<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/01703
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 20, 1913
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:01703

Full Text


Arne ll


M-. (Nd)


JmQ 20 VMrier 912


06.iS4AG LOIRE.


pOKRT-Al-I'RINCE
Un bVol. *.........G.
Troia kols........*I* a
I)IPABTEMENTS:
,j0 Idoi.. ........ G.
irol io010 ... ..
Eki BANGER :


Isio
5.00

2.20
6:00


Trois oole. 9 G O. .G W

LX NUMIRO 15 CENTIJMU


7)


QUOTIDIEN


RgDACfTI)N- ADMINISTRATION
8, Itue Amercaune, 8
L~a ammaces semi *eesrt:
A PONT-AU-PUINClk : Ai buret z J'it, IL'IUN&
A PAib : ;hen L. Mavence& C e
9, Rue Troncbet
A LoNoaISs ciez lNMM. lojon F. Jones & (7
No I Snow lill IE. C.
A HEDLINw. clix R utolJ Nlosse
S. W. 19, Jer-o-aiciner Strssc 4649
A Now-YOax : UnivcrsA1.Publki:ty Lonqan$
4 5V, cs't4 c a Mtr54
Lc, mAnub.AitS UL,. u~i nn ul IT r

Abonneients Ct itc:C un.. pli'.ibles J'Avjne


Contes dii


LE RICIT DE


-Je vous jure,' Monsieur le Com-
labire : j'etais loin de le prevoir. Je
fiwtrisle soupcon de rien. Est-ce qu'on
soupconne [ an e de mal fire? Et
L'on ne pouvait refuser cette tpithete
ia ma femme. Ia douceur d aucune
aautre n't'galait la sienne: dans ses ma-
nitres, dans son language, elle etait
parfaite; ses traits de patriciennme ti-
Ilide et flere, si mervailleusement
beaux que dans la rue on ne la croisait
pas sans qu'on se retournat, t'elttaient
Ie caline d'une conscience pure chtez
lule teminc vertueuse par temprait-
ineiIIt et nde creature d'Olite. Qui ne s'y
se'iait laisse prendre?
Jc p,)ssedais Flavie depuis deux ans.
J' tais lienreux. (a se paie assez cher
aprts. le bonheurqu'on a ou qu'on croit
avo.r, pourqu'on ne regretted pas d'y
avoir c-ru.Mais, tout de mnme,on s'6pa-
gnerait, ici-bas,bien des misnies, si lon
s ilnetiait un peu d'etre trop heureux...
Etanit Ieureux, j'fprouvais le besiri
sinl)o de le crier sur les toits, da
IImo0is de le confier a quelqu'un. Et ii
parait que cela soulage, come si la
ftiicite constituait un fardeau; ou bien
Iput-Atre, est-ce le secret ddsir de se
faire envier. Que sais-ie? Moi, avec
ma nature expansive, j etais d'autant
plus vivement tourmentdde ce besoin-
li. Je fus enchanted d'avoir pros de moi
I'homine qui devait me servir de con
lident ideal, parce que je I'aimais et
L'estrinais par dessps les autres, un
j ulne ani qui m'etait plutOt un frer.'.
lostruit, s6duiant de bute sa person-
Ie, deja c6ldbre au barreau, quoique
june encore- trente ans je I'avais
toujours connu loyal et sincere. II fut
dotlu celui a qui jouvrais mon coeur.
Jo It.* echerchbis, et c'etait toujours
poltr lui p Sp~ e ma femme. J6tais
peilt-'tre ridic"o : mais je ie m'en
'per''evais pea. Cdrtes, il restait froid,
Ic Iplus souvent, sous le flot de mees
**Ilculbrations amoureuses, et se con-
te.itait, parfois, de quelques gestes po
I's. Mais que m'importait. II me suffi-
sait de pouvoir center a quelqu'un mes
joios intimes, et d'etre patiemment
t'cout#'.
Rav rals, reeu chez nous comme un
frerey venait chaque jour, aux heures
oil ses travaux lui laissaient quelques
loisirs. Mol, je passais une grande ar-
tie de mes journ6es au dehors og je
bricolais ferme. Hd, ne fallait-l pas
Inaintenir notre situation de fortune
et in'ingnier A l'amreliorer pour que
pas une fois le d6sir de Flavie ne
souffrtt de n'Atre pas satisfait? Je m'at-
tachais ia la vie par elle, ma vie Btait
en elle, et toutes mes pensdes, toUtes
Iues pines, et tous mes efforts ne ten-
daient que vers un but: son bonheur.
J'avais voulu dtre positivement son es-
slave, dans ce que ce mot exprime de
"Mjttion absolue... Ah, "idiot! triple
idiot!... Je vous demande pardon, Mr
le Commissaire, de vous nfliger ces
details. Vous voudriez sans doute qne
J arr'iv au fait. Mais tons ces souve-
nirs m'entralnent : C'est plus fort que
noi. Croyez-vous que j'aurai I'occaon
de les revivre? Car cest fini, de6or-
urais, bien lni... Done, voici :
II y a quinze jours, je recus une de-
pchcle de M.. .in ville natale o4 j'a-
v.tis laiss, de vieux parents, m'infor-
Inl:lt qu'un mien oncle, vieux celiba-
taire enrichi dans le commerce, venait
dli dbedder, et qu'il avait recominande
'qu'.pr'$ sa naort on lat son testament
"* l fni preaoe. Cet once, come
tous les onles c6Ubataires, 6tait un


Matin 1 ver. Vous l'avez sous les yeux, M. 1. Ie ien. (qu'il m'eln est resi 1dI' la cervelle
SMatin B Conmmnissaire. Jc me dis:- Ce brave aux dloigts...
amni, par dedain de ses advIrsaires Pourtant, je "'ptais tpas i pliircom
qui le dotestent et Ie craignent, et In'ten iiettre' cvette llhorerCI la. 11101. Non.
A ont que plus fdroces, ne veut point s'a Nlais q(lue voulez-vus, Monsier l
LAFFAIRE.... cheter une arme. C'est pour inoi l'occa Conmissaire Je I'avais aimne. je I'ai-
sion, tiens de le force A porter celle- mais trop : Et alors, voil !...,
ci, puisque je la lui aurai offerte.-- AR LCOU R.
a endurcie le voyais de raresUn commis obs6quieux me colla oI'b- ARTHUI L.EsCUI.LAIR.
avare endurciJe e voya de rar jet, non sans 1'avoir, au prealable, et i
intervalles. Aud6but de chaque a;.anm. mnalgrs mes protestations, charge del -- --
ma femine et mot premonis le chemin six balles, pour sn inontrer que C.a
de fer pour allera luisouhailerbonne, iraittout seul, le cis clteant,. Je con- Correspo dance
et, nous nous en retournions par Ie rus a la gare, et nous continuAmes i,
m4me train. II m'accueillait totiours rouler. Je m'approchais des vitres istr iqtte
en grognant, tel un dogue, et pous- pout voir Ia campagn'e qlli fuvait der-
sait des plaintes de miserable, sanls rire nous, et le soleil qui des'entdait
doute pour qu'il ne me vint point I'i- & travers les arbres, rouge d'iri rouge
dee de le taper de quelque argent. Ce- sanglant... Kingston. le :-) Aot t'3.
pendant it daignait avoir certaines prd-
veances pour Flavie. Celle-ci parais- Ma peiisdte se report vers les tre.sr
salt lui roevnir assez: le contraisr les plus cliers entire lesquels kma vie se Messieurs, -- J cris h tice vous
maurait bien tonn! Cez :tait le contre partageait: ma fem ine et heno alni. sii~gi'u''r1 li t Ist'e dt, inOlIllt'l I pour
la seule personnel qui eait eI poiloir Quelle b)nne surprise allais-je leur' fai- Il r'.vol.tion deis cot iissairils ou
la seule personnel qui caract re ponir re, en leur apparaisisant brsuennt, agents slp(ciaux q i s. ri'tidronlt prts
de rainollir son caractere reveche et uand its ne s'attndaient e des (; tendu. Elle captivait les plus farouches. utrarn ils ne Is'e ti t ii ( plaEtts tr note
Aussi bien, je ne fus gu re surprise, Or que dana trois jours c le. M a. lse .detl ,tetr de io.s tail adinet-
qupnd on ouviit l i- resse; d(i revenir, ja %\.iak exltlit e- I,, 'atlie. ti telitel' le I,, as tair,+. atltet-
quandon ouvrit le testament, dap- raitds le plus vite psibl, et. tre slr e t pied de b.-lligraiits. s~Ii.
rendre que mon once avait ddsigIn' dans I'ide dune jouvis espi ie. btnir de .s Puissances dtrant`gr'.ee
Flavie pour etre sa legataire univerJ- j'avais quitth M... sans evoyeur le tl- ,'t ue eutralitj qui ne p'[.llnette il, a
selle, en lui laissant une fortune qu'onI rai is a Votre ennemi de s'arlwlr t.out a I'aise
peut 6valuer it plus d'un million. Ce grainine promise lavi. leur territoire, tanis que tu
n'dtait pas mince ca, un million. J'.- A l'arcivte, je laissai Ines bagages ia cntinuerions, nrous aultres. A Ctr' tral1i-
tais ravi pour elle, uniquemeut pour la gare et me lHs deposer, par une v0>- tIs couine de siml),..s ribeclles
elle. Dans le train qui me ramenait ture, non loin de imaporte. M'avaiicanut, 'rene d'une tell lads .ion |lui ne-
chez moi, je ne me poss6dais pas de je frauchi la grille et In'arr'tai, I" nots eclapiera pas.ii'ictnli e-
joie, A la double pensde de la revoir, cueur mn battant trts fort. Ju jetai 1'-s ia; 1rer Ipour vons les iac- ie- ll t.-.
et de lui annoncer la bonne nouvelle. youx sar la mason : les fenetris on- ue o us voudrez rOvl.tir e \,- i-
Durant que la locomotive me cahotait, vertes avaient leurs rigdeax tires; jei gattres si v'ous I'es agrlt II iii,)ite
je btissais pour elle des projects splen- ne vis Ip).~onne, je n'entendis pas ut cos pic s in- sol i' ,Itne..s
dides. Elle aimait le grand monde et bruit. Je marchai jusqu'au periistvle par premiere occasion, je v,- ldire
le luxe, mais le luxe et le grand no1n- pdnetrai dana le salo: mnon chien Iox par packet du2seiiterilire-, j ,I.-hal.t
de de Paris, le soul endroit de la terre, isomneillait sur un fauteuil. A n1 vue. e n e6td. jte 'rt i ttile ,1lrl *.;**
disait-clle, ol I'on goate r6ellement Ie il court a moi, et jappa de cont(eit- poir envover la prei.,r ni,-,,0.1 a3n
plaisir. Un tantinet romanesque, elle ment. Mais je ne sais p)a-s Ipourqi )J Etats-.Uis. in d otest. citre
aimait la po4sie, I'art et toutes les ma- le fis s tire, dev\nu vaguenm *:t ati- 'arineient de la corve,.'tt'e hIe Mr Sa-
gies de la civilisation. Elle passait des goissei. Je savais heures et des heures a en rabacher cell oif Flavie lisi.it, das seA appal- edition. 1 se peut nne I n-
avec le petit Raynals; et je restais hi, tements. Je m d rigti done les ta- mlnssaires parent d'ici avanlt larrivi-
moi, quand j'tais IYr hasard de la pis amn),tissaient Ie- cio de llne pt-. (I leurs pouvoirs (ui. dia-, cc cap.
conversation, l'air un peu godiche, ai flout-a-conp, je dressai oreille et tres- leur seraient achelninirs.
les 6couter, bWatement, come une saillis. Un son dtrlang'e, insoltl, eia- En pregnant les dtlvanats. .. Mes-
brute, ruminant interieorement mon vait rap. quel hoe, qe ius ppareront Ie terrain pese
illusion de bonheur, n'observant rien, chose c n lU:1 s011p,(ir o ()ll)i n plai- que MM I Price et W\. lini-kI. 111
no voyant rien... Ah! sacr noin d'un... te... avocat d'ici, accelpteront dei r,'e.-n
Pardon, Mr le Commissaire, pardon... Flavi.- serait-elle souffrante, inl;i pour nous cette iillporttalte iIIs.si ln.
(a m'a encore echappe... c'est plus Dietn, et sins personnel aupres d'elle i. fo' 'tefois, il est b)1n .e laisser leii,-
fort...Je ne peux y penser, A cette abo- Affolld Ipar cette crainto', je bondis .lsr no1ins en blanc.
mination, sans entrer en fureur... Mais la )portc. Mes forces se decuplreieit Veuillez. Messieurs. agrI,.r les st.'mti-
je dois tout vous raconter, aller jus quandl iI >.1 poing s'y arc-bouta poin' nents der ma parfaite c4n)sidElratiou.
qu'au bout, refaire le calvaire, quoi!... 'ouvrir: elle se brisa, et je m'tlancai...
Et alors, je disais... Oui, elle adorait Ah! Mo:Nsieur le Commissaire, vous n. .tI. IPA l.
ces choses, et maintenant que la voilA pouvcz pas comprendre ce que c 'est S. joins la p ente une
riche, riche A million, tous ses revcs que ce c up que je recus 1a, en pleine l S. Je ji s i I ir Prt ce
allaient se rdaliser, comme par en- poitrine, si terrible que je m'tonn, rlettr'e explicative d Im' It. P1ice, le
chantement. voyez-vous, d'y avoir survycu ou de rtmdacteur de ces docullelnts. stir lei
A X... le train s'arrta, pour vingt nen tre pis devenu fou...- La v6rit6, fornalitas qu'il iInmportc e replir
minutes. Je voulus en protiter pour I'horrible vdrit, mn'tait apparue!... M I pour en assurer la validity.
me d6gourdir les jambes. Lestement femme Flavie !... mon ami, non frMre' Pice B
je sautai a terre, et j'enfllai les rues de Raynals !...- Je poussai un hurlement
la petite ville. II ya un an A peine de douleur, et durant une second-. Auxr.lfembres du Conaeil r'volalionaire
nous y avions passe, et le candid et j'eus la sensation d'une chute tperdun., de I'Arrondiuemeat de Jacmel,
lumineux sourre de Flavie y avait lais vertigineuse, au fond d'un goutTre...
s son soleil, si vrai que ce jour-la, Cependant, non, je ne tomlbai pa-,. Kingston, 25 Aoot 18I8. :" I. 1,2 a. an.
apres bien des saisons dej&, il sem- Ma raison chavir6e suite nent coupM
blait l'clairer encore... net mIIa souffranc. line rae invi- Messieurs et chers cncitoyen, -
En revenant, ie via sur mon che- ble me secoua. Je mrenteadis crier je L'heure indiqu e ci-dessus sera jige
rain beau bazar don't la devanture ne sais quoi, des mots incroyables ,t par vous, je 'espere, ure excuse suf-
resplendissait. Je pouvis dispo ser en- sans suite, pendant que soulev par la tisiate de ma brusque entree en ma-
core un quart d'heure de loisir. J'eus jalousie et la coulere, ta tote plerdue, je tdere.
'ide d'entrer, pour acqu6rir quelque me tatais, dao .es!t machinal de celui Je terrine a I'instant une series de
chose, n'importe quoi, que j'apporte- qui veut agir, tste:idre ses nerfs quand documents que 'ai r'ddiggts a vot're in-
rais en souvenir ma femme et aussi memln... Je trouvai cette arme que le tention et don't M. E. Paul vous a ex-
Snotre ami. Je ma decidai pour ce col destiny m'avait mise entire les mains, pliqu6, par c! courier Ineme, la na-
lier de corail rouge que vous avez IA, malgr6 mni... Li nacre froide contrac- ture et I'objet. Je nai done qu'a appeler
devait vous. Je me rappelle bien pour ta mes muscles. Je via rouge. Tout votre attention sur les formality iA
quoi e choisia cette oouleur: parci amnn etre se run vers le crime, vers la remplir au cas oi ils vous agrtent.
que, me disai-je, cette journey devait vengeance Etje fls feu. Je fis feu 4ans o* Tous ces documents sont des co-
6tre pour Flavie une journey de oie: le tas, sur les deux corps fies de sur piesa relourner d Kingston: il vous
et nestt-e pa que le troue synboli- prise et d'pouvante. Ils voulurent s'en faudra done en faire prendre des co-
ait bien mon 6tat d'Ame? Mais it sym- fuir: mais je tirais just: ils retomb- pies pour rester dans vos archives
boliait ausi autre chose... Pour Ray- rent dans leur sang... Mes six balls y come originalts.
nals, j'blsita encore, entire je ne sals pasABrent, Monsieur, touted les six et 2 Lea deux dcrets ne doivent pat
n uq articles, quand mon atten- quand i n'y ean eutjplus, la crosse de comporter de signatures original.
on fut attLrie verl ane vitrine o& mon revolver ma servit .. Je me mis A sauf cell du e secretaire signant par
brllt Ia nace d'ua croes de revol- corner, comm uan sourd, tant et si -mplietion rai laisa4 en bloc lee noms


- -L 1 I c I I I


1111 II III -Mello







4" oen w du eomltMal"W
pine q )q u sa 'en .1 p" Is Ihae souaS I
;ain et ii eat trop tard pour la cher-
cher. JO rdpsrirai cette oulisuion quaiid
Vous les aurez rt'touriaies. Si A otls n%_
Yea pas un diec reca-"earl du Co-
mite, i iy aura lieu dien nouislsnr uu
pour ct dfet: Ii t aI etI s.IV IeIU cA
NORt nim I'olhmine de o elite nol iiitufleie
U serait at Att'sirer iue vousu avez pua
cet emnlploi ii m tnt&Jgio1il m iio tokte auLir
persvitIet? dont la sigiiattnre soi t coml-
ine aux Etals-Iinis. II siguiera Is dt'-
crets au bas tie la dlerilnAr4 page cuin
me e'est itmidicpit'i et il garaplif I,-.
pages l)1ec(iientes. A I'Y-g;aranl dtie I'atuii-
je vouUs eoiwommai ide djf Iii om* %4,ll ,4
efforts pourr obteiiii uiat.i Ia sig.iat irt
ba., doco dt-
uleti s odrt aipt IVi.f. p r I, G l. i t Ill,

infA. 1 Si c(41dso.e Iint uli.alis,- luimi- tiii i-i
Possible, Stit pal.li In llitilvl~i- )1 Ii,*

cliez (it, lairo alidlnr 42eittt-,ii
ptar mai awiit ui -.i ( i ti ( vr4U .\' ( '\I

gletu r ) iiii )I ~ ~ ,~j 4i'i l'd it /SI 4.''


qoue lithi]4s'411 Ifl' 1
Ia ()1i~ai~-t *~ q eIII,,. -,it t i 1 i t i t,
a u x 4-1 411 '. 11,1111



v.I' 'i I (1 1 I. i ..,i jI iii ~ I ill I


la cI~t- 4 ii *' "I*l t OttII iI i,. I
tnu I, 414* 414,lr, I;, I,, i I fItrl~ It 4,

(1. l ii ii li I 1.t


til t ItllN ItI. l I I't


%7111 Jll-,111 I~aIli i I t'11


SI'


~i '.4

4 II


(I~lt l,;I1'; ~t. I I, I.. 'l' L1 I. vt I II


ii )t it lI Ia II 1 1t ~I'iI4 1 *I


11 to pa ra 1:.- 1 i .- II I I iIiI 1 11 tiIi
bit411. jkt* '1401 i,, 1 1 '4 -t114114 1 i 1i






dem'niwrs ie. p uI,.l\ tit ctirtccrill~t.
QUO I it I I t-III Il t'- ItIi i t 'II III 1 -

de I l I t rIwtI i t I -I In
ne loi dii Lt o ttI-tu-t I Si 111), I i i L 'I (f (14I
darers frmIl a\i resido re.
Siors i it I- mx)11\ t lisju.41sit(iIi-s &tIi
cc Sejis, tauic ti. sallea 1ce d4t1
lilt- lit oit ilt lhiIIII' t W (tillS 14' iloittll
bulletin ci-idIssis un r .'titl4lllqe.
Veuillez at Iit r.iem IessIers Iit its
concitoyrans, iiIe, tsuramicc 0de1 4Ao rls
pactueux dr ouer alcmainen PU

Pu~.eeC
Vou- dars L' 'Jcklo tie s a Rrpeolluio 'a
No 4. le dtlcret par Ie4uel a w, dIe d
blentin i de soumuuisusires sltciiux au-
Veu pes t ;ouv erlMnents et rangers
conuF lhtc\over Ia racomrnais!a d ce de
nos droits co nire beligde ra Rts. (l)&
Net l nOtat 18pa8-. Ecao du 2 asouUd




C iers da ro issue
Or Amtricain 262 o/o prime
Emprunt 16 Aoft. pair -
Cheque s. New-York1 A. olo prime
ChMque su r Pa ri s. 2 1,'4 o/o prime.
Traite sur Paris I1,14 o/o prime
Transfert sur Paris 3. 3 1/4 0/0 prime
Billet de P. S. 1 1,4 o/o escmp
Nickel. /2 1/ 0o/o escompte
DvtMprov. d'Halti & I1 aj olo adval.


I ---. .-. -


FAULTS DIVERS

ROMiBEIGNEMENTS
Mk TX.ORO LO Q I UES
OBSER VA VTO IRI
DU
'it- ieWI.N CWLLNt* SUMAHRTIAl
tL3:-r3-li'19 f 1fvrier 1913
llaro..aaitveA mldi 7461.6


rernpera ture 31,9imu


Moyeisuie diurne 24,9
(:iii cVti iip- pdu;nnt In jotI Iule.
Bario 11.11-ee en bafls~c.
J.SCII IIEII.

C i~l it-t It'Ii 1e1- It. li phis I ii
li 11,IIer sait., ..,I h lel ro-st-t'dittirl



ci' 2iI~i. I I Ii- jul4)ili imetc Ii. bitgill-f




uI I- II.-11i it'tii'W
1 Il al i t C ;I -a ll. DIII 1. ) 4 1.;1 I. *-10:




lit2-iIl. 1 F 1t4llt 4I.
S1 ,'iltrum1rt l iti l

I:1 !Ijl,( I t ki q 01d It 'I( i t 1 t.,
N I I









II 1I i I' t hI 114 *1I 4 l I'd.
v, leI



















;imc' Mai~ict'iti'.it c

t',ll~' ac.lI.tit MeMillcJI~' (`)resie et
l1 1. 1 1i1 31 1 at 1tt 1I def'Iein li
















:e'Iui iili'tije'1it's Itsl~ courrli clu
.'I lt' lu'i'.'s~; a Iaurl~ljctl(~c e't cnIc'S~ corl-
I 'llic~ I~Ies tlwl-l 8 Ic'ttb" (14c)j)g~)OitiOfl du
h%- .I i iI-)2. In wcr)ld\ l -ive ax
4 :'IuIi(I 41111 tini~'t! ur~rc~~ev1lo vquaInt

IA' giiletoI cilaelizd li tIn )7 tre Ie n

.ti~l:' .\ (~ilu'.'iai- (rSa'tl rcnl'ierieLoi
h-ill,_-i'e L.eltid











(:Itlt'llllt MaI;Ii~luI1 c4)ntl'e Mine Vve
Muarciuts 'Thoumas;?. IA! reste do r'audien-
Cc1 1:(11 C! IIl)rV w hi des lixations.
Al~(ieueeC cae'i(leda' snvurdi 18 Fi'jrier,
P sideigui'vi%. 1-(-,hir ayant pour as-
1 1s1e111' he ju n ii. Ionihomdme et ae
iap1ph 111t dI jI1 1e t. it uilh, assists
dum substitut J. JCan-Bdaptise.
AtiAire entendue
St-L& ` ger Perrier cont4e Misena Ca-
det ( D~t~taut).
Vu Ii nhalasdie du judge 1d6phir he s&d
4 a u~tu he3V~.
Fooib~iI
in leita1100e lleoriire ilne' aq
.l4:it i 'I1i cr,11 (Ii-tiaui-the prochain. qat
0 t1r t11e h jeAnt's i oinMiS sliour a(n te le
FL niti dn SOCIL SptOrliVem ,vMilineu-
e zltie't' seS mplus kirted ef trixat Ctin.
Aitlet c ,atim....4-t ,za hc'I' de Ine-
Prot514n qui nious est at Jerte (:id 0 It"4pua-
m~r &iu i)uhIt' son ~"qutipe.
(;SO P-die)) vieb It-jEu g Paul, Co t Un eet l
Jcehleni avltit dtc'huintema' dats Ce' ln.atucin
suppettstcint, d diblige Gle de glhardista








but, aura du saenag-Itroid, msis un jone
Vu ka. ae ldie du juge a3oc le malnW6
Lort Jupiss sportve Haliewit, qt.


2015


Jeux ch arm mnts confr&res : M.M. Char-
les Brooke Smith, du Wasbinton Post
Ed et Charles S. Smoot du Wasbinglan
.Post Adv, de qui nous apprt es avec'


I Arrires : Iuc MItcnHu qui fit bonmn
figure dans la rencontre AC-JSH es
un boll arri'rte.
CHARI.ES 'ii i;MTHII:: est it sa place,
appla):udi ih' I | st dans la dernitr
parti, salnr.t I iin tlice .uaunx petite
avantspleints (ft pin)litrjtion dt 11VAC.,
I) Iut : ZIIl'11111, jitrt'" nliOVOll.
JUnS.UAN (Ctetre) ioueur le ger dul
podrtant il mnorctuan lPf resistance de
onze.
- TIMOTHNe a hesoha de se perfect
tio..ner, '
Au.etsl : C(:InIHI.TOIr joW1 pour hI "
Intline. et non pour ses couleura.
MKNTOR dobbler personnel
MANIGAT, b:n jolteur, manque das-
su ranl(i dans stes coups de pieda.
)Docu:(, excellent capitaine, beeu-
coupl de souplesse, manque de poida
e*t ln I pen distrait.
I)-i.:L n'a pas d'entrainerthent, nous
4tlie'ic, s aulssi I'4(llnipe du BVAC.
Interv'iew'-. sir I match, le capitaine
i Ia JSlI renpond : Je compete beaut
:'.P; suri111 ms Il' o iitnes, car ils ont la
l:)i. .Ie s-lirai exit'r dI' mon 4quipe la
(lisitilKiit,' et la courtrisie irddi-ponsa-
ldes A tolit inutell.
Petites informations.
(; itnl scavi(lale,, t icr martin, pris
ni)nlin'' .Allini',t I).'c('3stitre, accuses
(I'avoir vo\,Io (s pla:tllies destindes aux
travatix di I I'wal fi' I'lnterprkte qu'on
<.st 1n train el1 rO e onstraire.
r'rss. dft. itestiolns.il d6nonca,conm-
in t'cOlllli''. III IiI'llliSiel du noin
It' iDniasst.a (iii lilt fat pas cependanl
[: Ir iisilivii. t11ne -ll(jlllitft4 solninalit irt
a;vaitt pro live iliil avait acliett les
>itl e' s I,' b4 ito l 'foi. l~t prison, seui
.\lian .' s, rQ'0 pos des poine.s t'lil
-ie0st (Ilrl it'!iii'<, lgjantm du d al d'Ale-
iidr. I.]'g.'-.le place St louis, *'pn-
:.tit Ili'cr .)Jt Irc' l :npte det sC s lamis.
A)i sulist' Il l i ctal <( i'elle s cco; i tde


h4sil ior < ti iuth I))ll gn ilt l ni, die re-
;lltir dl'ijli jpas, lpis de tieux et enHin
I1I qagin.r la I riett. Poiursuivi toutte-
i is pitr (:ltinence, il dut s'enifnir eper-
I:i i'it d(ls la tunit, revolver aiux
1>is. Les spectators interdits ne
(',):;IIWrnaient rietn aicette sc tIne IIquandl
11:1 Iutlstlic se't-cria : aA la mina!/sye!
.li:,ne, 'e i'l ,*oe po', 1 )'sili,' 0t li-
minmme ., ,la dit.,
Assiiriiilioin Ilailti nm

de Bit'fl.i :; nice
Hiler soir. au local de I. Chain',.re de
Com:ncrce,lcs membresde l'asso:iation.
haitiinnc de Bienfaisance se rcunis-
s.iicn p.)ar r';pon.rke A la. co'i location
lance par le President d." cctte impor
tainte association. Au course de cette
inttressante reunion qui tut marquee,
cornme les precedentes, par I'entente
cordial ct le desir com:nun de bien
fare. les reglements interieurs ont et
votts et le bureau former comrre suit :
President : Dr Edm. Heraux ; Vice-

president. Charles Sambour; S -cretaire
gCner.il : Louis Malval ; SecrCtair,-ad-
joint: J. Simbour; Tr6sorier Dr L:i-
martmne Camille ; Tresorier adjoint ;
T'hzelus Dossous.
Le conseil d'administration est com-
pos6 des membres suivants :
Seymour Pradel. Volcius Nerette,
Henri Prezeau, Remy Bastien, lulien
Dusseck, David Borges, L. C. Verret,
Emmanuel Moise. Edmond Polynice,
Augustin Cadet, Muley Garescher, Mo-
ravia Morpeau.
A la fin de la seance, le membre Vir-
gile Decatrel, pour apprecier les excel-
lentes qualit6s du membre Volciuas N6-
rette a qui est due 'heurause initiative
de cette couvre de progress, proposal en
faveur du fondateur. un vote de fe1i-
citation qui fut accord A I'onimanite
et par acclamation.
Nous pr6sentons. A ce propose, nos
plus vifs compliments autgeneral NC-
rette.
Une visible au r Malin a
ParIni touts les satisfactionsaprou-
vctrs par le public Ptrt-au-Prindcen -
I'occasion de farrivie des aimables tou.
ristes. nlius a\'vons C cu. clle p.irticulireC
ie recevoir, hicr apre's-midi.la visit de


A I'Eranger

Co.S'rAN rrioprl.' 7-- Le quarter u
tour de la mosjuc Sainte Sophie ac
en feu. Jusqu'ict cent cinquante aI-
sons et magasins ont brul6.
COnSTANrtIOPLE 18- On s'est rends
mattre de I'incendie qui menacait I
Mosque de Sainte-Sophie.
Environ cent maisons voisines de k
Mosque ont C6t dc'ruites. On ignotl
le chitfre des pertcs.
Andrinople a subi un bombarded
ment violent dimanche.
On dit que la situation autour i
Ioulair n'a pas change.
BaBGRADE t8- La Serbie a envoa
aujourd'hui trentc d. sea plus gros
nons de siege A Andrinople.
lies auraient I intention de continue
le bombardement Je la place slans i
terruption lusqu'a reddition.- Pi-
siturs quarters de a ville sont en flta
res, et les Alliees prddisent la destrc
tion total de l place, si les I urcsr
fuseut de se rendre.
Une colonne bulgare savance peri
forget de Belgrade. A I'ouest do lac DI
kos dans la direction d'Ornauli. I0
Hulgares fortifient les postons sur I
hauteurs A I'ouest de Siviaklfie.
VmIRN.N t1-- Une depeche de Co,
tantinople au journal *Die Zeit s
qu'lEnver bey a dtc tue par les assassin
BER,.IN I8- Lvs amis d'Enver b
ici, pretendent avoir recu un tl66gra
me du leader des lIeuaes Turcsads
anat un demta ti foraedl A Ia r&


= -- 7 `.. ,, |

plaisir que Mr HenryO 0 s. d V.
York Ties et sa famille 6taietm i t.
les 5io tourists.
Ces messieurs voyagentpour le WWe
hington Post ct font parNe du Syndi.
cat de Ii Presse.Ce sont des amtricainj
tr symn,,athiques. d'une exquise court.
tqisie et d'une distinction raffinke.
*Nous avons etC veritablement en.
cbantes de la longue conversation que
lous avons eue avec ces messieurs. l
nous ont dit, entire autres choses intl,
ressantes,qu'ils ont flit visit au Preti
dent Tfahcrde'Auguste avec qui ils ot
eu un entretiea d'une heure an
bou: du quel ils n'ont pas pu sed4
fendre de 1'impremsaonqu'il est tel qu'it
avait iet pr6scnt& par le a Matin s.
Er, charmanta, ces mssieurs nous
ont confiC le plaisir qu'ils eprouvent
visiter notre pays qu ils ont eu I'amabi.
litt d'appeler le plus beau pays qu'il
aient'ljmats vi.
Ce fut sur ce co.nplimet don't notr
.lirecteur, empress, remercia couroi.
segment nos aimables vis'teurs,avec1m
sourire habitual, qu'il leur exprimn I
confiance qu'il a en leur loyaut, ,
demandant a leur puissant journal
se laisser conseiller, quand il parole.
d'Haiti,par I'impression agreable qu'ib
,nous ont communique et qui nous a
fait tant de plaisir.
Apris quoi,nos remarquablesconfrt.
res prirent cong, de nous.On se separn
avec la plus parfaite cordialit et nus
rce.tAmes, vous, sous le charme.

Is. funri'lraillehs de Iar: F'raiw.:t
.nis Solage.s, d6cdd6 hier, auirnt
hiti cette ap)rs-inidi & 3 heures ; Il
!:athtaidral. Maiison mortuaire : Ihw
(Cette dlisparition sera pbIfoind'i.ii'nr
rlgrrttt'*e de tons ceuli qiu connlrent
It chalr:iat et et dvo"u canmarade iie
fa.t Louis Solages. Aussi rnous asio-
clions nout avec sympathie an titil
(It sa famille.

Les fundraillcs de .mne fulit e Die
lonna, rie Sylvia D.) niii ue,, ddecdee c
nationn l a heures. ~ I 'ge de t3 ans
auront lieu cet apres midi A 3 heurae
Le convoi pirtira de la maison mo-
tinaire, sise Avenue \iagloire Ambrois
N' 12 ( derricre I'l-xposition ) pour s
rcndrc ai I'Elise Sainte Anne.
*'
('lles de .1Marte Roie Catbfrine Dunm
M.l'llon, d&cd-e hier apr.*-midi, Ai
heures, auroit lieu aujojrd'hui .i
heures, A 1-Eglise MWtropolitaine
Maison mortuairc : angle des run
.\ontalais et des Fronts-Forts.