<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01717
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 8, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01717

Full Text


gMW-- r Amm ft 19


FORT-AU-PRINCZ 4Haiti)


Sameli 8 M irs 1913


c6ment-MAGLOl .F.
DIRtCTKl~"
ABONMrMsNT8
PORT-A -IIIINCE :
U in Mois. ......... 2.q0
Trois kols. .. ....... 5.00
DEPARTMENTS :
r, Mois.. ....... 2.20
irois Mois......... 6:00
rl iHANGKt; :


Troia MlIs'a.


S


6


w p


... G. 8.00


RIPA CTIO)N A )DMJNISTRATIOI
8, Rue o Amirncalne. 8
Lon aumte l mse I ccCCs
A p I I- .. 1 i11. 1 ,'.1 N*,cI& (
A, civRe& Or

A cHR LIW 'ci s:110: M
A INrL IN N I W~ ~'Fn
A a Now I,)w t., r (i p

c, pa\ bi*t '.i\;c


LE NUMERO 15 CENTIMES


QUOTIDIEN


L4 SE A AINE Q l FINIT In'et cependant pas facile de fire que de la mer de Marmara, 8.000; A
.... parler de iui, car Abdala Sada. pin- Smyrn-. 12.000; soit ;oo.ooo homes
h c6 si souvent en flagrant delit de au total, don't les trois cinquiemes,soit
,PAwDOYaI POOR L BDOUIGe1Os larif I El surout, mellez une dame contravention avec les aulorites hai- 70.0oo, seraient des nizams et des
Sv. .ir. v( place etdiles-lui de sortlr tiennes hier, c'elact I doua r6difs de premise categories. Le rese
ainls (qoe pis6elaqu-e P p e si polic 1 n comprendrait quc des redifs de
aa ant qu Epue q- lordu, c est ce,-. ,
V.i., jot, b6Wgne _._ 1ona l1, e _1aauj ollatrd'lui, c c d Ia prd l c : --rr IIseconde catsgoric. de mistahfir et
led, lo tot bnne &dil^lc .Si l'on na pas do e parti-prisaq, o on .n' .de in presse. dirrTuliers. st-adire d'lments
(surflaccusatiou doe doyaule q. I:,aise done toinber la question des .Vouts av.-z d(t lire sa letire reel- d'une valour militaire tres faible.
-us a 616 lInc6 p-r on 6rao laHlsos. Dans Ious les pays di tin'i- ficalive parue atn Nouvelliste. II se On affirmed que lapprovisionnement
abus de mros, -- loU 6 veenre u i .le, elles sont pisyes plus clher I I -delend 'Iavoir mnenac6 I'agent de en munitions est suffisant, mais que
.g frre et nous iara des auto. les voitures ordmairos de circulai police d'un coup de pied : ii ; seu- les canons de champagne et les chevaux
Siest usle qde no nous relout lion, nous ne pouvons pas ici, A lenient Irail le representant dte I;. sont rares, et que la penurie des mo-
Ilons quelque peu du c6te de I Port-au-Prince, nous ayer Ie luxe force publique 16gale l',intruss el ens de transport rendra tout mouve-
pot des buasmen, aGn que le beade fair aulrement. tant dontI d'*impardent ,isiteur. et coin,.e ment offtnsit impossible. Quoi qu'il
rouvement actuelqu ut fait enf- quilya des bus qui sont tari rs ifi lait sous le co.p 'lune 4oi., enCl sol. iI resulterait de ces renseigne-
Swr de la commodit6et du conf- qur vsemeoonenue je vo., issne resr .n.its qu'avec les iSo .oo hom.ncs de
.)our vots e.nmener 0 VOleouS V conlenue, jelt- b lesetroupee- 1U'CC p II"l- --Ie h fortifics..
ble de notre circulation soit Ie ez,6tant donn6, au surplus, q e avecquel sounirz gracieux et quellu ti Tchtld i, s I).irdaellis et
plus ge6nral possible. I'lEat iaccorde routes sores d'av;ln- 'rer;CIkI a lltol edS ii i a ll4 t-eo0l- du Bosphore, Constantinople ne sera
Daillieurs, est a disuss:o I ellE- ages a des cars publics pour vo:ts d.i.re I'. virus. pas une proie aussi tacile qu'on semble
'mme qu',i a mis les bussmen ei chsarroyer encore a uneilleur mI o Vraimnentl, par le re.cit mnitinle <(1ill le penser.
muse. En ee, en mme lemp cliCh6, s'il vous plait d e diignler ait I Mohican de sa propre avell T''outefois. cette consideration n'a
que le proc6s l6tt tait n rp a u.,r tout cela pour voUs farire Iranspor- ure, lecleur peui juger si lit 11.e pas etc seule A provoquer le mouve-
valesse des autos, au rop de lumi er nieux p:ar ,des fil d fianille nace ilu coup d(, pied esl uine ini- ment des Jeuncs-Turcs. ':elui-ci est du
n de leurs phares e au Irop Io d p:iyez 0in penc plus cher el n'en par- veaLtioln di no're part ou unet proba surtout aux hesitations de I'Allemmagne
bruit de leurs tronpes, on na ,' ilorns plus. b Ild a -ceptable. let de 'Autriche. qui n'ont permits aux
Ipsser sous silence I0 trop cher d t Au reste, la servants d'Albdal.i ambassadeurs a Constantinople de re-
lur tarif, et on a oemand6 qu'ill Mais I' euvre qu'il ya lieu d'.n- Sal, a aissi rectifiA. et co:nmne ni mettre A la Porte. qu'apres de longs re-
.adop.assot ,, tards, le nonmuniquc bdentqus,, re-
adoplassest le iarifde btm. treprendre, et cela pour le bndic I'un ii I';aItre ne parole ni n'6crit I tards, le communique idetique re-
la nest pable jpens le plus g ral de a co una fran.ais, i est un peu difficile a .commandant de ce r Andrinple et
Cela est pas _, bl;J le p lus de la com... iJ. les ties, elln lui assurant que liT-rope
moeme quil no se ama c est de reformer, aux points i rtrichemInt auijxel ils so sont adre .tablirait pour ces dcrii eres un s.tut
comme, deo itr bone fo, des gen. vue suivants. Ia clause des busi- s6s *le rt'prod*iire la scene avec lou de nature a sauvegarder la s,: ,rite de
dans la coanveruton rp6ent ce L ,rn. Ece que je vais dire se pra- le l vrire6 qu'on peut trouver dals I'empire turc en Asie.
epiation e Ia fisant leur, il n'e iqaue partout. noire reporage. Mais, apres i'expose de ces dJ "idr.a-
pas iulile d'exposer ici Jes consi- N'admellre dans la -circulation Q ianataux menaces du quidamn. ta de I'Europe, vint la menace. )0a dit
dPrations qui me portent & ins des voilures bon etrl et elles s' parentt sur nous come cel- A la Turquie que, si elle n'entrait pas
cnre connre, en domndan &A .tou4 9 des voiureso
crire contreen demad t Ia tou d'aspect presentable, attel6es de I's qu'il a lariches a l'adresse ,le dans ces vues. elle naurait plus j
de les exaoUw avee le moins d, chevaux non oortcbis et assez bien Iag-er'ot le police : elles feraient pln., computer apres la conclusion de la paix
partl-pris possible. Irailes pour r6pondre A tous les be- sir elet i la lecture dles dlpchel sur le contours financier des puissan-
soins de la circulation. Plus de ces qui relent les incidents de la ces. cependant indispensable au relve-
....-. n 11 meant de 1'Etat ottoman. Ce iietalit ce-
II y a des degrees on lout. Le pria, hmarchements moiti6 corde et n-. guere b alkaniue. pendant 14 qu'une bien puctile mena-
des loyers vare elon la valeur, I, celle et mnoitit cuir qui exposent ce, car ii est evident que si les puissan-
confo-table, le luxe, les dimension, auc slalions forces chaque en- ces refusaient tout secours tfia.acieri
Sde la naison. Le m6me grog vari. coinnure. ONc DEO.NMNDE : la Turquie, elles ne feraient pas autre
selon les cafds, le moine costuean Exiger du cocker ce minimum .. chose que se porter prejudice a elles-
selon les tailleurs, Ia mine en're, dI e proprelt6 9 doe tem qui est in- Mi.teiint que le Marchcl eli nmes. En effect. que devienr.aient
auspectacle aeloum les laces. Je no dispensable a lout individ qui a haul *'st descend i a place, ce alors les interests considerable qu'cdlts
vois pas commelntle transport lramour-propre e profession. qu_ I U v; faire de celui du poste ont en Orient. .
pourraientl chipper a cete r6gleg Cci fail, exiogr qa lel tariff de Mar- uiIl ? rceate menace f inanire ,n'lsait i
Je sais bien que ceUe opinion circulatlonsoitaccrolcha6 rni6reur n'avant pu se mettre d'accord sur un
na 6&6 formuMle que dnos I ianl6re0 des voiures, de tsoo i Aviler toule 1_ moyen plus nergique de caercition, tel
aupposd des aulto: on a voulu dire contestation de pri. I.LAME. quune demonstration navale, et si Iks
sans aucon doul, qu'en qdoplan, Efin arriver, ar divers moUaliicaIiott lte in loi s.r 1 Turcs ont pu croire un instant ux me-
s eearif des bs 1, ls autos feraien yens el per -louae pr opor- ,, naces du concert europ6en, ils n'ot
plus de recue. Mais clte consid la e, fire.dlans tot ce money m press i'i exig e onls les jor pas tard6 a etre dtrompos par le vio.
ration, qui prt doan bon naourel. kerlope de cobch e ine elecotli naux qIiiIs i crl vent le franlsais. ent mecontentement des ambassa-
a ltourneen d6iitive quA ravan- utila et quti or, qun a. le diae JEAN L~ FURETEI. deurs de Londres. lorsque les plni
Sa-iqu'l pItra q p or str rim- Iout a Ihoe ut u rOLi tentiaires balkaniqucs ont fait mine de
-qu.es-si1 q -i .. im ... .re cap.. sial. _.1_o_ croire au sr&ieux de la ddmarche euro-
Slqui aielpourtre trim- lot A hon r no c a -penne et manifesto I'intention de re-
S ea m srramea Jelir coo. POLITIQUt ETRNGER, prcndre les hostility.
.-s at1 11-at- d t&di\. q livre ces ca~ -rations A a I, oi quen aient dit les journaux
SBleti, iou dui ptas beau l disalion de nn dilit6. officicux turcs, ce n est cerainement
tp phlr erld doe rue fa-o a Masi i me w de ide ave: tristes- L Europe et Id pas cette note qui avait decide Kiami
a trais =ates. mls qua, leW 6 eues* cesnfion drOrin 6nergique de la Russie, qui, tout en
OJ.l4r quluWe Sell Is MmlilAio, I#se lleo lur profeeom ont, du laissant son ambassadeur continue A
m asr l "1 Mi- "core ionoins, j'*n a reophar6 quellis Ia evolution qui a ramen Mlah- Londres ses conversations avec ses col-
on i .k .Ii. pet.,- Pt ~ s d i. ea acsitd,- Ia pr6 enim ao moud Chevket au pouvoir na te6 pro- legues, a agi d'abord a Ptersbour
-e. .I -U$0 6 rit d P*I.s'in 1 rnl er di U i cou rse vaoque que par une poignde de Jeunes- avec Turkh.n Pacha, puis par M. de
We Idisa Ma I n a pi u Jril e Turcs. sans .ue soutenus par ceux Giers i Constantinople, avec Gabriel
wOa roient que s'aneantisssement des Effondi.
61-1*d4 gas 4 E tP3 018 raa f forces militaires nest pa arrive A un Cerains journaux ont pr6tendu que
u "lU l C ,ar id. A* a Il ik -tlM(n. point qui oblige la Turquie a subir les M. Sazonof avait dit A Constantinople,
"llo cN A ltj r'I"prOer 's volontes humrliantes de I'Europe. que si les pourparlers tratnaient enon-
uIjI sjl uuv D DbuZe 5ea 1 h. .* Le Times a fait connaltre par d6pe- gueur, la situation de 'Europe serait
11, 8 .laii -W.r .ani ._t ches priv6es 'itat ictuel de I'armte compromise et que le gouvernement
r S ,9 Ant oin e n DI RNIr ms ocs.n" torque. En plus des garmisons d'Andri. russe dsireux de consider cete .i-
t ~i Ii'e ee laIeU Anals ,na. nople, de Scutari ct,de lansa, iy au- tuation,se verrait oblig de contraindr
mt. .r On aeaiit e g dseiI dma" rait, parait-il, entire Constantinople et la Turquie A ceder en occup'ot les vi-
i-t: b tue delr _l ( .-p d|4'I Ull~bOe le Tcaiaidja o210.000oo hues; aux Dar- layets de Van Bitlis, Erroum, Trebi-
rde preer tre i idaees, joaoo; dars le district d'laid, sonde, et de former es DItroitt. On nc
S.". II. ..l ., em oL Drix de son et1 d 3a"tte" Cd 1to.ooo0; A Puders, sr s c6te asauti- sait si N. SuaooE a oaploy@ des r


- -91-a -- r r! I IL









pcd & voir touted son muvre detruite
pr 1atidace d'un 'etiil liomme aidW del
quelques CoIJli)ves.
LA mot-ale a tiZLfre tie ces tWvtneneiitLt
eat que les le .inphmes les plus "olide
sont d'un4- Irtagilitil t'xti-i.mc. Ces fov
midabtes machines ofttodt est r69gl
d&avaiaice satir I'iiivvit. ri'omit atimi.ii
stabilitt. La ioiridre chliosb qui t.,
fonctiontiv pas ujien detiuit toit. Its.-
bitud's 4 oItlik-, l r. roenctimiuimaire-s i m
perdi toWtatei itiative. Its execiutelf
rigOureti-wim-ii totIIs Ies ulti-vs 1111I.
leur dotnie sanas iP.4t'r le*. distiztei-
mais its iii' soagenlt intilame loas 4t se 41 -
emnaadeia si vest luit-itveliii 4j1 iiiit
droit de cm mu mdIiti i i ite 1 ki ( *4 )1111i t 14 It,,.
Uin fatix a'is d vI 1114uli ptij ii autr
t)ut 511151 1 1ii tI I .1 1 1 I 0Iii I
ordounarit mix t roiapes 4 aserwws
Strasbosag 1'W vahii tli I.. !rsnr -.
quelles cow, 04i se Itetionvos te ifrilelus aun rait
uric Setaillablde iInt'.jiise'. ('est Ie* prstid
daugi-er (14-, lioni -i )11r 1s et (III )itI so
rappe'lle .ta*t..* ijiellt' tfcailitt la ltuit.i-
blicpje it 4'.W. I pl.()4 -I'll ilf'.4 allPnl~ l




FITS DIVERS

BEN SEI GN EM EN I S
MkTLO ROLOGIQUE

I) U
DEMINAI hE 9 S9-MA1.3 A
Dimanche 9 Mars -19-13


Ilit'oil;tire A midi

Temperature )Imaximulm


1;i4.6
21 99
33 7


Niovenne iiirile )9


Cio! clair to jour tt convert au com-
mIencement Ide la nmiit.
BsroineLie enll aisse.
Treminleinent de terre lointain enre-
gistr sainedi vets I 1 h du nation.
I. SCHERIIH.
Ci ntia'ua-Ti'h t re

vie inrlmrv\ ithi tili l ':art il;licnll
tieldra'l I'a li l' ,'. I' I. i si' co(l tI -
piet. ( I s'.'I r>t l (l ;t arri\" ('1 la retpr'-
sentatioin t li 'r so)ir i iii avait attire l1i1
monide ftis. i'ailleurs tout 'I )iro';tlain-
me a t'-t ; vivemeiit aliplauldi t I'o011i a
raison.
.Hiercre i h2oiulr sera, min' une a s
dontno ausstipu ioit'br e ipr l hoisi
de rniain. II au local de i'lnstitution
de Milins (art lent lous s'pous titeres s il
Iseit oisir Ime conference d lao I'atitn-
tioul.
.A doliilai .
dAsociliii lu corlrs El nslisiinl
Hier A dix h.-ures du m.rtil, une as
distance aussi nombrcuse lue choisic
se retunissait, au local ae I'lnstitution
de Mme Charles Dube, pour entendre
la troisieme conference de I'Association:
du corps Eiseignant.
L'iducation de la tit-mine b.iilitnene,-son
r6le dans la fatiill tel etait le sujet qu'a-
vait A trailer le conf6rencier. Monsieur
Fernand Porsenna. II s'en acquitta avec
talent et fut tri; applaudi.
Prenant la femme des le berceau. Ic
taonfrencier la present dans ses divers
i6les sociaux soit come fille. pouse
eO mre, et, eapres a o r p.xrlk de totes
les deviations sociales dans lesquelles
s'est engagee la femme haitienne de-
puis quelque ten ps.le con frencier sou.
baita ardemment de la voir reprendre
Ie chemin oi marchaient nos arrieres
grand'mres.
Puis M.Porsen na aborda l'm portante
question de lafemmetombtbe enfaveur
elaquelle i invita plut6t A la piti qu'au
sntpris. Aprvs quoi Ie conf&rencier re-
geetta de constater I'absence complete
de patriotism chcz la femme haitien-
ma et lui reprocha amercment son in-
difference A I'Cgard des affairs de son
pays.
A l'issue de la conference, Mr Lhdris-
son, President de lAssociation, dit
cette assistance combien ii appr6cie
I'nacoragement qu'clle donne, par
IapAtsnce, i 'ouvre morale et pauio-
tw aeotreprise par I'Asmoction.


11 annonca'la 4e conference qui sers
faite par Mr Danach et don't le sujet se-
ra, croyons-nous, a Les manifestations
de l'Ame haitienne A travcrs' 'histoire.
Foot-ball
Hier arre<-mi li. tin noJve.ti math
entire IelVAC ct IaJSH avait attire sar
le land du Pont-Rouge, une affluence
considerable de spectateurs parmi les-
quels on renarquait des figures f1mi-
nines don't la distinction et le charge
ajouterent a I'eclat de cette reunion
sportive.
\Malheuruisemnlnt encore une fis le
match a ett nul. c!lacune des 6quipes
qui devaicnt le jouer avant marque un
but.
A dem iin le compte-rendu.
Bionvenue
Nous avons ea le plaisir de recevoir
la visit de Monsieur John V. Monsan-
to,Consul d'Haiti A CuraCao,de passage
A Port-au-Prince.
Monsieur Monsanto appartient A
une famille nombreuse don't beaucoup
de membres sont av.intageusement
connus dans la Societ6 Haitienne.ayant
souvent effectue de longs sejours tant
en province qu'A la Capitale.
Monsieur John Monsanto replace
son pere au poste de Consul d'Hatti a
Curacao et i! I'occupe avec distinction
depuis 1899.
Nous lui souhaitons la bienvenue
parmi nous comme a un ami sincere
de notre pays.
Inauguration de la slate d.i
President Alexandre PRtion
Ai Caracas.
Le ier Mars courant a ete inaugur&e
A Caracas la statue du fondateur de la
R1publique. Nos dlt6gues avaient as
sister en 1911 la pose de la premier(
pierre du monument. Voici les tele
grammes qui ont et6 changes entire le'
gouvernements veneruelien et haitien.


Caracas, ier Mars 1973.
Sur la demand du President de la
Republique, j'ai I'honneur d'informer
Votre Excellence que nous avons au
jourd'hui fait i'inauguration solennellc
de la statue de Petion, nous souvenan
affectueusem nt de la Republique
d'Haiti.
ANDARA
.Ainistre dr: Relations Ex.tritures.


aG )avcr.iement et pzuple haitiens
sont tri~s touches du t6moignage dt
sympathic donnu au pays par inaugu-
ration de la statue de Petion. lin leur
nom,vous remercie vivement president
et people venizuelians et forne mcil-
leurs vAxux pour Ie developpement des
cordiales relations existant entre nos
deux Pays.
LEGER.
Secritaire d Etit dJ's Relations E.Vi'rieures
Trihunal rCivil


I nlier Is contInatIon de cetto affairS a Match, Ecafrckuri' ore ge
OtA renvoye A huitaine aux fins
r.pooitre auui das er~iires conclusions
ie Me Mathon. Hier spits midi uqe foue mqera
Coittitstilao'u ufn Affaire dAlexan s"etait dono6 rendex-voUs *auchamp '
dre SmatIOIa cowIs IRobetrt Gordoi et Mars pour It match Eclaireur. V. p
consorts. que nous avions annoncC dans mtl
Me Michel Oreat. uavocat do Alexotel- edition de samedi.
diii deaeou,, a .44 ieg wlhi ei i se4 obsor Outre les enjeux consid-rables dkjo
valiots iu 'wale.' vuA rimure avaiictle, toconnus, nomnbre de paris mutue fi.
tribilual at relivoyl 1:L conitinluatiosa A rent engages, cc qui, A panr t'in?*r
iijitaiise. Jigeanents prononets que le match offlrait per Iui- rmet,
thu quat i usaoris.v I t vento ani tles expliqua Ianxi6ti. lnAgomsse des pSM.
.'OIS.' tie lai4I(ieaOIss ( toe certaiwu hbiews tateurs quand. AS heures cnvirou Itl
Agh ,r--nmn,-aaf I) A A- ainal wdsiA dlnirt i dnlneL Im a. A -'t-


uipeniis uL U(U im ;uuriaiuetuSU u. d.
Bouzi.
Celui qui permit la vente ain dertsoua
de I'eatiumation d'uiie quaintlt de vinlt
miut carreaux de terre d6pendant de
I'habitation Mason hypoth6quee & Mine
Vve Georges Itois.

Audience civile du mercred 53 Mars 1913
Plr4sido-ee Doyen Leon Nau, ayant
pour assesseurs le Juge H. Bonhomme
et le suppleant de Juge G. Pouilh as-
sistes du substitute Solon Vieux.
Af.tires entendues
llelvttius Placidt centre CicAron
Veir e, Caridad Giillohcl et N. Guil-
lautmei contre Ernest Paul
Nouvelle composition
A. Poujol, J. Zephir, Errie.


*m*sil ULM "'w -a ...- I -Ewa uC >O Ci
vaux sortirent. Vertige est monti par
le jockey Toussaint e Eclaireur p
son propri6taire. Monsieur Staco. Ces
trois tours de cirque qu'ils doivent ef.
fectuer.
Au premier tour, Vertige prend une
advance qu'il gardera jusqu'i la moiti
du deuxiIne tour ou la victoire, inij.
cise jusqu'alors. commencera A se des-
siner, car Eclaireur, qui a su se mWna.
ger au d6but, donne sa puissance.
II gagne de I'avance, depasse sot ad
versasre et. au troisikmeet dernier vur,
le bat par trois poteaux aux applau.
dissements d'une foule d6lirante.
Ce match a consacre Ia sup6rloritt
d'Eclaireur qui d6tr6ne d6finitivement
Vertige gagnant jusqu'A I'ann6e drni4
re du Grand Prix.


Jugements prononces
Celui qui declare nulle et de nul C t
effet I'assignation du onze Avril 1912
donnue A la request dti sieur Antoine Avis commercial
Audain exploit de I'huissier M. G Mar 11 est revenu aux soussigns ue
,eille aux dames Rosa Derival et Phi-certains bonds de t, sous
lomtne Gr 6oire ture de F. HERRMANN & C- et atUr.




vrier et quatre mars 1911 entire An. fres, la maison n ayant pas et neo p-
rele PierremA et Youte Marseille. main vant avoir des effets en souffranu
client I'opposition et la possession de
la dame Angele avec dfenqe de la Port-au-Prince, le ter Mars H1I
troubler et condamne Youte Marseille REINBOLD & |
4 P. 50 de dommages interets et pour I
le patitoire renvoie les parties devant it_ _"
ler. J tues qui doivent en connaitre
condamne Youte Marseille auxdepens' ) Ordre des avoeats
Nouvelle composition Assistance judiciare d
Ztphir, Bonhomme, Pouilh. Mes Francois Moise, Edmond Iil
Co.idaann la dame Mkiena Cadet et Fernand Pursenna sont dsig
.1 piaer au Docteur Scrait I.g r PIer- le conseil de I'ordre des avocats 4
rier la cr~aance qu'il r4ctlae I s l a
proposition de c quelle prenl dana reau de PQrt-auPrince, po4r tenit
la succession d'Ulrarie Morea, etc etc sista"ce jad ciaire pendant ie nmai
Nouavelle comtnositio... mars courant.
Pooel t nitir.outls Les consultatMons sermnt doat
Poujol, Zephir, Pouilh cabinet de Me Motse, sis 4 la
Aftaires eaitendues Miracles, en face de Ia Banque ir
F.,hriq-e ds .Petit GoENve centre mercredi de j A 4 heues de 4lapries a
IHe,,ni Mirambenas, M ittelis contre Hor- Port-au-Pince le 8 mars -9Io
'etncius Salomo.i. L,,ecrtr de eOrdr
Nouvelles a In main M. DULIENNE a
Entire litterateura -


Tr6s bien votre chronique, ce ma-
tin. cher ami. je I'ai lue deux fois I
Que vous 4tes aimable. cher con
frere I
Mais c'tait pour tAcher dc com-
prendre.


---P~L -__ __-~--U

Pour I'Hqgumepi

et N Lmorall


0 0 Nous somnines oh)Iigts do, reveflir
A i~dieice chvile dim Mardi 4 Mars. Un jeune homme vient d'tre A moi cette cuaurante questions d Pi
Pr.Aide-ice DM. MiAUsan ayarn pouir tid assommt par une persienne qui iest s fcomlfurnul f odt, it y a quelqueM- JDMo2
asses,4elir3 1-4 JaiL i- St J'tst NieohuH deach& d'une maison mious dttalitus a I gr'aIl( joUr hi far'!
et le sip 'Aamwt -W Juse A CG Vaele, Encore un drame de la jalousie I *mmorudes.
assistAs diu subiLitut Joachin Jeati- Jaimisis, datis aticull anili2u qui
Ba ptiste. 10*respecte, are c communal n'a vol
clJugemens prnoncs U1 joli mot de Mme F. dire repair irtiect do bandits, ni st
Ques t Cc que ICnimariage ? lui deman tine de vices et d'irnmnoralites de1
quitoi qui condarnrie.Ilo-ace Saimut dait-on. tos sorts. II ime-t pas inutile
Surisi A payer ai ssiour Arthir Dan Une femme de plus.., Ct tln lommeg iOLIS ri 41)1 Ij)ieti fort, pourt (ue I&
t&s Rainea I: asommme do deuim cesoltl-iti45eumotim; 41t4isaisitleshabi
3 uatre vingt dox uotardes, ontavt d.- OiC nVqiIV1. rApQ I-ealQ. l de (io
deux feilles appointments *iow Io unrahliase,(ste tes aaijaes pratiqwi
dit Ho~race Saivt tSirin a ves du nu os voltiirrtes qac icus sgrizliions.I IllQ
siour Rameau et Is condainne on ou- "aslorgtemps, 1 'ontpastin
tre smio zd4pons etc etc. I 4i11tbtii r lalt t't (10 S0 p dpstter.
Le Jiwa Nicolas a ralt place A moot En f t*t, 0, sont toujours las
collftue Z Uphir eat I suppldaamt Vatel D)om inicaln e l LCCoupleaaients multipies et
sit meapplnt, G,. Poisitlb. iui continent de fure du pae
Sur IA rl%118iitloa f(ite par le Ali tdiiun tinien d fire dupare
nisttre Public Wwiviieti T616onnl~pi 1k oolre correspalida". "ntinal eome unvillage A parCO
icaabitatits ont leur vie propre, ul'
Janvior a pre6t6 senient coming Jiigo I." giiilril DesidelrioArias a lalsos cxa' ir.omnent brityanteduWgipgaoM'
de I'aix de oI Croix des ttoorjuets. h (libao pour Sto-Domingo. Cen t# d(lot Ia dessinvilture saute d
IA atbstitat Jem Rop13:uiate Mnaosde %onte01i-4risty uail iteset embarqu". tlrop somlverit pam dessus les mutt
sit trihoonal do rabuaulre klodq&(aatepri-' Ce (it a 6td ttris reinaralud et corn ('e sunt toujoiUrs les tn"unes
k l mifiessco d oIt m ardi pas" conlre meentt. car Ier he ot hI'embarqueawst de cochotis au auilieu d'une
I'DaAt par A. Cinch ; Ieriboosial Son- diu lWtsvti 41i. tu venait doe Santiago 40 do uhWrale *,t tintamaresque, los
sult6, dccid q iil v it lieu do Fairs Los caiatlleros) ddo-Vl-t 6tre Plertao. bacchanales, les memes sch00
drolt A I emma.du de IEtat. Plutat quo onuan11d"awe Cespedos lousie ill gitime ou autres, 10
boW It. chmp, h-clisro des cocrclu- __ pedes.I~rlaadejexgu ro
~ K ~hzp, tc~ue de C~~i 10I"A t~i~ulsatuolua d-1 Cilbio moot =d.& aiiquae djeux quA font
sion~ a &A dounno taut par Ki Me- icow- ~ees de ia 9thcon du Gemdral quarter des ij4ne -mots
Wbon as.. per IeSebstitoit Jeian-Bp jArias, a tw itetarSo doute I &r lqu. lorqUe to. CIna flotnmtata
tist' Vinour kr I deanande dd ci dir moiufdo ua voymp a 8bo-Domwh 'ce dierse'ons F'mt. coYIIo


~ __
__