<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01718
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 11, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01718

Full Text




*,grme Ann& N* 1794


PORT-AU-PRINCE ( Haiti)


Mardi ii Mars 491.


- iES J --- IL ~ ro I IJ _= ;


.. a~'~r
*. IiAB)M;.T~S:=
V,'' :NuR~55P


G..
f j np
T'Irol ''"


RPI \ I(ITIO -A rIc ill


A PA (


2.ioO


2 20


0(O


\ YOR KOR 7


-'. -s


!P "1


QUOTIDIEN


et bilc. IV


ENCORE LA HA.-IT SSE DU CHANGE


i,'s resplonsiabililt's

hi'iows avons eswayd de6 iwement d,
*gWchercher' les csU6 mqui imprimen
-an e nnge un movement si constant
-4&w le Mens do I& bausse, et nou.-
* '6*ons conclu qa'9 Acello. de ces cause:
Aw.qi sent d'ordw- purement 4conomni
tq~e, ii v avait lieo d'ajouter I'attitudt
Mostilei ie la Banque.
PlusieUrs oat protests contre notr,
wften U voirjfpft W Wipe a inwres~
W6e. quti %ait avoir en. nous un ad vet
vmiie irr*duct Ide son mode d'ii
jerpra'4;tion fe cortraits d'empraiii
at tie. Winque, n'a vu, nous le savoiis,
qu'uri prOcAs:dejtendante dans notir
article de Ia derhidre quinzaine.
WpUaois, lien. n'ayant changi de L.
5411at14). ii pour l'attributioo
S" r W 14b i S e d 4g age r nett e
s.pent c tle.u Gouvernemant en re -
v.aIi~rnt stIa tjues~tio-n et eii precisata
teetaii de sesg po.nts.
On sait (jue la derni(re ri~cf)Ite n';
-6t# *, bonne;.elle fait assez anauvakts
;ure au ftgard des brillantes r-cNol
tea dout eurent & b6rndlfcier plusieuar.-
* -dintos gouvqtaafts plutbt chanceuw
f ps'habiles..-UiA c6haque mauvaise rt -
golto, c'estl'isrvow do pays qui dinmi
m sa cc.sqnC dB. ;nbbyens do picinen
qqW. IA1 ,&40pepnt, c'est- sa. v~ritablie
ipdnnaie qdi. 69t On d6ftCit. C'oa t a c4
f' mnolient`q31Y'od d at oblg6 de virifiei;
"'14 viiita e do cat aPhorisma si rebatti
quoa I'agriceulfe e-6la principal sour
Ve de Ia icbines national.
A. dafaut des. productions du sd
c'est au credit et A I'argent q4i Ia fa
rsWp$F reqot)rs, celuirci, devant les bt
as duncom.ce etdu mondle deI
7' 1vas. d viei [put Oq deinande, et 14
Bqie apriCOsm r iksOut en crises ian -
'6 bdohe Iaiue stir I'o
amaricain eat binosfi ffdes effets ii
!'i i4te crise: I
Au rnmma titm qoe leur insuffisanca
"de rendcnnenokja beisse des pproduiti-
Inflhedbce lasft.u&tUton d'un inarclid
Cette propoditi69n a pas besomn d'ftrj
dAOnPnti&-* Un salt d'expyrienci
p..qruel".._._ tis,,:e~rdus en Ed
rope sSte rIttrappen:
ici par pe tcoresponnnte do
APPhua''*Ci*e K ntni caMl subir
~'P~e~cis4.aaePStumbIhnn qui. joiuures ad
IDutIvais reldemopt do. lab dernitre W1
colte, oCW)tit usre second cause di
la hausee qtuiM 8 prodiit et s'accentul
.ecn. ce mowPtI,.
Et puisq'il* fa)ut admettre cofr4
I4gitijne rffvtt on Haiti do toutg mana
*fOstjjtiofl'i#tdr1eur d'ordre r conoini-
.:.e, 'novis no dawons pas envisage
q-un Cil*Q indifferent les conjoncturei-
qui -a'Oft~nt taracietn continent, qui in-
Wrcsseent k un pbitL tgal la diplomna
'tie brttwnique et qui, *uant leur point
de depart dans tin coniit qul mot aul
pCri.sa 'des options, telles I& Rusuis :e
Tuat-rurij", sallasi asiatiqlue4 qu'euroi
po.Jaines, sont (aiteos pur inettrob o1
Ipriln au,s a beo6Aoe des perspecti
-~ 's do .gicrrs laMuat on g~ndrale de,
a raice, k agiico'K.nisciacre, commner-
CialtU9 etc.
'41 fle'f111.4 el c 4ea.pnssr qt'unt
,tI'II G sitaujlon e61.pets- rfito pour ras-
Moikjr owfaveuir des Wiires et que
mr' e. e lWaIWmJA1i lt .i mittiori Opati
nhqiMa W&04n
!itdMTtWU
~ -TaLld'. It! oh 'I cta81Tr,,,t ~- --1*


incertain et sutordonq tle course Il
nos denr6es & I'Atranger.
Telles sont les causes qui, a not
humble avis, produisent le mouvent
de hausse actuel. II est bon que l'o -
nion soit bien tixee A cet regard po, 11
,qu'elle s'arnne de patience et ne sa
pas tentde d'egarer ses accusations s
do faux responsables.
Mais loraqi'on .ne pent pas emt1
rher un mat do a'accomplir ni un pll
lnainee de se produire, on peut to
Sjotist& ssayer damortir ss eflets. (C'
Idans cet ordre d'iddes lu'il failt juk
le Gouvernement en exaininanft si
c(: point de yue, il a fait tout ce l
Spouvait lui suggrerr Il sentiment
ses responsabilitis.
i0 premier, des.dev'oirs govcerl -
imentaux, dans quelque situation (q
ce soit, est d'aosurer le croadit de I' -
tat. C'estila clef' de voOte de tout I
ditlce:-
Ce n'est pas le moment de fair
procs aux gouvernements anterieu
Les dix-sept moisd'ordre adininisti
tif que. nous avons v4cus sufliselit
pour d6montrer une fois de plus -
neptie des gouvemants & tout cask r
uii, pour -s'excuser de leur iinpu-
sance, accusaient A tout propose I'
de chooses haltien lui-meme, et p, r
svsteme, rous conduisaient tout dr< o
'.la bariqueroute. '
L'admninistration de tous nos ser i -
des remnise en des mains honnetes
capable, toutes let mensualites budget r6guli6renment acquitt~es, a -
can effect public de' radministrati i
,courarite laissa en soulntance; une p,
litique genfrale en harmonies avec t
.tes ces tenn Ace ramelioration,
voil. ce que le Gouvernement a f. It
de pis dix-sept moid pour asseoir I
credit dii payt, ttkt a Iinterieur qai "
'I'eitrietr, et c atiuh P peOt voir s'l
.est.parvenu;
A quel point cette situation du Go a-
vementent' a-t-elle akorti lea maiuviw-
effets de notre situation &conomiqt -.
on put snfaie tkane ido en imali
nant 'ce que serait. par example, I.,
taux actuel de la prae sur 1'or av i.
un Gouvernement dd dedordre adno -
nim!aUt"f! '
.-* .,: ..
Maia de n'iat'pstV element en aux -
lior-nt': D1ii"cohditiona gdnerales
I'administration- ublique que le Go
verndmlent'a voulu amortir et enray
le consequences sur le march
tout phenomene de depression ec -
nomique.- II a aussi, dans le but
conjurer tout movement de hapus
et das une penOae de prevoyance q
le spectacle de 'la situation actuel
justice amtilement, 6thu un mo l.
de transformation de notre circulati ,
tinanciere quo le Cor Lgislatif
consa cr apres doe ddiMrations .
des discussions dont nous avons to, -
garde le souvenir
Le"prqjet finadcier.de M. Lespipas -
r6pondait si bien A la situation, qu ..
avant mlae son -adoption par -
Chambred, son effet ar le clban,
cin oendt se falire seatir. .usqu'.
noinuent oi6 la asique delsina son .t-
titu l d'opaposito afis Ile charo
Bie.s*ls; o 1n Ata meu e, daII
itnu d psaafianci
certain s e Ci. Si ar ba

p C.^^ ^B^^_at j^ ^


Rait pol'ttw, IIOUS-Intllll A c .tto pIhw(t. trouvert r~unis la demetrie de M.ar-
A cotnbattre, en tonaveurt dill Ii roict .ot- guerite, celle de dame Mirthe. ci Ir' e lit
vernernental, ceux de rete-ait total ilki- se ; on voit done dkfiler kC s scuies de
mediat ou (t8 rdr~itit cil PrOPrtiEI" la rencontre de Faust avec Marguerite,
tArop exagsrioes (f iii ouet pittL* I'Ct'iit celle du duel aec Valentin. Voici
& Is delabt'ratioii des C~liibre~s. jcnsuite le Sabbat, lIt Prison et Ia ren-
-Sans l'opposition de Il Bamiie. It-,
retrait des deux inillioits InY'-vu th~iii-, otre de Faust avt~c FHdtne i~Aine
le course de I'cxei'cice court.-mitt. et qui a pris les traits de lIa fiure de Mar.
certainemenert aiggiriveleIf- mouveiu it guerite, locationn de la %Srcrille b.autt
de baissw (jue lit confrnaissaigre seiae antique. Enfin. c'est la nwrt dt iclaust,
dui project ininisti;,-ieI aval sutI'i ciorr: avec I'apersu sur Ic ciel. tindi, quc Ma.-
et en depit de li triple cse (pie iimi deleince.\aric l'Egvjptienni1 u t 11 -gFan-
avoiis expose plus llatit,-- la deratit des pa~cheresses prieroint cii EI, Li de
1-e rt. Olte, a la li aiss( dU care et 1 t Il sl;ar-uerite. C e [a lSt. 01 11c ot. est
tuition uctuelle des afidircs europMcIi- tIn r b s t \: l
,un v~ritable spectacle. M, J'aitc 1
iies. le tatux dIIIn oencadrL dans des dcors qu -lot de
sommiws coflvitinet, se~rait inaiwaentit
dlanj s IC ttisoi~iii~htes .t j1 1,;' mgn;~ifiq ucs visions d'art. ii lai f.litac-
.riclititi dii ilomitiett ei't 1trV i'\-itc~t. corpagticr par Ics plus bells Pic1s or-
chcstracs queSchutn~mn. I i t Iictelioz,
voili c Cf (jui tit)lls ztvit p i da .. owt critcs sur Ic sMjet d1'(>utle. ages
notr-e artile pri-tletileiit sza* Ili -ii a ii ir ;lu xqtucills vien nents.1 joult IIn Ti arisode
4 doll-ager lit i'tsponsabii lit*'- ii,4111 i-de 1a Pi is tel lich' e'de (G i I clk. ia J'7111/Ol de
verttiviient -et A acciiser, dIa1tfllm itt. i t i -i cde HhCCt lO\ cil Ct JetI \ uorceaux
inesllre (III possible. lL 1!:1141'i. tiitlI iincdits d, \1. 1:F(,r~wen Sjin jt.__-- Melle
Pattl atiac (Ili*Sbissentit a'iuell(.111ie'it ~Sylvie jotuc agu
cominvive et Gun famill .\a rgIit-,i 12 ec i11
Jus(giia I'lleure iv oIniaK d tlwlie ou. une ,toCuiscd:' IM
le Goiavernernzt lattf oloie lute sa I,ue d- le
l'opposition de Ili Banaioe t, n mls de Faust et M. Dc\foit,a ties r ruse
ivoiie tiu'avitirlt Iongtvitllpi ct \avit ipw die d C Wphistophbfis unle sllboucttc de
li Itancque qui a pris Ilriaiksai(%o S asisassant e ironic. Cette rcpu cclla ton


Un Gotiwveiienje I t de ulesarr,.i no
tente i cloiIoprouiiettre' davanta-4e It,
ralginme dl'ordre aidinirnistratitif elt illai-
cier aont I t DpaVS iouit. le (Gouv,.riuie


!de liranslt est une r"Aalimt ,,i i.t
honncur i lirt ct au ta.iit: .l
dcon.


meant recueillera le sntces le itii ne de M. B rieux est unt dc ,,S iutien :'dra-
ses efforts, en tioinphantde cett- luttc matiqucs qui ecrivent pour p.,,iver
dans taquelle tI'ide, il le sait hI ei, 1 qqueque chose et qui estaiment qaIU Lleurs
sentiment public. teuvres doivent avoir unc potac im-
LI' X ,nidiate. Le theatre est pour ca\-une
I tribune, une chairs. ici, 11 s.agit de la
-'. .-- condition qui cst faite A la i- mmc sans
fortune dans la socite. contemp.r.aine.
POUr llariages, C'est le sujet de Ia lrmme .eurl. unI co-
mlA n die en trois actes, que nous dotnne
I, applies elI, le theatre du Gymnase.'Therise (i or-
CIEZ MADAME pheline, levCe dans le luxe c/ son
W e l P s i parrain, M.Gueret. ct q:i sSc t. .,:c ,u-
Sf{ regIs8o ir bitcmne t ruin par a titc :., o-
Avenue John Brown (Lalue) tairc. Elle aime uii jc1aic hla, ;r.I.
On lro4vera des chaises, verre ,l n6, don't elle est aimcc -, mai.-. no1 .
passes, etc. noutellement ar"'is e. pas de situation et ses p trIens lti could
s, e noel ar e peront les vivres s'nl p,)Ouse 1111n jt'une
LOCATION. 4 des prix modrts file sans dot.Reine d'illusion, ..'hLrese.
forte de son education et de son ins
S_" .. truction, veut ggner si vic l:' tr uv.
FgUILLETON DRAMATIQU. une siatio:t1de r dactric2 d I une
revue fmministc. Mais Ic _- ir_-cteur de
cette revue ne tarde pas ai tifir ,la court
Le Thc dtres ;i Therse etA 1 obliger ains. a perdre
S. son gagne-pain si elle veut restcrlhon-
o .PariS ia te. Elle troupe ensuite unl emploi
_- dans I'atelier de reliure de 1. FIliat-
L'Odon vtent de rersenter l I'oncle de Renk. Elle a memn organist
1:0deon went de representer le F: u;rt ,. ,. -
SG un sn ldicat d ouvricrLs cit tu amarche-
de Gethe. adaptation de M. mile \ rait A souhit,si svndc1at dcl ouv riers
del. L'habile et tres artiste directeur de u par l concurrence nmine, ne
POdion, M. Antoine, vient de reussir m pr concurrence .n
.n .... .. .. ,, ,a IforCait TIh rcse en cnivahlss.nt I atelier,
un proet qu'il caressait depuis long- doer s d. lt T s sen
un. -rojt q I-,. n.a donner sa d&missi n. I:t "Therh se s'en
teips.. I, revait, en effect. dannexer a lva vers lis attended edeviendra
;erie des chefs d'ceuvre des litteraturcs la maltresse de Ren c- Pleine d'd-e-
iftangres -qu'il a donnes sur le th a a
j de l'Od6on, le Faust de Gaethe. gendreuse, cette piece a paru cmouvoic
^1 (ie 1 lJ^n, ie dauae Gethe endant les deux premiers actes. Mal-
s'gissait de fire enter dans les limits pendant les deux premiers uctes. Mal
d c Ie heureusement ce genre d'cruvres ne
dane sule soiree, les deux Faust du peut pas apporter de solution A une
dramaturRe allemand. L'adaptation de question d'ordre social, et Ie troisime
U. Emile-Ved- _fi-, ..... .question. d.or.re social, et le.troisi.me
;I. Eile ee .est fidele trs legan- acte tourne un peu 4 la. conference.
it. et elle a r6solu de son mieux le dif- Toutefois il faut rcconnaitre qu'il est
Sc e problnme de rhsumer la second
rcourageux et utile qu'une voix utori-
pani.c de Fam.,s, strange, si nCabuleuse s& co"mm: clle de M.Brieux fasso unc
a ssa. s n nousss s 1ommcelle deM.Brieux fasse une
'abu. rd t insi que nous assislons fois de plus .ppel A plus d. justice et
.-d 'ui prolgP. e dans le Cie. OU d humanity. Mile Jeannc l'rowost. dra-
luit t dans les ciitres d'une cathedra mati ue el coavfinclc da le rile de
Sipuis nsous.voyoas les pones de la Th6r6se.M-ne ICaron. I)ux.Gt;ity, Mar.
Yll e puis cest Ic laboraroire de Faust ut Bola M. Cal.i-t .Sigooret,
o1 1i doteur ippelle Mc'phinstoph l1& q ;I ",. BoviaO'
ot.le doc rappelle MphisophI oeaux et Houry ont d.l :id i avrc
o scours ; JCIA i t c' antrc deli chalesr ces trois actes loq:-.. .:
tsrrqea, r F.wust est iajeuam des lors
6'"ff Zd Ui ,Ln; un sLIT dt dr o, sc P. CHAUMIhT.
-I .. 'T1- .- "


c -49
Ol 'n


, .k ....1 ,


* ^- *


- wq


A PA,





LI.


Cm-s dDwas.

Or Americain oo o/o prime
Chtquesur Paris. 4 1/4 o/o prime
Traite sur Paris 2 1/2. 2 J/4 o/o r
Transfert sur Paris 4 1/2. 314 /cprin -
Cheque s. New-York i o/o prime
Billet de P. 2. 2 2 o/o escln.
Nickel. 3 1/2 o/o escompte
Dette Int. d'Haiti 1912 97 olo ad val.
---


FAITS DIVERS'

REW 8EI G N Ei ;&'-
MTLt IOROLOGIQU E:,
OBSERVATOIRE
DU
SEMINAIRE COLLaGE S'-MARTIAI
Lundi 10 Mars 1913
Rarom.tre A midi 70i.6
(


minrimum
Tempr rature mi ximiam

Moyenne diurne
CiD clair le jour et couvert au
mencemerit de [a nuit.
I1sromktre en baisse.
1. SCIIEREI1.
U:aae coimtrebatedo decouver
e a favdid setice di ID
Stil~tl 0-d-Ald, eal V41VA9g3 4 lit Cap
Oct it leo46j'ivnal-I' killerss qu
j our-. il v #-titt wix Gorri~avfs uie f,
col tileak, 14t l dd i i:- ie flls estj
e It dotiati- (ie cdetti ille.
part.In.- l .. d S~c~r~ta~i r. c s El'


Ci-4-4.ii e t(t1 1ti tuti

l'lat,.lclirt illuita

[ .rait c s Ii i-) I) 1.4 1 4 -il, )1
l4 ae il v Mi A ii i l )v.111.1uel'



ri01 .1 d (' I t l) -t al ill. ) I lilt
Iln'.'It-fit I' d/0141A





(~i n('ena-Tlr iaot re
I .est eiiiaiil' Sour' Ce, aieeodI
ptcPat-tatio aI l

lilamcll~~ pit-ra i pu lvl arll~r e f..ule p
A I il, d Iei(t Ii it j1 I I I t I () ,I i eiI

Ie J P;IeVF .\NiI. \.nii dSYillMOUR Ic
fm-*vit die ((iii L i rt li i, li diart
soul svittat Ii' dt at i Elio- o ii at.uritvo(



tOrto iu' e t'is t:inleaat t-t l'on
de t11IIte 1 p (' %Pl tt; l
Olee apW,11-Iie 41111. Ntsbea ga
dasaik inidpe. los pla Ik(i .1, do' Ii



paglecl. ( 'F l*S ja Iiss.
dad I'artie. A IavcoIquOMiA dii Il
grtr dart enr deul x parties et iS tadble'a
Ie-ait i- ;Au o*ir AIiu feu!
depisodo do Ia guere do Cuba.- :
des Philippines.
I'Pix : Place rt'rve G. 12
Entrtne gencrtAe I
Vanden march du Poste-
Marchn

fait sigiier tint' jaotit loll ph ist-:amad
s6. lil (t)II-&'il dos Svcrt'-Wt ir-s ('F
tit-mawlittIt kI'it( tatitii de I'Ua tieoi II
cite du l~oste-Mart-liauid i 4tit thntii
II t'St "I 4oUllititer quull atccut-il
vorable soil fait ai ctte petition ap
les -IIscivicitIIx efTsits (jifi tljii t
tV- 1'exelles r artistt- vii vi (itHs l'i
t iun d'un OW-Atre it 11orI'oit-m~i-Princ ice.
Nous Iii Olii oi it lb
vowux tit, suCeeIs.
Boucbez Ie trout
Car it est dtntigereuux depuis 2 joi
de pass-r.-sr I4 itnt situ6 vat face
Is maisois simiiuoiids ol le troll btW
semnblu llt m iii jj tmmdiid aux 1aittoiis
aux ClleaVux.
Qu'on s'emrpre!, ccu Ir ci&rculatiL
a" trds intense dans ce quarter.


21,9
. ,7


coal'-



le
)Dt. -
)ital,!
1eiil
o11el
mpl-I
f( )l'- ,
)ailr
* ilt -
Etat
Iiiil-
i 1 :1 1


web
U~M~mb


des9 C(@dm de Ie
ermier rail de rembrandbemen
rtl-a4uPrince-S.-Marc 4 M pos4
iredi dermier, ~ is Compagni
rationale des chemais d: for qui v
entreprendre maintenant certain tr
vaux de parach6vement A la fan de c
mois, et aprks avis conform du D
partement des Travaux publics, elle e
Sre livrer cette line, qui est de o
kilometres, I'- exploitation.
L'achtvement de ce nouveau tron
con porte le nombre de kilometres d&
voie ferr6e construct deji ptr la corn
(pagnie des chemins de fer a 59 Cpar
tis comme suit:
Gonaives-Ennery (en exploit.) 33
Cap-Gde Rivitre I 23
brt au-Pce-St-Marc 103
-- -159
La compagnie 6tudie actuellemen
la ligne Gonaives-Gros-Morne qu'elk
compete entreprendre sous peu.
Nouvlles Af h main
Ayant trop bu, un de nos fatards
s'appuyant du front au mur Cclabous
se, 6tait en train de d6gorger et, con
servant la notion des choses, il disai
aprs chaque effort :
(,a. c'est les pois qui passent
ca, c'est les oignons, v'la maintenaa
le poisson, etc.
A ce moment arrive un chien qui
sans facon, se met A manger le repair
servi sur la galerie.
Le jeune homme le regarded uo ins.
tant ct murmure :
Me rappelle pas le chien.



D. V.A .C.-J.S.H.


l.u i I.e .\1.tch qui se refaisait hier entrc
le B\AC et la JSH est I'un des plus in-
icrcssants qui se soient disputes pen-
dant ceite saison.Ces deux jeunes club
par leur facon de jouer et leur esprit
utin. sportif, sont appe'Ci sans nul doute .1
Za- re nplir un grand r6le dans notre vic
athlitique.
Mr Poitevien,irb.tre de la parties. sif-
fle le coup de pwid d'envoi A 4 h. /2a.
4r La J. S. H. a centre elle le soleil qui
SEL est tr6s ardent et le vent qui souffle .s.
sez fortement. Q.a iinprlc,. les joueurs
de pait et d'autres sont tres actifs et
i re- montr. nt une ci v.Y visible de vaincil
ilnto entin cttle tfois Apres un jeu de tac a i
n ne tac, le ballon arrive entire les pieds J&
land M.Vang.t1 qui It passe a Duugh. capt--
inr aniin. c la JSH.cclui-ci apres une srice
.re1 de pas es Ires app'au3tes, 'envoie A E !-
pro- guard Paul qul miariu: un but. Dun
tui peu pranout mo .tent des ;crs de jo'e ct
Lou- des vivats approbateurs. Le BVAC nc
w et se dccouragc pas Au contraire.il v met
plus d'ardeur. plus d'entrain et ciait si
i' n bien qu'.pr-s uii qi.iart Jht'ur d'milc
'amu- lutte v.s been ardenit. B z-1.iis la.i-
ce le ballon en un shot admirable .i
')le. Killick qui I'am,'ie jusque dans le; ii
aux. gnes ennemics et Ic p.tase D.-joie qui
Un marque un but Ja JSH..
lose Et le jeu continuait, langoureuse-
ment quand la .fi teneps est s.fflie.
Quand la reprise se fit, le solely s'at-
tiedissait ct le vent etait au calme. Le
deuxcqui pesallaient pouvoir jouerenfiai
sans circonstances pouvant lesaffaiblir.
ad ILa deuxieme parties ne tut pas sans
quelque minutes d'une lassitude vrai-
i;nn ment condamnable pendant lequelles;
r'tO- tous les joueurs sem laient vannes.Par
Et-t l'ensemble cependant elle a t6 admira-
Mr.- ble. Les ioueurs de part et d'autres
Ifa- talent applaudis par I'auditoire et
>,rs les shoot de D1joie ou de TTmothke,de!
en- Vilmenay, de Bazelais, ou de Saul Ze-
'ec- phyr ou de Jourdan .soulevaient des'
cris incocrcibles.De mneme que les drib-i
,urs bling de Manigat- ( ce joueur excel-
lent devient un peu trop personnel ) et;
de Douge. I'Ame de son 6quipe, les pas-
ses de Kilick,des deux Barreaux furent
'rs admirable. Cependant on a remarqu
,dn du c6te des bleus une meilleure enten-
Svt te Lt unc f.;;on de sctaiire devant les d6-.
cisions de I'arbitre qui n'a pas laisst.
ion de plaire auxvieAxoxjiouers.Niamoins onrI
ne peut s'empecher de donner autant !


ra
t




t,
e








a
*a

'e





r-


77--V 7%w


, excessive qu Ii rcponuait ceu qut a i WAasa a .
s avaient la malheurcuse id6e de le con- --
tredire. PARIS 7- Le dep6t A la Chaira
des Deputes du project de loi r6trb
S- isant le service militaire de trois aul
I et celebrc jeudi soir dans la plinu
it rifcCtion des ruies di communes et des villages de Fa.
ce par des rejouissances, des chal,
n .. des danses, des illuminations et le
paEnie ruant ec tovau dn e uils aCo, voisement des maisons et des id"i a
de deftctuetix, nous usons dun droit. publics.
Inotis faisons une Euvre tile. I1 faiit P AS 8- Quand, avant her, i k
iie Mlt r Marsh sache quo'n te regard i Chambre des dputts, M. h.tienne, r.
et qu'il lui est dtfendu d'ex6cuter a si nistre e de la guerre, parlant du erni
fantaisie tun Contrat don't on a acce|l,t. : inilitaire de j ans, a dit qtu la gin
les lourdes charges parce qu'on ci<,- ct noble dimocratie francaise eaw
yait que de son execution honnete tt Jait vivre puissante. libre et matters
I onsciencieuse sortiralt un bienfait de ses destinies, il a exprime, ened
faut que le public s'habitue A s'occi- eule phrase, Isentiment du paysl
per des' chose qui mettet aeneolt se .isle acrifie qusentiment du pe
iutrterts. Nous tendons vers co double A-vis sacrifice qu I on exige d t1
tbut, sans passion. La puissance (d. Le novel esprit don't sont aniit
nos arguments aussi bien quo de no- les lranCais, est consider comnme iL
tro loyautd commence a fouI.tter I'o- eneent le plus remarquable. surval
pini6n publique qui doja se reveille Jans la vie publique en Europe depi
Les concessionnaires on sont etffur)u- une g.neration.
ch'-4 et, loin de o 'en prendre A eux- PARI 7 Les socialistes unifits ea
i uines. clierchent uno explicatiooi Lt .cid6 de presenter un ordre du j"
iotIL jua.npagne a laqtielle ils veulttt invitant le Gouvernmecnt A propo
trouvor tin Imesquii ira ntrot. Nous I'v Europe I v rduction progressivel
Ioits fo onis pits injure do ns v Iu urope a rcton progressive
rlt u, car e'oat I~euvre de Mr Marslt. si'ultane des armenents.
a son (c'vrc exclusivoeinnt, qIni nown- PARI' 7- La Chambre des D6peO
appartient,-(liqe nous notes attacliont r.atifie aujourd'hui le traitC francoe
O)n sait co quo le travail noiu coolt,c pa~nol relatif au Maroc.
on sait encore lea charges (lue non- Le traits determine les z6nes d'i
Ii(ns soinmes ianpousto w pour I'avoir. tluence respective de la France ct A
les sacrilfces4 inmnenasc ( ue le Gou- .'1Epatne an \l.iroc.
V\ern'icient a consenltis ot qule les lit La Chambre des Ddput ticlks 12. -15 t it (additiontol) d: avat approuv cc trait au mo s A
Contract rtsument conimme suit : ait approve ce tra u mos
; 4 cmbre dernier.
Art. 12. L G, o,'eraren,,t iffer I' AlIs 7- Le pr. ident Ioincart aN
tied r3leeIsenl do tIroa-,.or elet ToTA-- *
4e.I~DhJ I TOTA- grvhii a a i eT'r Nmcola' ses veU1 it
I.ITt De.S DROITS IMPORTATION pro-. rfp"hi a c l NiCoa seI vleuxl
,w,,et des hauies WI# r Uc .due aIl .ouhaits, ain i qs: cutt de la natia
rorde (k roiiwe, Irbeliuas in e euIr res r ), a n. is e, ka;sin Ao tri-centenai
,I/ la peiteere, allerwette, godr.o*s, n,- de la dynastic des Romanoff.
Nine et coaltalr. IPAIS 8-- Mr Alfred JMlaurice Picas
Art. 15. Seront e.Cr..a4H dRa o nus ex-ministre de la marine, et memb
troils de doman., ak ealfrirl el INe m- Je I'Academie des Sciences, est d&clt
idriaujc .adomaser aujourd'hui.
Art. 22. (additionnel) LU isole d,. PARIS 8-[ Le rapport annuel de I'l'l
valeuar dues pro'airaiM m idttL dr ro club de Francr, pour l'annie te9
S*/./'. ~montre qu'on a construit en Frarnu(
Ce./ trois article sont les seuls v*- 1427 aroplanes. Les aviateurs fr M
ritabl.minent A interesser les conces- Cais ont couvert j milions de kilo-
sionna.ires. Leurs clauses sont execu- trcs en j3.9oo heures et transportf 1
t(s a;\ve un( puonctualite, un souci 9oo pasqagers.
du temprt admirables. Ies affectations L'argent place dans lindustric de
nie dormant pas, car des qu'elles cons- I'aviation franchise en 191 1. s'est elev'
tituenit une valour important, on lea Ai o millions.
entire de notre caiseo. Et c'est chaque BERLIN 7- Les souscriptions a I'em-
quinzail.e. (hlnqule hitaine. des vingt prunt prussicn de 687.500.oo0 francs
Inil,,, des tt'onte inille dollar's.
ds tne mill dollars. reues jusquaujourd'hui mndi, heure
de la cloture. ont occasionne un dt-
Un Iles plus grand dfauts. du tra- Sappoi.nteei sans prcedcnt.
SBERLI 8- Des centaines de pcrson-
vail tie l rue itoux est qu'il se fait ERLIN 8 Des e
au-d.'soies dii niveaii de ia mer. Celle- nes ont iti blesses. hier. dans une
i. naitirllemlInent. envahira les gotC e.Ameute qui s'est produite aux funrrail*
a In nrelrt Iiuit e t commie ce sont de Ils de Mr Plunz, un bijoutier de Ber-
petits *Lgoiuts que l'un construct, on est lin. et de sa femme assassins It 2
en droit de so demander quiel ddsobM mars dernier par des bandits.
tructif la Compagne, ou ceux qui. LONDMss 7- On n's recu aucuoe


I


debons points paouibk i ,P6fce jou- 11 11 A
Sne capitaine des roses qui a fait de son c-p- 'A
Smieux pour porterau silence les joueurs .aEn^pr^l am.
Sde son quipe et leur apprendre A se -_?Mira ? lak M
courber evant Iarbitre. alheoureuse-. Ou S tle
nent cc n'est pas sur Ie terrain d un sPu o P6v i
tnatch que cela s'apprend, mai bien t nou grt dest in
pux entratnements. ps, il ya encore qu'au
STous les sportmen faisaient ces pc- 1 lui fallait avoir recourse as
ties considerations quand la fin de la m la Compagnle le
2cme parties est siffle. quelqu'ignorant qu'elle mou
Qn prorpoe une prolongation de par- nois nous refiuons a. icroie
tie. Cris d'approbations de I'auditoire, puisPe penser nous imposer j
car ii faut au moins un vainqueur. En lange de ciment et de rochese d
dep't de -uelqie s petis pro-estations ri e IBu: cinme drii bton .
isolces. des equipes acceptent. Ricn de '.Q'*0 V paree O t.rdva! 'in uaW a
S- tsillrte (ce travail V *tlre
saillant pendant ce quart dihe .-r,sinon q'il I'effondrera i la moindre a d
que, nonobstont leur fatigue evident. sion.
lesjoueurs des deux equipes suent tout Outre le mnnque de souci
cequi leur restait d'nerge et d'orgueil. leuvre, une raion d'dconomina (
Sensiblement stimulus par I'auditoire porter la Comp gnie de rufeetg
qui ne cessait de crier, i donnent, ces negliger riemploi de l'acier ot eU a
jeunes hrom d'hier et de domain, tout vait le plus sen rocuper. Ceot
ce qu'il peuvent.Aucun butnatant mar. I'acier cote, voluirt pour volUmt
-u...l---- :.... 7 I. n7_"l- foi plas que le beton.
que, la parties est dclarde null fois P que be on.f r,
II a tC dit qu'on ne doit plus faire Cope consid a ngligon a dceil
matcher ces deux quip par cette sai- impartane qur nouglig cello
son car dicid6ment elles son d'egale, de beton armnd, carparD e a une a
force. Les deux match qu'ils ont fait tion gale do beton cimenth,asu
ont etk nuls.QO'on laisse done mainte- :;) fois plus de compression eti
nant ces frires ennemis et jumeaux fois plus de pression que celle-ci.
et qu'on passe aux autres. nous allons voir encore des dd
On n. peut ne pas fair des compli- bien plus graves.
ments trks sinckres iarbitre Mr H.Poi- ...
tevien qui fut aimablement impartial. -- ---- -W
car c'est avec des mots d'une gentillesse I
-- -A 1h r nno