<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01721
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 14, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01721

Full Text
5,gj~me AnnAd s% V77


PORT-AU-PUNGE % Wij


venareila 1- aliKA r %wle


Now -- --- I I


CAitnc~iI4lAGrInB9 b
DIRIZCTKUUK
ABO1H4MgTS2
POR\T-A U-11111 Ntllf '
.Un Moift. e e e e e o G. O2r%*
Troil ao's... 6 5.W

IJ,, Ibis. G. .20s
Irois M'ois. .. .. 6:00

TroiLbis. G. 9.
LE NUMtRO 1J CENTIMES


1


jI


QUOTIDIEN


LA REFORM


Nous arrivons A la rtforme capital
effectu6e par Geffrard, la loi d Ag
culturede 1864. Notre legislation,
ce qui concern les populations agric
les, s'est toujours et jusqde dans
project actuel de r6forme meme, su
chargee de soins qui, dans d'autr
pays et comme le veut la logique, o
fait l'objet de lois qu'il vaut plut
mieux classer en categories distinct
En effet, en 1826 et en 1864, le Coc
rural en une loi unique, ne pretend
pas s'occuper de moins que de O I1'o
ganisation administrative regional
2* I'org mniation du D:partem it c
I'Agriculture, j lee regime lg il part
culier aux chabita its.. 4' le I:c le r
ral proprement dit et I5 le C )de fore
tier. II n'en va pas ainsi irot imme
dans I'organisatio'n frtn;aisie o, c
qu'on deno;n;n.e Code rural est un er
semble de lois don't I'objet est de sat
vegarder les interats de l'agricul:ure e
qui s'occupent des a ani naux d).-nest
ques, du bin des veadi.nges, d: bl e
vert, de la chisse, des ch-in. ns r iraux
du colonait-partiaire, des ep zootes, d
I'chcnillage, des guard -s cham- tres
des parcours, de la police rurtle, d
privilege du bailleur d'un fond, rura
des course d'eau, des usages raraux e
de la vaine pIture.*
On voit bien clairement que ces ma
tires que j'ai indiqu&es ne p-uven
etre rangees que parmi des services pu
blics sp6ciaux. Aussi les lo!s q ii le
regleimn .inteitse g.rdenz-ellei biei 4'ap
pFrter aucun. restrict!.i e-sset.tielle
la lbertc inlividuele. L.s plus i np)r
tantes et les plus recentes de ces loi
qui fornimnt le Nouwvau CoJc rural sont
Li loi du 20 Ao0t 183, ayan: pou
objet le titre compikmr ntaire du Livre
du Code ruril portant modification de
articles du Cole civil relatifi A la Mi
tOyennete des cl6tures, aux Plantation
et aux Droits d. passage en cas d'en
clave.
La loi du 20 Aoalt 88., relative
aux chemins ruraux, aus chemins e
sentiers d'exploitation.
La lai du 21 Juillet z88i sur la pi
lice sanit ire des animaux.
La loi du 4 Avril i889 sur les ani
maux emploves A l'exploitation des
proprietes rurales.
La loi du 19 FCvrier 1889 relative A
la restriction du privilege du bailleur
d'un fonds rural et A I attribution des
indemnites dues.par suite d'assurances
contre l'incendie.
La loi du i8 Juillet 1889 relative au
bail A Colonatpartiaire.
La loi du 9 Juillet 1889 sur le Par
course, la Vaine PIture, le ban des Ven-
danges, la vente des bls en vert, la
durCe du louage de domestiques et
ouvriers ruraux.
Un d6cret du President de la Repu-
blique en date du 22 Juin i890 abolis-
sant, toutefois avec quelques reserves,
I'ancien usage de la vaine pAture pour
des'ommune* et des sections de com-
mune.
lout le rests est laissi aux soins de Tau-
tIrili active et de fautorild diibiroante ai
aJmiminisration locale.
Et pour aucun autre point il West ddro-
-d 4 la reIl comnune inscrit da1ns I code
cil at dans is Cod Pinal.


DU CODE RURAL Puis, aprs cette premiere 6preuv-. CHRONIQUE
je le soumettrai A une commission: --
"'0"" consultative compose de douze des plu;
notables propridtaires et ferniers princi- lUNE i POi E
XIX pauxi de rarrondissement* de la Capita!e -
sous les veux desquels je placerai. ave:
fle Je prie le lecteur d'apprkcier que j'ai le project d'arrtel, les avis obtenus de; Estil quelque chose de plus tmou-
ri- tenu a lui montrer la simplicity et I'or- commissions administrative des au- vant que les dernikres pages du carnet
en donnance logique de la legislation tres arrondissements. Enfin, le project de S:ott.le vaillant explorateur du Pile
o- franchise dans le Nouveau Code rurul d'arrttct arrivera ainsi au Conseil dc; Sud. heroique victim de la S:ience ?
le uniquement pour noas donner un Secretaires d'Etat accompagn6 de tou; Les naots qu'il ecri\ it, alors qu.e dtescs-
r- guide dans I'examen de notre proprc les renscgnemrnts ndcessaires pour en perant de pouvoir sat\ver ses camara,
es regime rural. Ou'on se rappelle d'ail- fire, si cc n'est une ceuvre complete- des, tcpuists de ftitigu,1 n11'.iv.t plus ni
nt leurs que ctccte legislation francaise n'a mnt parfaite, imais .assi parfatte qu : vivres, ni combustib'le il vo. ait venir
6t toujours vise qu'A unifier et A sanction- possible. la Im >)t atroce, cos iiots.. dis-je, sont
!s. nerdes coutumes et traditions de lai Pendant ces prhlminaires. je m:id'unl stotcisin qui \vaut l-s grandcs
de ruralite national. Pour notre part, propose aussi d-f fire publier le proj-'t phrases de lhistoire. Ie n i'i-te pa.s-
lit nous avons chez nous aussi des usages d'arret6 dans le Montteur, afin que ch i- bicl que vous lei co:in.issizet di-.i- .
>r- sur lesquels on ne pourrait porter la cun soit mis A meme de fire connaitre les rappcler.. N.us so:nins tI-. trifi-
e, main avec trop de circonspection.Tout son opinion sur les dispositions proj blues et jccris avec pcine. Mtis je lie re-
i~ changement dans la I gislation do:t en tees., grette point ce voyage qui nous a i0uon-
ti- tenircompte. Inatile de fire ob;erver qu'ttant tre que les Anglais pjuv\-ct .a1jour-
u- On se rappelle qu'un dl:ret du ga.- o0n1:d Ia iru.ltioni de ceux qui la d'hui, comime dans le passe. endurer
s vernement provisoire de 1841 avaiit coasalt iion tait demandle, leurs dt- des epreuves,s'entraider mutuellement
nt abroge le Code rural de 1826. II fTra liberations ne pouvaient modifier trap et mourir avec courage.Nous avons as-
c' remplace par une loi du tr Nrvembr). r,)rotidc-neit Ic project. Q.tant A la sume des risque : nous ne les igno-
n- 1846 sur la police des camp ign*s Ri- p'resso,o, siit bien quelle est le peu de rions pas. L's choses ont simplement
- ch86 stant Prosident. v\ileur de so.i action. Assez souv\'E mal tourney et nous n'avons pas A\ nous
et 4 Le gouvernement du 22 Dcemb -e les g.)u\vernements ont et A lui remon- plaindre. Nous nous inclinons devant
i- est arrive, dit I. St-Aminnd ; A so:. trcr u1-ae le:; iffiires publiques ne sont la volonte de la Providence, resolus a
n tour, I'une de ses plus vives proc,:- pis ses i'if ires. EEn tout cas, il faut en- faire notre devoir jusqu'au bout. Si
x, nations a stW d'encourager les travax.i core fire un mCrite au gouvernement nous avions'surv'cu, nous aurions pu
: .igricoles. de chercher A ttendre le, d'.alirs d',voir sLamis on project de loi raconter A nos compatriots ine: histoi-
s nrogrs, et d'assurer la scu-ite dJ qnuelzoa'qe A I'appreciation de tant re de tristesses, d'epreuves. de fatigues
uls campanes par une b'nne li (l tidIi liu pl iES quand meme si loin et aussi d'actes de courage, qui edt re-
du 16 Aot 1862, destined A remplac'r I d abo -s du Pouvoir Central. mu le coeur de tous les Anglais.Cette
Set I legislation anterieure qui av lit : lais vovons un peu le regime qu'on histoire, ces quelques notes et nos ca-
observ&e jusque IA, fut vote dse d s pr.potit de moiifier. Le Code de davres la diront....\ais sirement, slre-
a- but ; mais tout An attestant li so'lit- 182h talit turnii, d'un ensemble de Six ment,un pays grand et riche comine le
it tude du n-uveau gouvernement, clle Loi- s: n6tre veillera A ce que ccux qui dpen-
Sfut reconnue bient6t imporiible A ee- i') 1.o surr :.s dispositions gentrales dent de nous aient tout ce qu'il faut...
.s cuter et imyuissante A rali2r le; amI.- relatives a l agri -ulture Nous avons volontiers risqute nos vies
liorations desire;. Une an.ie etiit A 2-) 1l2 sar I administration en gtn6- pour une entreprise don't 'honneur de-
iA pine ecoulCe qu'elle :tiit rao;int : ral d.:s divers 't blissements dagricul- vait rejaillir sur notre pays. Je supple
par une autre loi. celle du to Octob.-c ture mes compatriots de ecilcr a ce quil
s 186;. Cette derniire loi. en abrogea.nt ') L'i sur 1i, contrats svnallagma- ne manque rien a tous ceux don't nous
t: implement celle du 16 Aout. cautori- tiqu; citre I s propri.taires ou fer- sommes les soutiens...
r sa le pouvoir exdcutifA prendre par ar- Micrs principaix et lcs agriculteurs, L'Angleterre ne faillira pas A la tache
I retd les m nsures neceisaires en vue caltivatetirs o.i travailleurs, et sur les que, dans un supreme appel, lui assu-
s d'une b3nne police des campagies, s. obligatio.as rciproques des uns envers ma le capitaine Scott. Un pays qui a
la sanction I~gislative... cles autres I'qonneur de computer de tels hommes
s Le project d'arrte fut don,: prep tir 4') Loi sur les Hattes au nombre de ses concitoyens se doit
.t conmne on sapercut de la d tlicnted. S') Li sur ist garde et la conduite de les honorer ct de sauvegarder leurs
de la question, le gauvernemcnt $s d des aninm iux, et sur les d,&gits qu'ils Ames de toute inquietude...
Scida A se livrer A une sorte de con;ulta cometientc dans les champs Voila plus de dix ans que Scott
t tion qui cut lieu dahs les coniitio:s 6') L,.i sur iL police rural la plus cherchait A decouvrir le mystere du
annonces dans le paragraph suivant Importate p.rce qu'elle determine PMle Sud. Dans les premiers jours de
d'un rapport du Ministre de l'ntcrieur Ioranition mm e laloal d rural 1901 iipartait a la tete de 'expedition
et de l'Agriculture A. Carrie au Presi- pe qe c'est elle ui conserve,dans de la Discovery don't faisait parties le
dent Geffrard son essence, par le Code de 1864, I em- lieutenant Shackleton, qui devait,quel-
s On ne saurait, dans une sembla- pcha d'Ctre une vraie r6forme appre- ques annces apres, reprendre les tent.a
ble mitiere. s'entouret de trop d. lu- cable et feconde ; parcel qu'enin c'est ttves pour a Terre Victoria, et le 9
i m:rres et ddaigaer les cons.Ils, da- sur elle que porte heureusement toute lanvier 1902 il arrivait en vue du Cap
r board de ceux qui seronl app-les, plus 'I:oomie du project a:tuel A propose Adar, extremitt nord de la Terre Vic-
Ssp cialemcnt A exqcutir la loi (Helas I duquel nous pablions ces articles. totia. 11 se heurtait A la formidable basic
c ,taiett des chefs de section ) et c-, Nous nous proposons done dans les ri6re de glace que forme la calotte du
suite de ceux qui, par un. experience livraison, qui suivront d'exiriner ces P61e, barri6re longue de neuf cents ki.
acquise dans es travaux agrlcole ct six lois et les moJifications qui furent lom6tres. Qi'y avait-il derriere cette
unq residence presque journalire au portees en 1864 et, en mme temps enorme masse ? Scott d6barque sur un
milieu des populations de la campi ausai, les changem.nts et innovations point de la barriere,tait gontler un bal.
milieu des populations de la campi- 1n Cmmission du 22 on c if qui s'6leve jusqu'd une hau-
gne, ont appris A en connaltre les hi- q'e propose la Commission du 22 on captif qui s'leve jusqu une hau-
bitudes et les besoins et savant quels |anvier 1912.Nous promettons d'analy. teur de deux cents metres.et de IA tou.
sont les abus A rprimsr et les meil- ser ces derniers avec toute I'attention te la topographie de la region lui appa-
eurcs measures i prenlre pour prote- que nirite I'interat qu'ils o.Trent. rut comme une carte en relief. Tout
ger travail t encourage culture. CONSTAT MAYARD cet norme glacier, c'est la route du
ger le travail et encourager la culture. Coxsrasre. MAYARD P61e, route balayac par de redoutables
a Ce sont ces conseils que je me pro. D)/puti. oura s, que dil vaent rpaourarces
pose de demaoder. en soumettant lie ouragans, que devaient pacourir ces
pose de dema der, en so, mettant I/ hommes avant autour ducicur le robur
project d'arr Cnseils Cnnrt sx. La C3.l:itution d. 867 'e a triplex don't parole le potte latin.
sions administratives tormees aa chCer-iqi ls rtablit trois a* apris le (C3a rural don't Faut-il parler de la temperature elle
lieu de chaque arrondissement, du njas parlons ici, l ar uttribue (Art. ;s8) .tout c d .
Commandant de rArrondiisement, des 1qui et d'intlt*t com nnatl sans p.-%juJic. de l'a- vanre de 40 a 75.au dessous de zero.
o dans des Commu.es et des Cn probation de Icurs ai-s et de intervention d et lon peut penser quelles souffrance
Commintiannls de Co.mmns et de C3n.- rc.ilent dHArtt oe du Pouvoir Lgi1iatif, ptr elle in-fie, I'homme auandl I'ouran
&.lQs 0nommunaux. (1) emp.:he qu ; t ~cis ne sortent je cur at- i A omme quand ouragan
s tributions et ne blkess.c I atrt gndral.. Or, en et la tempiet sen melent. Neanmioins
otr, de i'ininccritc de Itlection de cci Consilr,. l'exptdition part pleine de courage.Elle
(ii je rippelle aa .ltea. que Ia Conalttituon d it n- faut pas o.abl qu'on pA ma arrive A 8 kilo tr du P
<846 w vant a*lors ite ua ena rigueur an dit comnprenjre ce i inttrse a t .ton an r 857 kl omtres du P-- c. Mais
riaerg t gComtzird i i .4 .rtibutioarns a .le u

~_


R*o ACTION ADMINISTP &TIOP
8, Rue Amencane, a
Les ammeacps seat aeites':
A PO-r-AU-PPINCa flU buireaux du Jehi1
* PAI$ : cheap L. Ma(-ence & Cio
9, Rue Troechet
A ILO-ADRUS c: z hlMM. John F. JO)ne$t CS
No I Snow [fill- E. C.
A R811. 11.Chrtl uOll MoSs
S. W. 19, J r'isaleinC Srssse 46-49
A aw-Yoam:Universal Publicity Compm)
45 West 14 th SUreet
Lesnrintuscrits inserqs ou noflne son:
pas rcndus
Abonncments et inscrtions ayvales d'avamc*




____~ ei~---- r ----U *~ ----- II--


sable, fourbus, oat succomb A tour de I
role, et S:ott est contraint de s'arrcter.
La retraite fut terrible : plus de chiens
pour aider au hilage. Sur c.s e itrcf-i-
tes, Shakleton est atteint de pneumo-
nie. 11 crache le sang A pleine bouch:.
Puis 6clate une formidable tempete et
la temperature devient atrocc. Li m rt
plane sur l'expedition : mais, par un
Aniracle d'energie, elle triomphe de la
mauvaise chance.Shackleton,grAce A sa
robust constitution, surmonte 1 m ii,
ct la caravan rallie la Discoverv.
Mais IA ils sont prisonniers. Dcpuis
22 mois le navire est bloqua ,ar les
places. Nous sommes au 15 Ianvier
1904. Sachant le danger quc courait la
Discovery, I'Angleterre a envoy deux
navires A s3n secours, le .1,rniJa, et la
7erra-Nova, qui, aussit6t, commencent
le siege de la banquise. Jour et nuit les
trois quipages tr.vaillent A creuser
des trous de mine.Apres huitjours d et
forts, la Dis'overy, captive depuis deux
ans, etait liberee et rentr.it en Angle-
terre.


FAITS DIVERS

REN1EIGNEMENTS
METlTOROLOGIQUES
OBSERVATOIRE
DU
SEMINAIRE COLLAGE S'-MARTIAI
Jeudi 13 Mars 1913


Barocmdtre A midi

i uniu-imum
renp6rat'ar.


704,1
22,0
33,3


Movenne dimrne 27,0
Ciel clair p ndu it I& jou-n6e et
nuag ix A ** hi. dii soir.
Barjinetr I 6g6tie:nent en biisae.
1. SCHrIIEIREI
Bulletin de I' grciiulture
et de I'Industric
Le numero de Fevrier de ce confrere
.-n..t;n, It ,n m iti.p,-; 'iiv.intcs :UIn im


Scott devait renouveler catte cx..'di- C"... ".........rII
Scott devait renouveltar ct x o nt Ripport du Ministre Boco sur
tion. A bord de la Terra-Nova. il repar- a necessitan d'ezcuter curtains travaux,
tiit de Cardiff en janvier 1911. 11 6ta- La situation agricole de I'Anse dHai-
blissait son quarter general A Mac nault ( Rapport du comic de la com-
Mundo, et au mois d'lan tobrcav- sept mune ),- un intCressant article de no-
compagnons. se lanvi.it la conqJate tre collaborateur J. R. Chenet sur les
du P61e. Le janvier 1912 1 atteignait Lampas, La suite d. l'article de S. F.
le 87'. C'est IA, que pour manager les I Lissade sur I'A-iculture,-Polinisation
vivres. ii renvoyait trois des membres et FsonJatiur du Vanillier par Aug.
de lexpddition, et avec le docteur W el- Bogemans. divers.
son, le capitaine Oates, le lieutenant
Bowors,le sous-ofticier Evans, poursui- Union Panam ricaine
vait sa route. Ce n'est plus que par le La livraison de janvier du Bulletin
carnet trouv6 sur son cadavre que I'on de 1'Union Panambricaine publie.entre
sail le rest 11s atteignirent le pole.re- autres matiires interessantes: Congres
connurent I'emplacement d'Amundsen i Internatioiial des Etudiants amdricains.
et se preparcrent au retour. Ce fut le Le cocotirs dans les A-mriques. La
es.stre l. Evans meurt dans une chute. messe PanIamricainc.l.- sept merveil
Le capitaiie Oatcs. pieds et mains ge- les NM.ernes. Le sigiagraphe, Le dan-
!ds. souttrait de facon terrible. Le 16 er des Iceberg qui s- fondent et des
Mars.nous savions que sa tin Ctait pro i notes sur l. mirche des Rcnpubliques
che pcrit I1. capiaine Sotht. mats il ne jde Bolivie, C )lomb-e, Cubt. Doinini-
se plaignait pas. 11 se couch, esp-rant caine.Hiiti et:. A signaler.ca outre,des
n: pas se rcveiller. mais it se reveilla notes de la Redactio: relevant des im-
pourtant. L'our.,gan soutHait. Oates putations oatrageantes attributes au
nous dit : Je sors, 11 se peut quce Ie Snateur Rn,)t. et relatant les phases
rest longtemp. a. Nous ne devious du banquet off-rt pir la S:riete N tio-
plus le revoir. Nous savions qu'il mar- nale de G-ographie a 'explorateur
chait a la mort, mais, biea que nous Amundsen au couri duquel un mb-
eussions essav6 de le retenir, nous sa daille d'or lui fut offerte.
vions qu'il agissait en home brave et
en gentleman anglais s. oates. se sa- Arrivt des Ministres ties
chint condamne, se suicidait pour ne FinIaces et de I'luterleur
pas retarder la march de ses camara- Hier main par le c Vesterwald a
des. Ceux-ci ils n'6taient plus que sont arrives M.M.Lespinasse. S-cretaire
trois-Scott Wilson et Bowers cam- d Etat des Finances et S. Pradel, Secr&-
perent le 21 Mars par 790 40' latitude tire d'Etat de l'interieur, de retour de
sud et 1690 23' longitude est.Ils 6taient leur voyage aux Gonaivesoi ils 6taient
alors A dix huit kilometre; de leur d6- all6s, accomp.ignes d'une commission,
p6t du camp de e One Ton *. Ils ne regler l'affaire de la contrebande don't
purentjamais I'atteindre en raison d'un nous parlions dernierement.
ouragan qui dura neuf jours.A ce mo- Les Secretaires d'Etat ont ramen6 la
ment ils n'avaient plus de combustible Capitale, avec eux,Messieurs Kernizan,
et les vivres commenqiient A manquer. directeur deladouane desGonaives,Du-
On sait le reste... tard Limage Philippe. interpreted de cet
Devant ces examples de courage, de- etablissement et Limage Philippe, ad-
vant ces a surhommes don't je viens ministrateur des financesqui sont aux-
de retracer, combien bri6vement. i'6- ordres du Departcment.


mouvante epopee, on sent une singu-
liere fierti nous empoigner, mais aus;i
un certain sentiment de malaise ind6-
finissable : Fiert6, devant la force et la
grandeur d'Ame de ces heros ; malaise
aussi, fait de notre petitesse pour ainsi
dire, car saurions-nous poss6der cette
energie qui dirigeait, dans cette mir-
che A la mort, les vaillants que furent
Scott et ces compagnons ?...

P. CHAUMET.




Cours de Bourse


OrAmrricain 30 o/o prime
Ch6quesurParis. 4 1/4 o/o prime
Traite sur Paris 2 1/2, a 114 o/o p
Transfer sur Paris 4 I/2. 4 3/4 /o.prime
Cheque s. New-York z olo prime
Billet de P.. .. a /2 o/o escmp.
Nickel. 3 /a o/o escompte
Dette Int. d'Hatti 1) 1 97 o/o ad val.


Arriv4.e du delegu Oreste Zamor
Est egalement arrive hier le general
Oreste Zamor, delegu6 extraordinaire
du Gouverne nent dans les DWparte-
ments de I'Artibonite et du Nord-
Ouest. Des son arrive, le President de
la Republique a faith chercher le sympa-
thiquc dClegue,quis'est rendu au Palais
National ou il residera pendant son se-
jour A Port-au-Prince que nous souhai-
tons etre heureux et long.
II. Jer6me Salomon
Nous avons revu avec plaisir notre
confrere et ami J6r6me Salomon, de
retour de son voyage des Cayes, ou il
etait alley pour sa prestation de serment
comme avocat du barreau de cette ville
Nous lui souhaitons la plus cordiale
bienvenue.
Encore le trout
Un cheval attel6 appartenant A M.
johnson,a failli se casser la jambe dans
le meme trou que nous signalions der-
nierement, en face la maison Sim-
monds.
Est-ce qu'on va se decider enfin, A
boacher ce trou ? Et, demandons-nous
impossible?


Cinema-Th6eatre
Voici le programme qui sera executi
ce soir, de 6 a 8, A la representation
des enfants. Le success de la derniere
soiree fait prkvoir qu'on amknera ew
foule les enfants se distraire.
Chutes et rapides de Khivaat ; Les
deux oiseaux ;-Rosalie et Lcontine au
th6atre,-Passe-temps de la champagne,
Fouinard est joyeux,-Amma le voleur
aveugle.
Entree gn&rale : une gourde.
Un bluff nmnstrueux
Depuis quelques jours, une listed de
soascription circle sous la rubrique
a Association des amis du Progris a
soutirant des sommes plus ou moins
considdrables A quelques particuliers
tropcrcdules,dans le pretendu but d'of-
frir un drapeau au President de la R6-
publique. Les requs delivres sont reve-
tus d'un cliche pour faire-part funebre
et converts de nombreuses signatures,
ia. plupart indkchiflrabies. Les sous-
criptionssont inscrites dans un cahier
ofi se trouvent les arnes de la R6publi-
que en couleur.
Parmi les nambreuses victiinme, ei-
tons en passant M.. Sylvera pour vingt
dollars.
Qiiel est le principal auteur de cette
escroquerie ?
C'est une question import ite A se
poser pour le mom-nt, en attendant
qu'on puisse mettre la main sur toute
cette band de inystificateurs et d&ou-
vyir la trame de ce bluff monstrueux.
Mais nous sommes d&ja sur une pis-
te et nous ne croyons pas nous trom-
per.
Et le tarif?...
Nous peniio:is qu. les auto n )biles
avaient un tarif qtaatli, irininablo et que
ce tariff devait s~rvir a tou. les voya-
geurs sanu distin:tion. I)icid1ment,
nous nous soln:neI tr<,.np- et nous
no l (I 'tLl n in 1 )i ;:i C innimnt: Quel
eit enira le tArif d !i cliarufoTurs? Font-
it, paver d'alprss la tutet des clients?
Sr t tait6~t la course et ia g)urde,
titt it A 5J ce::i:u :s; i'iuaure sd pale
ta sIt't 6, tant6t 8 et t:ntoL 10 gourdes.
Qu'on ne vienne pa, nous taxer
d'lostiliti envers cette industries nais-
sante. Les nomnbreuses preuves d'en-
couragee:nut que 11u1s lui avons dteja
dornnes d'unle fan:r cffTctive -- la
neilleure--- nous sont assurniment une
garantie suffisante contre cette accusa-
tion qui ne saurait ttlr rien m>ins
qu'iniuste.
Mais enfin, nous ne voulons pas non
plus avoicr 'air de n'ous laisser faire et
nous rdclainons de- chault'urs qu'ils
aftichent leur tarif dans I'intdrieur de
leurs voitures et que dtcidmn3nt, ils
v obdissent avec la plus strict regu-
iaritt.
Un pen d'eau s.v.p.l
Tel est le cri de detresse des habi-
tants de la rue du Centre, depuis une
semai ne.
Cet intercss.int quarter est en effect
totalement ptivc d'eau depuis ce laps
de tern ps.
Au s course service. hydraulique. Le
moindre vcrry d'eau que vous aurez
donned ne testcra pas sans recompense.
Allons. un boti movement, et toutes
ces gorges shches quick rient maintenant
leur so.f, clameront lIur reconnais-
sance.
r Touj:nurs la Banque I ..
Port au-Prince Ie rt Mars 191r.
; Mon cher Directeur,
"Jusl a' pr;aent on Ctait habitu Ai
Sprayer escompte sur ces billets de $
gourdes et sur le nickel, mais il etait
donne A la Banque Nationale de la R&-
publique d'Haiti de dpasser la measure:
hier dile a fait payer A un pauvre ache-
teur d'or une escompte de 4oio sur des
billets de une et deux gourdes.
N'est-ce pas l'occasion de rappeler
cet etablissement A I'ordre ? Car ie peu
pie n'est pas si ais6 que cela pour
qu'on le depouille ainsi sans un cri de
protestation de notre interessant or
gane.
Persuade qie vous signalerez, mon
cher Directeur. ce fait revoltant A la
meditation de qui de droit.


t vous price de recevoir mes sinckres
a stations.
SUx COMMEKuAX


Tribunal de Commmerc ,
Audience du Ia Mars 1913.
Le tribunal prend siege a 5 heur
du soir sous ia pr6sidence du doye
Bastien ayant pour assesseurs les jug
Alhx .Roy et 1. Thomas et pronooa
le jugement suivant:
Celui qui condamneles sieurs labor
Sibeck et Co A payer A Abraham Ba
cha la sorqme de sj$ dollars 7410 avec
les intdrats Igaux et A deux ans d'en.
prisonnem:nt en cas de non-paiemint
et le condamne en outr, aux d6pens.
Les Jugzs Roy et Thomas font place
aux juges Fernand Mendesse et SimoM
Vieux et les jugements ci-aprks out tt
rendus :
Celui qui d6boute le Comptoir com.
mercial anversois de sa demand con.
tre L. Vo. L2ngendonck comme mal
fondue en fait et en droit. donne acted
A Langendonck de ses reserves pour e
pourvoir en dom.nages interets contre
le demandeur ct les sieurs Pieraern
freres et condamne le dit demandeur
aux depens.
COlui qui re;cit les 6poux EJouard
GolJinann opposant au jugementde
d3faut rcndu en faveur de Cirl Voigt,
rectified la quality de commercant don.
n6 au mari, en consequence r6tract
le chef de la contrainte par corps pro.
non:e centre lui et la condamnatioa
sans dMsli. con amne les dits epouni
pay-r les i. 726 gourdes o20o pardes
ternes mensuels de zoo gourdes, dit
que le non-paiemeti d'un terms res.
dra eligible la totalit6 de toute ladete,
in intient les autres chefs du dit juge.
ment d dedfaut et condamne les oppo.
saints aux d6pens.
Celui qui deboute les Usines Royale
Neerlandaises de leur demand corn.
me m 11 fondue en fait et en droit con.
tre L. Von Langendonck, donne actel
celui-ci de ses reserves p.ur se pout.
voir en dom nags-interits contre Ia
deinanderesse et Piera-rtz freres et ca
dame :elle ci aux depens.
Le Doyen Bastien et le juge MeT-
des;e ont fait place aux jug-s Th. D.',
sous et A. Roy et cette compositions
prononce le jug:ment qua recoit k'
sieur Michel loseph opposant au juge-
mentde dcfaut rendu en faveur de Gas
ton Revest, r~tracte le dit jugem:nt su
le chef de la condemnation sans dahi
seulement et le maintient dans toW
ses autres chefs pour sortir tout soo
effet et pour en faciliter le paiemeat
des 33r dollars, accord A lopposia
la faculty de se liberer par terms &
So dollars tous les quinze jours ; dit
ue le non-paiement d'un terme rea
ra exigtble la totality de toute la dette,
rejette la demand d'execution provi.
sore comme mal fond6e et condarm:
I'opposant aux depens.
Vu I'heuie avanc6e le siege est levi
Tribunal Civil
Audience civil du hindi
to Mars 1913.
Presidence A. St-Rome ayant pout
assesseurs le juge L. St-Just Nicolas et
le supplant de juge A. Blain, assisted
du Substitut Joachin lean-Baptiste.
lugements prononc6s.
Celui qui rejette comme non re
cevable I'action faite par. St-G.rauJ
sieur Hillion Gustave par acte en datR
du onze Janvier mil neuf cent dou.,
aucune preuve n'ayant .ete faite que St-
Giraud 6tait proprittaire des meubla
librement vendus et le prix conseoti
par I'acheteur etc. etc et condamne Fpr
dinand St-Geraud aux depens.
Le juge L. St-Just Nico as a fait pi-
ce au luge J. Zephyr et le suppl6tat
Blain au supplant J. B. U. Errie.
Celui qui condamne la dameE
Glandas A payer au sieur Paul M. DI
sinor la some de deux cent quar*a3
huit gourdes avec les inter6ts I6gausi
la condamne aux depens.
Le juge J. Zephyr a fait place au jPI
L. St-Just Nicoas-
Affaire entendue.
L'Etat contre S. Mc-Donald. Dbfa


Le jge A. StRome a fait place
juge Day.
Tugement prononc6
-Celui qui homologue l'ct.
partake fait pa le notair Hlogath





Ies b~ritier dc la suceWion de
SJoseph Nicolas.
Affaire entendtte
Suuisaise Lauzeille contre Joseph
f nelon Geffzard.
Nouvelles i Aa maim
S 'lace Geffrard, 11 heures du soir, le
rtier F. essaye de marcher droit,
is titube a chaque pas. Son cha-
au tombe et F. s'adresse, en ziga
ant. a son couvre-chef :
t Si je te ramasse, jo tombe; si je
S inbe tu ne m ramasseras pas.
Et il continue sa route.


epublique
Dominicalne

D nIotre C rrespondant
La situation politique en ginral est
r s tenjue. Sto-Domingo se trouve
ns un ctat d agitation extreme ainsi
ue le Cibao.
Le gn6rial Cespedus, Gouverneur de
uerto-Plata, a refuse de reconnaitre
autorit; du general Arias doit il de.
are la no:Xination incolstitutionnelle.
.Mmnseigniur Nojel, Prbs!deit pro.
isoire, est actuelleinent malady: a Ba-
ahona. Fatigue du pouvoir, dans I'im
ossibilitc dc rcaliser la fusion des par-
s, impuiss.ant a contenir les ambi-
ions, ii jug:' s prdsenee inutile aux
ffaires ct s .,prCte A donner sa dr.mis-
ion. On a'tirine qu'il n'attendra pas
on retour .1 l. C(pitale pour le faire.
Le Cjoires s'est reuni A cet effet et
ans quC'lqu', jours peut-Otre la R6pu-
lique D1)iinicaine aura un nouveau
het CL.i( l ,'1. t il Aucun das c tndi
ats i I'lcction definitive ne se.nble
isposeri a, c cptcr la pr6sidence provi.
ire. L)s msn cependant que Monsieur
ederico Velasquez y Hernandez a la
najoritc des congressistes en sa faveur.
'il se prsentait, il triompherait sdre-
ment. Mli. le voudra-t-il ? On attend
eaucoup d.' lai, car 1'opinion gnrirale
st qu'il .et actuellemeiit l'unique do-
minicain capable, par sa competence,
son energic et sa loyaut6, de changer
le course d-s cvcnements.
.Monsie; r Velazquez est actuellement
en route p )ur Sto-Domingo. ayant 6t6
Sla Jamaique chercher sa famille qui
s'v 6tait rctugi'e apres le coup d'Etat
de Victoria S3n arrive eat attendue
avec impatience.
Outre Monsieur Velazquez on parole
des candidatures de Monsieur Nouel,
NMinistre de l'Intrieur, et d'un repre-
sentant du Parti Libiral r/formiste sur
le nom de qui on n'est pas entiere-
ment tiw\.
.\l'agrc la gravity de la situation uue
revolution n'est pas A craindre.

Sto-DUningo 0o.
Le Gtneral Desiderio Arias s'est se6
part du parti de Monsieur Juan lime.
nes pour s'unir, pretend-on. A Enrique
Henriquez qui, A son tour, compete sur
Luis Felipe Vidal pour son triomphe.
Les noms de Velazquez et Horacio
Vasquez dominant les cv0nements. Ces
deux parties sont les seuls A se partager
vratment les suffragss des dominicains.


A li'tranger

St-Pl::mERSSBOUR 11. Une note of-
flcicllc publite simultanement en Rue-
sie et en Autriche, announce la hn de
la mobilisation.
VIKNNKE -1.- On dit 'ici que I'arran-
g ement irntervenu entire l'Autriche et la
Rusie n'a trait qu'a la frontiere russe.
11 n'est pas question de la frontiere
sud-est de I'Autricle.
On announce, en meme temps, que
les forces rassembIdes "sr la fronUtre
serbe ne sauraient 4tre ariNhlena a sou-
cun degree et quo-leo rdesrviats seroOat
maintenus a lear poet


SOFIA 1. I.- Le JO l o iel eMirxtl
lit que lea Allide des Mat *o



ce ro ii
'
'-tktb^^^HBB^IB^IBBH^-,,J^^^^^^^^^^^^^^^^^


















Igent


NESTOR i'E LIU!


,flxu dc i I :tc L r't,;!ci uc vicu
ii-IC rcca isa n eij .c l rue des
cIt.s ,u 9 I e c 1.L C (;ro1Nd, dRue.C
L; 'I re. l- !LV t FtS COSIft


11 1 1* .'1


'-p.s


(19 Ph iedle


c rt


Exportation


C c ri inatijon.


( 1 :'. slp s avow (( cv pays,
s(- S". E% lets aux Comgw


P 'lace dcla IPaix


I ;i;f S c l ji- 7 l fuia.


L



!ch
1'


1)1 A flISSE"


rarcihand


S: Iti
1(; ;tIi
)si etl eIt


v2~'fit 410 i'atllistrcr sa gu
i de IF..at, a

luarnitureS es etc.


Ie prix d, complete fails et four*


ritil I1 hiautie


homes de ct
niouveautl parisim


Frlance


l, (to I iRe dii Quai et de Ia
O deos phls ariciermes et des mi

Ae A neuC fte ol Tre A M~. lek -I e
II priticiens le ineileur confortable.
miMons parliculiers
mieux amrnaises.
se.
irection d'un maitre dijotel frano l5d
2 A 2 hres. Diner de 6 a 8 hres.
Lu jqqr et de ia nuit.
ers crus de For eaux.
h do matin a 8 I. du soir.
aoir deasr *ments do la car
A M61el IMmtugne, eppmrtevl"On
4'Stmf~lt~ieu~ tq installation m~def!
alwyllmat a-d. ler choix.
weyj Vietor.Cliquoa, etc.



a AhW &uOMbe* .tdob .


Jj


re
q

IT
f.
ir

te
al
fc

"
P(
dc
co
al
de

pr
ne
pa



m
d'i
re:
te,

da
res
en
co
CO
tic
cc
no
do
me
116
ti&
tu<
ter


- --~


- -1 III Ir


fl ..l C;'..''>C.


"I ,


L. I'L It It ET