<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01729
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 29, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01729

Full Text




sIISO An\e NP 1808


PORT-AU&PRICtI' Halll


Samedl 29 Mars 1913


G &Meu,..MAGLOIRE.
DIRECTEURt
ABONNEMZNTS:
pOR ~T-AU-1111INCE NC: :
un mois,....(. 2. 00
T rois Njolqs ......... 5. r,00
(Jo Moia. o o2.20
irois Mois. .. a 6;:OO
E'THANGER :
Trois Mois. 14.00
LE NUM9RO 15 CENTIMES


0


)/


U)w


RFDACTJON ADMINISTRATION
8, Rue Americaile, 8
Les annemces soat icasc:
A P RI \i t !F'~i i.11:x [irC.ius JU JOWT!,
A P.4A s cic i \'.i c'irZ& C-6
Wx T~c ronchal
A I.o'.I johnF. Jones
No I I I I.- L C.
A BEL !Nt
A NIl; I Puiliity Comps.'


Ons p..2, j s AS: .,


QUOTIDIEN


LA SEMA INE QUI FINIT Pour cla, je li demand de me
-- on,. -pernetire de fire abstraction de
loul jugement venu de I'dtranger,-
LSSUI sI'IIISES DE I'AVOCASSE!'!E 1) bon lli inois dote d'un service tie car C est dt I'itrarger que nous vill-
Iiceps speciaux pour une b somn, renl.ll v a dj:ia uelqie temps,xl'u-
Grrice au r Malini, la clievalerie si spciale et je me rt5jouis ':i- vre lhistoriique t'uun Monusieulr tqlli.
d'industrie, rnonlo e par le sieur vaince, en allentiant I'execitlion, (.l I,'l" p'laiit de 1a 1iort de )essali-
Sonatli-BInony-Leimo lerne Vinccentl I'arr,'te comnunal et au ilil ii le lies. dil It l'l I'lit sai;.i (da1s soeil
UaS la Ibirre du tribunal :co)rrev- unes futl iies ouleirs, de II plu qtarli' .i:neiral I par des sold:il.
tionnelet la credulilo publi.li e est avoir trembler quail, Iro. ii;o n C Iv.oli.', (e c.:le as-erlion d 'tin
momenlanfinent mise A I'albri de i'syclologi|uie ayatt sonnc, je vr.- plhililnt1le l )otrlant cedli'bre (lii.
ton exploitation. rai Ie corbillard fire mrhe >r- li it p;itir en guerr Dessaliuis
Pouir tous ceux qui pourr;ient se rire, ouvrir ses portes et mnotrr dlans sa voilure. a
trouver dans noire cas, il y aurail ;la longue deineure d'acajonj. ,n Ir- NoVils,p' 'nou u <
lieu de se foliciter d'une bone ac- clarr.ani... qatre hroimmes do I ) omi.
lion et tle s'altendro pour eel t dte volonie g;antt(s deJouvain i.nliiin.- l* "-
la reconnal;issance. chies de noir et le cronstadt siur ()Nv rEi:Mf \rE "
. Telle n'est pas cependant I' -pinion 16 tl parlulu de..Je fais Ie s egn;l ,1 i Ir ha ip-
du symlp:tlique avocat ql(ml st ap- croix et je me decoivre : P sse/, Mas el ui ut sressr
pele a dcllendre la cause de I' scroc. croque-morts! M el ;'i4 Ii1 lahut !cicressr pou
toute rkelamtion colcernanit It s
Non conl.ent d'avoir a essavw'r de ele cotcernant cc s
disculpcr ,levaiit la justice, il veuit. ors col
i'en pie'nlre encore au M'l vin' elt
vient nous demander comnpie d'ai- l t'oSi' LITEI'IAIIlE ON iIt:LAMI
voir le v.'- li voix en faveur de tantit
de vicoiiis de c lte itnensu fiout-i Les quotidiens nous appreni.u-nl Iiour Ics b,'soins de la circvilatioa
terie. ,lue nous i s IvoS un courond, genearale ctl la s.tcurite des pielons.
SA qu(ji Ioone icsornrais cilcitend- I'lus : c'st M. Villius Gerv.i(s. avIo- Ia suppres'ioin des galleries et lerii
on oblig.r les journalists et fau-il, cat. 11 a crit une piece iniitule : transformation compltIe en trot-
i l'averi, par crainte desihomrnes de En AAii. la Igende de Ia Croix toirs nivelds.
rart passersoussilence lesaventures ciez les Indiens qui ui a vi ali. iE
des nmiitres-clianleurs et des ex- une distlin:lion de l'lUnitUersil dfls
ploitants dlu type Smali ? Annales de Paris. Une voix de I.1 .- ,
J'ai in,; esperer que noire mai- correspond lance de en D)arlontze
son invoiluera centre une telle prise reclame la publication de la piece,i FEUILLETON DIIAMATIQI'E
i parlic, exception du bon sens en et M. Villius Gervais de prenre la i --
subor lonnant notre attitude dans mnouche lout en annoncant l'ail- Les r Tlhi trCes
le ddl, t is I'issuee I'acio! en cs- leurs qu'elle paraitra en brochure
crocuerie sots Ie coup de I quelle ai la date lix6e d'avance du 17 avril, de Parius
Sed~ballen le h6iros de I'liis.oire et je ne sais pas pourquoi celle-l plu- --
ses comiplices et don't il parait dou- l6t qu'une autie.
teux 'pie loute la science de son d- Je suis Ai tle demander pourqiioi
fenseur arrive i les tirer. nos 0crivains, qui affronme-nt av.'c )D. nre rrespm.i/at.
tant de decision les jurys etlrangers, L'Emb~l,.,.ie. l picc cn quatre acts s
se incetteni en colrre quand la crifi- de 1I. Ilci r Kistcmekcrs que vie:nt dc
que national reclamne, elle aussi, la rcpresennic la. (comddic F:rani ise. Lst s
UNE IIEUI'IIU:SE INNOVATION liver de s'exercer ?-Je ln' dis p:;is un draI q'i mnit aux prises un indus- n
'ela pour \1. Gervais '1 I'' 1'* i 1it;- tricl h. o.t ..ic d.ic1 ion, avec un i'vcnilc
C'esl. ;i t'eri p:s douter, Ia cr.I- sire pas br.taer. mnctt i lc u .Lil boulcverse son cx.S-S
.. ..- ... I ",_-._ 11.I A


tion 111 service obligaloire d. cro- .Je le dis p:ai'ce qu j'es!i. e- t'..' I encc' i ": titi'"ti i :ei pogn.I1mt ciic
que-mor s utile Iparlbis le vritioer no I~n, t doms 11ne tL de conflictss pa.thciques.d
Qui te tous,- toule pense d',.e j1.ge, J it e.xoiue quatl i e.1s mbils a d: t. au moment od es-
inobailcs A NICL ciU. 11U I 11C11111.t U1 CS
cliarile eln:tit ttiise 'I piart, ain .i qiiojt .xpt nie niotre egard. car bien des laat re 'vont p:ri:liter, ii s'attache un
tout setiii'ent de ,odvotioi i :t a Vit, lois il arrive e ue nIos prolc!ioii jeuI id n:,cIur.intelligeit,Robert .uar-
moire lu lef1tint, ---n';Ia ,;,. Inoins ne peuvent. ; ar cerlains C('I:L ';r, ce. Ce I.ic iomne est uL tils n.ati-
une oIbs, Io'gcrcnell nt oll'u-.ie da.- jugees a bon escient que I,;ir no rcl o0: ,, c,)n!;it pas son pere;il a etc
voir : Iaire craquler s~ia rdilngot. m uines.louri ne ciiter que ,~ ': I I i.c.v pr .. 1 a111 Gontiran de Limeuil.
sous l'eliort p6uible d'une biifre mo cas. le c:rtique ioraungi,, (Ipll iem i Or, ious apprcnons que Robert Mar-
numentale ? Qui tle nous, ipeilnanr, l re itres expect pout honoioir la I,r .- cei st le il s dc Sjrgini (;uerct.la f.en-
Buant, soufil.int, ltant renlui, If': moe, n'est-il pas souvenVt exposC :t me de l'indust ici l.l!e a commis trcs
eu a passer de fort inauss:itles il- perdre de vue-puisqu'dl les co:ni- Jeununc taute qu'clle n'a pas eu lecou-
nutes at travers des dedales confus mnet lui-m6ine assez souvent, ,le rIag dav'iacr 'i on mars elle se f,lici-
I te tmaitit.-iiint d avoirpresque sous son
i'un cimetii,.e encomiibrt, trebui- erreurs historiques assez grayv- ? oit ct n.n nt dapor pqui le sus son
:hant i chaque pas sur des iombes Ne pcut-il, tout aussi bien, late i. oit c c!I irnt pour qui nie se sientiurnr-
n6gales et sur un sol treinp6 par connailre le milieuhailien dans tou ce a sa science, raene inla prospirite
'hurnidilt, le couvre-chef cheval les sesparticularites,agrder des cou- dans I'usine ; mais il a des iides socia-
nt travers sur la ttee et finissant leurs locales plus que douleuses listes, et dans un conflict entire les ou-
)ar tomber entre les bras d'in ami Li legeude tient ,de I'histoire ; vriers dv. lusine et leur patron, il n'he-
:omplaisant, le nceud d& la cravale elle ne peut tenir debut, ena dtpil site pas A prendre parti pour les ou-
e d6placant jusque sur la nuque de tout talent, si ce qui doit lui te- vriers. M. Gu.ret le ch isse de chez lui
ous la poussee congestive du cou. nir lieu de fondement n'est consa- et accepted la grve. M.alheureusement
es yeux injects et sortant des or- :rA par la vdrite, ou tout au moins cette grcve est aussi meurtriere pour
rites, tout cela faute de portefaix par les probability historiques. les tiavailleurs que pour le capitaliste ;
onvenables?.. us assure fran- Jo ne connais pas I'vre de M fre entire de M. Gu ret va ctre en-
vna s.. gloutie, quAnd Robert Marcel, envovy
hement qu'll mest arrive Msuvent, Villius Gerrais elie me promnels, come deegue par les grtvistes. vient
pres de telles manoeuvres, de ne d6s qu'aura lui le 6 avnl proclhaimll,'l0 proposer de signer un contract de
as trouver, au surplus de tant de d'en prendreconnain4ancesansialde-s travail onre ux. Robert prtvient aussi
ueurs, une seule larme i verser pr6cooi ues. Je souh site ardleimuel Gueret que dres anarchists avec les-
res de la tombe' chr trouver sa Iqeode counorie aux quels il ae solidarise pas, vont fire
cidim-antl, 1e mouvmeat est douae histlorquem. ,autr siaq si un accord n'intervient


ri
n
ri
d

di



~1
Ii



m
da





pa
bia
di
tlie
cn
Nil
M,


%pas sur le champ. Une scene violent.
sensuit au course de laquelle Madame
Gueret account ; et voyant son fils
moitii Ctranglh par Gueret,elle ne peut
retenir le secret de la naissance de Ro
bert. Jean Guret ruintmalriellement
et moralement, va s'entuir en Russ
pour refaire sa fortune: mais au me
ment ou il va se sparer de sa. femmi
safille Anne-Marie le fait revenir sur s
decision ; ii rcstera .i s. lille et i adop
tcra Robert Marcel qui deviendra so-
associe.
Ces quatre acts pui auraient gagn:
A tre plus ramasses, sont lt'uvre d'u:
dramaturge tres habile ; les effts v sont
bien menagcs.le public est tenu en ha
line ct pendant les trois premiers actec
il n'a p. s intrchande ses applaudissc
nments. l. I.e Roy. d.ns le r6le de Ro
bert Ma.rccl.a montri de'squalites d' mo
tion simple et concentree et de dictior
qui rappcllcnt I'art de \Vorns. M. di
1-eraudy cst tout ; faiit sobre dansJear
Gueret et il faut citer encore M.Gran-
dal dans une silhouette de chauffeur.
Les heureux a.utcurs du a Manriage dc
Mile Beuleinans M..M. l-onson et \\'i
cheler. competent un nouveau succes .
leur actif. Leur piece. I, h l)'mnoise'lle
nmrr,'a.%ini.represcntce;eu(Jy'mniase.a obt.
nu un tranc success. ('cst a Bruxelles
que la scene se pase. M. D:riddier,dta-
bli tapissier-garnisscur.pere d'un june
home, Andre. qui etudie pour avo
cat a, et d'une jeunc lille, Lucette, qut
a apprend le piano 0 prend pour de-
moiselle de magasin unejeune fille qui
cherche a la fois un emnploi et un petit
appartement. C'est en demandant Ic
prix d'uin quarter a louer chez le
papa Deridder que F'allaire s'est faiteau
cours d'une scene tout a fait charmante.
et aussit6t entree dans la maison,cette
petite fee transform tout : de la bou
:ique vieillotte, clle fait d'abord un ijo
magasin ou Iles meubles, les tentuns
sont disposes avec gout, en attendant
le transformer cc magasin en une
somptueuse installation moderne, ou
ious verrons ivoluer tous les person-
nages du deuxieme acte. Et voici que
successivement deviennent amoureux
le la demoiselle de magasin:M.Amclin,
iche sportsman, proprintaire de I'im-
neuble occupy par Deridder ; Antoine,
e garcon magasinier ;enfin Andre DqS
idder. Mais routes sortes d'obstacles so
ressent qui cmpechent la realisation
es projects de marriage de ce dernier :
nalentcndus,tiert6 de la jeune fille q4u
ime Andre et ne veut pas I'avouer,va.
itc du pere Deridder. bourgeois parve
u, et cela nous conduit au troisieme
:te oui, dans un grand restaurant de
ruxelles, on thte la croix de l'ordre de
6opold que vient dobtenir l'Exposi-
on le chef de la grande maison De-
dder et Co. Alors tout s'arrange sui-
ant la formula de Capus. Antoine a
ris depuis longtemps son parti. Ame-
n a compris que la-jeune tille ne 'ai-
ie pas et, gcnreusement. il la jette
ans les bras d'Andrc Deridder, en ;i-
ifizint au pere qu'il ait a marier les
ux ju-unes gens.
Cette piece est joue a la perfection
Ir I'inenarrable lacque. l'acteur bra-
ingon,qui cst la joic de la piece: Du-
esne, tres ccgant t tries bonhomme
ns ,- i6!e d'Amelin ; Jules Barrv.qui
:-i .c :cd Andre ;1M. M. lo. prlarit
ag r,;n i.:-gasinier, et enfin par
me. laJne l)ela>r. la demoiselle de
agiln, et Charnal, Mime Deridder,
PAUt CHAUW.ET.


I III IlINN*


IC - -
~I--- -- -- ---- _, __ ____ _~__~ ---- -- I--






L -- --- -- -;- ---.-------


Crs do Burse
rAmricain 280 o/o prime
C ueri Paris. 3 314 j, 4 o/o prinu
Tniaes ur Pai. 2 1i/, a /o,'op
Transfert sur Paris 4 1/2 oln prime
C~bque s. New-York 314 o/o prime
W P.de.. P. 2,2 1/4 0/0 scp
Nickel. 3/4 o/o escompte
Dette Int. d'laiti 1913 97 o/o ad val.

-

FIITS DIVERS

RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUE8
OBSERVATOIRE
LV
SEMINAIRE COLLEGE S'-MARTIAI
Vendredi 28 Mars 1913


Charles Riviere qui, visiblement emu,
nous conta I'histoire de la decadence
du *maitre du cirqui*4a'arefois
Apr l un voyage AFiacy o", le chz-
valir de la vitessue ft surmene. il t ait
tomb6 malade. Inquiet e Gal. Rivie't
t'em pressa do e faire condaire an vetL-
it aire David Fife et. come aucuic
amnliaation ne survenait, Ie proprie-
taire. ne voulant s asaister a lI'agonie
idouloureuse du Grand Vainqueur. ai-
ma miecxen te dpwAsed. 11 I le ven.
dit A David Fife qui navait pas encore
d6sesp6r6 du cas de son malade.
En effect, c'est David Fife qui parvint
A remettre le h6ros sur pieds et qui,
pour refaire ses membres et aider sa
convalescence, a jug b bon dc lui fair
ex6cuter de temps en temps, des exer-
cices en ville.
L'an de garAe
A l'occasion du 1600em.. anniversai-
re de I'Ndit par lequel Constantin, apr&s
la d~faite de Maxence, Fan '31t de 1'&re
chrtienne. donna la paix A I'lglise, un
jubil a 1t0 ordonnk par le Pape Pie X.
Ce jubilee commencera demain diaian
he de Quastmodo et prendra fin le 8
Dembre, fote de I'Immacul& Con
ception.
Tous les fidles qui visiteront deux
fois les Eglises de St-lean de Latran
St-Picrre et S:-Paul A Rome, 'e confcs
sant, commur.iant ct faisant laum6ne.
auront une indulgence plCniCre pour
tous leurs pcchcs.
Tous ccux qui visiteront six fois les
Eglisec indiqules par leurs cveanes.
suivant les mom s pratiques, bl'n ficie-
iont dc la nmme indulgence. 1); sort.
que I'annce 191 qui est signale.i par
les prophetesses comme deviant ctre
une annce terrible,.est pour le monde
catholique, une veritable annte de
grace.
Le Canal Davezan.
O(n so. souiviint (Ute, annon:ant der-
nieremnoit I';t'iavcnvenent des travatix
contis,.U tant dans l:t ville des Caves
( i' a se entvirmons. Mr Allisonl Arcler,
iouts lisiSons q ,i I'entreprenetir. selon
notr l'c *)'t'e ))ontllnt. avait allpport A
lei"1 exc '.cit nll aitant d'intelligcliceq iie
do btiine foi.
(ett, opinliion vient d'etre coiiiir'inte,
an moitns pour co iqui regarded hl Canal
I)av7ez.;l,. par I Scecrttaii8 d'Etat an
I)lpart':,iint (ds Travaux publics, Mr
G. Ikoc' q(, ui. Iors de son dernier vo-
yagee mix Cayvs et at course l'tine vi-
site d'irlsp)ction A la plaine des Caves,
a fGlicit.1' Mr Archer pour les travaux
dit Canal qu'il a trouv4 conformne au
plan sonmiis h son Departement.
Ca avorat Iartllen install ft Paris
Mr Liti' Neinours Auguste, fils de
notre Ministre i Paris, s'installe en
cette vill.e comnme avocat.
Apries avoir tctd principal clere d'a-
voIl, secretaitre l'un agre6, notre com-
patriote nmet la derniere main a sa
thmire d e doctoral ( section juriditlue ).
Nos compatriots, qui auraient b)'-
soin do ses services, sont certain de
trouver aupros de lui le meilleur ac-
cueil.
Flanallies
On nous fait part, de Jacmel, des
fiancailles de Mademoiselle Angklique
Jarbath avec Monsieur Benjamin Tur-
nier.
Meillcurs compliments.
Matriales


Baromntre A midi
ture imum
Temperature maximurn


Moyenne die me 25,3
Ciel clair la nmaiic i et nuageux
I'apres midi
Iaromltre ccnstait.
I. SCIIuEREl.
Concert-Lanollhie
Hier soir, nous avons assist a la r-.
pEtition du programme du magnifique
concert. Mr Iamolih a exquisement
jouk le *Chant sans pa olessde Tchai-
kowskv.Plis Mr MNons.-to nous fit en
tendre lagBerceuse-de I. mothe.Oa. lui
fit une ovation bien iriict e. C'est un
morceau magnilique dcltine1 a rempor-
ter cc soir un immense succ:s. Ensuite
M. .amothe nous jou.i, avec sa dClica-
tesse habituelle, ce morceau qui senm-
ble lfit pour lui.
Q u.nl:t :Iu (:'onccr:o en la mincurs.
execute Adcux pianos p.irMime Gerlach
et M.Lamothe, il cut iin double triomn
phe. Mr Lamothe nous a. non seule-
ment inmrveillc dans 'cx&cution de
ce morceau, *n:ais encore rcdlt~ une
nouvcllc artiste don't le talent et la jus
tcsse d'interpretation sent admirable
nlinfi Mr .Monsanto, dans a le Matin
de (Grieg *,nous fit apprecier sa bonnt
technique ct l'amplcur de son coup
d'archct.
Mr Larnothe dans le hut de se m&
nager pour cc soir, ne nous a pas faith
entendre ls autrcs inumeros. Et nous
sommes parties. enchants nous pro-
mettant bien de ne pas manquer au
brilliant concert de cc soir.
Cinli'ni'llilhitre
C'est le programme qui cut tant de
succks jeudi dernier que Mons'eur
Rousseau ex6cutera la representation
de gala de domain soir.
La vie i'ltle quell'k ,st, "e cbau/ffur
wnourrcux. les llasardis le la iie i l BrIan-
micus, ces quatre films, Foar le dcroule-
ment desquels il taut une duree maxi
mt dedeux heures,constituent la plus ri
che affiche que le Cinema ait presen-
lie jusqu'a ce jour. Aussi esperons-
uous voir le public s'cmpresser A assis
ter A cette soirte qui lui promet des
jouissances d'art incomparable.
Football


Revue du M archd copole enchass e dans I'meraude 4
frondaisons, au pied du moat ver
yant et fleuri que le pr6dicateur av,
SLa prime sur Fr am&eicain de 5 r5 % drit dans le language image de son ut
ar dcgringolh a 272 ; hier ce taux a etv mier sermon du 9 F'evrier, qu'il a eu
faith. se fire entendre. Presque tout 1&rci
Ce m)uvement d.-baisse est dd i une [ tait accouru A ce rendez-vouss
grande raretW de gourds sur place en pur y gouter le charge desparole
face des besoins de la province pour la brilliant orateur.
recolte de coton qui est tres belle cctte 11 est six heures.La procession paar
ann(c. de 1'Eglise, arrive.Le cortege des pretM
D'iutre part. il est tout natural qae se fraye un passage a travers la fo*e
le change revienne dans les environs innombrable et compact qui les a p
de 250o /o. vu qu A partir de ce taux les c6des, aux modulation d'un catiqa
Banquiers ne voulaient plus acheter ; pieux expirant presque dans la loa
la hausse s'dtant produite par les obli- des pretres et des chanties essoufl i
nations du petit commerce qui est tou. lascencion qu'ils viennent de far
jours force de convertir ses gourdes A Apres la psalmodie de 1'O crux ave, le
n impore quel taux pour les premises. voix se taisent.Lauditoire peu aupara.
II semble qu'il y ait un amendemeit vant houlcux et bourdonnant, e re
du c6tt de la Banque qui, elle aussi, cueille, attentif. Le Pere Levasseur.le.
sest declared ouvertement en faveur de tement.-je dirais majestueusement
la baisse en vendant (il est vrai par pe- je ne craignais de froisser son humilil
tites valeurs ) i tous les taux pratiquiis chretienne-gravit les trois degrs de
depuis lundi. Hier clle a vend-Ja 272 sole sur lequel est drig6 l'arbre de .
et 27J5 /o. tre redemption. Au pied de cette ra
Le syndicate des agents de chlinge, de croix, sous les regards 6tcents &d i
suivant les instructions du Ministre mage du divin Crucifid-dont les yetc
des Finances, a mis en vente 35 000 morts semblent se fix.r sur celui qi
dollars A 285 o0o centre moitie biicts le scrt par sa chaude parole-!e symip.
de 5 et moitic Billets I ct 2 pour It scr- thique missionnaire nous retract le
vice courant ; avec I'escompte des bil- pcripeties navrantes de la Passion. Le
lets de 5. cela remnet le taux ai 280 ijO. c(%:urs s'emeuv.:nt au r&cit pooinaatdu
.Malgre cette conversion d'o, A 2,Si.le dra me sublime de I'an XXXIII. L'ra.
lendemain nos cUiions 2-2 o0o f.ill' ratcurnous d&peintavec vigucurlesdo
chacun cssayant de revendre sa fih. lA urs incomparable du Christ redesp.
perte, atin de rachecer .I meilleir t x,. teur:douleurs dans son esprit,dans sm
Payables L.izrables ccur et dans sa chair. Ainsi divif, le
II n'y a presque pas de payables-li\ ra- discours se developpe avec un intr&
bles en cc moment ; quelques pe:itces Icroissant. I)e ces trois parties ample.
attaires sans import.mce out itC n' )o- mcnt traitics, imaillkes de rillexions
cites par des speculateirs ambulants philosophiques et de rappro;:iements
272 sur fin courant et 15 avril. tires de la vie humane. e pr:dicateur
iraies el Cb? U's. a tfit un tout harmonicux. lai is une
Spceroraison persuasive et Cmuc. ie ais-
Le marched est encore plus ferme sio,:ineiic faith un supreme appel A aos
Nous pouvons coter 4 1/2 0,o/o ctcurs de chrtiens,en nous dceinmilt
minal pour des clieques sur Paris Lt I de nc p.is nous contender d'une ieo-
1/4 o/o de prime pour les chequcs s.ir lion platonique et fugace,mais dec. i
New'York, avec acheteurs et vendeurs prcndre et sentir protondement I'aaur
II n'y a pas de Fraites sur place, ce .p i immense qu'a eu pour nous Cc!uiq i
nous pcrmct de croire que la tendanie a donned savie pour le rachat du oon.
A la hausse se maintiendra encore quir! de. II nous conjure de prouver ue Io~
ques joars. tre cmprcssement aux conferences(a
G;,N ccareme n'a pas etW un acte de pur 1l-
Les livraisons ont sensible nent di- lettantisme,en venant profiter du sa.i-
minue un peu partout. On continue, a fice divin qui se renouvelle chaqae
payer dollars, dollars, o dol les t) jou ur sur 'autel, pour le salt de ap
livres selon provenances ct qualits.l. c m ncs.
march a rcpris en Europe. nous avon\ s
eu un leger movement de hausse. ,. ... ,. : A ..
LiI~U LIILL d hIA L i L l t


Lea Avril-r,--hli ii A -, hiro Jai


C'est domain & I heures que, sur le matin. sera cJl:bre a Ste-Anne le ma-
laid du Pont-Rouge, so jounera le der- rage de Mademoiselle Anna Chariot
nier match de cette saison fructueuse avec Monsicur Dl)iazard F&cu.
ontre N'lll et 10. .
Cc sera, sans mul doute, une parte Ce mtin 1 7 hicrcs a tc cel br en
irte intcressante, puisque ceux qui la m n
jouent sant des chevulronns de larqi l~EIise paroissiale de l'Acul du NorJ
liere. Certain dissent qe e n USH, el Wle marriage de M idemo.selle Idora Fo-
ore uine foi.s, v.i:il. I'uultres p)rt' restal a-:: Mo iieur D-imintas Lapom-
tenident (qi.e .les mn'il 1' te I'Olympi merry.
01u*., entr;in'ls a 're ;ull i-lr. sl ri ser-


'emit tie imietre a Itpas tba- do Phinl ie~estal
Cette (ocWic tId folotball cjiii. depuinis sa
4-rtlatioii. Wit jalmmais '-V vinue. [,,!s
ceptiqties. vim, vriemat m-bi c orbi, qIuo
ce nem amni match wtiml
.%~'anouhra le po) int d~b~~a~l
Qtfit i aille en fmle tIL i Iloiit-flouge.
Grandeur c l d'cidnce
A I# suite de noire entrefilet d'hier
concernanl Gailid Pelgohm nous avons
rsvu cc matin I'amabLe visit. dui Gal.


Demand d'emploi
Frsns:ain. Pharmacien diploma ex-
stagiairo des h6pitaiux militaires de la
Guadeloupe. residant en ce moment i
Port au-Prince, d6aire trouver emploi
dans une pharmnacie de la capital ou
de la province.
S'adresser pour renseignemens i
Mr CHKRIEZ
Port-au-Prince


Nous c
nes 3 1/2
l'escompt
La vcn
lets de 5
Le nickel
pour !e:,


LesA


Le' co:
don't j'ai
ont eu pc
:A e: .


Bill.s e 51ce. U 1ne III-Ii-eure s 3 dI t. liCo ec ;q
Billets dle el .i\ukel. nous ne l'avions remarque qu'en -
c6tons depuis quelqucs semii sant d'entendre la voix eloquentef
Nickel et 2 I 2 Billets de '. missionnaire.Le decordans Icquelnd0
;e de ces monnaies. nous sommes trouves ce soir du vIO
te d'or du Svndicat coitre K11- dredi Saint a grandement contribtdl
a rafferini 'escompte a1 o/o, exalter nos impressions.Tandis que W
peut etre c6te A 2 3i4 net derni&res paroles tombaient des lt~v
du prdicateur, le crcpuscule jetait s
Cc 29 Mars 19, ultimes reflets de pourpre et d'amlI
Ms estompe. baignant d'une clart mon
...- ,. -,*- rante les choses d'alentour que csi
sait la brise vesp&rale. Et deja. a O1 O
;*rm,, du dent, une etoile scintillait, cependrl
I que la lune,splendide en sa rondeurf
/, 're o L evas eur en son 6clat d'or pAli, d'une trainee
mineuse, diaprait l'onde azurec de
tre rade tranquille ou se dessinai
Courrier de Jeremie silhouette fine et blanche du P
nfirences qui ont suivi cells Ique 9*. D R
entletenu leslecteursdu Matrin, O DI
our sujets I'Emploi de nos ,


journ ,es.. .mi ,dx u-s lectures, la mere
du Sair. le Stint Sacrifice de la mess,
la Confession, la Co:nnunion,et la Dc-
vo;ion an S trd-C:.vr de Jsus. Un au-
ditoire de plus en plus nombreux a sui-
vi, avec attention. I'6loquent pr6dica-
teur dans le developpement de ces dif-
f6rents themes. Les trois nefs de IEgli-
se Saint-Louis ont toujoursthd comble.
Du u o a de cc mois a eu lieu la H
retraite des femmes qu'a suivie celle
des homes. Cest pour clore une serie I
d'ulnstructions sur Jesus Cvangelique a
commencee lundi 17, avec cette derni- .
re retraite,que le Reverend Pere Levas-
seur a prononc.e scene apres-midi, sur r
le Calvaire. son dernier et vibrant dis-
cours du careme.


Le calvaire de Jermie est sur le mor
ne o lubilt e, au pied
DCol *toer o06 a Bda a b la n. UTla
Cut tout prks dr notre blanche at-


4'

11
I:
a


Jeremie, 21 Mars 1913


A rfrmger


S4) 2 iA ~.7. La grande arini-l'li
mi l ce les dfeniiscs de 'I'TlchataI*
1, 0111, F rtre' do irondr I'. h,1 .lnsl
11W iillei t ilnps (Itle fes arilt--es, III
Lt st r wIattaljnatien1t AnII' (1i0iop)
Din2:3mi 4;,de constansIls-4
,)lit 04' i\i~: auxY retrimchenionts W10s t~C
-;Ill. (fifft'.1-onts poinirtsA
L'os tl-itf'oeist1 t iredS ont I rsistd
;I'a%-imco de-, i 1ulgarcs. a%,ec (-jjji4 di*
j;iohls (jillldilt1trie ct ume brigade (lde
allerie, sontIIriucs par des irelVL%'is
iierre titres aux deiix extrt'inites
li ligne.
I.e rtlsultat du combatt a .ted
nouvement en avant soutenti des
pes bulgares qui ont rdoccup6
ancienmes postions devant leass


7(1,3
18,9
320


___ ~_______ _~___ _


- I rr .. I