<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01723
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 17, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01723

Full Text

wi~mt ABM &" W17099


PORT-A U-PRUCB s rHAN


Lu~U 17 Mlars IJ131


Cltment-MAG LOIRE.
I EjR2CTKUR


pORTTAU-PRINCE :
(in MoiS ..- *.G0 L- 0 *O
Trois S. .. a5.00
D9PARTEMENTS :
ljo Mois.. ego.....0o. 1.20
Irois -* O6:00
ETRANGER:
Trais MOis.o.o.a.... G. 8.00
IA KUMYtRO 15 CENTIMfES


,/


QUOTIDIEN


R EgDACTION-ADMINISTR tTIOD
8, lue Amencane. 8
LesA amanCeS 1011erCes :'
A POST-AU-PURNCC :&u buSreusdid Joubna
* PAirs: chez L. Mavecnce & C..
9, Iue Tronchel
A LOWDU : chs tMM. John F. Jones & C4
No t Snow Ilfll. E. C.
A R11aLt- cbez IuJoII Mosse
S. W. 19,r jernsslemne Strasse 46-41
A 1,w-YoaK : Universal Publicity Comr-a'
4 West 14th Stftgt
Les manuscrits ius&rits ou non ne son-
pas rcndus
Abonnenents ce insertions payables d'v&an..


- -p -- ------ --- --- -. -


LETTRE A MON COUSIN


XVII

Mon cher Cousin, font Ia-has tous les journaux et revue
litteraires; et nous n'avons pas seul(
Au sujet du con'coura ouvert par le 1e'nt comme but d'exciter la jeuness
i Matin je vais vous communique .A travailler et & produire, nous nt
juelques rdflexions que i'ai eu & en- pensions pas seulement A decouvri
endre de certain de mes cousins. Et de nouveaux talents, A revdler au pI
fabord, vous comprerez que j'ai eu i blic des noms inconnus : nous vision
entendre le cousin pessimiste : c'est encore plus hlaut. Si ce concours reus
'espcee la plus nombreuso et on ne sit, nous en organiserokis d'autres : e
'ait pas un pas, surtout on ne tente notre rove est que nos hdros et cer
)as un effort sans le rencontrer de- tains faits de notre histoire soient glo
rant soi avec son geste las, decouragt rifids et (u'il soit ainsi constitui ui
et sans entendre sa parole deprimante. livre dor qui pourra 6tre publicd e
C'est un terrible part, qui survit A tre mis entire les mains de I infant e
ous nos parties polltiques, que celui de la jeunesse commne un reservoir oft
des a quoi-bonistes. les cadets allumeront leur entliousias-
SVotre appel, me dit le cousin pes- me naissant. Ne serait-ce pas un hlio,
simiste, ne scra pas entendu. Personnel neur pour la nouvelle gOddratioin de
nenverra au concourse. Votre foi en la contribuer, chacun en apportant soni
jeunesse vous dgare, et votre ferveur effort, a crder un courant de patrio.
pour l'art crde en vous une illusion tisme, a entretenir le cult de la Pa
magnifi'ue, nais qui n'est qu'une il- trie et de ceux qui nous l'ont faite?
lusion. Cette jeunesse es.t dnerv6e et Voila les considerations que je sou.
impuissante, incapable d'effort; s'il v a mets A nos jeunes 6crivains, et je me
Pu jamais un resort en elle, il est bien refuse absolument a croiro quils v
bris&., resteront indifTfrents. Ils manqueraient
Est-ce la v6ritd, cela? Je ne peux, a leur devoir, nous aurions faith le
ie ne veux pas le croire. 11 y a eu dans n6tre.
les derniires anndes du siecle une Un autro cousin m'a cause plus de
jeunesse don't il dtait plus lgiitine de pMine que 'a quoi-boniste. 11 m'a dit:
ddsesperer: elle s'appelait la Jeunesse IIs no viendront pas, vous n'offrez pas-
penusie. Elle pensait, s'analsait et ana- iun prix en argent.
Ivsait son milieu; le rdsuitat de cette Ahl! Lines jeunes cousins, quello ir-
analyse jetait tin decouragement pro- suite on vous fait la! El4! quoi, n'st-
fond. llappelez-votis les accents de ce pas plun. quutn prix de cent gour-
POtion (truiOme qli, plus qu'uu autre, des, I'honineur do trioinplier dania un
fht I'interproto eloquent de I'Anie de concours, at qpel est lo poete ou le'-
pon grotipe, crivain vraitlent digne de ce norn qui
Et copendaint,cetto g6ndration a pro- ne placerait pas lagloire atu-dessus des
duit dos hInomes remarquables, mal- &cus. Et itest-co pas djAi une joic da-
r I'l ostilit6 des circonstanres et de voir ecrit do beaux vers out une belle
'mlhiatuce. page de prose, ot n't\tes-vous lias as-
Notus solnmes bien peut-4tre encore sez payo, si vous avex --ot i ftaut I'a-
aS fond d'un vaueo abineo, mais nous voir -l'Anoe de Cyerano, en vous hes
nous refusons ii adnlettro q'il soit lisant, A vous uinme.
Intre seputlcre: Iaos regard sQnt leves Et puis, nous ne faisons que com-
Vers I'azur dent nous apercevons un mencer, nous sondons le terrain : vous
Pn, et nois rdvons malgre tout, I'as- n'avez qu'i vonir on quantit,6 vous
ecioni et 14 d4livrarnce. verrez que le prochain ooncours scra
La jouriesse 4'aujourd'llmi eat tour- dote d'uor prix en espAce. Et la sonunle
Mentoe, travaill6e d'un grand besoiin sera mim e plus ronde quo vous tne
4'activite et do vie; elle ne dcsespere croyez : nous avons nos combinations
pas du salt do la Patrie et a reilleure pour cela; mais laissez nous garder
i'euve qu'il el soit, o'eat que le nom- notre secret. Toutefois, sovez bien
bra des annexionistaes a duninue A ce persuade que seul remportera le prix
point que nul n'oserait proftrer ce en argent, celui qui est assez un artiste
as phime qu'il faut remettre A l'Etran- pour travailler sans espoir de rc om-
ger le soin de nous tirer de I'orni#re pense materielle, et que ceux qui se
oi nous nous dobattons depuis lus seront entrainds pour le present con-
d'un siecle. Je ne sais quel soue a course seront mieux prdparis pour le
traverse le pays, relevant les Ames second.
abattues et dMcouragdes, insuffiant la Un autre coqusq nre 4 : Vous
foi k ceux qui ddfaillaient, apportant avez tort 4'iq4(qtqe4"r qte ce concours
un regain salutaire d'orgueil national est otyer~ .patr lea jeunes; heatcoup
et le patriqtise r. voudrmesnt y vendr qui a'abstendront
NOV, je nqe cris pas nme trmnper en A caUae do Oela;
Yynt ~jai et si e cr yaja rse troan- Enteondons-nous blen 'sur ce point.
Vpeynt F eitdr ai e ore d re oir, et je Nous avons voulu que seuls les jeu-
vroierais encore ausai fort dana le d6- nes prissent part as concourse parce
sort, sachaqt que lea Ames ne sont que nous avons pensd qu'ils n'ose-
parlois u'endormies et engourdies raient pas enter en concurrence avec
quand on es croit mortes, croyant que des gains plus forts qu'eux, dent le
la foi eat chose qul so communique,
tt qour citer un vera de Rostand, que entendons le mot jeunes d"ans un sens
trcgs sldcial.
En rtvant i des feurs ouent on en at nalu. En matie dc talent, Le nombre des
Pourquoi nos jeunes ecrivains se an res Importe pas et en literature,
4sinteresasraieqt-iWs cq q4 qcqurs?. Le il ya des jeunes qui ont des cheveux
Itet q'est-i r ce u .U qui dolvent blancs. Est un jeune enq tif6rature, qui-
joqvoir touted Arie- at ieiqqe Tous- conque n' t pas Bw perc6, n'a pas
aln$ Louyert4re, qq4 hoaore toute la de Ci t n'a pas beaucoup pu-
race ~oire et particqliBremeqt te plas ~l1. Chest une occasion pr6c~ment
lul I rodqit, qe dqit-i pr ivoir qn que nous oftrons A des talents incon-
tel q4 fhQle crnsitasqnient I'encens rius de Be mantieater, de se mettre en
de la ferveqr,tde la reconnaissarlce relief.
des g6nrations sucoessivea? Tous lea Un autre cousin ma dlt: Beaucoup
talents ne sont-ils pas tennis de lui ap- voudraient venir qui ne viendront pa.
porter un tribute flial d'adtiraton? parce qu'il craignent de ne pasetre les
La tentative du a Matin* n'a rien reiers et qu'ils rougiraiet d'4tre
d'9Ztrnaodinaire : ous faIlson ce que ba .


Tout d'abord, 6e serait exag:rer 'or- teinture. Depuis la mythologique mal
gueil et I'amour-propre que de rougir gicienne MedWe, tous les products sus-
d'un chlec dans un 'concours. Tel qui ceptibles de teindre en noir ont 6t6 suc>
remporte le prix n'a pas plus de talent cessivement employes A re 6ndrer la
parfois que les autres; ii a pent-Mtre couleur de la chevelure. Malheureuse.
eu la chance d'avoir une inspiration ment,il est certain que les preparations
s plus lieureuse; de s'ttre echanit d Iar tinctorales inoffensives ne tiennent pas
- certaines lectures, etc. Qui dira que et norale inoffensivene qco nnent pas
e oliniet de I'lsle est le pIlus grand ptote et nedonntnt qu une coloration dou
e franrcais. Et pourtant, si oni ouvrait tn teuse et fugitive, tandis que les teintu-
r contours pour un hIyine national, resvraiment dignes de cc norm sont des
- c'est lui qlui l'ni rit iemiporte. preparations nuisibles.Cesont des con-
s De plus en adinettant cctte exag,-ra- poses A base de sels de plomb,d'argent,
- tion de I'anmour-'propre chez nols ,*cri- de cuivre, de mercury, de chaux. dc
t vains, nous lear oflronis trln mOn)\en bismuth, d'ttain, etc.. qui,lorsqu'ils ie
- pour se meIttre i l'abri. Ql'ils signent produisent pas sur l'dconomic tout en-
- d'uiii pseudonvine t ie tdnniet ,u tire les sympt6mcs gcninraux des d.-
t sera courons c',t l, seud vai tll~'rs sii verses intoxication, irritent toujours
t d;lonceront tadit tais 1 s vain es le cuir chevclu.v causent des eruptions
i resterolnt dans I'incognlit). Esl-o (iEP. graves ou detriorent le chleeu ct any.-
- ce nioven ntarr.laiei pas tout? Et li',st- nent une calvitie rapide. M.ltions-nous
- ( ias ulle garaintio dh (ils, s'il en aussi des peignes de plomb : ils ont
0 tait besoin, de i'iinpartialit6 dii jury cause des empoisonnements graves.ai!
d'exanmen ? leurs que dans l'llistoire detl Trei e de
*Ponr notre part, nons- serious trt'.s Balzac.
e hi'rne.ixl, ion sei llentdo i voir no's Les teintures blondes amt ricaines. i
jetes tcncrivais sq no Is vonilorns i base de sulfate de cadmium et de sul-
gurer., ais encorqu tous vondriulns ia- fhvdrate d'ammoniaque, sont i pen
le public en ,l6adral s'v into.-r.ssit. pros sans danger. Mais Icur action lo-
Aplin's Toussaint Loouvertlre nous an- cale est toujours nuisible aucheveu.sur
rions D.ssalines, PtIion et curtains lequel on ne peut exercer longtemps.
faits de notre Instoire. )lntrc 1 lin'd- impunement, les morsures de la chi-
Slice dit livre d'or tiole nous plourrions mie.
ainsi crter, n'y nrait-il pas aIIssi q'a IIn est de min e des tcintlrcs ins-
Scaunsedii conrIua beaistori). ns jsenin tantances a base de nitrate d'argent, or-
tlanmprai,,ont d'cn tiousiastnS, en lisant dinairement rcparties en trois tlacois
certain teuiss irs te (ltGragtnon .La- distinct : le premier flacons est coim-
cost, F'iiliiin, Pl1icC- et? ELt qti sai si a posd d'acide gallique et pyrogallique et
en clierchan iit a 'ocr'ir li sonnet on Id'alcool teintt au tournesol ; le deuxie-
Sne trounv'rait pas I'ihdte (I'un dtrani' omt me flacon renferme une dissolution de
d'un roin.mn listor iqtli e? ~1, tout, nWest- nitrate d'argent dans une parties gale
cc pas Id: s ue mettre cn route,, et sail- d'ammoniaque pure, le tout etendu
on co lquon pentt rencontirer in mar- d'eau gommee ; le troisicne flacon.
chant- charge de fixerla nuance, se compose
i t-cwt no s leat.i ari, daonc mel. e d'hydrosultite de soude et d'alcoo co-
tems, soilnt (o'CnIH'as dIn nIlliie Ijt, lor6,coupe d'eau distilled.
e ,t n'ist-ce pias i lele le ucos comina- l.es te"ntures progressives sont nui-
nions de Ipns'ee ipar laIlltlle pent s i sibles, parce qu'elles produisent I'into-
frl(itifier et s'lhomuogtiser I'iame na- xication saturnine, composers qu'elles
tionale encore sparse? sont, le plus ordinairenment, de sel de
Nous croons done notre rinvre saturne et d'hyposulfite de soude. Or.
bonne A tois l itsls )Ot de \vue; 1no)is y on sait que les preparations m6talli-
convions encore une fois tonls nos(,'rl- ques les plus suspects sont celles a ba.
vains, et nous serious d4soles si notr. se de plomb ; elles exposent les person-
appel n',itait entendu qe d'iin petit nes.qui en usent aux plus noirs mefaits
notnbre; inais encore tine fois, iouses -d
aurions faith notre devair;nous aurions et A tous les accidents gendraux du sa-
oll; rt, sans interi't atucun, or t hons turnisme. M. Little dit qu'en se trou-
offices pour mietre des artistes incon- vant en presence de curtains troubles
nus en contact ave l tL iblic, et si ces nerveux inexplicables.il ne faut pas ou-
artistes existent ot qu'ils ne nIpondent blier la possibility d'une intoxication
pas a notr-, attento et a celle de nos saturnine. 11 se rappelle, a ce propos,lc
lecteurs, ils ne seront plus fond(ts A se cas d'un malade qui I'a conaulte pour
plaindro de I'indiflTennce go*ndrale. Le des cephalagies et qu'il n'a pu soula-
chlamp est Ia, mais si les Ioissonneurs ger.Or, il a su depuis que ce malade a
ne eientuent pas, livraie pourra conti ete delivrt de ces maux de ttte en ces-
nuer de pousser et d'touffer le hon sant. sur les conseils d'un coiffeur, de
grain... Bien v6tre se teindre les cheveux. M..Dovle a ob-
serve, chez un malade qui se teignaii
RKEt DARLOUZE les cheveux avec uue preparation con-
Stenant du cuivre,des sympt6mes de ne-
-II-- "-- vrite et du dilire.
CAUSEIE imDlICALE OQuant aux products A base de sels de
SCAScuivre et de nitrate d'argent, sils sont
peu redoutables au point de vue des
L'art de tetndre effets generaux, ils produisent presque
toujours une irritation locale funeste A
les cheveux la chevelure. En resume, on peut tou-
jours dire, au sujet des teintures, ce
que Constantin James 6crivait il y a
L'art de teindre les cheveux a t longtemps : e Quoique l'art de teindre'
depuis longtemps dejA, trks perfection- les cheveux sit fait des progrks nota-
ne enOrient et surtout en Perse. En bles. quoi qu'on cite des personnel qui
Occident aussi. hdlasl beaucoup de font usage, depuis des ann6os, de cer-
personncs se t.ignent les cheveux ; nul taines preparations sans que leur sant&
nieux que le -nedecin ne sait combien ait paru en avoir aunement souflert, il
frtquente est cette fraude, quoique, i faut se souvenir toujours que MUe
la v6ritl on 1 consulted peu ( et c'est Mars,qui, elle aussi, s teignait lesIt-cl
,a ton ). lorsqu'oa veut employer uane vua daa l'espoir d'ane 4teraelle jea.


- Lit -~,1--1111 11 C ~~l~d1113J





e----- -

Cours de Bourse
OrAmkricain 316 o/o prime
Chque surParis. 4 1/4 o/o prime
Traite sur Paris. 2 1'2, 2 314 o/o p
Transfert sur Paris 4 1/2. 4 31/4 primee
Chique s. New-York i o/o prime
Billet de P. 5 .. 2 /2 o/o escmp.
Nickel. 3 1/2 o/o escompte
Dette Int. d'Haiti 1912 97 olo ad val.



FAITS DIVERS

R ENSEIGNEMENTS
MET.JOROLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU
SEMINAIRE COLLEGE S'-MARTIAI
Dimanche 15 Mars 1913


Barom6trelA midi
Minimum
Teap6rature maximum


762.C
23,2
33,7


Moyenne diurne 26,6
Ciel clair toute la journee.
Barometre en baisse.
I. SCIIERER.
Arrivee des Sportmens do
Pelit-Gofve
Par le compte-rendu du match de
12 1 -1 -.- 1- 1 2


les limits, la pousse jusqua taire ih-
gurer le nom du President de la Repu-
blique dans ses honteuses machina-
nations ?..
Accidents d'autos
Simedi soir A il heures, un acci"
dent, arrive au chauffeur Pep1 Delva,
faillit avoir des suites mirtclles. Au
contour d'une des allies du Champ de
Marsl'une des roues d'arriere de auto
se brisa net, et la voiture continuant A
rouler, quoique desempar, e mit un
instant e:i peril la vie du chauffeur et
du jeune Dejoie qui l'accompagnait.
En fin de coinpte l'auto chavira brus-
quement, et Dl)jole recut quelques con-
tusions et une blessure a la figure. Les
renseignements que nous avons re-
cueillis nous permettent d*'tablir que
I'accident n'est do a aucune impruden-
ce du chauffeur, qui d'ailleurs a ce mo-
ment-lI roulait a une allure moder-e.
*
Hier aprts-midi, en face du terrain
de football situc au Pout-Rouge, I'au-
tomobile monte par le chauffeur
Charles Pierre est restce plus d'une
heure en panne: Revenue de l'Etang la
chambre d'un de ses pneus venak su-
bitement d'clater. Le chauffeur partit
A bicyclette en quete d'ustensiles de re-
paration. Quelques minutes apres son
retour les reparations 4taient faites et
l'automobile partait rapidement.
*
A noter aussi deux autres pannes
assez longues A l'Arc-de-Trriomphe:
celle d'une des voitures de la cCompa-
gnie de transports* monte par S. Ar-
cher fils et celle de la voiture de Ch.
Gaetjens, monte par son proprietaire.


football joui hierapres-mcidi sur le iana
du Pont-Rouge, et que nous publions Cinema-Theatre
plus loin,on voit que ra Jeunesse Spor- Une afliche copicuse avait attire hier
tive Haitienne a battu, par un but, son soir A la representation de gala plus
adversaire 'Association Sportive de de 00i personnel. Cette soiree a eu
Port-au-Prince. C'est au vainqueur de une reussite complete.
ePrta pnrie qu'nc. t au onneur de A signaler surtout le beau film a La
cette parties qu'dchet 'honneur de onvoitise du chauffeur don't la vue
matcher. dimanche prochain. centre fut suivie par le public avec un into-
1'Union Sportive de Pctit-Go4ve. ret particulier et quon souhaiterait
Ce match qui fera Cpoque et qui cera voir garder 'affiche & la prochaine re-
un des plus sensationnels disputes str prsentatlon,


nsse,succomba, en une nuit. A la suite le classique land du Pont-Rouge, que
de d6sordres cdrebraux que determine les victoires multiples de 1'U.S.H, pro-
une nouvelle application ,. motrice des sports chez nous, ont mar-
N6anmoins, quo, se jouera dimanche apres-midi.
Spour fre& natre hnin L'U. S. S. H, don't la belle cnergie ct
Spour fire o pe gre i nt nn I'esprit d'initiative r&confortent, stimu-
nous citerons quelques produiti in:io- lent les plus pessimists et les plus ti-
cents pour teindre les cheveut. pro- mores, prepare, A cet effet, ime rcep-
duits, come nous venons de le dire, tion cordiale aux sportmens de Petit-
peu tenaces, hlas I et bien ephdmeres Goave qui seront recus, samedi A 4 hrs
comme action : ce sont les pmmnadcs A lI Gare du Nord,p.rla Jeunesse Spor-
et cosm6tiques noirs i base de noir de tive, son adversaire du lendem.nn, que
fumbe et de carbon de liege ; les solu- Monsieur H.Poitevien, le sympathique
tions d'encre de Chine dans I'eau de et intelligent Secretaire de la cormmis-
roses, don't se servent les Orientales; sion de Football de l'U.S.S.H,accompa-
les products i base de manganese, de gnera.
brou de noix,de noix de galle ou de ta- Au Chalet du Pare Leconte, la me-
nin ; A la rigueur, les preparations A me apres-midi a 5 heurcs,le conseil de
base de fer,qu'on peut employer ration- I'Union les recevra.
oellementA I'inttrieur,puisque la mcel- Dimanche, apres la parties, qui sera
le coloree du cheveu doit sa coloration prdsid6e par Monsieur Aug.Bonamyqui
surtout au fer, comme, d'ailleurs. tous remettra le fanion au vainqueur,et apres
les pigments des organisms animaux. le punch d'honneur,une representation
On peut, A Iaide d'une solution de de gala leur sera enfin offerte au Cine-
potasse A o0l., employee jdurnelle- ma-thitre.
ment, degrader les teintes d'une che'-e-aire lver
lure brune. Le journal des Goncourt L'affalre-Sylera
rapport. A ce propos. que Ic doctcur On se rappelle le bluff monstrueux
Tardieu. avant ett visiter une fabrique que nous signalions dernitremn:t et A
de potasse. avait etW frappd du ton de propos duquel nous disions ctre sur
la ,hevelure des ouvriers et des ouvriic- une piste-
res. C'etait le blond flamb'ya.it veni- En etfet nouscroyons que le principal
tien. Et le maitre de I'Vtablissement dit auteur de ce coup fameux cst un che-
sait a Tardieu que les cheveux d- tou- vallier d'industric pas tres connu jus-
son monde devenaicnt comm2- cela au qu'ici. Son genre, dans lequel il excelled
bout de dix-huit mois.La chose racon- d'ailleurs. est le genre a TheiAtre a et
tee A Paris devant un cercle de femmes, a souscriptions .. I1 a dejA essay par
avait fait fire d'abord secrctement,puis des chantages, de soutirer de l'argent
ouvertement, des essais, et la potasse aux Syriens, bien qu'fl ait repandu,con-
etait entree d'une manimre officielle tre ces messieurs, une meringue oil ils
dans la toilette de la Parisienne. sont pris a parties. II est tres connu A
D'nne fagon gentrale, il ne faut pas Petit-Golve oiu il a fait un assez long
teindre la chevelure ; outre les incon- s6jour. Hommne fort par excellence, ses
venients et les ennuis qu'entrainent poches sont toujours bourrdes de nom
avec elles les pratiques tinctoriales, ces breuses paperasses qu'il sort au bon
pratiques sont peu avantag-'uses pour moment, selon les besoins des innom-
Sbe.a i r-side surtout dans I'har- brables combinaisons qui sont dans sa
monie et dans la verite des femmes. tate successivement en 6tat de perpe-
Les tcintures ne vont bien qu'aux visa- tuelle gestation et de maturitY.
ges qui n'ont pas vieilli;sinon 1'on por- Mais cela ne suffit il pas enfin A la
te, seloa le mot d'Archidamus, a le policepour faire mcttre la main sur l'ef-
mensonge sur la tate ,. front. coquin don't I'audace. dpassant


craint pas les charges-mais rest trop
brouillon, et agace tant I'adversaire
qu'elle le d6moralise. La Jfeunes Spor-
isw s'en est apercue, car malgrA sa su-


L'Essor
Nous avons recu lefascicule de Mars
de cette combien intdressante revue
don't I'interet s'affirne chaque jour
davantage, come en tdmoignent en-
core une fois Ics mati6resque content
cc niuniro.
Voici It so;nmanir&. de cette livraison
do-nt nouj reco.nmandons la lecture:
L'Education-de la feinme, Theodora
Hollv. Autontr d'une conference, Ar-
ttuhi'D. aameau. La Ikgende du Cal-
vaire, IH6nec Dorsinville. Poesies : Los
't I'amour, Constantin Mavard. Hymne
ai la Croix, J. B. Richard., Les Victoires
mutildes, Price Mars. Faits et Obser-
vations, Henri Ad. Michel. En feuille-
tant, Max. L'organisation de I'armee,
Canonnier. Les Maladies surnaturelles
existent-elles? Herma'el. Le mois, M&-
Lphisto.
Tribunal de Commerce
Audience du 1 3 Mars 19 13.
Le tribunal prend siege A 5 heures
du soir avec la composition de R Bas-
tien. Th. Dossous et Henry Roux;
fixe A l'audience prochaine les affaires
de Freman contre Reinbold et Ed.
Esteve et Co centre Dessaix Comeau
et entend les affairs ci-apres ;
W. et A. Leaman contre Dr Gaveau.
L'avocat du Dr Gaveau a souleve une
exception d'incompetence qui a et6
combattue par celui deLeaman.

G. Blot contre Amelie Dartigue;
toujours exception d'incompetence.
Henri Brisson contre Flavie Ducha-
tellier.
S. M. Pierre contre Leon frere.
E. Bonhomme et Co contre Theo-
phane lules.
Oloffson Lucas et Co contre Remy
Pompilus Kersaint.
Oloffson Lucas et Co contre Rose-
monde Bien-Aime.
Hersulie Maurice contre Cilixte
Guerrier.
Prosper Laforest contie Venance
Jean.
Marc Th~ard contreJ ames R. Gatshel
Le sigge est lev- a 7 heures et demic
du soir.

Avec le gros vent qui souffle depuis
quelques jours, c'est de la bonne vo-
lonte qui porte le tribunal A donner
audience, car les lampes s'eteignaient
a toutes les minutes.
Les luges ont decide d'adrisser une
petition au Conseil des S.-rntaires
d'Etat pour lui demander de fire eclai-
sr le tribunal A !'lectricite.



FOOTBALL

For fait du BVAC.
ASI-P batuc par un point
ISH champion de Port-au-Prince.
Di; que l'Union apprit la decision
aussi ridicule q i'inexplicable des Van-
dales, lle s'e.npresua de convoquer la
i. S. 1. S1 ns votiloir trop appuyer sur
le forfeit du BVAC, disons qu'apres
une s.1isoi si bien remplie et si belle,
nul ne s'attendait A ce refuse Je jouer,
surtout qu'aucune dissidence, aucun
incident ne s'etait produit et, dans ce
cas mim, I' Union des Sociit/s Sportives
Hailiennes, mise au courant, n'aurait-
elle pas tout regleC? *
A mon humble avis, ne pas jouer
sans raison aucune est une insulate gra-
tuite faitc a I'USSH. Nos clubs, ne doi-
vent-ils pas &viter d'agir si benevole-
ment ?
Un public louslic et cbabuteur a en-
cadrait la pelouse. Je me demand si ce
n'a pas 6te cette galerie, qui a intimi-
d6 les 6quipes et les a lait jouer si mal.
Cetie partic
dure et longue. qui aurait etc interes-
sante, ( car jusque cinq minutes avant
la prolongation on n'avait encore mar-
que aucun point de part et d'autre,) a
ete plut6t enervante.
L'Associalion Sportive de Port-au-Prince
a v'idemment progresse,-elle a de la
fougue, riposte bien de la tete, ne


appui pour la paix, mais e s
repondre A votre appel.
.ntf


p6riorite vidente, elle n'a p
un but que bien tard. U est A co"
aussi que ses demis n'ont guere do
que les avants ont manqu6 de co
sion, que les arrikres ont 6t6 a,
Christophe, Thimoth6e,Michel,
ge, Manigat. Paul,etc. Vous dtes mr
tenant champions de Port-au.Pr
dimanche prochain, prenez garde
Petit-GoAve ne vous enleve la fia
du championnat national (ame catZ
rie) et n'emporte sur vous le fanion,
En terminant, disons que l'ASPOF
beaucoup gagne et que si les Verdia
Villejoint, Lamarre, Rodriguez, Arc
mede mettent un peu plus de sa
froid et continent comme ils
commence, l'annde prochaine its fero
bonne figure en premiere categorie
-' I

R6publique

Dom i nica ia

De nolre CorrespoinJad
Slo-Dminingo 14.
La situation politique ne s'est
amelioree. On dsespre de d voiril
parties s'entendre, les competitions
paiser. II est possible que la demissi
du President Nouel, qui ect aujoI
d'hui certain, eotralne de grav: cow
plications.
Le Gouvernement est critiquC, b
tous ses actes, vertement par la pru
qui met son impartiality, sa neutr
dans les evknements en doute. El
prend A part le Ministre des Relation
Ext~rieures, Monsieur Brache, le I-
nistre de l'Intdrieur, Monsieur Nol,
et declare que si la Rdpubliquese tru
ve en face de tant dicueils elle k
doit A la adebilidad du Gouvernemoe
qui n'eut pas assez d'energie pour tw
ter dans sa formation tous ceux ci
ayant eu des relations avec Victa'i
pouvaient avoir intcrct A voir la Tdi
sion regner parmiles candidats.

De passage A Puerto-Plata, Monsial
Juan Jimenez a propose,nous inform
t on, au Gtneral Horacio Vasquez*
se retire, avec lui. de la lutte actual
D'uncommun accord ils choisirai
un candidatqui representeraitlespriu
pes des deux parties. Quand on songe gq
le Jimenista et l'Horacista ont des pl
cipes absolument opposes, on se~
made ce qu'a voulu entendre Moe
steur Jimenes par cette proposition
s'il croit sincerement qu'un candid
de ce genre peut se trouver. Le GQ
ral Vasquez ne semble pas avoir pi
au serieux son adversaire, car il areO
te, sans discussion, sa demand.

Le but que le Gouvernement p
suivait, en faisant venir le General
siderio Arias A Sto-Domingo, a echo
le General Cespedes, Gouverneur
Puerto-Plata ayant refuse de .se re'u
A 'appel du Ministre de l'Interieur
voulait essayer un rapprochement
ire le DClegue du Cibao et le Gouw
neur de Puerto-Plata. Voici du r
le texte meme des tCelgrammes
ges.
Cespedes
Puerto-Plata
Urgent venir pour conference es *
de la paix. D6legue Arias ici.
Secret. Nou.-

Secret. Nouel
So-Domingo
Ayant accept ma proposition
venir ici vous-meme pour entW
avec moi, suis en droit de m'etoal
de votre demand de me transport0r
la Capital pour conference, en viW
la paix, avec une personnalit qui e i
ce une charge inconstitutionnelle co
me celle de la Delegation du Ci
creee, apres lea injustifiables 6er
ments de la Vega et de Macoris.
Gouveruement peut comPter sur