<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01708
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 26, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01708

Full Text

Aa~m&& us78


iopoT-At!.?aIc( HdMM


Merrredl 26 6vrler l19t


PORT-All-PRINCE:
Uoinnin ........G. G.(0
Trois Mols. .... 5.00)
DgPA1ITEMENTS:
m sa..* .. '..U.L;O 3.35
ANDCOOT5eoAt;,Go MM

55 1b 311M8.. o5 C oalMm
IU W~tPO~i 4L oI m


QUOTIDIEN


WTIO N\ 'TIt, -A I) \[' N IST P ATI(
d, lHie Amorrcaine,B
Let &aumem rsell as; con:
% r r t-'bIma:- : A uxi l'u,:A dz du 9W
A PA& 1.1 : clcs L. Mavewce & Cw
go Ru.. traicbel
A LoMDm : ches. MM. IJohnF.JoemeA
No i Snow tlull. E. C.
A IIMLau*. ches Kudolt Mose
S. W. 11. lei1-1cr~.ikiscr %Sstres46-
A Now-VoaK : Universal Vubii'tv Camp
45 Si-%',t 1 34 ib
Us mnaii.us.t.ts in strt LAI 11011 1un14:c :

Abonnements et anscttiotis payables d'.aviance


Mon cher Cousin,


SFait un bruit de voleurs perdus dans les tailli-.
SLes habitants, un par un, regagnent leur case..


De tOU8 ca6t6, meo lecteurs, mi8 ctln :l ie moulin, laissant sesdeux bra% atTaiislis
goat par leas ecantilkuls que je leur Tomhbr dans ie silence amical et moro..
Ss"ervis de la podWe ide auteur dtes Parait se ddlecter aux agonies del chose, !
Stances Haitiennes, m'ecrivent : Et Je seri trs heureux si .ltel< thl.'t
Vaval a?
11 faut done croire que le public n'e-n Ip't me ddlnir ce bruit de volent-
a pas assez, et je me decide A dta- It'perdus danis les taillis,au(qmll est cori-
cher encore du volume mvsttrieutx Pakt le murmurn de I'eait.
quel ues sonnets ui, certainement,' t bienpis, attention, moil Coini.
Ipiront I'attente u public. je I rom ets un exemplairc tont ni le
Je desire copendant vous dire. mo, pdeliuera l r aiienner quatrain ( i sn- -
cousin, ie M. Vaval et moi, not l aisso
S(i~e .V etmoi, no net ci-dessus, qui le transpos.l r .,.
avons un ami commun. Et cet aim n net ci-dessis, qui le tr ansptosemtat iI
colnnmllun n3 disait I'autre jour:Qu'est- imroe, e i terl es accessildes a I*l;
ee que vous avez done centre Vaval; simle intelligence.
qu'esta-c( que Vaval vous a fait? Voic utn petit concourse l iiiVt voit
Cela ia'a amend A penser que beau- gie un exemplasire des SSltcs liv- -
couap d'autres personnel, et Mr Vavalt s
lui-minme, doivent se poser la m6me LA lIAIGNEI:'E CH OiiE
question.
Qu'est-ce qu'il m'a fait? Rien M. Va- Au bord a~ 1a riviere au gracieux iurnnurre
val est un charmant homnlne qui n .a ihrnte rob dndenne a doigt indolcnt,
que ie dtefaut de s'estimer beaucoup) lit la laisse tomber dans la sombre verdure.
an-dessius de sa valeur et qui veut en
fire accroire, qui ne se content pas I.'au qui retoit son corps se faith co-me plu, purc.
den imposer sur son propre merite. En I'enlaAant d.ans ses riots au rythme dolen:.
Sl.a creoler contemrnple son busque opulc:it
maisquT rabaisse lesautresd'une plume Lns I'oidc slaire. Et sa profonde chevelure
si lgt're que par moment on serait q
tentW de la crotre inconsciente; qui a Flotte au vent. tel notre tier drapeau rou4e et bleu.
enrco'r le tort de s'dtre enregimnent4 Mais soudain s'mbrunit son regard diaphane,
dans iine certain cole de bluff, d'e- Car sur sa peau divine oia le vent se pavane,
plate, du naenionge, et d'tre atteint a .
Spte, de iensonge, eqt dtre atnitei nt i.- ile sent une main lascive, aux doigts de feu.
wa dezre iutqui6tamt de layvanitd littC'- 1' nrrvcuse creole vibre et perd la tte. S
raire qlLi sdvit & 1 6tat 6pidemique. Et -la froide riviere 'agite en tcmpete. d
Tout cela me fache on peu contre re
iii; in tis je m'empresse de dclarer Cette chevelure profonde, qui Ilotte r
fOil est (at demeurant le meilleur Ills ;I t vent come un drapeau, ine con- I
Smonde.* fond dadhniration. C'est du Rosemond f
Je n'ai jamais eu avec lui que des et du meilleur. Cela fait songer au meat
relations agreables, et on verite il faut himalayei; mai I ot mon ani Jules
beitucoup de courage, un certain est depasse -et comment !-c'est quand S
buourp de I o'art, euraeect dun ertai Vaval 6crit: tel notre tier drapeau
moutr de I'art, et le respect de la vdri- rouge et bleu?a Cela est au-dessus de .
tA, pIour que je le contrarie B ce point oue et bleu Cla est adesss de
de le fire lire magr qu'il en ait. tout va-t-il se
J'avais un grief particulier contre Ot done Ic hauvinisme v-t-il se
rautar des Stances Haltiennes; cest nicer, et qui done aurait soupconnf |
que Madmne la duchesse de Rohan et que notre drapeau a une facon sp c
et des hionmmes de lettres de I-bas ciale de flotter? d
avlent renu son livre, tandis que mo., Et cette eau qui se fait comme plus ci
t confrret haltien, j'en tals encore A pure en relevant lecorpsde lacrtdole!.. t
Ittndr mon exemplaire. Maintenant voici le sonnet que j'a-
ats-ndr. mon exemplaire. .0 5pa
Mais ce grief vient de s'vanouir, car vais rcservd pour la bonne bouch l
1 tsemaine dernibre j'ai eu I'agrdable Nous attons voir ce que pira ort d le
reprise de recevoir, avec un mot su
SOimable dAdicae, mon volume des La Mort de Toussalt Louverture tr
lances Haltlenaes. re
Vous voyez donc, mon Cousin, .que prs du achot deJouz, un *ible groupenmet. la
i n'ai rien avec, M. Vaval. Lr foute es anxaiuse. on a partl vois base,
Ge gete, de sa part aprs les 16- on dchcho ue ne ruiame urd. On psose.
girs critiques qa j'ai formuues sur Qt'y -"-u done ? Oau e re ane *vnement eu
n livre, ne manPue pD d' gance. *mp, a cee me. r surface ni
I. Vaval a eu b eOl rit de so mso- Dea pa ? Est-e uO aouieus .uso mant, P
ir qu'il a ad6 citue avant d'tre ousqudiee personnel a anme fce ., al
Pot, et I Hemb mi e dire : Q 'oa iwaoe mncre s r tIfmce bb nt dr
ai mon vieu! e'est ton drolt I aLcoec.,n "os .- bIae.
car r L Uoiiaion en oute. t "p n-.
S l Ii aurIn... Iolas a d
'r1Usmk a furious t rnrro- e C-.a,. ide
Eh son t a sjii irvar wonent Cat els rp n 1oa c irtih: d'.
M. VO ? le it I Gi- r u o m'o rai
a frtmd pebN d cite dua =c' airqVucua d ati rc anMun -ieMac t c
exe BOT t do amroc in- 6wc r at q'Ist s'p TumloM-. i-' I t
I oevat pmp aSte entam 1 CeSt iciqu'llnowoEhot re rdchelle Iel <
da publc pfat. Nowe nousr somases-b prominesi dans m
vo C d pMo. vle tua. vaT: Dashan do d
aid im fme U&r n it Tom,, v o 1mrL les

Svieux m>ulin, tournt par deu bo.a(s halIetats, Voa dlomed quU
*'r a birles dents les m rissdft cannes, fg, Iq a
-* 50-ir Ct .:SS cris rauques dans I savan e In toldZ
:blent c!*1 d'un afeal morne et ddconcertant. Ww.
lon",r J:s sucrins d.at les branches se fanent L'AdIrinistration due Matin Y ini
S1b -ta;.l : vaches routses ct chevaux blan.s. avise ses abonnftr qe d S reQus
o"n d,-. ca nagiArdiS, so s3les3ini pi 'l* qui leur seront delivrts pour qu
-n. n ant leur pip., le il brAint. abOnnemenlt ot d6uormais tan
*, *a rfh. Las sorawisew. L'Voua qwjase I .in do Mr L6@oxao Augustin. ne
-- ---.- ^n.-..^ tA- T`.-*A 7 '.- ^


LETTRE A MON COUSIN


XIV


POLITIQUE STRANGERE avec toutes ses complications, qui es
remise en question.
II ne serait pas surprenant que cetti
La revolution nouvelle situation ne fit h6siter plu
sieurs gouvernements ou ne les inciti
Turqyuet modifier leurs decisions.Ansi se con
cr6tisent routes les hypotheses que la
-- reprise des hostiliss semble rendre
Des tvenements inquictants et dan- possibles, et I'on se demand ce que
gereux se sont accomplish en Orient : front la Russie et I'Autriche. II est
une nouvelle crise est ouverte et bien done a desirer que les allies balkani-
ose celui qui prctendrait dire cc qui en ques frappent vite et fort. atin d'viter
resultera. On pressentait bien que des .i 1'Europe les dangers d'une contlagra-
aventures graves 6taient dans I'air et tion gencrale.
que l'atmosphere de la politique oriten- l-arrivee au pouvoir d'un cabinet jeu-
tale ttait lourde d'orages nouveauI\ ne-turc a forccment derange les plans
mais le coup de force des Jeunes-Tlurc' de I'europe ct cause ai l'tranger une
est venu dctruire routes les la.borieusc,, impression des plus d&tiavorables. Dans
cominaitisons des diplomats reunis. certain mlilicux turcs,on semiblc crain
LoildrLscomme il a revcillh les m.incin drc que lcs pissances nc laissent main-
ncs rivalites qui semblaicnt vouli tenant les choscs suivre leurs course.
s'attcnuer devant le danger d'uii cor- -Malis dans d'autres milieux, on espere
flagration gtnterale don't .IucIune puis u'utineC reprise des hostillitcs peut ame-
sance n'atrait .onsecnt i I prcndrc ila ris- ner. de la part de I'I:urope. une inter-
polns.bilitc. mention armoc. qui permettrait A la
.lcme au point de vue dcs intcrcts I'urquic d'obtenir un traitcnent meil.
le la Turquie, cc coup d'etat inilitaire lcur que cclui qu'onl lui destine dans
prepar dtc longuc main par les Jcuns les negotiations en course.
Turcs, est peu rassurant. et la procla- outefcis. si graves que soient Fceve.
nation laIncte par le Comitte LUion cl nement provoquc par l-:nver Bev ct lar-
Progres n'est quun tissue de'rreurs qui rivc au pouvoir de Talaat Bev. si ter-
deplace lcs rcsponsabilitcs avec une in- riblcs que'n soient les consequences
:onscie:;ne deconcertantc. La vnritc csI pour I'empire ottom.in ct pour lcs peu-
que ces homes qui viennent de saisir ples qui en seront les victimes.sl vt de-
a dictatuie ont tout compromise ern ncure assez longtcmps pour imuttre a
rurquiedcpuisi9lo,nayantriensu prc- cxtcution ses rt\ves. il laut csprer que
,oir. ni rien preparer pour la reorgani- cct iv&enement ne sera pas un coup
nation dc leur patrie don't ils parlaiicat necessaircment fatal aux espeiances de
;ans cessc. Ce ne sont en rtalitie quc paix, bien qu'il soit maniteste que c'est
des ideo!ogucs av.ugl&s par des tlIco- sur une chance de division entire les
ies imal comprises. ou de simples am puissances que Talaat Bey ct le ComitW
bitieux ne sachant pas mesurer les dif- Union etProgres se basent pour recom-
icultis de leur entreprise. mencer la guerre.
Ces homnmes qui se Ivent pour II est certain que la reprise des hosti-
protester contre une guerre desastreu- lit6s provoquee par des conseils de d&-
e, ne sont-ils point les organisateurs sespoir patriotique ou d'aveglement
esponsables de la detaite .i Mahmoub revolutionnaire,qui domi lent actuelle-
_hevket a ett pendant trois annecs a ment c Constantinople. est une chose
a t6te de l'armee turquc .:n est-ce point plus grave que si cette reprise. vient
lui qu lia Turquie pouvait dem.an.der d 'une rupture des ntgociations de paix,
ompte du recrutemnent an.irchique el ct I'on pe:t craindre que des 6vtene-
e la scandaleuse disette d. ses offi ments tragiques ne se produisent si
iers, cornme de l'inexistence d'une in- I'l'urope ne sait pas prendre de promp-
endance Iralaat Bey est plus connu tcs measures pour contenir les Turcs.
ar son habilete dans le trvqu.ige des Devant une situation aussi dange-
ections que par son experience dans reuse. les puissances. qui se sont unies
:s allaircs publiques.Haki Pacha s'st tdans le but de conclure la paix, ont Il
irtout signaled en degarnissant de devoir de ne point laisser dtruire leur
oupcs Tripoli.C'est Djavid IBe qui a euvre par des homes don't la valeur
fus6 le contr6le financier par lequel politique et les titres i la direction des
tTurquie aurait peut-mtre pu se pr- I affaires d'un pays sont plus que medio-
rer A la gueirt. En some, ce sont cres.Pour cela. elles doivent d'abord re-
x qui ont perdu la Roumr lic. la Bost fuser au cabinet Mahmoud Chevket
e, IHerz6govine, la Tripolitaine. et toute tacilite financiere directed ou indi-
6pare la perte des provinces que les recte, et d~clarer ensuite a Constanti-
lids revendiquent just titre par nople que le changement des ministries
oit de conquete. ne saurait en rien modifier leur volon-
Ce nest pas suffisant de se souvenir t, exprime dans la note collective du
la Revolution francaise et de rivcr 17 Janvier.
un Comit6 de Salut public. Le ter- Ce strait 1 une occasion d'affirme-
n n'est pas le meme, et le people a une occasion danhrme--
re n'- pas la mentality du people et peut-etre d'61argir Itur entente,en les
nais c ctte 6 ne. D'oiu ces re- daspensant d'intervenir directement.
mpteurs qu s ornt pour sauver Ia Mats I'harmonie des puissances se
mpteureuse Turuie teroutris suriar amaintiendra-t'elle ? Si elle se brise, c
albeurse Turquie e ront-ils surgir sont les preoccupations et toutes ls
armes Comment trouveont-Els .- el'imprv. ireren -
l -res rces ncessres pour on- anietes de n'imprvu qui reprenaroet
er Isa guerre ? Ce n'est point avec des I'Eur ope la gorge, sans qu'e le puisse
rangues plus ou oins violentes savor ou ells Ia conduiro
'ils chasseront les Bulgares de Tcha- ___

U guerre va rCprendre avec plus de PANAMAS ..
lence. Alors les allies, voulant en M. .....S t
ir, ce n' st plusdu sort d'Andrinople h Mll onide Solages, 70, Rue
i s..giramais bien e celui de Cons- Courbe, pour tous les gots,arrives par
i sgia,mai bien e e de Cons-le earner teau ranas.
Itinople.des Deitroits et de 1'Asie-Mi- le dernier bateau franIazs.
ure;c est ainsi toute I'atTaire rientale, Formes varies, en tous genres


a sr aaCalll --


I I I LI I II- I -- --







Cors de Boursn
Or Americain 27 o/o prime
ChequesurParis. 1 2 o/o prime.
Traite sur Paris 2 o/o prime
Transfert sur Paris .4 o,, prime
Cheque s.-New-York i 2 o/o prime
Billet de P. $. 2 1/2 o/o escmp.
Nickel. .. 1/2 o/o escompte
Emprunlt i Aott. pair
l)ette Int dl'laiti t191i2 ) 1201o adval



FITS DIVERS
R -'a i S C I G N E Ai ll' rS
OI ET t-, H ( LOG IQ 'J ES


s' ar\t \ 11lt: 2 t.l :'-' '-1VA TIAI
Mardi 25 tfvrier 1913
I t ,I*() 1 ,I t Itl 7 ;111. 1


21.3
30, 7


Tetnperature i; ,.,,,I l
I .II ;L1'ti ,1l


COmaulc~ It di'. K Ii.. tll:a:l;;il". iicr. 'C d~t
pour cC So),r,.t -, -th L Li c ic, re-
g nscntatiwi &- _,1, J., 1: Ic ;.--r it sple ndi-
el. car wltrc 1: 1-.1111 i .!1-,1tio! n el. cl. cs
R vas rd,, ,, 1 I ,1, pr _!r 1firnmocomn-
po Ct IC. 1it iicer-
riere It: -()it, )1, J- 1 )!. '.clwi notre
pron w~. I' wkII i-,,o isd
dotincr !V- il, t ui'
I..a ttl Ie kict.'! :ki wII: .-~i cn 1),ir-
ties vt eli e )a H LbI.
Iu r&.'
icrc jxtltl

heurCIa ,i \ ):c
fleurs.

20 VI.1L_ i tC. J.M
~te heuc~a .I a LI. ..il_,r lV1_ Lit-




4-1 C" -t 1 '11 1 rtc.
2effiC par ic

flUit 6 h taL .i L'S lC (1,-- WA'-, poUr-
reA le gardJa i a p
60 tAbCaII I.1!c A2rc 1.1Li6t11C. 11
v'A fal!tnIr s',ci i 'tarttni: r
70 al.ti', *
9 ta b~~l a '.~ a-V
N-tson .,c tr(,tic a 1 [).%,- :L


Petites Informatlgos Iges-int6rtts et aux d6pens en faveur de Boite a Let tr4.
Carida Pierre, demreurant au baut de me Arrault jeune. Quant A Maurice
la rue du Centre, s'est quere~lie, bier Bouzi::donne acte A Aristide Bouzi,
~oir, vc~ soji arnie Pascatitie. Elk re- son tuteur. de son Acquiteiemeft ort-an.-Princi, le 25
procai~iii clc-Ci son aiidiscr.tii ~ tierce opposition. rejetu I ttin de non Mfrle IDirecteur,
r I I sInt cite it io Areevoir contre s.adem.iude. IaquElle fUm.O d
propus d'~o:w s-,n _- dont elle avalt itt`ettr, ,- ,ndatdi:1, A ,&i;vlltenit-odh
ChO-olijie j :lizottwll"Pattueu ct tralnlc e aiu '- ~ d- o i~.u 'ln~i i it I'll) I., I It"! 111'a.1 nc.irr littosraird'
pos-ue mi:taire. ellt-- avai -A pour el' qUc r ci e de Lit t'1aticrop.ii1Ii eeti-icitbnnt.asaiic,-ie g:
iomo n Pascalntiedqi ctleavait Lit jurerde ii est pAs une cause de nuullit I de LI pro I I t (IC rotuaint-l'UV't~w',
nien rien dire en N-i!c.Plour ni' voir p.s &Cdurc suivie pour .arravcr r i'eecuuiosi. p% oirJ u a a daite du sept AvrIl
!enu.1U son serment. elle recevait hier Dit que le mineur a iintirit pour de- chii.a. Vous iiivitie ainsi tow-iii vo I
tnander Ia nuIIit6 de la sutsie ammobi- tour,; Av y pjrol(O part, par I't't
entioi chirit~ibe de qluc 9 v~osins. lI. piArcc qu'i c .Q 1.3 dr it p-r- iiiampositionen vers oi en p
eant.ii cion icha riti b orle ncc. 5')lilCIqil ticdi[ UuikiUciflent dC Ia (tInioIttde plus 'm n plus en relief ~
1lo.,dccl ire tUSi Sitru iiIC.; c1 frtudu- avSiOiA HiIatt (ii t' Pcrwirseur de notiW
R- ue de I'ligalit, Gillot. caictier Icusci L t rcaiic de B3)L!Zi ibwrttvt (it- dunotre IhArt-peprdanc sag
92 e 111 ,111111t It, q Pr~iini er' tit.i Noira.&
ct Ia nitm*ie Louise sc soint disputes et la pri~tendue convention de 1892 e1 TOW en wiant. A tin haut i o.
cc mlatill. p iriant illiLitc et conitr.ire da Iordre Pu g,b, '0tre 'o:a C...'Uso opt patriotique inj..
Ic i ltier. dont I I crniCurc est re- blic en cc qu'elles out de contraire aus tily', ttljv i,('I14) esi b cbeles 1tii
L.itivenacni ciroitc. a oi lotracte Flibitu- prescriptions des artic-is 741 et 7.12 dui iii )cl;t. la iiHlaCtiouii (f diteatin b
dd- Ic ictc r iir sa fen~itr. tq tle don- c )e civil, dCci~are nut ci de nut elfet jetteiwi i ltc tii t-r utmiwelt' sur le fIc r
Icl jUSteinlCan tsti i11 Ia ma.oill de \line tout cc qUi ci a sitc I suite ou la con- (I1 iotix' pr cj d onotre. race, Xl
A d~ul tI.. out Cc,- qU1 Is [! ;r-.sc chcA s qluec. I:aI u Ic. en consequence lI i r.,.-;-.;., A (I vw ti t r t iadre I ti,.sap.
Iiii. I ,ti IS IC',4 Ccii i- Ie c iziii j' iC i 1ao am uncbil i~ i ct ordontiie sa raidia- p. It -1.51 411 t I V'45oir consacer
dfit`chcts ..htamin as\pi fl .i tiii i. do n itcp..ndan r q quc .i rcance de la. ciT.i 'III' ti4 ) aii IS11' la l)IiIlart (
s I ii c li 1,:1,: -;. 1,) ,it 11 111iV~ivaiils et & )It ia t Ia re 'ificatinA
t c c C Lt lleitt IeouOZI.paur e imul&e, de 4ipu: ( > iic t ir Ic sept AiQ
ItCcl. %L iA 2 II Sici1I&LcL iiciee. CC i ii 1111. t-i1 tslt A *
Sciii une CU'al a dt: u LCLr Ci iie P)- t I I'' II IIP.lt Ie d(1I' tit I': n1 lo,
~1 Vi Ac:i tC i~u ic: V ~ii 2 li I~ r lc~'' t It 2:tre armiCulr e d'otice poiur touies tesL iii %I0.1C( Iiesri'ns tl'~int-ais qii
\cntiof tlic Ia po i~i c '~ci c- : 3tr I piartie-i qacl cii cc qu'elle a de contraieA i t,().lIt *It It Sn- Sit vie font reinonte"
Ji ux \ia I,, (. d c'AU I .I I iordrrc dci sLIiCcssions pirce que coin--;)I triV-s mu i!17 A.4tril 1903. Voa,
Ldan11oiii11 \t.ithacIi c-d .d i_!. Oinic I b'ralt_-, clte est d& pctil dro, at, c ',t -it ii.n3 datte lian len
1,c I\ P.. 11A S ,ioa,- d .iar )I n-. Iircs:rci aite A Li quol.]tl dis,'t)- ible et 1 I' 4o,41 1 4.llt);j iiicipl tlix lustiiwie1)s5
aVn r ALt CO:U ll ile. Rejett ies dom.- (I .iii 4't 4-4 t': i'C)l1ttestall1e. d
-a L I T rr d lc ks Li e c t c u n d a m n ne I m ci i ne t t e l i J` 4 i I-' 4 1 1 1 1 l i s p eu nst id e I' f rf
Lorini ii-c-, I L l :)Ill- -3 )') '-;A1 (tir 41 tvaltiita-reI( Voll s C-te-S, wrlll
11C Lc~ .11 V'-! T~tI b1 i-CIa ti.'dpenls ell faveur de Me Pierre i fti1 4"V iI ie' HS*'f, g
1: A,1 I t')11 1 i d,- 11 41111trtk o ov .tit. oisqul'I
k LIC L Fc r V )t. C rI)D2 i n- Liu dicodirt. < it 41-; +1 411).1,;d(1j'. I A,::.
tlACIC I ug ji i.)&l.C i .z
j des t ii -UI Lco a'.ii_ Iux Le' I ri a failt'L lz aum ile hlo loqU evois l&ttW
Li ~ ~ ~ t- )L'g o\ni ct le supp141nt Pl. : l--lhi:1 'V Srocomninanded,
~i an Lni n dc :.I in 1! StI c sppta it L rrie H1$atti -i .t la I contiance d..
rti( :Vliii qui .1c1 rcr q u, Dorcil Elisc'e, v I.a.thii's qI: j'ai li tConvIiction do:
.\Lll' aaiI ci cVOn- \'F1. 1- IrIl V1 Oii ; f Im i- cetXIet 11cr11'ueil;&
) :I C .1 + I -1 2i: C AAn I p r r p ru a r c d h i b i ta t i o i ( .L i 1 1 d e l i ti I I l V
d I ) i I t % p r o ,r i o il d c P Litit B I ) is ,
''kpticC i-.A ii miIi II~l~L' ~ iiV. 2. scu ~~r~ de Idctit H )iS, d.clac :u'I'.I II'' *wi 11si t .IIi 0t

vl(lrc a ux dpens.I-
U~cluii qui IlOclnoltL~gc 1 c I ,
,c L,< oiao IL couci I defainili des initicurs
21 / 12/ 191 3. \ 1L:\\nteaor, Germainc. :tiiiqua et Ctermen _d-
A .i. c P.cih. Dupont1: I)ay AlleXandre.
-- :1i '" uioi ioniologie ha udi'crl- 'a1. K,
1 ILI'? ml iC w~r lon dIU conseil dc fainillc des i niuneur
)UIHI S1.'SC i coinnissinrc dui tnaiicipt3 .u,,uste Roux.
._. -.1't':85 2 -- V S' lLJ~ll .>1 k \ 616.1i


I )L\ c~rnlcII~Cflt .\. I hb~ault.
LgC:imlnltS rendus
( i-Ti i ii qaC Ics consorts. Hatra-
V H i' L2t Ii'l t.ncn i. rebou(Mrs oft Alcjd Ci
r.L i-i. nfl r: Iii I rj2tttC Ic- Ifl'Wc'1 s
'-'t )CIi' i, iis dcI conlsorts Hw I l ve n-
tarkc'. rOn iC Ic L: :- de o r dol-
tar'. or nfl I K.11 pi-i ct de djdicci-
tion sL1r Ic 1, i nc pic!A quc le irtag
AIi 2S d,:',noC1 litqi cC a IIJ ct

,)rix Ide C) I AC110.IiS

1,1 I,-, A'. ci dcp-:s.
LIii.:, A01ite'S .1flit P1I ce ALI ju-c
1) )11o11:I112 et leI '~Ufmp'.. 11t lL I iJ lh L


S)Illllm o.ll;l -: t Se sULPP tL '-II L IV IIII llau
Hier aprc,-n .1i. ,i n > it ou. ,s pptl -,nt |i. St Rome.
1'automobile Id Mr.. )0:: iA .. nm tce Cl :n q. joint la tierce opp) >tio.
par lui-mct mc, irr-ve i i i i r._ J :l-ort- .I l Il) lm Ami lie Si-vers au j:ig -
Per,a lla )Pla.ic ( CtdA,- '.V LII At Ic Vio- it ,i 2 rvni i 191 dii tribunal ci-
lente colltsio i .Iv:V Ic bI .,- 1 2 1 de i PIt-au tlrince.rcndu en faveur de
Charlv (Coles qui \-CI it I i co Iurc s.2:ls lncinette Bouzi centre le sieur D. A.
et doIt Ie tiru-, r I:n-m !.. lb.uzi. a pro.:cldre cn saisie irnmobi-
Les deux roc' :1 d ,: ,it dc lI voi- 1 ire et au demanded en nullit d -
ture allereit s- bri,,-r :o irc ui des po :.'tie .sail dt qu'il n'v a p s liu i
teaux de la m iis)! dc Mr. F-rJdiiand sarsis. rajectu la tin de nol rc,:cvoir
Fatton. le bug-v t.i littrit lc.n.int ecar .oppos .\ lie Sievers par les hri
bouillt, et Mr. Cliitrt C .)1c. projete., ti er a r
bouill, et r. Clrl l,. projete. is naturels Bouzi et par Linciinette
come d'un trcmplin, .1 une hauteur .Juz ; rcq;it Aminlie Sievers tierce
de metres, tit uiie ;:hia: sur lia tt3e. oppos.nte aLu dit jugcneent, retracte cc
11 fut transport, Cvan.ouii .I '16tel du jug ent, declare simulces et fraudu-
Commerce. So:l it.tt a 0t jug tress s l. cr.i: ie r,:lamne par Laui-
grave. O.i pCut dire que Mr. Orlando actt!e Houzi et'la convention du ler.
ft tout ce qu'il put p.)r eviter cet ac Jutlet [892 qui e: esit Ia cau annu-
cident que nou dplor. is, sincere- e le sus-dit jugement, dit qu2 It saisie
meant, tar on. Ie vit. d nis le, 4- ou 5 se- ininobilire pratiqun e contre Amilie
condes qui prc,:Id-ent le manmeit de Sievers pour arriver 4 son cx-cution
la collision, manier la come avec im- et nulle et de nul eicet, qu'en cons-
p.ttience et fair taire tous les bruits quence, elle seraraa.r e et sa dienoncia-
de sa machine qui taint de nature A tion aussi des registry; ou clles ont
knerver le tireui apeure. 4tt transcrites au bureau des hypoth&-
Iteleclioni des rues q aes de Port-au-Prince et que tous con


Nous publieron- de-n in quclques '.erv.iteurs d'hypotheques seront tenus
appreciations sur les travaux qui s'exe- si:r l.i presentation de la gr.)sse de cc
cutent actuellement sousia direction jug-,nent, d'op&rer cette radio ition, de-
de M. Marsh. b jut: Lancinette Bouzi de tj>.tets ses
Errata iis e.; t conclusions centre A ,nlie Sie-
d Erratasl It v et rejctte Ia deinanded t-te d- It
Iri re de. lire danls la L. ttre A mon I cl d nd d 1. 1
cousin, de ceo our, au 2e sonnet, 7o. Picture et publication da c.atier des
vers busts au lieu de busque; et au 3i charges; la condamne e.vers cette
sonaet, 8e vers ifect au lieu do infects. Jdr arie a a.)oo gourds de domma,


Atfai rc entcndue Ii i'.' sidenrit Ce4
41-'1 ~I4'"jL'4'id (IIt IlMexiljut. q
Merct3-.lc&1: \I hi-K C ) V 1'. IiJ s`:*, iI'Udt
lar Nb skC. tia .ht 11iltIt t L Ia pl'as


I~ir cl~;~~crt' l flalt d ocla al it 1.1 pri
i~~f nd diicivcH va Ii > n ~ii'' t 'is'gne*in'iats 4)ticl
c. c-y \.-su.cssion \crna.IIa till'eii's H ulitIl at
11-11iuiiiid.\Idtro et Suarez avaicrt "
** 11a *Lt 4 I -u till#-, giaii~ea(1 tdittml~l
I u,1i,)cw' 1'a i vi 11* i a tV('VI)IIuSIO Um's 4 tic'iers.
icri ~I'lli tttd'it'iheint'It tie cavalerie eseW,
24 1 13.tliti1-1 vo)jhil't'. Itlisietirs autres aU-,
d c A. SLteA.St-It )!n2ayaflt IIi dli tran~polrtaiejut des sodats. ;
POuF iss ,'.sc'v-urs le Ic ju,,c L. St-I U--tNI-!i- i p.Ucouru environ 10i'dew
,:Oi~i' cti c suap plk ant Incd,2 ugC A.Ill-it) ~ 1 :-',4ix. Iri I'tje't. 4jiwid ti Un grotj)u e d1
Si 'Cit Id.i, .i'ortit (1(!-; rils avoisiinanteOe#
As--.ivrit Ioi Ii ti st-.i Irlultt mobil e.
Affa.rcs caitendues ViIit I ,:ii' ait climatfiti d'aceOVcIcre
Fcrdinand St. (;cr uitu contrc Hiltion I*'e.
G L stalVC 11 1 )(It pll.,1111 [iii uatutres nidi
Pattl MN. Desinor contre V% Ild. I'1". 1111 iiifIlbilt et Sur
Cii tilots (dti~tut) I-li't.'.)I uit c 11 iuiiaflla M
r"I4'ot :iar'cz tU-:iltCr'ent de, fuir et
4.M.\lorpeau conire lernand Rtivicre lo-, o1Ii:-i4.l'r-, CIa l.'ts- Icd leair tran
et L1:. Oriol. La continuation de ceite 4I111'eIlt tii'.'i' Sat:' t'i\.
affai re est renvoyec d quIllzainz. W\ Ii _xiN;-r(o 231- Au mnornent
il opfittait New-York pwar rentrat
Composition sp'clale. \Washinglton11, lec rirsident Talt a a
Z~iphyr. BanhomnmeVatel. Ii it'ii'cile de lit nort de Madero
Contain nation de I'alfaire ,ni xi e V Sllar.z.
Raymnond ainet conire -les Cipoux Elie Le Iln'rsjidert a cxpriinit le
L-timnothc. Afaire entenlue ditfinitiv'e- protorwuI crte lui causent ces
rCr. en .)PtS. II .1i1a iali4III que les
Wdl popullaire Vis avaieuat faith twit c (lI1'il ltait
silble Ipor satiav'e' la vie de M
Comirane liotis l'avionsl ro-claiatl der- iaisluc sa umwt ne constitaidt
nlucrcment, it y aitira di'iauain soir, atn tine i'isou1 surti .aaate pour les
llarch de(I Ia Place Vallit~re, a I'occa- nis d'intervenir au Mexique.
si1) (Ie I aMi-Carti-mv, grand bal popu- Lo-xiHE 21 24-s journaux
laire. inatin dtinoncent le ineurtre de
Avis aux intesress-s ro et de Suarez comme ha
insens6.
Samedi, ier NMars prochai:n. A midi PARIS 23- 1i. Cochery a offert
prel.is, aura lieu irr.vocablemnent. a soir un diner a tM. Pointcart4,
1'1-6teI -Restaurant du Commerce, le u- assistaient M. Klotk et de nom
rage de la rafle du beau cheval rouge personnalittss parlementaires.
;de Monsieuw Fish. PARs 2n.- La question bril
I'lleiure actuclle ett la ntkcessitW
to d'augnmenter I'cffectif de
I'armttii rranlaise de d .o YU ho
Oit denuemdes ot i en juger livir l'ophiion p
ulkanim des experts miilitaires,
tourA Ia loi do -!rvici ded t
A a rltea uIn bireati semble 'iinposer.
De PlMs le zilIe snilitairo ei
,ottiloricaj d'ue -Asio0 1 eat aiguillonnd par ractivit&d
4esr'iuae ak 4 6ne 64or pihi dab
~)'rdlessr LIUDM 440 d 4 Q&d4&w pourU