<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01712
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 3, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01712

Full Text



Siuma Ana aaW 1787


PORT-AU-PaoMCE ( bft)


Lunali 3 Mars I193


o4m34pnt41AGLO' RE.

ADOlWNVt4iMTb:
pORT-AIUPRINCE :
(in Uoio. ... .. G. 2.%J0
TroiMOM....... .D 50
DPPA9IITFM M:NTS :


Ijn Mois.. ........ G.
Irois Mois......... v
ET t %N(<;.lt.


TrcIr m MOI.


2.20
6:00


. G.. 8.00


LE NUMURO )t CENTIMES


00


L'LJ


QUOTIDIEN


RADACTI)N ADI)MNI[StLiATION

Les ammeacts seil .lecce
A '111r-AT-I'llIxcIt : atis ttlirtll tix t r (f i,
A P.Ams: chez L. klavcvt ce& C-
9, Rue Tronchet
A Lomis : cheic MM. John F. Jones & Co
No I Snow fUl!- E. C.
A lItIRLIN CiItC II.AOYI MoSe
S \V. I, jcr'z'. rc:iCr Strasse 46-49
A NrW-YOWK :i U zrAti P'ubicity .ompan
4 i 34 m 1~l Street
Lc" nllanul.it, in-v 'ou lion ne !on:

Abonnement, et iwimttion'z payables d'avance


LETTRE A MON COUSIN


Cause o Effet? Pa\radoxe o.
Cause ou Effe! ? Paradoxe ou Veritei.


Miais non. cc s,rait U r-u crrc :r ir
c est le goCit du *liiasi-r. Vih)Lir tIi
contort. JAi t he di ll\. ILIi-,N1):I

IVctiivitc huinainc2. C-t ,ir
skcr. pour jouir. p)')Lir \ .12-2' il
quc 11 tiavaille CtI LW %,"It !:',
tortUne. 1 .iicdc

une des plus importantes de la Repu-
t~liquc.
LCVIVAn loC10.11116des luttes
)1 I~t Iq ucs. hI a opu rittc dont ii jouis-
11 (,1 donit 11 10111t ciicore dans Ila pro-
,11Cc dc Ih \'c .a tt LISCue que les ha-
biLi:it- Ic :hui*dircint coinflhe dput6 A
AN\c!Ibc~c (X():1titu.A:lIcdc iIo A I'ins


Mon cher Cousin, tried. Souvent quelqu'un s. pr' er.t ment constant de --et! tr t atio de la1qulle il assista mais peu
d'un ddjeiner pour s'otlrir c i \. dc li vie intense ctt : : ,, l u .prcs ii rcnonc i sa charge
A propos de la critique que j'ai faite pour se payer cc c.pr.ce. ( ,t q sent agites les p.:p.s o retournei nu noble
de ce que le public n'a pas le goat du suit la vogue, on est pr: i oL.t Ju plaisir t .i i ., dc ,N mission L\,nliLqu
plaisir et rest trop indifferent aux ef- ,)Lc moent general: oil Ie i i't de c a.liiirnjr )ae C t I .i mn pai .1 clomlmune de
forts de ceux qui exposent un capital mode de locomotion, l t 0, ,qe notr pcpL <. ni donn. en i'o1. cii tcmoi-
et depensent leurs pines pour lui of- eoit,' on troupe le mI'I v i : Q(.ue p it-on! .l .. i '.:c J ,titi<.!' :::; .dc tils adoptif
frir des distractions, un cousin m'&crit i v ,l'uned priati.il. l .; in n, ration J lom: .
une lettre qui peut se rcsumer en cette lei, nous touchlio s .an" .1i'. -- retrc ni C l -, 1 1 I c \ i ; 1 i c .Iab r ua pour
phrase: c Ne croyez vous pas quc tion. Le goLit du pl.isir pia. ... qu'a plu' .' .-. i ti de \a ncime
'est moins le desir de nous ainuser recherche des inovne dc s. : i-, i.. de im 1 i iA on. p son lm-
qui nous manque que I'argent nt ce,- uit du plaisir poLss au tr .. : bii '.gcts 1 I :. i t:J \L. r d cl \a A Secre-
saire pour aller IA oi l'on se distrait. e'st pas u p :r..l\.- : .i: ; t' d s d .ic S ,: Ar. tvC que
ce que vous prenez pour de 1'inditle- I/ >rnant. I/ ,p '/ i ;, J: ::i .. l'\; ... t C ( idjutcur
rence ne serait-il pas plut6t l'cftlt de Ii niIrale, thn1 rE b -u i -, ,,io .i el llustrissiine
misr g n rae g n le ? i-.nces iatt,):ai ct ,: i i .\rc vquic de Saint
VoilA un argument qui parait bicn : .aturelle l de SCrieux a premiere vue ; cepcinila't, i / po ; t ) a :. mort de lillus-
perd de sa force jusqu'i s'cValoulr Cair Ic pl tiir ai:ne : n.i de Merino
quand on le soumet A I'cxam c In cI.''- t I idustii e l ISt p, \I \ILc C Nl itropoliiti, it mnta
minons-le ensemble, voulcz.vous :iet les exp1iit.tits i :: ': \ do i pis.pl cIompag des
Tout d'abord, chcz un peuple o tni p rolit dirc:t il :crc i'.it:ii.i i i tIons J p :,issiens.
I'on a le gotit du plaisir, il :v d e dis- ,,ppc l tra.bl l s 'us toutc !'' "I : verti l., :
tractions pour toutes les classes de l. N c-t-il pa.s cvidciit, par c,: K id t- .il a .t de
society, pour les riches et pour Ics inc jeune lille p.auLvre, ct i ; p 1. .iss .n c t e Ae l.i pre-
pauvres ;et il n'est pas toujours neces sioi du theatre. s, une s.lii .\:i .1a epuliii, c d si i.itioii
smire de depenser beaucoup d'argent 'Port au-Priinc, travailler.it p ,.; S #1, (JI ti .-crspodit .Ji:aImeniit a Iac
pour s'amuser. Dans le tableau que je \,2r la toilette nccessire ct jI p::. I ii i].ia.tion: popul.ire .LIu la prUcId.t
ous ai fait I'autre jour de Santiago dc place quand ses parents nc p i.'. li .. I 'c-. suit.lI.s r.idiies l'g Is.' Atraits
Cubt le soir, ne vous ai-je pas monitrc donner que le boire ele Ict a: 2 p n r aruiables, rc latcts .i hx m-
dbss la rue.dans les pares. et plus ta.i. nm miles petites industries Scl.t,.t pl. ii- mi. cl .rc .I qui ecst chue i.; lilicile
llant en visit, au thc atre et au cinc .ulaes dans les l overs, et I q l c r tl- \1 \ \'1 i.1' J IIn r a..u peup!e 1),o ini
ma. les filles du people et ls patiicien- Lerait le plus grand bici. :oin s, Ai,- \N 'i i ): .' 1.:: i. I I 'rdre t Ie ti.i ail
nes, le; ouvriers et les patrons. les pau- ,nent pour ceux ct cells quI si I'. rc 1 I)C ,.. 1- 2 S i, ( I I / /1,1 i / ,/ tit i e
vres et les riches r.iient, imais encore pour les conisO, l) n _,. ) \'- '
Et puis. on peut le remarquer. ce amateurs qui trouveraicnt beCuco:)Lp t1 ni.t I Jil .. .
nest pas la classes opulent qui frc- t'articlesi meilleur march N est-ce 11 rc 1t ic sacr ;i 1. 1 I. i -__, -_
quente Ic plus les sales de f&tes. Les pas que notre importation diminucrait, mains dl :1 i lluti .ni i) i
gens cossus se plaisent plut6t a des ,At qu'il y aurait par consequent plus A. de \l Lii l I, ,- Tr/b'ti tl d e(
reunions intimes et selects, et qujln 1'argent dans le pays ? ti atcur .\postoi c ie i \
ilk sortent, c'est pour aller aux bals ct Crmment se tfit-il que dJas lsc, au- i cut > ;; n1 pa. .n I) :i (, nzlne e*
aux re.inionsoui peuvent s'exhiber d'ad- tres centres, et sans cherchcr plus lon lbdii. cnn n : ) '
mir.bles toilettes ; ils ont vu Paris ou un example. a lla amaique ct Cuba, tronsi. 'ri. t ,! l' Po
en prevent, et tout ce qu'on pourrait il a tant de gcns qui s'a.mluscInt le I lit ,s r' diiflinii, 27 /,." i
leur offrir leur parait petit et mesquin soir. et que cette plaie de .ris(el, ,Iut :1 lstNudio q0:i c !k : i ,.:
aupr&i de a ce qui se fait la-bas. v In- rule n'y est pas connue Ilis. init; : : L. tibuLna.l prcnd sicgc .i i heures du
ni-ent dit-il des vers, une dame chan- Certes. dans tous les pays. il v a Lne latino I S l.ni. :I Co:... 'u r sous la prcsidcncc du Doien R.
te-t-elle en soci6te ou en public, on en- dasse miserable; Ile paup&risim sc', t Un p.i plus t:Il ,. st avec 1,:s jL es 'Th. l)oscbus et
tendra des snobs s'exclamer : aAh Co- dans les plus grades villes, ct il est Rome. i I:crne utiI ILsi.T lIoi1nas pour aissseurs et pro-
quelin Ah Paul Mounet Ah Ma- certainn qu'd Kingston come la I la- a li, I. \ 1 I''1 )- \'11 c, \\ ) c. eIs jugLn cnts suivants
dame D)lmas Et Lina Civalieri i vane, pendant que sous la clartc des rest.t 21 .;s. e <, i :: Cclui qui rcjctte la lin dc non-rece-
Cela n'est pas encourageant pour electriques, dans les pares. dans s teu ir d ii iL t' :' c ,. ,or d. sicir Annoriu, .\lcxis, eC con-
ceux qui veulent. dans la measure de rues, sur les places publiqucs, dans les gorici:: 1 c: "ne Ie condaune a payer a E.
leurs moyens, et n'6tant pis des pro- tramways, en auto, en voiture, A bicy- I1 tait diacre i : i 1, .iliomi:ncc & C lia so nme die 195
fessionnels, donner au public un fris- clette, dans les cinemas, les sales de Merino r.ca.t Ii c ;i,., ,irdcs ; 1par des tcrines mensuels de
son d'art qui, si faible qu'il soit, vaut th Aeatre ou de concert, s'6baudit une le, et il iac:.) p..I ii i 2 gio)rdes. dit que Ie non-paiement
mieux que rien certainement. toule en liesse, il est certain que dans de retour a lia: it',d il : i1 1 a LtI lerme rendra exigible la totality
Non ce n'est pas I'argent qui man- beaucoup de foyers on manque de pretrisc des main, d I ,;-; ii: i ce Jc la dctte avec depcns et une annie
que-ou plut6t. car it manque A beau- pain et de vetement; it y a des gens Revercntdissi!n_ Arc''. 1 1 p,- imptisoiinn.nt1cit
coup--ce n'est pas faute d'agent qu'on gui se tuent de dcsespoir. d'autrcs litain dans I'glis cai I i. i. c-i -c:lui qui condamne Louis Em. Elie
ne s'amuse pas en Haiti. C'est evidem que recueillent l'assistance publique c cembrce 188,. 1 24 d.: iLL. in ,r. 11 a payer .t ldmoid sideline et Martin
ment faute de godt pour le plaisir, mais c'est le petit nombre et cette d&- fut no:n:nt premier :!i*.c i:s C,, ( l, i rb s la some de 264 gourdes 64
faute de l'habitude de s'amuser. tresse occupe un champ si restraint monieset trois jours .p1 ,. I c')in i s" avcc unc anna e demprisonnement et
Considrez le nombre toujourscrois- qu'elle est parfois insoupConn6ee des vi- premiere Mess-d J '. j : .tr., p > execution provisoire sans caution-;
sant des automobiles! N'estce pas siteursde ces pays qui pourraicnt s'i- litaine. Le 20 M.irs IC s, Illlustrissime, (Cclui qui condamne Joseph P,ierre a
que les propri6taires de ces voitures maginer que tout le monde v est hcu- et R6vrcendissime Arc lic%\qu lui ac-, payer .i Roux & ;o la some de 661
font leurs affairs ? Ne voit-on pasreux, car t.>s les pas sont alerted. la corda deux titrcs honoriliqules cclui gourds avec une annce d'emprisOnne-
qu'elles roulent toujour ? joie de vivre est dans tous les yeux. ct de chanoine d'honncur ct cclui de Vi- meInit ct delegue le juge de paix dis BJ-
N'est il pas evident que d'aller en le sourire sur toutes les levres. ;c- Rect ur du S.minuile (Conci!iaire de radcrcs pour la commise dun h.rissier
auto codte plus cher que d'aller en voi Mais chez nous. ce que Ion consi ite Stint-Th ,)ms I'.\q:in. ou il rcmplit d- son :iibunal pour fair la sigiifica-
turect plus cher encore qu d'aller a au contrairc. c'est la miscr,- g(n,.r'e. ,':sic'ir, lonc:n ,s i:,':-ort.antcs, comn- tion. avCc commandement du juement;
pied ? Or, si vous voule, vous donner et un petit nombre d'heure-x qu s'- nm ce, Je pr, f s, .. .e tIin.de Phi- Cclui qui condamne Merlin Liautaud
IA pine d'observer. vous remarquerez gitent a la recherche du plaisir cit lui tl,,p! t dce l l i. Ai payer a He-rmann CorvingtoIs soin
que ce ne sont pas les gens les plusI semblent insulter a la detresse :at:o- D)aim miniistcre p..ri, ssial il cut la me d 1020 gourdes avec an aa d'em-
riches de Port-au-Prince qui cirulent nale. iharg- s Am :s de S : a Barbara (Ca- prisonnement. execution provisoire
*n auto ; ils ne suffiraient pas a occu- Me direz-vous que c'est parcel quei pitale ).SeyboSan J.ian de la Maguana sans caution et d6l1gue le juge de paixs
per toutes ces voitures; ce sent des l'industrie et le commerce south pius, v la Vcg i Real Dansi c. itc dei niiere ville de la Croix-des-Bouquets pour I corn
Reas de mediocre fortune, des pauvres d6velopps et plus florissans dans les il sleva une egiise spieidide qui s'est mise d'un huissier de son tribuni-pour
uAnlsqui font les frais de cette indus- pays strangers que dans Ie n6tre ? trouvie embellie, au point de devenir signifier le jugement avec comrn ande


.r ~- C









men.: Celui qui condamne Mm_
Antdine Mathard A payer Carls 'Voi(gt
lasomme de lolj gourdes ave,; u.i ai
d'emprisonnement et aux d&pens :
Celui qui declare que la crvance des
kpoux Lysius Templier est de 2.87X
gourdes 99, les condamne A payer i S.
Kawas freres la dite valeur par des ter-!
mes mensuels de 3o gourdes,dit que Ice
non-paiement d'un terme entraineraj
I'exigibilitd de toute la dettc, fixe i une
annte la duree de l'emprisonnement a
exercer contre la fenme seulement et
les condamne en outre aux depens.
Affaires entendues :
Congedetaut del'opposition du sieur
Joseph Blain contre Ic jugement de dc-
faut rendu en favocur de Desir Deslan-
des ;
Joseph Cassignol contre I)esgr.icc,
Saintonge ;
Etienne Scjournt centre lerna.nJ
Laforest
Ed. I-silve et Co centre Joachitm
ll.slicn ."
M nI z-r et Ire l, i itr '\V K iich "
:a m' iv, t 1 '.. I.' e S.eC ,
levc A 6 hcurcs.



La refection des rues

11 i


une 4poque de progrts come 'celle da Departement de la Justice "qui pa-
qI.* itous traversons., uand on con- rait avec des matiCres du plus haut in-
tait .surtout les routes des pays .tran- tert. come on en jugera par les inti-
rs., dl'accepter de concessionaires tults suivants que nous prenons du
titIraners un pareil travail. Et cela copieux sommaire : Loi sur I'extradi-
ni.s amne A regretter qu'on ait ac- tion des criminals fugitis. Circulaire
,or nli une concession de cette imor- du Secretaire d'Etat de la .Justice aux
'i,..a d0s homnme qui de quelque commiss.:ires du Gouvernement. Af-
oonif v<'lontt6 |u'ils prevent ,4tre ani-
ns*, sollt apparemment sans aucune fire du dimanche io Juillet etc. etc
experience de cc genre de travail et A Saint Joseph
reste.t t, inalgr( tout ani-cdssous de ce Le Cur de Saint ose a l'honneur
iII'onp pouvait attendre d'eux. Le Curd de Saint Joseph a honneur
.I s sacrifices que e l gouverne.t de convoquer tous les bienfaiteurs de
LOi'stFtis sont trop lourds pour que son 6glise, specialement ceux qui. de-
IllIS lIe( i)rtniotiS vis-a-vis de nous puis le premier mai 1912, lui ont ap-
',:g, grinentlti do suivre la Compagnie port le concours le plus efficace et le
Il' r.fe;-tion dans sron travail pour si- plus devouC pour les travaux de la tri-
*iioI.-r toultes le-i l,:ficttliositts qIlu'il bune et d'une parties de la vote. ainsi
,I IPt r lt'i4 tiltter 'oIt (n devoir et quc ceux qui ont eu la delicate atten-
:iiis s;uiiirions v fair, I'c'. tion de lui offrir une chaire en bois,
.._ sculptce. A deux messes solennelles
S-" !qu'il chantera A leurs intentions, le
mercredi 5 Mars et le mercredi 12
dCour d O B0ours rs. : 7 heures precises.
-- -II leur announce, en outre, que le 19;
)r iricaii 267 o'o prime: \.irs J. cette annce se trouvaint etre Ic
.l- s irl.ris. i 1 ,o o p;i. i;cl.r:r. di dc la Scmaine Sainten 1. fitee
P2 2 ;101.: S iunt loseph est rc" vov e at 2 .\
r.Ii r Paris 2 I 2. 2 ;/ p vril, rcredi de la Q. ta.irnIo o.


1 !.tis -lcrt sur P.rir 4 1 2. 1 3/4 o/opriin-
Chcquc s. New-York I o/o prime
illlet de P.. 2 1/2 o/o cscmp.
Nikel. 1,'2 o o escompte
)cette Int. d'Haiti 1912 97 o/o ad val.


Now--i


... -,- c-oup d~ ctivot sut do me. d ams
Su~itwitk Frikjitaise de SecaursUr 1 I; .grand silence. pir I USH qui dew,
Multuels et el Bit, Heulisfk:twe. ld imniadttCin~n tansi les buts ;'
Asseinbi~c g~niriale sous Ia Presi- ciilglinenl. i
dence de Mr le Ministre dte France. Le ventt ,iIe:it de dimnanche a fa
Messieurs Ics Membres Actifs Soot I pl.icC ILl ccilme plat. Le jeu senvble im6
I pries de se reunir en Assembl&2 GL'nt- d i Iis. CC I-'s que ripStes s ans r


Si. avant rflmeqiw4 1111, It 0 'a11 u. -1 'r.ile Statu tire le DIrn inche 9 Mjars COLI-
de retection reinette ni travail ati rant Igheuresdu martin lI'Asile Fra iwi s
473ou "'erlit, fint, 11I ~t.'til na~ve f-11 cot s',ilcuris les Mernbres HoInoraires
de dteaboijiit eltri-. i 4r' *IOU I'&FAITS DIVERS Let leur fainille soot pries de bien ou-
Sloir awSIster A Ia reunion.
1101L0 1141116 leiitr (0113)1ors1- 4111,11 ii,- .I ;Lit 1:413E~I GNEMENTS ode~uju
Ii'ufirieiit tie I'a r1;1 ) 1i1 Ordre du jour
part'uuwit iei i~T .O RO LO i (j no L .ecture du Rapport du Prt~sideiit
phjs lk... lesjuulr Iea itI, je1ti-. 1'.S(4.,E- ) I IS Ii t.pur I'Eercice 19 12 -I4 13.
tii()l itt~ .i eiif;L~l't.lllll' (11.1.1 DU 20 Lecture du Rapport du Trtsoricr
i:OIJLUGE S'-M AI(TI A I pour le rmine exercace.
~ntc I.- i~ie'..d ro *uiuitjDl .hW* Ii I vC nk-e 2 Mar.; 1.~33
Do ii ta ii() 2 M aA ..,.:31 13 Messieurs les .\iembres Actik de IA
derck- travail l iiiit t- -pi'j %. t'"ile I,.'""Sozicte lFranaise de Secours .\Iutuels
Iot lri Ut d ie ntaisance sont pris de se join
jainctt fl a it limit t la I di' I, Teinperature idre au Conseil d'Administration pour,
itaaIiile 11 ril.zall i I- 'il.,II IItII ier aux funti.railles de Monsieur
t7 A~lolphe Allien, dtec~dct hier soir.
Juullct tde Iain 11 1Movoine diurll. ''7e3
viAut a -partf-i tn! TIj. t'. tLI 1 Ciel cbtiii On 0: s.. rt;unira A Ia maison rnorlii.tire
bli s. (Ill.- \if- Ji 1I I u1, t *-III- 411z tit 3arjtutro trt-s-hiaut Port au-PrInce. Ie 3 N irs 191
irIi rttl:wl \EIctlr A Le M \ i ~F~~iA' j1,Aent.

(11,01111 11MI* w baisse (Ill c1:1114le
iiti)t parlit e .e .tAEl itt. *IIliJ1 .1 'I 11VIIr t, I 'h' iu rl.'atijmInt'lhiuii
cE)llteg11es, e I ,ui- li tiL N *' tii\ tfait pm- Il It KInijug. Na- I.Cs funt1r.alluiles dc Marie hi rie
rcel a he itat tI IIi;'I Iai IIIII zI v t-iiI trf .s Etiewif. d& c&c e A li g. ti de 5 S :ins, cc
i'trii ti Iv'I I. L a t r I. ii d itt11011101' Su it' s at- natiti .1 j lieu ures. iiprks unt c'urtei
pouur 11111-, CM* u. t t101 'ui 4", iII mis e en t t- p is n ali lie. ;iuro~it lieki cet ipr6-;unildi A 3
11 11S 4 )~ t r l iii 4 ,-; ,, 1*i )ia jbj i -kt~ tfit 110' IlltIS it" rt-S bm int- helurc-'.. Cit I emie11 .
114)115 t iit t, P It ti l t 4 i .' te tt prII ncipa lS lioita Ii:011e %on~oi partir. ie lt a maison mor-
titphl(4111.tI IaiI I tu tu14ist1 1ote'1principal thbis- I tu ir, 1rc ise Rue Ption No 19 pour sc
i .. tdit tvenalit vill aidJe au rjn tre i Ii Citht~drale
FL.t itailiitt-flllht, 4 ) I iIaI I i ;I kL- i I ato ifi )I lid 4-1: pi ni I it xI re e 1 t ].1 CuISSdra ait
riie l iI i'll ..; itiej'ist-S par. It-(ol,-, LesI a n. ls qui it auraicot pas rc u de
VAI Il! ti ilit 14140dio 'l',trtlk-'wi- \ IIt'l iul-l~t p41111'It! Jjjioi-Ot'ie gt~intl-ral. ,taire part soot pri~s tde consiticr ler I
Auxy ew-U, des ILI*.CtIl 1a.-I ii N.rh3:)ywiStvoi (pie It's te'n prtse t cornme en tenant lieu
rable. \ici ii dm i'Ilict' .t
out. \V ovos. El1et '.-s h,. Ci~ii~I~e~
Lt s cou aIrbes et ltes Iir iht-r-i w tnt r-; l'41liI1S informnalion s Celles de Adopbhe A4llien. ditc-dt hier
so r A] 8 heures. auront lieu A I'Eghase
tea, zigzaguent de tVit i d che 1- 't drinte d I. (Io -hrrrs 10 heres du nation 'ktropolitaine aujourd'hui A3 heures
bas ern ixaut, moitratiet Ie ptiltd' ,11I- i 1,15isi)l tt Jtliell. detux bons carnara- de Vaprds mii.
veillance quan o i pr rtwtt j II It r l. vii 'fltnt de Ilissor enseiniblo une
tior, c~i~lt ~llca~asit; lci t..~..ul~~c.~~Maison mortuaire Avenue Grfegoi-I
tion, criant I'incaliaeitde sl t;tbedo (Ii' jtii, sur Ie Wharf suble, pruls
rnlployft~s. oil ua 11'a cipa selltIMI(It, cic' tritI tiedoMr Mariano, pecheur re No 6o.
cher les niveaux, cc u(ill a k,, iI( I i t II. I.'ro hwl Aoup, Louison, pl*Otex-
sect : quola par rinftria t -tit ljio'Juli a iuc uj in dis- list dct~d c martin. A 9 heures.
dlevt~e, par u'xemple, ldc ilt-' (A parti' *s:j- al- IsOi? oi '-ilgiigeta tntre' tllx al a suite
pdrieure relldanit Ifllttns-p. -ibll, c, a' i tLue'IIt. icut cjtd.isif Cut li;ChI Pierre josep Alfred (,ardlre, secrtTtaire t
on plusieurs endroits tIe' la *lleFt'. li- ar l. Iuiz-iiil:4 Si oft .u d, Buivse m-9in, redIacteur A la Charmbre des DWputas, A
uoulalnent des eaux. Quc dire inilttt'- Iti in'me flhti4 sahl o u so ou. ( 'Age A e d e ans. I
gint du ioacadain dks rotites'?* IAlitI L dlel alla st, perpttrer au bas de Ses tunerailles auront lieu cct apr~s I
vraiment on a I'mapressionaV. I. t11e1I. u la lto)IIIIIi'-Voi soilS les Vye'x d'uner midi A 4 heures, A I'Eglise Ste Anne. i
ceux qui ont travalllt ou itolt pIs:rwle cml~l~jdtrable de. etiiellix. LI' pre- Le convoi partira de ['Asile Frilnnais.
de connaissarnees spteciales, ou wi ont ia.'r couiipi a titL porter par Louisin o* s
pas voulu bicua faire. co' fiit 'IM agiiiflque coup de pied d* r
Pour obtenir un inacadcan capable detilse. Mais atissitCt, I'assommoir, par Hier apres midi ont eu lieu les fu- I
de risistee Iongteinps i uineecirculatioiil' Ime IIameuvre inaladroite, ktait Ian- n~railles de Alexis Fetrus. fils de notre d
bien plus dense que, a lantre, on pro-'c"` Lu qclueques metres et Loiuisin, d ani Alexandre Pitrus, dcddA IA lAge F
cede de Ia facon i suivairtu :iUte cou- sWillie.. s vit prendre it bras Io corps
che de grosses pierres fiquon routale et par Juliu- ,qui, adroit, Ic fit a mordre de 2 ans, dans de tristes circonstances. V
arrose servira de fondatioja. Suir ctell Ili poussire. a, L'enfant. ayant disparu quelques u
fondation on uitale tine not~uve'lle cou- lDt's lors on se battit comnme l'on heures, fut retrouvd molt dans l'eau du
cite faite de graviers curacassfi's rouht~s I wet. i; coup depoings. A coups do tote, bassin. o4 parit-il, on avait coutume e
et arros~s coinme la prt.nniifc% ftiis. Ce uiCie1une it coups do dent; mais oni se de le porter. S
travail obtellu, On sttnlle. It la surface, batttit jlsqluit extinction:... d s forces It F
du sable fin ou du tIlfff tIt Ie [on roule td'iutaiat inieux. que la police laissa &t C
et arose encore. La Ctuuiapagiie de rtI- ces c(igilos champions touteela libert -
Section a-t-elle proccde tde Ia sorte' ist'ce'ssaire' pour vider Imir difterend.
Non, car elle nous eut doiauae des rou Lt, lit" se releva qup loraque... Avia
tea solides et agrllables ai parcourtir en E'ltonucur futjug& saur. L'Administration duI Matine
automobile ou en voiture, vie paraus-! Balloon Offlcial dii Dparts m eil aviso sea abonn6s q ,e les regus n
sent en rien n celles que isous avonls
st utu, sans 4tre achevties, iicessitent' de Ia Joesti'e qui leur aerort d6livrds pour F
I*j&des duparations. Nous avons requ le .tscicule de Jan-. abcnrneia ~nt aeront d6gormals E
U eat vraimont incompr~heaible, &l vier-Fuvrier de cet important orgauefgpi6s do eMr Lob o Auguatau., C


1ulitjt.
Les raciniien qui veulent prouver
qlu'ils sont des joueurs bien entralni
iipostent du tac au tacen acculantlet.
.Jversaire qui ne se degage qu'apr6s a
.orner.
L.es but l. u Racing menacis
Paul Chenet, qui a etC admirable.
parce que personnel il n'a pas :tI-
de sang-troid. de feintes et de pricisios
p irt en dribblargt le ballon, traverse Il
plus grande paie duterrain, etle prn
.a Frank Faub rt.Celui c tombe.maispl,
un supreme effort, repasse le ballooA
Chenet qui marque un but contest.
L'L'SIIH s multiple
L'absence des deux joueurs du ItRh
Icing favorise quelque peu le manqut
d'entralnement du onze doyen. L'USIH
veut en profiter pour s'assurer la vi,'
toire, mais le trio Charles.A.Cassagial
ct Detly ( RCHI ) est infranchissable.
L USI revient A la charge : St-Ro.ne,
S;teker, Th. Laforest et Paul Chenet,
;,ir des passes applaudies, essaient e
v.ii: de surprendre liugene Charles ou
Cassagnol qui sont stimulus par les
bravos mnrites des spectateurs.
L.a mi-lemps
est A peine siftfle par M.Andr Laroche
jiic des cris de joie se font entenlre 1
hicz ls l ais du Ricing..


Qie se passe t-il ?...
C'est Thlc phile et Depestre Saliuave
qui viennent augmenter la force dia
RCH.
A la reprise, les attaques se poursui-
vent ; les rispostes sont du tac au tac.
Cependant le Racing sembleprendre us
Itger advantage et attaque vigoureuw.
nents les buts adverse que le girdiet
aissait trop souvent vides.
Dans cette moitik du jeu bien, qu'&-
tant aussi animee que la premiere, o,
sent neanmoins, que la lassitude s'em-
pare un peu des joueurs de I'USH. 1.1
cur manque d'entralnement. F La-
orest, leur capitaine,crie de teniw boa.
Paul s'enfuit le long de la touche de
son kick str. il va manquer le gool...
nais deux homes lui barrent la rourt
Paul toujours Paul, apr6s une srie di
Iribling-crochets etourdissants. paseo Ai
Faubert; celui-ci. au moment de shoo-
er, est gen6 par Bazelais qui fait rather
in but en bonne position.
La fin approche.Le Racing A son tofu
nvahi par une descent en masse do
es avants ( St-Cloud.Ricot,Legrand 0t
Paulmey ( le camp des bleu et rouge.
>tte billante tentative 6choue par us
orner pour les attaquants.
Le jeu continue chaud et passionnasf
usqu au sifet final.
UISH. But : Verna : arrirres: Che:
iet, M. Bloncourt ; demis : W. Steckef,
,. Laforest (cap.), L.St-Rome ; wawl:
Ed. Polynice fils, Th, Laforest,
enet, Bazelais, F.Faubert.


I I -


_ _


MMMIT


-FOOTBA TLL

Championmat National
.It. C.ff. et S. H.
font macA t uh k
---
Le Racing Club Haitien, renforci
trois jeunes recrues, a oppose une
tance des plus classiques i 1'U
Sportive Haitienne. Le jeu de
des doyens n'a pu aboutir, grLces
interceptions rapids du RC H,qui s'.
rCvCl1 A notre monde sportif. Pal
coipte rendu technique qui suit
jugera de l'importance du match qu ,
plaudissait un public select et ooa
breiix.
Comment fut joudi le mnakb
Les voila.is p6netrcnt sur le terrain
les joueurs de 1'U S i[ ont Fair sombI
et Ic R.icing. plein d'cpoir, se risig%
.A ju .r Inailg'c I'abiene de deux de
Ikurs r cillecurs joueurs ls freres Sal

I rs teurs so it h.tl.ei'. ls
S..