<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01722
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 15, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01722

Full Text
SW meA Annae N' t708 PORT-AU-PIUXCE r aiaU j Samedi 15 Alars IU!3
*-- -- I - ra B . -r .. .. .
aCment-MAG LOIRE. R IDACTION- ADMPNISTB ATKI
DIRECTsUR 8, Rue Amercalne, 8
ABONNEMEITS t tes asseices soul iecce :
A Por-Ac-PPaINca : aus burcaul du JoWaIl
PORT-A U-PRINCE : A PAIs : chez L. Mavence & Ci
TIn MoiS. ..... ....G. 2.00 9, Rue Troachel
ao Lt. 5.00 A LONDIES : che: MtM. Jottn F. Jones & Ce
DI0A **TEM *NTS *No I Snow Hill- E. C.
DIPiARTEMENTS : A Il..lw. chel3 Rudol Moosse
on iMois.. ...... ~0 S. W. 19, Jerusaleme Strasse 46-49
to is Moi ... .. ... 6:00 A Niw-Yoan : Universal Publicity Compan
IANGER -it45 West ;4 th Street
E'I'RANGER : L ,
Tri Mot. .... G. F. 00 Les:manuscrits insc:ris ou nonne son.
L- 1 Npas rcndus



Politi ue E trana gtre A propol d la ,,e paroaonned1notro por ses 'rc
I Por encouraer nos coAnurrbes vilisation neents t insertionspaiblt ea dlncum




ANGLO-ALLEMAND ,,apporter r pierre d la f.lorification dans les .aons-d, soleil.'ri'a dans
'Politius t Loe ertrran, geos pjlis de dra I'irn aicr, an-lluse do Ili tonir
i"Iwtiolillera Plioclit pour leg rgcsi




ci-dessout l'dloe il pimnier des noir t no ttis. I Iiles l U s liati, d l'liilti
pronoCd par it amiait, \iill d'E'tl litn inarivr.ls, noi de Tussaiotr
Un discourse pronoun au Rihstad bsesonappriationsur des faits et Phil/ ps \,i e easier otr~e il tL.o
Pour encOumrager nos coneurrents d viliatif 1l, I. ps, tl'elljialit sa IflimoA
ALapopirter leuIr pierre d la q1lortificatioui( dall Ies I'.1lvois (fit sitil.cici'wriia dans;
ci-fs.sou.u U I'tlo e flu 1wreiijer (I"'; jr.f I l le i n, l ii ohi -)Itat. dt- I'Iioinitii
Un discours pronon:e6 au Reichstad7 base son appreciation sur des fits et hiwilall pas. .r oua eNa'p,erica eae omreyr di Lodwrl- iiotissari.
par le grand admiral Von rripitz con- sur des chillres : ii,. lI. Nioraphie ,' lou,'etlure pi,
cernant la resolution prise par I'Alle- .\Mise a la disposition de la France. Gr,,'/on l.ca sl, lI'eflue 's I,.s-
magne de limiter ses ar;nements navals;i flotte anglaise permet aux Francalis h i nl: i,,E, o,,'r Fi'ni, ) In' Iltl'hbilila-
en accordant une supr6matic d'eifectifs de s'inquieter peu de la defense de leurs tio"n de 1 Ift eH noiure, p' P'.ri.'. t a F I E S
A 1'Angleterre- a-fait tout d'abord sup- cotes; elle tient en respect 't.ilie et .hitr., tli ,oupelfmets snr noire /I'-
poser qu'uu accord s'6tait etabli A ce permet A la France d'utiliser ailleurs ro1 e e,'i/.Inm pr I ,"s ,I,'s i(i lui /) I lE
sujet entire les puissances britanniques son arme des Alpes et de r.patrier /urrt'e, de:treal', iul delm,, Rt le SEI, G NEMENcTS
e PT, tm'e, ls ,le Ir wcntt h's ict'eals qit'il It S E I G N E M I"NT S
et germaniques. tranquillement ses troupes d Aferi luC ct .A.
e ./ ,tt pour le chnter die t -e.j ML -:TO RO .OGIQUES
Bien qu'il faille tenir corpte que des colonies. Ceci accorderait a irinm
I'Allemagne c:de en cela A certains ul- trancaise un eflectif suppldmknntaiire I(EloI 1de Tloussainl Loiuverture OIlSERVATOIRE
timatums par lesquels l'Angleterre a dun demi-million d'ho:nmes p:uvant Par \\:,,:.I. ,..i,
rkpondu aux essais de rapprochement fortifier son armie de terre. DU
de Guillaume II, it est. toutefois. pr&- aEn sus, dit I'article, ii convent de ,a Si j'av.,is vs P,.l\i,,sr I ',istoi,, SEMIG N \IIi COLL%'GE S'-MARITIAL
mazurc d'en conclude A un trait diplo- computer sur I'armte de terre anglais. tlI Nap;t,:,l-, 1r. j'i.rais la ('li,'rl..-r
matique. C'en est peut-utre le prologue, pcu forte en effectifs, mais bien entrai- str Ics i'.*vre's s fr.u;ai ,li ii >it Vendr3eii 1i Mar3 19-13
mais cc n'est que cela et, sur ce point. nee et fornTne de troupes intrtpides,. pas I'ls ll s l ils'Z ricl'-s p,,il p-ii- Baro un-tre A il di 7.i2.;
I'amiral Tripitz, lui-min me, a rectilie Le ton de l'article, le fait quil par.it dri'' t '.ii C itauille ii Xl Xl si.- .lX.
l'erreur en dtnonant, au couri d'un da.ns un org ne aussi s&ricux que Ide'si .j'.i\ai- t voil. cotll,. iiiir-4,1iie l lntin 20,
entreticn particulier, la fausse inter- limes. ne perinet gucre de supposed 'a -" Stll. J'' ,.i ,Io t;lroais l, l Te unplrat.ire il 4,
prtition qui avait cte faite de ses pa- que la situation qu'il developp2 ainsi ii itar avs.Sx o l.la I ptoili v ;r.trv
roles. puisse .tre app.lee se m u,,i.ir pr,)- i ,I l: I." .,t ai ovenne diurno 2t,
ch.iinem ent. qu,'l qu en s itt 1 dtir d *' \" diI ,lii,-. ti ,Aair,. ,hae TI' -.i dint-
D cnc paint de fait accompli, en de- Guillaume lI. Voili doic. as, :z n :t:- il ,,., i,,. tn n,'. jli II r.- I' C ,'il 'lair" t, bt, l i [Id,', I'e. Itr o-
hors d'un acted de bonne volontw de m ent .tabli, d.inn opinion a ise. l d' d .i- it. I-:t re I. L T-r'i.il.' e ii t..iis-,'.
I'Allemigne, tendant a prouver la cor- role de I'A-i riterre dans s:s r.ipp lid is r!e iistiir d I Tr1eiblemiil dl ,e t lr.' Initain en-
dialite de ses intentions eave s 1'An- ar : la : ra p! 1. i)d. lv t ,;i. ji ,.- s *s ,J1- rcgistr a iI l t- ion. du inat l).
gleterre et tendant ausii A ce que le sa- Mais le critique militaire dIu '1' i :i ,l'linll'i -s crifice fait ai cet effect la serve d'un au- nn ,sae pas se'lement le rclec de 1 : *'' ' re ctA leterre ii elivisage aussi c ui lui de t 41 l ItI l.ei pt l ar"l ,i'' l'il va Tnilitial Ci.i
Car .A e b ssV inl pdo1 t ilhTrilm if, l Civil
Car elle tient A etre en bons terms la Russic, et determine, chilifrs en V ilU' L :1 l t'lil:, ll i tailll ..
crt!l.\ 11 I s:t l l lp l', ar ll ?' uil .(ie ce 'i'/ mldu an rdi
avec son ancienne amie l'Angleterre ; mains, quel formidable appoint done 27 s. Napiol,-,l fai .;'t lI .1".C Iie** 11 .lli :m. di
elle ne perd pas de vue, par centre, cette puissance a toute nation qui ilr troops dl I:r .l>.vant
que. mcme si elle parvenait A se la fai- est allide. 1 fait ressortir ce fait qui a I';t, ,he /i.' a (:r :, ii,\Ill 'avair pis l '-sidflnce II. ,;t.i.iin, i .ua poi r
re plus favorable, elle n'en resterait pas s valour : c'est que, en tempi d. pai. \- ui;,e a:'r, e; I,;tti .', ;t. s 'Ioi:issain|t I ss, t'5's I,' .j,;Y .1 Z d-liir **t I.- sii -
moins directcinent aux prises avec Ics L. Russie tient des eTectifs deji sup-'- I.; :in rtur: ii t ,.'it j, i: I v a n s,!- pl 0 ".Iit i' .jliy (. I' il, a1;ssists lu
forces dant dispose la scule alliance ricurs A ceux que peuvent inf ttre cn ( lt. I,* (liii s. c ;:iipt I I'u ar;l' -, 1 it sulbstitut J. J.lan-ll.altiste.
franco-russe. line l'Alleimagne, 1'Angleterre ct I ta- .t''w ll I s ;iliis. l in.iil',ir Alair'e nt,'r litie l-tliiitiv i.,ent.
Aussi, si I'Allemagne consent A limi- lie rt~unles. Et, de demonstrations en it 11':,il.'. t I,. i 'l(a l 111 Alxa r S: n tr Io .r ;, r-
ter l'essor de sa flotte pour plaire aux *Jmonstrations,ftablies sur des calculus dl 1 li. ii Ill 'i't!t anglais, elle entend bien utiliser cls precis. I'auteur de Iarticle du a Times ii.s a ('ai s l. is i iit-il.la trilvnal 'a t.i t. rl c i's la
Dis. l'auteur de ['article dui ,TimesI .,iiil l I tI4 I4. 1a
fonds qu'elle c:onomiscra de ce c6te. en arrive forcement a cette conclusion, ~ -co )1pos ;tic ''cuit a fir. lr. a Ciu l, dtl--
pour fortifier ses lines de frontiiresI'qu'ainsi cntouree et soutenu-e, la Frain To',lli nt I.tu\ rt?.'lll I.u' 0,',e |l t i v..i-s peineltL I'ait pJi;r MAi' L., ,'r (:.uvlii.
vers l'Est t t Ouest. cc est parfaitement iinincib!e. ;app ,l't I. r.act il'flpislt e l de's i'rs. Audience crivile i, mercreii
Ceci resort de toute evidence de,. Cette opinion-la, Guillaume II p3ur- I'lI.j ln I-s ailis, dll wrallis's Spar 2' 1, ? Mars 11.'?.
projects de Guillaume II sur l'extention rait fort bien se l'ctre faite, dans son ai-s dt's I'-lavag, I'imlllhiies nIILt (c'nt'lf
de ses troupes d'avant-girde et des dis fort int&ricur, depuis longtemps. 11 ct mill. a' -u;ieit *t imIp rts dla.- 'il I't' ).l l N. aI ant
course oi l'Empereur, exaltant la patrie home A comprendre, lui aussi. le lan- ldan;.! Ispo .' iItatrt als -,t i.u 4 po"r i.is'i I.' ju I. ;ll l 11Ilu
allemande, reclame de la conscription gage des chilrres et A se fair u.ie ide p 1i\- t I it s, 4' Ill; ,0 iil 1. I sisls i .i -sitt .loii V uii, as-
.de nouveaux concourse. justesur la solidity des effectits qui I r,.,lt,' (, t 'coII';l vig ,lr.zs i .lis t' i- (i,'ontiilaiiiNtdjtol 'ffriirl. MaxitmeG Cr
Cette nouvelle mni&re est-elle, A piuvent lui -tre opposes. sabl., il a I'org tonnit.rre et 'a lanI'l- l'in ceoltre NMraviai Mlarp au.
proprement parler, measure de gouver- Et comlm, cn definitive. I'Allema- i An s t 1 is o illi Me ravia 1o a ((, tIIiidi
nement dispos a I'attaque ? Cela ne gn n- dispose p.ts de fo'ids in puisi- I'.t,, \ I'|sinol pitil a conuis < s osrvations orales, Ic trial,
parait pas probable. bles, ii faut peiiser que le K liser s5'st e.t c'laL d I' Il-; an sianLii Ie plus giit'l- VII ihl ril't avaiill't;' a rIt'iVOV; la 'ontill-
On poi'aR estimer plut6t qlie cest dcdidk A fire, par avance, li part da ri',;,1 dI i.:ir'>a p ;, anl fra.~.:;;ais lfit.l a nation a I Fme de ses plus prochaines
une measure defensive, prise en vue de feu; qu'il a saisi occasion de fair iis ai ses pi '<, an s5:ni 1' )lis ai'lai- audi<'i-eos.
la situation faite A I'Aliemnagne par le coup double en menageant ses rap- citiix dt l'S:'irtp. it I'ani;lis ,lni s," vit Audience civile du jeudi
voisinage immediat d'une puissance for ports avec 1'Angleterre et en se rser- obli d.' s'i:ft ir a la Jaln;ailll'... j:1. Mars 1913.
midable come celle de la Russie et Iant la possibility d'augmenter ses Qit'Iti'-t"' i-lsli ate ,lt iu c/ti CI4; Pr'sid,'nrc'. J. IJ. '.sir. avnt pour
d'une puissance aux moyens d'action movens de resistance sur les frontiers d'i. tolair'is d llz inL Iili c't hdt,'anill r T lle up-
&iiI t,)IiliW'eS do ('ilcllt lolltte Inilh- (t,'s a.s,,ss'irs le jluig' T. v\lvain et te s!p-
restreinte, mais indeni ublement robus- qui pourraient etre menaces en pre- In .ill lrs soldats de France oc q'ells Il'at dju J. I. rri assist
te, tell la France. mier lieu si un conflict europ&en met- pensit. du CoI lmnissuire (du ;ouvernemnent A.
On a forcement beaucoup epilogut. |tait I'Allemagnc en danger. J'apicIler.is Tou.ssaint iv'rture i'aibailt.
dans la press, des ditfrents pays inte- Inutile done de s'6mouvoir plus que Nap;), o:l, imais Napotlon si'st Irav(. Apr's h's folii, tlitcs Igale's, |o judge
resss, quand on a couru le bruit d'une de raison sur cette question ; il n'y a. soi, chl:ii ail poivoii dans It s.,i o aes lor u biEdobulIar Eti-ds-nrin-r
entente anglo-allemande ; et. dans ce en some. rien de chang- et rl nest ct par le parju'. Tou.ssa:ii t na jaula.s a I'as diOle publique du jeudi 3Arner
concert d'opinions diverse sur la situa- pas presumable que rien ne change qui rnanll. a sa pIrle. J'. Iappellerais pro chai.
tion que cela pourrait career A la Fran- puisse rdellement nuire A la France. Crwtll; ns Crbw ;.II ti't;iit (l'l r n. :
ce dans son union avec l'Angleterre. la L. B. sur'.-ii. J* iaIlla ipquArais Washiiig- i Aou )ole Irinal .
note qui parait la plus exact, a ~ tu ton: oais I rand iionn d a Vr- si de x i)m 6 Iarb (admi.
donnee par le journal aiglais Ie Ti-- ------- inai poss-ati d es cloves, It Tons- s tpoux Jan Franci
..i qu Ia trt;,~.;.a. da quesn u "'t w,)"li"- IAs ti)oux Jean Jos.lph Francis con-


iesn, qui a traite lia question ul- rdam,, is int,' a a lprr.r..r perdre le potivoir ,lwp tinuation de co.tte alriaire est renvovoe
A bien mettre en relief les liens d'ami- rha nlt'nent I .rS de Iet'r*i *U i trait d.s rnirs danl, lune des prochuines dances. .
tit et les processes de con.'oi ; ma- *I le plus i 1 vilageasl tlritr. Audience hdic d, sati i
tuels qui unissent la France tc Angle- Docteur Lissadot Vius no- ) u.i ti.matilquc parce Audic e iile ds edr.di
S. r que vous lisz I'Isistoire, non avec vos Mu .
Voici, en r6sumr, ce que dit le chro- No 17 Bois Verna, pr6s de Min yeux, mais avez vos prujugds. Dans PrPsidence P. Jh. Dupont Day, ayant
lquiur militaire de c journal, et ii Vve Ernest Rigaud. cinquante an, quand la v6rit6 parvien- -pour asesseura le juge LAon MontM






et to suppldant de juge Ab. St-Rome,
assists du substitut J. Jean-Ilaptiste.
Jugeinints prononict: :
Celui qui CoIi(limlim IC Sic'tir tdtIi'I
Rayimiond, les t.!poux Elie' Litinotlit' vt
la veuve Ifay-iiomitd alnc i t paver soti-
dairement au sit-tira tivii-aiiite .14anitan :
'ila somi-inoilt' de ldoiize c(ciit ijiiati-'-
vinixt-dix neid'gmirdes 50 c eiitimes et!~i C
20 celle (I'd cei-t 011n4 ;pmultt dollars, chif-
fres estinizitils de-,~~ olojet-s pordius et'
bris.&s, los i'iiiidaimiiiic a iii Iver Oii1
core i tire doe lioaaiiaiagos-iiltoicts
Sommine die coiit gi u'lo's o't I'.11 O itI'
aux depens.
(celiui i uitinin11ollt lleuit dIA illi-eiatittf
du couisedl tie faiiuile duc d in Alli-
Muste Savaiui.
SCelui (lin condanunlle I-,tlmxSt-
.Fort Colini A dd .rvaal.-i I-, %ii:)-d
jours de It sigiiatication dtic cjuge
ment des tiorre tie 1113iort, (lti 41.10 I
datiae Loivaiii St-Amlit cfern I it ti
de 111111088 ibili It(-oiitil Icse tnti wiv par
Ia faut(1 tic-. -, OpIw\ St- H t (:wt1Odin(I liM!'i
die S1saertIvitiilde 4-1 Illo 14-Sillialiis ot
chaudii~io'-res ito-, 1ii'S iiiit cttW vet-i(Ities.
la preuve coInl raiI rot- V e 'sit v auIx
4poiix St-Frt ( Coliii ct Ies c'olidllllei
aux dipc'iis.

Choivit ( aaluu,1t4vmi otrt' Ia Comiiipgnie
Nationialeesics heiniciiii ito I;*.
Tribunial dle(assation




HiLe tribil illlt ( la (it,'s (lltl~nc l
A dv?3E i d'dr c I
10 CIell. d1 I).C ita q Eliina





Cfll e3I l 1 .4. ( V li I. I' jiil. I'. Ita.




Jau~ivi *r1 1.'st 4iI1lltI -'i~i 831 Vl.tl)4lli~ tnt. L
sYll cippot L

Doi-ts li, il4 ii I au t11,11. it alti a* Io-



di-iluri u iiL.. tui It'llitt1)41t 4144o e ji.t -
dpui o t d s I' c esI' ee c-c t s









2otiir lio do V.It''-i4'1 i 11t-s

so ri'oi P.ii,-! tri llat-rt M ii stl-4it




Jretitiui e dliii' It' li',Ir, Iaiget I elva. I'.
ic sium- l'i -k titr i. (.() itu- -t'



4 lIt t iit 11111- (,.r all






pa~rties do~aiit Ic tr~ibunal civil do 1'oi-t-
de-1~aix.
I.e tribune l oiatciid los alaires sui-
'Vante~s:
:1u Cell.-1., 1do i. 4111I:II Ic d ort-au

moutte. Is' jug.'~ Aulsetuito *'st oiit.'iidit
en son1-ot j)tll-i
pI. Iars I'ltoi-( lt' i'oiit'li it uIntitrii f.I1

bunal1 t)I'tcll~t'~ It' vI.;jjCt di'~s p~ii*cen.
i 'n Cdilie tIr Ntuliiac (.i\1 or1es. (tItllfl
dero~sse pi NI.' T. (:ai'tlc~ut ci narel A\le-
xabllt'c Ilonnuiiv et (rotis.i Is t.tff.'ildetIl's
nion protlitisatiti. Le jug~o Aiiso~iine t'stt
ento~ndit (1 suite n ralvie(li't. Iu idiiiistl
Storistli rejt ei in potrdoi. %tI. trlo ibal
ordonneB Ic 1.t1t)1t tIes 1)it'cOs.


:;I Celle do Santiago Mnrq(Iez centre
le tribunal civil dics (Gowraives. I.e judge
Anselme tst ,inteitdu en son rapport.
Le ministtre public Luc Dominique
conclut par 6crit au rejet de la de-


made on renvoi, ponr cause de sus-
picion I(gitime. Le tribunal ordonne
le dipot ties pitico,. p.lis vu I'hieure
ava'.ee II e si''ge, (st lev'0 .
Ci tn:nm -T hit re
LE. prograini'me de la relpresentation
de domain lpro)nt un via-i regal aux
amateurs deo ho IeI' iiusiqiIue t lde
sc.tenes passioiIes Mr Ii ousseaul scst
vruaimnlt Iulliplic' itte fois ipour gt er
s,' iitI lii<, etI liii ofTrait Ides lilins
ilottt la div',.sit- cmnsti'tu deja unI.'
I tellch1: alth Ip),i'.-,esC. Ncess:Air'ementI
ls a.matot.rs d e ro l rin re i, 'ont pas
4;tct ouitldit;s ldns la ciompostition de
I'arlis!ipmu in ,1 i,. II y on ;iiaura pour
tolls I's goA',ts 't ('Ut'u (II 'il (iIt 'sscInt
I's dratInes de la vie ct les prollCmes
(Ill ( -mr, connaitroit l,.s Irissons de
ia pitih- t l o's t iorlt rs d' I'aiigoiss'. 1i
I''exciitio4llt s inorie'aIx I roulliants
qw soot : La cowioilisc vl chauffeur et
L'c':ch/lrpe dor.
Voici (i':tilhl'trs le sibstantiol pro-
grl'o!ll ll :
I/'/.rem)'i,e par'i'. larsiilute. UnL so-
ma1.11i1 in ,,iie-e, ( Iong: I:x )pit'ls.) A
f-,ll L',rfhi lsp' ,'o" ( hlo4I I')i p)ieds )
( sminsa, i i:ia.el'l- )
i)eu.rit,, ;' p/,'ie. Mut i.uiiC'. L.e plus
I).,ii ,.ir' ;l (In inV)lIdI. \'it o (ro7n-
II,'t'll zIs ;attIomIat itIlo s. '-,I'l iey Strike
Breakrs ( I-o: 1:I00 pieds)
T o;si,',v,' p rti'e, MI si(iiie. I'ne
ros0 I''il'ant|. I. oilis'd c* ha( ((/lfeur(lilnl
('artL, s,.o atsi,>nn'l ).
Foo)(ll:l lHugl)Y
U.S.S !! -- l-i ,-mi.nisi,'n de fo3t-
ball d.- l'.,hiI-n av-ise Ics sociCtcs qui
Icurs nm.cmblrc pcuvent 1.-r s'i:scrire
co m'TI il jouurs, dc :t d!:>t/b r:,Ibv.
AdJrs-. pour les inscriptions : I I
Rlie iLd C 'ntre ou lParc Leconte de 5
heures A 6 p. m.
l.cs rcglc- soimaiires du jeu seront
gratuitcnicnt distribudcs.
*
L'.-ss.(iatio' Sporltij r di Prt-au-Prin
Ce doit j i r son second math du
champion n:t de l.i 2e categories, diman
che. :o;itre le IWAC.
L'ASPI a des chances de vaincre
malgr. la redoutable adrcsse qu'elle
troupe dans le BVAC : son quipe s'est
bien entraince ce qui promet une par-
tie tres intcressante au Pont-Rouge.
Nous ne pouvons pas publier la for-
mation des cquipSs, ne 1avant pas
encore recue.

Le BV\C avant declare forfait, le
match de dimanche se disputera, au
Pont-Rouge, A 4 hcures precises entire
la Jen 'csse- Sportive ItItieinne' et l'Asso-
ci.tion Sportive de Port au-Prince.
Nous diplorons le retrait de l'quipt
des ( Va.ndales qui Icur retire tout
droit ni :Ch impionnat de cette cat6go-
rie. C'cst le vainqueur de la parties de
dimanche qui doit s. mesurer avec
l'iquipe de Petit-Goave le 23 courant.
IToujours le ti'ou
Hier apres-midi le trou qui persiste
i rester .i mcnme le point situ6-en face
de la prison Simmonds. a attire la
jambc du cheval de Mr Maurice Alva-
res. La b.te. pour sortir de cc mauvais
pas. lit un alan qui eut pu ctre fatal 3
ce cavalier qui doit A son adressed'avoir
&chapp A\ un accident.
l'.*..-^ -^ ** *^ j- lr *^-tf Trtc~r Mc 11


* On nous fait part de la mort de Ma-
dame Marie Pierre Bissainthe, d cedd e
au Borg'ie le ier Mars courant a o1
heurei lu 'oir. Ses fun&raillcs ont eu
Isei le lendemain 3 3 heures de l'aprds
midi en l'Eglise paroissiale du lieu.
Nos sinccres compliments de Sondo-
Ikances au general Ney Ap3l!on don't
la d&funte etait la mere.
S Avis postal
Les dp&aches pour Sgo de Cuba. Jac
inel, Sto Domingo, St Thomas, Basse
l'erre, Pte A Pitre et Fort de France
par le sis A Abd-El-Kader a scront fer-
mres remain 16 courant A 8 heures
lu matin et cells pour Pt Goave, Je
romic, Caves. jacmel et Cur.i;ao par
sis c Prins'Willem V s ce soir A 8 hres



Course de Bourse
)r Americain 318 o/o prime
:htque sur Paris. 4 /.4 o/o prime
Fraite sur Paris 2 1/2, 2 314 o/o p
rransfert sur Paris 4 I/2. 4 314 O/oprime
"heque s. New-York I o1o prime
Billet de P. 2 1/2 o/o escmp.
nickel 1,/a o/o esco-npte
)ette Int. d'Haiti 1912 97 olo ad val.



Comipaginie de

transports automobiles

A la suite de noire enlrefilel
d'hier sur le tarif des cli:llffeurs.
inou- avons rccu de la Co:npanie
de transport aulo'obiles les infor-
malions suivantes que nous nous
empressons de publier, en la re-
merciant de sa courtoisie.
Le tarif adopte'par elle fixe ai
cinquante cenlimes les courses en
ville, d'un porlail li I'aure ou du
Quai au qliamp-de-Mars; i une
gourde les courses aliant au-dela
du Chamnp-de-Mars ; et a dix gour-
des I'heure de voiture.
Ge tariff n'exclut pas les arrange-
ments Lu I'amiable et a forfeit pour
les tongues excursions de plusieurs
heures.
I.es voiiirP l de la Comipagnic,
dejit en circulation, sont mlont"ie.
ar les clia'alTfers : l~P'ul CIhenel,
IFlix Dennis, St6plen Archer Gils,
P. D1l.i. 1: ia n. E ionne et Victor
Duclhiltelli r.



Pilt i hitMaiin r
(|1'-a plain re


EIL.LCor ULIe l,-,I. v Voii s avCz san oul I T dan
question : est-il impossible de boucher av s doue dans
cc trou ? Nous prctendons cette fois une de nos 6liti.o;s de cellt, seinai-
qu on nous rcpondieet qu'on nous dise, no, comment un esprit, ma foi in-
si fe niccssaire nest pas encore fait, A genicux, ai tin l git de fair de la
qui la faute. galetle aux ddpens du public en
A Ia Citc de Ifelrlion des rues dressant et en faisant circuler, sous
u11 nous cs: revenue qu'A pros le patronage d'une soi-disant "As-
du trou dontnous venons de parfer,, socialion des amis du Progris une
une contestation s'est elevce entire la 'hsle de souscriplion ayant poar but
Commune et cctte Compagnie, sa- prtcendu d'olfrir un drapeau au
voir A laquclle des deux income la President de la Republique.
tAche de rtparer le point abin6. Je plains de grand coiur ceux qui
On doit A la v&rite de di'e que la ont pu se laisser prendre au piege
Compagnie s'est empresse de convc- de ce bluffeur. Mais je nc regrette-
nir que cette tAche lui revient,. mais rai pas celte lecon si elle derait re-
prCtend ccpendant ne pas pouvoir dresser cette manie sp6culatioo,
s'en acquitter avant d'avoir men6 son do soutirer Iargent lu public pour
travail A cctte portion de la rue Roux. ralisoer de onagesn public pour
Nous nous empressons de faire re- ralseres hommagesparlois vrai
marquer quen attendant les cavaliersiment 'intempestifts I'adresse du
et les pistons sont exposds aux pires Pouvoir.
mccomptes. Et pour que le public ne se laisse
Nous demandons done i ses m-es plus prendre aux farces de co genre,


de noire clietilble; et si M.Syl
avait attend qtie nous eussionspa
de la souscription de I'" Associatio
des amis du Progrns" avant de ca
quer, il elt faith I'.cono:ane de K
vingt dollars...



e< ettre gOuverte
*--
i Kingston, le 27 Fevrier 191j
A SlipeRoad N*11.
A
Monsicur le Directeurdu a MATIn
Port-au-Prince.
Monsieur le Directeur,
Ce nest qu'en parcourant !es quoti.
diens de Poit-au-Prince que j'ai appri
que Monsieur Carl Voigt accuse mo
p&e et moi comme auteurs de l'ince.
die des Cayes en date du 23 tWvria
19 1 1. .
Mon ttonncment en lisant I'arrEt di
Tribunal de Cassation public dans To
tre numtro du 5 fevrier courant,a 6gal
mon indignation.
Bien que je sois loign6 du Payse
que, par consequent, je n'aie eu A
bir aucun interrogatoire, je suis coo.
vaincu que la population des Clyesnt
s'est point faite complice de l'inf
mante combinaison que, dans sa hain
inqualifiable, Mr Voigt a ourdie conum
mon p&re et moi.
L'on volt parfois un adversaire poli.
lique recourir a des moyens extraordi-
naires pour ruiner le credit moral
son adversaire. Mais jamais l'on 'a
pense a une invention aussi criminelle
que celle de Mr Voigt, cet exotique t.
neneux jeteen guenilles sur nosplage,
il y a quelquc quinze ans.et jouant au-
jourd'hui au .personnage important, aa
point de prendre la paternity d'ue nu.
chination tendant A nuire A mon pire
et A moi.
Le but de Monsieur Voigt ne ser
pas atteint.
Tant que des haitiens. poussis pa
l'envie, ont profit de mon exil pow
essayer de me frustrer de mes biens
avec la complicity des gens vendus,
me suis tu, attendant avec patience
moment de leur apprendre quon neme
dcpouille pas impundment;mais qu'ua
stranger, en qudte d'aventures. se fas
mon accusateur en jetant I'intamie sur
mon pere et sur moi, tout mon sang
d'haitien bouillonne en mes veincse
je voudrais voir dejd l'issue de la part
que Mr Voigt joue contre nous.
Lorsque l'incendie a eclate auxCI
yes,mon pere se trouvait A Valliere. Ce
n'est qu'. Saint-Michel, en route poar
Port-au-Prince, qu'il a appris, quat
jours apres que sa ville natale avait di
paru dans res flames. Monsieur Fa
Fougcre,chez qui le feu avait pris,itsit
dji3 mon ennemi et celui de monp
Or, si le crime que Moosiemir
m'inpute, avait etW sculentent perp~4C
avec ma participation, Monsieur rF
Fougere, beau-fircre de Monsieur GO,-
ges S-journC aurait et6 mon principle
complice. Si. encore, il y avait la pr
somption que l'incendle avaitl it atll
md par une main criminelle, cette pl
somption ne pourrait s'ktablir que cot
tre individu chez qui le feu avait pI
Monsieur Fen Fougere en la circo0
tance.
Comme commandant del'arrondia
ment desCaves je me suis demen potf
circonscrire le feu,faisant en I'occuretl
des efforts plus que surhumains. *
famille a plus souffert qu'aucune it
du sinistre. Ma mason privee et d'
tres tries considtrables appartenant ba
famille oat et6 la proie des flimra
Mon pet et moi, nous n'avons pis
come iMr Voigt,un bazar apparteaCt1
A des cranciers ; nous n'avons jIa2
fait d'affaires au-dessus des interetS '
nous pouvions offrir en garantie.N'0
,avons des bicas acquis i la suceo


1_


sieurs de boucher le trou, A ces mes-'je lui conseille de mesurer diW
sieurs qui. apres s',tre avisds de passer mais le serieux de ces entrepriw
A pieds joints sur les clauses d un con- au degrB de patronage que leurac
trat, ne sauraient plus nous ttonner cordent les journaux. Nous s$.
s'ils ncgligeaient de fire le moindre de ries assez boUts judges en la malib
Icurs devoirs. car nous avons une rejponsabili
Dee-s morale netlect bien definie nau,,


i













'Votre Force.


peut seulement etre acquise par
wne digestion facile et des ali-
ments r.utrtifs qui produisent de
la force. L'huile de foie de
morum est reconnua par toutes les
autorit6s come le plus grand
productcur c!e force du monde
entier.


L'Emulsion

Scott

es* I'h:ile 'e fo;e de more pre-
paree scier.nifiquemcnt pour ope-
rer unoe dclstion immediate, et
il cst si a.-eable au coeur que
n'irnporto qui pcut le prendre.
Rien u. r...ndc n'cgale L'EMUL-
SION SCOTT pour donner un sang
bon ct ':-.', dzs nerfs forts et
stable:, u.:e chair rolide et salu-
ta:ra; c i! no continent pas d'al-
cool, :' ;.icotIques ou autres
ingr. J:-, dancrcux. II forti-
iic c r.c;t 'e &ys;~ime en enter.
Sov'=: c. -.,;ls qu'on vous vende
.CCC'.. ccii1u dans tout le
S monde par la mar-
t-q de sa qualiti-
.= pFcheur.


2 i VENTE CHEZ
TOUS LES
PHARMACIENS.
'' U


nolr,: d 2.


notr, 4 1 i
hapti l I t ) LiIl 4,
grand- l :2)i't I i

pgtr.it p. : iIi
UI~:.
Woill.-d'
ReI P h.t i 1 1 3 i h : 2 21

mc I,12 '-. .i :~ j: i i 31 '. 41
tie (1:I ci '2 I ii
salt 1c :i 1 71



b~c d -,I i
Ne 2 2 IA b. :I I I
S I fic v 1,: 1 :t
pa~~~~' i *N- .i hr 1~ it ii I1I







Irtl)f~l p2.2 G cl:11 i. Li 111 h2 :1 2
'lii i. &x i'cUt,. v lc 1),),ir voir 1
bile de :,:2 ill -11111' \Ir V':
a pris uC'II i 121 i 2_ iII .I I-i ,t
Lon1 ii,~ I tt "A 1)i l I : I t 1 1, c

du z.in1 leVI*er III i1 il4113SI





den~ i-c p431t 2 ;v ll li~.j 02V.1 ii 21C '~l~~l
et sccerat! dt MI: \'o ,' Vi'ix.irt Pi
fondement [It. i 'Jlit :)I; v

Iavou r 1av oi A 42 Ia

quel i In L, )ist: t c I s I s p
so tint de Ii l 4: li c' It I1 t i L I l
lire lec jrodrii il mtC4ic uiit I ir.i' d LiT-I
bun di de Ca i- iti) 1I. VI tczk vrai ilO lit
heureL 4 dcit2i Ire s.-; paroicic de ratfcr-
missemcmn

montaut IC corlg dli di ii IIs h c rei -
tW. Apres Ii I .,voi r cxhortt.i I A la
et A la rcs'! 1.Itioll Ii m rapp): ll I III
toire de Job. c:. Ii'ii;ivt .I1i .r le lci
suis pas lob, -II ',I 41 C df.dL_2 11"'.1 pri
qu'A Dieu ct A n .. (pendant- imal -
S6tout Ce quec le vicils dIe vous dire.
le ne puis in'Icmpe.Ahcr de votis avouer
que le pr(cL&c de \itile fait de [a
peine pour vou; cqui ct's jeuLIeI et qti I
nlavc:z pa; e1oct pi';s*. 0.'anlt A
Mai, 1;:11 .~ pai Pa I ie d. fendre ; mon
Passe est ma d~Lense. J'ai encore Ic
dfoit de computer sur Ic patrioUsvoic t


re sentiment de justice de mes concito.
I .iis.Ne pouva nt pas vous porter A iEi-
m 1 t vjn inol, ea c ralison de votre
'C OIS permets dc *i ifriIe i
.113551le \C id,- 'ntre imere. S
Les parole; nv)o pcre o it rel ie-
zncnit rello'ie in ) i courage. Jus ica
j'aIi pr itik k t: IC si it: ce, nicirne lor'q ue
deuxvi I)s .1 I '51teHillolt [ut 11f 31itipr
cc'; iiiitL'l.'-41'!a\jlllt plit auX bsries

p1', rUn', Lde p*'PA Uie LC Mi.'s q(I ia




1101; 1 1 VI: LI tO. t Cff 't, L lles
IIOIII l.2itiI \:Lt~:, CLt q 12 IA12CSJ
*Cais-c ncvi-L!prc~qLIC Vtdte ell
f t i U d 11,11I 1 111. i ne r co ntr., rnoi
iSIn I'11SodlcU rci'iiats dairis lemclintoire
rciim- ,,,I Departcninnt de I i justice,
J, tiC r -cij k.-i.IIdeV.Ilnt 1i1Cun sacrifice
POuir ine &dKnd re. .'attends Ic verdict
d 5 TIILI de mon Rivs. Si tls
hom111n -S Llt distri'oacit la usticc en
Haiti so :i ; ustcs. e me Liirm.iIissial


dc raipincr partoilt. .11!1 dctic J
di C:iIA~li Mir Iu l )L"tcv)lps ssk: i11 11-
\N:. S .': 'Ils:1:.I ICS
cii)r' iit5114 IiLISde-,

i~i ~ i I I : clt I I rd S' d\I \ o z

et S I I







1.-.I Ipd







t -tc
L I I 1 1 J
gcrF ILI SAI
4..i .121' itt:I,,-,1
4~ S ~ t 'cp \I u4r1I I t
d4 C

1~hj iie ~:i : .)'.u ~ ic, d
~}). 2 11 LU." 2251-l
A 1,:: t.


'.
4; II h*
.-7:Q ~3 6O
.4 rL.~.'L-' ~'L


. -; -C --


-r~ ~r ~- ~-~

,a
,Lllr
rllPle r
.


"AS, ( ) I s ttenld a Solia
A1 t 1 a 24 L i re s ct s--r b .--s
I -.. .. : (ILI~ .uOUri'hiLII A Anl-
~ *'''~ 42 ~ Biefl 'q4ti'() n 4''
r.~' A.1111 a I ti on (),1ulI .~ I ti- i e, d
d'e C l 4 S,)11. 1d 111.1ite-
p let I Cont Irtt.1 'k I )rlmr nl t I a
p 'Ici d .l dl f 111.\ I pi e.ja
p:1fpLUV511i.U i C's L ctil.1
Un1 C'2 dc 442 grade annonce
dli :1cro! SCiII Uiu rc Iinbarda, hier,1
till i Sl~nl scibeA ,i A r.x:iio, puis dispa
ant d.(n1 I 4 mrcction de hart.
On sIgiialede : Cantinople d
I'ICrIcXu clilgc~ii"lets a. I Hulair. mais o
nc donna eieuctin dc &ail.
lii r.iN 12. Le (;OI'4e rile mcnt Al
lemand a f.1ii1 public aujourd'hui un
note bAiinant les iournaux qui formen
tent des troubles internaltioIlau.\ pa
dcs a tides provozants.La note d&savou
L,'galemcnt I'article de Li -t Gazette d
(.0lognco, 1. lucl disait que c'ktait
iFrmnicc quIi rctideit imposibleI]a pa
(n Europ, et auquel article une parti
de It press tktrang're attribuait un
raict.re officiel.





LLE



Tabacs

ars 1913.


Cigarettes




sml ( ) I




will. It- ro 'plet 4 1
I all ,rd I' I' ( i t Ii' I

!c aX


PRIX


I A;


NESTOR FEL~

Le Maltre-tailIcur avantagenm
connU de toute Ia l publique,yi5
transf.,rer sa niison de la rue dj
rccIvs au NS 179 dc la (;rand'R#.
tiouvcra chez lui d'ulcgants coa"
coupe arn~ficaine cet franqaise.


G. -Ph. Nieder
Cctision 1-'York
Ccrnrni;sior Exportatift
Con-aiqnation.
le vus .i I,.) fic / t i. (it B ui rl
dejs tinsart (?'r #c cC pJ(lyS
4 MHrv Ss S eri iThs-tux COME"


. r I l .


I- 'h; II --i .~`L Buck


I I
Ni ., *'( *i.


- .1 !"oY'm


,. I a *


IA F;f.!;~i>tI


L. I


I I flit' i) r


1,' cr sa *
,I, I Etat, *


*i'I~A ;ti I' .f l Il l l'.


14:t ~ ~~:Ii'o ll atit il l rr:tua l r a1 I s ISIm I prix '41 s COljl1,I('!% t1iits et four'
tits pot-r homili.- s.


c--rr~- ~ I b -S I' bon: t.- de ci*C (rI~IIIM ~:)~H


le


(' Polive.1ifleS


I'... S I I\T


11sll al-% W / l 1 $i11 I's o ti $



CI It
iPsll II';up o..' V



/;riI al hiJ II j !( elii (~ f) i IIS' I SI lit .1,J1S o
.11;Lllliillil '~9 -M -1l''(s P .-' N t' ;lr "ll P( i v P ill a mlJ. Fi v e rf ct F e w '
I'1ON-11111 ('11ON d(- Hib, liilelots potir ea~eaux.


~ ,/ a'i,,,,(zu'eiu~sde toilette. Laimpcs (oI~lone







VARICES, HN lotM ums, IU9VARIM IEPNttlm EdtU
VKHeRIQUEs, Acoimus.so Unt 94Ass, FILAmles
Ce quf (ait I origingllt do e Ut =lgr. a tcO qW 0 na .uphorlt, coset qu'il roontle L
fnt (es Iutclles actirs de. srullu s et de 411cofre 4 Vi0r1lu Vir i nw O.g j 4.. t da S
IugUM. ~LW cit justement counirlt pa.: ls mLdecris anglais et amkrkuins cowao So pIU W&
*:c$ lrh.~l@g'hka ~ Do DsU U werre liqueUrj par ou couple d ea cheque reP
LB FLACON PHARA'ACIE
p 11,20. P'uAwAo vIE Se410URNE aW SU eS 'gs poviZ,
I- jow-woom3rimittmcm- =mw.&%wzxj


- -


- -. -' a


1


I


I () -11t s I#' FII C. 1'.


,ry
(!c~;1; I l Itil lo'es['C eraai


IK


I ",R11'