<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01719
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 12, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01719

Full Text





S10 Aaa NI POT.I-flCE 1L21L1 M~crd 12 Mars I9


aement-IIAG LO HIS.
DI RKCTKU
ABONMqT49 NTS:
pORT-AU-P'RINCK:
fin Moi.............d. 2.%Q
troimbools ......... 5.00
DI3'PAIHTI.Mh ENIS.;:
InaMois.. ........(L G 2.20
1roiyoisr..... 6:00
orfIANGkER :

LE NUMCRO JS CENTIMES


RPMACTION- ADMNINSTRATION
M, htue AmeiCamne, 8
Les ameaces seat rn~'ses
A PorT-AU-1'PIwcP : aux Lture'uz ds1011tr.
* PARlIS chez L. Ma ence & C-0
9. .uc Tronchet
A Lo-DoRts:chez MM. ),ohn F. Jones M O
No z Snow Hill- E. C.
A HRL Iw-. cchez udolt Mosse
S. W. 19, Jerusltmctr StrAsse 46-49
A Naw-Yoz :Universal Publicity Conapmus
4S West ;4 CU lrcct
I. manus.cits in.Iris, o n :cn ne o-.-

Al,,jnncnien Ct;lci:,5 et dcsi'~-~


,/


QUOTIDIEN


REPUBLIC UE


Anir ,ur 4


La revo;ulion du Cibao a eu des
desous que la press doni, mcaine,
come effrayde des con, Il 'lences
qui pinvaient el r-sjilt-r, a ja-
mais voulu 6clairer; quie les revo-
lulionnaires eux-nmrnes voilerent
de peur que la division qui en sor-
tirait hideuse, infernale, im *itoya-
ble, mertant A nu les espoits el les
aubitions de tous, ne fut dles ar-
mes nouvelles donn6es, p,, ir les
combatire, au Gouvern,*. i,- qut
gardail encore la lorce dc It'rrori-
ser et son pouvoir de tuer.
Mais le triomphe final s'est char-
Sde les metire au grand jour el,
etement, ils sotlent de 'omnbre
ou la prudence les tenalt emulprison-
nds; sournoisement ils attl.iuent
les principles de la rvolutioi don't
loute la grandeur s'ecrouler.,it de-
vant le r6veil des prtentions qu'elle
portait, s'el n'y avait encore dans
le coeur de be.ucouup le soln-i.,ir de
ceux qui, convaincus de la beaule
du sacrifice A faire, accepi~rent de
combaitre et de mouarr dans le si-
lencedesha.nes qui dormai et, mais
qu'ils avaient pourtant eniievues
Ia, au fond d-s ve6neinents, grouil-
lantes, implacables.
La pensde du lendemain dlespote
qui, au fort des batailles. paraly-
Mait, treignait, etouffait les insur-
Igsau point de melire sonivout en
peril le sort de leurs armes, n'ayant
lone plus aujourd'hui des raisons
pour se taire, 6clale autour de fur-
ie eleclorale o~ la derriere lutte e
L livrera. Elle 6dtle, par I'Apr616 t
e ses manifestations, les p doccu- t
walions qui, pendant un an. agile-
ent les chefs; elle d6couvre enfin
as dessous des evenements rests r
ovioles par une sorte de complicity q
le tous. d
c
La revolution dominicaine n'a t
as t6 d'abord l'oe1 vre qu'elle a d
i6 dans la suite: une oeuvre na- d
ionale par sa porteo, nationale par II
i diversity des parlis qui la tomen- p
brent. Elle fur personnelle, c'est- a
-dire inspire par I'int6ret et pour p
i triomphe d'un seul,jusqu'a I1'cu- b
e ou le G6n6ral HIoracio Vdsquez C
aquant sa vie, il 6 tit malady, n
bandonoant sa famille, il 6tait si
roscrit, vint, A I'appel de ses amis, r
Smettre A sa lete. Le prestige de C
m nom, la puissance de son part, r
rent taire les vell6ites de rdvolte q
ans la r6volle meme. aC
Mais le pirti qui luttait deja sa
aand il debarqua, en concut du
tsappointement. II avait sont pro- v
amuie, avait lanc6 son manifest tl
: devait pr6tendre au Pouvoir. De- sI
derio Ariasle repr6sentmal. Une b
tuation politique peine dangoisse n
de priten naqult. Vasquez, pour q
dia per,.dui employer tout son q


DOMINICA lINE i roi's a la terr',ible succession de fini,la manie des mots obctnes. lIs
Eladio Vicloria. impulsions au vol. au suicide, i 'h,-
-*.* micide. sont encore des examples cori-
n muns d'obsessions intellectuelles.
d< L rie 1 Hdrditaires, periodiques et remit-
-\ Ir; r t-ombre '*I*s rcandidals, tentes, les obsessions s'accompagncnt
(,il -eJ .'Majle avec anxiCie si les d'angoisse et de lutte intirieure. Tim,-
f. roisseIol.wis li les mecomples don't res et inquicts, compteurs. motifs. I-
tict, Victoria dlut remporler bien a la Itte PI, torale sera sltrement loux, migrateurs. diraisonnables, dc-
des vioires. Mais ce qe I mis-fous- voili les obsdies. Vous en
promesses, ni les vieloies n'p si- larql ,t,' pas. ereer I la e connaissez, A coup sir, de ces ,tres bi-
pri'o ines ses, ni les vio~loires ij'app l- pub111icque iln-i situation polistquo-"
srent ce furent les rancunies liuato politiqu zarres. qui marchent soigneusement cn
srnent ce furent es racutes li tout aussi dlouloureuse que tre les raies du plancher, font le va.u
venaient de surgir et qui, cha- celle qiii suivit le c 'up d'Etat de toucher les boutons de porte ou Its
que fois que les armes a rivoli- id'Alfiedo. Nos avons, dans notre poteaux Ai gaz retournent a leurs ser-
lion Ctaiel hteureuse-, allaiet f^aire derrire chronique, ltudie ce point. rures pour sassurer quelles sont biei
pesr stir elles le Ioids le I.tur Nous avri vu de quel co16 les ap-; fermres, etc. etc.. Cest l Ia torme rnt-
c rlcul i prdlension- peuvent venir et corm- dimentaire de 'obsession. le scrupule.
Le part cependant. aMn pil o, ment le lager d'une revolution On le voit se manifesterdes la premik.
dmin.- putr chef Mr E,,il'll ,,,,[L-ii- re jeunes e t
rdoi pour chef Mr ave.: eie li- q ,i sivra,. I'lection presidential re jeunesse timides et suscesptiblc.
ez, pasav ce\.pa A craindre. Nos voisins goistes et orgueilleux, des jeunes gen,
ez e seal A coin ri e. ndre. Nos iis offrent des tendances marquees aux re-
eIcorez lA slles vestigesndute. i o. trop e sgesse pour ne pas y romanesques, aux excentricites.
L eoret siles vesuMiges ouji .Cni ,. coinprendre a quelle ruine ils tx- Leurs ides fuient confusement, tui
Lui est sil-l nieux. iMais oui sent. poseraie,,t Ipnr pays si, une nou- multueusemnent jusqu'au jour on Ioh-
son atliude sdivne, iu'il ciiiJre l velle fis, ils le jetaient dans les af- session s impose, irresistible., leur e-
r fve que les divisions i'il rceg,. fres ci'ue insurrection. prit d sarme. Un certain nombre arri-
a defaiit de la puise 1ce (1i lai Cite Iproccupalion Bcarlde, quel vent A se suicidcr par raisonnemento.
inainquie, peivent ire uie cause s.a, se delinande-t-on, le President choisissant, pensent-ils, le seul traite-
de rCussite pour lui. ddefiitf? ment logique et radical pour se debar-
Nous sommes done en presence Malgrd toute la consideration rsser de leurs tortures.
de trois groups poliliques lultant quoe I'oi a pour I'ancien ministrel Sous 'action deses obseon r p6teg es.
pour une seule fin: la chile des des Fiinances et des Relations Ex- le svsteme nervcux ne tarde guere .
Victoria, gardant, pour Irix dte Irieures d'Ulysse Ileureaux, Mr s'.puiser: son quilibre harinonique, de
ieurs enffrls, Iesp6rance du po0u- Eniriq e Ilenriquez, Ion ne s'ar-u compromns, se prompt c deient s-
voir. Ils se couvreni, les Irois, d'6- rete gurre, dans les milieux politi- guli relent unstable dgpanistqe pe
pii- sans volonte, l deg n&ere risSte peu -2
clat, d6pensent leurs fonks, payeit ques, A sa personnalilt. On ne le ss impulsions angoissantes. sortes de
d'heroisme el acquierent des d.oils redoute pas. On redoute encore convulsions de la volont. S'il s'agit
a la reconnaissance ipopulaire. Leurs moins Mr I.J.Jimnenez don't le par- d homicide. l'interrogatoire de l'incul-
forces combines voit-elles pour- ti, au dire des dominicains, a vecu. pd avant succombt A; son obsession, no
lant avoir raison du gouverneinent La press hunoristique mime de te constamment I'etat absolument re-
que mainlient la puissan:e 6nergie Sto Domingo amuse ses lecteurs, marquable de satisfaction et de bicii
du Ministre de la Guerre ? Non ils en une srne articles au d6pens Etre ayant succtdd A I'excution de l'ac
vont i6re vaincus.La dbroutc mnie de I'ancen president don't le sou-t. S'il s'agit de suicide, langoisse de
a cmmence dja. Voyez : Puerto- vnir, d'tpr les articles bien en- Iaccomplir ne laisse au malheureux
,I ommencd d Voyez : Puero-enir, da s le parties bien en- obsdd aucun rtpit, aucun soulage.
Plata est repris el Monte Cristy aus- tendu, est lellement bleint que les ment. avant a perptration de 'aten-
si. Arias, cernd dans Dajabon, se grnrations d'aujourd'hui se de- at, fraquemment inpe itable malgr tles
r6fugie a Juan Calvo ou assault lui nandent :9 Qu est-ce done le jime- plus minutieuscs precautions.
est donn6. Le Seybo vs 6tre paci6e r.istaa i* 1u 1-- i .
est donn8. Le Seybo vi. tre pacific ,isla? L'Jagoraphobie- peur de la place pu-
ot la march des msusrges sur Azua Ainsi done, il n'y a de candidates blique- est une \varitte curieuse et
Jevient h6sitante. On est kcras&: susceptbles de triompher que le fr6quented'obsession angoissante. Elle
Victoria a pronis I'amnistie. g6ndral Horacio Vasquez et Mr Fe consist en un sentiment d'6motion vi
Ce fur alors et come le decou- derico Velazquez. Voyons lequel ve et d'dpouvante reellc. A I'aspect
agement paralysait les volonles, des deux pourra l'emporter sur d'un space de quelque dtendue A tra-
lue I'on vil apparaltre, sur la scene I'autre. verser. En presence d'unc vaste place
les venements. Monsieur Federi- publique, de la vue du ciel. de I'eau,
:o Velazquez y H-ernandez don't la d'un space vide quelconque,l'agorapho
i6vrbuse impatience de beaucoup CAUSERIE MEDICALE be se trouve en proie a une frayeur
e se ais les avait ncs dj CAUSRIE MEDICA conscience, aussi anieuse que s'il se
Leans la routisOnes. a 1vit elegrace trouvait en presence d un gouffre be-
ans la rvoluods que n.II viant e gace c n ene ant. Cette varikt6 de vertige est l'apana-
ui e fonds que Victora ate t La fole c ns e t ge des surments de I'intelligence : ai
)our donner le dernier coup ses eu souvent occasion de soiner I'agora-
dversaires lui sont efuses; l'em- Autrefois, on n'admettait gure la phobic dans les carriers li rales, chez
runt de cent cinquante mile dol- folie avec conscience. Mais, aujourd'- des nevross hcr6ditaires. Un certain
ars qu il voulait contracter 6choue. hui, on a 6t6 force de reconnaitre qu'il nombre de m6decins rapportent a I'es-
)n na plus confiance. Le Gouver- est certaines formes d'alienation dans tomac ce malaise locomoteur : c'est I
ement s'arrete au milieu de seO lesquelles les malades ont parfaitement une erreur prejudiciable. le vertigo a
UCc6s et donne ainsi le temps aux conscience de I'anomalie des phno- stomach laeso, ne relevant nullement
6volutionnaires de so ressaisir. m6nesqu'ils 6prouvent, mais sans pou- d un traitement similaire.
'en est faith maintenant, ils nos'ar- voir parvenir A sen d6barrasser. L'ob- L'horreur de la solitude, de I'obscu-
bneront dans leurs victoires que session est le type de ce d6lire motif rite, des spaces close. des chemins de
uand le Gouvernement croulera, et conscient, de ce vertige mental, ca- fer; la terreur du sang, des insects,
ccabl6 d'opprobres et d'impuis- ractkris par des impulsions incoerci- des reptiles, la eur des orages, de cer-
bles. Comme examples d'obsessions taines itoffes, du verre, des m6taux ; la
1e.riv communs. citons : la recherche obsti- crainte des contacts, des allumettes, des
L'arrq ve de Monsieur Velazquez n6e des mots, des airs de musique. microbes, des poissons; la peur d'etre
ers qul monlaien dja les sympa des physionomies; la peur des cou enterrv vivant. de ne pouvoir marcher,
lies de tous les dominicfins qui teaux, des epingles, des raies de plan- et bien d'autres phobies- je vous fais
urent appr6cier I'surre considera- chers ou de pavage ; le besoin de r- grAce des mots grecs qui les ddsignent-
le qu'il leva durant ses hull an- peter certain mot, certaines phrases; figurent encore parrm ces obsessions,
6es de Ministbre, vient porter A la folie du doute, avec d6lire du tou- patrimoine peu enviable des neurasth6-
uatre le nombre des candidates cher... L'esprit est assailli par les pour niques. On concoit que ces attCent
ui, ayant luut, s croient des quoi et les ecomments; I'ide de I'in- .divnemean dsagrtables etnatrirs


s



r


e
c
d










a




NI


IMi~law ASSM ir 1795


I'ORT-A~U-PIRUNCE Mill i


Uprer. d~i 12 Itars i 913


__ 1__






I ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ --..r- .r ` ---- ---1 ~-- ~ _


* Lftt,*-Aun hut degrk, chcz les ncr-'plus loin,
veuz, les tendances au pcssimisme et jquc nous
la mnlancolie. toutous !
La tristesse morbide est, dl no~s son a inai
jours. la maladie organiquc domina.nte pas rcveni
de Iesprit. Caracterisce par ui dclire cupc, A laI
expressif. avec idccs persistantes de Que voulI
sombre d6couragement et de mnfiance hicr. verit
universelle, la mlancolie cst aussi
vieille que la ptanse humane. Iout:-
fois le smal a la vies cst une des ca-
racteristiques du sicle present, ct corn- Voici lo
me le disait Paul Verlainc. Ic p)idtc de piis It
a mdlancolie, d6clarant que iin<1t n
'. t i L I rt


Sen Ce r1l1 tI comme Isa r : i.1
Ie .scul rirc encore logique
Est :elui des tltes de niortv


FAITS DIVERS

RE' SEIGO EVENTS
MhETO ROLOGI QUES
OIBSERVATOIRE
DU
SEMINAIRE COLLEGE S'-MAliTIAl
Mardi 11 Mars 19123


Barouuetat A i idi


702.9


Snit iinum -i1,l
Tenp6rature maximum 32,8

Moyerne diuine 1
Ciel clair toute la jouriie.
Le Uaioric6tre remionite.
1. I RHiM
Une revanche nt''rssairs.
On se ra.ppelle le rtisultat du mnatlc
hippiquc jouC dimanche dcrni.r p.ir
Eclaireur ct Vertige ct don't le prcmtn'r
sortit vainqucur aux applaudisscumcIts
enthousiastcs d'une fouled considerable
de spcctatcurs.
Sur la demand de Mr Rtou. pro-
prietairc de Vertige, cclui-ci comnpte se
mesurer A nouveau a son advcrs.ire
dansa unt scconld mIltcll ,li sc jouLra
I dirmanche d' IP.'iqts diius l apit mii
di.
Ii est impossible qu'l:ilaircer relusce
la revanche car il sa t que c'cst do cette
revanche-meme que depend I'et b i-s-
mentdelinitit esa sup triorilte ct r St i-
cone voudrait p.s laisser en liti une
question qui passionne une qiiIuanitte
considerable d'amatcurs deman.dant
une second eprcuve pour asscoir lcurt
conviction.
A Piques done et.. ..... ps la
Trinit6.


Is consequences regrettablcs
signalons plus haut. Pauvres
\'oyez-vous comment Bris-
itcnant raison, car, ne faut-dl
r. dans le ca qui non's o:-
StB hrthlemyqu'il pr6:hait ?
ez-vous ? Cest ainsi. E-reur
at aujourd'hui !......
Football
USSH
* classemoniL dest,'q"uipes de-
I; iLSviSer ino ('l iars ( ci:I:u--
ational d'llaiti) :
cat<'gorie ( par poutle)
MArTC.1ESs


rd ri s


. I i 2,
R.1..UIIIil~t)2


r' nt:
2


I'n maI.,tchIgag; n'W- vait 2 points. nutil
I I bE bilit j)()l V- diIIC t jIpjbV.Match A




lt jOUtIL"
5 J.111%. I iSIl (1I) bat AC ( I
.) jailv. It IIV\AC ( I ) bat 0( ;2)
P1I jaliv. IIl ASI 1 1)( I) bat USI I (I)
2: rlv. I V JSiI eIt IIVAC maiutch nul
4*) tors V JS-II et hiVAC iumatchi111h
11; *V IAAC.(: cttretX ASIP1
2:1 VII JSII colitre USI'G
I ;i e n in ainssion do footbhallI de IIJ ijet
hu~sa io rmoh-r.o saia-.ceit, awarotl ex-
4 ~cL'4 ii( IiSI h Iee IWAC'. 11 1 (c4tt (etli-
Ic. tit uitto li a i Sort ( 0 itw es d(it x
le Clitii de I'ott-to'*ve.


Lae 3 1:14 V~~ issi dl bi (Ii~tO lle .4do I c'S.A
-1 p rthII d t. a ltij l ~ A t t .Im I L d e s
I 1AIIIIIII.SItVAC et, .1 II, 4111i
t(6-ftit 111i.1 tvIti r h ian- Ia aso -fitialCe t
la Iiinalo dosi,;- UhIuuIIirIadet 2e ca-
I-Ogaow)Vt'

1-4 ; 1 uI u~ t I eI I I I t-I I-I c 1 4 ( 11 ..I *A stt )cd i it t ihu
2 M TIar,- Ih .1mii. s-w )Ortive lhiitictint
tlISjll1.1a c~ dhid' (b.tV Iinoi Spotr-
ti (o-iI-l ( it G ti)tv o ItI nl e-
j1 saiii *ls pi' rtlu
in ich thi :0) Mars : Olyupiqie- USII

Tfribaunal de Commnerce
AndtI-cdiu edi6 Alats
Le tr hunal pr-nd sil~gc A 4 heurcs
et dciern du soir sous Ia pr~sideuice du
D~oyen 13. Bastien avant pour asses-
scurs It~sjitigcs Tbi. lDossous et Justin
I~hornas ct prononce Ics jugeenic-t
suivaflis


Cin6ma-Tlh6atre Cclui qui condamne Madame Bre
Nous rapplos l( 1w.It *' .,,i mnus Basquiat d payer a Joseph Cassa
,ce la rer'sentitatioI tdo tla 1: s gnol la some de 3 1 gourdes 65 or
iaine aura litn. I .'tntr.. gttir.le t'- avec intearets legaux et un an d'empri
de tiule gourde et place's rste''rvt,.'s do sonncment en cas de non-paiement et
deux. !rejette les dommages intc:rts r6clames
.ei program in 4'nitiri'tmiiiit r' I conitre ellc.
velth, coimporte ides innllll'rs l'd pI'- Celui qui condamne Mme Vve
mier choix. Bmaveiture Dutil a payer A K. Esper
Sfrere la some de 298 gourdes 44 avec
II a et trotuv\'; ta tuititiin lut i .- intert.s legaux et une annee d'empr.-
cigarettes, e'lniiinede morvetritalel' avt(' sonnem:nt pour le cas de non-paie-
s3n 6tui. Prir're au prop)rit-tairl thd ment en rcjetant les dommages inte-
la rclamner. r.ts reclamrs centre elle.
S'adresser au bureau diu tliatr,'. Celui qui condamne Fernand Lafo
Un bon point rest A payer A Etienne S:journe la
Hier aprks-midi, vers une hcure, some de 156 dollars avec interests 16-
grand 6mot sur la Place Geffrard oui gaux sans prejudice des intrets con-
Ion poursuivait au cri de a Au volcur!. v:ntionnels 6chus et A choir ct une
un individu qui avait pris---aprcs autre annte d'emprisonnement et rejette les
chose- ses jambes A son cou. dommages antercts reclames contre le
Au moment oi il se crovait hi rs dabiteur.
d'atteinte. Mr Georges Jeansme s'*lan- Celui qui donne cong6-defaut de
Ci au devant de lui ct. de son bras I'opposition former par Joseph Blain
d'atlhctc., lui seul, il empoigna le contre le jugement par defaut rendu
bandit au collet et le maintint. contre lui en faeeur de IMsir Deslan-
Apres quoi il le livra A qui de droit. des ; naintient le dit jugement dans
Un bon point A ces muscles solids toute sa forme et teneur pour sortir
Unas dydrp bson plein et entier effet et condamne
Un eas d'hydrophobie canine l'opposant aux d6pens.
Hier apres-midi au Poste-Marchand. Celui qui condamne Fred. W Katsch
Monsieur Hermann Hispil a etc mor- A payer A Munzer et fils la some de
du A la main droite par un chin en- 2J a trancs 50 olo avec interets 16-
rag6. Les premiers soins lui ont t!e gaux et une annve d'emprisonnement
prodigues par le Docteur Annoual. et rejette la demand d'ex6cution pro-
Dans la meme apres-midi deux en- visoire sous caution ;
fants ont et6 pareillement victims. ir ntndu
Nous sommes certain qu'il nous Afaires ntenducs
sufft de signaler c c cas dhydrophfbie Ed. Estve et Co contre Joachin Baa
canis pow queon empcheb d'aler tien.L'avocat du d6biteur a -oAtev


une exception de nullit6 parce que aa
has de I'assignation il est dit AP.
qgil n'ea ignore et subsidiatrement i a
conclu au fond en demandant d1lai
pour payer cc qui indique le bkn ionds
de cette exception.
Vincent G. Makipuf centre Cccile
Augustin, dcfaut contie parties et avo-
cat ;
L'affaire Pothier fr:res contre Eu-
gene Miot.
L'avocat de celui ci a conclu sur ex-
ception ct celui des demandeurs a re-
quis d6faut au fond ;
Vincent G. Maklouf contre Mme
Vcuve Eugene Duchatellier. L'avo:at
de celle-ci a conclu a une demand de
communication de pieces et celui du
crcancikr a demanded la condemnation
de la difenderesse au fond'et par d6-
faut.
Henri Brisson contr2 Flav:e Ducha-
tellier.
Sur la demand de l'avocat de la de-
fenderessc la continuation est renvoyte
A l'audience prochaine.
Etienne Fils centre Massillon Bien-
Aimn, dt6 taut.
Affairs fixes A I'audience prochaine
Rigaud contre la P. C. S.
A. Boudel contre Denis Scrre, op-
posa tt.
Le luge lus:ia Thomas se sen:t:nt
indispose, le siege est level a 6 heures
du soir.
Nouvl..les la main
Vous avez tort de boire, disait-on
i un liqueur, ivre plus souv,',t (lu'il
n'eni faudrait.
Pas dii tout; j- n'ai pa- tort de
boire, rt'pondlit-il, inais j'ai s,.tile.nitnt
t,)rt de marcher quand j'ai bu.

Nos entfatits.
(Geo, quel Age a Ie fiancd 1 ta
Je m" sais pas.
Est-il jtunn '.'?
Je (cuis biien. 11 n'a pas en,,re
doi clheveux.


BIBLIOGRA PHIE


la fire sulredr ivoImq spcii.
sciont recueillis, sous la fCere plu,
cement consultative d'un dJtr,.a
les lois et autres document ; offii
actuellemcntenn vigueur ct ql son,
base du Droit administration liaie
Ce plan Me Price I'a exaatcient,
vi en employant les procedds dexp
tion excellent don't nous avuons
paril. Dautre part, il a essavc ,d'c
rer les texts de commentaires hist(
ques et. sur chaque point oi cela,
frait un vritable int.6rt, de compai
aux 6dictions de la loi haitic ne les,
positions diffirentes des Igislatio
Atrangeres.
Cependant, nous appni.ins r,
Iceuvr. de Me Hannibatl c no
lui reconnaissons trop demrn te, po
les difficulties qu'il a surmon:ts d
s;s rce!hcrches ingratcs t t pdnib!
pour ne pas crxrimer I rC 1 de s
trop graves n4tligen:es de .l'! et
la hate et de la bri&vetW avcc leque
il a cxamin6 cert ins resso: t impo
-tants de notre micanisme aJmininstr
tif.
Ces irserves formules,on :,c saurt
trop f6 iciter M: Price d'a lo IaYS s3l
6i qu'ii t6moignie d enrich rpar de
6tuei s 6s eal-s n tre littdrait c jrid
que. Son m6a:.te est d'autant plis graaj
qu Ia chas-e aux do:uinmnts piurL
constitution de pareilles ocu\' -sprend
chez nous. par 'absence de bibliotht
ques publiquesou priv6es on s- cA
servent res pieces officielles, I: ;end rr
ment les proportions d'u: labew
d'Hercule.
Nous f licitons hautement \I- Price
deson effort pobr augment.: 1 ed
d'un nom del6 illustre.



Concotursdu iMa tin,

D)ans 19 jours, let 1 Mars ;,ro:hain
expirera Ie dclai pour la recepti:"n des
envoys A notre concourse. No0: en re-i
produisons encore les conditi< e
Le sept avril prochain sera ccntd
xinme anniversaire de la mon It TOU!
saint Louverture.


Mr. Hannibal Price, Secr6taire a la A cette occasion, nous ou r,)nsun
LUgation d'laiti a Washington, noias a concourse auqucl peuvent pre:Jre part
fait le plaisir de nous envoyer un xcem tous nos lecteurs, en prose et :: vers
plaire du Cours Je Droit Ainhiiisr.Wif Spj2t : Une podsie sur la ni t oui
qu'il vient dediter- Cet ouvrag. se la gltirc de Toussaint Louveciure, i
compose des leCons que, durant pill- 14 vers au moinset de soulanteia
sieurs annees, Me Price a pro'essec- A plus.
l'Ecole Nationale de Droit. Ausi, en Une page de prose ne d&pas, :t pas
garde-t-il une ordonnan:e m'thodi- quatre colonnes de notre lourn U.i
que. une division didactique qui, pro- Ces pieces seront examines par un
pres A faciliter aux tudiants la pro.n,te Jury don't nous donnons -i-apre
appropriation les matieres qu'il re:n- la composition. Les quatre mcilleure
term:, ne manqueront p.is, d'autre serot publiees dans le No du ; A.ni
part. de rendre ce travail d'un comnmo- du c Matin *
de et agrdable acccs pour l'h, mme du Les envois devront nous parvenir
monde ou r1'tranger curieux de se rne. au plus tard le tr Mars proch:iin s
seigner sur Ic detail de notre organisa- seront signs d'un pseudonyme Jqu
tron publaque. sera r6pte6 avec le nom et I'adrcsscde
Le plan que I'auteur a adopted, nous I'ecrivain sur une feuille siciale. dans
ne paurrons I'indiquer plus nettem;nt une envelope cachet6e. Cs envelop
qu'en citant ce que lui mine en dit pes cachetees ne seront ouvertes qua.
dans la preface qui ouvre le livre : pres que le jury aura fix6 son :hh ,.
sLe plan de Ducrocq, plus explicit. Nous pensions que cette petite ml-
nous a paru preferable. Toutefois au nifestation litt6raire que nous entire
regard du sien qui campreni trois ti- prenons pour honorer le Precurseur
tres. cet ouvrage pour plus d-. simpli- ne trouvera pas d'indiflrents pari
citi craco'e, sera divis6 szule nent en nos jeunes 6crivains. et qu'cllc sell
detx parties. l'occasion de reveler de nouvcill
La premiere, relativeau Gouverne- noms au public.
nmeat et A l'Ami,- strain, rouleraJ, r.o- Le ury d'examen est compose co0"
tamment, sur l'oganisation alminis- me suit: MM. FERNASrIIMBIPkr, E
trative en g6n6ral't en paRticulier sur men LAFOREST.: MK F A MARS. A.
le contr6le administratif en matiire ..O- u MAGLOIRE, CorMltAxwx M
dlrdre public. YARD et CnLuE MORAVIA.
La second sera consacrie asyx per-
sonnes morales du Droit Administra.
tif. Cest dans cette parties qu'il era
question. entire autres chose, des Lois A '*lrau irm
concernant la fortune publique: telles
qui procurent des resources A 'Etat, -
comme cekles qui engendrent des obli- LONDES 9.- L'Europe n'a pas e
gations A sa charge. Cest aussi IA que core eu le temps de ase m de i
e place I'itude des 6tablissenents pu- surprise o6 rIa tee announce Plao
blics ou d'utilite publique. oouveaux de l m'pereur ooutoarb
1II va de soi que cette etude, A cause allemande,
meme de san importance, eartrainera, Ie pessimismte 6idAemaIt' pte fit
comm: conclusion, certaines conside-.que saccrottre dun bodt A1Mtre d
rations gen6rales. Cotihent.
EUes seroat d'ordre critique. PAus V.- Lateit a de AL
E outre, en vue d'acccntewr 1 c46 Wieags QCbif
pratique de 'Our. i. me ama A- i d r-A.----u al