:I csdos
chacun essayant de revcndre sa fich I leurs incomparable du Christ i demp.
perte, aim de rachcctr a meilleur taux. teur: douleurs dans son esprit. i s son
Pairables l.i'rables crcur et dans sa chair. Ainsi d:\ise, le
II n'y apresque pas de pavables-livra- discourse se d6veloppe avec ir; 'nts e
blesen cc moment ; quclqucs petites croiss.ant. l)e ces trois parti simple.
attaires sans importi.ice out c01t nego- mcit traites cmailes de 'ri.Oe
cices par des spteculateurs ambulants A plhiosophiqucs et de rappro :nenc
272 sur fin courant et 15 avril. tir:s de la vie humane. le pi .iteur
rates el Cbql's. 'a t'it un tout harmonicux. i 1 1 u a
Ircilsl pC.s. peroraison persuasive et emu,. e min
Le march: est cncore plus ferme. sito:nitec fait un s:upreme ap, l i noa
Nous pouvons c6tcr 4 1/2 o/o no- ctcurs de chrctiensen nois dc.-i ndaw
minal pour des cheques sur Paris et I de ne p.is nous contenter d'u e~. m-
1/4 o/o de prime pour les cheques sur tion platonique et fugace,mai: de co-
Nev'York, avec acheteurs et vendeurs. prcndre et sentirprotond6ment ;'i.inow
II n'v a pas de Traites sur place, ce qui immense qua eu pour nous ( 'ui qi
nous permit de croire que la tendance a donned sa vie pour lerachat !-i mom
a la hausse se maintiendra encore quel- de. 11 nous conjure de prouver luc n
ques jours. tre empressement aux confcrtincls d
itd ca.irmc n'ae nas i it n acte de unir dil


_~___ _______~___~_


I
D
t


I








Can ln rse

OrAmIricain 280 o/o prime
Ch6quesur Paris. 31) 4 o/o prime
Traitc sur Paris. a 1/4, 2 1/2 o/ p
Twfnsfert sur Paris 4 1/2 */. prime
Chique s. New-York 314 olo prime
let de P. 2, 1/4o/o escp
Nickel. 3, 3/4 o/o escompte
Dette Int. d'laiti g191 97 0oo al \aIl.



FAITS DIVERS

RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
SOIlSERVATOIliE
DU
SEMINAIRE COI.LIGE S'-MAIII'IA,
Dimanche 20 Mars 19-13


Baromrtre & midi
minim;ium
Temperature maximum


.,) 0


Moyenne diurne '!(;,I
Ciii tm.W"-tiimaptinx presqlte toi.' iLI
joiirnt'-. e)lojets lointains t its-viildfI'Ie.
Jaroainwtre cotistant.
I. SCI EJIER.


ve Haitieam wa gvioph de son adso
saire qui se r*vI on digne emule.' *
L'sbondance de matieres nous obi-
Se A renvoyer i domain la publicatloa
da compete rendu de:aill6 de aO mat .
Mais disons en *ttendant que le calen-
drier de cette saison, qui a comportr
dix matches clasiques, est ur victoire
don't note jeunesse peut s'ennorgupil-
li r.
*
LS SH
Les membress fondateurs de 1'Union
sont convoquts remain, $ hres 1ls
au Parc Leconte.
La ftle de St-Joseph
On se souvient que la celebration de
la fete de St-loseph, le 19 mars cou-
rant, avait 6t6 ajourn6e, a cause de la
semaine sainte, jusqu'au 2 avril. (sest
donc mercredi que cette paroisse fttera
son patron.LeR.P.Pessel.administr iteur
de la cure, admirablement second par
son viciire,se ddpcnse activement pour
donncr un cachet particulier de beautel
aux solennit6s qu'on cCltbrera A cette
occasion et qui seront lessuivantes: mes-
se b.isse A 4 h. et A 5 h, '14 Grand'mes-
se a 7 1/2.Le soir, v6prcs A 4 h. suivies
de procession ct du salut du St-Sacre-
ment.
C'cst le R P. Piacentini,dui Petit S&-
minaire, qui fera le panegyrique d'u-
sage.
Accident d'auto


de Mr Paimon et *at s poit
tet ) lhag des tranchbes.
Ie assina de captation .ea erlf
quatre compaitiments a nivesal ift
rent; il mesare 7 m. So de long et esi
en ciment armed, our la surface. on voni
deus bouches en verre pour cladirei
Ieau.
Pour empecher. toute infiltration
avec Ieau des blanchisseuses on n's psi
manqu6 de construire une nouvelh1
tranche bWtonnde.
Au pied de la ravine, il y a un bar.
rage vertical qui emplche les affouil-
lements en temps de pluie; tout prfs,il
y a un drain de 14 pouces. c'est lI que
se trouvent les premieres eauxrA quel-
ques pas, toujours en descendant de la
ravine, sous deux manguiers est capt6e
la source principal. Les petites sources
adjacentes sont aussi prises en des tu-
yaux de gres, pour paralyser les actes
malveillants Us sont enveloppEs dans
du b6ton.
Les drains sont fits en roches g.let-
tes, grosses et petites, recouvcrtes de
plus de 14 pouces de ciment.
Le debit d'eau de cette source est plus
fort que celui de Plaisance, minme en
temps de scheresse.
Ce travail est confil- au soin d.s in-
genieurs Roy et Dret.
Les premieres fouilles ont commen-
c6 le 5 janvier, mais la principale.celle
de la captation n'a eu lieu que dans les
premiers jours de f6vrier.
11 est un fait certain, c'est quc nous


Notre concours Hlier matin, une auto sans numtro, aurons l'eau en ville A la fin du moi
C'est auourd'hui la date de 1t cl)- revenant de Bizoton a renvers6.prCs du de Mai, si le bateau apporte rcguli&re
ture de notre concourse ; nous r ,- post Jean Cizeau. une enfant de 8 ans ment routes les semaines les cinquantt
vrons e core les pieces jusqu'i ce r et a continue s course, trainant,sur u.i tonnes de tuyaux.
Notre ami lricL Mars se tro I .l p.arcours dc 20 metres environ. le goss Port-au-Prince daus les tt*~nbres
empchc., nous avons demand au pris sous 11 machine. Ldtat de la v.cti-
te Prous Blot. donit la maitrise .t p me est grave. er, vers 9 heures du soir,touts les
tot sont bin pp d p bl. On recherche activement le chau- lampes Clectriques se sont 6teintes.lais
gaire patti de notre lury d'examen flcur qui ne s'arrCta pas au moment de sant la capital dans la plus profonde
Le rC:uliat sera public lundi r, Iaccident. II est facile de le trouver en obscurity, comme aux anciens jours our
chain, date anniversaire de la moti dj faisant une enqutte sur la route de l'tclairage 6tait inconnu ici. Quels sont
Toussaint Louverture. Martissant. aprks avoir reiev la lists les motifs de cette anomalie qui se r&
oussa Loerturdes autos non-num&rot6es. pite assez souvent deja? La companies
Concert-Lamolthe d'Eclairage dlectrique doit des rensei-
Suaii.lii .soir, dans les s ilons i, iclime do train gnements au public afin de d6gagersa
cerle Il'llevi' ot I't-ectricite jct.iit Ili rr iatii, le train de Bizoton mon- responsibility dans la circonstance.
.son jour lh.u'tice. In public atussi I. tant veis 8 hliures :1 du timatiin, ar- Nous savonsd'autre part que I'instal-
gant ilie' listiiigite assistait iau c'onil I iillait 'l hi (;rand'ltiue tin infant <(I1 nation de Bizoton se perfectionne, la
de I.mli\vic" laullotihe. cet artiste de t.- 10 anis et....trois infortunrs InoutnUt, compagnie ayant recu d'importantes
lent doltli il ni'est pluls iiccssaire I1 'IiLasi (.aiis la voice. I. 1i i'annicie'i pieces au remontage desquelles on pro-
tair. I',l *I,,. arr'tal a ,iiiaclaiine.lnterrog," par le ctiw' cede actuellement.
A li Ct it lC ltre's, M. Laimotthe, sal,. (Il i, I 1 nxpoli' ,o de la l (roix-de-- de
l*'aborld par hes alipplaudissenients pi. -' Illssalcs. il e4talit,d'une fa:on perempl- Marjage
long-s,. s'assi'l au piano et, avec ton I I toire,sa. 11i01on reionsabilit. et put con- En I 6gise Cathdrale sera c61br le
la swcieice quoni lii uist,xctele p- tiir a route. x En lise Cthdrale, sra clbrt le
mier point du iprograinin. .es l)areiits (le la victiine, 'inrent iJeudi 24 avril prochain le marriage de
Lt c.'ist unii ovEation qui s'einsuit iilltlIelt' miiiuttii's apres, ranuasser I. ; Mile Elia Guillam:neavec Mr F. Prosper.
PIendant touted la soiree ce sont des ai petit cadavre idligurl. D CIs
Iolaudisst'm 'iuts r'|pttes e't longs, d &- Mltalt d'un train
vant les difliculhts sals t loinbre t dun tai- Nous avons re;u le faire.part de la
mlontees par I'artiste,avec uine aisan.-, Des escarbilles qui s'chappaient de mort de Mme 've tacques Boco.mtre de
etl un calinevrainiet beaux et quisor t. L1 locomotive de la ligne Port-au-Prin- notre ami le sympathique Se:rCtaire
sans uil doute, les attribits du talent j e Carrefour, ont mis le feu. A Bizo- des Travaux publics.- L'enterrement
stir tie lui-iinisine. ton, A une maison occup6e par Mad.i !aura li:u a::j-ur'hui t heures de re-
iOn ie peut ne pas doinner une bornn. me Mcr.:ie Rossignol. levee. Le convoi partira de la mason
i Mine Gerlaclh qlui, avec art, acconw- Malgr le concourse empress des mortuaire. si e Cham3 de Mars, pout
pagnait I'artiste dans un des grand- ,oisins. le feu a d6truit toute une pi se re idre A It Clthedrale.
imorceaux qu'il a execute et & Mr Moe-; .
santoeaux il la ex vo ut vraiment a- lissade de la maison. )trc a ni et c )llaborateur Emile
santo dont le violon rut vraiment ani
mn a l'ex6cution d'une fantaisie de Mi MauvaPifs plaisanterie Prez aa a e.i l.i douleur de pcrJre sa
Laimothe lui-intme. IMiaua ipatn o n re. l idatlln /' Borgella Pryean,.
Quant it Mr G. Lion, disons simple- Sainedi soir,au Caft d'iaiti,un gron- don't Is funerailles auront lieu de-
ment qu'il a debit6 un nouveau mnono- I'i jrns ens frtait. L'animation main.
logu' e Je ne reux plus famer eetI'or ,tit grpan(hI. si grande qu'on ne s'a- a
.iaira combien fut applaud et biassm' i I"' t Ir.s flue I veston du june F.
ce diseur ddlicat don't le comique in- 1.i aa;it iris fen. i! en fut quite pour Hit r apri~s-midi ont eu lieu A ia ca-
telligent autant que dtsopilant fat rir l'imteur de cette inauvaise plaisanterie. thadrale les fundraillcs d'Adolphe Gar-
jusqu'aux larmnes. cia, dcdlcJ simedi A 6 heures du soir.
Ce fut, en resume, pour M. L. La- Umt' nialsonnette qui flambe C'est le souvenir d'un charmant ca.
inothe un vrai succhs. Aprs le con- Ilier, a t Iheures du matin, a Cott- marade. g~n&reux et noble, que !aisse
ert, on a dana6 jusqu'A 3 heures du I'age, une inaisonnette appartenant A le difuni don't la mort sera vivement d6-
ina1t. M. Periclis ills, flamba dans des cir- plor. dee tous ceux qui le connurent.
FPOO" I s.. ,,stances restces mystdrieuses. Nous presentons nos sinckres condo.
USH bat O par 5 bts d a et s'adjage Natmurelleunent on ea accuse la P.C.S ances aux families oprouvaces. c
Sle belmpion atn. 0c.u' "tre laquelle on ne peut 6tablir au- ances au familie pro
le 4 1 mNOr1111A .crlle aIls


Match sensational
I. Union des Soc/ S pc:t ortlies Ilaitiennes
a vu se cloturer brillamment sa saison
de Football hier. Tout Port-au-Prince
ofticiel. mondain et elegant s'6tait don-
nci rendce-vous au Pont Rouge pour as-
sister A cette parties qui fut vraiment
sensationnelle. Son Excellence, Mr. le
President de la Republique. rehaussait
par sa presence cette solennit6 sportive.
Mr Pradel, Secr6taire d'Etat de l'Int6-
rieur, G6neral M. Ducasse, Chef de la
Garde du Gouvernement, et de nom-
breuses personnalit6s entouraient le
terr.in. La parties fut des plus interes-
santes. Ce est que par un point ( S
buts centre deux ) que l'Uaioa Spoest


cune piJIuve-.
Tentative de suicide
Le Dr. G., dentist. a essays hier de
se suicide en absorbant du chlorure
de mercury. Un vigoureux traitement,
que la d6couverte du poison facility, a
permits de le mettre hours de danger.
On ignore les causes de cet acted de
dcsespoir.
Autour da service hydratquoe
Une mouWsle camisalioM
taptaion de source d Biatocm
Nous sommes e rmosure d'affirmer
que le travail de la captation delI sour-I
ce cb~ai'faw t sufun boa pied. Le 1
tuyau soat pi sr la proput L
/


I
4


I


I a ta a jlJM I
Le dccteur.- Votre belle-mere est
sauvIe !
Le gendre avec un soubressaut,- I
Vous auriez pu me dire ca ave: un peu c
plus de precaution. t
- -_ I----- --. m i
H16tel Moalage
L. sousaign6 avise Ie co~inerce et t
sa nombreuse clientele qu'A prtir du a
Icr Avril. lHMtel Montagne, don't est r
le propritaireso troave ouj a1 hate.
tirc ton de Mr C. Stoll. I
Port-au-Prince, 31 mars 1913. t
RAIMXB f o -14


-t4~~F~L) st.


RFN9 I)AII,IA)LX
11. S. De milme qlue v'iIIs Sve
registry ma declaration d'c.tre (
Vetix, je volEs donne actc, tie la
(qie personne West plus iinporlanlt
voOUs.
1.1d


Carnet mondain


.Vous publioans aec plaisir, le c iri
discourse prononce par notre dwim
notaire et ami, Me SIRADI VILLAaIUi
mariage de Mr Ludot;c DucaMe
Mile Marie Gauberl. L'henreux
a trou'd des expression se choisieS. P
ses trainent ielevfe, po,.r fJlefit
deux jcunes puxpo.
Mesdames, Messieurs,
II m'est extremelnent agrea* d
lever Inon verre en I'honneur 4e
jeunes coeurs qui viennent de s'qi*r
que Madame Felix Benjamin el
nous venons d accompagner auapi
des autels.
Le manage, nous le savons,est i
le plus important de la vie de
me. II marque dans sa des I
point de depart d'une nouvelle
station, qui trLs souvent,ne demeu
sans influence sur celle m~me 1
proches. Le marriage que nous
aujourd'hui comporte, en ou
dlanent de bonheur social que
puis malheureusement qu'indi
qui mdriterait d'etre mis am
en relief par une belle diserta
Depuis des ann6es, Haiti, terre
et fertile, subit une crise dco
ui va s'aggravant cheque Jour
Certain veulent trouver la caulas
accumulation mnme de ne
politico-administratives.
Politique halteonel E 1prsi
as I vague, confuse, quoque,
ancieuse qui se prete
ous lea systame : anarchisme,
ibme, vandalisme, piqu qdes
e encore?... Nul nitgaom, -
ette poitique hbaliua iowd i&
rde no jours son aaeltoe
poortant eonda di
et qulrisque, si ol n'y
d, de metre & anl t d
et abe. '
unionde do Ladovyc
i Mare eambet.el e
t pspeat q re-q t ISa
& iut =a1 deonotr


I -eo |


Cher Monaieur Gervain,
J'ai lu votre billet dans le
lisle.
Je me permits de reliever
rem s qpe vous onmettea.
Vous dites dqbord queje
ma haute importance ; je ne
or vous aveo uia ela. Je n'ai
tude de me venter ainsi ; t
j'ai parle de mon courage,
votre fate; c'est uniqnelienet
que vous vous herissiez, I
ton de cro uemitaine. Alo
comprenez, i mn'a fall vouls
votre attitude ne Ine faisait
moindre effet...
La deuxime erreur n'intre
vous, inais jo veux vous a
Vous dites que du jour oei \'.o
public votre Iuende,ellc cesi
votre propriitd littdraire.
Mais non,en admrnettant uilt%
nous aurions une loi st r la
littiraire identique A celle Iuti
en France, votre droit de pr4)
cesserait de vous appartenir
bout de 50 ans.
Je pense mn ne quc votre drl
iproprih*te ne sera Dienl assis gl
jour oik vous aurez publitd votre
ceau; car si alors, ce droit m. vem
pas contest, il ne le s ra plus
I'avenir.
Vouis dites encore que j'ai kACS,4
parlant de votre I1gende, a vote
chine-lh C('est encre utlim errewr,j
dit : votre petite machiies..
Et maintenant, vous d\eez bien a
prrendre que le public ne s'intremit
A ce (uie je' dis de voiis, ni ii ce
vous pensez de moi. Le Iiblic all
tfi'Vr, ,i.nsement la slate (l i 16 A
lahielle ii liii sera donniia de jjuir
platissir de lire le miorceau ouilo
par le Juilry des Annales.
Clev',vez, cher Monsieur, inies i
tions.